• # experience perso

    Posté par  . Évalué à -1.

    Premier point :

    66 % des 1 674 sites officiels testés font en effet appel à un service externe (bouton de partage sur les réseaux sociaux, intégration de vidéo, mesure d’audience…),

    je suis membre d'une association, et la page facebook de l'association est plus visité que le site web. Le meilleur exemple est que depuis quAlain Soral e soit fait ejecté des reseaux sociaux (us et russes) , alors il n'a plus de véritable auditoire.

    LEs SNS ont un véritable écho , et donc que l'administration puisse inclure un bouton "partage sur google plus", ne me surprend pas, je me demande juste ce qu'attend OVH ou autre compgnie Européenne, pour créer un réseau social souverain

    Il faudra s'y faire, mais internet, maintenant, c'est google + facebook, ou plutôt email+ reseau social

    Second Point:
    Google analytics

    C'est con mais il faudrait aussi qu'une boite Européenne se pose la question du pourquoi . Dans l'article, il est écrit "pourrait", c'est vrai , mais ils ne disent pas pourquoi ils ne le font pas
    Pourquoi les citoyens Européens regardent youtube et pas les équivalent locaux ? (genre dailymotion)

    • [^] # Re: experience perso

      Posté par  . Évalué à 10.

      1. Ici, on parle des institutions publiques, pas d'une association. Quel besoin de mettre des boutons partage là-dedans?
      2. On trouve en première ligne Google Analytics, effectivement. Les alternatives existent, et sont moins connues, et resteront moins connues tant qu'on dira "Google parce que c'est le plus connu". En fait, généralement, c'est plutôt "Google Analytics, parce que c'est plus simple pour le prestataire que de faire monter un équivalent à l'interne dans l'administration".
      3. On nous sert des discours sur la souveraineté numérique à toutes les sauces. À un moment faut savoir ce qu'on veut…

      Enfin: Facebook est optimisé pour être addictif. Ils ont des algos qui mesurent "l'engagement" des visiteurs, et qui tentent de le garder le plus longtemps possible sur le site, et capter le plus de son attention possible, le tout afin de le rendre plus réceptif à la pub qui arrive.
      C'est même comme ça que les campagnes politiques sont manipulées: inutile de hacker quoi que ce soit, il suffit de demander à Facebook de passer une "pub" sur tel ou tel sujet, et les algos se chargeront de "préparer le terrain": identification des cibles les plus susceptibles de réagir à la pub, et diffusion d'un contenu personnalité pour le rendre le plus réceptif possible.

      Franchement je ne suis pas demandeur d'un acteur européen qui fasse la même chose…

    • [^] # Re: experience perso

      Posté par  . Évalué à 5.

      je me demande juste ce qu'attend OVH […] pour créer un réseau social souverain

      Houla, ne leur donne pas des idées comme ça. Ils ont déjà assez de mal à faire tourner les services qu’ils proposent actuellement.

  • # Souveraineté...

    Posté par  . Évalué à 5.

    Ce serait rigolo, si en même temps, le gouvernement ne prônait pas la « souveraineté numérique » (StopCovid…).

    aussi sur le salon xmpp:linuxfr@chat.jabberfr.org?join

    • [^] # Re: Souveraineté...

      Posté par  . Évalué à 3.

      La collision entre StopCovid et Health Data Hub est encore plus criante, touchant le même domaine (et le même ministère).

      Les googueulerie sur une page, ça paraît pour le clampin moyen une fatalité inévitable, refiler les données de santé du pays à MS est plus visiblement scandaleux et est en prime plus journalistique.

      Quant à la mainmise de MS sur l'éducation et sur les logiciels de l'armée…

      Bref, on n'est pas sortis de l'auberge, et le pseudo-argument pour StopCovid ferait sourire si on n'avait pas collectivement les lèvres gercées.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.