Décolonisons nos imaginaires

Posté par . Édité par Benoît Sibaud et Christophe Guilloux. Modéré par Christophe Guilloux. Licence CC by-sa
Tags :
8
30
août
2013
Culture

NdM : l'auteur de la dépêche décline ici un argumentaire d'un écrivain démontrant comment l’Occident en imposant sa culture et sa langue a réussi à coloniser durablement les civilisations africaines pour l'étendre à l'économie de la connaissance et aux biens communs cognitifs.

« L’aliénation coloniale se met en place dès que la langue de la conceptualisation, de la pensée, de l’éducation scolaire, du développement intellectuel, se trouve dissociée de la langue des échanges domestiques quotidiens… » (tiré du livre de Ngugi wa Thiong'o « Décoloniser l’esprit », éditions La fabrique, 10 mars 2011)

L’organisation sociale humaine a toujours autant été influencée par « le réel » que par la « perception imaginaire du réel ». « La perception imaginaire du réel » constitue, par le langage et « les œuvres de l’esprit », l’essence de toute organisation sociale humaine. « Une perception imaginaire » erronée comme « la terre est plate » n’empêche pas une société humaine de fonctionner et d’agir sur le réel.

« Une représentation imaginaire du réel erroné » basée sur de mauvais paradigmes logiques participe tout autant de l’organisation sociale que de ses représentations. Toute « organisation sociale » se maintient grâce à un « imaginaire partagé » qui la légitime.

« La colonisation » des imaginaires est un outil de domination des peuples plus efficace que la force. (la suite dans la seconde partie)

L’écrivain Ngugi wa Thiong’o dans son livre Décoloniser l’esprit démontre comment l’Occident en imposant sa culture et sa langue a réussi à coloniser durablement les civilisations africaines.

« Le découpage de 1885 fut imposé par l’épée et le fusil. Mais le cauchemar de l’épée et du fusil fut suivi de la craie et du tableau noir. À la violence physique du champ de bataille succéda la violence psychologique de la salle de classe. » (ibid)

Si, par le passé, un des enjeux de la « domination des imaginaires » a été l’imposition de vivre « dans un monde organisé par Dieu ou des Dieux », l’un des enjeux actuels est la soumission de l’humanité à l’économie de la connaissance.

L’économie de la connaissance affecte directement notre capacité à penser le monde. Elle suppose que « la culture » n’est plus un bien commun qui se transmet et se modifie au fil des générations mais « un bien monnayable ».

Cette économie de la connaissance cherche à instaurer « une économie de rente » en séparant ce qui ressort de la fabrication, de la conception. Elle inféode ainsi par des droits d’exploitation toute production de fabrication. L’économie de la connaissance vise donc à privatiser le capital cognitif de l’humanité.

Ce procédé consistant à « mettre sous contrat d’exploitation la connaissance » est en train de transformer l’humanité en serf des multinationales. Des paysans vivent actuellement ce phénomène à travers l’obligation qui leur est faite par les semenciers d’acheter chaque année « des graines infertiles ». Il a fallu déposséder les hommes de ce qui les relie les uns aux autres (c’est-à-dire de ce qui est commun) pour légitimer « la prévalence des droits patrimoniaux» sur « les usages d’échange ». L’économie de la connaissance est ainsi concomitante de l’atomisation sociale et de la transmission des savoirs de pair à pair.

Une novlangue s’est imposée à travers des expressions sémantiques fallacieuses telles que « propriété intellectuelle », « pirater », « licence globale »… fragilisant toute logique d’analyse. La privatisation « de nos imaginaires » devient la règle et l’échange, l’exception. L’instauration « d’un modèle unique mondial » accepté par tous les représentants des peuples de par le monde traduit une colonisation mondiale des imaginaires et peut-être la fin de la démocratie. En effet, une démocratie qui ne sait plus préserver « l’intérêt général » ne peut que féconder des totalitarismes.

Les biens communs cognitifs ne peuvent appartenir ni à une société privée ni à un État. Il appartient aux États de préserver l’accès aux biens communs cognitifs pour que tout peuple puisse librement y avoir accès.

À l’heure d’une privatisation jamais égalée de tous les savoirs de l’humanité, il est temps d’inventer un autre imaginaire permettant de garantir :

  • l’accès aux savoirs pour tous
  • la libre transmission et la préservation des savoirs et savoir-faire.

L’accès aux savoirs pour tous ne nécessite aucune compensation financière. Ce serait sinon admettre «  la possible monétisation de l’accès au savoir ». L’Éducation Nationale et les bibliothèques ne doivent en aucun cas avoir à payer pour mettre des œuvres à disposition du public.

La libre transmission des savoirs et savoir-faire et leur préservation impliquent donc l’interdiction immédiate des logiciels propriétaires, des brevets pharmaceutiques et agronomiques…

Tout génome appartient à l’ensemble de l’humanité et aucun séquençage ne peut être privatisé.

Le financement de la recherche et la rémunération des auteurs ne peuvent plus servir d’alibi pour imposer une économie de la connaissance qui ne profite qu’aux multinationales.

Le libre accès aux savoirs et les pratiques de recherche collective induites garantissent la pérennisation des biens communs cognitifs.

« Reprendre l’initiative de sa propre histoire est un long processus, qui implique de se réapproprier tous les moyens par lesquels un peuple se définit. Le choix d’une langue, l’usage que les hommes décident d’en faire, la place qu’ils lui accordent, tout cela est déterminant et conditionne le regard qu’ils portent sur eux-mêmes et sur leur environnement naturel et social, voire l’univers entier. » (ibid)

Reprendre l’initiative de notre histoire, c’est par exemple abroger : l’Accord Général sur le Commerce des Services et les Accords des Droits de Propriété Intellectuelle touchant au Commerce qui sont une des pierres angulaires de la privatisation des biens communs cognitifs.

Reprendre l’initiative, c’est penser le monde à travers le prisme de l’intérêt collectif.

Une société, basée sur le libre partage des savoirs et de la connaissance, invite finalement à construire des imaginaires sociales en mettant les biens communs au centre des préoccupations.

« Votre science ne vaudra rien, vous verrez
Et vos leçons apprises seront stériles
Si vous ne vouez pas votre intelligence à lutter
Contre tous les ennemis de l’homme
 » Brecht.

  • # FOUTAISES !

    Posté par . Évalué à 10.

    d’une privatisation jamais égalée de tous les savoirs de l’humanité

    cette acception me parait foireuse. Dans l'histoire, les savoirs n'ont jamais été aussi diffusés aujourd'hui. Avant, les savoirs étaient gardés consciencieusement par quelques maitres, moines, nobles et savants.

    Et celui qui détenait le savoir a toujours monnayé son office, même Diogène.

    « mettre sous contrat d’exploitation la connaissance » est en train de transformer l’humanité en serf des multinationales.

    Non, non, ce qui transforme en serf, c'est de céder à la tentation. Céder aux offres commerciales des multinationales. Se comporter en mouton plus qu'en humain.

    Reprendre l’initiative, c’est penser le monde à travers le prisme de l’intérêt collectif.

    l'intérêt collectif, vaste fumisterie. Sinon, oui, je suis d'accord, il faut de l'action.

    • [^] # Re: FOUTAISES !

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      il faut de l'action.

      Sur les marchés des pays "pauvres", on trouve à peu près tous les DVD de films et les CD de musique que l'on veut, à un tarif imbattable… Je doute qu'on y finance la moindre multinationale.

      • [^] # Re: FOUTAISES !

        Posté par . Évalué à 4.

        Ces versions sont épurées de toutes les publicités et placement de produits ?

        • [^] # Re: FOUTAISES !

          Posté par . Évalué à 4.

          Et du référent culturel occidental ?

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: FOUTAISES !

        Posté par . Évalué à 2.

        Je doute que ce soit de la culture locale. Comme le dit l'article c'est la culture occidentale qui est diffusée.

        Eh oui, la culture occidentale, ce n'est (n'était ?) pas la culture mondiale.

        • [^] # Commentaire supprimé

          Posté par . Évalué à 10.

          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: FOUTAISES !

          Posté par . Évalué à 10.

          Et encore “culture occidentale” il faut le dire vite. Il ne s’agit pas d’une production culturelle, mais industrielle.

          Accordons-nous sur la définition des termes :

          La culture, c’est l’ensemble des représentations communes, des idées et coutumes produites, échangées et pratiquées au sein d’une société.

          Ce qu’on appelle à tort culture dorénavant, c’est la production artistique par une minorité (les aaaartiiiiste), déversée sur tout la société qui n’en est que consommatrice. Et effectivement, ici on peut parler, à terme, de destruction de la démocratie voir de totalitarisme. À la limite, je dirais que la marchandisation n’est qu’un problème marginal.

          En fait, je pense même que les pays “colonisés” sont bien plus cultivés que les pays “colonisateurs”.

          L’accès au savoir formel (et à son exploitation), c’est une autre histoire, là il ne s’agit pas de culture, mais bien d’une domination dans le sens classique du terme, c’est-à-dire par la force. J’ai toujours en tête celui des médicaments génériques produits par l’Inde pour l’Afrique, ou un truc du genre, qui se sont fait attaqués en justice par les grands laboratoires pharmaceutique pour non-respect de la propriété intellectuelle.

          Pour terminer, reconstruire sa propre Histoire et sa propre culture, ce n’est pas une idée nouvelle en Afrique, c’est Sankara je crois qui développait la même idée.

        • [^] # Re: FOUTAISES !

          Posté par . Évalué à 2.

          Parfois, et même souvent en musique, c'est l'Afrique qui l'emporte… Les africains déportés jadis dans les Amériques ont créé le blues, jeté les bases du rock et de la plupart des musiques populaires actuelles puis plébiscitées par des occidentaux.
          Autre exemple, l'évolution de la peinture et de la sculpture début 20° s : Picasso, les cubistes et leurs successeurs, peuvent dire merci aux artistes africains dont les œuvres sont encore scandaleusement nommées "Arts premiers".
          En fait, dans les arts contemporains, musiques, danse, arts plastiques, l'Afrique est partout, peu de gens s'en rendent compte. Et comme on disait jadis :"Black is beautiful !".
          https://en.wikipedia.org/wiki/Black_is_beautiful

          • [^] # Re: FOUTAISES !

            Posté par . Évalué à 5.

            Arts premiers.

            Tu préférais primitif : ) ? Bon, celui-ci, c'était pour remplacer sauvage, et celui-là remplaçait nègre.

            Premier, ça partait peut-être d'une bonne intention, mais premier dans le sens "avant", c'est aussi du brouillon, ou de l'ébauche. Si on inverse l'expression en "premiers arts", on entend bien le côté brouillon. Et puis techniquement, il y a aussi eu de l'art bien avant ce que l'on appelle art premier.
            Bref. Ce n'est pas encore ça, suis bien d'accord.
            Arts fondateurs ?
            Root arts ? ; )
            Si tu as une proposition qui tient la route, on rédige une lettre ouverte (et on cross-poste aux galéristes, conservateurs, collectionneurs influents, et à Mme la ministre). Ça tombe bien, il est encore fait mention d'arts primitifs (entre guillemets dans la présentation) en ce moment même au quai Branly — qui a failli s'appeler musée des arts premiers, z'ont évité la boulette de peu, sans doute un stagiaire qui avait vraiment fait ses humanités, lui.

            Pour un sextumvirat ! Zenitram, Tanguy Ortolo, Maclag, xaccrocheur, arnaudus et alenvers présidents !

            • [^] # Re: FOUTAISES !

              Posté par . Évalué à 2.

              Arts non-occidentaux ? C'est bien de ça dont il s'agit (les "pas de chez nous").

              • [^] # Re: FOUTAISES !

                Posté par . Évalué à 5.

                Ce serait mieux de définir de manière positive, non ?
                L'art italien, par exemple, ça ne veut rien dire, on est obligé de donner une période ou d'utiliser un qualificatif précis pour savoir de quoi l'on parle (Quattrocento, renaissance).
                L'art africain, ça ne veut rien dire non plus : ça désigne trop de lieux et trop de périodes. L'art océanien est un vaste foutoir aussi. L'art maya, éventuellement, parce qu'on cerne un peu mieux et le lieu et la période (encore que).
                Alors l'art non-occidental, comme joyeux bordel d'affirmation de pouvoir, ça se pose là ; )

                Pour un sextumvirat ! Zenitram, Tanguy Ortolo, Maclag, xaccrocheur, arnaudus et alenvers présidents !

                • [^] # Re: FOUTAISES !

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Ce serait mieux de définir de manière positive, non ?

                  Mais comment ? Il ne s'agit pas d'un tout homogène.

                  Alors l'art non-occidental, comme joyeux bordel d'affirmation de pouvoir, ça se pose là

                  Quelque qualificatif qu'on trouve, ce sera en toujours en différenciation par rapport aux arts occidentaux, qui ont leurs propres musées. Donc autant que le principe de différenciation soit explicite, non ?

            • [^] # Re: FOUTAISES !

              Posté par . Évalué à 3.

              Toutes les productions artistiques, dont celles produites en Afrique, font partie de l'Art avec un grand "A". Point besoin d'étiqueter, hiérarchiser selon la provenance ou la raison sociale des artistes ("arts premiers", "art brut", etc…). Aucun art n'est inférieur ou supérieur à un autre puisque l'intérêt porté à une œuvre par le regardeur est subjectif.
              En ce qui concerne le milieu de l'Art (galeristes, collectionneurs, etc…), il a toujours été très conservateur et ce n'est pas lui qui a fait bouger l'Art (c'est même le contraire), sauf à de rares exceptions. Cet establishment artistique a mis des bâtons dans les roues de nombreux artistes dont Cézanne.

              • [^] # Re: FOUTAISES !

                Posté par . Évalué à 4.

                Ce n'est pas une question de hiérarchie, mais tout simplement de pouvoir étudier l'art, d'en discuter, en parlant de telle période, d'influence, etc.
                Pas de souci pour l'art majuscule, mais ça vaut tout de même le coup d'avoir des mots précis pour en parler ; )

                Pour un sextumvirat ! Zenitram, Tanguy Ortolo, Maclag, xaccrocheur, arnaudus et alenvers présidents !

    • [^] # Re: FOUTAISES !

      Posté par . Évalué à 10.

      Non, non, ce qui transforme en serf, c'est de céder à la tentation. Céder aux offres commerciales des multinationales. Se comporter en mouton plus qu'en humain.

      C'est triste ton avis sur les fanboys Apple.

    • [^] # Re: FOUTAISES !

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Dans l'histoire, les savoirs n'ont jamais été aussi diffusés aujourd'hui.
      Avant, les savoirs étaient gardés consciencieusement par quelques maitres, moines, nobles et savants.

      Tu sembles opposer la diffusion du savoir au fait de conserver consciencieusement ce savoir. Hors la conservation du savoir ne passe pas sans diffusion.

      Je rappelle:

      • Le savant est celui qui a reçu.
      • Le maître est celui qui transmet.
      • Le moine est celui qui copie.

      On n'a jamais eu autant besoin de savants, de maîtres et de moines copistes.

      Ton intervention n'est que la preuve de cette privatisation du savoir : tu ne fait que répéter ce qu'on veux que tu saches pour te voir le répéter. C'est donc qu'on ne te rend pas accessible ce savoir. :)

      Le savoir n'aurai jamais été transmit sans ces moines copistes qui ne se souciaient guère du droit d'auteur.

      S'il y a eu des abus, il faut rechercher du coté de la piètre efficacité et du coût prohibitif de la méthode « plume + parchemin + huile de coude » qui a pu donner à certains l'idée d'en profiter. Mais en soit on ne peut remettre en cause l'idée de la copie, ni accuser le copiste, même si cette copie est maladroite.

      Pour le noble tu as peut-être raison, mais le noble est une réalité fluctuante selon les époques: cela peut être un maître, un savant, un moine copiste, ou le bourgeois qui croit ne pas en être un. Les nobles d'aujourd'hui font croire que les avares sont les nobles d'hier. La pirouette détourne l'attention.

      Ce sont les lumières qui ont inventé le droit d'auteur en France (Diderot, Beaumarchais…), tout le travail des lumières fut de remplacer la noblesse par une autre, avec l'aide et au dépens du peuple (révolution). L'un des privilèges nouveaux de la noblesse nouvelle est le droit d'auteur.

      Je cite la dépêche:

      Il a fallu déposséder les hommes de ce qui les relie les uns aux autres (c’est-à-dire de ce qui est commun) pour légitimer « la prévalence des droits patrimoniaux» sur « les usages d’échange ».

      Les lumières ont inventé le droit d'auteur et inspiré une révolution qui aura comme effet principal de déposséder les hommes de ce qui les relie les uns au autres (c'est le sens premier du mot religion) et de supprimer les corporations de métier (ce qui relie les hommes entre eux par la connaissance de leur art et qui faisaient prévaloir l'usage d'échange). De ces corporations de métier il ne survit dans le langage courant que l' « université » et ses « facultés ».

      Il est amusant de constater qu'on retrouve les mêmes constructions de langage : Étaient appelés « brigands » les serfs qui s'opposaient à la dépossession de ce qui les reliaient et du remplacement d'une noblesse par une autre. Sont appelés aujourd'hui « pirates » les serfs qui partagent la connaissance que veut contrôler cette noblesse remplaçante.

      Et c'est un « comité de salut publique » qui décrétait l'extermination des brigands. On se rappellera l'époque DADVSI où les peines prévues par la loi étaient plus sévères lorsqu'il s'agissait de copier un DVD que lorsqu'il s'agissait d'attoucher un enfant. Dans les deux cas, l'avantage, c'est que c'est légal.

      Cette année encore un député a été applaudi pour avoir déclaré dans l'hémicycle : « assumez vos responsabilités plutôt que de vous protéger derrière le peuple » (Bruno Leroux, 15 janvier 2013). La démocratie française n'a été inventée que pour réattribuer le pouvoir à certains en donnant l'illusion au peuple qu'il est souverain. Le peuple n'a souveraineté que pour élire l'élu qui confisque la souveraineté du peuple. La responsabilité de l'élu, c'est d'agir à l'encontre de la volonté du peuple qui l'a élu.

      S'il y a bien une décolonisation à faire, c'est celle des lumières. C'est une vaste arnaque qui a profité d'une situation politique déplorable et peu enviable pour installer une autre situation politique déplorable et qu'on nous vend pour une démocratie qui n'en a que la façade.

      Non, non, ce qui transforme en serf, c'est de céder à la tentation. Céder aux offres commerciales des multinationales. Se comporter en mouton plus qu'en humain.

      La question est intéressante. Si l'esclavage est compatible avec le consentement, il peut s'en passer. Le servage lui est un contrat personnel, et qui nécessite donc le consentement. Le servage n'a jamais été aboli, on n'a fait que transformer ses apparences. Mais ce qui est inquiétant aujourd'hui, c'est que le servage prend peu à peu la forme d'esclavage consenti.

      Le servage est un contrat liant une personne a une terre (comme la nationalité). Le serf n'est pas une chose propriété d'un Seigneur, c'est une personne liée à une terre (comme le territoire national). Le seigneur (comme l'état) est celui qui a devoir de protéger la terre et les serfs (comme le territoire national et le citoyen). Le serf ne peut être chassé de la terre. Le serf peut contracter (mariage, vente), témoigner en justice et avoir héritage. Mais comme la terre ne lui appartient pas, ce qui est sans héritier revient au seigneur (état).

      Il est à remarquer qu'aujourd'hui tout héritage voit une de ses parties revenir à l'état, même avec héritier. Toute le fonctionnement de la société est basé sur la domiciliation qui est un attachement à la terre et une forme de servage. Le sans-domicile n'est pas celui qui n'a pas de toit, mais le hors-la-loi, c'est à dire celui que la loi ne connaît pas : il ne peut pas voter, il ne peut pas se marier, il ne peut pas faire hériter.

      La grande nouveauté de notre monde moderne (et il faudra en remercier les lumières) c'est qu'en inventant le droit d'auteur, on a lié la culture et l'intelligence au seigneur et à sa terre. Par exemple un brevet logiciel peut être applicable dans un pays mais pas dans un autre, c'est l'application du servage au monde des idées. Le serf appartient a la terre et cette terre fournie au serf choses et idées. Les idées qui n'appartiennent pas à la terre ne sont pas accessibles au serf.

      Il y a beaucoup de choses qui peuvent être faites pour redonner un peu de démocratie à notre république. À défaut de démocratie on a une république, c'est déjà ça. Mais pour ce qui est de se libérer du servage, rien n'est vraiment commencé, et l'on voit avec l'argumentaire de cette dépêche que le servage s'étend désormais des continents nouveaux, comme celui de l'imaginaire, de l'intelligence et de la culture.

      Personnellement, je parlerai plus de servage que de colonisation. D'ailleurs la colonisation est une logique de servage: le seigneur s'approprie une terre et les habitants de cette terre deviennent des serfs.

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: FOUTAISES !

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        C'est amusant, ce soir je glisse un DVD dans le lecteur, et l'une des premières images est ce texte :

        Certains films et promotions sont susceptibles de ne pas être disponibles dans certains territoires/

        Ainsi je suis un serf, je suis attaché à une terre, et la culture appartient à cette terre.

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: FOUTAISES !

        Posté par . Évalué à 10.

        Les Lumières n’ont rien préparé, elles ont accompagné le mouvement général de la bourgeoisie, dont le pouvoir a commencé à s’installer bien avant la Révolution. Elles ont aussi mis en place des valeurs destinées à combattre les fléaux de leur temps : fanatisme, obscurantisme, absolutisme (quand le religere — étymologie plus que contestable — conduit au massacre de la saint Barthelemy et aux guerres de religions qui ont ébranlé les sociétés d’alors). La philosophie a dépassé très largement ce que la bourgeoisie aurait souhaité, et la Révolution, outre qu’elle n’était pas uniforme et que seule une interprétation superficielle conduit a penser qu’il s’agissait d’une simple passation de pouvoir, a contraint les successeurs à défendre des idées en lesquelles ils ne croyaient pas réellement : la bourgeoisie se serait bien contenté d’une société de privilèges dans laquelle elle aurait eu sa place, au lieu de quoi le peuple tout entier a accéder à des droits (en fait les groupes n’étaient pas parfaitement homogènes, outre les grandes tendances correspondant à l’organisation en trois corps, le petit clergé vivant dans des conditions proches du peuple pouvait se montrer favorable au tiers-État et donc à la Révolution, et la noblesse issue de l’ordre féodal et bourgeoisie se côtoyaient, par exemple noblesse de robe).

        En aparté : l’idée selon laquelle les “idées” seraient le moteur de l’Histoire, est très largement rebattue en brèche. Les philosophes, ou ce qu’on appellerait aujourd’hui les intellectuels, n’ont qu’un pouvoir très limité sur le cours des événements. Là c’est très rigolo : cette mentalité de puissance des idées, que vous développez ici, est précisément du fait des Lumières (la victoire de la Raison apportée par des hommes éclairés…). Les Lumières ne sont qu’un témoignage de la société de l’époque : comme c’est le plus visible, on en fait à tort la cause de la Révolution, sans prendre en compte les changements économique, intellectuels (re-découverte de l’antiquité par exemple…), scientifiques, technologiques, démographiques, etc.

        Par contre l’Histoire des idées est parfaitement passionnante en tant que telle. D’ailleurs c’est très rigolo de lire votre discours — j’ai fait un tour sur votre site —, qui s’inscrit dans un héritage hostile aux Lumières et à la Révolution et qui en même temps défend la démocratie (le ralliement à la démocratie se fera durant le début de la IIIè avec le déclin des monarchistes, de souvenir).

        Il est curieux par ailleurs de se revendiquer de la démocratie dont l’élaboration théorique fut le fait d’une partie des Lumières, puisant dans l’antiquité.

        Quant à la soit-disant implication des Lumières dans la propriété intellectuelle, ce fut parfaitement marginal dans le cours général de l’Histoire. Votre argumentation est à ce sujet assez bancale : les moines-copistes n’eurent pas besoin de droit d’auteur car ils étaient de fait dépositaire du savoir. Ici l’imprimerie et l’alphabétisation vont participer à la diffusion du savoir, rendant impossible son appropriation matérielle ; elles vont être une des causes de l’émergence concomitante des Lumières et du droit d’auteur (qui ne sera qu’appropriation partielle à l’époque car la diffusion des idées explose tout de même).

        Quant à l’affirmation selon laquelle le droit d’auteur serait un privilège de la noblesse nouvelle. Je ne sais d’où vous pouvez sortir cela. Les écrivains n’ont absolument pas le pouvoir, et le droit n’est pas un privilège : c’est précisément tout le contraire puisqu’il est indistinctement accessible à tous ; enfin, si les multinationales se servent de la propriété intellectuelle, ce n’est qu’une partie de leur capacité à exercer le pouvoir sur la société, seulement possible dans les secteurs économiques compatibles.

        Pour terminer, “l’économie de la connaissance”, liée à une économie portée par le “progrès” technologique permanent, est extrêmement récente dans l’Histoire, et c’est anachronique de la rattacher aux Lumières qui n’avaient même pas encore vu passer la société industrielle (encore au stade de la manufacture, petites industries à la limite) qui interdira définitivement la possibilité matérielle d’une organisation corporatiste de la production économique.

        Pour le servage je ne vois pas du tout où vous voulez en venir. Cela renvoie à une réalité très précise d’un statut de quasi-esclavage (avec quelques droits tout de même) totalement décalé avec la réalité présente.

        • [^] # Re: FOUTAISES !

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Merci Thomas DEBESSE et Pierre ROC pour ces argumentaires intéressant développés ici.

          https://librazik.tuxfamily.org - http://linuxmao.org - https://liberapay.com/trebmuh

        • [^] # Re: FOUTAISES !

          Posté par . Évalué à 8.

          Il est curieux par ailleurs de se revendiquer de la démocratie dont l’élaboration théorique fut le fait d’une partie des Lumières, puisant dans l’antiquité.

          Le gouvernement représentatif élaboré pendant les Lumières et imposé progressivement par les diverses révolutions européennes n'a pas grand'chose à voir avec la démocratie telle qu'on l'entendait auparavant (tirage au sort). L'élection est à la base un principe aristocratique, d'ailleurs je ne suis pas sûr que le terme démocratie ait été utilisé à l'époque pour désigner un tel mode de gouvernement (on parle soit de monarchie parlementaire, soit de république).

          Depuis, on a enterré toute idée de démocratie-tirage au sort et on a donné le nom de "démocratie parlementaire" aux régimes électifs.

        • [^] # Commentaire supprimé

          Posté par . Évalué à 2.

          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: FOUTAISES !

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Les Lumières n’ont rien préparé, elles ont accompagné le mouvement général de la bourgeoisie.

          De la même manière on pourra dire que parler de l'héritage intellectuel des lumières est exagéré puisque ceux qu'on appelle les lumières ne furent finalement que les révélateurs d'une mouvement de plus grande ampleur. Ce sont ceux dont on se souvient parce qu'ils ont parlé plus fort. Mais il faut bien s'arrêter à des définitions.

          Pouvoir citer un Beaumarchais ou un Diderot n'est pas la marque d'une anecdote, l'émergence du droit d'auteur est un phénomène qui accompagnait de près le mouvement des lumières, et ces lumières ont accueilli et ont exprimé ce principe avec le reste, et y ont travaillé.

          Il y a plus qu'une simple coïncidence historique, plus qu'une connivence. Quelqu'un comme Beaumarchais a créé la première société d'auteurs au monde et pose les bases de la propriété (sic) intellectuelle. La SACD résume bien cette partie de notre histoire :

          Le 3 juillet 1777, lors d'un souper auquel il convie une trentaine d'auteurs, Beaumarchais propose la fondation de la première société des auteurs dramatiques. La lutte qu'il décide d'engager aboutit à la reconnaissance légale du droit d'auteur par l'Assemblée Constituante le 13 janvier 1791 (loi ratifiée le 19 janvier 1791 par Louis XVI).

          C'est la première loi édictée dans le monde pour protéger les auteurs et leurs droits : elle énonce déjà que « la plus sacrée, la plus inattaquable et la plus personnelle de toutes les propriétés est l'ouvrage, fruit de la pensée de l'écrivain ».

          Vingt-deux auteurs forment, à l'initiative de Beaumarchais, le premier « Bureau de législation dramatique » et posent les bases de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD). Celle-ci naîtra le 7 mars 1829 du regroupement des deux bureaux créés en 1791 et 1798.

          Je ne trouve pas cela « marginal dans le cours de l'histoire » ni anachronique ! ;)

          Il est curieux par ailleurs de se revendiquer de la démocratie dont l’élaboration théorique fut le fait d’une partie des Lumières

          Les lumières n'ont pas vraiment élaboré la démocratie mais la république. Et la république française n'a pas grand chose à voir avec la démocratie. Le système politique français n'est qu'un mécanisme de confiscation du pouvoir du peuple par le peuple. La révolution n'a apporté qu'une substitution, et les différentes contres-révolutions et nouvelles républiques n'ont que continué ce mouvement.

          La France n'a rien d'un pays démocratique. C'est une république, certes, mais pas une démocratie.

          On peut donner un exemple d'actualité: en avril dernier, un référendum était soumis aux citoyens français concernant le projet de fusion de collectivités territoriales (conseils régionaux d'Alsace, du Haut-Rhin et du Bas-Rhin), projet qui fut rejeté. Au mois de juillet, profitant de l'été, un amendement est soumis au vote des députés et propose de « supprimer la condition de référendum pour les fusions de collectivités qui en feraient le choix. ». Cet amendement est voté en deux-temps trois-mouvement. Désormais le peuple français est écarté et le projet va être présenté au sénat ce mois-ci.

          Quant à l’affirmation selon laquelle le droit d’auteur serait un privilège de la noblesse nouvelle.

          Ce que je veux dire c'est que le droit d'auteur permet de constituer une noblesse nouvelle et de lui donner les moyens d'établir sa suprématie.

          On pourra redonner l'exemple de cette femme ministre de la culture qui confia la « lutte contre le piratage » à un patron de la FNAC, et qui a passé son mandat à traiter le sujet HADOPI à l'avantage des nobliaux du droit d'auteur, et dont une des nombreuses conséquences fut d'asseoir la suprématie d'un deeezer qui fut racheté par Orange chez qui elle pantoufla.

          Pour le servage je ne vois pas du tout où vous voulez en venir. Cela renvoie à une réalité très précise d’un statut de quasi-esclavage (avec quelques droits tout de même) totalement décalé avec la réalité présente.

          Ni le servage ni l'esclavage ne s'opposent au confort. La liberté qui consiste à avoir le droit de zapper entre TF1 et M6 n'est pas une liberté.

          Autour de moi c'est ainsi que les hommes vivent : ils ne peuvent avoir un toit sans l'allocation qui les tient, attendant la réponse de la commission d'attribution des logements pour pouvoir être déplacé ailleurs pour élever convenablement leur enfant. La nourriture doit être achetée par ticket restaurant, et le CE fourni des places de cinéma (mais attention, dans telle grande chaîne, c'est pour aller voir Cowboys et envahisseurs, pas Le cheval de Turin ni Bruegel, le moulin et la croix). Tout cela est présenté comme des aides alors l'asservissement passe mieux, et même avec reconnaissance. Mais le rôle d'une politique au service du citoyen n'est pas de lui fournir un maximum d'aide dont il est dépendant, mais qu'ils n'aie pas besoin de ces aides.

          Ceux qui ont un peu plus de chance et qui peuvent être propriétaires paient la version moderne du champart ou du cens : la loi n'exprime pas le principe de propriété éminente mais l'applique dans les faits. La base d'imposition de la taxe foncière est indexée sur la valeur locative cadastrale, ce qui fait de toute propriété une location de fait, l'état tenant le rôle du propriétaire éminent, mais sans en porter le nom. Le propriétaire foncier en France est censitaire de fait.

          Les plus pauvres sont esclaves, les autres sont serfs. Certes, c'est certainement plus confortable qu'à l'époque où l'on n'avait pas d'antibiotiques efficaces ni la télévision.

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

        • [^] # Re: FOUTAISES !

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          En aparté : l’idée selon laquelle les “idées” seraient le moteur de l’Histoire, est très largement rebattue en brèche. Les philosophes, ou ce qu’on appellerait aujourd’hui les intellectuels, n’ont qu’un pouvoir très limité sur le cours des événements. Là c’est très rigolo : cette mentalité de puissance des idées, que vous développez ici, est précisément du fait des Lumières (la victoire de la Raison apportée par des hommes éclairés…)

          C'est surtout que les idées sont tenaces et survivent longtemps.

          Quand Vincent Peillon écrit dans son livre « la Révolution n'est pas terminée » :

          C’est à [l’école] qu’il revient […] d’être la matrice qui engendre en permanence des républicains pour faire la République, République préservée, république pure, république hors du temps au sein de la République réelle, l’école doit opérer ce miracle de l’engendrement par lequel l’enfant, dépouillé de toutes ses attaches pré-républicaines, va s’élever jusqu’à devenir le citoyen, sujet autonome. C’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle Eglise, avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la Loi. La société républicaine et laïque n’a pas d’autre choix que de « s’enseigner elle-même » d’être un recommencement perpétuel de la République en chaque républicain, un engendrement continu de chaque citoyen […]

          Ou dit encore

          On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique.

          On se croirait revenu au temps des joyeuses noyades de Nantes ou quand on passait la cravate à capet aux carmélites de Compiègne.

          Aussi quand ce même homme se pique d'envolée mystique pour déclarer :

          La révolution française est l’irruption dans le temps de quelque chose qui n’appartient pas au temps, c’est un commencement absolu, c’est la présence et l’incarnation d’un sens, d’une régénération et d’une expiation du peuple français. 1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau. La révolution est un événement méta-historique, c’est-à-dire un événement religieux. La révolution implique l’oubli total de ce qui précède la révolution.

          Et ajoute quelques années plus tard, alors qu'il est ministre de l'éducation, que :

          pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel…

          Je me dit que s'il veut arracher les enfants aux familles et à leurs traditions et cultures ethniques, sociales et intellectuelles, pour leur enseigner à la place un négationnisme millénaire, j'espère bien que, comme vous le dites, les idées ne sont pas si fortes que ça parce que la colonisation culturelle des lumières n'a jamais été aussi bien exprimée ni aussi bien placée pour se réaliser. :)

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

          • [^] # Commentaire supprimé

            Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 03/09/13 à 13:33.

            Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

          • [^] # Re: FOUTAISES !

            Posté par . Évalué à 5.

            Franchement ni le temps ni l’envie de répondre dans le détail à ce tas d’inepties (et je me retiens en disant cela) car ça va partir dans tous les sens, ceux qui le veulent pourront creuser s’ils s’en sentent le courage… J’ai pour ma part assez soupé la semaine dernière. C’est sans fin cette histoire : il faut 5 minutes pour écrire une ineptie, moi il me faut 1 h pour écrire un commentaire en vérifiant quelques trucs, histoire que ma mémoire ne me joue pas des tours, faire des recherches sur tel ou tel sujet que je connais mal. Au final on va me reprocher soit d’être trop long, soit trop simpliste, au final jamais content.

            Seul le point 0/ (avec sa note ¹) est important (initialement placé à la fin). Le reste c’est que du bonus.

            0/ “La liberté qui consiste à avoir le droit de zapper entre TF1 et M6 n'est pas une liberté.” Ça tombe bien. La liberté à ce sujet existe déjà : l’accès aux bibliothèques est en général gratuit, le prix du prêt modéré. Voilà une bonne alternative à TF1/M6. Je prends cette exemple, parce que ça va démonter tout votre bullshit de manière extrêmement efficace, et ce sur plusieurs points : déterminisme, taxation foncière, rôle de l’école et de l’État, démocratie.

            Je vais profiter pour donner un exemple de déterminisme : nous ne sommes pas tous égaux devant le savoir, il ne suffit pas de faire lire à un gosse du Victor Hugo pour qu’il soit capable d’y prendre du plaisir, de le comprendre de manière plus ou moins pertinente, de le restituer, etc. Si dans sa famille on discute peu littérature, si pour “calmer les enfants” ou le soir à table on les fout devant la télé, etc., alors l’enfant aura un rapport difficile à la lecture. C’est ce qu’on appelle un déterminisme. Tout ça pour dire un truc tout bête : “personne n’a la sciences infuse” : la démocratie, la liberté, acquérir du nouveau savoir, tout cela s’apprend. Et pour cela, oui il faut une aide de l’extérieur : vous vous contentez de postuler que le mec va se créer ex nihilo du savoir, ses clefs d’accès au savoir, etc. Le jour où ça arrive vous pourrez l’inscrire comme miracle. Mais il me faudra plus qu’un vague postulat. Et l’enfant n’a absolument pas choisi cet état de fait (on ne choisit pas sa famille, son milieu social, etc.), et une fois devenu adulte, il y a de grandes chances de le reproduire de fait avec ses enfants. L’école intervient, idéalement, pour donner des clefs d’accès au savoir. Elle n’y arrive que très imparfaitement, mais c’est très largement mieux que rien. Voilà pourquoi l’école est indispensable à l’élaboration d’une véritable liberté, une liberté effective, dans l’accès au savoir. Sinon effectivement : celui qui est né dans un milieu social peu littéraire sera condamné à avoir pour toute liberté celle de choisir entre TF1 et M6, à la limite celle d’ouvrir 20 minutes ou le Monde, mais ça n’aide pas à acquérir un savoir de fond.

            Enfin passons aux bibliothèques en admettant qu’il n’y ait plus aucun déterminisme dans la société. Il faut les financer. Là je crois que vous me voyez venir… Les bibliothèques en France sont essentiellement municipales… et le financement des municipalités ? Je ne connais pas le budget type d’une commune mais il me semble que la taxe foncière¹ en fait partie, voilà un exemple concret de l’utilisation de nos impôts pour financer : école et bibliothèque. Les deux sont généralement gratuites. Idéalement elles le sont totalement. Idéalement, cela résulte en la liberté effective et totale de connaitre autre chose que TF1 et M6. Pas une liberté-mantra, une liberté qu’on invoque à tout bout de champs mais qui ne correspond à aucune réalité, mais une liberté pour laquelle on s’est donné les moyens.

            On bosse à appliquer tout cela en pratique : malheureusement il y a des gens de votre trempe, qui aiment bien parler de démocratie et de liberté, qui se font passer pour ce qu’ils ne sont pas, mais qui n’y connaissent pas grand chose et s’attaquent à tout ce qui, de près ou de loin, peut permettre l’émergence d’une réelle démocratie.

            Enfin, pour finir, pour quelqu’un qui se revendique de vouloir rétablir la démocratie, il serait temps d’en comprendre tout de même un principe essentiel : l’impôt est levé au nom de la collectivité et il est en conséquence géré par la collectivité. C’est cadeau, c’est le tout dernier billet de F. Lordon (la section intitulée Faucher la nation au FN) : il y a un principe fondamental de la démocratie, c’est adhésion au fait que nous formons une collectivité, collectivité qu’il faut financer pour en gérer les biens communs. Bien évidemment, la démocratie est un bien commun, et elle prend pour hypothèse de base, entre autres, une égale connaissance des affaires publiques par les citoyens, donc un accès libre et sans condition au savoir, donc des écoles et des bibliothèques gratuites, donc un financement. En bref : une démocratie ça se finance et faut casquer — et pas qu’un peu concernant le savoir… –, la démocratie et la liberté ne sont pas de simples mots qu’on peut balancer en l’air : ils sont une réalité concrète possible si et seulement si les individus sont prêts à y mettre du leur.

            À ce sujet et en apparté je recommande, à ceux qui prônent le tirage au sort de lire La démocratie athénienne à l’époque de Démosthène, ça mangera pas de pain (pas sûr qu’on le trouve en bibliothèque celui-là…).

            1/ Personne de sérieux nie la Terreur. Utiliser ce terme de négationnisme à tout va revient à le banaliser… mais c’est vous qui voyez… Par contre, tout laisse à penser que Peillon est franc-maçon. Il a bien le droit de vouer un culte à la Révolution et la République : la bigotterie, je trouve ça mignon. Manifestement ça ne vous plait pas. Ma foi, les bigots catho. n’ont jamais aimé les franc-maçons et ils le leur rendent bien, ce n’est pas une nouveauté. Mais si vous pouviez éviter l’excès, “on se croirait revenir à l’époque de [mettez le massacre de votre choix ici]” : mais où avez-vous vu un massacre de catholiques en France ? Je ne sais même pas quoi répondre. J’ose espérer qu’ici la vocation polémique de votre texte était pleinement consciente… Après tout, vous vouez un culte à un dieu génocidaire, j’en fais pas un drame…

            Au sujet de la Terreur, j’ai adoré Quatrevingt-treize de Victor Hugo. C’est certes un roman, mais c’était un féru d’Histoire, et ce n’est pas un pavé.

            2/ La moindre des choses ce serait de se renseigner sur ce qu’est un déterminisme. Quand on ne comprend pas un texte, on évite de le commenter.

            3/ Sur la liberté, à vous de nous renseigner, mais il me semble que le pape est infaillible, et j’en passe et des meilleures.

            4/ Ça dépend des auteurs, mais si, les Lumières ont (ré-)inventé la démocratie : après ça navigue sévère entre eux mais globalement chacun a apporté sa pierre à la construction théorique des démocraties modernes. Mais ils n’ont plus grand chose à voir avec nos régimes actuels. Il suffit d’écouter les élus en parler pour se rendre compte de la supercherie : pour eux cela se résume à un ensemble formel d’institutions dans lesquelles ils ont su se faire un nid douillet. Par contre du point de vue de la philosophie/sciences politiques ça a bossé dur du temps des Lumières et ça a continué, en particulier sur la question du totalitarisme.

            5/ C’est là le plus rigolo dans l’histoire : vous avez aimé la Terreur, vous aimez certainement Robespierre ? qui se réclamait de Rousseau… le plus démocrate des Lumières (et au passage il avait saisi l’importance de l’apprentissage de la démocratie). Au final la République fut un compromis entre les forces réactionnaires et les forces progressistes (un siècle pour cela). Le régime de De Gaulle est un véritable retour en arrière de ce point de vue. Régime détesté par ceux qui se réclament des Lumières, tout particulièrement de ceux que je cite (je vous laisse chercher dans le paysage politique contemporain…).

            6/ La FNAC n’est pas l’auteure des livres qu’elle vend. Sauf quelques têtes d’affiches, les rentrées littéraires se sont des milliers et des milliers de livres, la plupart ne permettent pas à leurs auteurs d’en vivre : encore heureux qu’ils aient le droit d’auteur, sans cela la FNAC pourrait vendre sans rien leur donner, et les auteurs ne pourraient pas utiliser de licences CC-NC pour les en empêcher.

            ——

            ¹ Il y a en France, un marché privé du logement locatif. Cela grève sacrément les budget. Vous êtes bien mignon de me parler du logement social ou des alloc’, mais vous oubliez de dire que ceux qui en font la demande le font parce qu’ils n’ont pas les moyens de se payer une location privée ou une propriété. Le fait est que vous considérez que « faut pas les aider » (je vous cite), et que pour ne pas passer pour un gros conard (c’est important les apparences hein…), il faut trouver une explication, fusse-t-elle totalement alambiquée, sur le servage et j’en passe… Enfin, la taxe foncière, c’est franchement minime face à un loyer (au pif-o-métrique ça doit être moins de 10 %, et encore j’ai bien casqué l’année dernière), et ce ne sera pas demain la veille que je pourrai jeter un œil au budget de mon propriétaire ou encore qu’il me mette à disposition des infrastructures (que ce soit en “béton” – c.-à-d. des bâtiments/réseaux – ou “sociales” – c-à-d. des services). Le privé, c’est une ponction pure et simple. Le logement social c’est financé par le livret A (c’est même pas chié comme solution, ça ne tiendrait qu’à moi, ce serait l’impôt progressif, et quand je dis progressif, c’est progressif “à-la-Mélenchon”;). Puisque vous tenez tant à l’analogie avec le Moyen-Âge, je vous invite à repositionner le débat conformément à la réalité socio-économique du pays et à s’attaquer aux propriétaires privés… toujours là ?

            Au passage, l’insee c’est une vraie mine d’or. 10 s pour trouver le lien, premier résultat google : site de l’insee. Banco ! Pas pour rien que Sarkozy ne l’aime pas.

            • [^] # Re: FOUTAISES !

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Je crois que nous ne nous sommes pas compris. Nous ne sommes pas opposés, nous avons seulement une optique différente.
              C’est parce que vous y voyez une opposition que cette histoire vous semble sans fin.

              Je vais citer quelques passages qui se recoupent dans votre intervention :

              Je vais profiter pour donner un exemple de déterminisme : nous ne sommes pas tous égaux devant le savoir

              Enfin passons aux bibliothèques en admettant qu’il n’y ait plus aucun déterminisme dans la société.

              Tout ça pour dire un truc tout bête : “personne n’a la sciences infuse” : la démocratie, la liberté, acquérir du nouveau savoir, tout cela s’apprend.

              vous vous contentez de postuler que le mec va se créer ex nihilo du savoir

              Enfin, pour finir, pour quelqu’un qui se revendique de vouloir rétablir la démocratie

              Il est curieux par ailleurs de se revendiquer de la démocratie

              parce que ça va démonter tout votre bullshit de manière extrêmement efficace, et ce sur plusieurs points : déterminisme, taxation foncière, rôle de l’école et de l’État, démocratie.

              Et j’y répond : encore faut-il que ce bullshit soit mien.

              • Je n’ai pas défendu le déterminisme, j’ai seulement cité quelqu’un qui a employé ce mot et ce n’est pas cette idée que j’ai commenté. J’ai commenté les idées de familles, d’ethnie, de social etc. qui sont sujet à la « colonisation de l’imaginaire », le sujet d’origine de ce débat.

              J’ai surtout cité Vincent Peillon pour le concept d’arrachage d’enfant que l’on peut rapprocher aux paroles de Laurence Rossignol (sénatrice):

              Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents, ils appartiennent à l’Etat.

              Dans les paroles de Vincent Peillon, je ne pense pas qu’il soit utile de s’attarder sur l’idée d’une école qui donne des chances aux enfants ou encore l’idée que l’école participe à l’élévation de l’enfant, ce sont des lieux communs.

              Une fois écartés les lieux communs, il ne reste plus que l’idée d’arracher l’enfant à sa famille et à sa culture, ainsi qu’une culture particulière qui est présentée comme étrangère à l’enfant. Nous sommes en plein dans le sujet de la colonisation culturelle, qui est ici voulue réalisée par la force et au mépris de la liberté individuelle.

              • Je n’ai pas traité du rôle de l’école. J’ai traité de ce que certain pensent qu’il est, moi je n’en ai pas traité. Si certaines citations traitent de l’école, c’est parce qu’elles possèdent l’idée de colonisation de l’imaginaire.

              Au passage, lorsque Vincent Peillon parle d’arracher les enfants, et lorsque Laurence Rossignol déclare que l’enfant appartient à l’état, nous ne sommes même plus dans le servage. C’est placer l’enfant dans une condition plus contraignante encore que le servage.

              • Je ne me suis pas revendiqué de la démocratie. J’en ai traité seulement. Je ne parle même pas de démocratie comme un idéal, ni même comme un moyen, mais comme une manière.

              Si je traite de démocratie, ce n’est finalement que parce qu’elle est un sujet circonstanciel à notre république et à notre présent. Je suis incapable de montrer si la démocratie est un système efficace ni même qu’il soit applicable. Par contre il est tout à fait possible, de manière circonstancielle, de constater que la république française actuelle (ici et maintenant) est très peu démocratique et que cet état de fait porte de très mauvais fruits.

              Par exemple, puisque dans notre république le mandat est représentatif et non impératif (je ne dis pas s’il doit l’être ou non), alors il est nécessaire que le peuple participe à l’élaboration du bien commun, puisque rien ne garantie que l’élu travaille à l’élaboration du bien commun. C’est un constat circonstanciel : La république française est représentative, il ne faut donc pas que seul le mandat du représentant soit démocratique. Ce n’est finalement que de la méthode.

              • Je n’ai pas défendu que tout le monde était égal devant la science et la culture, ni dans le savoir, ni dans la capacité d’acquérir ce savoir. D’ailleurs, le sujet du débat est la décolonisation de l’imaginaire et qu’y a t’il de plus inégal, ou plutôt, qu’y a t’il de moins singulier que l’imaginaire ?

              Je terminerai donc sur l’état et sur cette anecdote de la taxation foncière qui ne fut pas choisie par hasard, parce qu’elle est pleine de sens et image d’un ensemble qui la contient.

              Il faut les financer. Je ne connais pas le budget type d’une commune mais il me semble que la taxe foncière en fait partie

              Ce sujet est en soi accessoire, mais est un excellent révélateur dans le discours présent et c’est pourquoi je l’ai choisi. Ce sujet montre en quoi nous ne sommes pas opposés et que ce qui nous distingue est tout simplement le discours, ce qui forme une conversation.

              J’ai choisi un point essentiel de l’organisation politique d’un territoire : la présence d’une autorité qui régule par divers moyens son occupation et sa répartition, et qui s’occupe à la protection de la terre et des habitants. Par exemple on trouvera dans ces moyens les lois qui interdisent de construire en certain lieux, ce qui peut être pour protéger l’habitant ou bien pour protéger la terre vis-à-vis de l’habitant. On trouvera encore l’exemple actuel : la taxe foncière.

              Je montre ainsi que notre république ne fait que reproduire une particularité du servage. Mais, peut-être est-ce nécessaire ? C’est une vraie question ! Non pas qu’il faille défendre le servage, mais comprendre en quoi le servage a pu intégrer des mécanismes qui se révèlent peut-être nécessaire à l’organisation d’une société humaine, mécanismes que l’homme ne peut s’empêcher de reproduire parce que peut-être il en exprime le besoin ? La taxe foncière est contraignante, mais peut-être est-elle une contrainte utile à l’équilibre d’une société humaine ?

              Vous avez écrit :

              il y a un principe fondamental de la démocratie, c’est adhésion au fait que nous formons une collectivité.

              On dira surtout que cette collectivité est la république plutôt que la démocratie, la république étant la chose publique et la démocratie un de ses caractères. Mais cela n’a pas de grande importance. Ce qui est important c’est que l’idée de république est l’idée exacte du servage. Le citoyen fait corps avec la république comme le serf avec la terre, cette chose publique.

              J’avais écrit :

              La base d’imposition de la taxe foncière est indexée sur la valeur locative cadastrale, ce qui fait de toute propriété une location de fait, l’état tenant le rôle du propriétaire éminent, mais sans en porter le nom. Le propriétaire foncier en France est censitaire de fait.

              J’ai omis la conclusion :

              On constate donc que lorsque le 8 août 1779 le roi Louis XVI abolit le servage, il se trouve qu’en fait il n’aboli pas le servage, il le transforme en monopole d’état.

              L’établissement de la république ne fut ensuite que le transfert de la seigneurie depuis une personne physique vers une personne morale nouvellement établie.

              Finalement, de révolutions en révolutions, l’homme sédentaire reproduit les mêmes schémas : l’homme appartient à une terre et est imposé sur son occupation du territoire, et il doit subsistance à la seigneurie qui l’administre lui et la terre et qui le protège. Lorsque l’homme quitte le territoire auquel il est attaché il ne peut vivre temporairement dans le territoire d’accueil qu’en cas de contrat entre deux seigneurie et uniquement selon les termes de ce contrat. Si la seigneurie est acquise par une autre seigneurie, les habitants du territoire sont acquis par cette autre seigneurie.

              L’histoire montre que selon l’époque ou le lieu, ce servage peut-être confortable ou bien insupportable…

              Le problème c’est qu’on justifie le présent en travestissant le passé, et on travesti le présent pour rêver d’un futur impossible. On nous enseigne des mythes pour justifier de notre soi-disante liberté de révolutionnaire.

              Si j’ai cité quelques anecdotes sombres de notre histoire, ce n’est que pour rappeler que si on fantasme tant sur les âges noir de l’horreur pré-révolutionnaire, il faut constater que cette mythique horreur était plus douce que la révolution elle-même, et que si notre servage actuel est confortable, il l’est peut-être bien malgré la révolution.

              En fait on constate en France un assouplissement continu du servage dans le temps. Il ne ressemblait déjà plus à un esclavage quand il fut aboli par Louis XVI, et ce depuis de nombreux siècles. On ne fait que constater une tendance générale qui s’étale sur une période historique très longue, pour en venir dans notre monde contemporain à la libre circulation des biens et des personnes.

              À la lumière de cette lente évolution du servage, la révolution semble alors n’être qu’un mouvement contingent. La révolution ne fut qu’une déclaration de liberté qui s’est réalisée par une privation de liberté plus grande, et il a fallu d’abord rétablir l’état de liberté que la révolution avait détruit pour reprendre l’évolution de cette liberté.

              Dans l’histoire de l’homme et de son attachement à la terre et de ses libertés personnelles, la révolution fut une rechute. Si elle permit aussi l’avènement d’une république en remplacement d’une monarchie, cela ne change rien à cette état de fait concernant la liberté (d’où la contingence).

              D’ailleurs ce n’est peut-être pas l’absence de servage qui fait la liberté, ça c’est ce qu’on vend au peuple pour qu’il fasse la révolution à notre place. ;)

              Vous avez écrit :

              je vous invite à repositionner le débat conformément à la réalité socio-économique du pays et à s’attaquer aux propriétaires privés… toujours là ?

              Et bien voyez vous, la différence entre le propriétaire privé d’aujourd’hui et le seigneur d’autrefois, c’est que la terre du seigneur d’autrefois était l’habitat et le travail de la population, sans exclusion. Le propriétaire d’aujourd’hui exclu le non-propriétaire de la terre, le propriétaire d’autrefois avait devoir envers la population non propriétaires qui habitaient la terre, et loin de pouvoir exclure les hommes, il devait garantir leur sécurité.

              De ce point de vue, la situation actuelle est pire que le servage. Bon heureusement, selon d’autres points de vue, elle est meilleure : pouvoir être exclu implique pouvoir se détacher d’une terre, et la libre circulation des personnes implique également de pouvoir se détacher d’une terre…

              Le mécanisme de domiciliation s’appuie sur l’attachement à la terre pour former un mécanisme d’exclusion, le mécanisme de servage s’appuie sur l’attachement à la terre pour former un mécanisme de cohésion. C’est ici que l’analogie de notre société moderne avec la société de servage s’arrête. Pour le reste, les contraintes d’attachement à la terre sont très similaires parce que l’homme ne cesse de les reformer.

              Vous ajoutez entre autre :

              À ce sujet et en aparté je recommande, à ceux qui prônent le tirage au sort de lire La démocratie athénienne à l’époque de Démosthène

              En ayant écrit un peu plus avant :

              Et l’enfant n’a absolument pas choisi cet état de fait (on ne choisit pas sa famille, son milieu social, etc.), et une fois devenu adulte, il y a de grandes chances de le reproduire de fait avec ses enfants.

              Je terminerai par là.

              J’entends souvent parler de démocratie et de tirage au sort, j’aimerai rappeler à certains de ses défenseurs d’y réfléchir à deux fois, parce qu’il existe déjà un système politique avec tirage au sort : c’est la monarchie héréditaire. Le candidat à la succession n’est pas seulement tiré au sort, il est lui même le fruit d’un tirage au sort. Il ne choisit ni sa famille ni son milieu social. C’est le seul tirage au sort qui garantit l’impuissance du candidat lui-même à pouvoir influer sur ce tirage. Le prédécesseur ne peut qu’informer ou former le candidat, il ne peut pas le choisir. L’hérédité n’enlève rien au tirage au sort, car le tirage au sort implique une part d’imprévu et une part de rêgle, tout comme le lancer de dé implique le dé et sa forme.

              Comme la filiation est ce qui choisi le moins d’état de fait, je me méfie des idées de tirage au sort idéal… :)

              Pour terminer, je dirai juste que je me méfie des histoires mythiques qu’on veut nous faire répéter.

              Je me méfie des mythes du genre « avant la révolution l’homme était attaché à une terre et payait de très lourds impôts, et grâce à la révolution on est libre », alors que la société actuelle est fondée sur la domiciliation et qu’avant de pouvoir être imposé en foncier ou TVA, l’homme est déjà taxé à 50% de son salaire, ce qui est bien plus qu’une dîme…

              La réalité est plutôt, comme montrée plus haut, l’établissement de la seigneurie comme un monopole d’état puis le transfert de cette seigneurie depuis une personne physique vers une personne morale, ainsi qu’une réattribution des privilèges (plutôt qu’une abolition). Cela est plus important que le mythe de l’homme libre.

              Je me méfie justement du mot liberté-mantra qui a été porté pendant la révolution. On ne peut que constater que ce mot liberté n’était qu’un homonyme de la liberté, puisqu’on pouvait tuer ou priver de liberté quelqu’un sous prétexte de cet homonyme. Lorsqu’on dit tuer quelqu’un parce qu’il refuse d’être libre alors que c’est en fait un choix libre qui est prétexte de sa mort, la substitution est un fait. Cet homonyme qu’emploient encore certains de nos politiques dans leur discours n’a toujours pas été défini, malgré qu’il soit souvent employé comme substitut à la liberté. C’est un très bel exemple de colonisation culturelle.

              Merci pour la répartie et pour le temps passé, l’échange fut très intéressant ! :)

              ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

  • # Problématique de pays riches

    Posté par . Évalué à 10.

    Ces problématiques sont principalement celles de pays riches, et, dans les pays en voie de développement, d'élites très restreintes.
    Pour ce que je connais en Afrique, la langue officielle imposée par l'ancien colonisateur est largement en perte de vitesse. Dans la plupart des pays, la langue officielle (occidentale) dérive en un créole ou pidgin dont le rôle est d'être une langue de communication entre les ethnies dont les langues ne sont pas du même groupe linguistique.
    Deux exemples : Au Liberia, pays anglophone, 100% des candidats ont échoué à l'examen d'entrée en université, principalement à cause de leur niveau en anglais.
    Au Bénin, un discours en français est systématiquement rediffusé en 2 ou 3 langues locales afin que la population le comprenne.

    Si les religions monothéistes sont très bien implantées en Afrique, même un pasteur, prêtre ou imam ira voir un pratiquant des religions traditionnelles pour demander de l'aide. Il y a même une recrudescence des sacrifices humains dans certaines régions aussi bien en Afrique centrale qu'en Afrique de l'est.

    Enfin, la majorité de la population a un intérêt principal: réussir à manger à sa faim tous les jours quand le revenu moyen est inférieur à 2€ par jour.
    Alors pour espérer avoir un jour accès à un confort de vie similaire à celui des pays riches, tous les moyens sont bons et les régulateurs occidentaux peuvent toujours parler.

    • [^] # Re: Problématique de pays riches

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Ces problématiques sont principalement celles de pays riches,

      Non au contraire. Cette problématique est avant tout celle des pays pauvres.

      • avoir une politique agricole indépendante des semenciers
      • pouvoir fabriquer des médicaments génériques
      • pouvoir fournir de l'instruction, de la recherche, de la culture à moindre coup

      Dans la plupart des pays, la langue officielle (occidentale) dérive en un créole ou pidgin dont le rôle est d'être une langue de communication entre les ethnies dont les langues ne sont pas du même groupe linguistique.

      Je ne vois pas de meilleur exemple de ce que dénonce l'auteur du journal. Si encore la langue officielle était le créole. Le divorce entre la langue légale et usuelle est une stratégie de colonisation des esprits qui a fait ces preuves. Elle fut/est entre autre largement utilisé par les religions (le latin pour les catholiques, l'arabe pour l'Islam) et par les colonisateurs de toutes sortes.

      100% des candidats ont échoué à l'examen d'entrée en université, principalement à cause de leur niveau en anglais.

      Nous voila tristement rendu à la messe en latin et à la Gaule antique

      • [^] # Re: Problématique de pays riches

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Le divorce entre la langue légale et usuelle est une stratégie de colonisation des esprits qui a fait ces preuves. Elle fut/est entre autre largement utilisé par les religions (le latin pour les catholiques, l'arabe pour l'Islam) et par les colonisateurs de toutes sortes.

        Euh, le latin on le doit à l'empire romain. En général les colonisations ont exporté leurs langues vernaculaires (espagnol, portuguais, français, anglais) et ce indépendamment de la religion. Et quand dans une colonie une langue légale était le latin alors que le colonisateur importait déjà une autre langue, c'est que le latin jouait déjà le même rôle dans le pays colonisateur (une langue technique, en somme). Donc si la messe était en latin au Brésil comme au Portugal, c'est que le latin était une langue technique (ou une langue de science)

        Donc je suis d'accord avec ta remarque:

        100% des candidats ont échoué à l'examen d'entrée en université, principalement à cause de leur niveau en anglais.

        Nous voila tristement rendu à la messe en latin et à la Gaule antique

        Mais je relève juste le fait que le latin en colonie n'était pas là par logique de colonisation, puisque ce même latin était présent chez le colonisateur et pour des raisons qui ne sont pas la colonisation. Le divorce linguistique se faisait surtout sur la langue vernaculaire.

        À noter un autre exemple de forme de colonisation culturelle: l'effort d'écraser les langues régionales par le français de paris.

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

        • [^] # Re: Problématique de pays riches

          Posté par . Évalué à 2.

          Et quand dans une colonie une langue légale était le latin alors que le colonisateur importait déjà une autre langue, c'est que le latin jouait déjà le même rôle dans le pays colonisateur (une langue technique, en somme). Donc si la messe était en latin au Brésil comme au Portugal, c'est que le latin était une langue technique (ou une langue de science)

          Gni ? La messe catholique a été dite en latin bien longtemps après que l'empire romain d'occident se fût effondré… Et bien longtemps après que quiconque dans le peuple sût encore parler latin, et même après que les premières bibles en langue vernaculaire fussent apparues.

          Ce n'était pas par ailleurs une "langue technique" en quoi que ce soit puisqu'on était bien obligés de parler de religion dans la langue vernaculaire, aussi (sinon comment l'expliquer aux habitants ?). De la même manière qu'aujourd'hui on est capables d'utiliser le français pour parler d'informatique, fût-ce au prix de quelques emprunts lexicaux. Donc le latin ne s'imposait en rien pour des raisons techniques.

          • [^] # Re: Problématique de pays riches

            Posté par . Évalué à 1.

            Ce n'était pas par ailleurs une "langue technique" en quoi que ce soit puisqu'on était bien obligés de parler de religion dans la langue vernaculaire, aussi (sinon comment l'expliquer aux habitants ?). De la même manière qu'aujourd'hui on est capables d'utiliser le français pour parler d'informatique, fût-ce au prix de quelques emprunts lexicaux. Donc le latin ne s'imposait en rien pour des raisons techniques.

            De fait vu que les écrits qu'ils soient scientifiques, philosophiques ou théologiques étaient en latin cela en fait LA langue associée à la "technique" ou plus exactement au savoir. Celui qui la maîtrise y a accès et les autres n'ont plus qu'à l'écouter.
            Il n'a jamais affirmé que le latin s'imposait pour des raisons techniques.

            • [^] # Re: Problématique de pays riches

              Posté par . Évalué à 4.

              De fait vu que les écrits qu'ils soient scientifiques, philosophiques ou théologiques étaient en latin cela en fait LA langue associée à la "technique" ou plus exactement au savoir. Celui qui la maîtrise y a accès et les autres n'ont plus qu'à l'écouter.

              Je crois qu'il y a un problème de compréhension. La messe catholique en latin a duré jusqu'au vingtième siècle (jusqu'au concile Vatican II, et même après pour quelques irréductibles). Cela faisait des siècles que les écrits "scientifiques, philosophiques ou théologiques" n'étaient plus en latin, et donc que le latin n'était plus "la langue associée au savoir".

              • [^] # Re: Problématique de pays riches

                Posté par . Évalué à 1.

                En effet on a eu un petit problème de compréhension. Je suis d'accord avec toi sur le fait que son import dans les colonies - passé une certaine période - s'est faite pour des raisons historiques ou traditionnelles propres aux pays colonisateurs. L'utilisation prolongée par l'église n'est certes pas liée à une raison technique mais aux traditions.

                De la même manière qu'aujourd'hui on est capables d'utiliser le français pour parler d'informatique, fût-ce au prix de quelques emprunts lexicaux.

                C'est une très bonne analogie. Aujourd'hui un informaticien ou un scientifique qui ne parle pas Anglais va se couper de la majeure partie des publications ou du contenu disponible dans son domaine. Comme ce fût le cas pour le Latin historiquement. C'est en cela que ton affirmation selon laquelle le latin n'était pas une langue technique m'avait interpellé.

                • [^] # Re: Problématique de pays riches

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  C'est dans ce sens en effet que j'ai parlé de « langue technique » au sujet du latin. Je n'ai pas trouvé d'autres mots pour le dire. Au moment des grandes colonisations européennes, le latin était là comme langue dédiée à certains usages (science, liturgie) et il y avait déjà dans les pays colonisateurs la distinction entre la langue vernaculaire et le latin. C'est pourquoi, si le latin a donc été apporté par les colonisateurs dans leur bagage, on pourra difficilement l'attribuer à une volonté liée à la colonisation puisque la méthode était aussi appliquée dans les pays colonisateurs.

                  La présence du latin dans les pays européens est liée à la colonie romaine qui n'est pas liée au christianisme parce qu'elle le précède. Le christianisme occidental s'est donc approprié le latin et est certainement parmi les plus grand acteur de sa survivance, mais sa survivance fut également liée à d'autres domaines (mathématiques, philosophie, astronomie, droit, etc.). Au moment des grandes colonies européennes, l'usage du latin est globalement restreint au territoire historique de l'empire romain, alors que le christianisme est beaucoup plus vaste et se passe de latin sur des territoires et des populations aussi grandes (principalement grec et slavon avec l'orthodoxie mais quelques autres langues qui survivent encore aujourd'hui, comme l'araméen chez les chaldéens).

                  C'est pourquoi je pense que l'arrivée du latin dans les colonies européennes est surtout due à des causes politiques. La première cause politique fut la colonie de l'empire romain dans l'antiquité, et la seconde cause politique fut les colonies "nouveau-monde" par les sociétés qui héritaient de la langue et de la culture romaine. Si la religion a joué un très grand rôle dans les colonies, je ne pense pas que la langue latine aie vraiment été voulu comme un instrument de colonie, et pas spécialement pour la colonisation religieuse. La colonisation religieuse pouvait se passer de latin, mais elle ne s'en est pas passée parce que le colonisateur lui-même ne s'en passait pas. Le latin faisait partie du bagage du colonisateur quoiqu'il fut du religieux.

                  ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

      • [^] # Re: Problématique de pays riches

        Posté par . Évalué à 4.

        Nous voila tristement rendu à la messe en latin et à la Gaule antique

        Oui, nous voila tristement rendu au temps des prières en arabes, du pèlerinage à la Mecque, etc !

        LinuxFr, parfois c'est bien de la MERDE : http://linuxfr.org/news/cpp17-exprime-la-virgule-flottante-en-hexadecimal-et-offre-des-cadeaux-aux-lecteurs-de-linuxfr-org#comment-1686201

      • [^] # Re: Problématique de pays riches

        Posté par . Évalué à 6.

        Dans la plupart des pays, la langue officielle (occidentale) dérive en un créole ou pidgin dont le rôle est d'être une langue de communication entre les ethnies dont les langues ne sont pas du même groupe linguistique.

        Je ne vois pas de meilleur exemple de ce que dénonce l'auteur du journal. Si encore la langue officielle était le créole. Le divorce entre la langue légale et usuelle est une stratégie de colonisation des esprits qui a fait ces preuves. Elle fut/est entre autre largement utilisé par les religions (le latin pour les catholiques, l'arabe pour l'Islam) et par les colonisateurs de toutes sortes.

        Faut voir. Si la langue du colonisateur remplace une autre langue de communication inter-ethnique en réussissant l'exploit d'être moins efficace, alors oui.

        Si avant la colonisation ils ne se parlaient pas faute de manque d'interprètes, alors j'appelle ça un progrès!

        (Bon évidemment ici je ne parle pas des territoires respectifs et acceptés depuis des lustres retravaillés avec une règle et une équerre.)

      • [^] # Re: Problématique de pays riches

        Posté par . Évalué à 6.

        Je ne vois pas de meilleur exemple de ce que dénonce l'auteur du journal. Si encore la langue officielle était le créole. Le divorce entre la langue légale et usuelle est une stratégie de colonisation des esprits qui a fait ces preuves. Elle fut/est entre autre largement utilisé par les religions (le latin pour les catholiques, l'arabe pour l'Islam) et par les colonisateurs de toutes sortes.

        Je me fends d'un autre commentaire sur le sujet:
        Je doute fortement que l'imposition de la langue soit le résultat d'une "stratégie de colonisation des esprits". Ce dernier point est un effet secondaire.

        La colonisation reposait sur l'idée que le colonisateur apporte la civilisation à des sauvages (et puis une fois sur le terrain: les réduire en esclavage et piller leurs ressources en bon catholiques qui se respectent… hum…)

        Dans ce contexte et ce paradigme, enseigner la langue du colonisateur apparaît comme un bénéfice pour tout le monde!
        -le colonisateur aura une bien meilleure qualité de vie s'il peut communiquer avec tout les colonisés
        -les colonisés peuvent accéder plus facilement à la connaissance du colonisateur et ainsi combler leur retard

        Bon, encore une fois, entre la théorie et les beaux-discours envoyés en métropole, et la pratique, c'était plutôt "Ici maintenant c'est la France, et en France, on parle Français!". Les colons ont déjà prouvé leur supériorité militaire, ce serait quand même un comble que le vainqueur doive faire des efforts pour comprendre le vaincu, n'est-ce pas?

        Le fait que la colonisation ait finalement été reconnue comme une tentative de détruire des cultures locales existantes pour en imposer une nouvelle ne permet pas de revenir sur tout et voir des complots subtils pour accroître l'emprise du colonisateur partout.

        D'ailleurs, l'imposition de la langue s'est faite alors que la communauté scientifique occidentale prenait encore les noirs pour des attardés mentaux. Qui irait imaginer un plan de colonisation des esprits pour des attardés mentaux?

        Je ne sais plus qui a dit: "N'attribuez pas à la malveillance ce qui peut s'expliquer par l'incompétence!"

    • [^] # Re: Problématique de pays riches

      Posté par . Évalué à 3.

      Ces problématiques sont […] et les régulateurs occidentaux peuvent toujours parler.

      Beaucoup d'informations (affirmations) et pas de source…

      C'est mal !

      • [^] # Re: Problématique de pays riches

        Posté par . Évalué à 10.

        Beaucoup d'infos sont des observations autours de là où j'habite, dans un village béninois à la frontière du Nigeria. La plupart des habitants parlent yoruba et fon, mais la majorité ne parle quasiment pas français. Même les informations officielles à la radio et à la télé sont en plusieurs
        langues. Un journalier est payé 2€ par jour, une serveuse 38€ par mois alors que le smic est à 53€.
        Pour les infos sur le Liberia, c'était dans le guardian et aussi sur slateafrique.
        Sur les religions, je travaille avec un prêtre d'Ifa, ce que nous appelons vaudou et quelque soit la religion la religion pratiquée, tout le monde respecte les pratiques et craint le passage dans la rue des "revenants", "fantômes", et autres personnages en costume et masque traditionnels.
        Une bonne œuvre : le site de la lutte contre les crimes rituels en Afrique
        http://continuonslalutte.org/l-alcr-1.html

        Les travaux pour la production locale de semences en Afrique est mené par les instituts gouvernementaux : CNRA en Côte d'Ivoire, NIFOR au Nigeria, INRAB au Bénin, IRAD au Cameroun. Les semences occidentales sont rarement adaptées aux conditions climatiques et trop chères à importer. Même la fourniture d'intrans pose problème quand ils ne sont pas produits sur place.

        Ici, le meilleur exemple du "on n'en a rien à faire des lois" est l'essence : l'essence "payo", seule essence disponible à 60km à la ronde est issue de pétrole prélevé sur les oléoducs Nigerians, raffinée dans les marais autour de Port Harcours, puis transportée en contre-bande au Bénin. Il y a eu une émission "les routes de l'impossible" dédié à ce trafic.

        Il faut se rendre compte que l'information sur ce qui se passe en Afrique sub-saharienne ne sort quasiment jamais de la presse locale ou spécialisée.

    • [^] # Re: Problématique de pays riches

      Posté par . Évalué à 7.

      Ces problématiques sont principalement celles de pays riches, et, dans les pays en voie de développement, d'élites très restreintes.

      Hmm… Clarifions:
      -Ces problématiques concernent tout le monde
      -Mais en dehors des habitants des pays riches et des "élites" (en termes financiers?) des pays en voies de développement, le peuple n'a pas les ressources pour se pencher dessus (temps libre, niveau d'éducation, et forcément accès à l'information).

      • [^] # Re: Problématique de pays riches

        Posté par . Évalué à 5.

        -Ces problématiques concernent tout le monde

        Moui.. peut-être que les gens ont le droit de décider de quelles problématiques les concernent, aussi. Tu n'aimerais pas qu'on te fourre un problème sous le nez en tenant un discours expliquant que tu dois forcément te sentir concerné.

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Problématique de pays riches

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Tout le monde s'en fout de la vie privée (ils ont des problèmes qu'ils considèrent comme «plus important»), mais je pense que ça concerne tout le monde. Maintenant j'ai le droit de leur en parler, de faire de la sensibilisation.

          Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

          • [^] # Re: Problématique de pays riches

            Posté par . Évalué à 2.

            je pense que ça concerne tout le monde.

            C'est pourtant le résultat d'une certaine construction de la société (avec une dichotomie public/privé), et l'attachement au caractère privé de certains aspects de notre vie. Ce n'est pas universel, dans le sens où ce n'est pas une caractéristique intrinsèque de l'être humain.

            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: Problématique de pays riches

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Disons que ça n’est pas parce que ça porte atteinte à la vie privée, mais parce qu’il y a une surveillance «par défaut» dans notre dos. Et ça c’est un problème (d’avoir un gouvernement incontrôlable).

              Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

  • # Aie

    Posté par . Évalué à 3.

    Il y a de nombreux points un peu fumeux dans l'article, même si de manière générale j'en partage le point de vue. Mélanger les concepts de colonisation et de dépendances économique (cas des semences non fertiles) est une erreur. Ce sont deux concepts différents: l'un va étendre les "frontières" de chez soit sur d'autres contrées, puis y piller les ressources, alors que l'autre concept laisse l'Autre chez lui mais organise sa dépendance économique, ce qui est, en quelque sorte pire.

    Néanmoins:
    - le savoir de manière générale n'a effectivement jamais été autant diffusé: par internet, par des associations locales, … Beaucoup d'industriel vont jouer sur l'ignorance mais ce n'est que le manque de moyen qui limite la diffusion du savoir envers ses populations. Il faut des politiques d'éducations efficaces.
    - on ne peut travailler sans argent. Comme dans l'art ou oui on a besoin de mécènes, de gens qui payent pour de l'art, le savoir doit avoir pouvoir rémunerer les gens. Le brevetage de sequences ADN est certe ridicule, mais il n'y a pas d'autres outils disponibles aux industriels pour proteger leurs investissements. Trouvons d'autres outils pour satisfaire tout le monde plutot que de leur dire qu'ils ont tord d'utiliser ce qui est légalement à leur disposition.
    - il y a une prise de conscience sur l'impact de nos politiques sur les populations d'afrique (ou d'asie). Dans les années 80 nos trop plein ont réorientées les paysans des pays en développement vers des cultures d'exportations. Aujourd'hui de nombreuses voix se lèvent contre une nouvelle forme de dépendances economique qui se met en plae avec ces semences infertiles. Il faut informer les gens, faire du lobbying, se battre avec les mêmes armes.

  • # L'article commence très mal

    Posté par . Évalué à 3.

    L'article commence très mal, le lien entre les semences a acheter chaque année et le servage ne me parait pas du tout évident, surtout que les paysans ont le choix entre acheter des semences replantablex ou pas, de la même manière que j'ai le choix entre louer ou acheter un appartement.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.