Deux polices libres cursives

Posté par . Modéré par Amaury.
Tags : aucun
1
26
juin
2007
Éducation
Deux polices cursives (écolier court et écolier ligne court) viennent d'être libérées, aidées en cela par votre serviteur (mais je remercie l'auteur, J.M. Douteaux, qui a une part non négligeable dans cette libération ;-). Pour connaître le pourquoi du comment, le mieux est d'aller lire l'article sur framablog (cela m'a pris quatre mois d'explications et de persévérance, tout de même, mais cela en valait la peine).

Outre d'accroître la visibilité de ces nouvelles polices (qui serviront aux professeurs des écoles notamment), cette dépêche a aussi pour objectif de lancer deux appels :
  1. Bruno Coudoin, le développeur de Gcompris, n'a pas le temps actuellement d'intégrer la police écolier dans son logiciel. Une bonne âme sera-t-elle disponible pour l'aider ?
  2. Nous espérons une intégration prochaine de ces polices dans OOo mais il faudra s'assurer de la parfaite compatibilité de celles-ci et de l'intégration des caractères des autres langues. Là encore, si une personne pouvait aider, ce serait bien.

NdM : les polices Écolier "lignes court" et "court" étant sous licence OFL pourront être intégrées à des logiciels libres, les autres étant sous CC-by-nc-nd ne pourront pas être intégrées à des logiciels libres et encore moins à des distributions Linux libres. Il existe aussi frcursive sous licence LPPL, évoquée dans le journal de fleny68.
  • # Et TuxPaint alors

    Posté par . Évalué à 7.

    Comme ce sont des polices pour l'école, elles sont très bien dans TuxPaint. Et elles y marchent très bien. Voici la marche à suivre:

    1) installez une version raisonnablement récente de TuxPaint. 0.9.16 est pas mal.
    2) copiez les ttf dans /usr/share/tuxpaint/fonts, ou /usr/local/share/tuxpaint/fonts, ou C:\Program Files\TuxPaint\fonts enfin vous avez compris le système.
    3) démarrez ou redémarrez tuxpaint. Les polices y sont.

    Pour frcursive, la police METAFONT dont je parle dans le journal, il faut faire un ttf. mftrace fit ça à peu près bien. Mais il faut en plus le corriger pour que l'espace soit un peu plus large. Sinon c'est inutilisable dans tuxpaint.

    Je trouve Ecolier_court plus joli que frcursive. Mais bon c'est une question de goût.

    Les bonnes questions étant:
    1) comment savoir si la plage de caractère couverte est correcte dans ces polices?
    2) Quels pays utilisent ce genre d'écriture? Les polices qualifiées de "HandWritten" qu'on trouve sur le net sont souvent des polices de type BATON.
    • [^] # Re: Et TuxPaint alors

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      A propos de frcursive et de faire une version ttf, une des choses que je comprends de la page des explications d'Emmanuel Beffara (paragraphe http://www.pps.jussieu.fr/~beffara/soft/frcursive/#truetype ), c'est qu'une police de caractères (en particulier cursive), ce n'est pas juste les dessins des lettres : la façon dont elles se lient les unes aux autres est particulièrement importante, et aucun programme n'est en mesure de convertir ces informations d'une fonte metafont vers du ttf.

      Le seul programme de gestion de fontes que je connais est fontforge (convertit à peu près de n'importe quel type de fonte vers n'importe quel type de fonte), qui est capable me semble-t-il de dire si une fonte comprend tous les caractères de l'encodage visé, et qui devrait donc répondre à la question 1.

      Pour la question 2, vu que j'ai toujours appelé la "belle" écriture cursive de l'écriture anglaise, je suppose que les polices BATON* ne sont pas la seule forme de caractères qui est apprise par les écoliers britanniques (même si Gill Sans semble être leur police de prédilection)

      *) je dis plutôt script quand c'est une police baton manuscrite (mais c'est un mauvais usage de ma part), et sans-serif quand c'est une police d'une machine.
  • # les autres polices

    Posté par . Évalué à 8.

    JM Douteau n'a pas l'intention de basculer les autres polices sous licence libre (inutile donc de le questionner sur ce point). C'est son choix, c'est tout. Dans cette démarche, ce que fut intéressant, c'est tout le travail d'explication. En effet, au départ, JMD souhaitait que personne ne puisse profiter de son travail pour faire de l'argent avec. Il demandait donc que les polices soient intégrées dans gcompris linux mais pas gcompris windows (payant). Il a fallu expliquer alors pourquoi ce n'était possible (ben oui, quand on ne baigne pas dedans, quand on ne connait pas la gpl et tout ce qui gravite autour du libre, forcément, on se pose des questions) et expliquer aussi qu'avec une licence libre, qqu'un peut vendre son produit. JMD s'est montré très curieux (il a pris la peine de lire la gpl) et a cherché à comprendre les tenants et les aboutisants de sa démarche.
    Merci à lui et à fleny68 pour ses précisions.
  • # Essayez les en ligne

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Si ça vous chante, vous pouvez les essayer en ligne (il faut faire plusieurs essais car la police est tirée au hasard), tout en faisant vos devoirs :

    http://www.librelogiciel.com/software/punishment/action_Pres(...)

    ATTENTION : ne pas taper d'accent car pour l'instant le programme ne les gère pas de manière propre.
  • # NoDerivs

    Posté par . Évalué à 7.

    Bon, je vais répéter ça ici parce que ce serait peut-être plus vu que le journal :

    Selon [http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/], le "nd" du CC-by-nc-sa veut dire :

    No Derivative Works. You may not alter, transform, or build upon this work.


    Build upon this work ça correspond exactement à l'utilisation d'une police dans un texte, à ma connaissance. Alors comment peut-on même penser à mettre une police sous ce genre de licence ? Ou alors le CC-by-nc-nd autorise tout de même à ré-utiliser le travail dans le cas d'une police ? J'ai du mal à comprendre.



    À part ça, est-ce qu'il n'y a que chez moi qu'il y a un problème avec la page chez creativecommons.org ? Les deux versions françaises (fr et fr_CA) sont en anglais chez moi alors que les versions dans d'autres langues sont bien dans la bonne langue.
    • [^] # Re: NoDerivs

      Posté par . Évalué à 1.

      Les font libre sont sous licence OFL.

      "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: NoDerivs

      Posté par . Évalué à 3.

      Quand on lit la licence, on dirait que les fontes rentrent dans le cadre des Oeuvres dites collectives...
      Et dans ce cas, la licence autorise les arrangements des bouts de l'oeuvre entre eux... par contre, il semble que le texte écrit avec la fonte constitue toujours une oeuvre qui tombe automatiquement sous le coup de la license cc-by-nc-nd... ce qui est plutôt génant.
  • # W majuscule

    Posté par . Évalué à 3.

    Bonjour,

    J'ai un problème avec le W sur lequel subsiste apparemment la ligne basse dans la police Écolier court.

    Merci beaucoup pour le travail réalisé.
    BM
  • # Andika par SIL

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Suite à ce post je suis retourné voir sur le site de SIL International (qui font Gentium et la licence OFL entre autres). Visiblement ils ont une nouvelle police en préparation : Andika (http://scripts.sil.org/andika ). C'est une sans-sérif toute simple, faite pour enseigner la lecture (les lettres sont bien distinctes les unes des autres).
    • [^] # Re: Andika par SIL

      Posté par . Évalué à 3.

      (les lettres sont bien distinctes les unes des autres)
      C'est bien ça pour les astygmates aussi.
  • # Bientôt dans Debian/Ubuntu

    Posté par . Évalué à 1.

    La mise en paquet (packaging) des fontes libres Ecolier est en cours dans le cadre de l'équipe fontes libres de Debian (Debian Fonts Task Force). Voir la page web pour de détails: http://pkg-fonts.alioth.debian.org/

    Ce va permettre de rendre le tout plus largement disponible. Les paquets qui en auront besoin pourront déplarer une dépendance.

    Un grand merci à Jean-Marie Douteau et Julien Noël pour leurs efforts. Et bien sûr à Bruno Coudoin pour Gcompris :-)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.