La fin de la neutralité du net ?

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, Nÿco, Xavier Claude et palm123. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
Tags :
37
19
jan.
2014
Internet

Un tribunal fédéral des USA a rendu un jugement favorable à Verizon. Le tribunal juge que la FCC (la commission fédérale des communications), ne pouvait valablement mettre en place cette règle. Celle-ci interdit aux fournisseurs d'accès la mise en place des mesures discriminatoires quant aux contenus disponibles. Il faut noter que le jugement précise bien que c'est parce que la FCC n'a pas classé les FAI américains dans la même catégorie que les fournisseurs d'accès téléphonique pour qui une règle similaire est légale.

À terme le réseau internet pourrait alors glisser vers un modèle équivalant à l'abonnement de la télévision par câble. De grosses entreprises du net tel que Google ont soutenu Verizon, elles y voient l'occasion de mettre en avant leur contenu en payant.

SaveTheInternet.eu

Côté européen, à « quelques semaines des étapes législatives cruciales pour le futur règlement sur le Marché unique des télécommunications, une coalition d'organisations européennes SaveTheInternet.eu invite les citoyens à faire entendre leur voix en appelant leurs eurodéputés à protéger la neutralité du Net. »

  • # Le début de la fin, la fin du début

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Comme précisé à l'instant assez clairement par l'émission Soft Power, et indiqué dans le paragraphe mis en avant dans le document, l'avis ne concerne pas tant la neutralité du Net que la compétence de la FCC dans le cas présent.

    Prochainement, je vous proposerai peut-être un commentaire constructif.

    • [^] # Re: Le début de la fin, la fin du début

      Posté par . Évalué à 3.

      Le problème c'est que si la FCC n'a aucune compétence ça veut dire que toute limite ou régulation économique est illégale.
      L'argument invoqué, il me semble, est la liberté d'entreprendre. C'est un principe à valeur constitutionnel qui rend toute décision dans le sens d'une neutralité illégale à priori. Si la Cours Suprême valide cet arrêt c'est la fin de la neutralité du net.

      • [^] # Re: Le début de la fin, la fin du début

        Posté par . Évalué à 8.

        Mais heu, on peut appliquer le même argument pour l'écologie, le social…
        Enfin c'est aussi l'idéologie derrière TAFTA je crois. Ce pays part vraiment en couille…

  • # SFR a déjà répondu

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    La réponse de SFR : http://imgur.com/aHxjUOz

    Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

    • [^] # Re: SFR a déjà répondu

      Posté par . Évalué à 1.

      Oui eux comme free ont tout simplement décidé de ne pas respecter la règle. C'est le principe du "grattage" j'enlève un petit bout, puis un autre, si les gens râlent je fais demi-tour puis je recommence.

      Tout cela doit également être rapproché du débat sur la publicité et sur le blocage de celles-ci.
      Pas de publicité signifie peu ou pas de gros sites gratuits et peu de sites privés. Peu ou pas de gros sites gratuits et peu de sites privés justifie la mise en place d'abonnements et à terme une disparition de la neutralité du net de fait si ce n'est de droit.

      • [^] # Re: SFR a déjà répondu

        Posté par . Évalué à 4.

        C'est le cas depuis un moment aussi des applis comme facebook et twitter qui sont en illimités dans les abonnements type sosh, M6 mobile etc… C'est sur que ça ne favorise pas la diversité et encore moins les acteurs économiques locaux :-/

        • [^] # Re: SFR a déjà répondu

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          A ce que j'ai compris, de base twitter est limité si il est utilisé via son API et non via son site, sauf si un genre d'abo est payé.
          SInon, internet via la 3G n'a jamais été vraiment neutre, à part peut-être chez Free.

          A votre avis, comment les FAI vont gérés cet internet à vitesses multiples si on utilise un VPN (vers un pays neutre, cela va de soit) ?

          Opera le fait depuis 10 ans.

          • [^] # Re: SFR a déjà répondu

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Bridage de la bande passante pour tout ce qui ressemble à du VPN ?
            Après si c'est du VPN passant au dessus d'une connexion HTTPS, là, je ne sais pas….

      • [^] # Re: SFR a déjà répondu

        Posté par . Évalué à 10.

        Si Google propose des abonnements pour ses services, ça ne pose en soi aucun problème. C'est leur modèle économique et ça ne concerne qu'eux.

        Le problème qui se pose actuellement, ce n'est pas que des sites fassent payer leurs services (c'est tout à fait normal même) mais que ceux qui voudraient proposer des services libres ne vont plus pouvoir le faire car ils seront soumis aux règles arbitraires des FAI.

        Exemple : "Je vois que vous avez un site qui reçoit plus de 1000 visites par jour --> soit vous payez plus cher, soit on bloque systématiquement toutes les connexions quotidiennes au delà de la 1000ème".

        Avec une telle logique, les petits services (par exemple des moteurs de recherches) qui n'ont pas forcément beaucoup de moyens vont devoir arrêter de fonctionner, faute de financement. Ce qui dans notre exemple va laisser le champ libre à Google, qui sera le seul moteur de recherches à pouvoir subsister et qui imposera ses services payants.

        Cela signifie que monter un site comme Facebook ou Snapchat dans sa chambre d'étudiant ne pourra plus se faire, car les entrepreneurs de startups seront soumis au diktat des FAI qui, en imposant des règles financières fortes, pourront tuer ces sites dans l'oeuf. Pour proposer leurs propres services…

        Ca me semble être une telle atteinte à l'entrepreneuriat que je ne comprends vraiment pas pourquoi toute la Silicon Valley et les USA entiers n'ont pas encore rué dans les brancards.

        • [^] # Re: SFR a déjà répondu

          Posté par . Évalué à 10.

          Parce que la Silicon Valley est constituée de multinationales avec quelques moyens financiers qui ont tout intérêt à une telle situation?
          Aujourd'hui ils rachètent pour des milliards les start-up qui risqueraient, potentiellement, un jour de leur faire de l'ombre.
          Demain ils paieront de la bande passante pour éviter que de tels start-up puissent même proposer leurs produits.

  • # .

    Posté par . Évalué à 2.

    De grosses entreprises du net tel que Google ont soutenu Verizon, elles y voient l'occasion de mettre en avant leur contenu en payant.

    C'est quoi la source ? J'ai cherché dans le jugement et rien trouvé.

    • [^] # Re: .

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Les origines de l'affaire datent, il faut chercher un peu plus loin http://arstechnica.com/tech-policy/2010/08/google-verizon-unveil-net-neutrality-lite-to-government/

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: .

        Posté par . Évalué à 3.

        C'est pas vraiment soutenir Verizon, c'est pas comme si ils avaient fait un amicus brief en leur faveur. En 2010 ils ont fait une proposition de compromis avec Verizon, c'est pas vraiment la même chose que d'être opposé à la neutralité du net comme l'article le laisse entendre.

        (Le point de vue de google sur le sujet: googlepublicpolicy.blogspot.com/2010/08/facts-about-our-network-neutrality.html)

        • [^] # Re: .

          Posté par . Évalué à 1.

          With that in mind, we decided to partner with a major broadband provider on the best policy solution we could devise together. We’re not saying this solution is perfect, but we believe that a proposal that locks in key enforceable protections for consumers is preferable to no protection at all.<

          J'ai jamais aimé ce genre présentation : "mais c'est impossible mon petit, laisse donc tonton google proposer une meilleure solution"
          Ca a très bien fonctionné jusqu'au moment où les opérateurs ont sous investi pour augmenter leur marge. Désormais ils lorgnent vers le pactole de la PUB en ligne.

          • [^] # Re: .

            Posté par . Évalué à 3.

            J'ai jamais aimé ce genre présentation : "mais c'est impossible mon petit, laisse donc tonton google proposer une meilleure solution"

            C'est l'idée de la realpolitik, si t'obtiens pas ce que tu veux, tu cherches un compromis qui va dans la bonne direction. C'est pareil pour plein de choses (genre à l'assemblée, un amendement transpartisan qui fait un compromis et qui a des chances de passer, vs. le truc idéaliste qui est la que pour avoir une tribune et qui n'a aucune chance). (Je dis pas que le truc idéaliste est inutile, parfois c'est bien d'avoir une tribune pour pousser ses idées)

            • [^] # Re: .

              Posté par . Évalué à 5.

              Ça me rappelle l'histoire du "Papa ! Je veux un poney"…

              − Papa ! Je veux un poney !
              − Tu sais chérie, c'est un peu cher un poney…
              − Je veux un poney !
              − Heu… Tu veux pas une souris plutôt ?
              − Je veux un poney !
              − Un chien alors ?
              − Ok… Mais j'aurais aimé un poney…

              Le père pense « Fiou ! Je l'ai échappé belle ! Un poney… ça aurait couté une fortune ! » et la petite « Finalement, c'était pas si difficile que ça d'avoir un chien. »

              Si quelqu'un sait d'où vient cette histoire, si c'est vieux, tout ça, je prend !

              Please do not feed the trolls

              • [^] # Re: .

                Posté par . Évalué à 3.

                Si jamais ça t'intéresse de creuser la question, cette technique de manipulation (demander quelque chose de complètement déraisonnable pour conduire son interlocuteur à accepter la requête raisonnable) s'appelle une porte-au-nez

            • [^] # Re: .

              Posté par . Évalué à 3.

              Il y a confusion.
              Là le but et de poser une règle que tout le monde va rejeter pour en faire accepter une qui semblera plus acceptable par rapport à celle-ci.

              C'est tout aussi courant en politique pour exemple récent : annonce d'une demande de hausse de 15% sur les prix de l'électricité par EDF, puis quelques jours plus tard le gouvernement dit que non ça va bien et que la hausse sera SEULEMENT de 5%.

              Si je devais faire une métaphore de la réponse de google ça donnerait.
              -Il est impossible d'entretenir tout le réseau routier il faut le faire payer. Mais pour éviter que tout soit payant on va ne faire payer que les autoroutes.

              A priori on exclu d'autres solutions qui ne les arrangent pas comme par exemple la participation des entreprises qui proposent du contenu à l'investissement sur le réseau.
              Google préfère grandement renforcer son monopole que perdre une partie de ses bénéfices publicitaires.

  • # Et si ce jugement était correct ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Tout le monde ici a l'air de considérer comme absolument intolérable le fait que Verizon puisse gérer le trafic sur son réseau comme il l'entend. Il me parait au contraire que c'est une décision parfaitement logique. Si vous êtes propriétaire d'un réseau vous pouvez déterminer les priorités entre streaming, téléchargement classique, peer to peer, etc. À ce que je sache personne n'est ensuite obligé d'être client chez Verizon si la façon dont ils gèrent les accès ne vous convient pas. Si on est pour la liberté, c'est aussi la liberté pour Verizon de gérer leur réseau comme ils le veulent.

    Par ailleurs, gérer les différents accès avec différentes priorités, de manière "non neutre" donc, n'est pas forcément stupide. Certaines connexions ont besoin d'un gros débit mais la latence n'a aucune importance (gros download). Par contre pour d'autres (jeux vidéos) la latence va être très importante mais le débit est faible. Si la queue d'un routeur est pleine il est donc intelligent de faire passer les paquets avec besoin de faible latence devant par exemple. Un Ko qui arrive 1s plus tard dans un download de 1GB est insignifiant, un Ko de d'un FPS qui arrive 1s plus tard c'est du lag.

    • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Tout le monde ici a l'air de considérer comme absolument intolérable le fait que Verizon puisse gérer le trafic sur son réseau comme il l'entend

      On va prendre un exemple fictif sorti de mon imagination débordante :

      Un FAI (par exemple Orange) serait actionnaire majoritaire d'un site de streaming (par exemple dailymotion), tu trouverais normal que ce FAI bride l'accès à un site de streaming concurrent (par exemple youtube) parce qu'il estime que celui-ci est trop gourmand en BP ?

      Quand un FAI gère son réseau comme il l'entend, ça laisse beaucoup de place à l'arbitraire …
      Déjà qu'aujourd'hui, on peut pas dire que la transparence soit leur fort, entre l'illimité limité façon bon père de famille, pas d'utilisation commerciale sur mon réseau sous ce contrat (exemple Google Fiber, qui dans ses TOS interdisait les serveurs sur ses connexions, ce qui techniquement ne voulait rien dire), j'ai peur que la liberté de gérer leur réseau de manière "non neutre" ne soit majoritairement utilisé de façon commerciale et non technique.

    • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Ce que tu dis n'est pas idiot, j'ai envie de dire: à première vue.

      Toi tu parles de 'Quality of Service', ce que d'après moi un bon FAI mets de toute façon en place sans ce demandant s'il respect la neutralité, et qui n'est pas un sujet à débattre.

      Vraiment, s'il s'agissait de défendre le droit de faire du QOS sur son réseau pour une meilleur qualité de service, ce serais clairement présenté sous cet angle là.

      Allez tous vous faire spéculer.

      • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

        Posté par . Évalué à 4.

        Toi tu parles de 'Quality of Service', ce que d'après moi un bon FAI mets de toute façon en place sans ce demandant s'il respect la neutralité, et qui n'est pas un sujet à débattre.

        Ha si si, y a de quoi débattre ! La QoS à ce niveau, c'est l’administration de la pénurie, ou comment gérer les dommages quand y a pas assez de bande passante. Il y a une excellente présentation de George Huston au RIPE 2012 sur le sujet ici : https://ripe65.ripe.net/presentations/67-2012-09-25-qos.pdf

        En général, pour expliquer le concept de "pourquoi ça ne marche pas la QoS" quand on des problèmes de congestion sur un réseau, je fais une analogie avec les embouteillages. La QoS, c'est le gyrophare et la sirène des véhicules de police et de secours, ça leur permet de remonter les files de véhicules lorsqu'il y a de la congestion (et c'est très bien). Mais est-ce que ça résout le problème de congestion ? Imaginons un gyrophare sur chaque véhicule et on a la réponse à la question.

        Il faut augmenter la bande passante et optimiser les applications pour qu'elle en consomment moins (CDN/P2P, 2 roues (pour les embouteillages, hein !) etc …). Note que c'est ce que devrait faire les "bon" FAI plutôt que de la QoS. Mais ça plus coûte plus cher, c'est la le problème. Et comme l'argent vient de l'usager, si le FAI augmente trop les prix, il va aller voir ailleurs.

        Quand à savoir si cela à un rapport avec le débat sur la neutralité du net, la prez ci-dessus répond à la question, et je partage le point de vue de l'auteur : Oui. Elle permet en proposant plusieurs classes de services aux fournisseurs de contenu de leur demander de payer pour. Ce qui est le nerf de la guerre de ces problèmes de neutralité, il me semble.

        Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

    • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Ca serait bien si tu avais le choix de partir de Verizon pour aller à la concurrence qui propose un Internet neutre comme il te plait.

      Le gros problème, c'est qu'aux US il y a beaucoup de monopoles locaux pour l'accès à Internet. Donc sois tu passes par Verizon, sois tu utilises ton modem 56k.

      Et Verizon ne veut ni de la neutralité, ni de la concurrence…

    • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Si on est pour la liberté, c'est aussi la liberté pour Verizon de gérer leur réseau comme ils le veulent.

      On peut y opposer deux arguments :
      – la liberté des plus fort de manger les plus faible n'en est pas vraiment une. Si tu autorise un internet non neutre, il y a fort à parier que les FAI s'en donnent à cœur joie, au détriment des internautes et petits fournisseurs de contenu. Et la liberté de changer ne fonctionne que s'il y a concurrence. Dans l'ADSL, les concurrents sont très peu nombreux, et savent parfaitement s'accorder entre eux.

      – Peut-être que l'appellation est importante : Si le réseau vérizon est présenté comme un truc non neutre, en opposition à internet, pourquoi pas. Mais si c'est présenté comme un accès internet top moumoutte mais restreint, alors il y a légerement enfumage.

      • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

        Posté par . Évalué à 9. Dernière modification le 20/01/14 à 14:44.

        Le point soulevé par Almacha (le droit qu'a un prestataire de faire ce qu'il veut avec son propre réseau) est une question qui revient souvent lorsqu'on parle de neutralité du net.

        Pour y répondre, je reprendrais bien un argument de Benjamin Bayart qui est dans le même ordre d'idées que ceux que tu énonces. Benjamin Bayart s'amuse à comparer un internet non neutre à des yaourts au mercure. En France, il y a des choses que l'on a pas le droit de vendre parce que ce sont des choses nocives. Même si les consommateurs sont libres d'acheter les yaourts sans mecrure d'un de mes concurrents, j'ai toujours pas le droit de vendre des yaourts au mercure. Reste à voir si un internet non-neutre est aussi nocif que des yaourts au mercure. Gardons à l'esprit qu'internet est depuis au moins 5 ans le principal moyen d'accès à l'information, à la vie démocratique de la majorité de la population. Que dira-t-on lorsqu'on ne pourra plus accéder au site web du parti communiste parce que le parti communiste n'aura pas pu passer d'accord avec les FAIs majoritaires. Je ne vous fait pas l'affront de vous ressortir le couplet sur la concurrence et la liberté d'entreprendre. Comment lancer un service innovant si les acteurs en place ont le pouvoir de vous empêcher d'accéder au marché. Un autre effet de bord inquiétant de cette politique est qu'on se dirigerait vers des accès internet de « pauvres » avec accès à quelques gros sites (facebook, youtube, tf1.fr) et des accès internet de « riches » avec une diversité plus grande. Génial pour la vie démocratique, l'égalité des chances, l'ascenceur social. L'accès à internet n'est manifestement pas un service comme les autres, ce ne serait donc pas illogique qu'il y ait des règles spécifiques qui régulent sa commerciation. La presse (en tant que produit pas comme les autres) non plus n'a pas le droit de faire n'importe quoi.

        Autre argument, et pour reprendre ma métaphore latière (j'aime les yaourts), on a le droit de vendre des yaourts "régime" avec plus d'autres trucs que du lait et des ferments lactiques dedans mais on a pas le droit de les appeler yaourts. Regardez bien, tous ces yaourts "régime", s'appellent "spécialité latière" dans les supermarchés. Et ce parce que ce serait de la tromperie sur la marchandise : un yaourt c'est fait avec du lait et des ferments lactiques, c'est tout. Si tu mets d'autre trucs dedans, ça s'apelle plus un yaourt. Et internet ? Internet, c'est neutre, si tu mes des bout de non-neutralité dedans ça s'apelle plus internet.

        Enfin, dernièrement, faut pas oublier que "le réseau de l'opérateur", en fait bien souvent, il a été payé en grande partie par les pouvoirs publics. Les bouts de cuivre qui vont de chez moi au central téléphonique, ils ont été largement subventionnés par l'état. Donc payés par les citoyens. On est en train de faire pareil avec la fibre, l'état va déployer là ou ce n'est pas hyper-rentable (tiens donc !). Donc finalement, notre regard sur ce que les opérateurs font de "leurs" réseaux ne serait pas si injustifié que ça.

        • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

          Posté par . Évalué à 3.

          C'est en fait le même débat que celui de la musique, la technologie a changé mais pas le modèle économique.
          Le point que soulève Almacha revient à la conception ancienne de l'opérateur télécom. Celui-ci vendait l'accès au réseau et le service voire même le téléphone. Résultat le minitel a était enterré et l'internet a pris le dessus.

          Le plus amusant c'est que si l'infrastructure souffre et coûte si cher, c'est en partie à cause de son architecture qui oblige à passer par les points centraux des opérateurs pour la facturation. Ceci qui crée des points d'engorgements et nécessite une distribution du service par ligne.

          Par contre la question de la facturation au méga-octet consommé ne me dérange pas. Après tout que les clients qui consomment le plus de bande passante paient plus n'a rien de gênant.

          Finalement les opérateurs sont victimes de leur modèle de concurrence. Nous vivons la même situation que celle qui avait poussé les états à nationaliser le téléphone au 19ème siècle. Les entreprises une fois bien implantées récupèrent l'investissement sous forme de rentes et arrêtent de moderniser.
          Aujourd'hui il y a clairement une volonté d'investir dans la fibre et de maintenir à minima le réseau cuivre.

          • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Par contre la question de la facturation au méga-octet consommé ne me dérange pas. Après tout que les clients qui consomment le plus de bande passante paient plus n'a rien de gênant.

            Moi ça me dérange. Car ça décorréle les coûts payés par le FAI du prix qu'il facture les abonnés.

            Déjà, le "comptage" des mégaoctets à mon sens n'a pas de sens: Les appareils sont pas arrêtés quand aucun paquet ne passe dedans, ça consomme pareil en location de baie, en électricité,… Compter "au mega-octet" c'est le meilleur moyen pour revenir à la facturation "à la minute" de France télécom.

            On pourrais alors compter au mégabit/seconde (d'ailleurs c'est comme ça que les opérateurs se facture entre eux). Ça a du sens, mais surtout vis à vis de la contention: Consommer 1Mbps à 4h du mat est moins problématique que 1Mbps à 20h45 au moment du pic de trafic des opérateurs.

            Les coûts d'un FAI sont "par pallier": Acheter & mettre en place un routeur plus gros, louer plus bande passante ou des fibres noires , … en fonction de la congestion. Et uniquement à ce moment là : Tant qu'il n'y a pas de congestion, il n'y a rien a faire…. De ce point de vue le métier de FAI c'est :
            1) Une banque, pour faire des investissements lourds et les "lisser" sur plusieurs abonnés & années
            2) Une prévision sur l'évolution de la bande passante consommée pour faire les investissements avant que la la congestion n'arrive.

            Le paiement au megabit incite à la restriction artificielle des clients, donc au sous-investissement et l'élitisme.

            • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Chez les opérateurs, pour être précis, la facturation de la BP se fait au 95e centile mesurée sur des échantillons de 5 min, et comme expliqué aussi sur wikipedia 95e_centile, elle est assortie de la garantie que le fournisseur aura la capacité pour passer 95% du trafic, quelque soit la période. c'est sensé permette une facturation assez juste en prenant en compte le fait que le fournisseur met à disposition une capacité de bande passante tout en prenant en compte quand même l'utilisation réelle par le client de cette capacité.

              Pour être franc, je ne sais pas si en pratique, ce type de facturation est réellement efficace ou si il est critiqué ou critiquable. Mais, bon, c'est comme ça que ça se passe en général.

              Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

    • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

      Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 20/01/14 à 15:06.

      À ce que je sache personne n'est ensuite obligé d'être client chez Verizon si la façon dont ils gèrent les accès ne vous convient pas.

      Sauf qu'on est obligé d'être client d'un FAI et que s'ils appliquent tous les mêmes règles (ce qu'ils feront bien évidemment), qu'on soit chez Verizon ou AT&T ça ne change plus rien, on est obligé de se soumettre à leurs règles.

      Si on est pour la liberté, c'est aussi la liberté pour Verizon de gérer leur réseau comme ils le veulent.

      En poussant ce raisonnement plus loin : si on est pour la liberté, c'est aussi la liberté pour le citoyen d'accéder à Internet sans passer obligatoirement par un FAI.

      Car si on avait un vrai Internet libre tel qu'il a été conçu à la base, on n'aurait tout simplement pas de FAI.
      Les FAI sont un moyen pour les gouvernements de renflouer leurs caisses en vendant à prix d'or des licences et en taxant ces FAI, ainsi qu'un moyen d'avoir des points centraux pour contrôler ce qui s'y passe. Ils veulent garder la main sur le réseau pour pouvoir s'ils le désirent couper l'accès à Internet (cf. Chine, Iran, Hadopi, CSA,…).

      Le problème avec les FAI c'est qu'ils contraignent l'accès à Internet et donc comme on est obligé d'utiliser leur service, ils doivent rester neutres. Donc oui, le temps qu'on sera contraint par la loi de passer par un FAI pour accéder à Internet, il faut restreindre leur liberté entrepreneuriale pour que les citoyens puissent bénéficier de leur liberté d'utilisation du réseau. Le jour où il ne faudra plus de licence pour fournir un accès à Internet, alors là je dirai "OK pour que les FAI fassent ce qu'ils veulent avec leur réseau".

      Par ailleurs, d'un point de vue purement technique, avec les technologies dorénavant existantes, les FAI ne servent plus à rien. Il suffit d'utiliser un réseau maillé avec des points d'accès en Wimax et on peut tout à fait se passer d'un FAI. Au pire si on habite à 30 km de tout dans des montages, on peut installer quelques répéteurs.
      Pour ce qui est des DNS, il existe des serveurs DNS décentralisés, pas d'inquiétude là-dessus.

      Mais ça c'est une idée que personne ne reprend, peut être tout simplement parce que peu de monde sait qu'on peut se passer d'un FAI ? J'aimerais beaucoup voir un projet libre de ce style émerger.

      • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        le temps qu'on sera contraint par la loi de passer par un FAI pour accéder à Internet

        Ah ? Quelle loi dit ça ? (sérieusement).

        Même sans loi, il y a tout de même un souci pour l'utilisateur lambda pour se connecter au réseau. Son fil de cuivre (ou sa fibre) il faut bien qu'il le relie quelque part, à un point d'entrée existant, qui soit relié à un gros tuyau. Et les gros tuyau, qui les possède ? Des grosses boites. En particulier les FAI.

        Bref, même dans un monde idéal, je ne vois vraiment pas comment on pourrait se passer de FAI. Même les FAI associatifs comme FDN sont dépendants des gros tuyaux des.. gros FAIs.

        Le jour où il ne faudra plus de licence pour fournir un accès à Internet

        Quelle licence ? Je connais l'existence de licence pour les ondes radio-électriques (2G, 3G etc). Mais internet ne se résume pas à un accès par les air. Quand bien même, on en revient au schéma que je viens de décrire : il va bien falloir un moment ou à un autre, que l'une des antennes du réseau "libre" soit branchée directement ou indirectement, à l'un des backbones.. des FAIs que l'on voudrait éviter…

      • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

        Mais ça c'est une idée que personne ne reprend, peut être tout simplement parce que peu de monde sait qu'on peut se passer d'un FAI ? J'aimerais beaucoup voir un projet libre de ce style émerger.

        FAI c'est juste un "Fournisseur d'accès à Internet".

        Internet, ça peut être considéré comme "la liste des AS (Autonomous systems) interconnecté entre eux, et échangeant des données dans un protocole commun (aujourd'hui: IP) et un plan d'adressage mutuel. Et c'est tout !

        Tu peux très bien devenir opérateur . Il te faut une licence L33-1 (gratuite en deçà de 1M€ de CA), un AS et des IP à demander au RIPE (en Europe), qui te les donnera si tu remplis les conditions. Ensuite il te reste plus qu'a te trouver soit un opérateur existant qui annoncera ces IP sur le réseau pour toi, soit te trouver un transitaire et une place dans la baie d'un datacenteur où ce transitaire est présent pour poser un PC sous debian qui te servira de routeur BGP, et commencer à annoncer tes routes.

        Les vrai problèmes commencent après : Comment aller de ce datacenter à chez toi ? Un exemple possible est de te faire tirer une fibre optique, et relier celle-ci à ton routeur BGP d'un coté et sur ton PC de l'autre. Pas facile, sauf si t'habite Blvd Voltaire à Paris (et encore).

        Autre solution, c'est que que font les opérateurs locaux: Remplacer cette fibre optique par des bornes wifi, ou alors utiliser des VPN via l'ADSL (ou autre moyens).

        • De nombreux "chemins optique" existant sont simplement des "fils" (optique , cuivre, …) . Soit passif (L1) soit actif en L2. nous même on utilise ces chemins pour relier des datacenters (exemple, pour tetaneural, pour remonter à paris). Ces fils sont pas de l'internet, il n'y a pas d'IP dessus.

        • Les solutions uniquement wifi (mesh) marchent à échelles réduites (10.000 noeuds on va dire, avec les meilleures expériences) . Le protocole BGP utilisé n'a pas été conçu pour ce genre de topologie et n'y marche pas. On peux imaginer un réseau "hypernet" qui fasse ça, mais c'est pas Internet tel qu'on le connais.

        • Pour moi l'idéal serait de faire des "opérateurs de proximité", de quartier ou de commune par exemple.
          BGP n'est pas non plus adapté à ça : Aujourd'hui, une "full-view" BGP c'est assez lourd et assez difficile à traiter pour des routeur anciens. Si on ajoute un ou plusieurs AS / villes , il y aura des destinations qui ne seront plus joingnables sur Internet parce que les routeurs arriveront plus à suivre (En plus, ajouter 40.000 AS dans la liste mondiale , on se fera juste blacklister c tout.
          Il y a aussi un élément pratique: Dans l'idéal , le plus cours chemin entre 2 points est le meilleurs. Manque de bol, déjà le plus souvent les armoires sont passives (donc , pas de routage possible), il faut remonter au plus haut, aux NRA.
          Manque de bol aussi, aux NRA la plupart des opérateurs ne peuvent pas (par choix & par interdiction de FT, mais aussi pour des raisons un peu obsolète de conso électrique des équipements) poser des équipements IP. On est toujours pas sur Internet: Il faut remonter encore plus haut dans le réseau pour enfin échanger en IP, et donc être sur "Internet"…

        Pour finir, une anectote:
        Je suis client d'un opérateur de satellite, ConexionVerte. C'est à eux que je paie mon abonnement.
        Mais l'IP publique que je récupère appartient à Skylogic, une filiale de Eutelsat qui gère la partie technique.

        Mon FAI c'est qui ? Connexion-verte ou Skylogic ? Et si , par dessus cette connexion j'utilise un VPN qui me ramène à un "vrai :-)" FAI, teteneutral.net à Toulouse, je sort donc avec mon IP publique (je suis membre de l'assos). Dans ce cas, mon FAI c'est réellement Tetaneutral, les autres ne me servent que de transport L2 (et je me fout bien de ce qu'ils font avec leur trafic tant que JE peux accéder à tetaneutral.

        Tout l'enjeu de la discussion initiale est là: Internet c'est avant tout un système d'organisation des interconnections internationales de manière à pouvoir joindre une IP publique depuis tout autre IP publique. Si l'on fait des réseaux locaux, même à l'échelle d'un département ou d'un pays, c'est plus "internet". C'est un choix à faire.

    • [^] # Re: Et si ce jugement était correct ?

      Posté par . Évalué à 6.

      A partir du moment où Verizon privilégie ou restreint l'accès à certains sites, il y a conflit d'intérêt entre le FAI et le fournisseur de contenu.
      Si on me demandait mon avis, je dirais qu'il faudrait interdire aux FAI d'avoir des activités liées au contenu.

      Comme dit plus haut, il faudrait voir aussi à ne pas appeler "internet illimité" tout et n'importe quoi comme on nous l'a fait avec les abos mobiles.

      Et à une époque où on parle sans arrêt de vie privée, je n'ai pas envie d'aller cocher des cases pour expliquer à mon FAI sur quels sites je compte aller le plus souvent, ou si je joue en réseau, et ainsi de suite.
      On a déjà des offres différenciées sur le débit, pourquoi on aurait besoin de plus? Ceux qui ne regardent jamais de vidéo, ne font pas de jeu, etc. peuvent prendre un débit très lent et pas cher, et ceux qui ont besoin de hautes performances prennent un abonnement en conséquence.

      Là tu prends l'exemple d'un FPS, mais ce qui menace, ce n'est pas le "FPS", c'est qu'on t'impose une liste de serveurs FPS dont tu n'aurais pas le droit de sortir sans payer plus! (voire une liste de 0 serveur dans "l'offre de base").
      De même, le mec qui télécharge 1Go, il s'en fout d'une seconde d'écart, par contre si tu lui dis que télécharger sur un site autre que celui officiel du FAI, ce sera 10h au lieu de 10min, ça le concernera.

  • # Autre lien

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    L’histoire racontée sur le site du parti pirate.

    Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

    • [^] # Re: Autre lien

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Intéressant les réactions des différentes parties, là-bas.

      Pour moi, il y a clairement un but partagé par les opérateurs télécom de revenir au modèle de la vente de service. "Internet" n'est qu'une voie d'accès parmi d'autre, l'objectif final étant de "vendre" un "service global" aux clients, dans un système ou la technique sous-jacente a moins d'intérêt.

      Je vais me faire l'avocat du diable, mais pour moi ce qui est mauvais c'est la monopolisation:
      Il m'est égal que Orange mette en place tout ce qu'il faut pour créer ce "Orange Network" , par opposition au "Verizon Network", "AT&T Network", "Google Network" ou encore "Microsoft network" (sachant que quand on est connecté à l'un on peux pas avoir accès aux offres exclusives des autres. Un peu comme lorsqu'on est abonné à SFR on peux pas avoir accès à Orange Foot).

      Par contre l'important, pour moi, est de préserver le fait qu'il soit possible de se relier simultanément aussi à un vrai FAI, comme à l'heure actuelle.
      C'est ça qui est crucial. Pour ça il est indispensable que les barrières à l'entrée sur les infra télécom soient réduites, pour que de petits opérateurs restent disponibles et/ou puissent se monter.

      A terme je vois bien apparaître plusieurs "networks" majeurs qui se tirent la bourre (en bonne intelligence..) pour conquérir des clients avec une offre de "TV améliorée" , et à coté un Internet plus simple, plus "user-centric" , notamment grâce aux connections symétriques qui commencent à être mise en oeuvre.

  • # Et ça se confirme tous les jours un peu plus

    Posté par . Évalué à 2.

    Alors oui je suis d'accord que les insultes racistes envers Mme Taubira sont inacceptable (bouffe ta banane toi-même connard…), mais doit-on mettre en place une auto-censure sous pression comme le fait twitter actuellement voire une vraie censure comme le précaunise Valls ? NON ! Il faut attaquer les gens qui profèrent des propos racistes pas les hébergeurs de contenu !

    http://www.generation-nt.com/manuel-valls-souhaite-encadrer-twitter-liberte-expression-actualite-1841962.html

    • [^] # Re: Et ça se confirme tous les jours un peu plus

      Posté par . Évalué à 4.

      Comme les États totalitaires, le gouvernement actuel ne cherche pas la justice mais l'ordre (je doute que ce mot soit le meilleur ici). C'est vachement plus simple de bâillonner tout le monde, ou pire, inciter tout le monde à s'auto-bâillonner, que de faire les chose bien et proprement, respecter les liberté individuelles.

      Sinon pour ma petite opinion… Les mots, c'est rien, ils n'ont jamais tué personne. Restreindre les libertés individuelles pour quelques mots imbéciles c'est aussi malin qu'éteindre une allumette avec un canadair. Par ailleurs, la censure ne tue pas les idées (en admettant qu'il y ait une idéologie derrière ces insultes).

      Please do not feed the trolls

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.