Mandriva se rebiffe

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags :
19
23
sept.
2010
Mandriva
Le feuilleton continue...

Trois jours à peine après l’assemblée générale de Mandriva suivie de l’annonce de la sortie de Mageia, un fork de cette première, Mandriva se rebiffe et publie sur son blog sa réponse à ceux qui auraient enterré un peu trop vite cette distribution.

Mandriva annonce, en même temps que sa sortie d’une situation délicate l’ensemble des mesures prises pour redresser la société dont la simplification de l’organisation, l’entrée de nouveaux investisseurs, ainsi qu’une nouvelle stratégie plus dynamique. Mandriva annonce notamment qu’elle va donner plus de pouvoir à sa communauté, avoir une politique d’innovation plus agressive du bureau et améliorer sa distribution serveur et ses autres produits. Mandriva annonce également que la communauté Mandriva sera autonome et que des structures de contrôle et de gouvernance seront crées afin d’en assurer l’indépendance, précisant que l’entreprise Mandriva n’est qu’un simple élément de cette communauté indépendante. A cet effet, un manager dédié à cette communauté sera recruté par Mandriva pour l’aider à mettre en oeuvre ces plans.

Mandriva annonce également que la prochaine version de sa distribution Mandriva community sera disponible au printemps 2011, précisant que les éditions Powerpack, Corporate Desktop et Enterprise Server seront basées sur cette première.

Du côté du bureau, Mandriva se fixe pour objectif d’être la meilleure distribution KDE au monde, aussi bien en terme d’ergonomie que de stabilité ou de fonctionnalités. Mandriva précise cependant que même si la distribution sera essentiellement axée sur l’utilisation de KDE en terme d’interface graphique, l’intégration de version GNOME, LXDE, XFCE, E17 et autres WindowsMaker seront encouragées.

Mandriva annonce également la sortie dans les prochains mois d’une version de la distribution spécialisée pour l’éducation permettant de déployer une salle de classe en quelques minutes avec un contrôle global et des possibilité de partage au niveau de la classe. La configuration des machines utilisant cette distribution sera simplifiée à l’extrême.

Du côté des versions payantes, la Powerpack comprendra également plusieurs logiciels et drivers propriétaires, et intégrera un support de 18 mois, tandis que la Corporate Desktop sera accompagnée d’un support à long terme d’une durée de trois ans. Ces version sortiront peu de temps après la community version.

La version serveur quant à elle, appelée également MES, continuera d’être améliorée afin de proposer un système d’installation et de management simplifié pour les administrateurs système, fonctionnant aussi bien avec des logiciels open source que propriétaires.

Mandriva Pulse 2, l’offre de gestion de parc logiciel et matériel de Mandriva continuera d’évoluer tout comme l’ensemble des produits “serveurs” de l’éditeur. À ce propos, MDS (Mandriva Directory Server) inclura une meilleure intégration d'Active Directory et un framework GPO indépendant.

Mandriva annonce également la sortie de nouveaux produits :
  • Une version de la distribution spécialisée pour les Tablet PC équipés de processeurs Intel et ARM qui supportera MeeGo et fonctionnera sur une nouvelle interface basée sur KDE Mobile et Qt ;
  • Un produit dédié au cloud computing en vogue actuellement.
La boutique en ligne de Mandriva (Mandriva Store) sera simplifiée et améliorée. De nombreux services en ligne seront désormais intégrées dans les version Desktop. Mandriva fait également le point sur ses équipes techniques, réparties entre le Brésil, la France et la Russie et ses sous-traitants.

Pour terminer, Mandriva se fend d’une réponse aux rumeurs actuellement en cours précisant que Mandriva est bien là pour l’ensemble des parties en relation avec cette dernière (communauté, employés, sous-traitants, fournisseurs, etc..). Mandriva précise également que le format des paquets ne sera pas migré de RPM vers DEB, que rien ne sera changé au niveau de Cooker, des comptes cookers ou de tout ceux qui travaillent sur la distribution
  • # Youuhou !

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    At this time Mandriva has 27 developpers...

    Franchement ! Bon courage les gars !
    • [^] # Re: Youuhou !

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Slackware fait avec moins que ça non ?
    • [^] # Re: Youuhou !

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      26..............25...................24..........

      --------------->[ ]
      • [^] # Re: Youuhou !

        Posté par . Évalué à 10.

        Oui, mais Slackware a compris que Gnome est un truc impossible à maintenir à jour.

        C'est sur qu'avec 26 développeurs en plus, Patrick autoriserait gnome sur slackware ...

        ---->[]
      • [^] # Re: Youuhou !

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        http://twitter.com/MandrivaDeveloppersCountdown

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Youuhou !

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Si il y a 27 developpeurs et que rien ne change à Cooker, pourquoi est ce qu'aujourd'hui, il n'y a eu que 3 developpeurs hors communauté qui ont commité :

      claudio matsuko, sur chromium browser
      pcpa, sur sagemath et co
      oden erikson, pour la sécurité

      Si on étends à hier, on peut rajouter 3/4 commits de Bogdano Arendartchuk.

      Je veux bien comprendre que des choses doivent changer, ça me paraitrait pas anormal au vue des soucis que Arnaud nous a présenté sur le bugzilla. Mais je pense qu'il y a une contradiction entre dire "on va rien changer" et "si on change rien, c'est la merde".

      Je sais que la situation est pas facile à gérer pour lui, et que c'est un boulot complexe, mais la j'ai quand même le sentiment d'un manque de clarté quand je compare le discours avec les faits librement observables ( comme les commits svn sur le dépot ).
  • # Mandriva...

    Posté par (page perso) . Évalué à -3.

    mandriva mal...
    elle n'ira plus au Brésil.
  • # titre de led zep portant sur la répétitivité

    Posté par . Évalué à 10.

    Déjà que la communication externe n'a jamais été le fort de Mandriva (et de ses devs) mais c'est quand on lit Mandriva should be answerable to all its stakeholders (community, users, employees, customers, suppliers, etc….) qu'on réalise le chemin qu'il reste à parcourir. Pour note c'était un des problèmes qu'avait souligné AdamW quand il était encore communiquant chez mdv.

    Annoncer l'embauche d'un "community manager" ou d'une Mandriva Community n'est pas suffisant, c'est un modèle bâtard et ce ne sera pas la première initiative en ce sens que MDV aura lancé. Main sera toujours le terrain de jeu exclusif de mdv, la direction générale pareil, les choix de fonds idem, etc. La vraie audace serait d'adopter le modèle Fedora et de sortir le maximum de chez mdv (p. ex. le buildsystem)
  • # Du nombre d'employés

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Dans les documents décrivant la situation de Mandriva il est noté que le nombre d'employés fin 2009 était de 35 personnes en moyenne

    La liquidation de Edge enlève une douzaine de personne. Au Brésil ce sont plusieurs départs qui ont été enregistrés ces derniers mois (cf la ML cooker), disons 4 personnes

    12 + 4 = 16
    35 = 16 = 19

    J'ai un peu de mal à voir comment 19 personnes peuvent faire 27 développeurs (sachant qu'il y a également 4 "subcontractors")

    Regardons ça autrement, partons des 35 personnes, j'enlève 27 développeurs il reste 8 personnes. 1 personne pour la comm', 1 personne pour le store, 1 DAF, ça nous laisse 5 personnes. Peut être qu'au brésil il y a également 1 DAF, ça diminue à 4 personnes restantes. Bon évidemment pas de secrétaire et on va mettre ces 4 personnes restantes au marketing et à la vente. Ben ça ne me semble pas énorme surtout si ces 4 personnes sont celles de mon estimation des partants au Brésil.

    Bref, je suis dubitatif
    • [^] # Re: Du nombre d'employés

      Posté par . Évalué à 4.

      Peut être que ces documents concernent la SA et non le groupe (que ce soit pour les données financières ou le nombre d'employés)
  • # recentrage KDE

    Posté par . Évalué à 8.

    Je ne connais pas assez Mandriva pour émettre un avis sur les autres questions mais cette volonté de se concentrer en priorité (voir exclusivement pour l'entreprise) sur KDE me semble une bonne chose.

    On ne peut pas courir plusieurs lièvres à la fois avec des moyens réduits et il reste un espace à occuper sur ce créneau.
    Cette hésitation entre les 2 et la volonté de couvrir ces 2 bureaux a toujours été selon moi (Drakeconf, choix des applis, ...) le principal pb qui laissait un arrière goût de mauvaise finition (mais bon mes derniers tests avec Mandriva datent un peu, je le reconnais)

    Canonical a joué cette stratégie avec Gnome et ca ne lui réussit pas trop mal (en terme d'occupation de l'espace, j'entends, pas forcement en terme de rentabilité économique)

    Kubuntu est laissé aux soins de la communauté et on ne peut pas dire que ce soit un franc succès.

    Redhat se concentre sur les serveurs.

    Il reste Novell comme concurrent, mais on ne peut pas dire qu'il soit au même niveau de finition que ce qu'à réussi Canonical avec Ubuntu. Ils ont donc un créneau à prendre.

    Etant KDiste par inclination, je m'en réjouis.

    Bonne chance !
    • [^] # Re: recentrage KDE

      Posté par . Évalué à 9.

      Il ne manque, plus qu'ils abandonnent le Perl pour se mettre au python et le succès sera au rendez-vous
      ======> []
    • [^] # Re: recentrage KDE

      Posté par . Évalué à 4.

      Si tu veux essayer une très bonne distribution centré sur KDE, je te propose Pardus !!!
    • [^] # Re: recentrage KDE

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Etant GNOMiste, cela me déçoit. Je comprends néanmoins qu'il doivent se recentrer, et s'ils visent le marché OEM brésilien, cela parait un peu logique, KDE a l'air assez populaire au Brésil. J'espère néanmoins que Mageai orientera un peu plus son travail sur les autres environnements de bureau, afin de rétablir l'équilibre.
    • [^] # Re: recentrage KDE

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Il reste Novell comme concurrent, mais on ne peut pas dire qu'il soit au même niveau de finition que ce qu'à réussi Canonical avec Ubuntu.

      Je viens juste de passer de Mandriva à openSUSE et franchement, côté finition, je ne suis pas déçu. La 11.3 me semble bien plus aboutie que la 2010.1.
      • [^] # Re: recentrage KDE

        Posté par . Évalué à 5.

        Pareil, je ne vois pas ce qu'on peut reprocher à openSUSE côté finition, que ce soit sous GNOME ou KDE d'ailleurs.

        Elle est largement au dessus d'Ubuntu.

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

    • [^] # Re: recentrage KDE

      Posté par . Évalué à 4.

      Moi aussi je me réjouis que Mandriva se recentre sur KDE au lieu de se disperser sur plusieurs environnements de bureau. D'ailleurs à l'origine le créneau de Mandriva (ou plutôt Mandrake à l'époque), c'était RedHat + KDE.

      Pour mon PC personnel, après 10 ans de fidélité au couple Mandriva/KDE, je suis sous passé à Mandriva/Gnome quand KDE4 a remplacé le bon vieux KDE3.5.
      Mais ces 2 années avec Gnome me laisse un goût amer, et je regrette vraiment KDE3.5 (que j'ai toujours sur mon PC du boulot).
      J'attends encore 1 an, pour voir si KDE4.5 et Mandriva 2011.1 auront assez d'arguments pour me retenir, autrement je changerai de crèmerie pour aller chez Ubuntu LTS.
  • # Bon courage !

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Malgré la suspicion ambiante, je voudrait souhaiter très sincèrement bon courage à Arnaud L. pour la tâche qui l'attend. Elle est de taille, mais je pense qu'elle n'est pas impossible.
    Pour être utilisateur (ou assez proche) des outils "entreprise" proposés par Mandriva (MES, MMC, Pulse2), je peux témoigner qu'ils sont d'excellente qualité. Il y a clairement un ou plusieurs marchés à attaquer avec.

    J'espère de tout cœur que la société s'en sortira, puisque c'est de ça qu'il s'agit ici. Ce ne sera probablement plus la même Mandriva que celle que nous avons connu jusqu'à présent, mais à voir certains commentaires ici ou ailleurs ce n'est pas forcément un mal... ;-)

    Bon courage Arnaud.
    • [^] # Re: Bon courage !

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Je pense que quelques soient les doutes, la survie, ou mieux la réussite du plan de redressement de mandriva ne peut être qu'une bonne chose. Pas seulement pour Mandriva, mais pour toute la communauté du libre. La perte d'un acteur historique aussi important ne peut pas être une bonne chose...

      Msg écrit depuis une mandriva powerpack
  • # dans le pif

    Posté par (page perso) . Évalué à -4.

    vouais, de toute facon, Mandriva, depuis la mise a pied de Gael Duval, je les ai dans le pif...
    • [^] # Re: dans le pif

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      parce que ça a changé quelque chose ?
      je veux dire, entre lorsqu'il était là et après il ait été éjecté il y a eu une différence ?

      C'est sympa, c'est le "créateur", mais on en entendait jamais parlé, en fait la seule fois où on a entendu parlé de lui depuis un moment c'était justement lorsqu'il s'est fait éjecté. Le reste du temps .... mais au fait, il avait pas un rôle au niveau de la com ?
    • [^] # Re: dans le pif

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Encore cette histoire... Le personnel de Mandriva ne s'en est pas franchement offusqué, tout simplement parce que Gaël ne foutait apparemment plus rien.
  • # Ça n'inspire pas confiance.

    Posté par . Évalué à 2.

    Si j'étais décideur, je ne miserais pas mes billes sur Mandriva.
    Pour la version Desktop et à la maison pas de soucis, mais sur le plan professionnel ... ça laisse songeur ...

    Sur le plan personnel, je n'ai jamais été fan de KDE ... ni de Mandrake/Mandriva d'ailleurs.

    J'espère tout de même qu'elle va perdurer ... la diversité du libre en fait sa richesse.
    • [^] # Re: Ça n'inspire pas confiance.

      Posté par . Évalué à 7.

      Sur le plan professionnel, comme dit plus haut, ils disposent de solutions de grandes qualités (Pulse par exemple) qui répondent à de vrais besoins et semblent appréciés de leurs clients actuels. De plus ce sont ces outils qui ont une ligne relativement claire aujourd'hui. Il est fort probable que "le plan professionnel" se soucie plus de ces outils là que de la distribution desktop. Maintenant reste bien sûr le délicat problème de la garantie de pérénité et d'évolution de ces outils, et là faut regarder les chiffres donnés par Misc plus haut. Disons que je serais "dessaydeur même pressé" je ne confierai peut être pas la gestion des identités à un soft sans developpeurs. Je sais pas.

      Pour le desktop, la distribution "mandriva linux", ben ... ?
      Même si l'axe Moscou<->Brasilia semble intéressant, il semble bien qu'objectivement il n'y ai plus les ressources nécessaires (ni interne ni externe) pour la faire perdurer. Bref il y a là des contradictions avec lesquelles il semble difficile de jongler. D'un côté "ouhai c'est génial linux sur le desktop c'est possible, au moins sur les marché 'nouvelle europe' et 'amérique du sud'". Oui c'est possible, mais encore faut il avoir les ressources pour le suivi. Je ne vois qu'une énorme contradiction entre ce fait, une volonté de "linux desktop" et la liquidation de edge-it (pas en tant qu'entité, mais que les gens n'aient pas été repris en contrat mdv). Cette contradiction là (me) donne une impression de "on sait pas trop, on verra".

      Bref c'est pas rose et je lui souhaite bien du courage pour arriver à vendre du mandriva SA, vu qu'il semble qu'il s'agisse aujourd'hui d'une coquille vide.

      A titre personnel, très personnel, ce que j'ai aimé dans Mandriva Linux c'est un état d'esprit. Le projet de vivre de et de développer des Logiciels Libres de manière indépendante, et accessoirement d'éditer une distribution michu-ready. Ceci est un projet toujours possible, il a juste migré :-) Le top aurait été une collaboration où le nouveau projet devient un "chaudron", dans lequel Mandriva SA place aussi des ressources pour y éditer ensuite un produit "dessaydeur ready". Mais ce "chaudron" reste un projet totalement communautaire, controlé et soutenu par la communauté (et non par des pressions commerciales). Mais je n'ai aucune idée si c'est possible, ni si les diverses parties le souhaitent...

      Qui vivra verra.
      Et toujours personnellement (forcément, mais faut insister) je souhaite tout le meilleur à Mandriva SA, en espérant pour elle qu'elle puisse vraiment devenir une société du LL de premier plan, quelque soit les pays pour se développer. Clair, sans ambiguité, sans langue de bois. J'ai bien humblement, comme beaucoup d'entre vous ici, soutenu un peu Mandriva SA, ce n'est pas aujourd'hui que je vais d'un seul retrourner ma veste.
      En tant que simple individu du LL, il est naturel je pense de vouloir se tourner vers un projet plus communautaire et plus transparent. En tout cas il semble qu'on soit nombreux à penser ça.



      bon vendredi c'était hier, mais quant même :
      Lula<->Mandriva<->Poutine... Si après ça on entends pas que Linux c'est un truc de communistes... [désolé]
      • [^] # Re: Ça n'inspire pas confiance.

        Posté par . Évalué à -2.

        Et toujours personnellement (forcément, mais faut insister) je souhaite tout le meilleur à Mandriva SA, en espérant pour elle qu'elle puisse vraiment devenir une société du LL de premier plan, quelque soit les pays pour se développer. Clair, sans ambiguité, sans langue de bois. J'ai bien humblement, comme beaucoup d'entre vous ici, soutenu un peu Mandriva SA, ce n'est pas aujourd'hui que je vais d'un seul retrourner ma veste.

        Mandriva n'aurait pas depuis longtemps et plus d'une fois retourné sa veste ?

        Ce n'est pas la première fois que Mandriva dit vouloir faire attention à sa communauté, travailler avec plus de transparence, etc.
        Paroles et paroles et paroles et encore des paroles.

        L'une des forces de Mandriva était d'être une distribution française soutenu par des (anonymes) français (qui prenaient leur abonnemment Mandriva seulement car la distribution, le distributeur, leurs était français et sympathique).

        Maintenant Mandriva va voir ailleurs. Ils ont le droit, indiscutablement. Mais ils ont "trahi" leur communauté (ou au moins leurs engagements) qui s'est le plus "saigné" pour eux depuis bien longtemps.

        À mon avis tu peux retourner ta veste sans rougir.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.