Quoi de neuf chez Mandriva ?

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Florent Zara, crep4ever, Nils Ratusznik et eggman. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
Tags : aucun
32
13
sept.
2012
Mandriva

Changement de cap

Sous la direction de Jean‐Manuel Croset, Mandriva a changé de cap. La communauté des développeurs est maintenant indépendante. Elle est en train de se structurer et de se chercher un nom qui pourrait bien être articulé autour de Drake, en référence aux origines de la distribution. Elle est naturellement sponsorisée par Mandriva, mais aussi par ROSA (РОСА en cyrillique, ce qui signifie rosée en russe).

Ce sont donc la France, la Russie et le Brésil qui sont les piliers de cette communauté… qui parle anglais !

Mandriva Class

On savait que Mandriva allait se recentrer sur les serveurs et sur l’administration des systèmes, mais l’enseignement à distance avec Mandriva Class était beaucoup moins attendu.

En effet, Mandriva vient de se lancer dans l’enseignement à distance avec le projet Mandriva Class. C’est une réalisation principalement brésilienne conçue pour pallier les inconvénients dus à l’immensité de ce pays. Il s’agit de créer des classes virtuelles où un professeur est en contact avec des élèves parfois très éloignés. Mandriva Class est disponible en anglais, français et portugais. Il faut noter que, grâce à l’utilisation de Qt, ce projet est également disponible sous Windows®.

  • # Si c'est pas classe ça !

    Posté par (page perso) . Évalué à  7 . Dernière modification : le 13/09/12 à 16:27

    Sinon, les relations avec MAGEIA, cela donne quoi parce que là, on se dit qu'il y a un problème de dialogue ?

    • [^] # Re: Si c'est pas classe ça !

      Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

      À ma connaissance, Jean‐Manuel Croset et Anne Nicolas n'ont pas de problèmes pour dialoguer. J'ai même pu dîner en face d'eux au mois de juin. Ils s'invitent mutuellement et suivent des objectifs différents.

  • # Mwai

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Mandriva Class est l’une des plate-formes de e-learning les plus accessibles sur le marché.

    Y'a quand même aussi italc http://italc.sourceforge.net/ même si le développement semble un peu mort :(

    Mandriva Class, licence proprio j'imagine, non ?

    • [^] # Re: Mwai

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      C'est vrai que la documentation ne dit rien concernant la licence…

      Je me réjouis néanmoins de voir mandriva se lancer dans le marché de l'enseignement à distance, pour plusieurs raisons:

      • Le marché est juteux. Mon université est déjà équipée alors que (presque) personne ne s'en sert, simplement par peur d'être en retard sur ses « concurrents internationaux ».
      • L'université exerce une pression pour que ces technologies soient utilisées: les nouveaux enseignants y sont formés d'office, et comme ça ne prenait pas, maintenant, ce sont les étudiants qui doivent se coltiner une formation alors que (presque) aucun contenu n'est disponible. Il ne faudra pas longtemps pour que les étudiants se plaignent auprès de leurs enseignants de ne pas avoir de cours en ligne.
      • L'existant est non seulement propriétaire, mais en outre pas inter-opérable. Et il y a une foule de protocoles là-dessous: affichage déporté, clavardage, transfert de fichiers, visio-conférence. Je vois déjà venir le moment où les universités seront pieds et poings liés par « le standard de fait ».
      • Les technologies utilisées ne sont pas très enthousiasmantes: c'est du flash dans un navigateur (si mes souvenirs sont bons) pour les cours en direct.
  • # Un nom avec Drake: Proposition

    Posté par . Évalué à  10 .

    Drake Goueen

    Ok ==========> []

  • # Éclaircissement

    Posté par . Évalué à  1 .

    Il y a quelque chose que je n'ai pas compris.
    Cette version communautaire c'est la suite de Mandriva ou c'est un projet en parallèle, tout comme Opensuse vis à vis de Suse ?

    Si c'est la première option, pourquoi diable veulent-ils changer de nom ? Mandriva va finir comme OpenOffice, mais ces derniers ont au moins la notoriété du nom comme appui.

    • [^] # Re: Éclaircissement

      Posté par (page perso) . Évalué à  6 . Dernière modification : le 13/09/12 à 23:43

      Tu as un schéma sur http://blog.mandriva.com/fr/2012/06/29/donner-du-sens-a-la-fondation-future-pour-mandriva-linux/

      • cooker - la version de développement - est conservée
      • une déclinaison communautaire de distribution est réalisée (nommée OpenMDV - nom temporaire) et correspond à une version stable, àmha c'est la suite des Mandriva Linux, sous un autre nom effectivement, cf. ci-dessous.

      De ce que je comprends de http://blog.mandriva.com/fr/2012/05/17/le-retour-de-mandriva-linux-a-la-communaute/ « Mandriva SA a pris la décision de transférer la responsabilité de la distribution Mandriva Linux à une entité indépendante »

      • ce serait la fondation qui serait en charge de la distribution
      • « le futur de la distribution ne sera plus décidé par la société Mandriva SA, mais que nous souhaitons que la distribution puisse évoluer au coeur de et sous la bienveillante responsabilité de la communauté »
      • en conséquence, il semble logique que le nom soit choisi par la communauté et distinct de Mandriva (trademark et autre, à choisir distinct de la société et sans doute affecté à la fondation…). Un peu comme il y a Red Hat Linux Enterprise (un produit de la société) et Fedora (une distribution réalisée par la communauté).

      Pour des exemples de déclinaisons de produits ensuite, il y a http://blog.mandriva.com/fr/2012/05/20/mandriva-sa-evolue/ qui donne quelques pistes d'orientations.

      Et enfin, pour des propositions de noms et des explications complémentaires de mon commentaire, il y a http://blog.mandriva.com/fr/2012/07/05/en-route-pour-la-fondation-episode-2-votez-pour-le-futur-nom-de-la-distribution/

      • [^] # Re: Éclaircissement

        Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

        « le futur de la distribution ne sera plus décidé par la société Mandriva SA, mais que nous souhaitons que la distribution puisse évoluer au coeur de et sous la bienveillante responsabilité de la communauté »

        Moi, je ne comprend pas pourquoi ils ne l’appelleraient donc pas Mageia… De ce que j'ai compris, c'est justement la raison d'être de Mageia. Je ne comprend toujours rien à la politique de Mandriva (la communauté a déjà une bienveillante responsabilité qu'elle s'est prise toute seule comme une grande, mais celle-ci ne conviendrait pas à Mandriva? Quelle sera alors la marge de manoeuvre de cette nouvelle "bienveillante responsabilité de la communauté"? Gros doutes), et c'est de pire en pire. Mmm… Et je vois dans les commentaires du blog que je ne suis pas le seul à ne rien comprendre de la où veut en venir Mandriva.

        Avoir autant de bordel, ça doit être la touche française.

        • [^] # Re: Éclaircissement

          Posté par . Évalué à  5 .

          Parce que peut être que Mageia ne se soucie plus vraiment de Mandriva ? Les fondateurs de Mageia sont quand même partis de mandriva sur une rupture liée au manque de dialogue et d'orientations de la direction. A part le "respect des anciens", mageia vole de ses propres ailes maintenant. D'ailleurs c'est surprenant de voir la popularité de cette distrib, que mandriva a eu au début et a perdu petit à petit ensuite.
          En fait le succés de mageia est du en partie, AMA, de la qualité des outils de base de mandriva, ajouté à un sérieux sur les nouvelles versions et les mises à jour fréquentes, ce qui manquait à mandriva, alors que cette dernière était censée être plus structurée… ce qui prouve quand même qu'une communauté de bénévoles marche mieux qu'une société mal managée.
          La question que je me pose c'est ce que vont faire MIB (et consors ? il me semble qu'il y en a d'autres), communauté indépendante très active, qui je pensais allait suivre mageia et finalement ne l'a pas fait.

          • [^] # Re: Éclaircissement

            Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

            manque de dialogue

            c'est pas plutôt parce que mandriva a licencié un paquet de dev (via edge-it ou un truc du genre) et coupé les ponts avec des contributeurs ?

            • [^] # Re: Éclaircissement

              Posté par . Évalué à  4 .

              Oui, il y avait apparemment aussi un vieux contentieux à cause de la différence de traitement entre les "mandriva", les "ex edge-it" et "ex connectiva" du brésil, qui eux étaient payés et pas les autres. En plus il y avait aussi un problème avec les mugs mandriva qui fuyaient quand on mettait un liquide chaud dedans (authentique !)… enfin ça c'est un mauvais joke de ma part ;-)

          • [^] # Re: Éclaircissement

            Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

            La question que je me pose c'est ce que vont faire MIB (et consors ? il me semble qu'il y en a d'autres),
            communauté indépendante très active, qui je pensais allait suivre mageia et finalement ne l'a pas fait.

            MIB, c'est des têtes de pioches incapable de bosser en équipe si bosser en équipe veut dire "avoir des contraintes techniques au delà de leur compétences" ( exemple, utiliser un vcs digne de ce nom, comprendre pourquoi faut faire un paquet avec des patchs séparés, respecté les licences comme la GPL )

            L'interaction avec certains d'entre eux est très difficile ( voir http://forum.mandriva.com/fr/viewtopic.php?f=137&t=125111 , https://qa.mandriva.com/show_bug.cgi?id=52856 ), qui sont de mauvaise foi sans borne, s'énervent pour un rien, glissent des attaques sans fondements.

            Donc en gros, avant, ils voulaient pas travailler avec la distro d'origine soit disant pour des raisons "c'est une entreprise", mais en fait, c'est faux. La preuve, en changeant le nom et la structure, ça n'a rien changé.

            Et quand je vois leurs méthodes ( pas de bts, pas de suivi des paquets, systéme de build à la mano, modif sans raisons des specs, etc, etc ), je pense que de toute façon, la seule façon de bosser avec eux est de descendre le niveau de rigueur et donc de qualité.

            De plus, tout les dépôts tierces parties publiques existent juste pour surcharger les paquets de la distro de base, principalement pour des raisons de politiques de packaging. Par exemple, dire "on fait pas de mises à jours de version disruptives dans une version stable", ou "on distribue pas des softs qu'on a pas le droit de distribuer", ou "on patche pas n'importe comment le kernel". Quand les gens sont pas foutus de suivre des règles choisis afin d'obtenir un but visé ( et je précise bien "but visé" car les régles sont pas mauvaises ou bonnes en elles mêmes, c'est juste des choix faits ), c'est pas un fork qui va changer grand chose, les gens seront toujours pas d'accord
            avec le but, donc avec les méthodes pour l'obtenir.

            Et il y a aussi le coté "j'ai mon propre dépôt" plus que "je bosse dans la masse".

            • [^] # Re: Éclaircissement

              Posté par . Évalué à  1 .

              Bizarrement y'en a quand même 2/3 du groupe MIB (aussi packager dans Mandriva) qui ont été embauché par Rosa.

              • [^] # Re: Éclaircissement

                Posté par . Évalué à  1 .

                Dans le lot des MIB, il y avait des italiens mais également des russes ou en tout cas des gars de l'est il me semble, c'est peut être ceux-là qui ont été embauchés ?

      • [^] # Re: Éclaircissement

        Posté par . Évalué à  2 .

        Merci

        Donc on n'achète plus de Mandriva maintenant, ça n'existe plus. C'est OpenMDV, c'est bien ça ?

  • # Retour vers le passé ...

    Posté par . Évalué à  7 .

    Pas de jugement de valeur, hein, mais il me semble bien qu'une première expérience d'orientation vers le "e-learning" avait été tentée au début des années 2000 chez MandrakeSoft, déjà passablement dans la tourmente. Il me semble aussi que cette tentative a malheureusement quelque peu précipité le destin de la société :/
    Malgré ma fuite vers mageia et CentOS, je leur souhaite de tout cœur de réussir.

    • [^] # Re: Retour vers le passé ...

      Posté par (page perso) . Évalué à  7 . Dernière modification : le 13/09/12 à 23:27

      Bien que je ne puisse le prouver, je reste convaincu que Harry Poole était venu des USA pour couler Mandrake avant que cette distribution ne prenne trop d'ampleur. C'est lui qui avait lancé le e-learning et fait des dépenses somptuaires. J'avais été invité à cette époque dans une boite de nuit des Champs Élysées avec open bar. Nous étions une centaine d'invités. Ce n'était sûrement pas gratuit !
      GemPlus avait aussi été victime de ce genre de pratique. On avait pu savoir (reportage M6) que la CIA était le commanditaire…

      • [^] # Re: Retour vers le passé ...

        Posté par . Évalué à  6 .

        Bien que je ne puisse le prouver, je reste convaincu que Harry Poole était venu des USA pour couler Mandrake avant que cette distribution ne prenne trop d'ampleur.

        D'après mes contacts, les illuminati étaient dans le coup.

      • [^] # Re: Retour vers le passé ...

        Posté par . Évalué à  6 .

        Sérieux ? C'est une théorie cependant. Bon mais il faut dire qu'à l'époque la question des coûts était très secondaire, c'était avant l'explosion de la bull internet, il fallait au contraire dépenser un max d'argent dans la comm.

        Ce qui choque c'est vrai c'est la rapidité avec laquelle la distrib est descendue ensuite

      • [^] # Re: Retour vers le passé ...

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

        pour couler Mandrake avant que cette distribution ne prenne trop d'ampleur.

        Mwai, enfin avec ou sans lui, j'ai quand même de grand doute sur le fait que Mandriva était en mesure de prendre de l'ampleur:
        - Concurrence rude de la part de Canonical sur le desktop
        - Concurrence rude de la part de Redhat et Suse sur les serveurs
        - Outils de configuration à l'IHM peu conviviale (même combat chez Suse de ce coté là)

        • [^] # Re: Retour vers le passé ...

          Posté par . Évalué à  8 .

          Faux. Ubuntu inconnu à l'époque, le vrai concurrent c'était suse, à cause de la rigueur allemande achtung si appréciée de tous les germanophiles (humour caustique, j'aimais pas suse), red hat était déjà dans les hautes sphères, debian c'était pour les admin poilus.

        • [^] # Re: Retour vers le passé ...

          Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

          j'ai quand même de grand doute sur le fait que Mandriva était en mesure de prendre de l'ampleur:
          - Concurrence rude de la part de Canonical sur le desktop

          Pas du tout, Canonical est arrivé bien après, Mandriva avait largement le temps de prendre son ampleur. Mandrake existe depuis 1998, Ubuntu depuis 2004. C'était SuSE le grand concurrent sur le bureau.

          Outils de configuration à l'IHM peu conviviale (même combat chez Suse de ce coté là)

          Mandriva et SuSE avaient cependant les outils de configuration graphique les plus complets pour les néophytes, sans équivalents sous les autres distributions (et Canonical a mis du temps pour arriver à égaler Yast ou le Centre de contrôle Mandriva).

          • [^] # Re: Retour vers le passé ...

            Posté par (page perso) . Évalué à  -1 .

            Pas du tout, Canonical est arrivé bien après

            Non, Mandriva c'est 2005. Et Mandrake était numéro 1 sur le desktop avant l'arrivée d'Ubuntu…

            • [^] # Re: Retour vers le passé ...

              Posté par . Évalué à  3 .

              Certes, mais il s'est aussi cassé la gueule avant l'arrivée d'ubuntu (Poole est parti en 2001 il me semble).
              Enfin, "cassé la gueule", en sérieuse perte de vitesse quoi.
              Quant à l'ihm de config de mandrake peu conviviale, ils étaient les seuls à en avoir une ! avec Suse et son fameux YAST, pas libre ! (et soi-disant beaucoup mieux, mais je l'ai pas vraiment utilisé)

            • [^] # Re: Retour vers le passé ...

              Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

              Toi t'es du genre à considérer qu'une personne qui change de nom lors de son mariage est une personne qui vient juste de naître, qui n'a rien à voir avec l'autre personne d'avant le mariage… Bof comme idée.

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Mandriva
              Mandriva SA
              Création: 1er novembre 1998

              Ou alors, je n'ai pas compris ton humour.

    • [^] # Re: Retour vers le passé ...

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      Pas de jugement de valeur, hein, mais il me semble bien qu'une première expérience d'orientation vers le "e-learning" avait été tentée au début des années 2000 chez MandrakeSoft, déjà passablement dans la tourmente. Il me semble aussi que cette tentative a malheureusement quelque peu précipité le destin de la société :/

      À propos d'e-learning (formation en ligne), Google y croit, et ils viennent de libérer leur outil Course Builder sous licence Apache 2 : Article sur le journal du net.

  • # qui parle anglais

    Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

    Ce sont donc la France, la Russie et le Brésil qui sont les piliers de cette communauté… qui parle anglais !

    Je sais que c'est pareil dans la plupart des projets, que l'anglais se veut être une langue internationale… mais ça parait absurde.

    • [^] # Re: qui parle anglais

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      Pourquoi? Tu veux forcer les russe et les brésiliens à parler français rien que pour toi? Et quid des autres nationalités qui pourraient avoir envie de contribuer? Oui, l'anglais est la langue de l'informatique, et c'est tant mieux qu'il y en ai qu'une, comme ça on peut travailler tous ensemble sans séparer les communautés de programmeurs suivant les langues.

      Ca n'a rien d'absurde, au contraire.

      • [^] # Re: qui parle anglais

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        Mais non, ce serait limite colonialiste comme attitude.

        Il voulait dire que ce serait bien que tout le monde se mette au Russe!

        -------------> [ ]

        • [^] # Re: qui parle anglais

          Posté par (page perso) . Évalué à  -3 .

          Mais non, ce serait limite colonialiste comme attitude.

          Utiliser une autre langue que l'anglais c'est limite colonialiste ? Et utiliser l'anglais, c'est quoi ?

          Il voulait dire que ce serait bien que tout le monde se mette au Russe!

          Et pourquoi pas ?

          • [^] # Re: qui parle anglais

            Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

            L'Anglais est aujourd'hui la langue internationale de référence. Le Français l'a été jusqu'au début du XXème siècle. La roue a tourné. C'est quand même pas un scoop?
            Dans la plupart des pays non-anglophones du monde, l'Anglais est la première langue étrangère enseignée. C'est pas un scoop non plus.

            On peut demander à tout le monde de se mettre au Russe. Il faudra des mois avant que l'équipe puisse travailler un minimum.
            On peut demander à tout le monde de parler Portugais ou Français, même combat.

            Ou on peut demander à tout le monde de parler Anglais, une bonne partie de l'équipe sera opérationnelle immédiatement, et les autres pourront utiliser des bases qu'ils ont déjà pour rattraper le niveau plus vite.

            • [^] # Re: qui parle anglais

              Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

              Pour l'opérationnel, je suis d'accord. Mais pour en revenir au colonialisme (c'est ton mot), politiquement, c'est absurde et ça avantage les anglophones. Et c'est parce que les gens utilisent l'anglais comme langue internationale que l'anglais est la première langue étrangère enseignée (et vice versa).

      • [^] # Re: qui parle anglais

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

        En pratique, les russes parlent pas super bien anglais, et les gens d’Amérique du sud ne sont pas tous anglophones. Ceci dit, au delà du problème, moi, j'attends toujours :
        1) les volontaires pour traduire les rapports de bugs dans une langue que je comprends ( des tentatives ont été faites, mais les gens qui râlent sont rarement ceux qui veulent donner du temps pour aider )

        2) les cours de langues bénévoles et qui ne vont pa réduire mon temps de contribution pour que je puisse dialoguer avec tout le monde.

        Car le coeur du souci est la, est ce que le temps d'un développeur est plus précieux que celui d'un utilisateur ?
        Ou plutôt, combien de gens sont prêt à accepter d'entendre "non, je ne peux pas coder ça avant 2 ans ou répondr eà ton bug, car je suis parti apprendre l'espagnol, le chinois et le russe à temps plein"

        • [^] # Re: qui parle anglais

          Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

          1) les volontaires pour traduire les rapports de bugs dans une langue que je comprends ( des tentatives ont été faites, mais les gens qui râlent sont rarement ceux qui veulent donner du temps pour aider )

          Plus globalement, c'est le problème de la traduction en général. C'est effectivement difficile de tout traduire en plusieurs langues.

          2) les cours de langues bénévoles et qui ne vont pa réduire mon temps de contribution pour que je puisse dialoguer avec tout le monde.

          Il faudrait organiser ça avec les contributeurs étrangers :) Mais cela va réduire ton temps de contribution.

      • [^] # Re: qui parle anglais

        Posté par (page perso) . Évalué à  -2 . Dernière modification : le 15/09/12 à 20:53

        Pourquoi? Tu veux forcer les russe et les brésiliens à parler français rien que pour toi? Et quid des autres nationalités qui pourraient avoir envie de contribuer?

        Et toi, tu veux les forcer à parler anglais ? C'est pareil. Le plus cohérent, ce serait de parler français, portugais ou russe.

        Oui, l'anglais est la langue de l'informatique

        C'est ce que tu décrètes.

        • [^] # Re: qui parle anglais

          Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

          Et toi, tu veux les forcer à parler anglais ? C'est pareil. Le plus cohérent, ce serait de parler français, portugais ou russe.

          Le plus cohérent est de choisir une langue parlée par tous les contributeurs concernés. Il n'y a pas de raison que ce choix s'arrête sur la langue maternelle d'une partie de contributeurs.

          J'ai l'impression que tu fais comme-ci on prenait un groupe de gens de diverses nationalités ne parlant aucune langue étrangère et qu'on allait les former pour contribuer au projet: dans ce cas choisir une langue maternelle d'une partie des contributeurs réduirait le temps de formation. Mais ce n'est pas comme cela que ça se passe!

        • [^] # Re: qui parle anglais

          Posté par . Évalué à  2 .

          C'est ce que tu décrètes.

          Non, c'est un fait depuis longtemps établi : l'origine de l'informatique moderne remonte à la seconde guerre mondiale et aux Américains, ce qui fait que l'anglais s'est imposé (par ailleurs, UNIX, Windows, Mac OS, le MIT, Bell Labs, Xerox, Intel, IBM, Nvidia, … ils sont d'où à ton avis ? Du Pérou ?…).

          Lesquels US of A n'ont pas encore tout à fait perdu leur position de leader dans le domaine, quoi qu'on en dise… ;-)

          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

  • # intéressant en terme d'intégration + support

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 . Dernière modification : le 14/09/12 à 21:53

    Le blog redevient actif (et promeut le libre)
    http://blog.mandriva.com/fr/2012/09/14/la-collaboration-a-lepreuve-de-la-vie-de-bureau-designee-par-zarafa-motorisee-par-mandriva/

    à rapprocher des commentaires sur
    http://linuxfr.org/news/sortie-de-davmail-en-version-4-0-0
    autant choisir une solution libre dès le début plutôt que de se greffer sur du proprio côté serveur :) (cela impose au proprio côté client de savoir causer protocoles standards voire formats ouverts, natifs côté libre).

  • # Bonne root

    Posté par . Évalué à  6 . Dernière modification : le 15/09/12 à 23:18

    Moi aussi j'ai du mal à comprendre où va se positionner cette "communauté" face à Mageia. J'ai cessé d'utiliser Mandriva à la 2011 après plus de dix ans, car je finissais par ne plus avoir que des softs compilés tellement les paquets étaient en retard, ça devenait ingérable. (j'ai découvert que c'était pas forcément spectaculairement mieux ailleurs).

    J'ai aussi droppé KDE, et pour ça aussi Mandriva devenait… Redondant.

    Le Mandriva Control Center m'a bien aidé à comprendre comment ça marchait sous GNU/Linux, ça non plus je ne l'oublierai pas

    Je garderai toujours une place dans mon eeprom pour MDV, et je leur souhaite bonne route, sincèrement.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.