Red Hat Software Collections 1.1

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud et palm123. Modéré par Xavier Teyssier. Licence CC by-sa
Tags : aucun
18
18
juin
2014
Red Hat

Red Hat a annoncé, le 4 juin dernier, les « Software Collections » en version 1.1. Il s'agit d'un canal (terminologie de Red Hat pour désigner un dépôt logiciel) contenant des logiciels dont les versions sont plus récentes que dans les canaux habituels de la distribution RHEL. La nouvelle est arrivée avant RHEL 7 mais a été quelque peu… éclipsée par la nouvelle version majeure du système phare de la firme de Raleigh.

Les principaux logiciels inclus

Comme pour la version 1.0, on retrouvera des composants parmi les principaux des plateformes LAMP : MySQL 5.5, MariaDB 5.5, PHP 5.4, Python 2.7 et 3.3. On retrouvera aussi Perl 5.16, PostgreSQL 9.2, Ruby 1.9.3 et Rails 3.2.8. Peu de nouveautés de ce côté, à part peut-être quelques précisions sur les versions utilisées, et le fait que cette version de PHP comporte Pear 1.9.4 ainsi que les extensions APC, memcache et Zend OPcache. Node.js est toujours présent, accompagné de npm.

Passons maintenant du côté des nouveautés : pour les langages, nous avons PHP 5.5 (en version 5.5.6), apportant avec lui memcache et Zend OPcache. On peut noter l'arrivée de Ruby 2.0.0, accompagné de Ruby on Rails 4.0.2.

Côté bases de données, il y a aussi du nouveau : MongoDB fait son entrée dans les Software Collections, avec la version 2.4.9, et Red Hat fournit l'extension PHP adéquate, pour PHP 5.5.

Beaucoup les réclamaient, ils ont été entendus : Apache 2.4 et Nginx 1.4 sont disponibles ! Attention toutefois, Nginx n'est disponible qu'en avant-première technologique.

Enfin, pour clore le chapitre des nouveautés, on peut aussi découvrir Thermostat en version 1, un outil de surveillance pour OpenJDK.

Distributions compatibles

Le chapitre 1.3 précise que les Software Collections sont disponibles pour les versions de RHEL 6 et 7 supportées (comprendre : les dernières versions mineures et les versions "z"), uniquement pour les architectures AMD64 et Intel 64.

  • # Libre

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Il me semble que ce n'est pas librement accessible. Il faut avoir un support actif ?

    • [^] # Re: Libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Comme chaque canal logiciel de Red Hat, celui-ci est soumis à souscription auprès de la société. Je l'avais précisé lors de la dernière dépêche sur le sujet, j'aurais peut-être dû l'ajouter ici aussi.

      Après, comme il s'agit de logiciels libres, les sources sont disponibles, et CentOS ne s'est pas privé, en témoigne la présence d'un répertoire SCL sur leurs miroirs.

      • [^] # Re: Libre

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        comme il s'agit de logiciels libres, les sources sont disponibles

        Un distributeur de logiciel libre pourrait s'arranger pour que les sources ne soient disponibles qu'à ceux qui paient pour obtenir le logiciel.

        CentOS ne s'est pas privé

        Vu que CentOS est maintenant controllé par Red Hat, c'est pas trop étonnant, même si les sources n'étaient pas publiquement disponibles.

        pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

    • [^] # Re: Libre

      Posté par . Évalué à 4.

      Les Software Collections sont accessibles à tout client disposant d'abonnements Red Hat Enterprise Linux Server, en niveau de service Standard et Premium.

    • [^] # Re: Libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Sinon, y a softwarecollections.org pour les gens qui veulent du communautaire.

    • [^] # Re: Libre

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      RHSCL 1.0 est disponible dans centos-scl.

      RHSCL 1.1 n'est pas encore disponible pour CentOS (l'équipe et les machines sont déjà bien occupés avec la construction de CentOS-7).

      Par contre les dépôts "upstream" existent sur https://www.softwarecollections.org/en/ (ceux liés à l'utilisateur "rhscl").

  • # La vraie nouvelle du jour

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    C'est quand même le rachat de eNovance par RedHat. Ils ont doublé leur nombre de développeurs de CPython, est-ce la fin de Perl, enfin ?

    • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      J'installe du Python et du Perl et je préfère, et de loin le CPAN ! Une arborescence claire, partagé, collaborative. Avec Python, tu installes pymachin puis pytruc et puis chouette aussi mais lui n'a pas de py devant… Bref, c'est à 100 lieu de Perl sur certain point ;-)

    • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Bon, jme réponds après avoir réalisé (un peu aidé) que RedHat code énormément en Python. Je ne réalisais pas.

    • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      En avril, Red Hat a racheté Inktank (la société derrière l'object storage distribué Ceph) :
      http://www.redhat.com/about/news/press-archive/2014/4/red-hat-to-acquire-inktank-provider-of-ceph

      Red Hat veut renforcer sa position dans le projet OpenStack sur lequel ils sont déjà leader en nombre de contributions.

      • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

        Posté par . Évalué à 1.

        Red Hat veut renforcer sa position dans le projet OpenStack sur lequel ils sont déjà leader en nombre de contributions.

        Heu… mon analyse perso c'est qu'ils renforcent leur position dans des technos de virtualisation et de stockage distribuées qui pourraient être utilisées avec OpenStack, mais ça n'est vraiment pas renforcer sa position dans OpenStack lui-même. Voir pour ça l'avis des devs de libvirt sur OpenStack, et le fait que Ceph n'était pas vraiment un des backend prévu à la base pour OpenStack, etc. Bien sûr que la gestion de « Cloud » ça marche à fond en ce moment, donc ils s'y investissent, mais d'une Red Hat a sa propre techno avec OpenShift, et de deux il faut voir comment est le code d'OpenStack… D'ailleurs, en tant qu'expert python, j'aimerais bien ton avis sur le code, si tu es déjà allé faire un tour dedans (attention, ça pique les yeux ; enfin, j'en ai fait une étude il y a un peu moins de deux ans, et ça n'était pas joli à l'époque).

        • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          mais d'une Red Hat a sa propre techno avec OpenShift

          OpenShift et OpenStack ne sont pas concurrent, le premier est du PaaS et le deuxième du IaaS. Tu peux très bien faire tourner OpenShift sur OpenStack par exemple. http://www.krishnaraman.net/openshift-origin-on-openstack/

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

            Posté par . Évalué à 2.

            OpenShift et OpenStack ne sont pas concurrent, le premier est du PaaS et le deuxième du IaaS.

            Oui, mais c'est pour dire que Red Hat privilégie une autre vision, je pense, plutôt que la virtualisation à outrance : une gestion de la virtualisation plus « bas niveau », avec des surcouches plus simples à libvirt (voire pas du tout), évitant l'énorme couche d'abstraction qu'est OpenStack (sachant que libvirt en est déjà une pas mal grosse, mais plutôt bien faite je trouve). Par-dessus par contre, une gestion plus Cloud mais pour du PaaS, comme tu dis, avec OpenShift. Leur intérêt là-dedans, c'est que la virtualisation à outrance c'est valable pour les applis/serveurs complètement fermés et proprios ; quand on est orienté libre, on n'a moins d'intérêt à se diriger vers de telles solutions, qui sont quand même assez lourdes. Je pense qu'ils verraient bien aussi un truc genre Docker, mais paf : LXC est déjà géré par libvirt, ils n'ont rien à faire de plus pour gérer ça (par contre je ne sais rien du support des conteneurs par OpenStack). OK, Docker c'est un peu plus que du LXC, mais tu vois le truc.

            Après, je ne savais pas que eNovance faisait du OpenStack, du coup ça contre un peu mon argument…

            • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              par contre je ne sais rien du support des conteneurs par OpenStack

              C'est possible, via la libvirt http://docs.openstack.org/trunk/config-reference/content/lxc.html

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Pour docker, tu as tout le projet atomic ( http://atomicproject.io/ ). Et par exemple, geard pour l'orchestration, cockpit pour le management, et Red hat a aussi contribué pas mal sur Docker.

              Ensuite, le but d'openstack, c'est pas "pour le proprio", même si la virtu sert pas mal à ça. C'est aussi parce que ça offre plus de souplesse. Par exemple, tu peux faire du self service. Tes devs gérent leur bécane et les rendent sans te faire chier. Ou tes environnement de tests/qa/preprod.

              Sinon, tu a aussi (tout chaud ce matin, avant c'était proprio) le projet manageiq (http://manageiq.org/).

              la, on tape en effet dans le logiciel spécialisé de gestion complète de ton infrastructure cloud. Et je dit bien cloud, et pas IaaS, vu que l'outil fait aussi l'automatisation, la gestion des stats, le cycle de vie complet. l'outil va s'interfacer avec vmware, RHEV, openstack et sans doute à terme d'autres, pour que tu puisses déployer.

              Et pour parler de RHEV, son pendant communautaire est ovirt (http://ovirt.org); La, on est dans le concurent à VCenter.

              La ou Openstack file des machines jetables sans gestion fine du stockage, de l'endroit ou se trouve chaque machine ou la migration à cahdu, Ovirt gére des systèmes qui ont pas pour vocation d'être jetable. Donc tu peux faire de la migration automatique, tu as un concept de datacenter, etc, etc.

              Y a largement de quoi gérer tout un tas de trucs cloud et virtu.

              • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                La ou Openstack file des machines jetables sans gestion fine du stockage, de l'endroit ou se trouve chaque machine ou la migration à cahdu, Ovirt gére des systèmes qui ont pas pour vocation d'être jetable. Donc tu peux faire de la migration automatique, tu as un concept de datacenter, etc, etc.

                Le grand principe d'OpenStack est d'offrir une API stable et commune à tous les sociétés qui proposent des services OpenStack (ex: Rackspace, Dreamhost, Numergy, CloudWatt). Par contre, chaque brique est interchangeable. Pour la virtualisation, on peut aussi bien utiliser KVM que Hyper-V ou ESX. Pour le image disque des machines virtuelles, Ceph peut être utilisé. Ceph a des outils pour rapprocher les données des machines qui les utilise, on peut lui décrire la manière dont les serveurs physiques sont placées et il se débrouille. Il existe aussi des solutions propriétaires comme NetApp pour le stockage. Je ne vais pas tout lister car il y a une moins une bonne dizaine d'implémentation pour le réseau, pour le stockage, etc.

                • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Ouais, mais la, on sort des APIs openstack. Que je sache, la localité des données n'est pas exposé par openstack de manière standard. Ensuite, bien sur, tu peux faire tout ce que tu veux à coté, mais le point, c'est que ç'est à coté :)

            • [^] # Re: La vraie nouvelle du jour

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Je pense vraiment que Red Hat s'oriente vers OpenStack.

              "Red Hat is busy making acquisitions so it can become the Red Hat of the cloud with OpenStack"
              http://gigaom.com/2014/06/19/red-hat-is-busy-making-acquisitions-so-it-can-become-the-red-hat-of-the-cloud-with-openstack/

              In particular, the Red Hat CTO said that eNovance would help with getting new customers on board, because while everyone wants to talk about OpenStack, “the skills to deliver it are lacking, generally” among many software providers. “I haven’t met a customer yet who doesn’t want to talk about OpenStack,” he said.

              D'ailleurs, j'ai l'impression que plusieurs boites passent de leur outil maison à OpenStack. Par exemple, Numergy a débuté avec une solution VMware mais vient de lancer son offre OpenStack.

  • # Petite typo

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Dans le lien, c'est "Remi Collet" sans accent ;)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.