Richard Stallman donne son avis sur les e‐books

Posté par . Modéré par j. Licence CC by-sa
40
10
juin
2011
Technologie

Richard Stallman, après s’être exprimé sur les notebooks, et netbooks, s’exprime à présent sur les e-books (livre électronique).

Comme lors de ses précédentes critiques, ce dernier s’appuie sur quelques expériences et exemples, et publie un petit document qui résume à l’extrême son avis, de manière extraordinairement concise.

Bien entendu, il déteste les solutions fermées, en particulier l’une d’entre elles (Amazon Kindle), et justifie ce refus du Kindle, tout en invitant les utilisateurs à son boycott.

Il affirme notamment qu’« à une époque où les entreprises dominent nos gouvernements et écrivent nos lois, toutes les avancées technologiques offrent aux entreprises la possibilité d’imposer de nouvelles restrictions sur le public. », et conclut par « nous devons rejeter les e‐books, jusqu’à ce qu’ils respectent notre liberté. »

  • # PDF ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    C'est disponible en ePub ?

    Plus sérieusement, son avis me rappelle un interview d'Umberto Eco, également au sujet des ebooks. Il développait un argument qui n'est pas repris par Stallman concernant la durée :

    Un livre peut être lu 500 ans après avoir été publié. Non pas une réédition, mais bien le livre original, qui a son odeur, ses pages jaunis, avec l'encre un peu effacée. Bien conservé, le livre peut être conservé indéfiniment…

    Prenons le même exemple avec des données numérique : qui est encore capable de lire les données contenues sur un support édité il y a 25 ans ? Pourtant la langue n'a pas changée, le format de fichier ne doit pas être un problème, mais comment accéder aux données ? Là ou avec un livre il suffit de tourner les pages ( et éventuellement prendre une loupe ), le support numérique n'offre aucune garantie.

    C'est pour moi l'argument le plus fort, celui de l'histoire.

    • [^] # Re: PDF ?

      Posté par . Évalué à 10.

      D'un coté, je suis assez d'accord avec ce que tu dis.
      D'un autre, je vois qu'une grande partie des photos de mes parents ont été perdues / ont jaunis. Et je ne parle même pas de leur videos sur VHS...
      Alors que moi, mes photos ont transité par 3 disques durs en 10 ans, sont toujours intactes, et risquent de le rester, au vu de la facilité de leur duplication/sauvegarde/transfert vers un support futur.
      Donc pour moi, oui, le numérique c'est bien, tant que l'apocalypse nous tombe pas sur le coin de la gueule.

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        les photos jaunies ont une qualité dégradé mais sont toujours exploitable. Avec les données numériques il n'y a pas/peu de possibilité d'accès dégradé. Exemple : une VHS devenait de plus en plus mauvaises, un DVD rayé et c'est une scène entière qu'on est obligé de ne pas voir/entendre du tout. C'est très différent je trouve : dans un cas on a une qualité "stable" mais très fragile, dans l'autre une qualité dégressive mais robuste.

        Après, je ne parle pas de la péreinité d'accès aux données. Par exemple, si tu as ta prose dans un fichier word qui se trouve sur une disquette, c'est la misère pour y accéder maintenant alors que si tu l'avais sur papier, un bout de papier griffoné au crayon de bois est toujours lisible (avec probablement un contraste qui a fortement diminué).

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Et une VHS dont la bande est déchirée ou fortement pliée, c'est aussi illisible et ça finissait souvent par arriver à force de relire une cassette. Par contre, ça n'arrive pas avec un DVD.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par . Évalué à 6.

          Dans le cadre du numérique, les solutions existent (et sont même à très bas prix) pour maintenir autant qu'on veut les données.

          Il est quand même plus simple de copier tous les 10 ans (soyons fous) un support vers 2 ou 3 autres (à y être), que de créer un coffre-fort ignifugé, régulé en température et humidité pour conserver un parchemin.

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par . Évalué à 4.

          Par exemple, si tu as ta prose dans un fichier word qui se trouve sur une disquette, c'est la misère pour y accéder maintenant alors que si tu l'avais sur papier, un bout de papier griffoné au crayon de bois est toujours lisible (avec probablement un contraste qui a fortement diminué).

          En fait, on parle de deux types de données, là:

          • Les données analogiques (vidéos, images), qui sont numérisées avec une précision pré-définie. Leur version analogique se dégrade progressivement, leur version numérique est plus robuste mais peut souffrir de pertes importantes.
          • Les données numériques (texte), qui sont numérisées "nativement": transcription d'un manuscrit dans un fichier texte. Leur version analogique est beaucoup plus robuste (un vieux livre contient exactement autant d'information que neuf, tant qu'il ne manque pas de pages), mais leur version numérique est plus fragile: si je perds 20 octets sur un fichier texte, ça se verra davantage que 20 octets perdus dans un Divx.

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: PDF ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            ça se verra davantage que 20 octets perdus dans un Divx.

            Tu ne peux pas imaginer la capacité d'adaptation aux octets perdus des formats du consortium MPEG. Pour faire court, quelques soient les 20 octets dont tu me parles, tu perdras quelques dizaines de pixels pour une image donnée, le reste on peut te le récupérer sans trop d'efforts (la quantité d'effort va dépendre du conteneur utiliser : chiant avec du MP4, un peu d'effort pour AVI, automatique pour MPEG-TS/MPEG-PS). Les formats du consortium MPEG sont fait pour perdre des dizaines d'octets (transmission par satellite qui dépend des aléas de la météo et autre divers)

            • [^] # Re: PDF ?

              Posté par . Évalué à 6.

              Relis tranquillement son message, tu verras qu'il dit la même chose que toi.

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          un bout de papier griffoné au crayon de bois est toujours lisible

          Combien de temps? 1 an, 2 ans? Après, ça s'efface, tu vois rien du tout.

          C'est toujours aussi beau de voir le mythe "le papier ça se conserve" sur la base de 0.000001% de ce qu'on a pu récupérer par rapport à ce qui a été produit...

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par . Évalué à 3.

        rapport à la dépêche il semble bien que ça soit un problème de ne pas pouvoir faire de copie de ses ebooks

        de plus Amazon (par exemple) ne sera peut-être pas là éternellement pour héberger les contenus achetés par ses clients

        la pérennité des contenus numériques dépend de leur duplication en grand nombre, mais ce n'est pas l'avis de ceux qui prétendent défendre le droit d'auteur...

    • [^] # Re: PDF ?

      Posté par . Évalué à 7.

      Un livre peut être lu 500 ans après avoir été publié. Non pas une réédition, mais bien le livre original, qui a son odeur, ses pages jaunis, avec l'encre un peu effacée. Bien conservé, le livre peut être conservé indéfiniment…

      Pour les livres qu'on savait faire il y a 500 ans. Mon Librio-à-2€ de mon bac français ne tiendra peut être pas autant, surtout qu'à l'époque les livres on y faisait très attention (cher, rare, utile), je suis peut être terrible mais je prend peu garde aux livres que j'ai (ça dépend des livres bien sur), par exemple une bonne partie a prit l'eau dans mon sac un jour d'orage.

      Donc l'argument de la durée tient très peu je pense (sauf pour les tablettes de pierre gravées, ça ça tient bien avec le temps)

      207829⁶+118453⁶=193896⁶+38790⁶+14308⁶+99043⁶+175539⁶

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        C'est vrai, le parchemin est beaucoup plus résistant que les meilleurs papier.

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Pour les livres qu'on savait faire il y a 500 ans. Mon Librio-à-2€ de mon bac français ne tiendra peut être pas autant

        Il ne tiendra pas autant. Mais quand même pas mal. Par exemple, j'ai un petit livre bon marché à la couverture cartonnée, qui date de 1946. 65 ans après, les pages sont jaunies, mais il est encore visible. A mon avis, ton librio tiendra bien 80 ans.

    • [^] # Re: PDF ?

      Posté par . Évalué à 10.

      j'en parlerais au bibliothécaire d’Alexandrie... ;-)
      Il n'y a pas de support parfait... On prends toujours un risque.
      Et pour le numérique, les formats normés (Open xml, open doc) sont justement là pour éviter le problème à l'avenir car on en a pris conscience.

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        OpenXML n'est pas le meilleur exemple de format ouvert… L'implémentation dans Microsoft Word diffère de la norme.

        « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          J'aimerais que tu détailles un peu ce que tu entends par «bon format ouvert» pour comprendre le problème que tu as avec l'implémentation de MS.

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Il n'y a pas de support parfait

        Ok, toi t'as pas suivi:

        https://linuxfr.org/nodes/86387/comments/1242392

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: PDF ?

      Posté par . Évalué à -3.

      L'ouvrage papier a en effet une certain saveur quand on le compulse (bruit, toucher,...) alors qu'un ouvrage numérique, c'est très (très) fade.

      off> le PDF utilisé pour cette analyse est-il un format technologique ouvert et (vraiment) pérenne ?

      Mieux vaut tar que gz.

    • [^] # Re: PDF ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Le projet Gutemberg contient plein de livres édités il y a très longtemps. Je ne vois pas où est le problème.

    • [^] # Re: PDF ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Personnellement j'ai opté pour la gravure sur marbre, car j'ai besoin d'une pérennité correcte pour mes données.
      Problème, c'est long, et là j'aurais besoin d'un petit coup de main pour mes 554 Mo de code source.

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Le problème du marbre, c'est qu'il est de plus en plus difficile de trouver le petit personnel pour le gestionnaire de version.

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Et puis le SHA1 à calculer à la main pour le commit git, c'est pénible.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: PDF ?

            Posté par . Évalué à 5.

            Moi je pencherais plutôt pour… la broderie, garantie mille ans et atteignant tout de même 10,8 octet par heure en écriture : tapisserie de Bayeux

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par . Évalué à 6.

        Personnellement j'ai opté pour la gravure sur marbre

        Je te conseil ceci qui est bien plus facile à conserver : peu de risque de se faire dérober ses plaques de marbre, c'est très difficile à effacer (essaie de frotter ça part pas, au burin ça prend du temps)

        souvenir de vacances

        207829⁶+118453⁶=193896⁶+38790⁶+14308⁶+99043⁶+175539⁶

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Bof, après quelques années, il n'y a plus personne capable de lire ça.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Ce n'est pas du marbre sur la photo. C'est le colibri de l'un des Géoglyphes_de_Nazca

          • [^] # Re: PDF ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Je pensais que les gens le verraient sur la photo ou bien cliqueraient dessus pour en savoir plus.
            Sinon pour écrire son code source (ou celui du Hurd stable ou encore mieux celui de MultideskOS) c'est mieux que les tablettes de marbre car plus difficile à détruire.

            207829⁶+118453⁶=193896⁶+38790⁶+14308⁶+99043⁶+175539⁶

            • [^] # Re: PDF ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Le chef de projet a été lynché lorsque son équipe s'est rendue compte qu'il avait fait une faute de frappe …

    • [^] # Re: PDF ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Non pas une réédition, mais bien le livre original, qui a son odeur, ses pages jaunis, avec l'encre un peu effacée.

      Si l'intérêt est dans l'objet livre et non plus le contenu, en effet, un livre parle beaucoup plus à tous nos sens que quelques bits à 1 sur un plateau magnétique.
      Il faut dissocier la pérennité du contenu et celle du contenant.
      Quant au format, effectivement, c'est un autre problème à charge contre le contenu numérique, qu'il faut tout de même tempérer lorsqu'il s'agît de décrypter un livre écrit dans un vieux dialecte.
      Pour lire un vieux format, si on veut vraiment s'en donner les moyens, et si plus aucun logiciel moderne n'est capable de le prendre en charge (ce qui n'est pas SI courant que cela), soit on se retrousse les manches et on passe emacs en mode hexl ;), soit on installe dans un émulateur l'OS capable de faire tourner le vieux soft capable de lire le vieux format. (voir émuler un vieil OS capable de faire tourner le seul vieil émulateur capable de faire tourner un encore plus vieil OS pour enfin lancer le logiciel capable de lire le document de mes ancètres).
      On pourrait aussi parler de la capacité infinie de réplication du contenu numérique, qui explose le livre dans ce cas, surtout conjointement avec l'utilisation d'un stockage à haute disponibilité, comme une ferme de réplication de bases de données telles qu'on peut en trouver chez Google par exemple.
      Ou on pourrait également aborder la nature même de l'importance du document, s'il est personnel (fiche de salaire, disponible généralement seulement en un ou plusieurs exemplaires) ou de notoriété publique (musique célèbre, répliquée des millions de fois partout dans le monde).
      Bref, vaste sujet...

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Pour la copie, il y a un hic : les DRM.

        Sans les DRM, on pourrait facilement copier les livres dans les clouds, en p2p chez des milliers de particulier, etc... et la oui, le problème de la pérennité ne se poserait plus.

        Truc que j'aime bien avec le livre: pas besoin de batterie, d'acheter un appareil, etc... juste le livre et c'est tout.

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Sans les DRM, on pourrait facilement copier les livres dans les clouds, en p2p chez des milliers de particulier, etc... et la oui, le problème de la pérennité ne se poserait plus.

          Ça se trouve des livres électroniques sans DRM.

          Truc que j'aime bien avec le livre: pas besoin de batterie, d'acheter un appareil, etc... juste le livre et c'est tout.

          Le truc qui est bien avec les liseuses c'est que tu n'a pas à avoir un livre de plus, juste tu l'ajoute à ta collection et tu l'a tout le temps avec toi.

          Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Truc que j'aime bien avec le livre: pas besoin de batterie, d'acheter un appareil, etc... juste le livre et c'est tout.

          Je me balade avec ma bibliothèque papier tout le temps sur moi. Très pratique. Juste le livre... Et l'endroit où stocker, avec le inconvénients (difficilement déplaçable...)

          Ben désolé, je préfère la liseuse, ça me fait moins mal au dos que de transporter des tonnes (littéralement) de papier.

    • [^] # Re: PDF ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Stallman critique plus le format et les licences numériques que la moindre pérennité des données numériques. Je pense que des données et livres numériques conservées sur des supports résistants, faciles à lire physiquement (c'est surement la principale difficulté non résolue aujourd'hui), avec des formats ouverts, seront encore lisibles dans 500 ans.

      Le deuxième problème, ce sont les DRM et autres agressions de violence et piratage légaux (portes dérobées).

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        Un problème les DRMs? Que nenni!
        La plupart des livres achetés doivent passer par la solution d'adobe ...
        A l'instar de libdvdcss, tu trouveras un script python qui permet de jouir pleinement de l'oeuvre ...

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          A l'instar de libdvdcss, tu trouveras un script python qui permet de jouir pleinement de l'oeuvre ...

          Ou passer par des revendeurs qui ne mettent pas de DRM.

    • [^] # Re: PDF ?

      Posté par . Évalué à 9.

      le support numérique n'offre aucune garantie.

      Pour le contenu, Internet est nettement plus sûr que les livre de ta bibliothèque et pour avoir de la publication en libre de droit sur internet il suffit d'attendre 70 ans après la mort de l'auteur. Donc à l'échelle de 500 ans ça ne pose pas de problème.

      Non pas une réédition, mais bien le livre original, qui a son odeur, ses pages jaunis, avec l'encre un peu effacée. Bien conservé, le livre peut être conservé indéfiniment…

      Je vois vraiment pas l'intérêt de cet argument. Ne lire que des originaux, il n'y a pas grand monde qui peut le faire et ils devraient rester dans des bibliothèque pour conservation. Ensuite entre une édition d'un jour ou celle de dans 500 ans, soit leur contenu est différent et ça doit être indiqué, soit ça ne l'ai pas et moi j'apparente ça à du snobisme.

      Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Ne lire que des originaux, il n'y a pas grand monde qui peut le faire

        Je crois que la phrase n'était pas à prendre au sens "édition originale coûtant la peau des fesses". C'est plutôt au sens de "format original du livre, c'est à dire le papier, plutôt que format électronique".

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par . Évalué à 3.

          C'est plutôt au sens de "format original du livre, c'est à dire le papier, plutôt que format électronique".

          Alors il a vraiment du mal s'exprimer parce qu'il l'oppose aux rééditions qui sont elles aussi papier.

          Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

      • [^] # Re: PDF ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Je vois vraiment pas l'intérêt de cet argument. Ne lire que des originaux, il n'y a pas grand monde qui peut le faire et ils devraient rester dans des bibliothèque pour conservation. Ensuite entre une édition d'un jour ou celle de dans 500 ans, soit leur contenu est différent et ça doit être indiqué, soit ça ne l'ai pas et moi j'apparente ça à du snobisme.

        Ça n'est pas du tout ce que je voulais dire : si je tombe dans un grenier, dans une vieille malle, sur un vieux livre de 1800, je n'aurais aucun mal à le lire, à le comprendre.

        Par contre, si à côté de cette vieille malle se trouve une pile de disques mous 5"1/4, je ne saurais pas quoi en faire. Même si les fichiers dessus sont de simples fichiers texte en ASCII dans un format ouvert. Le problème se pose aujourd'hui avec les disquettes 3"1/2 (bien que l'on puisse encore se débrouiller), mais le fond est le même : le support même est pérenne.

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          C'est pour ça qu'il faut faire des copies. Ta pile de disquette 5''1/4 tient très bien sur n'importe quelle clef usb ou disque dur actuel. Ça te permet de toujours y avoir accès.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: PDF ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Sauf que ton vieux livre de 1800 il en reste que 3 exemplaires dans le monde et la probabilité que tu le trouves dans une vielle malle est bien plus faible que celle qu'il reste dans la vielle malle.

          Ton fichier ASCII sur support illisible, il y a de fortes chance qu'il ait été dupliqué un peu partout et que pendant 500 ans il ait survécu au copie successives et qu'avec un coup de Google-2500 tu le retrouves quelque part dans un format bien plus moderne que l'ASCII et sur un support parfaitement lisible.

          Faut arrêter les conneries sur la conservation des livres: un livre ce conserve très mal et la meilleur preuve c'est la proportion de livres qui ont étés définitivement perdus au fil des siècles. Combien reste-t-il de bible de Gutenberg aujourd'hui ? C'est un livre qui est mythique et que leur possesseurs ont du choyer, conserver dans les meilleurs conditions possibles à chaque époque, et pourtant les 3/4 on disparus. Donc pour un livre classique...

          Énormément de livre publiés il y a plusieurs siècles ont tout simplement disparus alors que je suis persuadé qu'un livre publié aujourd'hui uniquement sous forme électronique sera encore trouvable dans 1000 ans.

          De même pour les DRM, il ne sont que très peu un frein à la conservation des données tout simplement parce que les DRM ne font chier que les acheteurs, tous les système de DRM utilisable que les eBook que je connais sont très facilement crackable et il y a donc déjà des copies qui circulent sur le net sans DRM.
          Cet argument peut éventuellement être utiliser face à un politicien mais pas sur LinuxFR.

    • [^] # Re: PDF ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Tu confonds support et données.

      Parler de support numérique tel que tu l'entends n'a pas de sens : un livre papier est un support, un ebook reader est un support, un parchemin est un support, un disque dur est un support.

      Un fichier n'est par contre pas un support : ce sont des données. Un livre (ou une musique, ou un film) est toujours une suite d'octets, même s'il est sur un parchemin. La suite d'octets n'est qu'une représentation de l'oeuvre (une suite de caractères en est une autre, plus agréable à l'oeil), mais pas son support.

      Lors que l'on part de support numérique, on ne parle pas du fichier, mais du lecteur électronique. Le fichier existe tout autant si ton livre est sur un Kindle que si ton livre est en papier, c'est simplement qu'il est plus complexe à lire dans le second cas.

      Qu'un support puisse rester en état 500 ans ou doive être renouvelé tous les 5 ans, ça ne changera rien à l'oeuvre, son existence étant indépendante de celle de ses supports. Pour détruire une oeuvre, il faut détruire la totalité de ses supports, et ça c'était effectivement possible à l'époque de la bibliothèque d'Alexandrie mais plus maintenant pour la majorité des oeuvres (pas toutes certes, un travail de numérisation est encore à faire pour plein d'archives).

      "Tes" livres, quels que soient les supports sur lesquels tu les possèdes, te survivront. Que tu le veuilles ou non. :)

  • # oui mais

    Posté par . Évalué à 3.

    Certes, c'est un bon argument, en plus des autres.

    Mais il faut quand même considérer la volumétrie des oeuvres: la consommation de masse, est de nature à modifier profondément les circuits de production, essentiellement par la quantité, et donc les moyens nécessaires (ou plutôt leurs pertinences, la saturation du marché est bien réelle).

  • # bof bof

    Posté par (page perso) . Évalué à -5.

    bof bof, laisse là au bord de la mer, face au sable et au vent et on en reparlera :D

    Par contre, sauvegarde ta tablette au fin fond d'une pyramide et effectivement elle risque de survire (si elle n'est pas volée puis perdue au fin fond de l'atlantide.
    Comme le disait ma tante pétunia, c'est mieux avant ;-)

    • [^] # Re: bof bof

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      En même temps... dans le futur (et on peux déjà le faire mais c'est cher) on gravera les données dans des blocs de plastiques ou de cristal même.

      Avec deux lasers, on peux déjà graver des hologrammes dans des blocs (vous savez les voitures ou aigles que l'on trouve sur le marcher) le tout est d'y graver des données...

      La je pense que l'on peut battre le livre MÊME si on enterre le bloc...

      • [^] # Re: bof bof

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Avec deux lasers, on peux déjà graver des hologrammes dans des blocs (vous savez les voitures ou aigles que l'on trouve sur le marcher)

        Ah oui, j'adooore ! J'en fais même la collection, mon préféré est celui avec la tête de Georges Brassens en train de tenir sa pipe.
        Bon je vous laisse, on m'attend pour un dîner.

      • [^] # Re: bof bof

        Posté par . Évalué à 8.

        Il parait que le stockage de données dans le quartz est déjà maitrisé. George Lucas a réalisé un documentaire très intéressant sur le sujet.
        Je recommande aussi son étude sur le frigidaire comme moyen de protection anti-nucléaire.

      • [^] # Re: bof bof

        Posté par . Évalué à 0.

        Dans 2000ans, quand on retrouvera ton livre tout moisie et ton bloc en parfait état, on saura lire le livre en faisant appel à quelques personnes parlant encore le "français de l'an 2000", par contre ton bloc de données, (en supposant que tu n'écris pas des lettres avec tes blocs, là t'as pas fini pour écrire l'équivalent d'un livre) il y a peu de chances que les scientifiques de dans 2000ans, ils arrivent à le lire, chose impossible si ils ne connaissent pas le format utilisé pour stocker les données. Dans quel sens ça se lit, qu'est ce qu'on fait une fois qu'on a la suite d'octets ? ("maiiiirde, bon les gens, trouvez moi une table ascii d'il y a 2000ans").

        • [^] # Re: bof bof

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Tu es au courant que tes données tu peux les copier? Si tu as une politique de sauvegarde correcte, dans 2000 ans, on lira tes données comme on lis les données produite dans 2000 ans, il n'y aura pas de travail particulier à part de comprendre la langue utilisée.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: bof bof

          Posté par . Évalué à 10.

          Dans quel sens ça se lit, qu'est ce qu'on fait une fois qu'on a la suite d'octets ?

          Ah, ça me rappelle un article intéressant paru dans Science et Vie, ou Science et Vie Junior (comme quoi!) y'a quelques années.

          En fait, la tendance à optimiser l'espace de stockage et de diffusion des données s'oppose radicalement à leur compréhension par une civilisation extérieure: ils prenaient l'exemple d'une civilisation extra-terrestre mais le raisonnement est valable pour "les humains dans 10 000 ans". Ils ne parlaient que des fréquences radios, mais c'est valable aussi pour le stockage. Et ils expliquaient que scruter l'univers à la recherche de signaux extra-terrestres est peut-être vain, car une civilisation qui cause par ondes radios ne reste "visible" que pendant une durée extrêmement courte, en rapport aux durées/distances de l'univers (millions d'années), à savoir la durée le moment où elle découvre les ondes radios, et le moment où elle en fait l'usage le plus optimisé possible:

          Plus les algos et les technologies progressent, et plus on optimise notre usage des bandes de fréquences et des moyens de stockage disponibles. On compresse les données de mieux en mieux, on resserre de plus en plus les fréquences utilisées, et on stocke de plus en plus "serré" sur les supports. L'aboutissement de cette évolution, c'est d'en arriver à ce que les communications par ondes radios soient indifférentiables d'un bruit blanc aléatoire: si un motif subsiste c'est que la compression peut être optimisée, si des pics de fréquence apparaissent c'est qu'on pourrait utiliser les fréquences entre (moyennant des technologies plus fines capables de discriminer les fréquences proches et d'empêcher les interférences). Pour le stockage c'est pareil: le stockage idéal serait de stocker une information dans chaque atome du support. Le résultat final est que le stockage ressemble à un objet aléatoire: si des motifs apparaissent dans le support, c'est qu'on n'a pas assez compressé. Si des blocs d'atomes sont dans des configurations identiques, c'est qu'on pourrait descendre plus bas et stocker davantages d'infos.

          Bien sûr, c'est dans l'hypothèse où la technologie permet de parvenir à une utilisation parfaite de l'univers matériel. Mais en tout cas, cette réflexion indique que, pour déchiffrer l'information laissée par une civilisation, il est nécessaire d'avoir un niveau de technologie (algorithmes, et finesse d'utilisation de la matière) strictement supérieur à celui atteint par cette civilisation

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: bof bof

            Posté par . Évalué à 3.

            s/durée le moment/durée entre le moment/

            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: bof bof

            Posté par . Évalué à 3.

            l'exemple d'une civilisation extra-terrestre mais le raisonnement est valable pour "les humains dans 10 000 ans"

            Justement, non. A moins d'une catastrophe, nos fichiers stockés sur disques durs seront transférés sur les supports du futurs. Et donc les archeologues de dans 10 000 ans, ils y auront déjà accès.
            Alors certes, c'est partiellement vrai, il y a plein de données qui seront jetées (je pense surtout a toutes les entreprises qui font du backup/stockage sur bande). Mais au final, on en gardera une grande partie, surtout vu leur redondance extrême, puisque chacun prend la meme photo du meme monument et la garde chez soi (ou, pour continuer a parler d'ebook : chacun a une copie du livre sur son kindle, + sur sur son PC + sur tout les servers d'amazon, etc...)

            • [^] # Re: bof bof

              Posté par . Évalué à 3.

              À moins d'une catastrophe

              Oui, c'est à ça que je pensais: la destruction de notre civilisation. D'autres civilisations avancées se sont cassé la gueule dans l'histoire, sans même parler de trucs comme les géoglyphes de Nazca ou le mythe de l'Atlantide.

              Exemple: on a du mal à comprendre en détail les mythologies et la culture nordiques, à cause du recouvrement de tout ça par les chrétiens: il n'y a plus personne qui vive les subtilités de cette culture aujourd'hui. C'était pourtant une civilisation "sûre d'elle-même", comme toutes les civilisations.

              Qu'est-ce qui nous garantit que, par exemple, le Tiers Monde ne va pas venir (physiquement) nous péter la gueule dans 50 ans, reprendre son dû (ce que nous appelons "notre richesse"), imposer sa culture, et que dans 500 ans des archéologues perplexes essaieront de comprendre comment on lit un fichier ".zip" ou ".doc", ou ce que signifie l'orthographe "flim" rencontrée ça et là?

              Et ça ne peut que s'aggraver si on pousse nos technologies et nos algorithmes à des niveaux avancés, qui nécessitent une structure de société complexe et précise avec de nombreux experts à chaque maillon de la chaîne: le jour où le château de cartes (flux de matériaux, d'argent, expertise, applications concrètes des mathématiques, de la physique, de la chimie) qui permet de construire un disque dur de 2 To, et d'y stocker des fichiers encodés en H-264, se cassera la gueule, comment feront nos descendants, qui s'appuieront certainement sur des sociétés et des technologies différentes, pour décoder ce qui nous paraît évident? Ce ne serait pas la première fois dans l'histoire de l'humanité que des savoirs avancés disparaîtraient, parfois pour être re-découverts, et parfois non (on ne sait toujours pas exactement comment les égyptiens ont monté les pyramides).

              Et un bouleversement géopolitique, un changement du climat, une épidémie, peuvent arriver tellement vite qu'on aura d'autres préoccupations que de sauvegarder toutes nos données, de l'ancien système vers le nouveau.

              THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: bof bof

          Posté par . Évalué à 6.

          Qu'est-ce qui te fait penser que dans 2000 ans, il n'y aura pas de spécialistes du stockage ancien, comme il existe à l'heure actuelle des spécialistes du grec ancien ou du latin ? Et qu'est-ce qui te pousse à penser que ce sera l'inverse pour le «français de l'an 2000» ?

          Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

  • # durabilité du support et importance des données

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Bonjour,

    Il est clair que les livres anciens sont beaucoup plus pérennes et faciles à lire que nos galettes et disques durs actuels. D'un autre côté, combien d'ouvrages nous sont-ils parvenus par-delà les siècles ? Probablement très peu, la plupart ayant été brûlés, pourri, effrités, imprimés sur papier de mauvaise qualité ou ayant pris l'eau dans un sac à dos :o) Surtout des ouvrages confectionnés avec des matériaux de grande qualité ont réussi à supporter le voyage. Quelle proportion de nos supports modernes seront encore présents et en état d'être lus dans 500 ans ? En avons-nous d'une qualité équivalente, dispositif de lecture mis à part ?

    Autre point important à mes yeux : l'importance des données sur le support. Lire un ouvrage éphémère "à la mode" qui ne m'intéressera plus dans deux ans peut bien être dans un format que je ne saurai plus ouvrir dans 10 ou 15 ans.
    Kindle constitue, je trouve, l'exemple parfait de ce type d'usage : des trucs vite achetés, vite lus et vite oubliés qu'on se fiche de ne plus pouvoir ouvrir ou de en pas pouvoir prêter. Une vision court-termiste de la part d'Amaz0n qui cherche à maximise des ventes rapides et en gros volume en bourrant les fichiers de DRM jusqu'à la gueule. La plupart des possesseurs de Kindle ne chercheront, à mon sens, même pas à contourner le système de DRM car l'ouvrage en question cessera de les intéresser avant qu'ils y parviennent... Au pire il remettront la main à la poche pour racheter un second e-exemplaire super mieux car en kouleurs 3D sur le SuperKindle DS ou... un exemplaire papier.

    Pour ma part je préfère encore - et de loin - le papier pour les choses importantes, mes fiches de paie au hasard que je devrais ressortir dans 30 ans s'il y a encore moyen de prendre sa retraite. Je ne me dispense pour autant pas pour autant de les numériser, car elles pâlissent, mais sans garantie de pouvoir ré-ouvrir le fichier d'ici 3 décennies.

    Conclusion toute personnelle : on n'a pas encore fait mieux que le support papier pour la durée de lisibilité des données importantes mais il ne faut pas désespérer. Quand aux documents qu'on ne souhaite pas forcément garder un bon vieux .pdf, .html ou même .txt faciles à lire et à dupliquer font très bien l'affaire. Je n'ai pas encore essayé le .epub mais ça viendra.

    Et la question futile de circonstance pour finir : le papier peut-il être considéré comme un format / un support libre, à votre avis ?

    Ad hoc et ab hac

  • # Comparer les livres papier avec les ebooks Amazon : aucun sens.

    Posté par . Évalué à 5.

    Déjà, RMS ne parle pas du livre électronique en général, mais de ceux vendus par Amazon. Il aurait été plus honnête de titrer « The Danger of Amazon E-books »

    On peut très bien acheter ou télécharger gratuitement des livres électroniques ailleurs, au format ouvert EPUB et le copier autant que l’on veut. On lui parle du projet Gutenberg ?

    On dirait tout simplement qu’il n’aime pas les livres électroniques. Mais on s’en branle pas mal. C’est l’évolution numérique de notre bon vieux codex, point barre.

    Mais peut-être qu’il n’aime tout simplement pas le progrès technologique, comme le premier paragraphe a l’air de le suggérer. Qu’il reste sous emacs, le pauvre.

    Personnellement, j’ai pas mal de livres et j’aimerais bien tous les avoir avec moi quand je pars en voyage. Mais ce n’est pas très pratique. J’aimerais tellement avoir toute ma bibliothèque accessible depuis n’importe où. Le seul vrai problème est que je ne trouve pas de version numérique de la plupart de mes livres.

    Et puis c’est aussi pas cher à reproduire, un livre numérique. C’est très bien pour la diffusion de la culture, notamment aux plus défavorisés, non ?

    • [^] # Re: Comparer les livres papier avec les ebooks Amazon : aucun sens.

      Posté par . Évalué à -1.

      C'est claire que les plus démunis sont les premiers à se jetter sur l'achat d'un ordinateur quand ils ont assez de cash (pognon).

    • [^] # Re: Comparer les livres papier avec les ebooks Amazon : aucun sens.

      Posté par . Évalué à 5.

      Tu parles des e-book gratuits et du transport. Mais pour moi il te manque deux avantages déterminant de la liseuse sur le livre papier :

      • Le dictionnaire intégré que l'on consulte beaucoup plus spontanément que la version papier. Déterminant en déplacement, surtout si on lit un livre en anglais.

      • La lecture couchée de côté. Je finis toujours comme ça quand je lis longtemps et la liseuse apporte un immense confort car elle se tient d'une seule main.

  • # ebook vue pour un plublic plus global

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Richard Stallman a toujours une approche tres precise et rigoureuse, mais oublis que l'utilisateur moyen l'est beaucoup moins.

    Or on peut prendre l´ebook d´un point de vue global. Il pousse plus de gens a se poser la question de la propriete du fichier. Il pousse plus de gens a vouloir partager des livres comme ils le faisait de leur livre papier et comme ile le font tous les jours avec leur propres ecrit. Donc on peut esperer que les limitations sur les echanges vont etre consideres comme moins acceptable et donc faire progresser la liberte.

    Perso j´ai un ebook qui n´a jamais connu le DRM...

    • [^] # Re: ebook vue pour un plublic plus global

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Richard Stallman a toujours une approche tres precise et rigoureuse, mais oublis que l'utilisateur moyen l'est beaucoup moins.

      En même temps si on se mettait toujours au niveau du consommateur ou de l'humain moyen quand on réfléchit, on réfléchirait jamais à rien :-p Richard Stallman essaie justement de faire réfléchir les gens sur ce qu'ils n'auraient peut-être jamais pensé par eux-mêmes.

      • [^] # Re: ebook vue pour un plublic plus global

        Posté par . Évalué à 5.

        Comme d'habitude avec Stallman, on a un point de vue un peu poujadiste et unilatéral, voire surranné : pour preuve son document généré avec OpenOffice 2.4, et autre détail amusant, la licence de sa diatribe est « non-libre » selon l'orthodoxie FSFnienne, car c'est en CC-BY-ND.

        Il semble ne considérer que l'hypothèse selon laquelle tous les ebooks vendus seraient vendus avec des DRM (sans les citer d'ailleurs...), cf. son "The ebook companies say denying our traditional freedoms is necessary", alors que ce n'est pas forcément le cas. Par exemple une rapide recherche m'indique que http://www.epagine.fr/ propose des livres sans DRM (filtre de DRM dans son catalogue, pour les exclure).

        Son

        nous devons rejeter les e‐books, jusqu’à ce qu’ils respectent notre liberté.

        est plein de bon sens, mais il aurait ainsi dû préciser « nous devons rejeter les e‐books verrouillés avec des DRM, jusqu’à ce qu'on nous propose des publications respectant notre liberté. »

        Au final, on ne sait pas trop s'il est uniquement contre les ebooks avec DRM (vu qu'il présente tous les ebooks comme ne respectant pas notre « liberté »), ou contre le principe des ebooks (parce qu'il aime l'odeur du papier et de l'encre). Voire même qu'il est contre la culture non-libre véhiculée par les livres avec certains copyright (« The current copyright system does a lousy job of that »), vu qu'ils ne sont pas sous licence libre (culture copyleft etc), mais on a la même chose avec les livres papier...

        Certains de ses arguments en faveur des livres papiers ne sont pas entièrement justes d'ailleurs :

        • You are not required to sign a license that restricts your use of it.

        il n'est pas permis de faire ce qu'on veut d'un livre légalement acheté. Par exemple le copier et le redistribuer. (Je ne sais pas ce qu'il en est de la location, c'est sans doute réglementé...)

        • Nobody has the power to destroy your book.

        si le livre contient des choses censurées, il peut être interdit de le garder en sa possession (peut-être pas en France, mais dans certains pays, si)

        Maintenant, que faire vis-à-vis de l'évolution inévitable que représentent les livres numériques ?

        • Le cas actuel, avec encore trop de DRM, et souvent le fait que dans beaucoup de boutiques ce n'est pas renseigné si cela en contient ou pas (par exemple sur la FNAC, le flou est total), me semble inacceptable.
        • Le tarif pratiqué me semble également indécent : 18,05 € en papier, contre 15,20 € en epub (avec sans doute des DRM dedans), n'est pas raisonnable.

        Si j'emprunte un livre à ma bibliothèque, ça va me coûter 0 €. Si je veux le relire dans 5 ou 10 ans, je pourrais retourner à ma bibliothèque de quartier.

        Avec un tarif de 15 € et des DRM qui risquent de m'empêcher de relire mon ouvrage, qu'est-ce qui m'encourage à acheter des livres numériques, et délaisser ma bibliothèque ?

        Par contre, est-ce que les DRM ne rassurent pas un peu les auteurs que leur création ne va pas être disponible immédiatement partout, sans achat derrière ? (on peut penser qu'une nouveauté, un blockbuster, ne sera pas disponible pour tout le monde immédiatement et simultanément dans une bibliothèque, ce qui pourrait encourager les plus pressés à acheter l'ouvrage en librairie.

        Voici ce qui me semblerait ainsi plus raisonnable pour aller dans la voie du numérique :

        • Romans libres de droit facilement disponibles et gratuits (cf. feedbooks)
        • Romans datant entre par exemple 3 et 50 ans disponibles sans DRM et pour un prix modique (cf. prix des applications sur le market android, entre 0,5 et 2 €), ce qui faciliterait leur achat
        • Nouveautés pour un prix réduit et plus attractif qu'en papier (entre 4 et 10 €), avec éventuellement des DRM, à la condition que le verrouillage DRM soit levé rapidement (par exemple 2 ou 3 ans plus tard), et une copie sans verrouillage soit gratuitement mise à disposition du lecteur ayant acheté l'ouvrage, ce qui aurait l'avantage d'être plus équitable pour le client qui n'aurait pas l'impression d'être pris en otage.

        Mais forcément, par rapport à un marché qui est forcément juteux à l'heure actuelle, je doute que la plupart des grands éditeurs soient prêts à lacher du lest.

        À noter que j'ai trouvé sur epagine des livres récents de fantasy pour un prix correct (5€), et sans DRM :

        http://www.epagine.fr/listeliv.php?tag=Dragon&sansdrm

        (non, je n'ai pas d'actions chez eux)

        Le document converti au format E-book « ePub » de l'avis de Stallman, ainsi que le présent commentaire, se trouvent à cette adresse :

        http://anamnese.online.fr/site2/textallion/showcase/the_danger_of_e-books/index_the_danger_of_e-books.html

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: ebook vue pour un plublic plus global

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          la licence de sa diatribe est « non-libre » selon l'orthodoxie FSFnienne, car c'est en CC-BY-ND

          Oui, parce que ce n'est pas du logiciel ni de la documentation : c'est une diatribe. Et un article d'opinion, si on le modifie, eh bien ca n'a plus forcément le même sens. Mettre une diatribe sans clause ND, ca n'a pas beaucoup de sens.

          A mon avis, ca peut être pareil pour une oeuvre littéraire : on peut mettre une clause ND parce qu'on considère que le roman (par exemple) est un tout, et que si on modifie ne serait-ce qu'un mot, ça dénature l'oeuvre.

          • [^] # Re: ebook vue pour un plublic plus global

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            On se demande pourquoi il n'a pas mis ce texte sous GFDL qui est sa licence non libre usuelle.

          • [^] # Re: ebook vue pour un plublic plus global

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Oui, enfin dénaturer, c'est juste un terme péjoratif pour parler d'œuvre dérivée. Pour le roman, si tu es un prétentieux égocentrique, pourquoi pas le ND, mais pour une diatribe c'est particulièrement débile. Par exemple, ça veut dire que si j'étais sensible à son argumentaire, je ne pourrais même pas m'en inspirer pour rédiger le mien. Ou comment limiter la portée de son propre message…

            • [^] # Re: ebook vue pour un plublic plus global

              Posté par . Évalué à 2.

              Oui, c'est juste. Tu devrais pouvoir le reprendre et le modifier, à condition de fournir l'original en copie et de préciser que tu t'en es inspiré. Ce que la licence ND ne permet pas.

              THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: ebook vue pour un plublic plus global

            Posté par . Évalué à 1.

            si on modifie ne serait-ce qu'un mot, ça dénature l'oeuvre.

            Faut quand même avoir un égo surdimensionné et une estime de son travail démentielle pour arriver à penser ce genre de chose. Raison pour laquelle je ne comprendrai jamais l'utilité du ND.

            • [^] # Re: ebook vue pour un plublic plus global

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              Et surtout, grâce à la clause ND, pas de traduction possible. Génial.

            • [^] # Re: ebook vue pour un plublic plus global

              Posté par . Évalué à 5.

              si on modifie ne serait-ce qu'un mot, ça dénature l'oeuvre.

              Faut quand même avoir un égo surdimensionné et une estime de son travail démentielle pour arriver à penser ce genre de chose.

              heu, c'est toute la thématique de la littérature il me semble, que d'accorder une importance à la place et au sens des mots.

              Par exemple si je modifie un court passage dans ce poème de Baudelaire :

               Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse ;
               Ainsi qu’une beauté, sur de nombreux coussins,
               Qui d’une main distraite et légère caresse,
               Avant de s’endormir, le contour de ses seins,
              

              et que j'écris à la place :

               Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse ;
               Ainsi qu’une beauté, sur de nombreux coussins,
               Qui d’une main distraite et légère caresse,
               Avant de s’endormir, le contour de son arrière-train,
              

              Ça change un peu la perception de cette oeuvre il me semble ? (même si c'est peut-être plus en rapport avec le thème du poème intitulé « tristesse de la lune » héhé...)

              Et si je change un mot dans cette recette de l'Aligot, elle perdra un peu de sa saveur non ? (ou elle en prendre une autre, sans doute)

              Eplucher les pommes de terre et les gousses d'ail. Couper les pommes de terre en gros morceaux et les faire cuire avec du wasabi 20 minutes dans de l'eau bouillante.
              
              Pendant ce temps, couper la tome fraîche en fine lamelles.
              
              A la fin de la cuisson retirer l'ail, passer les pommes de terre au presse-purée en ajoutant éventuellement un peu d'eau de cuisson pour obtenir la consistance désirée. 
              

              Je n'ai personnellement rien contre le NC ou ND, mais venant de la part d'un « libriste » intègre comme Stallman qui met le copyleft en avant, j'ai trouvé cela amusant. (d'ailleurs, peut-être que ça signifie que la clause ND permet de garder l'intégrité du sens de son message...)

              Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # L'arnaque Amazon

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Pour mon Noël, je me suis offert un ARCHOS 70IT pour lire des eBooks, j'ai d'ailleurs écrit un petit post sur mon blog pour expliquer mes galères pour choisir un lecteur eBook ... J'ai installé l'application Kindle pour acheter et lire des livres sur Amazon et lors de la dernière mise à jour de l'application Kindle, plus possible de lire mes livres achetés LEGALEMENT sur Amazon !!! Je suis d'autant plus dégoûté que sans cracker les ouvrages achetés je ne peux plus les lire :(

    • [^] # Re: L'arnaque Amazon

      Posté par . Évalué à 10.

      Bien fait pour toi, t'avais qu'à pas financer les marchands de DRM.

      Ce commentaire est à prendre au premier degré, si t'as un doute.

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: L'arnaque Amazon

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        t'avais qu'à pas financer les marchands de DRM.

        et les censeurs de l'internet. (Affaire wikileaks)

  • # Durabilité du support et importance des données

    Posté par . Évalué à 1.

    Dommage que Stallman ne précise pas plus que ça la cible de sa critique... je suis bien d'accord avec lui que la façon dont les industries des contenus (celle de la musique aussi entre autres) verrouillent les contenus est complètement débile et sert finalement qu'à engraisser les actionnaires sur le court terme (et encore si ce n'était que ça). Mais de là à taper sur tous les e-books ?
    Le format ePub que j'ai découvert il n'y a pas longtemps, je le trouve pas mal foutu : avec un gestionnaire d'archive on peut facilement modifier le contenu puisqu'il s'agit de html (pas très clean mais bon...) ; bien plus simple qu'un pdf difficilement modifiable sans avoir recours aux sources (genre ODT ou TeX), même si un eBook et un PDF n'ont pas la même fonction : l'un état plus malléable pour une lecture optimale et l'autre plus pour l'impression.
    Le jour où il existera un format universel ouvert intégrant à la fois les sources du contenu et un rendu optimal pour la lecture et l'impression, on en reparlera...

    Pour reprendre les discussions concernant la durabilité des supports et l'importance des données, j'ai lu à droite et à gauche que les supports numériques (surtout ceux destinés au grand public) étaient moins fiables à long terme que les supports papier. À part ça, quelque soit le support je pense que ce qui garantit la pérennité d'une information est sa diffusion. Un exemple assez parlant est la diffusion du savoir des philosophes grecs. En effet, en son temps il a touché l'ensemble du bassin méditerranéen, et c'est grâce à ça, entre autres, qu'une partie de ce savoir a pu être réintroduit en Europe à travers les érudits arabes qui avaient conservé les textes, alors que chez nous l'Église les brûlait (et les gens avec). D'où l'intérêt des licences de libre diffusion... CQFD XD. Tiens je vais mettre les photos de mon ex en copyleft... euh non mauvaise idée.

    Tout ça pour savoir s'il y avait un texte un peu plus long des critiques de Stallman à l'égard des e-books. Merci.

    • [^] # Re: Durabilité du support et importance des données

      Posté par . Évalué à 3.

      je suis d'accord avec toi (et également pour l'idée de diffusion, quel que soit le support, si la diffusion est rompue, le contenu survit plus difficilement).

      Le format ePub est vraiment l'idéal pour ce type de contenu, en revanche son ambivalence vis à vis des versions avec DRM et sans DRM, fait qu'en présence d'un vendeur de fichier ePub, on ne sait pas forcément dans quelle déclinaison cela sera.

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: Durabilité du support et importance des données

        Posté par . Évalué à 0.

        en revanche son ambivalence vis à vis des versions avec DRM et sans DRM, fait qu'en présence d'un vendeur de fichier ePub, on ne sait pas forcément dans quelle déclinaison cela sera.

        Oui en effet, je n'avais pas remarqué cette caractéristique du format ePub, j'ai juste regardé un peu la technique.
        Si on jette un coup d'œil sur la liste de l'IDPF, l'organisme qui a crée l'ePub, on retrouve tous les grands noms du monde de l'édition... finalement le fait d'autoriser l'implémentation des DRM dans ce format ne me surprend pas plus que ça : ils protègent leurs arrières !

    • [^] # Re: Durabilité du support et importance des données

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Je vais parler d'un cas d'actualité, l'archivage administratif.
      On a une administration en France qui conserve des tas et des tas de papiers dans des centres pour les archiver sur des périodes très longues.

      Par exemple, mon père étant notaire, il doit garder ses actes pendant 100 ans avant de transférer ces papiers aux archives départementales qui les garderont de manière indéfinies. Par exemple dans ce domaine on a globalement de nombreuses données qui remontent jusqu'à la Révolution (ensuite c'est plus délicat).

      Le problème commence à se poser aujourd'hui, car on se demande comment stocker tout ça. Les centres départementaux n'ont pas en espace infini et ces documents prennent beaucoup de place. Pour donner l'exemple de mon père, il stocke plusieurs tonnes de papiers d'archives, dont une bonne partie a probablement plus aucune utilité d'ailleurs mais bon. Le problème c'est que les archives augmentent de manière assez rapide, il y a 100 ans on pouvait tenir 5 ans en une étagère d'archive, aujourd'hui on est à 5 étagères pour une seule année.

      Comment on fait pour régler ce problème ? Car les archives départementales commencent à râler du manque de place (avec l'inutilité de nombreuses données conservées mais bon), et commence ainsi le travail de numérisation (que fait mon père par ailleurs). Cela prend moins de place (disons 8 disques durs de 1 à 1,5 To remplis de PDF) malgré les copies (2-3 copies dans des lieux géographiques différents au cas où). Car notamment il y a eu plusieurs inondations dans les locaux et de nombreuses années ont souffert de l'eau (grâce aux copies on a rien perdu au niveau du numérique).

      Je sais qu'il se pose donc le problème du format, je pense qu'il est bon pour cela d'utiliser des formats ouverts et si possible libres. Mais dire qu'il faut attendre non, car le papier est un vrai problème dans le milieu administratif, entre le coût du papier, le problème écologique de sa gestion, la place importante qu'elle prend et sa difficulté à dupliquer le contenu en cas de problème physique (les incendies et inondations ça arrivent partout).

      • [^] # Re: Durabilité du support et importance des données

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        dont une bonne partie a probablement plus aucune utilité d'ailleurs mais bon.

        Tu ne sais jamais à l'avance...

        Car notamment il y a eu plusieurs inondations dans les locaux et de nombreuses années ont souffert de l'eau (grâce aux copies on a rien perdu au niveau du numérique).

        J'ai toujours aimé l'argument qui prend une exception (les papiers qui ont survécu) pour faire une généralité (ça se conserve). Le numérique apporte clairement quelque chose à la sauvegarde des informations. D'autres problèmes (formats de stockage, politique de sauvegarde), mais quel gain de sécurité (duplication et donc résistance aux catastrophes naturelles nombreuses)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.