zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

Posté par (page perso) . Modéré par Fabien Penso.
Tags :
0
19
oct.
2002
Communauté
« Qu'est-ce que la zelig.rc2 ? Du 9 au 15 décembre prochain, une semaine d'ateliers, démos, rencontres, débats, autour des réseaux, de la communication, du logiciel libre et de la résistance électronique. Une semaine où l'on parlera de technique, de politique, de désirs, de créations, de mouvements... »

Voici le début du communiqué pour la zelig.rc2, voir la suite dans l'article. Comme d'habitude, cet évenement sera sûrement orienté hacktivisme/politique. Après la rencontre européenne de décembre 2000 (zeligConf), et la rencontre hexagonale de février 2001 (no-zelig), nous souhaitons de nouveau ouvrir un laboratoire temporaire de communication, un espace-temps de circulation des savoirs et des savoirs faire, une zone autonome où puissent converger et se combiner les cultures de l'activisme et celle du hack, les pratiques de contre-information et le génie productif du logiciel libre, la créativité des acteurs des mouvements sociaux et celle des diverses communautés des réseaux.

Cette fois encore nous voulons donc faire le pari du mixage des expériences, de l'hybridation des identités, de la transversalité des réflexions et des pratiques. Nous voulons faire le pari de la coopération productive entre les réalités multiples de la contestation et de l'innovation sociales qui agissent dans les replis du réel.

La zelig.rc2 s'articulera autour d'un ensemble de thèmes, qui donneront lieu tant à des ateliers pratiques et présentations, que des rencontres, conférences et débats. Une diversité de formes qui, nous l'espérons, permettra de combiner approche technique et approche politique de l'ensemble des questions abordées.

- Résistance électronique : protection des données personnelles, confidentialité des échanges via l'Internet, sécurisation d'ordinateurs, désobéissances à la surveillance généralisée, charte du « travailleur numérique ».

- Cyberfeminism is an attitude : genre et technologie, identité et machine. Théories et pratiques de ces badgirls qui aiment les machines et jouent avec l'identité

- Communication alternative : les outils (publication sur le web, mailing lists), les expériences (sindominio, collectifs.net, samizdat.net, Indymedia, etc.), la confrontation au pouvoir médiatique, la coopération au niveau européen.

Entre les mailles de ces thématiques, seront aussi ouverts divers chantiers. En particulier : logiciel libre pour les enfants et l'éducation, ressources pour les réseaux associatifs (firewall, démocratie interne), communication sans-fils (WiFi), outils logiciels pour la contestation électronique (Reamweaver), etc.

Enfin, la zelig.rc2 sera l'occasion de présenter un certains nombre d'initiatives et de projets : no-log (services de connexions non-loguées), l'Autre net (hébergement alternatif), AlternC (kit logiciel pour l'hébergement de sites web), Plug'n'Politix (initiative), Glastnost (Intranet pour association), Libre entreprise, Fédération informatique et liberté, hacklabs (Italie, Espagne)...

Avec ce melting pot de prétextes pour se voir et de s'émouvoir, nous entendons rappeler ce bon vieux principe hacker : l'information veut être libre. Elle ne le doit pas, sur le mode d'une injonction impuissante, elle le veut, parce que l'enjeu politique est celui de notre liberté de circuler, de penser, de coder, de parler, d'aimer, de créer, d'innover. L'information veut être libre, parce qu'elle ne peut être soumise ni aux diktats marchands, ni aux injonctions policières.
  • # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

    Posté par . Évalué à 1.

    - Cyberfeminism is an attitude : genre et technologie, identité et machine. Théories et pratiques de ces badgirls qui aiment les machines et jouent avec l'identité

    LOL, rien a ajouter.

    Bon [-] et -->[]
  • # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

    Posté par . Évalué à 1.

    salut a tous
    c'est ou le zelig.rc2 ? parce que paris c'est grand :))
    ++
    sam
  • # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

    Posté par . Évalué à 1.

    "Cette fois encore nous voulons donc faire le pari du mixage des expériences, de l'hybridation des identités, de la transversalité des réflexions et des pratiques. Nous voulons faire le pari de la coopération productive entre les réalités multiples de la contestation et de l'innovation sociales qui agissent dans les replis du réel."

    Bon, je vais essayer de ne pas tomber dans un troll de bas étage, ni un commentaire réactionnaire simpliste.

    Ami(e)s activistes et cyber-résistant(e)s, je dois reconnaître que je partage en grande partie certains des points que vous défendez (égalité des sexes, lutte contre l'espionnage, défense de la sécurité, etc.) cependant, je regrette sincèrement votre tendance naturelle à vous gargariser avec des expressions alambiquées (cf. le copier/coller ci-dessus) qui pourraient facilement être remplacées par des phrases un peu plus "populaires", au sens noble du terme. Vous voulez défendre toutes les personnes quel que soit leur niveau social ou culturel, mais je trouve que votre façon de vous exprimer vous met à l'abri du risque d'être compris(es) par les moins érudites d'entre elles.

    Votre combat est (probablement) juste, les moyens que vous envisagez pour le défendre sont vos choix (et ils vous conviennent) mais le vocabulaire est horripilant !

    Voilà. C'est juste un petit mot amical pour vous demander d'y penser la prochaine fois...

    Amicalement. Bye
    • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

      Posté par . Évalué à 1.

      C’est clair, ça donne un petit air condescendant à l’ensemble qui ne donne pas vraiment envie de poursuivre la lecture…
      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Ca ressemble plutot à du "pipotron inside"(tm)

        Perso je n'ai jamais aimé les gens qui ont besoin de faire des phrases incompréhensible ou typées de ce genre pour se croire intelligent (désolé si je frappe un peu fort).

        le "nous sommes pour la diversité des sexes, des idées et des cultures et pensons que nous pouvons tous coopérer ensemble" me parait plus clair que :

        "Cette fois encore nous voulons donc faire le pari du mixage des expériences, de l'hybridation des identités, de la transversalité des réflexions et des pratiques. Nous voulons faire le pari de la coopération productive entre les réalités multiples de la contestation et de l'innovation sociales qui agissent dans les replis du réel."

        Mais ca fait sans doute trop "simple" pour le francais moyen. On m'avait dans le temps appris une méthode de tri pour les phrases du genre, si je l'applique ici ca dit juste :

        "nous croyons qu'on peut tous coopérer ensemble et faire de nos diversités un avantage".

        mais c'est sur que ca ne parle plus de "repli du réel", d'"hybridation des identités", de "transversalité des reflexions" (fallait la trouver celle là). Ceci dit mis à part gagner au scrabble ca sert à quoi ces formulations bidons ? (surtout le "qui agissent dans les replis du réel" qui n'apporte RIEN du tout comme sens à la phrase (mais qui fait joli il faut l'avouer))
        • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

          Posté par . Évalué à 1.

          C'est vrai que t'es " Français Moyen " , Spinoza ça te plaira pas, c'est trop compliqué pour toi, Nietzche non plus, Le Zarathoustra est une auberge espagnole, on y consomme que ce qu'on y apporte et visiblement t'as pas grand chose à apporter à part une pensée démocratique moyenne, du Luc Ferry ou du Comte-Sponville, voire du Revel... ou alors du Nouvel Obs ... ou alors du Café du commerce ... Ah! oui ! c'est ça, du Café du Commerce, les mots y sont compréhensibles part tous...

          Les idées et les sensations moyennes se décrivent très bien avec un vocabulaire moyen ...

          A part ça, "la diversité des sexes" c'est très très simple et très très con, "l'hybridation des identités" c'est déjà + intelligent. Par exemple ça rend compte d'un au delà des dualismes Masc/Fem, "tripartismes" Homo/bi/hétéro ... Et quand t'es capté par une sonate de Mozart, que le temps s'étire, dans cette captation là, t'es qui, t'es quoi ? Il faut créer des mots pour donner leur chances à des idées et des sensations nouvelles, qui échappent aux mots d'ordres/vocabulair moyen.
          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

            Posté par . Évalué à 1.

            A mon avis, il faudrait:
            1) Que tu te calmes,
            2) Que tu arrêter de boire et de fumer.
            • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

              Posté par . Évalué à 1.

              Ohhhh Le bel argument !
              • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                Posté par . Évalué à 1.

                Je trouve aussi. Tout comme les tiens. A la différence du mien, qui est compréhensible par tout le monde, les tiens tendent a noyer le lecteur dans une masse informe de mots jolis.

                Tu aimes certainement voir la regard admiratif des gens auxquels tu cites tout ces auteurs connus mais illisibles, mais désolé, ça ne marche pas chez moi.

                Je ne résiste pas à reciter ce dont nous parlions:

                "Cette fois encore nous voulons donc faire le pari du mixage des expériences, de l'hybridation des identités, de la transversalité des réflexions et des pratiques. Nous voulons faire le pari de la coopération productive entre les réalités multiples de la contestation et de l'innovation sociales qui agissent dans les replis du réel."

                On dirait de la langue de bois de politiciens. Surtout la dernière phrase. Bon, arrêter la masturbation intellectuelle, descendez de votre petit nuage dialectique, et essayez d'écrire quelque chose qui ferait moins creux.
                • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                  Posté par . Évalué à 1.

                  C'est quoi le mot compliqué "Dualisme" ??????

                  Alors parlons simplement ou du moins essayons.

                  Lorsque le corps éprouve une sensation inhabituelle, le premier réflexe, c'est d'en parler. La sensation et la pensée vont de pair. Le plus souvent, les mots sont là pour fliquer le corps, pour le garder dans la limite des sensations habituellement éprouvées. Tout les pouvoirs s'appuient là dessus, d'une manière ou d'une autre. Les publicitaires ne cessent de vendre la gamme des expressions moyennes du visage ... L'art donne une chance à ces sensations minoritaires qui sont l'expression singulière d'un corps.
          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

            Posté par . Évalué à 1.

            Mouaif. Ne nous serions pas croisé à un vernissage ?

            Sans rire, ça dépend du public que vous visez. Là, tel que le texte est écrit, il laisse un arrière goût d'événement fermé pour un public de connaisseurs (et donc qui sait déjà que cela a lieu). Si, en revanche, vous désirez attirer du monde, il serait de bon ton de faire une accroche plus simple.
            Une annonce d'évenement n'est pas un projet de paix perpétuelle, c'est un texte court qui donne envie de venir en colportant une idée simple et facile à retenir (quelque chose d'efficace, pour résumer).
          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

            Posté par . Évalué à 1.

            Ouaip, c'est vrai que ce qui est écrit dans la langue de tous les jours, c'est clairement pour les beaufs moyens. C'est tellement plus jouissif d'avoir à relire trois fois une phrase en essayant de trouver le sujet des propositions comme dans certains textes de sociologie, pédagogie...

            Qui a dit « ce qui se conçoit bien s'énonce clairement » (Boileau, me dit Google) ? En tout cas il savait peut-être mieux comment coopérer productivement avec les réalités multiples de l'innovation sociale des gens qui n'ont pas fait des études de lettres.
            • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

              Posté par . Évalué à 1.

              C'est beau l'innocence face au langage, on se croirait dans la bible. Le langage ne sert pas à dire des choses, il sert essentiellement à véhiculer des mots d'ordres. Les choses ne veulent rien dire, ceux qui cherchent à comprendre ce que veulent dire les livres sont des prêtres. Les livres ne veulent rien dire, ils fonctionnent, ce sont des machines en connexion directe avec le cerveau, ils produisent des effets. Proust a créé une machine optique. Pour ce qui est de la clarté de l'énoncé, qui a dit que la vérité est "clarté" ?( relent biblique n'est-ce pas ) La clarté ça sent son systeme, qu'il soit connu ou latent, ça sent la pureté ... toute cette boue.

              Tout ce qui est nouveau arrive dans un champs de forces hostiles et à quelque chose de gauche qui se combine très bien avec une sorte de béguaiement, difficilement conciliable avec la clarté, du moins au début.

              Evidemment, le jugement s'effectue à partie d'un terrain stable, d'une terre déjà connue Il se concilie très bien avec les textes de sociologie, de pédagodie ( quelle horreur ces gens qui prétendent à la vérité sur le réel, la cohorte innombrable des commentateurs). Ce n'est pas parce qu'un texte est compliqué qu'il est intelligent ET VICE VERSA. Il s'agit d'expérimenter les effets et non pas de découvrir le SENS qui est un PIEGE A CONS.

              Un concept philosophique c'est comme une splendide mélodie, il ne parlemente pas, il emporte, il arrache l'être au Déjà Connu vers un ligne indiscernable où le nouveau a sa chance; le sens n'a rien à voire là dedans.
              • [^] # Plop !

                Posté par . Évalué à 1.

                Ce n'est pas parce qu'un texte est compliqué qu'il est intelligent ET VICE VERSA.

                C.Q.F.D.
                • [^] # Re: Plop !

                  Posté par . Évalué à 1.

                  C'est en quelque sorte une non-équivalence quoi.
              • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                Posté par . Évalué à 1.

                C'est beau l'innocence face au langage, on se croirait dans la bible.

                Anathème gratuit.

                Les livres ne veulent rien dire, ils fonctionnent, ce sont des machines en connexion directe avec le cerveau,

                Ah, tu es spécialiste en linguistique _et_ en sciences cognitives, alors ?

                La clarté ça sent son systeme, qu'il soit connu ou latent, ça sent la pureté ... toute cette boue.

                Oh oui. D'ailleurs considérer la "pureté" comme de la "boue" est en soi une posture de pureté (par rapport à la "boue"). Zut alors ?

                Le langage ne sert pas à dire des choses, il sert essentiellement à véhiculer des mots d'ordres.

                Merci pour cet auto-décryptage de ton discours.
                • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                  Posté par . Évalué à 1.

                  - Il faut être spécialiste pour parler du langage ? Avoir un diplome sans doute... ce n'est pas mon cas désolé.

                  - L'obscurité s'oppose à la clarté pour ceux qui font du hegel sans le savoir...La boue était prise pour un équivalent de merde pour qualifier un type de pensée archi-dominant et non pas pour l'opposer à la clarté !

                  D'ailleurs je ne récuse pas le passage par une forme de clarté

                  "...difficilement conciliable avec la clarté, du moins au début..."

                  C'est toi qui est dans un systeme, pas moi.

                  -Evidemment, pour répondre à une sottise, difficile de ne pas se teinter de ce que l'on combat., ce sont en effet des mots d'ordres mais il s'agit avant tout d'essayer de pecher quelques alliès de + qui savent lire entre les lignes ....
                  • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                    Posté par . Évalué à 1.

                    C'est toi qui est dans un systeme, pas moi.

                    Ne pas être dans un système, c'est être dans un système.
                    • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                      Posté par . Évalué à 1.

                      C'est faux

                      L'idée du systeme est étroitement lié avec celui d'un mode créé tandis que l'absence de système se situe dans la perspective d'un monde en devenir. les implications sont énormes.

                      Une ligne minoritaire de philosophes peu se dégager Démocrite,Lucrèce,Spinoza,Nietzche,Bergson, Deleuze, Foucault et Whitehead (entre autre)

                      La spécificité de Linux c'est de participer qu'une manière étrange à cette nouvelle image de la pensée. Pas d'organisation systématique style Microsoft mais une nébuleuse de programmeurs, qui fonctionnent au désir, se greffent sur un projet et composent par après un ensemble viable. Le "par après" est essentiel car il laisse la possibilité du nouveau, ce qui n'est pas le cas de l'organisation systématique.
                      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                        Posté par . Évalué à 1.

                        C'est faux

                        Non, c'est mathématique.

                        L'idée du systeme est étroitement lié avec celui d'un mode créé [...]

                        Justement, il y a un mode sous-jacent, toujours. S'extraire d'un système, c'est juste se mettre dans un autre.

                        Pas d'organisation systématique style Microsoft

                        Je ne suis pas persuadé qu'il y ait une organisation si systèmatique que ça chez Microsoft. Sinon, ça se verrait sur les produits.

                        une nébuleuse de programmeurs, qui fonctionnent au désir, se greffent sur un projet et composent par après un ensemble viable.

                        Ah ? Ils le cachent bien, alors.

                        Le "par après" est essentiel car il laisse la possibilité du nouveau, ce qui n'est pas le cas de l'organisation systématique.

                        Cette phrase ne veut rien dire, même dans son contexte. Bon, au moins je ne fais pas de parse error dessus comme pour certains de tes autres commentaires.
                        • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Cette phrase a son utilité mais évidemment c'est codé... ça permet de faire le tri ( à bulle ) et d'éjecter ceux prétendent à la pensée sans connaitre leurs propres implicites ( Descartes Kant ou Hegel ) .

                          Si tu savais voler, tu aurait par exemple connecté le "Par après" avec le "Système". Si tu avais lu Nietzche, tu aurai compris. Vivre en plein 20-21e sans avoir lu Nietzche c'est comme se balader à poil sur la banquise sauf que le froid se fait moins sentir ...
                          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                            Posté par . Évalué à 1.

                            Hmm. Je suis vert, je me sens trop exclu, là.

                            Tout le monde a le droit de ne pas apprécier Nietzche, perso je lis plus de grands classiques français (et aussi pas mal de contemporains) que de grands pontes de la philosophie. Chacun ses goûts. 'fin bon, comme de toutes façons je n'ai pas le type de mémoire permettant de retenir des textes par coeur, je n'aurais sans doute pas fait le rapprochement, je suis un peu lent en plus.

                            Pour avoir lu des oeuvres de Descartes, je me sens plus proche de Camus que de lui. Note, au passage, que faire des jeux de mots sur tri à bulle n'est pas une bonne idée : le tri à bulle est un des moins efficaces (si pas le moins efficace d'ailleurs).

                            En tout cas, je suis surpris, je croyais être seul lors de cette promenade naturiste en Finlande :)
                            --
                            Jean-Yves Burlett
                            " Mes philosophes favoris sont Trondheim et Larcenet "
                            • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                              Posté par . Évalué à 1.

                              il me semble que le tri a bulles est le plus efficace qui puisse etre sur des données déja triées, si tu prends la peine d'ajouter un test.

                              Bon ok, c'est pas tres utile, mais comme on parle de culture....
                            • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                              Posté par . Évalué à 1.

                              Et si dans Nietzche il y avait une batterie de concepts entrant en résonnance avec l'open source, ce serait dommage non ?

                              Si je cite Nietzche c'est qu'il a mis en perspective la pensée occidentale et qu'il y a un avant et un après nietzche. Il a écrit des textes prophétiques et décrit la chute qui attend l'occident dans les 2 siecles qui suivronts.

                              Savoir qu'à travers Linux des mondes philosophiques s'affrontent est jouissif et accroit ma joie de voir Linux prospérer.

                              Cela permet en outre de mieux cerner les enjeux et éventuellement de fortifier le mouvement Open Source.
                            • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                              Posté par . Évalué à 1.

                              Je le savais bien que c'était toi sur la banquise !

                              Tri à bulle est plus lent mais le mot bulle me plaît davantage.
                              • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                                Posté par . Évalué à 1.

                                hum...
                                bon...
                                La bulle a une jolie forme, certes, mais avant tout il s'agit d'une prison. La bulle, implique généralement la notion d'enfermement, ce qui devrait de déplaire si j'en crosi tes post précédents.

                                Enfin... on colle bien ce qu'on veut sur les mots qu'on veut, et ce qui me dérange, c'est que tu prônes tour à tour la méfiance par rapport aux mots -il est vrai que décrire qqchose de complexe avec des mots trop simples se révèle souvent réducteur- et l'amour des mots. N'a tu pas peur de te laisser séduire par des jolies phrases et de n'en pas saisir le sens ?

                                Cela dit, il est vrai que pour une annonce, qui est censée inciter le plus grand nombre à venir, il est généralement de bon ton d'employer un vocabulaire plus simple, pas nécéssairement réducteur. Le lecteur est noyé dans un fratras de phrases et de concepts pour le moins alambiqués, et le novice y verra plus le tract d'une nouvelle secte que l'invitation à un évènement lié au logiciel libre.

                                C'est un article sur DLFP, pas un essai philosophique. Encore que je trouve l'utilisation abusive de néologismes un peu éloigné de la philosophie : les concepts y sont généralement suffisament complexes pour ne pas rendre au lecteur la tâche plus difficile encore en usant de termes inventés pour l'occasion. Comprends : je ne suis pas contre les néologismes quand ils apportent qqchose au discours, mais je suis contre l'abus de ceux-ci, car ils compliquent dans ce cas inutilement le propos.

                                notament, l'hybridation est malheureux à mon sens. Il donne un je ne sais quoi de ridicule à la phrase -c'est mon avis en tout cas. Je conçoit qu'il soit nécéssairement subjectif, mais dans un texte de ce type ; il est important de saisir ce qu'on produit comme émotion hez le lecteur.

                                Tu parles de ne pas tomber dans le piège des mots, mais je pense sincèrement que tu devrait faire plus attention, et prendre un peu de recul.
                                Il est ardu de jouer avec des objets aussi traîtres que les mots, et la vigilance doit alors être constante. En effet, jongler avec les mots en méconnaissant leur sens implicite, se révèle à mon avis plus encore plsu préjudiciable que de les utiliser sans réfléchir. Dans ce dernier cas au moins, on a le mérite de la spontanéité et de l'innocence (oui, celle la même que tu dénigrais en te moquant d'une personne de répondant).

                                Sache enfin que la moquerie, c'est l'arme des faibles. Les autres ne t'ont pas compris ? explique-toi. Ils te critiquent ? explique toit encore, et remet toi en question. Accepte tes erreurs pour ce qu'elles sont, de simples erreurs, et souvient toi que malgré tout, tu n'es comme nous qu'un humain.
                          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                            Posté par . Évalué à 1.

                            >Vivre en plein 20-21e sans avoir lu Nietzche c'est comme se balader à poil sur
                            >la banquise sauf que le froid se fait moins sentir ...

                            Putain, y a du monde là...
                            Z'êtes sûr que la glace va tenir le coup?

                            Non, je ne dis pas que les minoritaires ont toujours tort (et même ... ) mais le contraire n'est pas vrai non plus.
                            Je ne fais pas partie le l'élite qui a lu ??? (c'est dur à écrire). D'ailleurs je ne veux pas. Et je ne me sens pas handicapé du cerveau pour ça.
                      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                        Posté par . Évalué à 1.

                        >> La spécificité de Linux

                        C'est GNU/Linux !!! Pour quelqu'un qui semble accorder de l'importance aux mots (c'est le moins que l'on puisse dire), tu pourrais au moins faire l'effort d'apprendre notre vocabulaire!
                      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                        Posté par . Évalué à 1.

                        > c'est faux

                        Et non. C'est pas dur, tu prend ce qui n'est pas un système. Ca doit bien être un système non?
                        Et non, je ne serait pas pris au piège : je n'ai pas parlé d'ensembles.
                  • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                    Posté par . Évalué à 1.

                    - Il faut être spécialiste pour parler du langage ? Avoir un diplome sans doute... ce n'est pas mon cas désolé.

                    Amusant que tu n'aies pas vu l'ironie. Je ne doute pas que tu n'es en rien spécialiste en ces choses, puisque tu plastronnes que "les livres sont des machines en communication directe avec le cerveau" (à peu près sic, je n'ai plus le post sous les yeux). J'imagine que la supposée poésie de tes propos est censée faire oublier leur nullité abyssale.

                    Le problème, c'est que tu ne fonctionnes que par anathème et stigmatisation. Le fait d'être dans un "système" ne veut pas dire grand'chose quand on n'a pas défini ce qu'était un système, et l'assimilation de tes interlocuteurs à des prêtres ou des reproducteurs de la pensée biblique était comique (lire : ridicule) à défaut d'être opérante. Là-dessus, tu mentionnes Deleuze et Guattari, sans doute pour ne pas laisser voir que tu n'as rien d'intéressant à nous dire.

                    Quant à trouver des "alliés", le minimum est avant tout de se définir une ligne de conduite et des objectifs clairs, ce qui est tout sauf ton propos jusqu'à présent.
                    • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Désolé, je n'ai pas de ligne de conduite et je n'ai pas d'objectifs clairs.

                      C'est drôle le terme "Ligne de conduite" ca sent la morale 19e.

                      Evidemment, je vais vite, je n'aime pas la pédagogie.

                      L'écrit est en lien direct avec La Bible et la recherche du sens de l'écrit est une attitude directement issue de la prêtrise. Les sociétés sans écriture ( indiens d'amazonie par ex ) utilisent le langage pour ses effets pas pour leur sens. Il faut d'ailleurs remarquer que les sociétés sans écrits disposent d'une dimension supplémentaire pour l'expression. Il y a la parole, le graphisme assignifiant sur la peau, et l'oeil qui contemple. Dans les sociétés issues du texte, la dimension graphique disparait au profit d'un alphabet qui forme une redondance avec la voix.

                      Evidemment pour percevoir les mondes impliqués par ces deux attitudes il faudrait commencer par un petit cours sur Nietzche ( généalogie de la morale par ex).

                      Je ne suis pas un spécialiste, mais je balance rien au hasard, je vais vite c'est tout.
                      • [^] # Encore un post inutile ?

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Désolé, je n'ai pas de ligne de conduite et je n'ai pas d'objectifs clairs.

                        C'est drôle le terme "Ligne de conduite" ca sent la morale 19e.


                        Une "ligne de conduite" dénote une préoccupation d'efficacité et de droiture. Ce qui est particulièrement pertinent puisque l'expression à laquelle je répondais employait un langage stratégico-militaire ("trouver des alliés") et sous-entendait que tu comptais mener un combat. Maintenant, si tu avoues toi-même que tu ne sais pas quel combat tu veux mener ni comment, tu trouveras peu d'alliés, et pas d'efficaces.

                        Evidemment, je vais vite, je n'aime pas la pédagogie.

                        [...]

                        Evidemment pour percevoir les mondes impliqués par ces deux attitudes il faudrait commencer par un petit cours sur Nietzche ( généalogie de la morale par ex).

                        Je ne suis pas un spécialiste, mais je balance rien au hasard, je vais vite c'est tout.


                        Evidemment :-)) Ce n'est pas que tu es incapable d'argumenter, c'est juste que tu n'as pas le temps ;-)
                        • [^] # Re: Encore un post inutile ?

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Tout dépend s'il s'agit d'une armée régulière ou d'une guérilla; Par ex les bandes de jeunes de Medelin désamorçent sans arrêt le pouvoir du chef ce qui se retouve dans les tributs nomades et + généralement dans les sociétés sans état. C'est une stratégie de meute et pas une stratégie d'armée régulière. J'ai déjà quelques alliés mais difficile de trouver des gens sachant trouver de la puissance autrement que par des lignes de conduite. La nature fourmille d'exemple d'auto-organisation du vivant, sans qu'il y ait pour autant une ligne de conduite.

                          Pour parler avec quelqu'un de "Généalogie de la morale" de Nietzche il faut que quelques éléments de ce livre soient déjà pliés ( les plis du réel ;-) ) en lui. Pour ça j'ai du pif. Si quelqu'un me parle de "Ligne de conduite", je rigole intérieurement et lui conseille plutot de lire Kant. J'ai ensuite l'impression d'avoir donné un ticket pour le titanic ;-)
                          • [^] # meutes et guerillas

                            Posté par . Évalué à 1.

                            Encore des conneries. Je te cite : "je n'ai pas d'objectifs clairs ni de ligne de conduite".

                            Une guerilla n'est pas une meute, ni un système horizontal sans hiérarchie. Une guerilla est en général aussi structurée qu'une armée régulière. Ce n'est pas parce que les uniformes sont sales et usés qu'il n'y a pas d'organisation. Et une guerilla a, bien évidemment, des objectifs clairs et une ligne de conduite (sinon ils ne se feraient pas chier avec des armes mais resteraient bien au chaud à troller sur Deleuze et Guattari).

                            Quand tu en auras marre de surenchérir dans l'argument foireux, tu nous feras signe, hein ;-)
                            • [^] # Re: meutes et guerillas

                              Posté par . Évalué à 1.

                              C'est bien ! T'as tes petites catégories. Si ça dépasse, ça te dépasse. Tu n'y vois plus clair et ne fonctionne plus qu'avec des images, en boucle. Hiréarchie, Pas de hiérarchie, ordre/désordre... Dire que dans les bandes de jeunes de Medelin, les chefs sont sans cesse impuissantés, ne signifie pas qu'il n'y a pas de hiérarchie, seulement elle est différente de celle d'une armée régulière. Cette différence t'échappe. Idem pour "La ligne de conduite". Il y a ligne de conduite et ligne de conduite... Se fixer des objectifs, c'est surtout se fixer... là encore je vois de trop grande subtilités pour développer cette phrase énigmatique; elle sera lue de travers, les arguments sont déjà dans les plis de ton cerveau, près à colmater, à aplanir, à juger... c'est attendrissant un vieu monde qui s'éteint... ça va bien en France hein? Le monde impliqué par tes "idées" ( hummm...) est celui de la tristesse sans nom, c'est celui de la vengeance et du ressentiment. Demain je serai ailleurs, avec d'autres pensées pour d'autres utilisations comme un bout de code de l'Open, nous sommes tous des bouts de code de l'Open; en nous l'Open; C'est la fin du vieux monde monde. Ceux qui aiment l'Open Souce, recueillent les fruits de l'Open sans l'avoir vu, ils ne connaissent que sont effet, ignorants des causes.
                              Je vous aime aussi dans cette ignorance.
                              • [^] # Re: meutes et guerillas

                                Posté par . Évalué à 1.

                                Dis donc Jean-Claude, t'as pas un film à tourner en ce moment ?
                              • [^] # Re: meutes et guerillas

                                Posté par . Évalué à 1.

                                ne signifie pas qu'il n'y a pas de hiérarchie

                                du sens dans des mots d'ordres ? où est l'effet ? dis-moi si je dois me comporter en prêtre !

                                Il y a ligne de conduite et ligne de conduite...

                                proverbe chinois ?

                                Se fixer des objectifs, c'est surtout se fixer...

                                des objectifs ?

                                là encore je vois de trop grande subtilités pour développer cette phrase énigmatique

                                t'as de la chance, c'est pas donné à tout le monde. J'ai un ami mal voyant qui aurait besoin d'une lunette pour voir ce genre de subtilités.

                                Demain je serai ailleurs, avec d'autres pensées ...

                                Si tu as l'attention de bouffer avec des philosophes, faites gaffe pour les couverts ou vous creverez tous de faim.

                                ... pour d'autres utilisations comme un bout de code de l'Open, nous sommes tous des bouts de code de l'Open; en nous l'Open;

                                Citation de Ron Hubbard ?

                                Je vous aime aussi dans cette ignorance.

                                Quelle miséricorde, on jurerait Jésus !

                                Nietzsche a peut-être mis la pensée occidentale en perspective, mais tu sembles oublier de faire de même avec la pensée de Nietzsche.

                                Méfiez vous des moustachus !
                              • [^] # Re: meutes et guerillas

                                Posté par . Évalué à 1.

                                Mon cher,

                                Il y a ligne de conduite et ligne de conduite...

                                Oui, oui, c'est comme le mauvais chasseur et le bon chasseur. Enfin, ce qu'on retiendra, c'est que tu te contredis à tout bout de champ et que tes arguments se transforment en peau de chagrin. Ta logorhée s'en ressent, elle est de plus en plus désordonnée. La folie qui gagne peut-être, à force de se prendre pour Nietzsche ;-))

                                Tu as déjà perdu, mais on peut continuer à jouer si ça t'amuse...

                                ciao
                      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                        Posté par . Évalué à 1.

                        > Désolé, je n'ai pas de ligne de conduite et je n'ai pas d'objectifs clairs.
                        Ben si, ne serait-ce que celle là.
                  • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    > "C'est toi qui est dans un systeme, pas moi. "

                    Si, tu es dans daCode... ou Templeet, je sais plus moi...
              • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                > Le langage ne sert pas à dire des choses,
                Super ta theorie, ceci dit ici le langage nous sert a parler de Linux - normalement - et au passage je dois etre un pretre (le retour XPs c'est pour quand?) car j'essaie de comprendre ce que je lis. On est pas sur fr.rec.philosophie ici nom d'un zob!

                > et à quelque chose de gauche
                qwerty roulaize!

                > SENS qui est un PIEGE A CONS.
                Je suis peut-etre con mais je suis pas sourd 8-)

                Voila.
                • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Tss, c'est très bien fr.sci.philo, il y a même des choses intéressantes entre deux disserts de terminale. Bon des fois y'a aussi des fous furieux qui n'ont trouvé que ça pour communiquer avec d'autres humains, ils sont bruyants mais pas très nombreux ;-)
                  • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Enfin un peu de bienveillance ... quoique.

                    Tu crois que tu communiques à partir de rien, comme ça, naturellement ?

                    C'est bizarre mais le plus souvent les gens récitent du Descartes, du Hegel, du Kant sans le savoir. Ils ont leurs petites opinions et croient que ça vient d'eux. C'est beau l'enfance.
                    • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                      Posté par . Évalué à 1.

                      «Tu crois que tu communiques à partir de rien, comme ça, naturellement ?»

                      Du tout, mais je ne vois pas le rapport avec la choucroute, ni ce que j'ai dit qui a pu te laisser penser ça.

                      Je suis parfaitement conscient qu'une grande partie de mes conceptions actuelles sont dues à mes lectures diverses, dont j'ai retenu ce qui me semblait intéressant. Comme tout le monde. J'ai même lu des trucs très intéressants sur l'évolution des mèmes.

                      (et paf, un mot compliqué, hihi, moi aussi je sais le faire :)
                      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Difficile de connaitre ses propres implicites sans avoir lu les auteurs qui tranchent dans le vif et mettent à nu toute un ligne philosophique qui est archi dominante. Tant qu'on ne s'est pas frotté à Nietzche ou à Spinoza, on reste dans l'ignorance de ses présuposés.

                        C'est quoi un mèmes ?

                        Moi, quand je ne comprends pas, je demande, je ne juge pas à priori.
                        • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Définition approximative:
                          Un mème c'est une conception mentale, un motif, qui se propage en se reproduisant d'esprit en esprit, éventuellement en se modifiant légèrement, et qui est donc soumis à l'évolution. Un peu l'équivalent mental d'un gène. Si je dispose d'un mème qui te semble "bon", alors tu vas l'incorporer, peut-être en l'adaptant légèrement.

                          C'est pas très clair, à première vue google donne plus d'infos, par exemple ici:
                          http://www.memecentral.com/(...)
                          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                            D'une manière générale, pour parler de mèmes, il est interessant de lire (ou de relire ça fait jamais de mal) "Le Gène Egoiste" de Richard Dawkins (cf Amazon :http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2200240228/qid=1030615536/br=(...) (je sait : sai mal (mais tant pis c'est comme ça (et moi aussi j'ai eu fait du lisp !))))

                            Ouvrage au sein duquel est développé le concept de mème.
                          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                            Posté par . Évalué à 1.

                            Pas mal ! enfin une connexion !

                            C'est drole, dans la dernière partie du 20e siècle (1960-1990), on a vu un retour de Spinoza et Nietzche face à Descartes.

                            Les mèmes sont très proches de la conception Spinoziste de l'idée; pour Spinoza, il y a trois genres de connaissance ...

                            Il y a de très beaux cours de Deleuze sur Spinoza, ils me semblent accessibles, Deleuze haissait les pensées absconses et abstraites...

                            Je crois que si tu ne connais pas Deleuze et Guattari , ça vaut vraiment le coup de s'y intéresser. Ils définissaient le Philosophe comme une sorte de synthétiseur; les connexions avec la musique électronique, le silicium, le net et l'Open Source sont lumineuses. "Mille Plateaux" est accessible tout en restant un livre de philosophie de haut niveau. Les deux livres dont je parle le plus, L'anti-Oedipe et Mille-Plateaux l'ont discrédité aux yeux de nombreux "philosophes" classiques... Il est minoritaire, comme Spinoza, comme Nietzche ...

                            Mille-Plateaux est structuré autour de plateaux que l'on peut lire dans n'importe quel ordre, ce n'est donc pas un pavé abscons...

                            Un petit lien vers Deleuze ...
                              http://www.webdeleuze.com(...)


                                Si ça t'interresse et que tu as des questions n'hésite pas à me contacter, j'en ferai de meme concernant les mèmes ;-)

                                kardwik.karlov@wanadoo.fr
                          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                            Posté par . Évalué à 1.

                            Attention, tu vas te faire détruire. Le monsieur aime pas la pédagogie.
                            Pour mémoire ça vient de Piaget. Mais je ne suis pas sûr que ça avait la même signification.
                    • [^] # Game over

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Non, sans blague :-))... Tu vas nous faire croire honnêtement que toi, tu ne récites pas ?

                      Que tu es le premier à mentionner Deleuze et Guattari (ma parole ça c'est audacieux... Deleuze et Guattari) pour essayer de donner de la crédibilité à un discours vide et flatulent ?

                      Que tu es le seul à utiliser l'anathème et l'argument d'autorité vous-n'avez-pas-lu-Nietzsche (amusant d'ailleurs si l'on considère que tes anathèmes se basent sur l'assimilation stigmatisante à des... figures de l'autorité) ? Que débiter des niaiseries sur le langage et prétendre que le sens est un "piège à cons" est une invention conceptuelle d'une créativité fulgurante ? Qu'asséner à tes interlocuteurs que leurs opinions sont déterminées socio-historiquement (sans bien sûr, détailler en quoi elles le sont) donne une quelconque valeur supplémentaire à ta pensée ?

                      Je suis désolé de te l'apprendre, mais ton discours est furieusement conformiste et carrément daté. Le fait de mentionner constamment quelques "maîtres à penser" sans apporter le début d'une justification est un comportement de midinette ; citer des noms de philosophes n'a jamais été le critère d'une pensée construite (mais libre à toi d'inventer d'autres critères qui t'agréent plus). Mettre en doute la pertinence du "sens" et apporter comme soi-disant justification quelques vagues affirmations simplistes à propos des civilisations anciennes et de la Bible te classe d'office dans un courant de "pensée" postmoderniste dont la principale caractéristique est de produire de longs laïus fumeux, et de dénigrer leurs interlocuteurs quand ils leurs demandent, à juste titre, d'expliciter et justifier rationnellement leur discours.

                      Je te conseille de mettre en parallèle ce que dis avec les textes générés par le générateur post-moderne (http://www.elsewhere.org/cgi-bin/postmodern/(...)). La ressemblance est certainement éclairante concernant, notamment, ton indépendance à l'égard de tout "système".

                      Une petite lecture de Bouveresse ne serait pas non plus du luxe. Et comme j'ai un peu plus de respect que toi pour mes interlocuteurs, je te file une URL :
                      http://un2sg4.unige.ch/athena/bouveresse/bou_pens.html(...)
                      Evidemment, Bouveresse, philosophe exigeant et peu friand de raccourcis métaphoriques, ne se marie pas très bien avec la pensée postmoderniste :-)

                      Sur un plan plus personnel, "La Vie est Ailleurs" de Kundera est un très bon roman remarquablement adapté à ton cas.


                      C'est bizarre mais le plus souvent les gens récitent du Descartes, du Hegel, du Kant sans le savoir. Ils ont leurs petites opinions et croient que ça vient d'eux. C'est beau l'enfance.

                      Désolé, tu t'enfonces très fort. Je crois que tu as vidé tes cartouches en plastique et que tu peux retourner à la maison en attendant que maman t'en achète de nouvelles ;-))
                      • [^] # Re: Game over

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Classer Deleuze dans le post-modernisme montre l'étendue de ta bétise !!
                        Et Spinoza, il est Post-Moderne ? Nietzche aussi sans-doute.

                        Il a ses petit mots et sa petite vie ... il colmatait sans cesse, sans se soir colmatant, colmatant ...

                        Evidemment, Les textes de Bouveresse sur Wittgenstein te sieds plus...
                        • [^] # Player one, shoot again

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Classer Deleuze dans le post-modernisme montre l'étendue de ta bétise !!

                          Relis mon message. C'est toi que je classais dans le post-modernisme, pas Deleuze. Citer des philosophes ne les rend pas redevables de ton discours. Ce serait un peu trop facile :-))
                          • [^] # Re: Player one, shoot again

                            Posté par . Évalué à 1.

                            dans les dents !
                          • [^] # Re: Player one, shoot again

                            Posté par . Évalué à 1.

                            La critique du signifiant basée sur Hjemslev et développée par Deleuze et Guattari est centrale dans leur philosophie.

                            "mettre en doute la pertinence du "sens" et apporter comme soi-disant justification quelques vagues affirmations simplistes à propos des civilisations anciennes et de la Bible te classe d'office dans un courant de "pensée" postmoderniste dont la principale caractéristique est de produire de longs laïus fumeux"

                            T'as don bien classé Deleuze et Spinoza ( la théorie du langage de Hjemslev en découle ) dans le Post-modernisme... c'est très con mais bon tu as au moins essayé de masqué ta sottise, c'est déjà ça.

                            La remarque sur la folie de nietzche est digne d'un "La culture indienne, c'est pas grand chose, la preuve, ils sont tous devenu alcooliques !" Bel argument, beau cerveau ... quand je pense que tu as du mettre +40 ans pour en arriver là !!
                            • [^] # encore une fois ?

                              Posté par . Évalué à 1.

                              La critique du signifiant basée sur Hjemslev et développée par Deleuze et Guattari est centrale dans leur philosophie.

                              Non. On ne parle pas de ça, on parle de ton discours, qui consiste je le rappelle en quelque chose comme "le sens est un piège à cons" (sic, et j'enlève les majuscules par égard à la propreté du forum). C'est un peu loin de ce qu'on pourrait appeler une "critique du signifiant", quelle qu'elle soit.

                              Donc, l'appartenance de Deleuze n'a rien à voir là-dedans (mais, si tu insistes, il y a des tas de gens qui assimilent Deleuze et Guattari au courant post-moderniste. Ils sont peut-être moins intelligents que toi, c'est pour ça :-)).

                              Je repète donc : citer des noms de philosophes ne les rend pas redevables de ton discours. Bizarre que tu ne comprennes pas, toi qui stigmatises l'"enfance" chez les autres ;-))


                              Ah oui et pour le café :

                              Spinoza ( la théorie du langage de Hjemslev en découle )

                              Ce n'est pas parce qu'une théorie "découlant" de Spinoza est éventuellement post-moderniste que Spinoza est post-moderniste. Sinon on peut remonter à Aristote et ses copains, aussi, et démontrer qu'ils sont à la fois post-modernistes, réductionnistes, nietzschéens, ainsi que naturistes et amateurs de drum'n'bass. Tu as quelques problèmes avec la logique, non ? (mais c'est ringard la logique, pas comme les "mélodies aériennes de la philosophie" débarrassée de toute contrainte d'intelligibilité et de pertinence :-)).
              • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                Posté par . Évalué à 1.

                Bon tu vois là par exemple j'ai rien compris. Phrase par phrase je comprend, mais alors le sens global reste très flou. Je pense avoir saisi l'idée, mais je suis loin d'en être sûr. Alors de deux choses l'une:

                - Soit ce que tu voulais dire est trop subtil pour être exprimé dans un langage simple, auquel cas je ne peux que m'incliner.

                - Soit c'est pour donner un style à ce que tu dis, auquel cas tant mieux, mais c'est pas idéal dans un discours qui se veut fédérateur.
              • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                Posté par . Évalué à 1.

                > Un concept philosophique c'est comme une splendide mélodie

                Moi, j'ai toujours vu là-dedans une façon de se donner le droit de se contredire soi-même.
                Recette du concept philosophique :
                1. Prenez une demi-douzaine de mots de plus de 4 syllabes, de préférence peu usités (sinon, ça gache tout).
                2. Accolez les dans un certains sens en y ajoutant quelques mots d'usage commun. Recommencez dans un ordre différent tant que tous ne sont pas utilisés hors contexte ou à contresens.
                3. Ajoutez une conjonction de coordination. Variez les, elles sont interchangeables!
                4. Ajoutez la négation logique de la première proposition. Si c'est trop difficile pour vous (cas le plus courant chez les "philosophes". après tout, ce sont des littéraires), remettre la même chose à la forme négative.
                5. Dites le assez fort pour que ce soit pris pour une vérité philosophique. C'est probablement l'étape le plus importante.
          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

            Posté par . Évalué à 1.

            Ah évidemment, si un certain élitisme est de rigueur… il fallait préciser !
            C’est bizarre mais j’avais cru pourtant détecter un certain aspect fédérateur mis en avant dans ce projet.
            Maintenant si le français moyen n’y a pas à sa place, je risque de déranger. Et ‘scusez moi de m’exprimationner…
          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            bah, je ne prone pas forcément du tout simple comem jele fais, je n'exprime pas forcément tout ce que ils (tu?) voulaient exprimer mais la question n'est pas là, il y a une énorme marge entre ma facon et l'autre.

            Le coup du repli du réel, la transversalité des expériences ... non franchement, c'est volontairement compliqué et "joli". On ne me fera pas croire que c'est pas manque de vocabulaire simple.

            Qaund à tes remarques sur Spinoza et autres à part dire "bah, c'est que t'es trop con pour comprendre" je ne vois pas bien l'argument, et si c'est effectivement celui ci alors c'est bien ce que je pensais : "encore un de ceux qui cherchent à paraitre plsu intelligent en utilisant un vocabulaire et des tournures complexes et peu communs".
            • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

              Posté par . Évalué à 1.

              Les replis du réel font penser qu'il y a qque chose à déplier ce qui est plutôt sympa. On nous vend le réel et le vrai sans cesse et ça ne te dérange pas, par contre le repli du réel ça te dérange. Si ça te défrise vraiment tu peux lire Leibniz grand mathématicien qui a inventé toute un batterie de concepts autour du pli. Ca ne me dérange pas que tu ne le saches pas, ce qui me dérange c'est le jugement hatif qui ne repose que sur une mode consommatrice du "tout comprendre tout de suite"; tu ne pouvais pas laisser planer cette expression étrange dans un pli ;-) de ton cerveau par bienveillance tout simplement ? il a fallu que tu la juges à priori..;

              Les "Plis du réel" c'est très beau.
              • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Les "Plis du réel" c'est très beau.

                c'est juste. Le reste aussi d'ailleurs, je ne le nie pas. Mais si la communication peut être un art elle est aussi un outil. Dans ce genre de communiqués sauf erreur l'objet principal c'est d'abord "l'outil" .. et visiblement il ne rempli pas son role

                Les replis du réel font penser qu'il y a qque chose à déplier ce qui est plutôt sympa

                Je n'avais effectivement pas vu cette image mais même apres qu'on me l'ai montré je n'en voit pas le sens. Je dois effectivement être idiot.
                Ou alors peut etre est ce simplement que toi ca te fait penser à quelque chose justement à cause de ta connaissance des concepts de Leibniz dont tu parles, mais dans ce cas peut être as tu oublié que ce n'est pas à toi que tu t'adressais mais à d'autres personnes (qui sont même si c'est malheureux souvent plus proche de mes lectures que des tiennes visiblement).

                Ca ne me dérange pas que tu ne le saches pas, ce qui me dérange c'est le jugement hatif qui ne repose que sur une mode consommatrice du "tout comprendre tout de suite";

                J'espere bien que celà ne te dérange pas. Je n'aimerai pas être jugé sur le fait que j'ai lu ou pas un texte d'un auteur que tu aprécies (que ce soit à raison ou pas).
                Maintenant désolé, je juge ce que je lis en fonction de mes connaissances et sur un texte qui m'est logiquement destiné (je pense être tout à fait représentatif de la catégorie de personne ciblée, je ne me juge pas idiot et suis plutot au dessus de la moyenne pour ce qui est de la culture philosophique et des auteurs que tu cites) si je ne comprend pas ou que ca me parait exagérément lourd c'est que c'est l'auteur qui s'exprime mal.
                Quand je dis "s'exprime mal" ca ne veut pas dire que ce qui est écrit est idiot, faux ou vide de sens, mais simplement que visiblement tu t'adresses à toi même pour ton plaisir de la langue et pas à ceux qui te lisent. De ce coté là je me sens tout à fait apte à juger.
                C'est bien joli si effectivement c'etait à ca que tu faisais référence mais alors qu'est ce que ca change pour moi ? ton texte était inutilement compliqué.
                L'idée transmise était pourtant relativement simple, la "cible" n'était pas des gens spécialement portée sur la philosophie ou ce genre de lecture ... non, désolé je juge en effet que il n'y avait pas place pour ce joli sapin de noel littéraire.

                Que Lebniz ou je ne sais qui fasse des tournures complexes dans un traité de philo ou dans un texte destiné à des gens bien particulier ne me gêne pas. Mais là c'est vraiment hors de propos, inutile et presque (de ce que j'en perçois) élitiste ou pour faire bien. Ici ce n'est pas un essai ou un précis de philosophie c'était un texte pour fédérer et j'ai hésité entre trois impressions :
                - un groupe d'élitiste intellectuels qui se plaisent dans leurs sens multiples et tournures complexes (il n'y a là aucune connotation négative, je mettrai les "grand" auteurs que tu cites dans ce groupe là), groupe qui m'exclu totalement car ca n'est pas ma maniere de penser
                - quelqu'un qui parle ainsi pour se mousser et "faire" bien car ca le met au dessus des autres
                - quelqu'un qui cache des phrases vides de sens par des tournures publicitaires complexes.

                Suite à tes commentaires j'ai éliminé la troisième, mais quelque soit la réponse entre les deux premières il est clair que jene vois pas le groupe fédérateur autour d'idées pourtant simples et tout à fait partageables.
                • [^] # oups ;-)

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Suite à tes commentaires j'ai éliminé la troisième, mais quelque soit la réponse entre les deux premières il est clair que jene vois pas le groupe fédérateur autour d'idées pourtant simples et tout à fait partageables.

                  Rien ne dit que Kardwik soit un des organisateurs de la zelig. Et je pense qu'ils prennent ce texte beaucoup moins au sérieux que notre ami nietzschéen.
                  • [^] # Re: oups ;-)

                    Posté par . Évalué à 1.

                    « Et je pense qu'ils prennent ce texte beaucoup moins au sérieux que notre ami nietzschéen. »

                    Je l'avais lu avant, et c'est ce que je m'étais dit. Ca fait « Bon, il nous faut un texte, on en a bien un même s'il n'est pas terrible, ça fait chier tout le monde d'en écrire un autre, donc va pour celui-là... »
          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

            Posté par . Évalué à 1.

            Il faut créer des mots
            bonne chance pour te faire comprendre.

            les mots complexes ne sont que des raccourcis qu'il est courtois de n'utiliser qu'à destination d'audiences "averties". Ce ne sont pas tous des mots "atomiques".
        • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

          Posté par . Évalué à 1.

          « Mais ca fait sans doute trop "simple" pour le francais moyen. On m'avait dans le temps appris une méthode de tri pour les phrases du genre, si je l'applique ici ca dit juste : »

          Je suis d'accord avec pas mal de remarques, c'est inutilement compliqué, ce qui est un peu con puisque c'est un message d'information qui devrait être clair et succint. Par contre tu y vas un peu fort dans tes "simplifications" : inutile de réécrire, en supprimant quelques éléments inutiles et sans rien toucher au reste, on a par exemple au lieu de ta dernière proposition « Nous voulons faire le pari de la coopération productive entre la contestation et l'innovation sociale. ». Il y a des détails importants que tu vires un peu rapidement. Parce que certes ce n'est pas très clair, mais si on fait un petit effort tout est bien compréhensible, non ? Autant garder le contenu initial. Et histoire d'être pointilleux, la « diversité des sexes », ce n'est pas très heureux non plus ;-) Ceci étant dit, je suis d'accord sur le fond.
        • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

          Posté par . Évalué à 1.

          Ca veux dire quoi être pour la diversité des sexes ?
          Il y a des gens qui sont pour l'unisexe ? Les homosexuels ?
          Pas claire ca..

          "l'hybridation des identités"

          Bien sur, bien sur...
  • # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

    Posté par . Évalué à 1.

    Les liens entre l'open source et la philosophie de Deleuze et Guattari sont multiples, le temps me manque pour développer les connexions mais ce post est l'occasion d'évoquer deux grands livres de ces auteurs : L'anti-Oedipe et Mille Plateaux. D'ailleurs, Alan Cox à utilisé à plusieurs reprise des images très proches de celles utilisées par D&G. "Linux, c'est comme le brin d'herbe, il pousse par le milieu","C'est comme un organisme" ( citations approximatives )
    Au delà des connexions avec le mouvement Open Source, L'Anti-Oedipe s'attache joyeusement à montrer à quel point la définition classique de l'homme est "Closed Source", propriété de la psychanalyse/religion avec leur textes sacrés et leurs fameuses interprétations.
    • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

      Posté par . Évalué à 1.

      Les liens entre l'open source et la philosophie de Deleuze et Guattari sont multiples, le temps me manque pour développer les connexions

      Pratique, le temps :-))
      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

        Posté par . Évalué à 1.

        « Pratique, le temps :-)) »

        Pourquoi pas, j'imagine que le sujet est vaste. En fait, ce serait assez peu adapté à un post LinuxFr. L'idéal serait un site web sur le sujet, et une news le référençant. Si tu veux faire quelque chose de sérieux là-dessus, et le présenter correctement, je pense qu'il faut effectivement pas mal de temps.
      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

        Posté par . Évalué à 1.

        Je ne réponds pas à ce type d'insinuations mesquines...

        Le texte viendra... je le souhaiterai collectif.

        Ca invite surtout à lire Mille Plateaux en espérant que quelques alliances pourraient en découler .
        • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

          Posté par . Évalué à 1.

          tu ne feras pas beaucoup d'alliances ici si tu ne fais pas l'effort de te faire comprendre sans faire référence à tes idoles.

          Quand à cette histoire de "temps qui te manque", c'est tout bonnement un mensonge : je n'ai pas compté le nombre de tes posts, mais il doit bien dépasser la vingtaine, et étant donné le mal de chien que tu dois mettre à ne pas te faire comprendre, il est difficile de croire que tu n'as pas de temps. D'ailleurs si ton temps était si précieux, je ne vois pas pourquoi tu le perdrais à discuter, sans apparente conclusion, avec des gens qui ne sont pas, selon ton propre avis, dans la même "sphère" de pensée que toi.

          "Mais chérie, ne me quitte pas, il faut tout plier, tout peut se plier, tu t'enfuis déjà" (Pierre Desproges)
          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

            Posté par . Évalué à 1.

            Je n'ai pas d'idoles, je fais le forcing sur quelques auteurs briseurs d'idoles c'est tout. En ce qui concerne le temps, écrire un texte philosophique demande + d'engagement et + de temps que d'écrire de posts, un rien provocateurs, sur un site histoire de voir comment ça réagit ;-) a part ça j'ai découvert un site intéressant sur les mèmes ;-) Vous etes de bons moteurs de recherche !!
            • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Vous etes de bons moteurs de recherche !!
              Tu pourrais dire ca plus sympatiquement. Et puis le but de ce site, c'est quand meme de mettre en commun des informations ...
            • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

              Posté par . Évalué à 1.

              excuse moi, mais parler des textes de Nietzsche comme de textes prophétiques, tient pour moi de l'idolâtrie (au sens le plus religieux du terme).

              et puis on ne te demande d'écrire des textes philosophiques, juste d'expliquer quelques concepts : je crois tout de même qu'on puisse résumer certaines idées des auteurs que tu cites, tout en indiquant parallèlement où l'on peut trouver leurs argumentations.
              • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                Posté par . Évalué à 1.

                Moteur de recherche , ça me fait rire, c'est tout.

                Un excellent livre sur Nietzche : "Nietzche et la philosophie" G.deleuze.Puf

                Les prophéties sont là, il est illusoire d'y échapper. Nos corps sont pris dans la prophétie biblique de la chute, du libre arbitre, du monde clivé... modifiée et repris dans l'ego cartésien puis dans la définition du sujet transcendental de Kan etc...

                Que nietzche ait sentit la chute prochaine (200 ans) de la pensée issue du christianisme et + généralement des religions créationnistes, il s'en amuse et reprend dans le Zarathoustra, la forme prophétique avec un décalage, un petit quelque chose en plus ... Je t'invite à lire "le dernier des hommes" et "de la vertu qui rapetisse" etc... dans le Zarathoustra ( superbe trad. de Maurice de Gandillac chez Gallimard )
                • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Toi, t'as plus un centimetre carré de moquette, chez toi.......
                • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                  Posté par . Évalué à 1.

                  peut-être, peut-être... mais l'utilisation du mot prophétie donne à Nietzsche des airs de Nostradamus.

                  Une prophétie est plutôt l'expression d'une vision quasi divine.

                  tu décrédibilise son discours en en parlant comme d'une prophétie.
                • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Et a part Nietzche, tu cites d'autre truc des fois ?
                  • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Ca dépend du sens du vent, en général. Là, la grisaille pousse à l'acharnement thérapeutique, j'y perd mon temps et puis... le malade se sent à peine malade alors... Enfin, de temps à autre, un peu de provo ça fait remuer la bête, on voit comment elle cause. Un post intelligent sur 115 (merci danakil), c'est à peu près tout ce que peut fournir notre triste époque. J'exagère, les miens sont outrés certes, mais il y de la matière...

                    Là! le soleil est revenu, le champ de bataille est comique à voir ( à lire surtout ); le soir vient. Demain, retour de la création, de mon face à face avec Open; retour des amis et des aliés, de la joie, des concepts libres et sauvages, de Baruch et des autres. Demain moi et mes amis liront vos posts en guise d'apéritif, sous l'oeil bienveillant, pour nous seulement, de Dyonisos.
                    • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                      Posté par . Évalué à 1.

                      \_o<~coin
                    • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Allez, les idées de côté, franchement, niveau littéraire, t'es nul à chier. Tout est cliché : "La Bête", Métaphore du champ de bataille, références à la mythologie grecque. Que des "gimmicks" complètement usés qui n'ont plus aucun effet sur personne, et qui de plus, révéle tes occupations bien pitoyables qui consiste à t'imbiber d'alcool avec tes potes devant ton ordinateur en te moquant d'individus que tu considères stupides parce qu'ils n'ont pas lu Nietzsche et Deleuze, tes idoles que tu adores autant qu'une midinette peut adorer Britney Spears; que tu cites sans arrêt pour masquer ton ignorance de toute réalité et dont tu copies sans talent le style littéraire. Tu n'est qu'une sombre merde ennuyante et présomptueuse. Quand tes gosses découvriront qui tu es vraiment, ils viendront te tuer dans ton sommeil (bon j'avoue, c'est un peu exagéré là, j'ai piqué ça à Frank Zappa).

                      Pouf pouf,

                      bon sinon, bonne soirée messieurs.
                      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                        Posté par . Évalué à 1.

                        >et dont tu copies sans talent le style littéraire

                        Toi qui confond un post rigolard avec la littérature, tu veux me faire croire que tu as ouvert un jour un de ces livres ? Que tu as analysé leur style ?
                        Que tu en es capable ? tu rigoles j'espère ... on va rire moi et mes potes ( sans alcool ).
                        • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                          Posté par . Évalué à 1.

                          c'est drôle comme tu peux juger à priori que je ne connais pas nietzsche ou que je suis incapable d'apprécier son oeuvre. Tout ça avec juste quelques posts... impressionnant.
                          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                            Posté par . Évalué à 1.

                            Quelqu'un qui a lu Nietzche certes... En revanche quelqu'un qui a lu et compris Nietzsche, cad qui a subi une métamorphose telle qu'il en est devenu méconnaissable, je le reconnais au 1/4 de post
                            • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                              Posté par . Évalué à 1.

                              effectivement tu te fous bien de ma gueule.
                            • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                              Posté par . Évalué à 1.

                              Il ne faudrait pas présager que la "compréhension" de Nietsche entraîne chez tous des perturbations aussi ridicules que les tiennes. Il y a certainement des gens qui arrivent très bien à tenir le choc et qui ont assez de neurones pour tirer autre chose de leurs lectures qu'un gloubiboulga insipide et prétentieux.
                              • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                                Posté par . Évalué à 1.

                                Le revoilà ! et pas pour rien en +. Et non, il est impossible de lire Nietzsche sans avoir fait l'expérience de la perte de l'ego. La connaissance réelle ne vient que par ce type d'expérience; en cela il rejoint Spinoza et son 3 ème genre de connaissance... Tu connais ? Non. Tu es bien mieux avec bouveresse et méprise mon gloubiboulga... C'est bien ... +de 40 ans de lecture et puis ... le consensus autour de descartes et de tout le tsoin-tsoin. Quel homme ! Ca doit épater tes gosses ...
                                • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                                  Posté par . Évalué à 1.

                                  arrête avec Descartes, c'est des super jeux de rôles !!
                                • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                                  Posté par . Évalué à 1.

                                  mais alors... comment fait on pour perdre son ego et atteindre la compréhension ultime de l'oeuvre de Nietzsche ?
                                • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                                  Posté par . Évalué à 1.

                                  Cher kardwik,

                                  Et non, il est impossible de lire Nietzsche sans avoir fait l'expérience de la perte de l'ego. La connaissance réelle [...]

                                  Tu peux éventuellement arrêter le reality-show, tout le monde a bien rigolé, le type qui se prend pour le nouveau messie, trop marrant. Enfin maintenant, le forum s'allonge pour pas grand'chose, et puis les gens finissent par se lasser.

                                  On va donc te laisser terminer ton numéro de Nietzsche-fanboy et finir de spéculer sur l'âge de tes contradicteurs (activité passionnante :-)), et on va passer à autre chose.

                                  Je te rappelle que tu t'es fait balayer dans toutes tes tentatives de confrontation rhétorique (je n'ose pas dire argumentaire), dans les discussions ci-dessus. C'est peut-être la leçon à retenir de ton "intervention".

                                  ciao
                      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                        Posté par . Évalué à 1.

                        De + toi y en a pas lire souvent. La bête n'est pas pris ici comme métaphore ( 1 mot compliqué !!, Lagaffe râle tu pourrais te mettre à son niveau) du champ de bataille. Prends ton temps, relis le texte lentement... Il est nul ce texte mais... déjà trop complexe pour toi !
                        • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Je me cite : Tout est cliché : "La Bête", Métaphore du champ de bataille, références à la mythologie grecque.

                          A vrai dire, il y a une ambiguité dans cette énumération. La lecture n'est pas unique, et on peut comprendre ce que tu as compris, pourtant dans cette énumération, "la bête" et "métaphore du champ de bataille" sont des éléments que je voulais distincts. Libre à toi de me croire ou pas, mais c'est amusant de voir que comme par hasard, tu as lu de la manière qui permettait de me traiter d'illétré.

                          écrire "la métaphore du champ de bataille" aurait lever le doute.
    • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

      Posté par . Évalué à 1.

      Je ne comprendrai jamais ces gens qui se croient supérieurs parce qu'ils sont capables d'assomer leur auditoire sous 4 tonnes de citations de "grands" auteurs reconnus par une sorte de bourgeoisie intellectuelle...

      N'est ce pas faire plus preuve d'intelligence que de se forger sa propre opinion par soi-même sans se sentir obligé de se referer à telle ou telle "eglise" de pensée ? Ne serait-ce un aveu de faiblesse intellectuelle que de se sentir obligé de s'appuyer sur les pensées des autres pour etre capable d'argumentation ?

      Je m'interroge.....
      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

        Posté par . Évalué à 1.

        Se forger sa propre opinion ? bravo !!! Après tout, tout le monde est un peu philosophe... no comment . Allez dis moi qqe chose que je n'ai pas déjà entendu des milliers de fois... avant de te réfugier dans le sens commun ...
        • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

          Posté par . Évalué à 1.

          Après tout, tout le monde est un peu philosophe... no comment

          oh si, vas-y commente, ça sent l'élitisme à plein nez !

          Se forger sa propre opinion ?
          sens commun ...

          c'est vrai que "vox populi, vox dei" est une énormité. Mais le fait que le sens commun puisse être erroné dans certains cas n'implique qu'il le soit dans tous les cas. Dans ton souci de singularité, tu fais preuve d'un mépris irraisonnée pour toute idée qui puisse être partagée par une majorité, aussi vrai puisse être ces idées.

          A moins que tu deviennes l'initiateur d'une grande révolution métaphysique dans le monde, franchement, j'aimerais pas être à ta place sur ton lit de mort.
          • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

            Posté par . Évalué à 1.

            La majorité n'a pas d'idée, elle n'en a pas la nécessité, elle ne vise qu'à la conservation d'elle même. Les idées sont toujours l'expression d'un corps singulier. La théorie quantique s'accorde très mal avec le sens commun, le sens commun est le plus bas degré de la connaissance. Ca ne veut pas dire que le sens commun est nul, ça veut dire que ce n'est pas suffisant. le sens commun implique que le monde a été créé pour l'homme, à sa dimension. Le sens commun, c'est une pièce essentielle de la machine à juger. On pose que tout les hommes sont également capables de penser, et après on juge ceux qui n'y arrivent pas ... ça dérive de la notion chrétienne de la révélation basée sur une morale. On ne parle jamais des conditions qui permettent l'émergence de la pensée, on préfère rester dans des abstractions. Je passe sans doute pour un triste sire, mais paradoxalement la pensée qui semblait la plus généreuse, nourrit l'horrible machine à juger.
            Il faut voire les lignes historique et les fractures. La religion juive n'est pas tombée dans ce travers, la connaissance reste une initiation.
            Elle implique un certain nombre de pratiques et ne tombe jamais dans un "tout le monde a la capacité e penser" sous entendu "Gare à ceux qui pensent mal"... ( je n'aime pas les religions, mais cette particularité méritait d'être relevée ) ...
        • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

          Posté par . Évalué à 1.

          > Se forger sa propre opinion ? bravo !!! Après tout, tout le monde est un peu philosophe...

          Un trouble. Niveau syntaxe, grammaire, OK. Chacune des deux phrases à un sens.
          Les eux accolées, ça ne veut plus dire grand chose. C'est quoi le lien entre être philosophe et réfléchir?

          A priori, se forger sa propre opinion, c'est le contraire de la philosophie. La philosophie, c'est plutôt refuser de soutenir une conversation en se réfugiant derrière ce qu'à dit quelqu'un un tant soit peu connu. Et tant pis si ce gars aussi est un philosophe qui a fait peu ou prou la même chose (enfin quand même, du coup on n'avance pas beaucoup).
          Je ne dit pas que tout le monde est capable de réfléchir tout seul de façon raisonnable (c'est peut-être pour ça qu'il y a des philosophes? Pour les pense-petits). Mais la philosophie est le meilleur moyen de ne pas y arriver.

          Y en a marre de ce politiquement (socialement, plutôt?) correct qui veut faire de la philosophie le summun de la pensée intellectuelle.
    • [^] # D&G ?

      Posté par . Évalué à 1.

      D&G: Dolce & Gabana ?

      Ah la société de consommation...

      [-1]
    • [^] # D&G ?

      Posté par . Évalué à 1.

      D&G: Dolce & Gabana ?

      Ah la société de consommation...

      [-1]
  • # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    est-il possible de concilier cyberféminisme et moulitude alternative ? socrate est-il une moule ?
  • # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Yop

    pour changer un peu du troll sur le vocabulaire qui maquille des idees
    simple, je vais vous dire ce que j'ai vu dans la zelig conf etant aller a la premiere zelig conf et a la no-zelig.
    J'y ai vu la rencontre entre un monde de militant et d'informaticiens sensibilises sur le sujet.
    On peut y croiser des personnes assez interressantes qui ont des notions techniques sans etre pour autant informaticiens et des informaticiens qui s'investissent dans une lutte contre certaines lois liberticide et pour la liberte d'expression (je pense notament a bugbrother).
    pour conclure ce genre de manifestation est assez interressante car des 2 cotes beaucoup de choses peuvent etre appris.
    La bas je n'est pas eux trop l'impression de voir des personnes ce prennant la tete sur le cote philosophique de tous les elements informatiques qui l'entourent donc ne prennee pas comme point de reference le trolleur d'en haut :)

    ++
    Banux
    • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

      Posté par . Évalué à 1.

      youhouuuuuuuuuuu !!!!

      j'ai trouvé un commentaire qui parle de la news !!!!!

      ammenez un bocal de formol ! c'est exceptionnel, y en a un qui trolle pas !!! :D
      • [^] # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

        Posté par . Évalué à 1.

        t'es sûr que "Yop" c'est pas un troll anticapitaliste sur l'industrie laitière internationale ?

        Nietzsche, qui était moustachu et qui a écrit des choses diverses sur des sujets ésotériques et hypoversatilement superversifs alors qu'il était enfermé dans sa chambre et que sa soeur lui préparait des choux de bruxelles, a dit : "On confie pas son yop, même à son meilleur pote." Ce qui soulève une fois de plus l'épineux problème du plaisir présent, puisqu'à l'évidence, il s'agit d'une phrase qu'il faut lire (sans en chercher le sens) de manière unilatérale de gauche à droite en se mettant un doigt dans le cul et en criant très fort "la pape fait pipi dans son bain", tout ceci afin d'atteindre chaque subtilité de l'open et de la décadence de la pensée eurasienne tel qu'elle est perçu dans l'illuminant "Mon millefeuilles et moi, le retour du fils de Deleuze". Mais le sens commun, attaché aux valeurs chrétiennes avec une pincée de jmenfoutisme, se gargotte très fort sous le nombril du flux connectique de l'ordre établi par le "par après". Le par apluie a lui aussi un rôle théologique à jouer dans le sens où l'homme doit se diriger sans chef ni par asol et tout ceci à croche pattes et le pouce sur le nez, alors est-ce que je suis bourré ?
  • # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

    Posté par . Évalué à 1.

    Putain ! Mais c'est quoi cette secte ?!

    Ou alors on nous prendrait pour des cons ??


    Faut arreter de fume et revenir sur terre les gars !
  • # Re: zelig.rc2: du 9 au 15 décembre 2002, Paris.

    Posté par . Évalué à 1.

    Bon, c est avec un peu de retard, mais je me suis cree un compte specialement pour ca:
    on ecrit NIETZSCHE. Pas NIETZCHE.
    Y'en a marre que les gens repetent 50fois la meme erreur.

    aller, je vous pardone.

    --
    gl

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.