Journal NX devient closed-source

Posté par .
Tags : aucun
7
22
déc.
2010
Il semblerai que la nouvelle version de NX (4.0) vient de franchir le pas et passe du cote closed-source. Ils ont du remplacer les bouts de code empruntes a des projets GPL pour arriver a cela.

http://www.nomachine.com/news-read.php?idnews=331

Il est temps de booster les alternatives et peut etre va t'on voir un renouveau dans le developpement de Neatx de google.

http://code.google.com/p/neatx/

Le monde open-source subit vraiment une fin d'annee 2010 plutot mitige avec les nouvelles du rachat de Sun et la nouvelle politique de Oracle, le rachat de Novell par Microsoft et cie et maintenant la fermeture de NX.
  • # Ah bon

    Posté par . Évalué à  3 .

    le rachat de Novell par Microsoft et cie

    On a tendance a faire de grosses bourdes niveau rachat de societes mais quand meme, celle la etait trop grosse, on ne l'a pas faite, on s'est contente des brevets.
    • [^] # Re: Ah bon

      Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

      En plus, dire que c'est Microsoft qui rachète alors qu'eux-mêmes ont été rachetés par Apple...

      Hein? Quoi? On arrête de dire n'importe quoi? Ben si c'est comme ça, je m'en vais!
      ------------->[ ]
      • [^] # Re: Ah bon

        Posté par . Évalué à  8 .

        Mais ... mais.... Comment tu l'a appris, c'est pas encore dans la presse ?!?
        • [^] # Re: Ah bon

          Posté par . Évalué à  9 .

          avant tu nous prenais pour des poires, maintenant tu nous prends pour des pommes, d'où notre déduction.

          Dommage pour NX, de toute façon le client n'a jamais été libre il me semble ?
          La connexion par interface web semble très pratique en tout cas.

          Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

    • [^] # Re: Ah bon

      Posté par . Évalué à  8 .

      Tu vas pouvoir enfin nous les pointer ces fameux brevets que tu n'avais pas sous la main avant?

      Alors, heureux ?
      • [^] # Re: Ah bon

        Posté par . Évalué à  1 .

        Tu veux dire comme celui sur la FAT ? Non je l'ai toujours sous la main celui-la merci.
        • [^] # Re: Ah bon

          Posté par . Évalué à  3 .

          Et un brevet non trivial, vous avez ?

          Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

          • [^] # Re: Ah bon

            Posté par . Évalué à  1 .

            Sachant que ce brevet a ete revu et revu par l'office des brevets, et par un tribunal, et qu'il a ete considere valide, on va dire que ta phrase ne concerne pas ce brevet.
            • [^] # Re: Ah bon

              Posté par . Évalué à  3 .

              Pfiou, ça a pas été facile mais ils en ont trouvé un ! Allez les gars on se motive, plus que 234 a trouver.
              • [^] # Re: Ah bon

                Posté par . Évalué à  1 .

                Telephone a TomTom et demandes leur, parait qu'ils en ont vu 2-3 autres.
            • [^] # Re: Ah bon

              Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

              et par un tribunal, et qu'il a ete considere valide,

              C'est bien le problème d'ailleurs : l'inter-opérabilité est conditionné aux brevets, c'est un beau n'importe quoi les lois parfois.
              Une belle démonstration qu'il faudrait ne pas accepter des brevets de ce type.

              Mais le pire dans cette histoire c'est que ça ne motive pas les entreprises comme Tom Tom à créer des standards libres pour faire la même chose et que MS a même réussi à mettre ce truc (modifié) dans les SDXC... Et après MS fait de la communication sur l'inter-opérabilité sans que les entreprises ne réagissent et disent "bullshit". Déprime.
  • # Les alternatives?

    Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

    Je n'ai pas suivi ce qui s'est fait ces dernières années, vu que je n'ai pas eu à me connecter à une machine unix sur une connexion lente.
    Connaissez-vous des alternatives? Redhat avait Splice. Quelqu'un a essayé?
    • [^] # Re: Les alternatives?

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Au boulot on nous a fait passer de NX à VNC en nous expliquant que c'était bien mieux... Je ne connais pas les arguments techniques, mais en tout cas c'est un bon vieux protocole avec plein d'implémentations libres et multi-plateformes, et ça marche (NX nous faisait souvent des trucs bizarres).
      • [^] # Re: Les alternatives?

        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

        A l'époque (mes essais datent d'il y a 8 ans! l'upload était à 16ko/s sur ADSL), VNC consommait beaucoup plus de bande passante que Remote Desktop, et même dans la version TightVNC (qui compresse les images en JPEG) c'était super lent. Je me demande si il y a eu des avancées depuis.
        • [^] # Re: Les alternatives?

          Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

          même dans la version TightVNC (qui compresse les images en JPEG) c'était super lent

          Je prends régulièrement la main sur des machines à distance (ADSL), via une combinaison SSH + x11vnc (serveur) + TightVNC (client), et je ne trouve pas que ce soit lent.

          Il n'y a guère que si la machine en face utilise un desktop 3D (genre compiz fusion) que cela est lent.

          La bande passante utilisée n'est pas énorme : 20ko/s il me semble, et encore, lorsque qu'il y a beaucoup de chose qui bougent à l'écran.

          Il est même possible de dégrader significativement la qualité de la compression JPEG, afin de réduire encore plus la bande passante utilisée. Mais là, cela peu devenir assez moche.
          • [^] # Re: Les alternatives?

            Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

            J'ai déjà joué à ça aussi, avec un débit très faible (l'ADSL du début, à 128bk/s en upload), en passant en 8bits/pixel et en ne faisant pas de transfert de l'image de fond d'écran... et ça tournait. Moche, mais utilisable.
    • [^] # Re: Les alternatives?

      Posté par . Évalué à  2 .

      VNC over SSH, c'est sécurisé et ça marche plutôt bien (utilisable à travers Internet sur un PC chez moi en ADSL).

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: Les alternatives?

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

        Non mais entre lancé une application comme ca et travaillé toute la journée sur une session ... l'export display est beaucoup plus confortable.

        Si tu bouge ta fenêtre ou autre avec VNC c'est super désagréable. Rien a voir avec NX (ou l'export display.
        • [^] # Re: Les alternatives?

          Posté par . Évalué à  5 .

          Bon désolé mais là ça pique trop les n'œils: « lancer » et « travailler ». Faites gaffes aux participes, bordayle.
    • [^] # Re: Les alternatives?

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      Connaissez-vous des alternatives? Redhat avait Splice. Quelqu'un a essayé?

      SPICE est présenté par RH comme un protocole pour accéder à des VM (même si, techniquement, il n'y est pas forcément cantonné). Un client GTK+ est sorti récemment, mais a l'air d'être encore instable, les distribs n'incluent pas encore le pilote qxl qui va bien, etc., donc pour le moment c'est assez expérimental, ce qui n'incite pas à tester.

      Personnellement, j'ai utilisé un moment Xrdp (une implémentation de RDP sous Linux), qui a l'avantage de me permettre le cas échéant d'utiliser le client RDP d'un poste Windows pour accéder à ma babasse, mais Xrdp n'est vraiment rapide que si on utilise le serveur X dédié (X11rdp) qu'il faut se compiler à la mimine depuis le SVN. C'est quelque peu relou :-(

      Envoyé depuis mon PDP 11/70

  • # Il ne faut pas dire closed-source

    Posté par (page perso) . Évalué à  -10 .

    Pas plus qu'il ne faut dire « open source », car « closed-source » renvoie évidement à « open source ». « Open source » est un mauvais terme car il galvaude la notion de liberté qu'on retrouve dans le terme logiciel libre .

    On dit donc logiciel libre et logiciel propriétaire ou privateur.

    En plus ça a l'avantage d'être français, mossieur. Je ne veux pas de métèques sur mon Internet ! :-)


    (dommage qu'on ne soit pas vendredi)
    • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Le logiciel propriétaire, il est propriétaire de quoi ?
      Le logiciel privateur, il te prive de quoi par rapport à un logiciel sans licence (donc avec le pur droit d'auteur).

      Du coup je propose "logiciel NON libre", ou "logiciel SANS Sources", ...

      Bon je sais pas Vendredi, mais moi je dis :
      - Lundi tout est permis
      - Mardi tout est permis
      - Mercredi tout est permis
      - Jeudi tout est permis
      - Vendredi tout est permis
      - Samedi tout est permis
      - Dimanche repos
      • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

        Posté par . Évalué à  2 .

        Non pas dimanche c'est le jour où j'ai le plus de temps à tuer !

        Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

      • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

        »»» Le logiciel propriétaire, il est propriétaire de quoi ?

        Avec le corollaire : Le logiciel libre, il est libre de quoi ?
      • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

        Posté par . Évalué à  2 .

        logiciel restrictif ... ? puisqu'il retreint tes libertés
        • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

          Posté par . Évalué à  1 .

          Ce qui est valable pour les logiciels propriétaires et open source à la fois, puisque justement les licences libres restreignent ta liberté pour s'assurer que le logiciel ne perdra pas les libertés considérées comme les plus importantes ...

          Ou alors tu oppose "logiciel restrictif" à "logiciel dans le domaine public" ...
          • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

            Posté par . Évalué à  1 .

            A ce compte là, si on considère que les logiciels "libres" restreignent des libertés, on ne peut plus les qualifier de "libre" alors.

            Rappelons quelles sont les libertés restreintes:
            - celle de ne pas citer l'auteur (BY)
            - pour certaines licences, celle de redistribuer sous une autre licence (SA)

            Passé ces restrictions qui s'appliquent à toutes les oeuvres (hors domaine public), on les qualifie pourtant de libre et on fait de distinguo entre les libres et les autres qui sont plus contraignantes (i.e restrictives)

            Donc non, selon moi, "restrictif" a le double avantage de marquer cet antagonisme et de ne pas être un néologisme stallmanien.
            Mais bon "non libre" me va aussi même si c'est en 2 mots.

            Le logiciel qui n'est pas dans le domaine public est sous droit d'auteur, tout simplement.
        • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

          Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

          logiciel restrictif ... ? puisqu'il retreint tes libertés

          Lesquelles?
          Avec : j'ai un truc qui m'apporte des choses (plus ou moins de choses suivant la licence)
          Sans : j'ai rien

          Le logiciel propriétaire ne restreint rien, il ne fait qu'apporter des choses en plus
          Parler de privateur, restrictif ou tout autre terme qui retient quelque chose est incompréhensible pour moi, étant donné qu'un logiciel apporte quelque chose, par définition.

          La croisade des libristes à vouloir faire croire qu'un logiciel proprio enlève des choses (privateur, restrictif tout ça) est à mourir de rire et fait passer les gens utilisant ces mots pour des illuminés.
          • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

            Posté par . Évalué à  1 .


            Le logiciel propriétaire ne restreint rien, il ne fait qu'apporter des choses en plus

            Ca dépend pour qui.
            Un contrôle sur les utilisateurs pour l'auteur, certainement.
            A l'inverse



            étant donné qu'un logiciel apporte quelque chose, par définition.

            oui sauf qu'on parle licence



            La croisade des libristes à vouloir faire croire qu'un logiciel proprio enlève des choses (privateur, restrictif tout ça) est à mourir de rire et fait passer les gens utilisant ces mots pour des illuminés.

            C'est moi qui suis mort de rire quand je te vois reprendre ceux qui galvaudent le terme de libre au lieu de librement diffusable pour le contenu en NC ou ND et de tenter les convaincre que ce serait mieux pour eux.
            • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

              Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

              Ca dépend pour qui.

              Donne moi un seul exemple de logiciel qui enlève quelque chose!
              Rien, nada, un logiciel, quelque soit sa licence, apporte quelque chose (sinon tu ne l'installe pas), et n'enlève rien. Un logiciel libre apporte en plus des choses.

              oui sauf qu'on parle licence

              Pourquoi installes-tu un truc qui ne t'apporte rien?
              Même en licences, tu installes un logiciel parce qu'il apporte.
              Après, tu peux imaginer des licences qui interdisent d'installer un logiciel concurrent, ça prive d'une chose certes, mais alors fait la différence avec des licences proprios qui n'ont pas ce genre de clauses.

              de tenter les convaincre que ce serait mieux pour eux.

              Rien à voir. De plus, je n'ai jamais tenté de convaincre qui que ce soit que ce serait mieux pour eux. Juste que ce n'est pas libre. Après ils décident de ce qu'ils veulent. C'est rigolo de voir dans une volonté d'être précis sur les termes, de savoir de quoi en parle, de voir une volonté de convaincre. Il n'y a absolument aucune volonté de convaincre qui que ce soit que les licences libres (y compris pour des logiciels) sont mieux, de ma part.
              • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                Posté par . Évalué à  -1 .

                > Donne moi un seul exemple de logiciel qui enlève quelque chose!
                > Rien, nada, un logiciel, quelque soit sa licence, apporte quelque chose (sinon tu ne l'installe pas), et n'enlève rien. Un logiciel libre apporte en plus
                > des choses.

                Donc un logiciel privateur retire des choses par rapport à un logiciel libre.
                CQFD
                • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                  Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                  Il faut le dire en quelle langue?
                  - Un logiciel proprio ajoute des choses
                  - Un logiciel libre ajoute plus de choses
                  Ca ne veut pas dire qu'un logiciel proprio retire des choses! Si j'enlève le logiciel proprio, ben j'ai rien gagné, l'installer ne me prive de rien. Hors si un logiciel me prive de quelque chose, le désinstaller devrait me rendre cette chose, et ce n'est pas le cas, quelque soit la façon dont tu tournes les mots.

                  C'est du délire de réussir à travestir une langue pour dire qu'un logiciel prive de quelque chose quand il apporte quelque chose mais pas assez de choses au gout de certains.
                  • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                    Posté par . Évalué à  2 .

                    *_*

                    Si on passe du libre au privateur on y perd.
                    Si on ne l'installe pas il y a abstinence, en revanche le fait qu'un logiciel privateur t'empêche de faire des choses est bien une privation par
                    rapport au logiciel libre, je ne vois pas où est le délire...
                  • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                    Posté par . Évalué à  4 .

                    Oui d'accord, un logiciel (met ton adjectif ici) apporte toujours quelque chose, et le logiciel libre apporte plus. Et ce, quelque soit le cadre d'utilisation (des mots)

                    Mais c'est oublier un élément, celui de l'initiative (rms, gnu, apache, bsd, mit, zlib, met ta licence osi ici) : soit de considérer comme base les éléments suivants (ceux communs, sans entrer dans les détails) :
                    utilisation
                    accès au code source
                    modification libre
                    distribution des modifications possibles

                    Voilà. Si on ne parle que d'utilisation, et que l'utilisation du logiciel constitue la base, le fondement, alors le logiciel apporte quelque chose, et un logiciel libre apporte plus, ok. Mais si on prends en considération une autre base : celle du logiciel dans son ensemble (création maintien, utilisation, redistribution, commerce) alors le logiciel (met ton adjectif ici) enlève des libertés et n'apporte qu'une chose : l'utilisation.
                    • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                      enlève des libertés et n'apporte qu'une chose : l'utilisation.

                      Si tu désinstalles le logiciel, tu n'auras pas plus l'ensemble (création maintien, redistribution, commerce).
                      Le fait d'installer ne t'enlève pas de liberté, puisqu'au départ tu n'as aucune liberté!

                      Il prive de quelque chose si l'installer t'enlève quelque chose, la tu compares à autres choses (des droits en plus que tu n'as pas), c'est une bien étrange façon de comparer, les gens compare le avant/après plutôt : et après l'installation, tu n'as pas perdu les droits création maintien, redistribution, commerce puisque que tu n'avais pas avant... Quelque soit la déformation des mots que tu veux y mettre, la réalité est la, tu es privé de rien en installant le logiciel.
                      • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                        Posté par . Évalué à  5 .

                        la réalité est la, tu es privé de rien en installant le logiciel.

                        C'est faux, depuis qu'ils ont installé SAP dans ma boîte des secrétaires sont privées ... de leur job.

                        Bref, ce qu'on t'explique c'est que tout dépend du référentiel et le tien n'est pas meilleur que celui des autres.
                        • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                          C'est faux, depuis qu'ils ont installé SAP dans ma boîte des secrétaires sont privées ... de leur job.

                          ah ah

                          c'est que tout dépend du référentiel et le tien n'est pas meilleur que celui des autres.

                          C'est juste le réferenciel de tout le monde minus quelque personnes.
                          Quand on regarde un logiciel, on regarde la différence entre rien et lui, et non pas entre un truc qui n'existe pas (la même chose en non libre par exemple) et lui, je ne sais pas comment vous faites pour faire autrement quand vous cherchez un logiciel (après, on peut mettre un critère "doit être libre", mais c'est un critère de comparaison, c'est tout), mais ça n'a pas trop de sens.
                          • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                            Posté par . Évalué à  3 .

                            > Quand on regarde un logiciel, on regarde la différence entre rien et lui, et non pas entre un truc qui n'existe pas (la même chose en non libre par
                            > exemple) et lui, je ne sais pas comment vous faites pour faire autrement quand vous cherchez un logiciel (après, on peut mettre un critère "doit être
                            > libre", mais c'est un critère de comparaison, c'est tout), mais ça n'a pas trop de sens.

                            [rien] [logiciel privateur n*1] [logiciel privateur n*2] [logiciel libre n*1] [logiciel libre n*2]

                            Tout n'est pas binaire...
                      • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                        Quelque soit la déformation des mots que tu veux y mettre, la réalité est la, tu es privé de rien en installant le logiciel.

                        Sauf à parler de freeware, tu es privé des brouzoufs utilisés pour l'acheter !

                        Remarques :

                        - oui, je sais, il paraît que certains ont vu des logiciels libres payants ;

                        - on dit « quelle que soit ».
                      • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                        L'utilisation d'un logiciel propriétaire est en général soumis a une licence d'utilisation.

                        Dans ce cadre, il est clair que l'utilisation (vue d'un simple client et non vue d'un developpeur) est soumis a des restrictions puisque sans licence, pas d'utilisation.

                        Un logiciel llibre lui est toujours libre d'utilisation, il n'y a pas de restrictions imposees par le programme, c'est la liberte fondamentale d'un logiciel libre.

                        Par contre, pour le programmeur, la reutilisation des sources est elle soumise a conditions (ex GPL) mais c'est quelque chose qui ne concerne absolument pas le simple utilisateur.

                        D'ailleurs quand tu utilises une distro linux, connais tu la licence de tous les logiciels que tu utilises ? Non, tu utilises juste le binaire et tu en fais ce que tu veux, tu n'as rien a signer, contrairement aux logiciels privateurs (accepter->accepter et accepter).

                        Le terme "logiciel privateur" est donc tres bien choisi:

                        1. C'est un outil, peut etre tres utile et qui t'apporte des chose (= logiciel)
                        2. Mais il est soumis a des restrictions a son utilisation (= privateur)

                        Alors perso je pense que logiciel restrictif serait plus adapté mais en attendant l'idée est la.
                        • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                          Posté par . Évalué à  1 .

                          De nouveau, le logiciel ne te prive de rien donc non, privateur n'est pas le bon mot.

                          Il y a deux cas :

                          a) Tu n'as pas le soft, tu ne peux evidemment pas l'utiliser, ni le modifier, ni le distribuer
                          b) Tu refuses d'accepter la licence, retour au point a)
                          c) tu acceptes la licence. Tu ne peux pas le modifier, ni le distribuer, par contre tu peux l'utiliser --> c) te permet plus que a) ou b)
                          • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                            Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                            > "[...] Tu ne peux pas le modifier, ni le distribuer, par contre tu peux l'utiliser" dans certaines conditions.

                            Contrairement aux logiciels libres où il n'y a pas de conditions d'utilisations a accepter (on peut l'utiliser comme bon lui semble).
                            • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                              Posté par . Évalué à  0 .

                              Merci ca tout le monde le sait, c'etait pas le sujet. Le sujet est : Est-ce que le logiciel proprio te prive de quoi que ce soit, et la reponse est non.
                              • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                                Ben si tu ne remplis pas les conditions d'utilisations, tu ne peux plus utiliser le logiciel ... et éventuellement accéder à tes données ...
                                • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                  Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                                  Tu n'as toujours pas démontré comment tu as moins de chose (privé de quelque chose) en remplissant les conditions, ou dit autrement comment en enlevant le logiciel tu gagnes des choses.

                                  Quand c'est trop simple, faut forcément complexifier la chose, mais non, c'est simple : un logiciel propriétaire que tu installe t'apporte des choses, ne t'en enlève pas, t'apporte moins qu'un logiciel libre faisant la même chose, mais apporter moins ne veut pas dire enlever des choses (juste une inversion du discours pour montrer à quel point ce discours est ridicule)

                                  Sacré déformation de la réalité quand on veut faire du prosélytisme libriste farfelu, c'est ce genre de discours qui dé-crédibilise le libre quand on parle avec les gens (parce que bon, les décideurs mettent parfois des millions d'Euros dans des logiciels qui "enlèvent des choses", c'est pour le plaisir d'avoir les choses enlevées? Ben non, c'est parce qu'il apporte des choses sans priver d'autre chose, si si...)
                                • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                  Posté par . Évalué à  1 .

                                  Les conditions d'utilisation faut les accepter avant de l'utiliser la 1ere fois, pas 6 mois apres, donc non, il ne t'empeche pas d'acceder a tes donnees.
                              • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                Posté par . Évalué à  1 .

                                La réponse est oui, dans notre monde moderne.

                                Un logiciel aujourd'hui ça n'est plus fait pour être utilisé seul. Word à ses formats pourris, skype à son protocole fermé, et les activeX ont leurs environement d'execution pas libres. Si quelqu'un les utilises, alors je n'ai plus le choix du logiciel à utiliser. Je serais obligé d'utiliser le logiciel si je veux utiliser le protocole/format fermé. Et si le logiciel fermé n'est pas compatible avec mon OS ou mon matériel, alors je suis dans la merde. Avec du logiciel libre, j'ai le choix du logiciel, et les protocoles/formats sont soit standardisés, soit documentés, soit triviaux et dans tout les cas libres.

                                Les seuls logiciels proprios que j'utilise entrent dans cette catégorie : format/protocoles/interfaces fermées et pas encore retro-ingineriée.
                                • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                  Posté par . Évalué à  1 .

                                  a) Il y a plein de logiciels proprietaires utilisant des formats ouverts
                                  b) Le format de Word est ouvert (l'ancien ET le nouveau)
                                  c) De nouveau, si le logiciel n'est pas compatible avec ton OS/materiel, tu n'es prive de rien : tu l'avais pas avant, tu ne l'as toujours pas.
                                  • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                    Posté par . Évalué à  2 .

                                    a) ah bon ? comme IE 8 par exemple ? le standard a beau être ouvert, les bugs sont bel et bien proprietaires.
                                    b) j'ai jamais dit le contraire, j'ai dit que les formats sont pourris a tel point qu'aucune implementation ne marche correctement avec une autre.
                                    c) si le logiciel privateur n'existait pas, j'aurai pu avoir un logiciel tournant sur ma machine. et de toute facon le raisonnement est foireux, est ce que un logiciel envoyant du spam a mon insu ne serait pas un logiciel malveillant au pretexte qu'il ne me nuit pas ?
                                    • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                      Posté par . Évalué à  0 .

                                      a) Super, et quid des dizaines de milliers d'autres softs, genre Opera ?
                                      b) C'est faux
                                      c) Non, le logiciel n'existerait pas, ce qui ne t'aiderait en rien. Quand a envoyer du spam a ton insu, je vois pas trop le rapport
                                      • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                        Posté par . Évalué à  3 .

                                        a) Et bien je m'en contre-balance, jusqu'au jour ou ils sortent leurs extensions propriétaires, ou lorsque quelqu'un aura des problèmes avec ce logiciel, que je serais incapable de le dépanner et que je serais obligé de lui dire que non, il est interdit de déboguer le programme pour aller plus loin.
                                        b) Super argumentation. Ou est l'implémentation libre parfaitement compatible avec les autres ?
                                        c) Le logiciel ne tournai déjà pas sur ma machine. S'il n'existe pas, il tournera pas sur la machine du voisin, donc le voisin utilisera des logiciels libres avec des formats/protocoles que je pourrai lire. Oui ça m'avance.

                                        Et l'histoire du spam est similaire sur le niveau du raisonnement : le logiciel privateur ne peux pas me priver de quelque chose puisque je l'utilise pas, le logiciel de spam ne peut pas m'emmerder puisque je l'utilise pas.
                                        • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                          Posté par . Évalué à  1 .

                                          a) Tu supputes, rien de concret. Et meme si ton pote a un probleme avec le soft, de nouveau, il n'est prive de rien par rapport a ne pas avoir le soft.
                                          b) Et celle d'ODF ? Ah ben oui, elle n'existe pas non plus, comme quoi etre ouvert ne signifie pas avoir plusieurs implementations parfaitement compatibles
                                          c) Non plus, il pourrait utiliser un logiciel proprietaire supportant un format ouvert

                                          Quand a ton truc de spam, il n'a franchement rien a voir, un logiciel proprio tu choisis de l'utiliser, le soft qui envoie du spam a ton insu pas vraiment.
                                          • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                            Posté par . Évalué à  2 .

                                            a) Tu peux mettre ton windows en panne ? tu ne perdra rien, vu qu'avant tu n'avais pas le soft ... ;) non mais franchement, soit réaliste un peu ...
                                            b) J'ai rarement des problèmes de compatibilité ODF chez moi. Alors que des ODF crées par des vieilleries, j'en ai reçu... (et j'en ai crées aussi, quand j'avais pas le choix).
                                            c) ça reviens au point a)
                                            • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                                              Posté par . Évalué à  1 .

                                              a) C'est quoi un Windows en panne ? Le code du soft a change ? Non, et une installation ca se repare, tout comme le fait qu'on sort des patchs
                                              b) Ben vas t'amuser a passer des documents ODF d'OOo a KOffice, tu verras vite la difference
                                              c) Pas vraiment non
              • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                Posté par . Évalué à  3 .


                Un logiciel libre apporte en plus des choses.

                Donc un logiciel non libre apporte des chose en moins qu'un LL

                Bouteille à moitié vide, à moitié pleine.
                CQFD



                De plus, je n'ai jamais tenté de convaincre qui que ce soit que ce serait mieux pour eux.

                Je me souviens d'un débat où un auteur avait décidé de diffuser un bouquin en NC ou ND et où tu avais débattu pour lui expliquer le sens de libre et tenté d'expliquer que ces clauses étaient de toute façon caduques.

                Mais j'ai pu confondre avec quelqu'un d'autre et j'ai pas trop envie de rechercher.
                • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                  Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                  Je me souviens d'un débat où un auteur avait décidé de diffuser un bouquin en NC ou ND et où tu avais débattu pour lui expliquer le sens de libre et tenté d'expliquer que ces clauses étaient de toute façon caduques.

                  de souvenir, ma partie était juste de dire que contrairement à ce qu'il pensait, son bouquin n'était pas libre mais librement diffusable, et que contrairement à ce qu'il pensait, il n'était pas dans l'esprit du libre (texte qu'il avait dans son journal).

                  Après, il faisait ce qu'il voulait, juste qu'il ne faisait rien dans l'esprit du libre en diffusant en gratuit uniquement. C'est tout.
              • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

                Posté par . Évalué à  10 .

                Donne moi un seul exemple de logiciel qui enlève quelque chose!
                rm

                Depending on the time of day, the French go either way.

    • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

      Posté par . Évalué à  6 .

      Clair que privateur, c'est bien francais.
      On le trouve dans le dico a cote de bravitude.

      If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

      • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

        Posté par . Évalué à  3 .

        Le cloisement linguistique n'est il pas le panache unique des langues mortes ?

        De plus, faire entrer "privateur" (par exemple, il y en a d'autres), avec une racine clair (moins la définition :p ) semble plus logique que bien d'autres rentrés il n'y a pas lontemps. Bref, perso je préfère la méthode Québecquoise à celle de McSolaar, tu m'en excusera j'espère.
        • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

          Posté par . Évalué à  0 .

          Le panache, je sais pas, l'apanage, probablement. Et il est generalement unique, oui, vu que c'est sa definition.
          Donc non, je ne t'en excuse pas, A moins que ca fasse partie de la methode quebecoise de faire un pleonasme avec un mot phonetiquement proche pour un autre, 'stie d'tabarnak.

          If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

          • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

            Posté par . Évalué à  3 .

            pas mal l'opposition stricte, mais tu as compris (non?) le choix de panache.
            • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

              Posté par . Évalué à  -2 .

              Nan, mais j'ai bien compris, t'inquietes pas.
              T'as voulu faire ton pedant, tu t'es ramasse et maintenant t'essayes de te rattraper au branches.

              Disons que venir donner des lecons de languistique tout en faisant un "clochard analphabete", ca prete a sourire, tu trouves pas?

              If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

        • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

          Posté par . Évalué à  -1 .

          Bref, perso je préfère la méthode Québecquoise à celle de McSolaar, tu m'en excusera j'espère.
          Hein, what? Tu as déjà entendu parler des québécois ? De toutes les variations du français, le québécois est sans doute la plus immonde à ouïr.
          Qu’on leur donne des couvertures infectées avec la grippe.

          Depending on the time of day, the French go either way.

      • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        Essayons de décomposer :

        Privateur =

        Priv(er) + ateur = qui prive

        ou encore :
        V + ateur = qui V

        exemple :

        cultiver + ateur > cultivateur, qui cultive
        agréger + ateur > agrégateur, qui agrège.
        ( et j'en passe )

        Le mot en lui même n'est peut être pas français, mais au moins sa construction l'est…

        Bon maintenant Bravitude. D'après le wiktionnaire « sentiment de bravoure » que je résume ainsi (en passant par l'adjectif ) :

        A + itude = sentiment d'être A

        cherchons des exemples :
        nègre + itude > négritude, sentiment d'être nègre.

        Ok, y'en a d'autre ? Je ne vois pas, mais j'ai pas non plus cherché à explorer tout le lexique. Autant pour privateur le mot suit une règle de construction que l'on retrouve par ailleurs en français, autant pour bravitude, même sa règle de construction est marginale. Je ne pense pas qu'on puisse placer les deux mots sur le même pied d'égalité ( parmi les néologismes s'entend… )

        [http://fr.wiktionary.org/wiki/bravitude]
    • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

      Posté par . Évalué à  6 .

      On dit donc logiciel libre et logiciel propriétaire ou privateur.

      si on veut rentrer dans la terminologie, et suivre ton raisonnement
      ca devrait etre :
      logiciel libre <> logiciel enfermé
      ou
      logiciel liberateur <> logiciel privateur

      mais tu ne peux pas opposer libre et privateur

      libre etant un adjectif qualifiant le logiciel
      alors privateur qualifie plutot ce que l'utilisateur peut en faire
    • [^] # Re: Il ne faut pas dire closed-source

      Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

      Bon alors reformulons tout ça:

      NX vient de passer de la libritude à la privatude par le procédé de privateurisation (ça se fait essentiellement à haute température, sauf quand il fait froid).

      Ceci est une mauvaise nouvelle pour les Libreurs, mais nous pouvons toujours compter sur l'alternativation des solutions élaborationnées dans les laboratoires de Google.

      Ceci pourrait nous offrer par la suite un possiblage outil de Libretisation de l'accès à distance sur des servouilles.

      Bon Vendredère à toutes et à tousse!
  • # NX

    Posté par . Évalué à  5 .

    J'ai mis en place un serveur NX (neatx comme cité dans le news) sur un serveur pour tester. En client j'utilise opennx, un client libre.
    Ben, faut le dire, ça marche quand même plutôt bien, c'est assez fluide et tout.

    Y a t'il un équivalent meilleur / plus libre de cette technologie ?
    Qu'apporte la version 4.0 concrètement ? (le site officiel est pas en forme là)

    Quelqu'un a un bon équivalent pour compresser un flux VNC ? Je crois que c'est possible avec le serveur officiel de nomachine mais pas avec neatx.
    • [^] # Re: NX

      Posté par . Évalué à  2 .

      Pour ma part je n'ai pas mis neatx (qui n'était pas dans le gestionnaire de packages), mais freenx-server qui ne semble plus vraiment maintenu mais fonctionne bien.

      De toute façon, le FreeNX server de nomachine en version free était limité à 2 utilisateurs.

      (Pour les question ci-dessus je ne sais pas trop, à part que le flux VNC est surement compressé quand on l'utilise à travers ssh (-C) )

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.