Journal Devuan forks Debian: un choc ou c'était inévitable?

Posté par . Licence CC by-sa
20
29
nov.
2014

Ave.

Je viens de lire un article sur Phoronix (en) à propos de Devuan, un Debian sans systemd. Pour une distribution ancestrale comme Debian, j'imagine que ça doit faire un choc. Ou alors c'était inévitable.

Je n'ai aucune expérience avec systemd et je ne l'ai jamais essayé. J'ai déjà tenté d'argumenter sur systemd car ce que j'en ai vu me dérangeait. Je sais que je ne suis pas le seul. Il y a bien des aspects qui me gênent, tant techniques (rejetables, sans doute et rejetés en effet) que humains et sociaux.

Mon opinion d'observateur est que ce projet génère une telle controverse que ce simple fait devrait déjà provoquer une réflexion de fond chez ses (son?) instigateur(s), non pas quant à la pertinence du projet et de l'évolution de Linux mais sur la manière dont cette évolution doit être dirigée. Or il semble que systemd tienne plus d'une révolution qu'une évolution, puisqu'incompatible avec SystemV, entre autres… même s'il est prévu de faire coexister les deux, pour moi, la question n'est pas là. Ce n’est visiblement pas une transition en douceur qui s'est opérée mais une rupture voire une déchirure, si j'en juge d'après les nombreuses réactions violentes.

Or une révolution, comme toutes les révolutions, sont brutales et provoquent une rupture avec le passé. Même si le fond est justifié, la méthode a un profond impact et, incontestablement, divise. C'est ce qui vient de se passer ce 27 novembre peu après 22:00: un groupe d'administrateurs de Debian annoncent qu'ils ont forké Debian. Le nom de la nouvelle distribution est Devuan, prononcé DevOne.

La conclusion, de Roger Leigh, un développeur Debian, illustre bien mieux que je ne pourrais le faire:

Debian is developed by hundreds of active developers and used by many
times more people. People rely on Debian for their jobs and
businesses, their research and their hobbies. It's not a playground
for such radical experimentation. systemd support was forced in
rapidly and didn't just cause breakage, it caused breakage with our
own past, breaking the reliable upgrades which Debian has been
renowned for. Personally, I'd like to see a much higher regard for
stability and backward compatibility, rather than just ripping out
the old in place of the new without any regard for its true value.
It might not be bleeding edge, but we already have Fedora for people
who value this over a solid and dependable system. It's possible to
be up-to-date without being a Fedora; Debian unstable historically
made a good job of this.

Ce fork prouve, selon moi, que les "contestataires" ne sont pas nécessairement des conservateurs ancrés dans leurs habitudes, ayant pour seule motivation l'opposition systématique. Le logiciel libre est un mouvement qui a rassemblé des êtres humains contestataires d'une situation pour le moins contestable, c'est indéniable. L'origine de cette contestation est fondée sur des valeurs partagées par l'ensemble de cette communauté.

Aujourd'hui, alors qu'une contestation naît à nouveau et, même s'il ne s'agit que d'une minorité, ignorer une minorité, quelle qu'elle soit, est incompatible avec les valeurs de Liberté et de Respect, à l'origine même du Logiciel Libre. Le schisme qui en résulte n'en est que la preuve évidente… avec son résultat, prévisible.

Mais ce n'est, bien sûr, que mon opinion personnelle.

Cependant, au lieu de penser que c'est un jour noir pour GNU/Linux — on mûrit aussi en prenant des baffes — je suis persuadé que ce dernier s'en sortira grandi. Ce sont les valeurs et principes mêmes sur lesquels il a été fondé qui nous permettent de le façonner pour le meilleur et dans l'intérêt de chacun. Son histoire le prouve, aussi courte soit-elle: les divisions ne demeurent jamais éternellement.

Références

  • # Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

    Posté par . Évalué à 10.

    Fork ou ferme là.

    Les gus qui critiquent et qui ne se sortent pas les doigts du cul ne sont pas haut dans mon estime.

    Pour moi ce fork n'a pas d'avenir. Mais s'ils ne veulent pas systemd, et bien c'est ce qu'il y a à faire.
    Bravo pour la décision.

    • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

      Posté par . Évalué à 9.

      Debian est fait pour être forké, donc c'est vraiment la voie à suivre.

      Après, comme tu le dis, je doute que le fork ait un avenir.

      • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Si ce fork permet de purger le projet Debian des vieux devs qui râlent dès qu'on remplace leurs vieilles pantoufles trouées par de nouvelles paires améliorées, personnellement, je trouve ce fork très positif ;-)

        • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Tu sais ce qu'ils te disent les vieux devs ?

        • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Ouais, c'est une bonne chose. On pourrait même aller un peu plus loin, et jeter les dev qui sont là depuis plus de 5 ans sur le projet pour activer du sang neuf et donner un coup de fouet au projet, qui nous n'en doutons absolument pas gagnera en énergie, compétence et vision d'avenir.

          • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

            Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 29/11/14 à 15:14.

            vieux devs qui râlent dès que != vieux devs dans leurs ensemble.

            Les vieux devs qui ont une vision d'avenir ne sont pas compris dans la remarque, ta réaction est hors sujet et fait dire au commentaire ce qu'il ne dit pas (tu aurais pu plutôt dire que c'est méchant de ne pas viser les jeunes devs qui râlent dès que, mais après je demanderai que les jeunes devs qui râlent contre systemd se manifestent car j'ai un doute, qui n'est qu'un préjugé je le reconnais, sur leur existance).

            Bref, tu dévies la conversation pour ne pas réagir au commentaire lui-même.

            Sinon perso, je considère une personne de 65 ans ayant 30 ans d'expérience tout en étant objectif et ayant une vision sur le futur comme un jeune dev (dans la tête) et une personne de 35 ans ayant 5 ans d'expérience mais ne voulant pas qu'on touche à ce qu'il a apris les 5 dernières années pour pouvoir passer comme un expert sans apprendre à nouveau (bref, qui râlent dès qu'on remplace leurs vieilles pantoufles trouées par de nouvelles paires améliorées) comme un vieux dev. Sans doute qu'on n'a pas la même vision de vieux dev.

            • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

              Posté par (page perso) . Évalué à -10.

              t'es soulant, vraiment.

              Oui j'ai réagit au commentaire, mais tu ne l'as pas compris. Ce n'est pas de ma faute. Je n'ai pas dévié la conversation mais tu n'as pas la finesse pour comprendre entre les lignes. Tu réagis comme un clébart qui se met à aboyer suivant qui parle, avant même de tenter de réfléchir.

              D'ailleurs tes exemples sont stupides : "une personne de 65 ans ayant 30 ans d'expérience tout en étant objectif et ayant une vision sur le futur comme un jeune dev (dans la tête)", c'est par nature antinomique. Ce n'est pas possible. Ils ne peuvent pas avoir la MÊME vision du futur ne serait-ce qu'à cause de l'expérience. Ils peuvent tous les deux avoir UNE vision du futur. Maintenant décider qui a LA bonne vision du futur est assez présomptueux. Probablement aucun des deux et qu'une vision cohérente et intelligente est à cheval entre les deux. Je réagissait au commentaire stupide du mec qui dit bon débarras.

              Ben, moi je ne le pense pas, car les devs qui partent, même s'ils n'aiment pas systemd, faisait un travail sur autre chose que systemd (et pour cause) et probablement aussi sur autre chose que sur les scripts rc. Ce temps de travail est perdu pour debian. Ils peuvent être vieux, raleurs, tournés vers le passé (quel con peut oser dire cela sans même savoir qui, ni ce sur quoi ils travaillent) : ils connaissent probablement debian mieux que lennart et aurait potentiellement pu apporter leur aide (à long terme) à l'intégration de nouvelles briques dans debian s'il connaissent bien le système.

              Un os, c'est aussi des 10aines d'années d'historique avec les murs que l'on s'est pris et la compréhension de comment les éviter de nouveau. Mais le péquin de base qui fout probablement rien dans l'écosystème, qui veut juste un truc qui marche sans se poser de questions, sans visions philosophiques, sans visions politiques, qui veut un outil et qui est bien content que des vieux se cassent car il pourra avoir le dernier logiciel 5.2.3.2.4new n'a rien compris à l'écosystème. Et n'apporte rien.

              D'ailleurs toi même affirme haut et fort que linux ne te correspond pas pour plein de raisons que ton windows il a tout compris pour toi. C'est cool tant mieux, mais alors…. comment peut tu parler d'un truc que tu ne connais pas ? je veux dire à part juste troller pour passer le temps et énerver les gens ?

              • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                Je me permet de réagir, car tu fais exactement ce que tu reproches à Zenitram. A savoir :

                Oui j'ai réagit au commentaire, mais tu ne l'as pas compris. Ce n'est pas de ma faute. Je n'ai pas dévié la conversation mais tu n'as pas la finesse pour comprendre entre les lignes. Tu réagis comme un clébart qui se met à aboyer suivant qui parle, avant même de tenter de réfléchir.

                Notamment, à cause de cela :

                D'ailleurs tes exemples sont stupides : "une personne de 65 ans ayant 30 ans d'expérience tout en étant objectif et ayant une vision sur le futur comme un jeune dev (dans la tête)", c'est par nature antinomique. Ce n'est pas possible. Ils ne peuvent pas avoir la MÊME vision du futur ne serait-ce qu'à cause de l'expérience.

                A aucun moment Zenitram ne dit qu'ils auront la même vision du futur. Le "comme un jeune dev" se rapporte au fait d'arriver à se projeter dans l'avenir et à évoluer, et non que l'avenir est le même. Si tu avais lu le reste de son commentaire, tu l'aurais compris.

              • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

                Posté par . Évalué à 5.

                Vous avez quel âge ?

                …Petit dev' d'la dernière, vieux dev des neiges d'antant !

                • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

                  Posté par . Évalué à 2.

                  P'tit dev' d'la dernière pluie, vieux dev des neiges d'antan !

                • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

                  Posté par . Évalué à 10.

                  Je suis un vieil admin sys, Debianeux depuis Potato. J'ai mordu au FUD à propos de systemd : horreur ! ils veulent nous mettre une base de registres à la Windows !!!
                  Comme je me méfie un peu quand même, je l'ai installé pour voir…
                  Eh bien je dis Merci Monsieur Lennart Poettering :
                  Ma vie est plus simple, plus belle depuis systemd. l'automontage est une merveille, les petits fichiers units sont sympas, faciles à comprendre et efficaces. ça marche.
                  Que demande le peuple ?

                  En plus Debian continue à maintenir SystemV, où est le problème ?
                  Comme il est dit plus bas, si vous êtes intéressés par SystemV, il faut aider les mainteneur Debian à maintenir les scripts de démarrage.

                  • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Que demande le peuple ?

                    Le peuple je ne sais pas, mais moi je me pose une question, étant assez partisant du principe KISS je demande à un vieil admin sys :
                    Est ce que systemd est modulaire ?
                    Car je lis tout et son contraire partout et ailleurs.

                    kentoc'h mervel eget bezan saotred

                    • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

                      Posté par . Évalué à 4.

                      Je me suis auto répondu en lisant l'excellente dépêche sur systemd

                      kentoc'h mervel eget bezan saotred

                      • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

                        Posté par . Évalué à 10.

                        Je ne connais pas très bien l'architecture de systemd, je ne veux pas trop dire de bêtises, mais j'ai l'impression que c'est bien modulaire oui, au sens où ce n'est pas un seul gros binaire. J'ai d'ailleurs vu que cet aspect lui était reproché. Je ne vois pas bien pourquoi.

                        Par contre, je comprendrais qu'on lui reproche de s'éloigner de la philosophie KISS : systemd rassemble beaucoup de fonctions qui étaient faites par des logiciels séparés. Donc c'est loin du KISS au pied de la lettre si on voit les choses comme ça. Si on interprête le KISS plutôt comme "décomposer un problème complexe en petites choses simples" : systemd s'en rapproche déjà un peu plus.

                        Je suis peut-être vieux, mais pas assez sage pour décider si systemd est KISS ou pas ;-)

                        Pour ma part, je trouve que systemd apporte une ossature qui manquait à Linux et que cela le rend plus simple et maintenable. Je n'ai pas pleuré sur sendmail quand postfix est arrivé. Pour l'instant, je ne regrette pas mes scripts d'init tout pourris. On verra dans quelques années si c'est une erreur ou pas. En tout cas, pas de quoi en faire un psychodrame humain et sociologique sur le déchirement d'une communauté ;-)

              • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

                Posté par (page perso) . Évalué à 10.

                Désolé Hervé, mais Zenitram avait très bien compris le sens de ma remarque.
                Pour moi, vieux dev = un gars qui n'a rien appris de neuf dans les 5 dernières années, et malheureusement, j'ai l'impression que c'est une majorité de devs qui sont comme ça.
                En tout cas, c'est la majorité de ce que je vois chez les clients de l'entreprise où je travaille.

              • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

                Posté par . Évalué à 7.

                Je moinsse, non pas pour le fond du commentaire mais pour la forme désastreuse, merci de garder un ton poli et respectueux, particulièrement envers ceux qui apportent une réponse argumentée.

                La tolérance, la liberté, tout ça, c'est aussi accepter le désaccord.

    • [^] # Re: Dans le logiciel libre, c'est ce qu'il faut faire

      Posté par . Évalué à 10.

      Pour moi ce fork n'a pas d'avenir. Mais s'ils ne veulent pas systemd, et bien c'est ce qu'il y a à faire.

      Pas nécessairement. Il est tout à fait possible de maintenir sysvinit dans Debian, rien ne l'empêche a priori.

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

  • # Comme d'habitude

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 29/11/14 à 13:25.

    Aujourd'hui, alors qu'une contestation naît à nouveau et, même s'il ne s'agit que d'une minorité, ignorer une minorité, quelle qu'elle soit, est incompatible avec les valeurs de Liberté et de Respect, à l'origine même du Logiciel Libre. Le schisme qui en résulte n'en est que la preuve évidente… avec son résultat, prévisible.

    Qui se rappelle du nom de ce fork de Gnome 1, plébiscité jusqu'en au moins 2009 sur le site gnomefiles (il tenait les premières places), mais que je n'ai jamais vu personne utiliser ?

    C'est malheureusement une réaction conservatrice courante, tous les grand projets l'ont vu passer : fork de Gnome 1, fork de Gnome 2, fork de KDE3… Le seul moyen pour ce genre de projet de survivre est de se construire une identité propre, les responsables du fork vont vite apprendre que "garanti sans systemd" n'est pas un schisme suffisant et qu'il va falloir prendre leur propre route, et y mettre les moyens pour arriver à tenir autrement que par l'apparence de quelques votes positifs.

    • [^] # Re: Comme d'habitude

      Posté par . Évalué à 1.

      les responsables du fork vont vite apprendre que "garanti sans systemd" n'est pas un schisme suffisant

      C'est ton avis, remarque que je le partage, ne pas avoir systemd n'est pas un avantage. Alors pourquoi aller vers ce fork ?
      Je parle d'un point de vu utilisateur, pas "idéologie", "pureté technique", etc.
      D'un point de vu utilisateur, les forks de Gnome étaient défendables. L'utilisateur peut préférer la philosophie des anciens Gnome. L'utilisateur normale en a rien à foutre que les logs soit dans une base de donnée, etc.

      Mais là…

      • [^] # Re: Comme d'habitude

        Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 29/11/14 à 13:46.

        Je pense justement que la plupart de ces forks était purement idéologiques, pour celui de Gnome 1 dont je parle, s'en est la définition même :
        - Une activité de développement à 0.
        - Un nombre de téléchargement quasi-nul.
        - Premières places dans la catégorie "vote des utilisateurs".

        Un genre de pâté pour troll quoi…

        • [^] # Re: Comme d'habitude

          Posté par . Évalué à 2.

          Le (ou les) fork Gnome a foiré. Ok.
          Il n'en demeure pas moins que je trouve que c'est défendable. Proposer une "expérience utilisateur" différente que ce que propose les nouveaux Gnome, même si c'est pour rester sur de l'ancien, est défendable.
          Par contre abandonner systemd, je vois pas ce que ça apporte pour l'utilisateur. Et dans utilisateur je mets aussi les admins.

          Bien sûr on peut dire que le fork de Gnome 1 est idéologique à l'instar de Devuan. Mais pire pour Devuan, ça n'a pas, ou archi peu, de raison d'être pour les utilisateurs.

    • [^] # Re: Comme d'habitude

      Posté par . Évalué à 6.

      il va falloir prendre leur propre route

      Je n'y connais rien mais sur leur nouveau site, il semble qu'il y aient pensé :

      Devuan will make an effort to rebuild an infrastructure similar to Debian, but will also take the opportunity to innovate some of its practices. Devuan developers look at this project as a fresh new start for a community of interested people and do not intend to enforce the vexation hierarchy and bureaucracy beyond real cases of emergency. We are well conscious this is possible for us mostly because of starting small again; we will do our best to not repeat the same mistakes and we welcome all Debian Developers willing to join us on this route.

      The Devuan distribution will make an effort to improve the relationship with both upstream and downstream and, particularly in its gestational phase, will do its best to accomodate needs of those downstream distributions willing to adopt it as base. We look forward to statements of interest from such distributions, as well involvement in this planning phase.

      Devuan will do its best to stay minimal and abide to the UNIX philosophy of "doing one thing and doing it well". Devuan perceives itself not as an end product, but a starting point for developers, a viable base for sysadmins and a stable tool for people who have experience of Debian. Devuan will never compromise for more efficiency at the cost of the the freedom of its users, rather than leave such concerns to the independent choices made by downstream developers.

      Perso je leur souhaite de réussir leur coup !

      • [^] # Re: Comme d'habitude

        Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 29/11/14 à 19:06.

        Devuan developers look at this project as a fresh new start for a community of interested people and do not intend to enforce the vexation hierarchy and bureaucracy beyond real cases of emergency.

        Plus je lis, et plus je vois des réglements de comptes internes de gens qui prennent les anti-systemd comme caution extérieure, comme excuse. Pas sûr que ce soit très productif (le dernier gros clash que j'ai vu, ffmpeg vs libav, semble faire un flop au niveau de ceux qui sont partis à cause de conflits internes, à confirmer).

  • # Le choc ?

    Posté par . Évalué à 10.

    j'imagine que ça doit faire un choc

    Pourquoi ? Debian, c’est déjà la distrib la plus forkée…
    Une de plus, une de moins… ils s’en foutent, non ?
    Ce qui compte c’est le nombre de contributeurs.

    • [^] # Re: Le choc ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Une de plus, une de moins… ils s’en foutent, non ?

      Les autres n'ont pas été forkées sur base d'un désaccord ou d'une division — et a fortiori d'une telle ampleur — mais plutôt d'une extension. C'est la raison de ce fork qui est… intéressante.

      • [^] # Re: Le choc ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 29/11/14 à 13:59.

        chaque fork est fait exactement car une chose ne plait pas dans Debian (ajouter ou pas, on s'en fout, c'est un choix des maitneneurs Debian d'avoir refusé, donc c'est bien pareil : proposer sa version face au refus upstream).
        c'est l'essence même d'un fork. Dire "c'est différent" est simplement ne pas comprendre pourquoi les autres forks existent.
        Ampleur? quelle ampleur? Ca fait que la n-ième annonce de fork de Debian à cause de systemd, rien de nouveau sous le soleil. On verra si ils tiennent dans le temps : des annonces de forks, on en lit souvent, des forks qui font une version moins, des forks qui vivent plus de 3 ans alors la…

        Ici, c'est juste une fork comme un autre, comme des centaines d'autres.

        C'est la raison de ce fork qui est… intéressante.

        Bof. rendez-vous quand ils auront bossé, pour voir si ils arrivent à faire une distro interessante (=que des gens vont utiliser, car il y aura des "plus" par rapport à la version originale, des choses que les gens ne peuvent pas faire "avec systemd")

        Perso, j'ai rarement vu des forks vivre si bien que ça : ça arrive quand le fork emmène la majeure partie de la communauté (exemple : LibreOffice), c'est déjà tendu quand ça amène la moitié de la communauté (exemple : libav a l'air d'être de moins en moins choisi, je vois plus de discussion sur des patch pour ffmpeg), alors quand c'est pour une communauté qui s'en fout tant que ça marche pour 99% des gens (exemple : le fork discusté) j'ai un gros doute sur la viabilité à long terme.
        En tous cas, rien de mieux que de se diviser pour perdre son temps face à la "concurrence", c'est simplement triste.

        Qui est prêt à ouvrir des paris sur le succès de ce fork dans 3 ans?

        PS : "2 anonymous DD" dans l'annonce, trop fort, ça sent les gens qui ont trop envie de ne pas se mouiller…

        • [^] # Re: Le choc ?

          Posté par . Évalué à 1.

          chaque fork est fait exactement car une chose ne plait pas dans Debian

          Donc tous les dérivés de Debian de ce schéma, sans exception, résultent d'un désaccord avec Debian, c'est bien ça? Puis-je te demander de développer, dans ce cas? J'ai besoin de preuves dans le cas d'un argument aussi radical. Il est probablement impossible de développer pour chacune de ces distributions; il me suffira que tu m'en montres quelques une pour lequel ce n'est pas le cas, c-à-d pour lesquelles ce que tu dit n'est pas vrai. Ceci dit, ce n'est peut-être pas à toi que je devrais demander ça. Peut-être aussi que demander ça tout court est déraisonnable en raison du travail que ça demanderait… Ce qui m'amène à déduire que ton affirmation est sans doute impossible à prouver où à réfuter.

          J'aurais pu aussi, c'est vrai, pu formuler ma phrase comme ceci:

          « Les autres n'ont probablement pas été forkées sur base d'un désaccord ou d'une division — et a fortiori d'une telle ampleur — mais plutôt sur base d'un désir d'extension (ou d'amélioration). »

          Ampleur? quelle ampleur?

          Celle du désaccord. Et, visiblement, c'est ce qui ressort de la conclusion du journal « Pourquoi les zélateurs et détracteurs de systemd ne s'entendront jamais ». La nies-tu alors que l'auteur lui-même constate l'ironie que systemd, au lieu d'unifier amplifie davantage le désaccord entre deux camps?

          la cruelle ironie est que systemd, dans sa tentative de supposément unifier les distributions, a créé comme aucun autre un immense fossé et a exacerbé à des degrés absolument anormaux les hostilités latentes entre le camp du bureau Linux et celui du Linux minimaliste.

          • [^] # Re: Le choc ?

            Posté par (page perso) . Évalué à -1.

            Puis-je te demander de développer, dans ce cas?

            Euh, ça me parait évident : pas besoin de faire un fork quand il suffit de proposer un paquet qui fait la même chose, le travail pour faire accepter le paquet est plus léger.
            Après, certes, tu pourras toujours trouver des masochistes qui préfère maintenir une distro entière plutôt qu'un paquet… (bon, en pratique, il y a surtout des égos qui veulent aposer leur nom certes, mais désolé je ne compte pas comme quelque chose d'utile).

            Je te retourne la question : pourquoi forker si tes modifs sont accéptées dans Debian? réponds juste à cette question… (ça marche aussi pour les patchs SystemV, à ma connaissance personne n'interdit aux gens de maintenir les patchs SystemV dans Debian, le vote n'a pas été d'interdire systemV, d'où le côté rigolo d'un fork juste "pour ça", ça sent le réglement de compte personnel et interne)

            • [^] # Re: Le choc ?

              Posté par . Évalué à -1. Dernière modification le 29/11/14 à 20:26.

              Euh, ça me parait évident : pas besoin de faire un fork quand il suffit de proposer un paquet qui fait la même chose, le travail pour faire accepter le paquet est plus léger.
              Après, certes, tu pourras toujours trouver des masochistes qui préfère maintenir une distro entière plutôt qu'un paquet… (bon, en pratique, il y a surtout des égos qui veulent aposer leur nom certes, mais désolé je ne compte pas comme quelque chose d'utile).

              Je suis d'accord avec toi mais tu n'as pas répondu à ma question: des distributions dérivées de Debian, dans le schéma de Wikipedia, toutes (à vue de nez je dirais qu'il y en a environ cent cinquante) résultent-elles d'un désaccord plutôt que d'un désir d'évolution (ou autre chose d'ailleurs). L'opposition se fait ici entre les termes désaccord et désir.

              Je te retourne la question […]

              Je n'y répondrai pas 1) parce que que tu te bases sur un cas particulier, pour lequel tu as absolument raison mais qui 2) ne constitue pas une réponse à ma question, celle qui porte sur les distributions du schéma Wikipedia.

              • [^] # Re: Le choc ?

                Posté par (page perso) . Évalué à -4.

                L'opposition se fait ici entre les termes désaccord et désir.

                Hein?
                Si une personne désire une chose et qu'une ne souhaite pas accepter ce désir, c'est un désaccord, point. Aucune opposition entre deux terme, la modif est acceptée ou elle ne l'est pas, pas de physique quantique la dedans, c'est un flag.

                un cas particulier

                Non, tu veux juste trouver une excuse pour ne pas rentrer dans le cadre général, fuir pour ne pas avoir à afronter la logique en répondant.
                Note : j'ai déjà répondu à un cas particulier toutefois (l'égo de la personne qui veut mettre son nom plutôt que de n'être qu'un paquet en plus et qui du coup ne tente même pas de proposer) qui est sans doute la raison pour bon nombre de forks mais n'apporte finalement pas grand chose donc je passe toujours sur cette raison pour la discussion.

              • [^] # Re: Le choc ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                résultent-elles d'un désaccord plutôt que d'un désir d'évolution

                Les fork de Debian ne peuvent être le fait que :

                1) d'un désir exposé en bonnet difforme sur les ML ou que sais-je, et refusés par Debian (et je ne me prononce pas sur la pertinence ou non de ce désir, ce n'est pas la question), donc d'un désaccord sur la pertinence de ce désir
                2) d'un désir même pas débattu parce que fondamentalement incompatible avec Debian donc d'un désaccord sur le contrat Debian
                3) d'attention whores

                (à noter que je ne porte pas de jugement de valeur sur les forks des cas 1 et 2)

                • [^] # Re: Le choc ?

                  Posté par . Évalué à 6.

                  4) d’asociaux qui préfèrent prendre la peine de forker plutôt que de chercher à s’intégrer dans une organisation existante

          • [^] # Re: Le choc ?

            Posté par . Évalué à -1.

            Cré' Jamseye va te revoilà :-)

      • [^] # Re: Le choc ?

        Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 29/11/14 à 14:10.

        C'est la raison de ce fork qui est… intéressante.

        Ah… j’avoue que l’intérêt m’échappe, mais bon, je ne vois déjà pas l’intérêt de 99,99 % des distribs Linux, alors je suis sans doute mal placé. (Je ne comprends même pas l’intérêt qu’il y a taper apt-get au lieu de pacman ou de yum, tout ça pour installer les mêmes logiciels que les autres, preuve irréfutable de mon esprit limité…)

        Souhaitons le succès à Devuan, ils auront alors autant de forks que Debian, probablement pour des raisons que les devs de Devuan jugeront futiles et sans intérêt, mais c’est sans importance…

        • [^] # Re: Le choc ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Je ne comprends même pas l’intérêt qu’il y a taper apt-get au lieu de pacman ou de yum, tout ça pour installer les mêmes logiciels que les autres

          La raison n'est pas tant dans le logiciel utilisé mais dans la manière dont les paquets sont intégrés dans les repo de la distribution ou que tu as ajouté manuellement:

          • Archlinux accepte à peu près tout du moment que ça builde (en tout cas dans AUR), puis ça peut monter graduellement dans community jusqu'à core en fonction de l'utilité
          • Debian met un accent énorme sur la stabilité des paquets, quitte à être plusieurs versions de retard par rapport à upstream (surtout qu'ils sont à peu près tous bénévoles donc le travail d'intégration est fait en fonction de qui a le temps de bosser dessus le soir après le boulot)
          • Red Hat est une boîte commerciale. Les paquets inclus dans les repos doivent bien entendu être stables, mais je pense ne pas m'avance trop en disant que les clients de Red Hat ont sans doute plus de poids dans la décision des paquets inclus par défaut, et que Red Hat a sans doute beaucoup plus de moyens pour faire avancer les choses dans leur distribution que Debian.

          Tout le problème vient de l'intégration entre les paquets et la gestion des dépendances, qui est différente dans chaque distribution… heureusement, Lennart a un plan pour ça.

          • [^] # Re: Le choc ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Red hat a aussi d'autres contraintes. La ou le fait de rajouter un paquet dans Debian implique pas grand chose sur le long terme, le fait de rajouter un paquet dans RHEL implique d'avoir une vérification des licenses ( et des brevets ), le fait de faire un audit sommaire et/ou poussé de sécurité ( en fonction du paquet, de la criticité, etc ), le fait de s'assurer que le support soit capable de répondre ( donc des formations, de la doc ), d'avoir de la doc, parfois traduite. Et le fait d'avoir des ressources internes pour tester et corriger les bugs. Et faire évoluer aussi le projet.

            Et tout ces gens ( car oui, c'est des humains ) ont un cout. Donc les clients ont du poids, mais surtout parce qu'ils payent pour faire le boulot, et avoir des gens est le principal poids bloquant dans le libre, car des idées, on en a tous des tonnes :)

  • # Pourquoi un fork?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    J'ai pas forcément tout suivi, mais je ne comprend pas pourquoi il faut forker plutôt que de proposer des patchs de maintenance de SystemV : si des personnes n'ont pas le courage de maintenir les patchs pour SystemV dans la distro principale, j'ai du mal à imaginer qu'ils prendront le temps pour maintenir une distro complète et la faire évoluer (c'est que ça prend du temps).

    Faut qu'on m'explique l'apport d'un fork par rapport à des patchs pour garder SystemV, bref un fork "juste" à cause de systemd (on ne forke pas pour avoir KDE à la place de Gnome dans Debian…).

    • [^] # Re: Pourquoi un fork?

      Posté par . Évalué à 7.

      Je suis assez d'accord.

      il y a de bonnes raisons de passer à Systemd
      il y a de bonnes raisons de rester sur init

      je pense qu'une des caractéristiques de Debian est la discussion et le consensus. Par contre quand la décision est prise, il ne sert à rien d'y revenir. Le passage a systemd a généré des discussions, des votes, et systemd a été adopté.

      Pondérer son opinion est un biais.

    • [^] # Re: Pourquoi un fork?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je suis bien d'accord avec toi !

      L'installeur Debian propose maintenant directement de choisir entre les différents principaux bureaux disponibles (gnome, kde, xfce, etc). Pourquoi ne pas déployer l'énergie du fork sur un système permettant de choisir SystemV ou systemd ? Et bosser dur pour que tous les paquets aient leur script d'init et leur service systemd.

      Sachant que leur fork, pour l'instant, se dirige plutôt vers une modif de l'installeur qui met SystemV plutôt que systemd plutôt qu'un fork complet, je trouve que c'est du temps gaspillé de faire ça à côté plutôt que d'essayer de l'intégrer à Debian en tant que choix. Mais bon, c'est leur temps, il en font ce qu'ils veulent.

      It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

      • [^] # Re: Pourquoi un fork?

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Curieusement la série d'article sur systemd m'a poussé a tenter un apt-get install systemd sur une Debian stable, l'ordinateur a redémarré, les services fonctionnent, je suis passé du côté de mal et je ne me rends compte de rien. Je sais que la preuve par l'anecdote n'est pas recevable mais je vous assure que sans cette série de journaux je n'aurais jamais pensé à me lancer à un changement du système d'init.
        Si je trouve des avantages ou des inconvénients je ne manquerai pas d'écrire un journal, mais là je reste un peu sec: qu'est-ce que je ne peux plus faire? Que puis-je faire qui m'était impossible?
        Je ne dis pas que je ne suis pas intéressé par le comment des choses, mais là….
        Donc je pose la question: qu'est-ce que ça chage en terme d'expérience utilisateur, si mon cas se généralise je ne donne pas cher de ce fork.

        • [^] # Re: Pourquoi un fork?

          Posté par . Évalué à 8.

          Peut-être que ce journal t'aidera à comprendre.

        • [^] # Re: Pourquoi un fork?

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Que puis-je faire qui m'était impossible?

          Il faut quand même dire que beaucoup de choses sont possibles sans systemd, cependant, ce dernier les facilitent. Le point principale, je pense, est de pouvoir modifier le démarrage d'un service sans qu'il se fasse écraser (ou que la question soit posée) à la prochaine mise à jour de la distribution. Par exemple, avec sysv, si tu modifie /etc/init.d/myservice, Debian va te proposer de l'écraser par la version du mainteneur s'il a été modifié par celui-ci. Avec systemd, les fichiers de la distribution vont dans /usr/lib/systemd/ et les fichiers de l'administrateur dans /etc/systemd. C'est beaucoup plus propre.

          Un autre point (mais qui concerne plus un usage serveur), c'est le démarrage dans un cgroup, ça veut dire que quand tu fais un stop, tu peux être sûr que tous les processus liés à ton service sont bien tué. Ça évite les comportements bizarres quand tu fais un restart. Ça veut aussi dire que tu peux limiter la consommation de ressource de chaque service.

          Un détail pratique, c'est systemd-anaylse qui peut analyser le temps de démarrage de chaque service, si tu as un démarrage très lent, tu peux voir la chaîne de dépendance qui te ralentit. Et même, sans avoir un démarrage lent, en l'utilisant j'ai vu que certains services non-critiques prenaient beaucoup de temps à démarrer à cause d'un problème de configuration.

          Il y a une intégration de SELinux/Apparmor mais je ne connais pas ces technologies, je ne peux donc pas dire si c'est utile.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Pourquoi un fork?

          Posté par . Évalué à 2.

          oui j'ai fait la même chose.
          => systemd passé en mode maintenance (mode qui se fige aléatoirement en fait).

          bref, parce que ton expérience est superbe, ne veut pas dire que toutes les sont…

          (conclusion finale, je suis passé sous Qubes, qui utilise aussi systemd car basé sur fedora, mais avec une philosophie différente).

    • [^] # Re: Pourquoi un fork?

      Posté par . Évalué à 3.

      Pourquoi un fork?

      Je perçois ce fork comme la plus politique des réponses face à un problème de fond qui est politique, comme expliqué par l'auteur de uselessd. Le fork est inutile et constitue un gaspillage de ressources et d'énergie précieuses dont on se serait bien passé, c'est vrai. Mais je pense aussi que, rien n'étant définitivement… définitif en ce bas monde, le message envoyé par ce fork politique sera suffisamment fort et provoquera un rassemblement des forces, pour améliorer ce qui doit être amélioré et, surtout, rassembler les deux parties, aujourd'hui opposées, en ce qu'elles ont de meilleur à proposer.

      • [^] # Re: Pourquoi un fork?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        C'est aussi l'occasion d'avoir les mains libres. Bien que je pense que les gens sous estiment les ressources pour faire un fork, je comprends aussi la position visant à avoir au moins un endroit pour rassembler les gens pas contents. Ensuite, je pense que malgré les efforts louables, et au vue de certaines personnalités qui viennent tourner autour du fork, j'ai peu d'espoir dans le dit fork.

        Mais Debian va réussir à se débarrasser d'une partie de sa communauté ( genre tout les gens qui ont poussés les gens à partir du projet ces dernières semaines ), et ça ne peux pas être plus mal.

    • [^] # Re: Pourquoi un fork?

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Pour les donations.

      On remarquera que les "vétérans" n'ont toujours pas dit qui ils étaient, pas produit grand-chose, mais qu'ils ont déjà tout prévu pour les donations.

  • # Encore systemd...

    Posté par . Évalué à 10.

    Mon stock de pop-corn commence à tomber bien bas…
    Il faut que je me ravitaille illico-presto. ;-)

    Hop,
    Moi…

  • # Incompatible ?

    Posté par . Évalué à 2.

    il semble que systemd tienne plus d'une révolution qu'une évolution, puisqu'incompatible avec SystemV, entre autres…

    pas vraiment non http://www.freedesktop.org/wiki/Software/systemd/Incompatibilities/ , systemd est en grand partie compatible avec les initscripts.

    • [^] # Re: Incompatible ?

      Posté par . Évalué à 2.

      • [^] # Re: Incompatible ?

        Posté par . Évalué à 5.

        Mais quelles autres interfaces présente-t’il, avec lesquelles il faudrait assurer la compatibilité ?

        À pars rajouter que systemd n'est pas compatible avec /etc/inittab (mais en gère toutes les capacités, différemment), je ne voit ptrop ce qu'on pourrait rajouter à cette page.

        • [^] # Re: Incompatible ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          En pratique, upstart n'etait pas compatible inittab non plus et y a eu 0 personnes qui ont ralés pour ubuntu et rhel6.

          En pratique aussi, rajouter un outil qui lit inittab et qui donne une unité systemd, ç'est assez trivial, je penche pour une après midi de boulot. Le fait que personne ne se charge de le faire depuis 4 ans laisse penser que ça intéresse pas grand monde en pratique.

      • [^] # Re: Incompatible ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        D'accord, donc les arguments des anti-systemd du type "au moins mon systemV il se contente de lancer mes initscripts dans l'ordre que j'ui dit" sont caduques ?

        • [^] # Re: Incompatible ?

          Posté par . Évalué à 2.

          Tu peux spécifier l'ordre (enfin, les dépendances).

          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

  • # C'était inévitable...

    Posté par . Évalué à -2.

    …Mr Anderson.

  • # trop de bruit pour rien

    Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 29/11/14 à 23:30.

    du bruit et du bluff

    Je crois franchement que c’est juste du bruit, et que le bruit ne mérite pas autant de publicité.

    Du bruit donc, fait par des personnes qui s’autoproclament « nous les administrateurs systèmes vétérans d’unix » (ah oui ?), qui en d’autres occasions se vantent de pratiques d’administration étonnantes du genre « je fais tout en root parce que je suis sur mon propre ordinateur dans ma propre maison » et qui présentent leur méthode ainsi :

    1. Envoyez vos sous
    2. Venez faire le boulot

    Et alors qu’ils ne sont qu’à ce niveau là, annoncent déjà qu’ils vont refaire tout Debian, avec la branche stable, testing et unstable (ouioui), alors qu’ils n’ont ni argent ni contributeurs, et que lorsqu’on pose la réponse « êtes-vous tous seul ? », ils répondent « non, il y a plein de mécontents de systemd », ce qui signifie « qui pourraient nous rejoindre », ou pas.

    Ce truc ressemble à un énorme coup de bluf, coup de bluff bien ficelé, mais du bluff. D’ailleurs c’est comme ça que les choses marchent dans notre monde médiatique: il faut un nom (Veteran Unix Admin) et se proclamer expert (Veteran Unix Admin). C’est assez significatif : l‘info se répand comme une traînée de poudre mais sont toujours aussi seuls.

    Par exemple, leurs sites sont composés d’une seule page à chaque fois et avec beaucoup de troll dedans, tout le monde glose sur le troll mais personne ne clique sur les rares liens sérieux présents sur ces pages, comme par exemple les liens des dépôts qui sont complètement ignorés (et après ça réclame une do-ocractie)…

    quand des projets bien en vus sont instrumentalisés pour colporter du bruit, l’exemple neo900

    Bref, cette histoire fut pour moi l’occasion de me retrouver embarqué dans un troll systemd pour la première fois, et ça c’est passé comme ça pour moi :

    Mon lecteur de flux rss remonte un nouvelle du projet neo900, que je m’empresse d’ouvrir, et là je suis étonné, au lieu de diagrammes, de schémas, de considérations sur le développement de ce téléphone, un seul lien sans aucun commentaire ni explication et répété 6 fois. Ce lien était http://devuan.org, adresse que je voyais pour la première fois de ma vie.

    La page du projet neo900 ressemblait à cela hier:

    neo900 devuan troll

    Alors je vais sur le chan #neo900 et je dis « hum, il semble qu’il y ai du spam dans votre µblog ».

    Ce à quoi l’un s’empresse de rire et de me répondre « il semble qu’il y a du spam dans mon ordi depuis la dernière mise à jour ». Un autre soulève « il serait bon de rester un peu en retrait de ces problèmes pour ne pas effrayer les donateurs », mais cela ne le refroidit pas.

    Je leur fait remarquer que si les gens du projet neo900 se font eux aussi appeler « Veteran Unix Admin » comme ceux qu’a très bien décrit MISC, alors le projet neo900 cesse d’être intéressant pour ceux qui comme moi voient dans le neo900 l’opportunité d’un téléphone sécurisé. On me répond que ce raisonnement est fallacieux et que si je cherche la sécurité, je devrais avoir mieux affaire qu’utiliser systemd (et ce n’est pas fallacieux ça ?).

    Je réponds que je n’en ai rien à faire de systemd mais que je les mets en garde à propos d’un troll en page d’accueil de leur site et qu’ils sont en train de mettre en jeu leur réputation publique.

    Celui qui s’était empressé de rire se met alors à expliquer comment systemd détourne toutes les distributions et pille les concurrents (argument pas très fallacieux hein), et surtout, surtout, qu’il a eu des problèmes avec pulseaudio dans le passé (argument pas du tout fallacieux non).

    À aucun moment il ne remarque qu’il a utilisé le µblog officiel du projet neo900 à la place de son twitter personnel, et quand un autre lui fait remarquer que ça pourrait être bien de laisser la communication publique du projet net de ce genre de considération politicienne, il répond qu’il ne voit pas le problème. Au final, le seul résultat fut qu’il a réduit sa liste de liens de 6 à 3, toujours sans commentaire, toujours en page d’accueil du projet.

    neo900 devuan troll

    Bref, voilà comment des trolls profitent de leur situation bien placée pour relayer d’autre trolls, et ce aux dépends des autres projets comme le présent projet neo900 pour lequel j’ai beaucoup d’estime, et dont je suis désolé de le voir se faire instrumentalisé par des trolls.

    ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: trop de bruit pour rien

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Il y a pourtant une logique certaine à concilier les réacs qui veulent que l'Histoire de l'init s'arrête à SystemV et ceux qui veulent que l'Histoire de l'informatique personnelle de poche s'arrête au N900.

    • [^] # Re: trop de bruit pour rien

      Posté par (page perso) . Évalué à -10. Dernière modification le 30/11/14 à 08:50.

      Bienvenue, tu auras mis le temps :) mais tu viens de découvrir toute la beauté de la compétance et des arguments des anti-systemd.
      bon, maintenant il reste aussi à te rendre compte que le projet neo900 est du même accabit (c'était déjà connu depuis le temps où se nom vivotte sur le web à coup de "promis, l'année prochaine bla bla bla", mais vu leur réaction à propose de systemd ça semble clair que c'est juste un truc pour le fun qui ne verra jamais le jour)

      Après, rien d'étonnant, le deux projets dont tu parles ont un point commun : la résistance au changement (qu'est-ce que le neo900 à part une résistance au changement, hein?)

      Prêt à enlever le projet neo900 de tes flux RSS ou tu y essayes encore d'y croire un peu à la nostalgie?

      les anti-systemd, les trolls venus remplacer ceux qui sont morts sur le champs de bataille.

      • [^] # Re: trop de bruit pour rien

        Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 30/11/14 à 20:28.

        Bienvenue, tu auras mis le temps :)

        Tu ne me connais pas, et je ne te dois rien.

        Mais tu viens de découvrir toute la beauté de la compétance et des arguments des anti-systemd.

        Tous ce que j’ai vu je l’avais déjà entendu rapporté par d’autres. En fait, l’essentiel de mon message porte moins sur systemd que sur la manière dont les anti-systemd font du bruit, par exemple en vampirisant des organes de communications de projets qui n’ont rien à voir pour faire du référencement, comme ici où un gars de neo900 colle 6 liens en page d’accueil de neo900 vers devuan.org, alors que le projet neo900 n’a pas pour mission de résoudre les problèmes d’init de Debian.

        Prêt à enlever le projet neo900 de tes flux RSS ou tu y essayes encore d'y croire un peu à la nostalgie

        Nostalgie de quoi ? Je suis le projet neo900 avec intérêt parce que je suis par exemple extrêmement satisfait de ma pandora et que je vois dans le projet neo900 l’occasion d’avoir un smarthpone avec une expérience proche que celle que j’ai sur ma pandora. Je vais développer cette analogie pandora/neo900 parce que cette analogie est bonne pour montrer la distinction entre les motivations du concepteur et les motivations de l’acheteur, que ces motivations peuvent être frontalement opposés mais que pourtant, les concepteurs et les acheteurs peuvent être d’accord sur le produit.

        La pandora :

        pandora

        La pandora a été conçue pour être une console de jeu de poche.

        • Je n’ai jamais acheté de console de jeu de poche
        • Je n’ai jamais eu de console de jeu de poche
        • Je n’ai pas besoin de console de jeu de poche

        La pandora est tout à fait adaptée à servir de baladeur multimedia.

        • Je n’ai jamais acheté de baladeur multimédia
        • Je n’ai jamais eu de baladeur multimédia, non, pas même un lecteur mp3 noname, jamais, même pas un S1
        • je me passe très bien de baladeur multimédia

        J’ai acheté la pandora pour me servir d’ordinateur portable de poche. Je peux utiliser dessus un système d’exploitation de bureau comme GNU/Linux, et de n’importe où je peux lancer des applis d’ordi de bureau, comme firefox ou libreoffice, et je peux administrer à distance le parc des différentes entitées pour lesquelles je travaille. Hop en deux temps trois mouvement on m’appelle pour un problème technique, hop j’ouvre le coquillage, hop je partage la connexion internet de mon téléphone, hop je suis dans la place.

        Autre avantage, je peux partir trois jours sans charger la batterie, et avec une batterie de pandora, je peux charger deux fois mon smartphone. J’ai deux batteries pour ma pandora, donc je peux partir trois à quatre jour en ayant dans la poche un ordinateur complet, un téléphone, et une connexion internet fonctionnelle pendant tout ce temps sans chercher une seule prise de courant.

        Bon maintenant que je l’ai cette pandora, il m’arrive de jouer en voyage avec, ou de regarder des films ou d’écouter de la musique avec dans le train. Mais je ne l’ai pas achetée pour ça, je n’aurais jamais acheté la pandora comme console de jeu ou comme baladeur multimédia. Je suis peut-être le 0.1% de leur public, mais le produit qu’ils ont développé me convient très bien.

        Je peux avoir Debian sur mes serveurs, sur mon poste de travail, et dans ma poche. Ici je ne parles pas de Debian comme un choix politique ou une question de goût, mais Debian comme méthode de travail : je peux déployer ma méthode de travail du serveur à ma poche.

        La pandora est un peu grosse par rapport à certains smartphones et il faut une grosse poche, mais ses quelques centaines de grammes sont rien à coté des 4 ou 5 Kg de matériel photo que je peux embarquer parfois, et je suis sûr d’avoir toujours un véritable ordinateur avec une vraie distrib même quand je n’ai pas la place dans mon sac de mettre un ordinateur standard.

        Autre avantage très intéressant, la pandora a deux ports de carte SD, grâce à elle, j’ai dans la poche ou dans un coin de mon sac un appareil capable de faire des transferts de carte à carte, ou bien, avec un disque du externe, de vider mes cartes mémoires sur le disque dur externe.

        Maintenant revenons au neo900.

        Le neo900 :

        neo900

        Le neo900, comme son nom l’indique, veut refaire revivre le projet n900, je suppose que tu fais référence à cela lorsque tu parles de nostalgie.

        • Je n’ai jamais eu de n900
        • Je n’ai même jamais vu ni touché de n900 de toute ma vie
        • Je n’ai jamais désiré de n900

        Il n’y a donc aucune nostalgie.

        Accessoirement, le projet neo900 réutilise énormément du travail que le projet openmoko a abattu. Aussi, les developpeurs des projets pandora et son successeur pyra et ceux du projet neo900 se connaissent et collaborent parfois.

        Je n’ai jamais eu d’openmoko donc de ce coté là, la nostalgie est complètement absente, aussi.

        En fait j’attends du neo900 la même chose que j’attendais de la pandora, avoir dessus un système connu que je connais bien, peu importe que la logithèque android/ios soit absente, et de pouvoir avoir Debian sur mon serveur, sur ma pandora, et sur mon téléphone. Le fait que le neo900 mime le n900 me passe complètement par dessus la tête. Je m’intéresse au neo900 parce qu’il est le dernier projet (en terme de chronologie) de téléphone de ce type à être développé. Le projet neo900 m’intéresse parce que je rêverai de pouvoir un jour (mais je ne l’ai jamais fait encore) pouvoir administrer mon téléphone comme j’administre ma pandora.

        qu'est-ce que le neo900 à part une résistance au changement, hein?

        Le projet neo900 est pour moi l’opportunité de faire quelque chose de tout à fait nouveau et unique, que je n’ai jamais fait ni toi même n’a jamais fait, il ne s’agit donc pas de résistance au changement au contraire.

        Mon smartphone est actuellement un iphone fourni par ma boîte. Si je résistais au changement, mon prochain téléphone serait un iphone, pas un neo900.

        Avant cet iphone j’avais un smartphone non android non iphone : un samsung tocco qui a 6 ans et qui a encore des avantages sur de nombreux iphones.

        Avant le tocco, j’avais un RX 80 pico, j’ai eu le v1 et le v4, le pico c’est ça, ça a les dimensions d’une carte de crédit (mais plus épais) et ça coûte 7€.

        Le Pico :

        RX 80 pico v4

        Je n’ai pas un grand besoin pour mon smartphone, l’actuel n’a quasiment aucune application tierce installé, l’ipod intégré ne contient qu’une seule piste depuis le jour où j’ai réussi d’en transférer une mais ça s’est arrêté là, et il n’y a pas de jeux. En fait je crois que les rares applications que j’ai installé ont été installées via cydia, et donc apt. Ironie.

        Bref, nostalgie mon c*l, je n’ai pas les usages du grand monde, et quand je veux faire des choses qui ne sont pas basiques, je veux faire des choses avant-gardistes que personne ne fait encore.

        D’ailleurs c’est exactement l’expérience que j’ai avec ma pandora, quand les gens voient ma pandora dans ma poche ils rient sous cape en pensant que c’est un walkman à cassette (c’est à peu près le même volume), et puis plus tard quand ils me voient travailler avec ils sont tous émerveillés autour de moi « oh p*t**n c’est trop bien ça existe, comment on s’en procure, c’est trop cool, ouah on peut même faire ça ? » alors qu’ils ont tous des tablettes ou des smartphones dernier cri. Bref, je suis pas là pour impressionner les gens, mais si une pandora peut impressionner les gens (et « tous les gens ») et est vue comme de l’avant-garde, si je vise la même expérience avec un neo900, c’est tout sauf par nostalgie.

        Le neo900 a un vrai clavier, on peut installer une debian dessus, le neo900 a un tuner FM et un émetteur FM, et accessoirement je travaille pour une radio FM et l’idée de pouvoir développer mes propres outils de diagnostique sur mon téléphone est séduisant.

        Il y a plein de téléphones android qui ont des spécifications similaires au neo900, mais l’idée de déployer un outil sur la Debian de mon téléphone comme je le déploie sur la Debian de mon poste de travail est séduisante, très séduisante.

        Non, je ne suis pas nostalgique, je veux faire des choses que personne ne fait encore, le neo900 est un bon candidat pour cette avant-garde.

        ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

        • [^] # Re: trop de bruit pour rien

          Posté par . Évalué à 4.

          Tu m'as presque donné envie d'un Neo900 dis donc…

          • [^] # Re: trop de bruit pour rien

            Posté par . Évalué à 4.

            Moi il m'a donné envie de créer un RX80 pico avec bluetooth et data 3G/4G (un petit truc qui reste dans la poche et qui sert à téléphoner) et de me balader avec une Pandora dans la poche, ainsi toujours connectée.

    • [^] # Re: trop de bruit pour rien

      Posté par . Évalué à -4.

      C'est pareil pour ce journal, aucun argument contre systemd, mais c'est de bon alloie de leur faire la morale, comme un prof incompétent qui cherche a garder la tête haute.

      Le préjudice humain, il est du côté des dev de systemd, menacés de mort. Venir critiquer la methode, c'est adjoindre l'ignorance à l'incompétence.

    • [^] # Re: trop de bruit pour rien

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Ah Joerg Reisenweber , aka doc_scrutinizer. Un mec incapable de garder son calme bien longtemps et de ne pas se lancer au mieux dans des diatribes sur irc, au pire de commencer à insulter les gens.

      Il est sans doute compétent d'un point de vue technique, mais du peu que j'ai vu sur le canal du projet openmoko au fil des ans, il m'a pas donné envie de contribuer, plutôt de fuir

      Dans le même genre, j'ai vu un autre Joerg bien connu venir sur leur irc, le renommé développeur de cdrtools, visiblement encore vexé par cdrkit ( en 2006 ).

      Je m'attends à tout moment de voir ESR débarquer avec un tshirt "Theo for président" pour conseiller le projet sur la manière de rassembler une communauté saine ou les insultes ne volent pas.

  • # Sur un autre sujet

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Je pense que j'ai déjà dit tout ce que j'avais à dire sur le sujet, mais la position de Roger Leigh me parait relativement déconnecté de la réalité.

    Il y a un grand nombre de personnes de Debian qui viennent du monde universaitaire, et un grand nombre de papiers académiques qui utilisent Debian comme base. Il y a des expérimentations comme Debian Gnu/Hurd et Debian kfreebsd, des portages sur des architectures expérimentales et/ou inutilisés. J'ai même vu des gens tentaient de porter minix avec Debian comme base.

    De part son cycle de release, Debian est en effet pas la plus adapté à une quelconque expérimentation, vu qu'il n'y a pas de possibilités rapides de mises à jour des paquets en dehors de la sécurité. mais ça ne change pas le fait que ça reste une distribution qui est utilisé pour ça.

    Des projets comme netbsd et freebsd innovent bien plus ( il suffit de voir libxo, pf, capciscum et tout un tas de trucs du même genre ).

    Donc sa position me parait juste démagogique, et cherche à faire peur sans donner de vrais problèmes qui pourrait être corriger à temps.

    De plus, qualifier systemd d'expérimental alors que c'est poussé dans RHEL 7/Centos 7, que le projet existe depuis plus de 4 ans, qu'il est présent en option dans la dernière stable ( et qu'il marche sans souci, au contraire de selinux qui est la depuis des années dans Debian sans vrai support ), et tout ça sans donner le moindre argument, c'est assez dur de le prendre vraiment au sérieux, car soit il est vachement partial ( ce qui est pas étonnant venant d'un mainteneur de sysvinit ), soit il a l'air d'ignorer la réalité que je viens d'énoncer.

    C'est un peu une constante dans certaines critiques, c'est de ressortir des choses que tout le monde sait quand on regarde un peu, mais d'appliquer ça à systemd pour faire peur aux masses ignorantes.

    Je pense que le fork est légitime et je leur souhaite du courage car ils vont en avoir besoin, je suis déjà passé par la, donc je m'estime qualifier pour dire "la, ils vont dans le mur" et y a un certain nombre de points qui me disent que ça va être dur pour eux. Et ce genre d'attitude vis à vis de l'expérimentation est mauvaise, surtout vu que Devuan vise à moderniser l'infra de contributions ( en utilisant par exemple, github, en passant via jenkins, etc ). Autant dire que si des dissensions internes arrivent en semaine 1, je suis pas sur que la communauté grandisse de manière constructive ( encore une fois, je pourrais donner des exemples ).

    • [^] # Re: Sur un autre sujet

      Posté par . Évalué à 10.

      Donc sa position me parait juste démagogique, et cherche à faire peur sans donner de vrais problèmes qui pourrait être corriger à temps.

      J'ai bien conscience que Roger Leigh n'est pas très connu du "grand public linuxien" si tant est que cette expression veuille dire quelque chose, mais là quand même. Ca fait depuis 2010 qu'il travaille avec Lennart Pottering, Kay Sievers et les mainteneurs Debian vis à vis de systemd (et des sytèmes d'init en général).
      Même si il n'explique pas en profondeur toutes les raisons de sa volonté de participer à un fork de Debian (Il est bon de rappeler que ce n'est pas lui qui forke d'une part, et qu'il n'a jamais dit qu'il arrêterait de participer à Debian en même temps d'autre part) il donen quand même pas mal de piste.
      Mais surtout toute personne curieuse qui fait un poil de recherche se rend compte que des problèmes dans systemd il a en relevé pas mal au cours de ses dernières années et qu'à chaque fois qu'il a relevé un problème il a proposé une solution. Il est arrivé sur le projet Debian en 2002 à 22 ans avec déjà pas mal de package et de travaux à son actif. Il était très favorable à systemd au début systemd is right at the top of the list et ce après avoir jeté un oeuil à d'autres implémentations comme OpenRC.
      Il a notamment longuement participé à la discussion sur la séparation du /usr (qui est parfaitement supportée par Debian) et des conséquences que systemd pourrait avoir, ainsi que les diverses solutions que l'on peut apporter mount /user during init et de façon générale il a très longuement discuté son point de vue pendant la troisième partie du sondage init : Mailing List Debian

      Donc des arguments il en a sorti des pelletées. Il n'a pas jugé utile de tous les rappeler dans son mail dans lequel il se dit prêt à participer à un fork - mais très honnêtement ce n'était ni le lieu ni le moment.

      Donc
      a) Roger Leigh n'est pas à l'origine du Fork (du moins pas à ma connaissance).
      b) Il n'abandonnera probablement pas Debian même si il aide sur Devuan.
      c) Il expose son opinion et ses arguments depuis des années.

      Voilà voilà.

  • # Errare linuxfrum est

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    La véritable erreur est de lire Moronix.

    Debian Consultant @ DEBAMAX

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.