Journal B.P. déjà 4 Milliards. Microsoft pas plus de 5 Dollars.

Posté par .
Tags : aucun
22
27
juil.
2010
Dixit le CLUF:
(...) l'entière responsabilité de Microsoft ne sauraient excéder le montant que vous avez effectivement payé pour le Produit ou 5 dollars US (US$ 5,00), si ce montant est plus élevé.

Ce sont les dirigeants de BP qui vont être contents !

L'O.S. de Microsoft a apparemment été un des chaînons fatals à la plate-forme de forage Deep Horizon, responsable de la plus grande catastrophe écologique aux états unis.

Selon l'employé en charge, une des machines de surveillance du forage était tombé dans un état BSOD (Écran_bleu_de_la_mort). La machine donc était incapable d'effectuer une remontée des paramètres critiques et émettre des alertes à l'équipe de forage.
La machine était en BSOD récurrent depuis plusieurs mois.

De toutes façons, cela faisait 5 ans que les alarmes avaient été désactivées pour plus de tranquilité.

Choix d'un OS archaïque et non prévu pour les environnements critiques et procédures non respectées. BP ne peut être qu'à blâmer.
  • # ref

    Posté par . Évalué à 10.

  • # BSOD et responsabilité

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Premièrement, la machine faisait tourner un prog de surveillance dont microsoft n'est pas responsable.

    Deuxièmement, si un problème arrive sur une machine de BP, c'est à BP de s'en occuper pas microsoft.

    Troisièmement, il faut prouver que ce problème de BSOD est dû à l'OS et pas à un driver/périph/programme à la con rajouté par BP.

    Quatrièmement, quand bien même cela viendrait de l'OS, la responsabilité de la machine revenait à BP et non à microsoft et c'est BP qui a fait le choix de la machine, de l'OS et du programme de surveillance.

    Ça devient ridicule ce genre d'attaque à la con.
    • [^] # Re: BSOD et responsabilité

      Posté par . Évalué à -1.

      Tout à fait d'accord.

      Soit Microsoft est impliqué et je doute que dans ce cas il y ai ce genre de CLUF entre BP et Microsoft.
      Soit il n'y a pas eu de contract et c'est le département informatique de BP qui est à mettre en cause

      C'est du sensationnalisme, pas de l'info ...
    • [^] # Re: BSOD et responsabilité

      Posté par . Évalué à 10.

      Qu’est-ce qui est difficile à comprendre dans « BP ne peut être qu'à blâmer. » ?
      • [^] # Re: BSOD et responsabilité

        Posté par . Évalué à -1.

        Qu’est-ce qui est difficile à comprendre dans « BP ne peut être qu'à blâmer. » ?

        C'est de l'anti-américanisme primaire voyons. (c'est pourtant un groupe british :) )!

        Tout comme la crise économique, il reste tout à fait inimaginable d'accuser les US sous peine d'être traîter, au mieux, anti-américain primaire, au pire, antisémite!

        Je suis d'accord avec vous, c'est incohérent mais c'est juste la réalité imposée.
    • [^] # Re: BSOD et responsabilité

      Posté par . Évalué à 10.

      Moi je vois pas de problème.

      Premièrement: relis la dernière ligne.

      Deuxièmement: Pour quelle raison une entreprise peut se dégager de la responsabilité des défaillances de ses produits ? Ah, par le "cluf"... d'où le titre.
      • [^] # Re: BSOD et responsabilité

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Effectivement j'ai bien lu la dernière ligne...

        Mais mettre en dernière ligne ce que tu as écrit en écrivant précédemment:

        L'O.S. de Microsoft a apparemment été un des chaînons fatals à la plate-forme de forage Deep Horizon, responsable de la plus grande catastrophe écologique aux états unis.

        et l'entière responsabilité de Microsoft ne sauraient excéder le montant que vous avez effectivement payé pour le Produit ou 5 dollars US (US$ 5,00), si ce montant est plus élevé.

        Ce sont les dirigeants de BP qui vont être contents !


        Ça s'appelle se rattraper au branche et écrire le contraire de ce que tu penses.
        • [^] # Re: BSOD et responsabilité

          Posté par . Évalué à 3.

          Est tu en train de nous dire que Microsoft precise bien qu'il ne faut utiliser son OS que pour faire de la bureautique et pas dans des missions critiques?
      • [^] # Re: BSOD et responsabilité

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Pour répondre au deuxièmement...

        Si la responsabilité de microsoft était en jeu et avérée pour une erreur, CLUF ou pas... microsoft serait responsable et devrait endosser juridiquement et financièrement la réparation de celui-ci...

        Le contrat de licence d'utilisateur final n'est pas au-dessus des lois.
        • [^] # Re: BSOD et responsabilité

          Posté par . Évalué à 4.

          Le contrat de licence d'utilisateur final n'est pas au-dessus des lois.
          Au dessus de quelles lois ?
          Les dommages sont normalement évalués au civil. Il n'y a pas de lois spécifiques pour le dédommagement.
          Ici ont est en plus en droit commercial, entre deux professionnels, et c'est le contrat qui fait foi. Impossible de déroger au cluf.

          Donc, même si B.P. poursuivait Microsoft pour les incidences d'une quelconque faute de son O.S., ça n'irait pas bien loin.

          Cela a au moins le bénéfice de rappeler "Qu'un logiciel payant n'offre aucune garantie supplémentaire par rapport à un logiciel libre et gratuit, c'est à dire aucune."
          • [^] # Re: BSOD et responsabilité

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            J'ai dit:

            Si la responsabilité de microsoft était en jeu et avérée pour une erreur, CLUF ou pas...

            Dans le cas BP... ben la responsabilité est chez BP.
    • [^] # Re: BSOD et responsabilité

      Posté par . Évalué à 6.

      Toi tu veux mettre PBPG au chomage !
      C'est mal !
  • # Quoi ??

    Posté par . Évalué à -7.

    Mais vous allez arrêter de prendre la défense de microsoft ??

    Vous voulez pas la jouer soft ? Je suis pas contraignant... vous voulez la jouer hard ? On va la jouer hard

  • # Pas sûr

    Posté par . Évalué à 5.

    l'entière responsabilité de Microsoft ne sauraient excéder le montant que vous avez effectivement payé pour le Produit ou 5 dollars US (US$ 5,00), si ce montant est plus élevé.
    Dans quel sens faut-il interpréter cette phrase ? J'en vois deux possibles, non ? (en fonction de ce que "ce montant" est 5$ ou le prix de windows)
    Si X est le prix en dollars US :

    MAX = 5>X ? X : 5 ;
    ou
    MAX = X>5 ? X : 5;

    Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: Pas sûr

      Posté par . Évalué à 3.

      Je pense que c'est
      MAX = 5>X ? X : 5 ;

      En effet, le "ce montant" réfère probablement à la précédente occurrence du mot montant, et non à la précédente occurrence d'un montant.
      • [^] # Re: Pas sûr

        Posté par . Évalué à 6.

        Personne pour leur demander ce qu'ils vendent pour moins de 5$ légalement et sans marge arrière?
        • [^] # Re: Pas sûr

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Sur le MSDNAA ils "vendent" plein de trucs gratuits aux étudiants :-°

          Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

  • # note bien...

    Posté par . Évalué à 7.

    ... que si la carte mère était en train de brûler, ca *pourrait* justifier un BSOD ou tout autre message d'erreur abscon.
    • [^] # Re: note bien...

      Posté par . Évalué à 3.

      C'est tout le problème:
      - Défaillance de la carte-mère
      - Défaillance de code logiciel installé par BP
      - Défaillance de l'OS lui-même
      - Ouvrier qui a éternué un peu trop fort devant la machine.

      Qui donc serait capable de trouver la cause d'un BSOD??
      • [^] # Re: note bien...

        Posté par . Évalué à 7.

        Alors que c'est si facile d'expliquer clairement le problème :D

        /usr/src/linux/arch/x86/kernel/cpu/mcheck/p5.c :
        printk(KERN_EMERG "CPU#%d: Possible thermal failure (CPU on fire ?).\n", smp_processor_id());
        • [^] # Re: note bien...

          Posté par . Évalué à 8.

          Fire - exclamation mark - fire - exclamation mark - help me - exclamation mark. 123 Deepwater Horizon, Gulf of Mexico. Looking forward to hearing from you. Yours truly, Maurice Moss.
    • [^] # Re: note bien...

      Posté par . Évalué à 2.

      Ça y est, ça va encore être la faute de Dell...
      http://www.generation-nt.com/commenter/dell-pc-defectueux-op(...)

      Y'a un concours de celui qui fait la plus grosse en ce moment ou bien ?!
  • # Alarmes désactivées

    Posté par . Évalué à 2.

    > De toutes façons, cela faisait 5 ans que les alarmes avaient été désactivées pour plus de tranquilité.
    Ça me rappelle une autre catastrophe¹…


    ¹ Catastrophe de Tchernobyl

    Knowing the syntax of Java does not make someone a software engineer.

    • [^] # Re: Alarmes désactivées

      Posté par . Évalué à 5.

      J'ai l'impression que c'est relativement courant ce genre de trucs ... j'ai bossé dans une boîte avec une machine pour mettre des lettres dans des enveloppes.

      Ça a l'air de rien comme ça mais une main placée au mauvais endroit alors que la machine est en marche, genre dans le truc qui plie les bouts de papiers en refermant une plaque sur une autre, et "clac", le truc était suffisamment puissant pour t'arracher la main, ou au moins faire de gros dégats. Une machine a rerégler très souvent entre les séries à mettre en enveloppe.
      Tous les capteurs de sécurité pour éviter que la machine marche pendant que quelqu'un trifouillait dedans étaient désactivés.
      • [^] # Re: Alarmes désactivées

        Posté par . Évalué à 1.

        Oui c'est courant d'enlever les sécurités, mais quand c'est comme ça dans les usines, on peut espérer que les ouvriers maîtrisent un minimum la machine, et remettent les verroux quand c'est un novice qu'arrive. Là pendant 5 ans alors qu'ils ne maîtrisent pas grand chose, c'est plutôt une marque d'incompétence que le contraire.

        Certains ont un bon argument pour enlever les sécus: ça ralentit la chaîne, et vu que je maitrise, je peux me permettre. Ça fait pro et c'est obligatoire pour le rendement.

        Et aussi, les ouvriers qui font ça ne mettent en danger qu'un nombre restreint de personnes. Imaginons que les médecins débranchent les alarmes en réanimation sous prétexte que ça fait trop de bruit, ça va faire du bruit!
        • [^] # Re: Alarmes désactivées

          Posté par . Évalué à 4.

          « Certains ont un bon argument pour enlever les sécus: ça ralentit la chaîne, et vu que je maitrise, je peux me permettre. Ça fait pro et c'est "obligatoire" pour le rendement. »

          Oo bon ?! Oo
          • [^] # Re: Alarmes désactivées

            Posté par . Évalué à 1.

            Sisi, ça existe: cf ce lien pour ceux qui ont du courage: http://gspm.ehess.fr/docannexe.php?id=527

            Juste avant la conclusion, noir sur blanc: Plus on monte dans la hiérarchie des habiletés techniques, moins on est censé respecter les règles de sécurité

            C'est l'étude d'une usine où on découpe de la tôle, avec des postes clairement dangereux.

            Par ailleurs, les sécurités, même bien conçues, peuvent rendre des gestes plus difficiles, introduire des temporisations, qui empêchent d'aller vite. Suivre ligne à ligne la fiche de poste et le mode d'emploi de la machine handicape plutôt qu'autre chose dans des travaux rapides et en équipe.
            • [^] # Re: Alarmes désactivées

              Posté par . Évalué à 5.

              Vous vous enfoncez :p
              Donc je vais être un peu plus expressif !

              Personnellement ça me choque de voir qu’on peut manifestement enfreindre des règles de sécurité dans le but unique de la productivité. Encore je peux comprendre une certaine inconscience à vouloir jouer les gros bras pour montrer qu’on a de l’expérience, mais ce n’est pas votre argument (p. 127 par ex.), et il me semble que c’est plus ou moins l’orientation de l’étude (je n’ai lu que 2-3 pages en diagonales faut dire). Le peu que j’ai lu de votre document est d’autant plus éloquent : des ouvriers qui s’amusent à des jeux dangereux (p. 122).

              Bref, pour moi c’est plus une liste de mauvaise pratique qu’autre chose votre document. Je ne nie pas que ça existe, mais je pense qu’il y a un gros problème dans cette usine. Même si on voulait regarder cela du point de vue complètement amoral (ce que j’ai déjà beaucoup de mal à faire dans ce cas), les yeux rivés sur la production en fin de journée, c’est un mauvais calcul que de faire prendre des risques à des employés, pis encore à ceux qui ont le plus d’expérience donc difficilement remplaçable.

              Une règle de sécurité est a fortiori contraignante, elle handicapera nécessairement le travail. Alors à moins que la sécurité ait été mal conçue (c’est-à-dire contre-productive par rapport à son but de sécurité, pas par rapport à la productivité de l’outil), il n’y a jamais de bonne raison d’enfreindre une sécurité.

              Bon j’avoue que c’est pas trop dur de dire ça pour moi qui a couru comme plus grand risque au boulot aujourd’hui une coupure électrique (eh! c’est pas marrant de devoir redémarrer un ordinateur avec au moins 6 terminaux ouverts!).
              • [^] # Re: Alarmes désactivées

                Posté par . Évalué à 1.

                > Personnellement ça me choque de voir qu’on peut manifestement enfreindre des règles de sécurité dans le but unique de la productivité.
                Pas moi, ça dépend du contexte.
                Il faut différencier les règles de sécurité internes à l’entreprise et externe à l’entreprise. Dans le premier cas, oui, c’est effectivement crétin : il est toujours possible de remonter les règles problématiques, et ce sont les responsables (qui n’est pas un mot en l’air, puisqu’ils sont en général responsables devant la justice en cas d’accident, et devant la hiérarchie n+1 pour les objectifs de productivité) qui auront à faire l’arbitrage, précisément parce qu’ils sont responsables.
                En revanche, enfreindre une règle de sécurité établie à un niveau global ne me semble pas forcément crétin ; ceux qui ont créé ces règles ont rarement le moindre feedback, ni n’ont pu prévoir tous les cas où cette règle s’appliquerait, ce qui fait que l’arbitrage choisi par eux, rationnel dans un certain contexte et à un instant T, peut très bien se retrouver totalement stupide hic et nunc. Ce n’est pas un problème uniquement pour les entreprises : j’ai vu une association couler à cause d’une réglementation totalement stupide dans le contexte où la mairie l’a appliquée. Ou demandez aussi aux types de Guédelon, ils ont quelques anecdotes croustillantes à ce niveau.
                • [^] # Re: Alarmes désactivées

                  Posté par . Évalué à 2.

                  C'est ce que je disais à propos de la fiche de poste ou du mode d'emploi des machines: Il est rare que les métiers ouvriers soient à ce point monotones et faciles qu'il n'existe aucun imprévu ou que tout puisse être prévu à l'avance dans ses moindres détails. D'où le bug pour la sécurité aussi: tous les risques ne sont pas forcément correctement évalués, anticipés.

                  En plus des protections mal foutues peuvent empêcher de bien travailler. Pour prendre un exemple con: pour un ouvrier à la chaîne, avoir un capot anti-projection mal placé/non-transparent qui empêche de voir la pièce arriver peut être gênant en empêchant de prévoir ses gestes.
              • [^] # Re: Alarmes désactivées

                Posté par . Évalué à 3.

                Je me mets aussi en mode expressif :).

                Surtout pour préciser, j'ai dit nulle part que c'était bien ou mal, et le bon argument était ironique, sous-entendant plusieurs sens. Je ne pense pas que jouer avec le feu soit la meilleure option à tous les coups, mais il y a des environnements où c'est le quotidien.

                Là, dans l'article, ça n'est pas uniquement pour la productivité que les ouvriers jouent des jeux dangereux, mais pour prouver qu'ils sont capables de maîtriser les machines. Le jeu n'est pas à qui sera le plus con, mais à qui arrivera à à quel point il maîtrise la mécanique. Bien sûr, il existe une possibilité que les ouvriers surévaluent leurs propres compétences, mais ce n'est pas une ascension verticale de la prise de risque qu'ils font. Les novices sont strictement interdits de jouer aux idiots, les caractères jugés peu fiables sont mis à l'écart à des postes secondaires en risques, et vu que si un dérape, tous peuvent payer, il y a un contrôle général de qui se permet de faire quoi à quel poste.

                Ensuite, le fait est que quand cela permet d'augmenter la productivité alors qu'aucun n'accident n'a eu lieu, la hiérarchie a tendance à fermer les yeux, parce que ça lui évite de devoir refondre son organisation (option coûteuse) pour augmenter le rendement. Et il est très probable que parfois, la hiérarchie aurait du serrer les boulons.

                Cependant, si on prend l'exemple des usines d'abattage de viande, tous travaillent côte à côte, parfois à 20-30 cm les uns des autres quand l'un est en retard sur la chaîne, et manient avec force des outils dangereux, prévus pour couper la viande. Ce qui se passe, c'est qu'il a tendance à exister un contrôle horizontal très fort sur les personnalités et les règles du métier. Les gens jugés nerveux ou dangereux sont mis dehors, et la hiérarchie suit.

                Il ne faut pas croire que les ouvriers sont toujours des idiots inconscients qui veulent montrer qui a la plus grosse quand ils prennent des risques, et que les hiérarchies sont là pour augmenter le rendement quoi qu'il coûte. C'est plus compliqué, et l'article permet de s'en rendre compte.

                L'article est le compte-rendu avec conclusions d'un observateur extérieur à l'usine au départ. Les pratiques étaient clairement mauvaises au niveau sécurité, mais elles étaient comme ça, et, pour prendre l'article du côté sécurité, ce que l'auteur dit permet de comprendre comment des gens sensés (de haut en bas dans l'usine) finissent par, dans une certaine mesure, ne plus respecter les consignes de sécurité.

                Bien sûr, ce sont des environnements où on est un peu moins effrayés que derrière des écrans par la puissance de la mécanique et la force physique vu qu'on l'a sous les mains tous les jours.
            • [^] # Re: Alarmes désactivées

              Posté par . Évalué à 4.

              Tout comme on gagne un temps fou à se loguer en root au lieu de faire ces stupides sudo et retaper le mot de passe.
              Tout comme on gagne beaucoup plus de temps sans les alias rm ='rm -i'

              Et puis un jour on se rend compte que le mec qui a bien monté dans la hiérarchie des habiletés techniques, il est encore humain quand même: et paf! pastèque!
              • [^] # Re: Alarmes désactivées

                Posté par . Évalué à 4.

                > Tout comme on gagne beaucoup plus de temps sans les alias rm ='rm -i'
                Ben, empiriquement, je perd moins de temps à utiliser mon alias rf="rm -rf" (une dizaine de fois par jour) et à aller chercher dans mes sauvegardes quand je me chie dessus (deux fois par an ?) qu’à utiliser rm -i…

                Et je remarque que jusqu’ici, je n’ai jamais fait de connerie qui me fasse dire « heureusement que je n’étais pas root ». La séparation user/root sur mon desktop, je le vois plus comme un moyen d’empêcher les applis codées avec les pieds d’aller écrire un peu n’importe où dans le système, pas un système pour me protéger de moi-même.

                Et pas la peine de me dire : « tu ne diras plus ça quand tu auras perdu toutes tes données ». Je les ai déjà perdues, mais c’était bel et bien avec ces « protections » activées, qui ne m’ont protégé de rien du tout (le maillon le plus faible de la chaîne restant l’interface chaise-clavier)
                • [^] # Re: Alarmes désactivées

                  Posté par . Évalué à 2.

                  >> Tout comme on gagne beaucoup plus de temps sans les alias rm ='rm -i'

                  c'est vrai que quand tu le fais dans un répertoire qui comporte une centaine de fichiers ou une grosse récursion, ce genre de choses agace vite fait ; et c'set pire quand tu as ces commandes dans tes scripts batch/cron/etc.
                  c'est hélas un des alias défini par défaut par Mandriva par exemple, histoire de protéger l'utilisateur de lui-même (pourtant le système est conçu pour ne pas avoir recours à la console, et donc celui qui utilise la console sait ce qu'il fait non ?)

                  > Ben, empiriquement, je perd moins de temps à utiliser mon alias rf="rm -rf" (une dizaine de fois par jour) et à aller chercher dans mes sauvegardes quand je me chie dessus (deux fois par an ?) qu’à utiliser rm -i…

                  je crois qu'il dit la même chose que toi : on perd moins de temps à faire un "rm" qu'un "rm -i" qui dans son cas est l'alias de "rm"... :s
                  et ton exemple montre ce que je recommande souvent : ne donnez pas à vos alias des noms de commande (nous avons choisi "rf" au lieu de "rm")

                  > Et je remarque que jusqu’ici, je n’ai jamais fait de connerie qui me fasse dire « heureusement que je n’étais pas root ». La séparation user/root sur mon desktop, je le vois plus comme un moyen d’empêcher les applis codées avec les pieds d’aller écrire un peu n’importe où dans le système, pas un système pour me protéger de moi-même.

                  le système n'est pas sensé te protéger de toi-même de toute façon... (les commandes *nix font juste leur boulot et c'est sans appel...) c'est que c'est un système multi-utilisateur avec des niveaux de privilèges, et effectivement un utilisateur lambda ou une appli n'a pas à avoir certains droits comme sous un logiciel fenêtres...
                  maintenant, que nous n'ayons jamais eu à nous dire qu'heureusement nous n'étions pas root est juste la preuve que nous savons d'une part ce que nous faisons (il y en a pas mal qui lancent des commandes sans vraiment en comprendre les tenants et les aboutissants) et d'autre part que nous ne sommes pas comme certains excités (perso, je perds quelques secondes à relire mes lignes avant de valider car le temps gagné ne m'aurait pas été utile en cas de bourde..)

                  mais revenons dans le sujet qui nous préoccupe ici...
              • [^] # Re: Alarmes désactivées

                Posté par . Évalué à 2.

                J'ai jamais dit le contraire. Et si la hiérarchie laissent trop couler quand son rôle serait de cadrer j'imagine très bien que dans des cas pareils ça puisse à un moment mal tourner.

                Mais autrement, un point: ça serait bien d'arrêter de penser que ceux qui enlèvent les sécurités le font parce qu'ils sont inconscients. Je répète que justement, il y a des cas où, quand ça arrive, ce sont ceux qui sont le plus rôdé qui le font.

                Prendre des risques ne veut pas dire prendre à la légère, au contraire. D'où d'ailleurs la possibilité d'une hiérarchie.

                Et basiquement, si tu veux supprimer le risque humain dans une usine de tôle, ben automatise tout. Tant qu'on pourra pas le faire, il y aura toujours des risques, auxquels les ingénieurs aussi malins qu'ils soient n'auront pas toujours pensé, et surtout n'auront pas appréhendé comme le gars qui est 8h/jour devant la machine, lui.

                Faire confiance aux manipulateurs des machines pour savoir ce qu'ils font et qu'ils évitent de se couper les mains n'est pas débile. Id pour faire confiance à un adminsys avec les droits root, d'ailleurs, sauf que l'adminsys, sa main ne risque pas de partir avec.
  • # Imaginons

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Imaginons qu'il s'agisse d'une machine tournant sous GNU/Linux et non sous Microsoft Windows.

    Imaginons que cette machine plante, sisi ça arrive, je crois que les Linuxiens appellent ça "Kernel Panic"...mais au final, c'est juste l'OS qui cracke....probablement pour une bonne raison...encore faut-il lire les logs...

    Imaginons maintenant ce que vous en diriez, certainement des trucs du genre :
    "Pfff encore un admin qui sait pas faire son boulot"
    "apt-get upgrade, les gars !!!"
    "C'est quand même pas compliqué à paramétrer un Linux, y'a qu'à lire la doc"
    etc.

    Evidemment que Windows "ça pue", ne vous inquiétez pas je ne vous ferais pas l'affront de dire le contraire (surtout que je ne le pense pas).
    Mais soyez un petit peu honnête : une machine qui plante, dans une grosse boite comme BP : c'est de la faute de BP.
    • [^] # Re: Imaginons

      Posté par . Évalué à 5.

      ben meme si cest bien caché, cest ce que dit le journal:

      De toutes façons, cela faisait 5 ans que les alarmes avaient été désactivées pour plus de tranquilité.

      Choix d'un OS archaïque et non prévu pour les environnements critiques et procédures non respectées. BP ne peut être qu'à blâmer.


      bref, le choix d'un os tel win (et même linux) pour une tache a prioris critique n'est pas très malin
      ne pas avoir un autre outil qui supervise la machine, cest pas malin non plus
      • [^] # Re: Imaginons

        Posté par . Évalué à 1.

        "ne pas utiliser sur les plates-formes pétrolières et les centrales nucléaires"

        je me souviens qu'on était souvent gratifié d'un message du genre au début des dvd commerciaux.
        Mais est-ce que ce n'est pas aussi un paragraphe obligé dans la CLUF de la plupart des softs ? Il me semble que j'avais vu passer ces lignes dans les papiers fournis avec notre premier iMac.
      • [^] # Re: Imaginons

        Posté par . Évalué à 1.

        bref, le choix d'un os tel win (et même linux) pour une tache a prioris critique n'est pas très malin

        En effet je mettrai plutot un qnx que ces deux systemes.
    • [^] # Re: Imaginons

      Posté par . Évalué à 4.

      Mais soyez un petit peu honnête : une machine qui plante, dans une grosse boite comme BP : c'est de la faute de BP.

      Oui, et ça traduit un état d'esprit :

      « Plutôt que de couper les alarmes qui les réveillaient au milieu de la nuit, parce que Windows avait planté, il est évident que les techniciens de BP auraient dû s’occuper du problème. Mais il n’en reste pas moins que le choix de Windows un peu partout, des netbooks aux serveurs en passant par les distributeurs de billets, traduit un état d’esprit.

      Windows est le système qui est utilisé majoritairement sur les machines de bureau. Par une logique qui leur appartient, certains informaticiens en déduisent donc que c’est le meilleur choix pour un serveur, une machine embarquée… ou pourquoi pas cet ordinateur chargé de contrôler le puit d’une plate-forme forant à 2000m de profondeur. »

      http://arnor.eu/blog/?p=3
  • # Oui mais non...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    While he did not identify the operating system running the balky computer, the phrase "blue screen of death" is typically used to describe a Windows crash.

    Le témoin n'a pas identifié ou spécifié que OS tournait sur la machine qui a planté en produisant un écran bleu.
    De plus, dans l'article il est indiqué un peu plus tôt qu'aucun donnée ne s'affichait sur l'écran.

    Ce blue screen ça peut tout aussi bien être un économiseur d'écran IBM qui freeze. IBM c'est un peu "big blue".

    Pas aller trop vite quand même hein...surtout sur les lectures/traductions d'articles.
    • [^] # Re: Oui mais non...

      Posté par . Évalué à 2.

      Ou le mec qui regardait "Le grand bleu" sur une mac et qui a planté ?
      Faut pas trop pousser quand même.
      • [^] # Re: Oui mais non...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        J'attends avec impatience que tu démontre, à la lecture de l'article, qu'il s'agit bien d'un BSOD version Windows(tm)(c).

        Merci d'avance.
        • [^] # Re: Oui mais non...

          Posté par . Évalué à 0.

          Mon experience avec les OS ne me montre qu'un seul OS correspondant a: "It would just turn blue,” he said. “You’d have no data coming through.”

          Maintenant peut etre que tu connais autre chose que windows qui a un ecran de plantage bleu.

          source: http://www.nytimes.com/2010/07/24/us/24hearings.html?pagewan(...)
          • [^] # Re: Oui mais non...

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Mon experience avec les OS ne me montre qu'un seul OS correspondant a: "It would just turn blue,” he said. “You’d have no data coming through.”

            Maintenant peut etre que tu connais autre chose que windows qui a un ecran de plantage bleu.


            VxWorks (un petit truc pas trop connu, qui se contente de permettre d'envoyer des sondes sur d'autres planètes) par défaut utilise le bleu comme fond de console, de mémoire (je n'y ai que vaguement touché). Et il BSOD pas, pas besoin quand t'as pas d'interface complexe par dessus.

            Enfin bon on savait déjà que « ton expérience avec les OS » donne une bonne idée du néant. T'étais pas obligé d'en rajouter.
            • [^] # Re: Oui mais non...

              Posté par . Évalué à -3.

              VxWorks (un petit truc pas trop connu

              a mettre en correlation avec la petite phrase sympa:

              Enfin bon on savait déjà que « ton expérience avec les OS » donne une bonne idée du néant. T'étais pas obligé d'en rajouter.

              Et autrement tes cochons toujours aussi crades?
              • [^] # Re: Oui mais non...

                Posté par . Évalué à 4.

                Ton expérience avec l'ironie donne une bonne idée du néant.

                Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

                • [^] # Re: Oui mais non...

                  Posté par . Évalué à -1.

                  Ton experience avec les insultes donnes une bonne idee de l'infiniment grand mais comme l'infiniment grand n'est jamais loin de l'infiniment petit le respect de tes interlocuteurs tend beaucoup plus vers le deuxieme...
                  • [^] # Re: Oui mais non...

                    Posté par . Évalué à 1.

                    le respect de tes interlocuteurs

                    Ahahaha.

                    Je te cite (dans une delicate missive qui m'etait adressee):
                    Petit con, tu me permets que je t'appelle par ton prenom n'est ce pas?
                    Tu peux continuer a faire le cretin [...]

                    etc, etc.

                    Paille, poutre...
  • # Responsabilités limitées

    Posté par . Évalué à 5.

    Le problème fondamental c'est la responsabilité limitée de l'actionnaire [1]. En gros, l'actionnaire n'a pas de responsabilité civile et, au pénal, il ne peut pas perdre plus que la valeur investit, i.e. la valeur de l'action.

    Même si c'est le CA qui est à l'origine de la décision, seul l'exécutant de la décision est responsable.

    Faudrait que les néolibéraux de droite reprennent leurs fondamentaux:
    Chaque individu est responsable de ses actions, en contre-partie de sa liberté.

    [1] http://en.wikipedia.org/wiki/Limited_liability
    • [^] # Re: Responsabilités limitées

      Posté par . Évalué à 2.

      Heureusement que l'actionnaire n'est pas plus responsable que son niveau d'investissement !
      Sinon, tu aurais des milliers d'entreprises en difficulté qui fermeraient, faute de fonds, car personne ne prendrait plus le risque d'y investir.
      • [^] # Re: Responsabilités limitées

        Posté par . Évalué à 9.

        oh zut, il serait obligé de prendre leur responsabilité, participer aux décisions (proportionnellement à leur investissement dans la boite), se renseigner sur ce qui est fait de leur argent.
        Et pas seulement spéculer, "jouer en bourse"
        Ça serait vraiment dommage pour notre société, c'est sûr, en plus on n'aurait plus des taux de croissance aberrant à 2 chiffres pour certaines entreprises ... On va pas faire ça quand même !
      • [^] # Re: Responsabilités limitées

        Posté par . Évalué à 4.

        Oui, aujourd'hui, maintenant, c'est sûr. En même temps, sur le principe, l'actionnaire, pour l'instant, il peut se permettre de tout ramener à de l'argent, c'est ce qu'on lui demande. Ça a des limites aussi. Parfois on aimerait bien que l'argent ne servent pas qu'à créer de l'argent, ou avoir un pouvoir disproportionné par rapport aux autres. Qu'à l'engagement financier soit lié une responsabilité pénale, qui serait une reconnaissance du pouvoir d'action que procure l'argent, peut être utile.
      • [^] # Re: Responsabilités limitées

        Posté par . Évalué à 3.

        Si, comme la doctrine néo-libérale le veut, la seule responsabilité sociale du manager est celui des intérêts des actionnaires, alors il faut bien que l'actionnaire endosse pleinement la responsabilité de ces choix.

        La responsabilité limité pouvait être admise dans le cadre Fordiste, car l'entreprise (et donc l'actionnaire en acceptant des dividendes moindres) à travers une politique de hauts salaires et l'acceptation de l'impôt payait indirectement les risques sociaux, environnementaux, même économiques, en résumé le long terme. L'état ou la société civile jouant le rôle de compensateur, d'assureur...

        Si maintenant du fait de la concurrence fiscale, l'état ne peut plus assuré les risques environnemental ou social et ben qu'on oblige les SA à souscrire à une assurance privée et que les actionnaires soient pleinement responsables juridiquement !!!
        C'est pas libéral cela ?

        Tout cela est bien entendu un vœu pieu, même l'application au niveau européen de ce genre de réforme a peu de chance d'être efficace. Tant que le capital peut fuir d'un état à un autre...pas de solution. Il serait temps que les néo-libéraux se rendent compte qu'il n'y aura jamais d'inversion de la concurrence entre le travail et le capital.
    • [^] # Re: Responsabilités limitées

      Posté par . Évalué à 5.

      > En gros, l'actionnaire n'a pas de responsabilité civile et, au pénal, il ne peut pas perdre plus que la valeur investit, i.e. la valeur de l'action.
      Non, c’est l’inverse.
      Au civil, les actionnaires sont bel et bien responsables, à concurrence de leur apport (je ne connais pas par contre les règles liant cette responsabilité à la libération du capital. Instinctivement, je dirai que les actionnaires peuvent avoir à payer de leur poche jusqu’au capital non-libéré). C’est pour cela d’ailleurs qu’en général les statuts demandent que les emprunts exceptionnels soient validés par le CA : toute dette contractée par la société l’est par les associés (à concurrence de leur apport, encore une fois)
      Au pénal, c’est bien plus simple et plus complexe à la fois : les actionnaires sont responsables… sauf s’ils peuvent prouver que le gestionnaire leur a caché des informations importantes, ou agi à l’inverse de ses directives. Si par exemple le gestionnaire a dit aux actionnaires « bon, ces alarmes m’emmerdent, je les désactive », alors les actionnaires sont responsables. Si à l’inverse au CA le gestionnaire leur dit : « j’ai rencontré 50 scientifiques qui m’ont dit qu’il n’y avait aucun risque », et qu’il a menti, alors le gestionnaire est responsable.
      Dans le cas qui nous occupe, il y a encore un fait qui complexifie le tout : BP n’est pas le propriétaire le la plateforme. Je ne connais pas le droit britannique, ni le contrat passé entre BP et Transocean, mais en France, par exemple, les règles de responsabilité sont différentes selon que le contrat soit de type sous-traitance ou externalisation.
      C’est bien parce que c’est compliqué qu’on a inventé des tribunaux, du reste :)
  • # Marrant

    Posté par . Évalué à 2.

    Pour ceux qui n'y croient pas, j'ai déjà bossé sur un soft de surveillance (avec alarmes) destiné à une plateforme pétrolière, tournant sous … Windows XP Embedded (oui, ça existe, et c'était imposé par le client). Y'avait même IE6 dessus, au cas où (où quoi ? je sais pas …)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.