Journal Choisir une licence : facile à comprendre ?

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
15
1
juin
2016

Bonjour Nal !

Choisir une licence libre n'est pas toujours facile, et toutes ne sont pas forcément facile à comprendre, alors je pensais regarder la lisibilité de certaines licences, et de les comparer.

Mais comment faire pour évaluer de manière plus ou moins objective la lisibilité d'un texte ? Il existe des index, tel que le SMOG. L'idée est d'essayer de calculer une valeur qui permet de déterminer le nombre d'années d'étude nécessaire à la compréhension du texte. Grosso-modo, il faut penser à une formule, et vérifier si elle est statistiquement correcte, et l'évaluer sur de nouveau textes.

Je vais utiliser l'outil à cette adresse pour évaluer les textes. À titre d'exemple, le second chapitre en anglais du petit prince obtient un score de `7,1, soit un texte lisible à partir de 13 ans. ( en démarrant l'école à 6 ans + 7 ans d'études)

Voici un petit tableau avec les scores de textes de quelques licences:

| Licence                | Score SMOG | Remarque                    |
|------------------------+------------+-----------------------------|
| Gnu GPLv1              | 15,1       | Soit 21 ans (BAC+3)         |
| Gnu GPLv2              | 15,2       | idem                        |
| Gnu GPLv3              | 16,3       | Soit 22 ans (BAC+4)         |
| Gnu LGPLv2.1           | 15,6       | Soit 21 ans (BAC+3)         |
| MIT                    | --         | Text court pour être fiable |
| Apache v2              | 16,9       | Soit 23 ans (BAC+5)         |
| Simplified BSD Licence | --         | Text trop court             |
| CeCill v2              | 15,4       | Soit 21 ans (BAC+4)         |
| MPL v2                 | 12,4       | Soit 18 ans (BAC)           |
|------------------------+------------+-----------------------------|
| Conditions de Facebook | 15,1       | Soit 21 ans (BAC+3)         |
| Conditions de Google   | 13,4       | Soit 19 ans (BAC+1)         |
| Conditions de Twitter  | 15         | Soit 21 ans (BAC+3)         |
|------------------------+------------+-----------------------------|

La seconde partie du tableau permet de se rendre compte de la complexité des conditions générales de certains services.

Même si imparfait, il est intéressant de voir une augmentation de la complexité des GPL au fur et à mesure des versions. Les licences courtes n'obtiennent pas de score fiable du fait de leur brièveté.

Cependant, les licences courtes ont le vent en poupe, et leur lisibilité à sûrement quelque chose à voir avec ça.

Et vous, avez-vous lu votre licence libre ?

  • # WTFPL

    Posté par . Évalué à 10.

    L'avantage des licences courtes, c'est qu'on arrive à les lire jusqu'au bout. Même si les conditions générales des GAFA sont "lisibles", elles sont tellement longues qu'il faudrait plusieurs jours pour les lire vraiment. C'est un moyen de noyer le poison.

    Cette signature est publiée sous licence WTFPL

    • [^] # Re: WTFPL

      Posté par . Évalué à 10.

      C'est un moyen de noyer le poi*s*on.

      je sais pas si c'est un lapsus, mais j'aime bien ;)

  • # BPL

    Posté par . Évalué à 3.

    Et vous, avez-vous lu votre licence libre ?

    Oui, je l'ai même écrite :

    LICENCE PUBLIQUE BARMIC
    Version 1, Juillet 2014

    Copyright (C) 2014-2016 Prénom Nom

    La copie et la distribution de copies exactes de cette licence sont autorisées, et toute modification est permise à condition de changer le nom de la licence.

    CONDITIONS DE COPIE, DISTRIBUTON ET MODIFICATION DE LA LICENCE PUBLIQUE BARMIC

    1. Faites ce que vous voulez, j’en ai RIEN À BRANLER.
    2. Si on se rencontre un jour et que vous pensez que ce truc vaut le coup, vous pouvez me payer à boire en retour.

    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: BPL

      Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 02/06/16 à 08:46.

      je l'ai même écrite

      Tu ne l'as pas écrite, tu l'as copiée d'un autre endroit puis modifiée pour mettre ton nom.
      La licence de ta source ne t'oblige certes pas à nommer la source, mais parler de "je l'ai même écrite" est trompeur.

      Maintenant, c'est cool tu as une licence, mas on peut savoir où tu l'utilises? Une licence libre qu'on lit mais qu'on n'utilise pas, ce n'est pas bien utile à personne.

      • [^] # Re: BPL

        Posté par . Évalué à 2.

        La licence de ta source ne t'oblige certes pas à nommer la source, mais parler de "je l'ai même écrite" est trompeur.

        Il manquait un smiley dans mon message je présume. C'est une fusion de 2 licences existante la RABL et la bearware (mais comme je ne bois pas d'alcool je l'ai un peu modifiée). Je mettrais à jour pour les aigris comme toi :)

        Maintenant, c'est cool tu as une licence, mas on peut savoir où tu l'utilises? Une licence libre qu'on lit mais qu'on n'utilise pas, ce n'est pas bien utile à personne.

        Je m'en sert dans le seul logiciel un tout petit peu évolué que j'ai écris from scratch : cotize. Un logiciel de cagnotte (c'est à la mode en ce moment), il avance à son propre rythme, mais un jour il permettra aussi de gérer des comptes à la « tricount » (pour un moment donné tu crée un journal du genre « X a payé 45 € pour X, Y, Z », « Z a payé 32 € pour Z et X » et il t'indique à la fin qui doit combien à qui en minimisant le nombre de transactions).

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: BPL

          Posté par . Évalué à 2.

          Je mettrais à jour pour les aigris comme toi :)

          Le nouveau texte convient à monsieur ?

          https://raw.githubusercontent.com/barmic/cotize/master/LICENSE

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

          • [^] # Re: BPL

            Posté par . Évalué à 2.

            Le copyright n'a aucun sens en dehors des USA…

            "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

          • [^] # Re: BPL

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Cool ! Avec un peu de féminisme et tout :-) Et deux fautes d'orthographe aussi, mais ça colle bien à l'idée de base d'humour je m'en foutiste.

            • [^] # Re: BPL

              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

              Avec un peu de féminisme et tout :-)

              Non, juste de la lourdeur en français et de l'incohérence ("un" contributeur seulement). Le féminisme n'est pas rajouter "citoyen, citoyenne", "citoyen" étant neutre sur le sexe de la personne (oui l'exemple classique de "la sentinelle"), c'est plus dans la vie de tous les jours sur des cas réellement différenciant.

              PS : et en plus un mot en anglais, ça en ferait râler ;-).

          • [^] # Re: BPL

            Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 03/06/16 à 12:15.

            je pense qu'il faut que tu modifies un peu ta licence:

            "vous en faite*s",
            "vous voul~~ais~~
            ez*"

            "Le ou les auteurs et contributeurs […] ne s'intéresse pas"
            tu mets auteurs et contributeurs au pluriel mais tu laisse le verbe au singulier.

            je pense que commencer par "le ou les" c'est se tirer une balle dans le pied.

            un peu dans le même genre: tu écris "un contributeur […] le (ou la) remercier"
            si tu veux spécifier que ce peut être une femme probablement devrait-tu dire un contributeur ou une contributrice, mais du coup dans la première partie sans doute devrais-tu faire aussi apparaitre cette contributrice (ou ces contributrices)…

            bref, il me semble que tu ne peux pas faire apparaitre un pluriel puis un fémininin juste à un endroit et écrire le reste au singulier et masculin

            Bon courage ;-)

            edit: je ne sais pas pourquoi le gras et le barré ne fonctionnent pas bien

      • [^] # Re: BPL

        Posté par . Évalué à -2.

        Tu ne l'as pas écrite, tu l'as copiée d'un autre endroit puis modifiée pour mettre ton nom.

        Ah ouais, dans le genre moche et narcissique, ça se pose…

        "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

  • # Le petit Prince

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    13 ans pour le petit Prince paraît une bonne moyenne : entre d'une part le niveau du vocabulaire et du style qui sont certainement accessibles dès 8 ans, et d'autre part les positions philosophiques et religieuses qui requièrent bien plus de bagages ; messages qui, au passage, choqueraient certainement nombre de bien pensants qui ne l'ont pas lu mais l'encensent. L'outil de mesure doit être extrêmement subtil pour avoir saisi ça ;-).

    • [^] # Re: Le petit Prince

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      À mon avis, avec le petit Prince, il faut beaucoup plus que 13 ans pour tenir le coup devant la tragédie o_O. Genre, ils devraient mettre interdit au moins de 40 ans au moins, je crois.

      Remarque, les conditions d'utilisation et les licences font aussi souvent pleurer un bon coup, donc si le rapport capacité à lire/capacité à tenir le coup est le même qu'avec le petit Prince, à ne pas lire avant les soixante ans :-)

      • [^] # Re: Le petit Prince

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Le Petit Prince s'apprécie à tout age. Il n'y a pas de tragédie à supporter pour les enfants : Le serpent l'aide simplement à rentrer chez lui…

        • [^] # Re: Le petit Prince

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Franchement, j'étais peut-être un peu idiot étant petit, mais cette interprétation très imagée ne m'est pas venue sur le moment : moi j'ai vu serpent+morsure+il tombe+on ne le voit plus, ajouté au fait qu'il était très nostalgique et bizarre comme enfant, qu'il parle de mourir et de morsure entre autres, et j'ai juste vu un suicide plus ou moins volontaire, et je suis resté d'autant plus perplexe avec cette fin avec des réflexions si étranges qui me semblaient pas en accord avec mon état d'âme (il avait l'air même pas triste l'aviateur, juste un peu mélancolique). Et là, j'ai relu le passage, et, même maintenant, où j'imagine aussi l'interprétation imagée, je ne peux m'empêcher de voir en même temps l'interprétation plus terre à terre.

    • [^] # Re: Le petit Prince

      Posté par . Évalué à 2.

      Pas d'accord.

      Le Petit Prince, c'est 18 ans minimum. Les drogues nécessaires à la compréhension de ce roman hallucinogène feraient bcp trop de ravages dans le cerveau d'un gamin.

      • [^] # Re: Le petit Prince

        Posté par . Évalué à 9.

        On a bien regardé téléchat étant petit sans que ça ne fasse de gros ravages.

        Enfin je crois.

        • [^] # Re: Le petit Prince

          Posté par . Évalué à 3.

          Je suis justement tombé sur du Téléchat récemment (je cherchais les épisodes de Leguman en fait). C'est vrai que c'était vraiment grave comme truc. Mais que c'était bon !

    • [^] # Re: Le petit Prince

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      On ne voit bien la GPL qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux.

  • # Normal

    Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 02/06/16 à 08:43.

    Même si imparfait, il est intéressant de voir une augmentation de la complexité des GPL au fur et à mesure des versions. Les licences courtes n'obtiennent pas de score fiable du fait de leur brièveté.

    C'est normal que ce soit plus complexe car il y a une volonté de mettre une limite précise et des "malins" ont trouvé des méthodes pour passer la limite non souhaitée (exemple TiVo : pour la GPLv2) et donc il faut préciser la limite qui a dans la tête de ceux qui font la licence alors que cette limite est pas claire pour eux (elle va de plus évoluer, pas une seule personne donc elles en vont pas être d'accord sur "ha mais dans ma tête c'est autorisé/interdit ça").

    Cependant, les licences courtes ont le vent en poupe, et leur lisibilité à sûrement quelque chose à voir avec ça.

    Entre autre.
    Il y a aussi le fait que la limite qu'il y a dans las tête de ceux faisant des licences longues est plus ou moins arbitraire et donc pas très compréhensibles tout en étant incompatibles entre elles (regarde ce tableau et constate le nombre de "-" dans la compatibilité entre licences longues), les licences courtes ont l'avantage de ne pas prendre la tête "je peux ou pas?" (on sait que quand on a MIT ou BSD, on peut en copiant juste les fichiers et en nommant, pas compliqué et c'est compréhensible : va expliquer à quelqu'un la liberté de modifier et diffuser le code sauf si tu fais comme TiVo, va te prendre une plainte de libristes qui traduisent la licence longue à leur sauce et ne veulent pas comprendre ni lire la licence car ils "savent qu'ils ont raison"…).

    La seconde partie du tableau permet de se rendre compte de la complexité des conditions générales de certains services.

    A noter que c'est aussi dû à des "emmerdeurs" qui font des procès à tout va, et il faut se protéger de toutes les imaginations possibles pour ne pas se prendre un procès pour un truc à la con das la relation avec des particuliers (les entreprises ne sont pas parfaites et abusent souvent, mais les particuliers et leur procès à la con aux US juste pour gagner du fric aussi). Cette complexité ne vient pas vraiment des entreprises, mais du besoin de se protéger face à la complexité des lois et à la proportion de certains avocats à chercher des failles pour faire un procès lucratif.

    • [^] # Re: Normal

      Posté par . Évalué à 5.

      face à la complexité des lois et à la proportion de certains avocats à chercher des failles pour faire un procès lucratif.

      propension ?

  • # Le score SMOG

    Posté par . Évalué à 10.

    Le score SMOG a quand même quelques inconvénients. En gros, c'est une formule qui compte le nombre de mots de plus de deux syllabes par phrase et ne tient pas compte de la longueur du texte, ledit texte pouvant être très retors, comme le montre cette phrase, qui a un très bon score SMOG, quand bien même elle ne contient que deux mot de trois syllabes ou plus (cinq mots si l'on compte trois syllabes dans ce même mot), et qui est pourtant dure à lire et donc à comprendre, tant elle fait de nœuds au cerveau.

    Blague à part, le score est validé en anglais pour des anglophones, c'est un bon début, mais ça ne fait pas tout. Les mots anglais ont tendance à être plus courts que les mots français, donc comparer des textes de langue différentes avec ce score est clairement abusif. Il faudrait sans doute, en français, considérer un mot comme polysyllabique à partir de 4 syllabes. Ensuite, il mesure une seule chose : le nombre de mots de plus de 3 syllabes par phrase. Or un teste peut être complexe pour d'autres raisons. Les textes juridiques ont tendance à comporter de multiples renvois à différentes parties du texte, ce qui conduit à une licence spaghetti tout comme on a du code spaghetti, avec les mêmes inconvénients. Ceci est assez spécifique des textes juridiques et n'est pas pris en compte dans le score SMOG, qui se veut généraliste.

    La longueur du texte joue aussi. La simple lecture, à voix haute, des conditions d'utilisation d'un service n'est pas nécessairement ultra-longue, mais leur compréhension diminue au fur et à mesure de la longueur, ce que ne mesure pas le score SMOG (la longueur du texte n'intervient pas dans le calcul puisqu'on parle d'une proportion, qui est par définition indépendante de la longueur du texte).

    Enfin, il faut admettre qu'on ne peut être expert en tout (même si on aimerait bien). Le droit et le code sont deux domaines différents, et la seule lecture d'une licence ne saurait nous informer sur toutes les problématiques sous-jacentes, les cas de figure qui peuvent se présenter, et auxquels d'autres ont été confrontés. En ce domaine comme dans d'autres, il vaut sans doute mieux s'en remettre à des experts, qui ne font que ça, et en qui on a confiance, tout en conservant son esprit critique. Autrement dit : lire le texte de la licence dans les grandes lignes, aller sur le site de la FSF pour voir ce qu'ils disent de la licence, comparer ce qu'ils disent à ce qu'on voit soi-même et enfin faire son choix.

    Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

    • [^] # Re: Le score SMOG

      Posté par . Évalué à 4.

      Ce qui peut rendre un texte complique c'est aussi le fait de faire des références à lui-même ou à un autre texte.

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Le score SMOG

        Posté par . Évalué à 2.

        Oui, je le dis moi-même ;)

        Or un texte peut être complexe pour d'autres raisons. Les textes juridiques ont tendance à comporter de multiples renvois à différentes parties du texte, ce qui conduit à une licence spaghetti tout comme on a du code spaghetti, avec les mêmes inconvénients. Ceci est assez spécifique des textes juridiques et n'est pas pris en compte dans le score SMOG, qui se veut généraliste.

        Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

    • [^] # Re: Le score SMOG

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Blague à part, le score est validé en anglais pour des anglophones, c'est un bon début, mais ça ne fait pas tout. Les mots anglais ont tendance à être plus courts que les mots français, donc comparer des textes de langue différentes avec ce score est clairement abusif.

      Oui, d'ailleurs, tous ces tests ont été fait sur les textes anglais (même pour le Petit Prince), pour éviter le changement de langue.

  • # Les licenses courtes

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Les licences courtes ont le vent en poupe pour divers raisons.

    D'un coté, on a des boites qui vont poussés des licences comme les BSD/MIT dans le but de pouvoir faire du proprio, tout en racontant un chouia de FUD sur la GPL (au pire), ou en interdisant la GPL, ce qui grave dans l'esprit des gens que "c'est trop compliqué, on va prendre une BSD".

    Ensuite, il y a aussi toute une montée de gens qui font du libre parce que c'est cool, mais qui veulent pas se fatiguer avec le reste. Choisir une licence, c'est compliqué, prendre un bug tracker qui tient la route (genre autre chose que les issues github), c'est compliqué. Faire de la maintenance, c'est compliqué. En gros, tout une partie des gens qui veulent juste coder et rien de plus, une image AMHA fortement influence par les articles de Paul Graham et la mouvance startup.

    Bien sur, dire aux gens "tu t'occupes de ça, je me charge du reste", c'est un peu la porte ouverte aux risques d'abus. Par exemple, j'ai en tête une interview (https://motherboard.vice.com/read/the-hacking-team-defectors) d'un des anciens de Hacking Team, ou il a raconté qu'après avoir eu vent d'un rapport liant la société à des abus des droits de l'hommes, les chefs ont décidés de compartimenter les équipes au contact des clients et les équipes d'ingénieurs, afin d'éviter les discussions. Et sans aller dans des cas aussi extrêmes, le fait que le commercial gère la presta en vendant n'importe quoi et que l'ingé le fasse quand même, c'est bien un des trucs qu'on reproche aux SSII.

    Donc oui, je pense qu'il y a tout une pression qui pousse à prendre une licence plus courte de la part des développeurs Parfois c'est juste le fait que ça les renvoient au fait qu'ils sont pas juristes et écorne l'image de toute puissance qu'on leur renvoie sans arrêt. Parfois, c'est du FUD. Parfois, c'est aussi une préférence.

    J'écris plein de trucs (des modules ansible) sous la MIT parce que je pense que c'est important que les gens utilisent ça pour leur truc interne (ie, souvent proprio). Mais je reconnais aussi l'importance de la GPL pour la santé de l'écosystème du libre, et ça m'attriste de lire ici ou la des trucs sur le fait que c'est trop compliqué, alors que la GPL a eu des tas d'effets positifs. Par exemple, c'est une des raisons d'avoir openwrt en premier lieu. A son tour, openwrt a bien aidé pour les mouvements comme freifunk et france-wireless, ce qui a également permis de faire avancer la recherche dans les réseaux et apporter le réseau à des endroits ou il est pas. Bien sur, on peut pas dire que la GPL a tout fait, c'est avant le travail des bénévoles et non bénévoles qui a permis tout ça. Mais ça a sans doute donner un bon coup d'accélération à ce niveau.

    On peut parler de cyanogenmod aussi, comme autre exemple.

    Et pour répondre à la question, non, j'ai pas ma propre licence, parce que je pense que ça serait une connerie. Je suis globalement satisfait des choix déjà existant, et j'ai pas le melon au point de croire que ma personne requiert ma propre licence que j'ai torché au coin d'une table après 2 bières. Il y a quand même de quoi faire en matière de logiciel libres, entre les licences qui ont un but politique (genre la GPL et co), et les licences de nihilistes (genre la BSD, la MIT).

    • [^] # Re: Les licenses courtes

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      tout en racontant un chouia de FUD sur la GPL (au pire), ou en interdisant la GPL,

      Il y a une bonne raison à ça, et pas que technique : comme tu dis, la GPL est politique, sauf qu'au niveau politique les gens qui sont derrière sont parfois incapable de comprendre qu'ils sont donné des droits.

      J'ai vécu de près une attaque de personnes accusant une boite de violer la GPL (ce qu'elle faisait, et je suis certain que c'était une erreur et pas volontaire, ils ont recompilé avec le flag LGPL (c'était ce flag qui avait été voulu et oublié) et relivré, tout le monde devrait être content (erreur corrigée, licence respectée) et des gens continuaient d'insulter la boite en disant que maintenant qu'ils avaient livré en GPL ils devaient libérer en GPL tout leur code (les 90% pas en libre) et encore d'autres obligations jamais marquées dans la licence.

      Quand tu vois ça une fois, tu es calmé, et tu mes la règle "GPL et LGPL interdite" dans l'entreprise, pour ne pas avoir ces trolls.

      Si la GPL/LGPL se meurt (suffit de voir les stats de GitHub ou OpenHub), c'est aussi car il y a beaucoup de développeurs GPL/LGPL intégristes (et comme tout intégriste qui se respecte, ils oublient de lire le contenu de leur bible/coran/licence et d'accepter que leur traduction n'est pas forcément la bonne).

      Et je me permet de mettre un lien sur mon journal sur la raison de pourquoi j'ai quitté la LGPL, aussi une raison (résumé : même moi je ne connais pas les limites et j'avais toujours des questions sur si une personne a le droit de faire x ou y, et personne pour répondre clairement; et je ne suis pas le seul, cf procès en cours sur les violations supposées de GPL qui ne sont pas claires du tout).

      Rappel aussi : FSF France n'a pas osé aller demander à un juge de dire si ils avaient raison vis à vis de leur traduction de la GPL, c'est dire si cette licence est compliquée et incompréhensible, trop dangereux pour une entreprise qui n'a pas les moyens de résister à la pressions des intégristes qui savent pourrir une réputation de boite pas assez grosse pour pouvoir bien se défendre.

      Ai-je parlé de VLC qui se fait pourrir car ils n'auraient pas le droit de diffuser sur l'App Store d'Apple et qui doivent se battre pour expliquer que de ce qu'ils lisent de la licence, si, ils peuvent?

      Mais je reconnais aussi l'importance de la GPL pour la santé de l'écosystème du libre, et ça m'attriste de lire ici ou la des trucs sur le fait que c'est trop compliqué, alors que la GPL a eu des tas d'effets positifs.

      Oui, mais aussi des tas d'effets négatifs comme le lien "libre = intégristes à fuir". Je dois rattraper le coup avec une tonne de monde qui a une peur bleue du libre (même MIT, tout est mélangé dans leur tête) et ne veulent pas accepter consciemment (ils en acceptent via d'autres outils qu'ils achètent, sans le savoir et donc sans risque judiciaire directement sur eux) chez eux.


      Bref, sérieusement, il y a de très bonnes raisons d'éviter la GPL/LGPL, ce n'est pas toujours du FUD, au contraire c'est juste de l'expérience et de l'étude du passé pour ne pas commettre les mêmes erreurs que les autres. C'est dommage (car oui le copyleft a des bons côtés), mais voila, l'usage fait qu'on ne peut pas y toucher sans risque si on n'est pas "100% avec eux".

      • [^] # Re: Les licenses courtes

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Tout ça, sans parler du fait que la licence GPL est effectivement compliquée à lire, et surtout, contraignante aussi pour ceux qui décide de diffuser du code sous GPL (essayez un jour, pour voir). Il faut diffuser le code source (bon ok, ça ça va), mais aussi, il faut être prêt à donner le code source de n'importe quelle version précise du logiciel à toute personne qui le demande, et ce, jusqu'à 10 ans après la diffusion de la dite version.

        Ce genre de restrictions, ça devient très vite compliqué à gérer, aussi bien quand on est un particulier et qu'on a juste envie de partager un bout de code, que quand on est une entreprise ou une association et qu'on veut se lancer dans le libre. Juste pour savoir ce qu'on a le droit de faire ou pas, il faut embaucher un juriste. Du coup, la solution la moins coûteuse, c'est de prendre une licence plus facile à lire. A moins d'être la FSF et d'avoir une armée de juriste rompus à ce genre d'exercice. Mais dans le monde du libre, c'est rare.

        Un autre aspect, c'est que ça me paraît difficile de "vendre" du logiciel comme étant libre, mais d'expliquer qu'il y a des conditions d'utilisations aussi longues que le CLUF de Windows. Même si elles sont peut être moins restrictives, il faut les lire pour le savoir, et je ne pense pas que ça soit quelque chose qu'on peut demander à tous les utilisateurs. Comme le dit le journal: avez-vous lu votre licence?

        Finalement, une licence courte et facile à lire, c'est une très bonne arme contre le FUD, non?

        • [^] # Re: Les licenses courtes

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          prêt à donner le code source de n'importe quelle version précise du logiciel

          à partir du moment où la version a été diffusée, je suppose que c'est vrai. Par contre, ce n'est pas à l'éditeur de devoir fournir le code, mais au distributeur, comme tu le précises bien.

          à toute personne qui le demande

          non, ça c'est faux. A tout utilisateur du logiciel qui le demande.

          jusqu'à 10 ans après la diffusion de la dite version

          source ? Je n'ai jamais vu de délai dans la GPL…

          • [^] # Re: Les licenses courtes

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Après vérification, c'est 3 ans seulement (oups). C'est la section 3b de la licence (pour la GPL2, j'ai pas vérifié la GPL3):

            b) Accompany it with a written offer, valid for at least three years, to give any third party, for a charge no more than your cost of physically performing source distribution, a complete machine-readable copy of the corresponding source code, to be distributed under the terms of Sections 1 and 2 above on a medium customarily used for software interchange;

            Et il y a deux cas ou ce n'est pas nécessaire:
            - Si on distribue directement les sources avec le logiciel,
            - Ou, si on redistribue a titre non-commercial, dans ce cas on peut "faire suivre" l'offre de récupération du code que l'on a soi-même reçu.

            Ça ne pose pas trop de problèmes quand on met un logiciel en téléchargement sur internet (il suffit dans ce cas de mettre un lien vers les sources juste à côté du lien vers le binaire). C'est plus pénible quand par exemple on veut vendre un CD d'installation d'une distribution Linux contenant du code sous GPL (et pas forcément les sources qui vont avec, faute de place).

    • [^] # Re: Les licenses courtes

      Posté par . Évalué à 5.

      […] j'ai pas le melon au point de croire que ma personne requiert ma propre licence que j'ai torché au coin d'une table après 2 bières.

      Je peux difficilement ne pas me sentir concerné par cette assertion. La question n'est pas d'avoir le « melon », d'être « moche » ou « narcissique » (je ne crois mettre aussi violemment fait reprendre sur linuxfr auparavant…). J'écris du code pour m'amuser, il répond à peu près à mon besoin et à celui de quelques amis, il n'a aucune autre prétention que cela. J'ai changé de technologies 4 ou 5 fois et je fais des choix qui ne sont guidés que par mon amusement. Je ne veux mettre aucune restriction sur mon code (en fait, le code est bien trop trivial pour être soumis à une quelconque interdiction). J'hésitais entre 2 licences, j'ai choisi de fusionner les 2 parce que je ne sais pas comment marche la double licence (et que je m'en fou royalement). C'est rigolo et c'est bien parce que mon code n'a aucun prétention que je me permet de jouer avec une licence bidon, elle n'interdit rien à personne et si ça pose le moindre problème j'en changerais volontiers. Si un jour ce code est packagé quelque part, je changerais probablement de licence aussi d'ailleurs. Il manquait une clause dans la première version, ça était corrigé moins de 2h après qu'on me fasse la remarque. Je ne vois pas pourquoi, je me fais insulter en donnant tous les droits à tout le monde…

      En gros, tout une partie des gens qui veulent juste coder et rien de plus, une image AMHA fortement influence par les articles de Paul Graham et la mouvance startup.

      Non c'est bien plus vieux que ça. Il y a des gens qui veulent coder et partager leur code, pas donner un tas de restriction parce que c'est compliqué et que ça rend tout compliqué. Si vraiment tu rencontre un problème tu limite les choses en changeant de licence, mais par défaut non.

      Bien sur, dire aux gens "tu t'occupes de ça, je me charge du reste", c'est un peu la porte ouverte aux risques d'abus. Par exemple, j'ai en tête une interview (https://motherboard.vice.com/read/the-hacking-team-defectors) d'un des anciens de Hacking Team, ou il a raconté qu'après avoir eu vent d'un rapport liant la société à des abus des droits de l'hommes, les chefs ont décidés de compartimenter les équipes au contact des clients et les équipes d'ingénieurs, afin d'éviter les discussions. Et sans aller dans des cas aussi extrêmes, le fait que le commercial gère la presta en vendant n'importe quoi et que l'ingé le fasse quand même, c'est bien un des trucs qu'on reproche aux SSII.

      Quel est le rapport avec les licences ?

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Les licenses courtes

        Posté par . Évalué à -3. Dernière modification le 02/06/16 à 14:51.

        Je ne vois pas pourquoi, je me fais insulter en donnant tous les droits à tout le monde…

        Parce que tu ne l'a pas crée, tu as traduit et fusionné deux licences créées par d'autres personnes (et probablement sans demander l'accord de leurs auteurs respectifs).

        Elle a les mêmes termes ou a peu près que les deux licences d'origine -> risque de confusion.

        Et pour finir, tu as mis ton "Copyright (c)" dessus pour que personne n'y touche.

        T'avais juste à copier la WTFPL et en rester là, plutôt que trafiquer deux licences existantes, de dire que tu l'as crée de toutes pièces, et de mettre ton Copyright dessus.

        Par ailleurs, on a aussi assez de licences libres sans en créer une de plus qui n'apporte rien.

        "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

        • [^] # Re: Les licenses courtes

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Parce que tu ne l'a pas crée, tu as traduit et fusionné deux licences créées par d'autres personnes (et probablement sans demander l'accord de leurs auteurs respectifs).

          Il ne l'a pas traduite non plus. Un autre l'a fait. L'accord ? je pense que la licence est assez explicite : j'en ai RIEN A BRANLER.

          Pour le coup de la bière, cela lui a donné l'idée de rajouter une ligne pour une boisson pas forcément alcoolisé. Depuis quand on est pour protéger les idées ici ??

          Si on prend la licence initiale (dispo ici : http://sam.zoy.org/lprab/), on y lit quoi ?

          La copie et la distribution de copies exactes de cette licence sont
          autorisées, et toute modification est permise à condition de changer
          le nom de la licence.

          C'est exactement ce qu'il a fait.

          Et pour finir, tu as mis ton "Copyright (c)" dessus pour que personne n'y touche.

          Non. Le copyright était déjà présent. Il a retiré le nom de l'auteur initial "Sam Hocevar" pour y mettre "Nom prénom". Perso, je n'y vois qu'une illustration du je-m'en-foutisme de la licence. A-t-il le droit de le faire ? Oui ! Car la licence initiale le précise bien : Faites ce que vous voulez, j’en ai RIEN À BRANLER.

          Par ailleurs, on a aussi assez de licences libres sans en créer une de plus qui n'apporte rien.

          C'est comme les distributions linux :p

          • [^] # Re: Les licenses courtes

            Posté par . Évalué à -6.

            Depuis quand on est pour protéger les idées ici ??

            Si je prends DOSBox, que je le renomme et que je dis que c'est moi qui l'ai fait, tu crois que les auteurs vont réagir comment ?

            Respect élémentaire != protection des idées.

            "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

            • [^] # Re: Les licenses courtes

              Posté par . Évalué à 5.

              J'ai fais une erreur ça fait 3 fois que je le reconnais et ça fait maintenant 6h qu'elle est réparée, tu veux que j'y fasse quoi de plus ?

              Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

              • [^] # Re: Les licenses courtes

                Posté par . Évalué à -5.

                Euh, c'est pas à toi que je parlais là…

                "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

            • [^] # Re: Les licenses courtes

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              C'est censé être un argument ? Parce que sans vouloir t'offenser, tu réponds complètement à côté de la plaque ! Non parce que je te parle de la protection des idées, tu me parles de la protection du code.

              C'est comme si je n'avais pas le droit de faire un clone de DOSBox (clone, pas fork !). Avec des idées pareils, des logiciels comme LLVM n'auraient jamais vu le jour…

              • [^] # Re: Les licenses courtes

                Posté par . Évalué à -4.

                C'est censé être un argument ? Parce que sans vouloir t'offenser, tu réponds complètement à côté de la plaque ! Non parce que je te parle de la protection des idées, tu me parles de la protection du code.

                Ah, un code n'est pas une idée. Première nouvelle.

                C'est comme si je n'avais pas le droit de faire un clone de DOSBox (clone, pas fork !). Avec des idées pareils, des logiciels comme LLVM n'auraient jamais vu le jour…

                Personne ne dit que tu n'avais pas le droit.

                Fork != réappropriation.

                "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                • [^] # Re: Les licenses courtes

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Ah, un code n'est pas une idée. Première nouvelle.

                  Non. C'est la mise en oeuvre d'une idée. Nuance.

                  Personne ne dit que tu n'avais pas le droit.

                  Si. Toi, puisque selon tes dires, les idées sont protégeables.

                  Fork != réappropriation.

                  Oui, mais une réappropriation passe forcément par un fork.

                  • [^] # Re: Les licenses courtes

                    Posté par . Évalué à -4.

                    Si. Toi, puisque selon tes dires, les idées sont protégeables.

                    Pas du tout. C'est toi qui a inventé ça.

                    Protection des idées ou non, dire que le travail d’autrui est le sien c'est un mensonge. C'est tout.

                    "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                    • [^] # Re: Les licenses courtes

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Pas du tout. C'est toi qui a inventé ça.

                      A travers ton amalgame idée/code, c'est pas étonnant que je n'ai pas compris ce que tu dis

                      le travail d’autrui est le sien c'est un mensonge

                      On est d'accord. Maintenant, on repart à la base : la non demande d'autorisation des auteurs originaux des deux licences fusionnées. Tu crois sincèrement qu'il faut demander l'accord pour rajouter une phrase du type "payez moi un coup" parce qu'un autre en a eu l'idée avant ? Si oui, ben désolé, mais là, tu essaies de protéger une idée…

                      • [^] # Re: Les licenses courtes

                        Posté par . Évalué à -4.

                        On est d'accord. Maintenant, on repart à la base : la non demande d'autorisation des auteurs originaux des deux licences fusionnées. Tu crois sincèrement qu'il faut demander l'accord pour rajouter une phrase du type "payez moi un coup" parce qu'un autre en a eu l'idée avant ? Si oui, ben désolé, mais là, tu essaies de protéger une idée…

                        Non, tu inventes encore.

                        "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

                        • [^] # Re: Les licenses courtes

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 02/06/16 à 17:23.

                          Permet moi de te citer :

                          Parce que tu ne l'a pas crée, tu as traduit et fusionné deux licences créées par d'autres personnes (et probablement sans demander l'accord de leurs auteurs respectifs).

                          Mais j'invente…

        • [^] # Re: Les licenses courtes

          Posté par . Évalué à 6.

          Cool des arguments :)

          Du coup j'ai fais des changements pour aller dans ton sens (mais comme je t'aime bien il faudra que t'aille voir de toi même).

          T'avais juste à copier la WTFPL et en rester là, plutôt que trafiquer deux licences existantes, de dire que tu l'as crée de toutes pièces, et de mettre ton Copyright dessus.

          Bon c'est dommage, j'ai la tête un peu dure. Pour défendre l'idée que je fais ce que je veux de mon code (tout comme le reste du monde a le droit de se foutre de mon code ou peu le relicencier à sa guise), je n'en changerais pas pour tes beaux yeux.

          Par ailleurs, on a aussi assez de licences libres sans en créer une de plus qui n'apporte rien.

          Donner des noms (comme weboob), choisir une numérotation (\pi ou e), une licence (la WTFPL et la PLRAB), ajouter des eaters eggs,… C'est juste rigolo. Peut être pas pour toi, mais tant pis.

          Par ailleurs, on a aussi assez de licences libres sans en créer une de plus qui n'apporte rien.

          C'est ce que tu as dis pour la licence CC0 ? La beerware ? Avant de m'insulter et de me dire que je dois utiliser ta licence préférée est-ce que tu connais justement cette dernière ? Sa FAQ par exemple ? Celle qui dit explicitement que dériver la licence est prévue par la licence ?

          La multiplication de licence pose quel problème ? Dans les comptages c'est compliqué ? Ne comptons pas mon code, il est inutile et pas intéressant ! Il y a des subtilités dans la licence ? Ma licence est là pour dire que j'abandonne tous les droits possibles. C'est pas cool pour les empaqueteurs ? Il n'y a pas de packaging de prévu à court et moyen terme.

          Vous donnez l'impression de découvrir qu'il existe des licence qui sont juste rigolo alors que c'est très vieux. Tu connais la licence de vim ?

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

          • [^] # Re: Les licenses courtes

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            La multiplication de licence pose quel problème ?

            Grosso modo le même genre de souci que la multiplication des bibliothèque qui retourne les chaines en js. Ou que refaire sa crypto. Si tu fait plus que modifier le nom en prenant l'existant, y a des chances que ça soit incorrect.

            Dans les comptages c'est compliqué ? Ne comptons pas mon code,
            il est inutile et pas intéressant ! Il y a des subtilités dans
            la licence ? Ma licence est là pour dire que j'abandonne tous
            les droits possibles. C'est pas cool pour les empaqueteurs ?
            Il n'y a pas de packaging de prévu à court et moyen terme.

            Visiblement, tu sembles ne voir que dans le cas particulier de tes projets sans chercher à voir une vision plus haut niveau.

            Déjà, tu confonds 'avoir sa licence' avec 'avoir une copie de la WTFPL à son nom'. C'est 2 choses différentes. Parce que quand la licence est subtilement changé (au delà de juste changer le nom), ça cause d'autres soucis. Genre tel personne qui dit que le code est utiliser "for good and not for evil".

            Et donc rajouter des licences qui ne change rien, ça rajoute juste du bruit, et dire que c'est ok, ça envoie un message plus compliqué ("alors faire sa license, c'est pas super, sauf si tu change rien, auquel cas, c'est pas un souci") qui n'aboutit qu'à embrouiller les gens. On a encore des gens qui pensent que "free software" == "gratuit", donc je pense que si on peut s'éviter de rajouter des choses, ça serait mieux.

            Ensuite, peut être que tu veux pas non plus te préoccuper de ça, et je peux pas te forcer bien sur. Tu as le droit de faire ta licence, mais je pense que c'est la responsabilité de toute la communauté du libre de pas se tirer dans le pied comme ça.

            • [^] # Re: Les licenses courtes

              Posté par . Évalué à 4.

              Visiblement, tu sembles ne voir que dans le cas particulier de tes projets sans chercher à voir une vision plus haut niveau.

              Je pense que c'est là que mon argument est important, je ne licencie pas n'importe quel code avec cette licence. Uniquement celle d'un code jouet. Je parle de ça parce que c'est ce qui m'est reproché.

              Le cas général est différent et c'est une discussion de longue date. J'ai sincèrement l'impression que peu de gens ont lu ne serais-ce que les pages wikipedia et les pages officielles de la WTFL et de la beerware. Phk a une idée très clair sur le sujet par exemple.

              Déjà, tu confonds 'avoir sa licence' avec 'avoir une copie de la WTFPL à son nom'. C'est 2 choses différentes. Parce que quand la licence est subtilement changé (au delà de juste changer le nom), ça cause d'autres soucis. Genre tel personne qui dit que le code est utiliser "for good and not for evil".

              Les subtilités c'est quand tu pose une limite. Ici il n'y en a pas. Toutes les petites licences comme celle-ci que je connais sont des licences sans la moindre limite (CC0, beerware, WFTL, etc). Il n'y a aucune ambiguïté et elles portent un message qui est clair (une fois de plus) : j'abandonne tous mes droits sur le code. Il y a des centaines de façon de le dire.

              Je ne crois pas que des millions de gens vont se lancer dans la création de licence à cause de moi. Tu peut peut être blâmer la WFTL pour ça. Moi je n'ai pas ma page wikipedia ;)

              On a encore des gens qui pensent que "free software" == "gratuit", donc je pense que si on peut s'éviter de rajouter des choses, ça serait mieux.

              Je ne vois pas le rapport.

              Tu as le droit de faire ta licence, mais je pense que c'est la responsabilité de toute la communauté du libre de pas se tirer dans le pied comme ça.

              T'inquiète pas si un jour ça devient intéressant je changerais de licence (tu connais la SPL ? https://raw.githubusercontent.com/matildah/SPL/master/LICENSE :) ). En attendant je en fais pas de l'industriel, je ne fais pas du grand publique, je ne crois pas que le poids de la communauté repose sur mes épaules. Je ne me crois pas investis de « la communauté du libre ».

              Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Les licenses courtes

          Posté par (page perso) . Évalué à -1.

          (et probablement sans demander l'accord de leurs auteurs respectifs).

          L'accord a été explicitement donné dans les licences originales.
          il n'y a rien à demander, c'est d'ailleurs le but du libre que de ne rien demander.

          (et pour troller : il est d'ailleurs rigolo de voir une interdiction de modifier, donc pas libre, sur la GPL sensée être faites par des gens aimant le libre, le libre c'est bien sauf pour ce qu'on fait nous ;-) )

          Note : ma critique était sur le fait qu'il a écrit ici (il a ajouté sur son site mais ça n'était pas mon reproche) qu'il avait écrit les licences ce qui est faut (il a modifié des licences et l'a admis suite à mon message), pas qu'il ai fusionné les licences et surement pas parce qu'il n'aurait pas demandé un autorisation qu'il a déjà.

          • [^] # Re: Les licenses courtes

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            (et pour troller : il est d'ailleurs rigolo de voir une interdiction de modifier, donc pas libre, sur la GPL sensée être faites par des gens aimant le libre, le libre c'est bien sauf pour ce qu'on fait nous ;-) )

            RMS a justifié cela en disant que les textes légaux et de droits ne devaient pas être libres tout comme les mémoires par exemple.
            Le but est d'éviter les effets de bords d'un tel cadre : attribuer des pensées que la personne n'a jamais eu, modifier la constitution ou le texte sur lequel la protection juridique se repose, etc.

            • [^] # Re: Les licenses courtes

              Posté par (page perso) . Évalué à -4. Dernière modification le 02/06/16 à 18:10.

              Le but est (…)

              Oui, c'est bien ce que je disais : le libre c'est bien sauf pour moi, regarde j'ai une bonne raison pour ne pas faire de libre. tu te rends compte que "le but est" est aussi utilisé contre le logiciel libre de la même manière que ce que tu fais la?

              attribuer des pensées (…)

              Hors sujet complet, ça n'a rien à voir (c'est bon, on a déjà eu la discussion sur les CC ND, on doit vraiment re-expliquer encore et encore que ça n'a rien à voir? si je reprend la GPL et la modifie en disant "ce n'est pas la GPL", montre-moi comment je peux tromper le gens, par contre je ne peux pas le faire… Bizarre)


              RMS n'a jamais rien à faire du libre en dehors du code, pas une raison de accepter ses arguments à ce sujet car ce sont les mêmes qu'on peut utiliser contre le logiciel libre… Donc ok on n'aime pas en dehors du logiciel, mais pitié évitez de balancer des arguments contre le logiciel libre tout en trouvant ça acceptable juste parce que la ils sont pas utilisé contre le logiciel libre.

              Allez mon journal sur l'importance du libre en dehors du logiciel.

              Ps : je rappelle le bonheur de la GFDL qui n'était pas libre et faite par ces même libristes.

              • [^] # Re: Les licenses courtes

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Hors sujet complet, ça n'a rien à voir (c'est bon, on a déjà eu la discussion sur les CC ND, on doit vraiment re-expliquer encore et encore que ça n'a rien à voir? si je reprend la GPL et la modifie en disant "ce n'est pas la GPL", montre-moi comment je peux tromper le gens, par contre je ne peux pas le faire… Bizarre)

                Ce n'est pas hors sujet, un texte intitulé "Mémoires de x" a du sens de ne pas être modifié car cela représente la vie de la personne qui l''a écrite dont ses pensées. Cela ne me paraît pas délirant que ce genre d'ouvrages ne soient contrôlés que par l'auteur car il est concerné/impliqué bien autrement que pour les autres formes d'arts. Il ne saurait être question de modifier la pensée de la personne, ce qui pourrait avoir des conséquences d'ailleurs.

                Cet argument ne s'applique pas à l'art (pour moi un mémoire n'est pas artistique, faut le voir plus comme un journal intime mieux rédigé) et dont aux romans qui sont des fictions. Ta contre-attaque est hors sujet car je suis d'accord avec toi sur l'art libre.

                Pareil pour les licences et le droit : une licence c'est figée, permettre la libre modification peut poser des soucis : cela n'a pas de sens de modifier la loi librement comme ça (cela doit suivre un processus législatif), ni une licence car cela peut entretenir la confusion (la licence se réfère à la GPL, mais laquelle ? Éditée par qui et quand ?)

                • [^] # Re: Les licenses courtes

                  Posté par (page perso) . Évalué à -2.

                  Ce n'est pas hors sujet, un texte intitulé "Mémoires de x" a du sens de ne pas être modifié car cela représente la vie de la personne qui l''a écrite dont ses pensées

                  C'est hors sujet car tu interdits un truc basé sur ses mémoires tout en précisant que ce n'est pas ses mémoires.
                  D'ailleurs, la modification de "mémoires" est un classique (exemple : film tiré d'un mémoire).

                  Donc non, ce n'est pas une excuse pour interdire la modif.

                  Pareil pour les licences et le droit : une licence c'est figée, permettre la libre modification peut poser des soucis : cela n'a pas de sens de modifier la loi librement comme ça (cela doit suivre un processus législatif), ni une licence car cela peut entretenir la confusion

                  AUCUN RAPPORT.
                  Ici, on m'interdit de prendre la GPL, de la renommer ZeniPL en y ajoutant ou supprimant des choses, bref la GPL est l'opposé du libre (dans la licence de la licence).
                  Encore une fois, la gestion de la confusion n'a RIEN à voir avec le sujet de la liberté de modifier, toi tu dis qu'il aurait fallu interdire Iceweasel dans Debian pour ne pas prêter à confusion.

                  Ton discours est celui d'une personne qui ne veut pas faire de logiciel libre (je ne dis pas que tu ne veux pas en faire, je dis juste qu'une personne qui accepte ce genre de phrase pour la GPL doit aussi ne pas aimer que Debian modifier Firefox, car ça s'y applique autant), terrain dangereux si tu aimes le logiciel libre car tu donnes une bonne raison aux gens de dire que le logiciel libre est dangereux "si tu modifies FF, ça peut entretenir la confusion même si tu renomme en Iceweasel donc tu comprends que j'interdise")

                  (la licence se réfère à la GPL, mais laquelle ? Éditée par qui et quand ?)

                  ZenPL v123456789. Comme Iceweasel 40 dit que ce n'est pas FF.
                  C'est pour ça que je dis que c'est hors sujet : c'est une discussion que est liée au logiciel libre tout autant, et concerne la gestion de confusion qui n'a rien à voir avec la licence.

                  Ta contre-attaque est hors sujet car je suis d'accord avec toi sur l'art libre.

                  Ben non, car tu considères que ne pas avoir le droit de modifier la GPL ou un mémoire est normal. Je dis justement qu'il ne faut pas limiter le libre, et la GPL ou un mémoire devraient tout autant être modifiables (et ça n'a RIEN à voir avec la gestion e confusion, la licence s’intéresse au contenu et non au nom), et je critique justement cette idée que "des fois le libre ce n'est pas bien, surtout quand c'est moi qui fait un truc mais je refuse mes arguments quand ce sont d'autres qui font".

                  Note : je sais bien que le but de la GPL au texte non libre a pour but de ne pas propager plein de licence, mais dans ce cas on pourrait dire qu'il faut que Linux soit aussi non libre pour ne pas propager de forks tout aussi "pas bien", ça serait légitime pour un libriste comme argument, vraiment?

                • [^] # Re: Les licenses courtes

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Pareil pour les licences et le droit : une licence c'est figée, permettre la libre modification peut poser des soucis : cela n'a pas de sens de modifier la loi librement comme ça (cela doit suivre un processus législatif), ni une licence car cela peut entretenir la confusion (la licence se réfère à la GPL, mais laquelle ? Éditée par qui et quand ?)

                  C'est faux. Tu peux protéger le nom du document tout en libérant le contenu c'est ce que font Firefox et la WFTL. Ça te permettrait de forker la GPL quitte à la renommer HPL (G → H).

                  Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                  • [^] # Re: Les licenses courtes

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    D'ailleurs, il ne faut pas confondre la GPL de GNU avec celle d'Affero (souvent appelée AGPL pour éviter les confusions). Donc, c'est important de protéger le nom, qui peut sinon être repris avec une license complètement différente. Protéger le contenu de la license, par contre, ça n'a d'intérêt que pour limiter la prolifération des licences (du genre "je prend la GPL mais je rajoute une exception qui rend mon truc incompatible avec la GPL d'origine").

            • [^] # Re: Les licenses courtes

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              RMS a justifié cela en disant que les textes légaux et de droits ne devaient pas être libres tout comme les mémoires par exemple.
              Le but est d'éviter les effets de bords d'un tel cadre : attribuer des pensées que la personne n'a jamais eu, modifier la constitution ou le texte sur lequel la protection juridique se repose, etc.

              Connerie, ce n’est pas le rôle d’une licence de garantir l’intégrité des données, mais celui d’une signature.

              ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

          • [^] # Re: Les licenses courtes

            Posté par . Évalué à 7.

            il n'y a rien à demander, c'est d'ailleurs le but du libre que de ne rien demander.

            J'ai tout de même contacté les deux auteurs aujourd'hui par courtoisie et ils ont évidement confirmé cela. Je respecte donc leur licence à la fois dans la loi et dans l'esprit.

            (et pour troller : il est d'ailleurs rigolo de voir une interdiction de modifier, donc pas libre, sur la GPL sensée être faites par des gens aimant le libre, le libre c'est bien sauf pour ce qu'on fait nous ;-) )

            C'est précisément la raison de la création de la WFTL.

            Note : ma critique était sur le fait qu'il a écrit ici (il a ajouté sur son site mais ça n'était pas mon reproche) qu'il avait écrit les licences ce qui est faut (il a modifié des licences et l'a admis suite à mon message), pas qu'il ai fusionné les licences et surement pas parce qu'il n'aurait pas demandé un autorisation qu'il a déjà.

            Note à moi-même : ne plus écrire à la va vite de commentaire trop tôt le matin avec mon téléphone :)

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Les licenses courtes

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        J'hésitais entre 2 licences, j'ai choisi de fusionner les 2 parce que je ne sais pas comment marche la double licence (et que je m'en fou royalement).

        Du coup, tu as créé une troisième licence et tu vas faire hésiter les gens entre 3.
        https://en.wikipedia.org/wiki/License_proliferation

        Alors que la WTFPL te suffit, étant donné que la deuxième partie est un "peut" donc inutile (que ce soit dans la licence ou pas ne change rien à la licence), d'un côté tu as la licences ("doit", "doit pas"), de l'autre un texte "filez moi un coup à boire ou dites-moi merci si vous voulez" pas à mettre dans la licence mais ailleurs.

        Je ne vois pas pourquoi, je me fais insulter en donnant tous les droits à tout le monde…

        J'ai pas insulté, j'ai juste fait remarquer que tu ne l'avais pas écrite, contrairement à ce que tu as dit. Tu imagines si je prend Linux, le modifie et le distribue sous le nom Zenix en disant que c'est moi qui l'ai écrit?

        • [^] # Re: Les licenses courtes

          Posté par . Évalué à 2.

          Du coup, tu as créé une troisième licence et tu vas faire hésiter les gens entre 3.
          https://en.wikipedia.org/wiki/License_proliferation

          C'est une vanity licence effectivement. Si ça gène quelqu'un pour une autre raison que « c'est moche », je le modifierais en attendant moi ça m'amuse.

          J'ai pas insulté […]

          C'est pour ça que je ne t'ai pas insulté, j'ai pris en compte tes remarques et j'ai modifié la licence séance tenante :)

          Tu imagines si je prend Linux, le modifie et le distribue sous le nom Zenix en disant que c'est moi qui l'ai écrit?

          Tout à fait c'est pour ça que j'ai fais les changements aussi vite que j'ai pu.

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Les licenses courtes

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Je peux difficilement ne pas me sentir concerné par cette
        assertion. La question n'est pas d'avoir le « melon », d'être
        « moche » ou « narcissique » (je ne crois mettre aussi
        violemment fait reprendre sur linuxfr auparavant…).

        Je ne voulais pas te viser (sinon, j'aurais répondu directement à ton commentaire), mais je comprends que tu puisses le percevoir comme tel, et je suis désolé que mes propos (grossiers et provocateurs) t'es visiblement mis mal à l'aise pour avoir fait un truc qui est ton droit.

        Quel est le rapport avec les licences ?

        C'est un exemple de dérive du mode de pensée de "je m'occupe que de tel truc, le reste est trop compliqué", et la rapport avec les licences, c'est qu'il y a assez souvent des gens qui trouvent les choses trop compliqués (cf par exemple ta propre réponse).

        Non c'est bien plus vieux que ça.

        Ma foi, je suis pas sur. Mon souvenir des discussions d'il y a 15 ans, c'est que l'argument "coder pour le plaisir" n'avais pas l'importance qu'il a maintenant dans les discussions de licenses (GPL vs BSD). Bien sur, le coté "je ne veux pas donner de restriction" était la comme position philosophique assumé par rapport à la culpabilisation des partisans de la GPL, mais c'est un argument un chouia différent.

        Avec l’émergence de GitHub, je pense qu'il y a eu un fossé générationnel qui est apparu entre les gens qui faisaient du libre pour changer le monde (à tort ou à raison) et les gens qui en font parce que la collaboration, c'est bien. C'est bien sur une approximation tracé dans des grandes lignes, et la réalité est sans doute plus subtil, mais il y a quand même quelque chose.

        Il y a des gens qui veulent coder et partager leur code, pas
        donner un tas de restriction parce que c'est compliqué et que
        ça rend tout compliqué. Si vraiment tu rencontre un problème
        tu limite les choses en changeant de licence, mais par défaut
        non.

        Je suis pas non plus vraiment d'accord pour dire que ça rende tout si compliqué. Si c'était le cas, je pense qu'il y aurait plus de matos avec une variante de netbsd/freebsd plutôt que Linux. Surtout dans la mesure ou on arrête pas de dire que le code de Linux est pas claire, que les BSD ont une meilleur pile réseau et que la GPL est trop compliqué.

        Donc soit plusieurs de ses affirmations sont fausses sur les BSD, soit la GPL est pas si compliqué. Ou bien sur, les gens ne font pas des choix rationnels

        Et en fait, quand on dit "la GPL est compliqué", j'ai parfois le sentiment que c'est surtout dans le cas ou:
        - tu veux faire du proprio
        - tu veux faire chier tes concurrents (cough zfs cough)

        Les distributions Linux (qui sont des distributeurs, et donc concernés pas mal par le souci) ne passent pas un temps fou sur les licences (à part vérifier que le code est bien libre en premier lieu, ou dans le cas de Fedora, faire gaffe aux histoires de brevets, qu'on a tendance à totalement occulter malgré tout les emmerdes que ça apporte au secteur).

        • [^] # Re: Les licenses courtes

          Posté par . Évalué à 2.

          Je suis pas non plus vraiment d'accord pour dire que ça rende tout si compliqué. Si c'était le cas, je pense qu'il y aurait plus de matos avec une variante de netbsd/freebsd plutôt que Linux. Surtout dans la mesure ou on arrête pas de dire que le code de Linux est pas claire, que les BSD ont une meilleur pile réseau et que la GPL est trop compliqué.

          Je pense qu'une raison majeure de l'utilisation de la GPL est simplement l'effet de masse. C'est l'une des licences libres les plus célèbres, après tout, et encensée plus bruyamment que les autres.
          En tout cas, ce sont les raisons pour lesquelles j'avais plus "d'affinités" pour elle quand je découvrais le logiciel libre. À l'époque, j'aurai surement pas dit ça, bien sûr. Mais si on s'était avisé de me poser des questions sur la LGPL, GPL ou AGPL, j'aurai été bien embêté. Oui, je connaissais les grandes lignes, mais, par exemple, je n'ai jamais su quelle est la différence entre la v1 et la v2 de GPL. Pour la v3, je crois que c'est un truc lié au code qui tourne sur du matos loué?
          Malgré que je les aie lues, et plus d'une fois, j'ai découvert aujourd'hui cette histoire de devoir fournir le code pendant 3 ans… Mon cerveau à du le zapper à chaque lecture.

          Maintenant que je me soucie vraiment de comprendre les autorisations liées à un bout de code, je préfère des licences courtes (BSD 2/3 clauses, MIT, zlib…) qui restreignent moins que la GLP&co. Moins complexes. Lisibles.
          Sinon les licences CC me semblent bien aussi, même si j'admets ne jamais les avoir lues.

          Pour faire comme toi le lien avec du code, il y à plus de systèmes qui tournent avec:

          • la version GNU de coreutils
          • libstdc++
          • glibc

          Alors que, sincèrement, pour avoir lu le code de 2 commandes (yes et echo, de mémoire. Des commandes relativement simples, quoi.) des coreutils GNU, FreeBSD, NetBSD et OpenBSD, le code GNU est le moins lisible et de très loin. Le plus lisible était NetBSD, puis OpenBSD.
          Ça me fait penser que je n'ai pas lu le code de busybox, et qu'à l'heure actuelle, c'est le sort -n de busybox que j'utilise, celui de GNU ne fonctionnant pas comme je veux (et ajouter l'option -b, qui ignore les blancs d'en-tête, ne change rien):

          % ps -orss,vsz,comm -A | sort -n | grep -C 3 'ssh-agent' 
           1108   4252 runsvdir
           1424   4256 acpid
           2116   8172 pager
            336  10700 ssh-agent
           1108  10928 dropbear
           1808  15492 init
           1900  15952 xinit
          
          % ps -orss,vsz,comm -A | busybox sort -n | grep -C 3 'ssh-agent'
              0      0 writeback
            RSS    VSZ COMMAND
              4    160 ngetty
            336  10700 ssh-agent
            672   5964 cat
            704   5964 cat
            720   4712 busybox
          

          Pour ce qui est des lib C et C++, quand j'ai un doute sur un prototype ou une struct (parce que les manpages sont super mal branlées de ce point de vue, sans parler du fait qu'il n'y a rien pour la STL), je vais lire les header de la libc++ (de llvm) ou de muslc.
          Les headers sont moins chargés, moins de branchements et inclusions, et accessoirement, la dernière fois que j'ai regardé, les espaces et les tabulations n'étaient pas mixés pour l'indentation. Contrairement au code GNU.

          Dans la pratique, j'ai la flemme de recompiler ma Debian pour me débarrasser des outils GNU en faveur des alternatives plus propres. Et je parie que je ne suis pas le seul dans ce cas.
          Donc, oui, vraiment, je doute que l'usage actuel des outils GNU (code comme licences) tiens énormément à un effet de masse et d'historique.
          Absolument pas à des choix techniques éclairés.

          Pour le code kernel (puisque tu as cité Linux), je n'en ai aucune idée, je n'ai pas encore osé mettre mon nez dedans. Les kernels restent des choses qui m'intimident, et de toute façon je n'aurai pas vraiment d'usage: je ne parviens pas à imaginer ce que je pourrai leur apporter :D

  • # LPRAB

    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 02/06/16 à 15:09.

    Pour ne pas se casser la tête, il suffit d'adopter la Licence Publique Rien à Branler :

                   LICENCE PUBLIQUE RIEN À BRANLER
                         Version 1, mars 2009
    
    Copyright (C) 2009 Sam Hocevar
     14 rue de Plaisance, 75014 Paris, France
    
    La copie et la distribution de copies exactes de cette licence sont
    autorisées, et toute modification est permise à condition de changer
    le nom de la licence. 
    
            CONDITIONS DE COPIE, DISTRIBUTON ET MODIFICATION
                  DE LA LICENCE PUBLIQUE RIEN À BRANLER
    
     0. Faites ce que vous voulez, j’en ai RIEN À BRANLER.
    
    • [^] # Re: LPRAB

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      1. Faites ce que vous voulez, j’en ai RIEN À BRANLER.
      1. Pour toutes remarques, questions, interrogations, demandes d'aide, etc… non couverte par la-dite licence, se référer au point 0. xD

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.