Journal Twitter et les politiques de censure.

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
17
29
jan.
2012

Nales, Naux,

J'espère ne pas faire doublon avec l'un des vôtres, mais je souhaite partager ici ma réaction fraîche à l'annonce de la nouvelle politique du réseau social Twitter. Ce dernier a en effet décidé de « retenir » (withhold — l'expression deviendra sans doute fameuse) les tweets considérés comme illégaux dans les pays où ils auraient dû transités.

Starting today, we give ourselves the ability to reactively withhold content from users in a specific country.

Le site a pris le parti d'une “rétention” des tweets en fonction du contexte : cela ne s'appliquera pas de façon automatique mais « reactively », de façon réactive — autre pirouette linguistique.

À l'heure où Google accroit plus encore son ingérence informatique, certains accusent déjà Twitter de se détourner de ses principes. Mais quels principes ?
Il y a un an, un billet intitulé Tweets must flow lançait effectivement un plaidoyer pour la liberté d'expression aux allures de déclaration solennelle. Pourtant, on pouvait déjà y lire :

There are Tweets that we do remove, such as illegal Tweets and spam.

« Illegal » : le mot est lâché, à la fois incontestable et difficile à préciser ; surtout sur Internet. Mais cet avis n'engage que moi, puisque Twitter garantit dans son billet actuel :

We have also built in a way to communicate transparently to users when content is withheld, and why.

Ainsi, et malgré la promesse que les « tweets still must flow », de nombreux blogs accusent aujourd'hui le célèbre réseau social de faire le jeu de la censure. Le billet de l'équipe de Twitter répond néanmoins à ces attaques par des arguments qui vont, à mes yeux, du pertinent au carrément spécieux.

Pertinent d'abord, lorsqu'on nous dit qu'un réseau non-neutre — et dont on sait qu'il l'est — vaut probablement mieux que pas de réseau du tout :

Until now, the only way we could take account of those countries’ limits was to remove content globally. Starting today, we give ourselves the ability to reactively withhold content from users in a specific country — while keeping it available in the rest of the world.

Judicieux ensuite, lorsqu'on nous soumet à nos propres contradictions , d'une manière certes efficace bien que peu subtile :

We will enter countries that have different ideas about the contours of freedom of expression. […] Others are similar but, for historical or cultural reasons, restrict certain types of content, such as France or Germany, which ban pro-Nazi content.

Spécieux enfin, lorsque l'argument se justifie lui-même… et difficilement :

In short, we believe the new, more granular approach to withheld content is a good thing for freedom of expression […] It (also) allows users to see whether we are living up to our freedom of expression ideal.

A contrario, un autre argument aurait sans doute eu raison de toute contestation rhétorique : « Twitter : 300 millions d'utilisateurs. Bientôt plus. »

Vraiment ?


Journal rédigé sous l'influence combinée de thé vert et de madeleines premier prix.

  • # xmpp

    Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

    Il est vraiment grand temps que les clients de messagerie instantané libre soient améliorés pour faire du réseau social, en implémentant certaines extensions xmpp.

    Parce qu'après tout, qu'est ce twitter ? un client de messagerie instantanée en ligne, avec des fonctions de réseau social. D'ailleurs, bon nombre de clients de messagerie instantanée implémente son protocole.

    Et si on veut diffuser ses messages à tout le monde, une petite appli web qui les diffusent, implémentant XMPP pour recevoir les messages (et serait donc un "ami" dans le client de messagerie). On installe son appli web sur son site perso et voilà.

    Décentralisation. Protocole standard et distribué. Indépendance du "réseau". Choix du client. Plus de censure.

    • [^] # Re: xmpp

      Posté par . Évalué à  5 .

      Même si les choix d'implémentation ne sont pas basés sur XMPP, c'est un peu le principe de status.net. Chacun peut installer son propre serveur et discuter avec les autres. Ce n'est pas parfait mais dans l'idée, c'est ce que tu décris. C'est vrai que XMPP est particulièrement adapté.

      Pour contourner la censure, il faut à tout prix éviter la centralisation et promouvoir le chiffrement.

    • [^] # Re: xmpp

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      La décentralisation est intéressante, mais techniquement cela a des conséquences a évaluer.

      Quand certains "twittos" ont des millions de suiveurs, quel est la faisabilité de faire suivre autant de messages sur le réseau en gardant une certaine instantanéïté ? Push ou Pull ?

      xmpp est-il vraiment adapté et/ou adaptable ?

      • [^] # Re: xmpp

        Posté par . Évalué à  3 .

        Indexer des hashtags ou faire des recherches dans un contexte décentralisé est aussi plus compliqué, c'est des problématique de p2p.

        • [^] # Re: xmpp

          Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

          Tout à fait.
          Un exemple: l'autre jour, il y a une petite secousse sismique. Sur le coup je me suis demandé si c'était moi, mon immeuble ou un tremblement de terre. Pour avoir une réponse rapidement (dans les 5s), je cherche "tremblement" sur Twitter et je trouve des messages qui le confirment.
          Avec un service décentralisé, comment peut-on faire une recherche en quasi-temps réel? Je ne sais pas comment marche techniquement la circulation de posts sur Diaspora, mais je ne suis pas sûr que ça soit aussi rapide que Twitter.

    • [^] # Re: xmpp

      Posté par . Évalué à  6 .

      Pourquoi une appli Web ?

      Autrement dit : pourquoi pas une appli FTP ou SSH pour faire du XMPP ?

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: xmpp

        Posté par . Évalué à  -2 .

        Parce que le web est une plateforme et ftp/ssh des protocoles.

        BeOS le faisait il y a 15 ans !

      • [^] # Re: xmpp

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        pour que tu puisses publier tes messages en public, même à ceux qui n'ont pas xmpp, ou qui ne te savent pas si tu es sur xmpp ou pas...

    • [^] # Re: xmpp

      Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

      Il est vraiment grand temps que les clients de messagerie instantané libre soient améliorés pour faire du réseau social, en implémentant certaines extensions xmpp.

      Tu sais, on n'est pas contre un coup de main si vous voulez que ça aille plus vite ;)

    • [^] # Re: xmpp

      Posté par . Évalué à  2 .

      Il est où ce twitter-like décentralisé ?

      Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

      • [^] # Re: xmpp

        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

        SMTP?

        Newton Adventure est sur Lumière Verte : http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=187107465

  • # Minitel 2.0

    Posté par . Évalué à  6 .

    C'est vrai que c'est questionnant tout ça... on aurait un réseau qui permettrait à chacun d'être son propre hébergeur, on aurait pas ce problème. Alors que le minitel rose social, même avec de gros tuyau, ça reste un service hébergé par un tiers, tiers qui n'a pas forcément d'avoir envie d'avoir des problème pour ce que des gens aurait écrit.

    Par exemple, ça ne me choque absolument pas qu'un courrier des lecteurs filtre les courriers qu'il imprime. Ce n'est pas parce que tout le monde confond "neutralité du net" et neutralité de "google facebook twitter" que ces trois groupes doivent se sentir investi d'une mission.

    Mais sinon, je colle à l'avis de l'auteur du journal sur le découpage "pertinent, judicieux, spécieux"

    • [^] # Re: Minitel 2.0

      Posté par . Évalué à  4 .

      on aurait un réseau qui permettrait à chacun d'être son propre hébergeur

      Pour héberger des messages courts je pense qu'une connexion ADSL standard en France fait tout à fait l'affaire… c'est sans doute ailleurs que se trouve le problème : équipement des gens, mentalité, etc.

      • [^] # Re: Minitel 2.0

        Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

        complexité

        • [^] # Re: Minitel 2.0

          Posté par . Évalué à  1 .

          Quand des gens qui arrivent à remplir ce mastodonte de déclaration d'impôts en france me disent que c'est trop complexe de configurer Apache, j'ai franchement envie de rigoler...

          • [^] # Re: Minitel 2.0

            Posté par . Évalué à  2 .

            S'pas pareil : les impôts, ça concerne directement le fric que l’État va leur "voler" !

  • # Neutralité du Net: politique vs technologies de contournement

    Posté par . Évalué à  8 .

    Les attaques contre la neutralité du réseau se multiplient. Timides au début, elles gagnent en force et en arrogance au fur et à mesure de leur succès.

    Avant hier DAVDSI, maintenant LSQ/EUCD/DMCA/LOPSSI/HADOPI/ACTA/SOPA/PIPA/ARJEL/IPRED/… en passant par les DNS menteurs et les promesses de Big Google de ne pas être méchant alors même qu'il scrute et analyse tous nos cybers faits et gestes.

    Pour amuser la galerie nous avons droit, quand c'est nécessaire (c'est peut-être le hasard, mais ça tombe bien faut avouer), à un épisode amusant et très médiatique comme la récente affaire Mégaupload ou bien encore ces braves Anonymes qui partent en croisade avec leur terrible LOIC.
    Panem et circenses…

    Quant à la confidentialité active (chiffrement volontaire de ses échanges), je ne doute pas que s'il n'était nécessaire au commerce électronique, le chiffrement serait purement et simplement interdit. (comme cela l'était d'ailleurs jusqu'en 1998)

    Au final un véritable arsenal aux effets mal connus du public(qui se rappelle de LSQ ou du plus récent ARJEL?) qui prolifère allègrement comme le montre le nombre d'acronymes cités plus haut (et il en manque!).
    Ajoutez à cela le fait que des lois écrites dans un pays puissent avoir des effets de bord à l'extérieur de ses propres frontières (comme la saisie de noms de domaine par exemple) et vous obtenez un ennemi diffus, mal connu, voire invisible (à contrario de la censure par "caviardage" qui se pratiquait encore dans les journaux au début des années 60 et qui, elle, avait le mérite de se montrer au grand jour.)

    Alors bien sûr on peut, dans une certaine mesure, inventer des technologies de contournement. Mais ce n'est pas la solution, ne serait ce que parce que ces technologies ne touchent qu'un minorité d'utilisateurs et que cette minorité est très loin d'atteindre la masse critique.

    Je pense que la liberté d'expression et le droit au respect de la vie privée tel que défini dans notre constitution, n'est pas négociable et qu'en la matière le rôle de l'état et de veiller à ce que chaque citoyen puisse jouir pleinement de ses droits.

    Malheureusement on observe trop souvent des dérives dues outre à de l'incompétence notoire, à de la complaisance et des collusions avec des intérêts privés ou idéologiques voire électoralistes (pas d'exemple ici, merci, afin de ne pas donner à manger au Troll).

    IMHO, la solution est purement politique et la technologie ne peut en aucun cas se substituer à un problème politique.
    D'ailleurs si Twitter se met soudainement (opportunément?) à "retenir" certaines informations c'est sans doute sous l'effet d'une pression politique (ou, ce qui revient au même, par peur de déplaire à certains).

    Et, désolé mais non, je ne peux pas, en guise de justification, comparer Twitter à un courrier des lecteurs dont l'éditorialiste contôlerait le contenu.

    Mais finalement, tout cela dans quel but? Bonne question. Faire d'internet une arme de manipulation des masses (comme l'est déjà la télévision)? C'est bien possible.

    Oh, bien entendu il restera à tous les gus dans leurs garages (dont je fais partie) la possibilité de s'auto-héberger pour échanger en toute confidentialité leur acrimonies et quelques photos de vacances via UUCP. Comme ça l'honneur est sauf.

    Bienvenue dans le meilleur des mondes.

    • [^] # Re: Neutralité du Net: politique vs technologies de contournement

      Posté par . Évalué à  7 .

      tout à fait, le but du jeux est d'implémenter le modèle de la télévision sur internet (avec un peu d'interactivité clounesque ) en gros de mettre le modèle décentralisé à la remorque du modèle centralisé.

      Marginalisé les hackers et généralisé le rapport consumériste venant du modèle précédent.
      C'est une véritable invasion barbare...

      • [^] # Re: Neutralité du Net: politique vs technologies de contournement

        Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

        Marginalisé les hackers et généralisé le rapport consumériste venant du modèle précédent.
        C'est une véritable invasion barbare...

        En même temps si on est d'accord pour dire qu'Internet n'appartient à personne, il n'appartient pas plus aux hackers qu'aux marchands . Le vrai problème est que les marchands avec leurs influences politique et financière veulent et arrivent à transformer Internet selon leur vision qui est à l'opposé de la notre. C'est à nous de nous battre en proposant des alternatives, à leurs produits, qui correspondent à nos idéaux et pas simplement militer contre la centralisation des données. Kazaa a eu plus d'impact que n'importe quelle pétition ...

        tout à fait, le but du jeux est d'implémenter le modèle de la télévision sur internet (avec un peu d'interactivité clounesque ) en gros de mettre le modèle décentralisé à la remorque du modèle centralisé.

        Il fallait s'y attendre. Internet remet toute l'Économie et la Politique en question, plus celui-ci aura de l'influence plus ils voudront le contrôler. A nous de faire en sorte de développer des outils qui ne leur permettra pas de le faire.

    • [^] # Re: Neutralité du Net: politique vs technologies de contournement

      Posté par . Évalué à  5 .

      C'est marrant, parce que je suis d'accord avec le principe énoncé mais je ne place pas les responsabilités au même endroit :

      Big Google de ne pas être méchant alors même qu'il scrute et analyse tous nos cybers faits et gestes

      Il ne scrute que ce qui passe par leurs serveurs. Donc soit le moteur de recherche (que je peux parfaitement ne pas utiliser) et les outils qu'utilisent les webmaster (j'ai qu'à faire attention à là où je vais). Personne ne nous force à utiliser des services fournit par des sociétés qui nous propose le service sous certaines conditions.

      Je pense que la liberté d'expression et le droit au respect de la vie privée tel que défini dans notre constitution, n'est pas négociable et qu'en la matière le rôle de l'état et de veiller à ce que chaque citoyen puisse jouir pleinement de ses droits.

      Mais c'est bien pour ça que tu as le droit de t’héberger pour pouvoir écrire tout ce que tu veux, et c'est aussi au noms de ces liberté qu'on ne va pas pouvoir imposer à une entreprise d'utiliser ses serveurs pour afficher des choses qu'elle aurait décidé de ne pas afficher.

      Et, désolé mais non, je ne peux pas, en guise de justification, comparer Twitter à un courrier des lecteurs dont l'éditorialiste contôlerait le contenu.

      Ce n'est pas un argument ça. On est plusieurs à défendre la position «internet est un espace comme les autres, il ne nécessite pas de lois nouvelles, tout l'arsenal juridique nécessaire existant déjà», à partir de là, considérer l'éditeur d'un contenu comme libre de ce qu'il décide d'afficher ne me semble pas déconnant.
      Après, ce pose le problème plus philosophique du légal et du légitime, mais pour reprendre l'exemple de Twitter, cela ne me choquerait pas qu'on me refuse un espace pour exprimer une idée négationniste (ou un appel à la violence) (car la loi m'interdit de le faire, donc à partir de là, je vois pas pourquoi quelqu'un se mouillerait pour quelque chose que je peux faire moi même), ce qui me choque, c'est que la loi soit écrite dans ce sens.

      Oh, bien entendu il restera à tous les gus dans leurs garages (dont je fais partie) la possibilité de s'auto-héberger pour échanger en toute confidentialité leur acrimonies et quelques photos de vacances via UUCP. Comme ça l'honneur est sauf.

      Bienvenue dans le meilleur des mondes.

      Ça reste un monde que les utilisateurs ont majoritairement décidé d'avoir. Et à un moment, décider à la place des gens ce qui est bon pour eux et comment ils doivent vivre me semble un chouilla malsain. Qu'est ce que je fais du coup ? J'incite les gens à avoir leurs propres blogs et leur fournit l'appui technique. Des qu'une discution s'oriente sur l'informatique et les réseaux je présente les enjeux et conséquences du "minitel 2.0". La neutralité du réseau et un problème entre le FAI et son client. Exiger de Twitter qu'il héberge tout et n'importe quoi reviens à demander à Microsoft de faire du logiciel libre... ça nous ferrait tous plaisir, mais on n'a aucun droit pour l'exiger. Il faut faire changer la mentalité de la base pour que les entreprises trouvent leur compte à coller à nos envies.

      • [^] # Re: Neutralité du Net: politique vs technologies de contournement

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        Il ne scrute que ce qui passe par leurs serveurs. Donc soit le moteur de recherche (que je peux parfaitement ne pas utiliser) et les outils qu'utilisent les webmaster (j'ai qu'à faire attention à là où je vais).

        Oui mais non. En utilisant noscript on peut voir l'omniprésence des scripts d'espionnage sur tout types de site. Il s'agit bien d'espionnage puisque les utilisateurs lambda n'en auront pas conscience.

        De plus, dire qu'il suffit de faire attention où l'on surf, c'est comme dire qu'il suffit de faire attention où l'on se balade si l'on ne veut pas être filmé par des caméras de surveillance. Autrement dit, l'omnisurveillance dans les lieux publiques ne saurait être remise en question.

        • [^] # Re: Neutralité du Net: politique vs technologies de contournement

          Posté par . Évalué à  2 .

          De plus, dire qu'il suffit de faire attention où l'on surf, c'est comme dire qu'il suffit de faire attention où l'on se balade si l'on ne veut pas être filmé par des caméras de surveillance. Autrement dit, l'omnisurveillance dans les lieux publiques ne saurait être remise en question.

          Il faut bien faire la distinction "voie public" et "établissement recevant du public". Une surveillance de la "voie public" est comme une surveillance de ma connexion par mon FAI : intrusive et à combattre. À coté de ça, un magasin qui a envie de mettre une armada de caméra ou un site qui met en place un suivi de ses utilisateurs ben comment dire...
          Le problème, c'est surtout que les autres en ont rien à foutre et sont prés à echanger des informations personnelles contre un service/des informations/un réseau social. Facebook est la preuve que "tout le monde" est près à offrir sa vie privé en échange d'un service de communication. Si tout le monde est content, je suis qui moi pour leurs expliquer qu'il ont tous tort, que je sais mieux ce qui est bon pour eux, et que de toutes facons, ils sont trop bête, c'est moi qui ai raison ? (et c'est pourtant pas l'envie qui me manque par moment)

          • [^] # Re: Neutralité du Net: politique vs technologies de contournement

            Posté par . Évalué à  4 .

            Facebook est la preuve que "tout le monde" est près à offrir sa vie privé en échange d'un service de communication

            Je suis personnellement partagé entre deux idées :

            • « les gens c’est des cons » : ils balancent tout sur Facebook alors que ça fait des années qu’on dit que c’est mal ;
            • et « les gens c’est juste des ignorants » : ils ne savent pas ce qu’ils « risquent » vraiment.

            Ben plus je me pose la question, plus je me dis que c’est un peu les deux : les gens sont cons puisque, malgré les avertissements, ils ne veulent toujours pas comprendre pourquoi balancer sa vie sur Facebook est une idiotie.

  • # Nul n'est sensé ignorer la loi.

    Posté par (page perso) . Évalué à  -3 .

    Bha oui, il veulent faire du commerce dans les pays en question, il doivent y respecter la loi.
    La loi dit que on ne peux pas tenir certains propos, il est donc logique que Twitter respecte la loi.
    Sinon, ils vont se prendre des amandes qu'il devront payer.

    • [^] # Re: Nul n'est sensé ignorer la loi.

      Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

      Je prend les amandes tout en te laissant les amendes.
      (c'est fou comment une lettre peut changer l'écrit en français alors qu'à l'oral on n'entend aucune différence...)

    • [^] # Re: Nul n'est censé ignorer la loi.

      Posté par . Évalué à  5 . Dernière modification : le 30/01/12 à 00:57

      Twitter est une boite privée qui veut juste gagner du fric dans son coin avec des contenus fournis par des utilisateurs, tout comme facebook. Ils ne cherchent pas particulièrement à défendre la liberté d'expression et n'ont aucune obligation de service envers les utilisateurs. Ils ferment les comptes ou suppriment les contenus qui ne les arrangent pas s'ils le veulent. C'est leur espace de stockage et leur bande passante. Si vous voulez votre liberté d'expression, affichez vos discours sur un panneau d'expression libre de votre patelin ou faites un discours aux :en:Speaker's Corner londoniens. Pour le net, auto-hébergez-vous et, si vous n'en avez pas le temps ou les compétences, faites un don à Beedbox ou freedombox. Mais ne vous attendez pas à ce qu'une multinationale évaluée en milliards prenne un risque pécunier même faible pour défendre vos libertés d'écrire vos opinions.

  • # Pauvre Syrie, Chine, Birmanie et autres contrées soumises à la tyrannie :-(

    Posté par . Évalué à  0 .

    Twitter a été un formidable outil de révolution et de promotion de la liberté. Là Twitter essaye d'instaurer une censure pour être en harmonie avec des lois nationales dont certaines sont scélérates et liberticides ? A quoi bon aller sur internet maintenant si c'est sur un web épuré, politiquement correct, pro-régime quel qu'il soit ? C'est ça la révolution numérique ?

  • # Et si…

    Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

    Et si cette nouvelle politique de censure permettait aux dissidents d'accéder plus facilement aux tweets non approuvés par le gouvernement?

    Je m'explique.

    Avant, quand un gouvernement (le gouvernement chinois) râlait, il bloquait le site incriminé (twitter) à l'aide de son Great Firewall, jusqu'à ce que le site en question supprime l'information (le tweet) pour négocier auprès du gouvernement un rétablissement de l'accès à son site.

    Ce qui fait que même en passant par un proxy étranger, les dissidents ne pouvaient pas avoir accès à cette info.

    Maintenant que twitter s'engage officiellement dans la voie de la censure, l'information n'est bloquée que dans le pays concerné. Elle reste donc accessible pour les dissidents qui passent par des proxys étrangers, et qui peuvent ainsi savoir précisément, par comparaison, ce que leur gouvernement ne veut pas qu'ils sachent.

    Alors, est-ce que je vis dans le monde des bisounours, où est-ce que twitter a essayé de faire d'une pierre deux coups, en se faisant copain-copain avec les gouvernements, pour le business, et avec les dissidents, pour l'image?

    • [^] # Re: Et si…

      Posté par . Évalué à  2 .

      l'information n'est bloquée que dans le pays concerné.

      j'ai loupé un truc ? pour moi un tweet est visible ou pas; ça ne dépend pas du pays.

  • # J'aime pas : j'utilise pas

    Posté par . Évalué à  0 .

    Ca me fait marrer tous ces gens qui gueulent contre ce que fait twitter...

    Vous aimez pas ce qu'ils font ? Arreter d'utiliser leur service. Ca sera beaucoup plus efficace que de gueuler dans le vent !

    Je vous assure qu'on peut se passer de twitter : j'ai jamais utilisé, je ne m'en porte pas plus mal pour autant.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.