Journal Introduction [propriétaire] à l'open source et au logiciel libre

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
19
mar.
2008
Smile, une boîte française qui voudrait se faire connaître dans le libre, publie une introduction au libre, sous forme de « libre blanc » (c'est à la mode), en 75 pages, écrit sous OOo 2.0, au format PDF 1.4, pesant 823 Kio... sous licence... CC by-nc-nd !

http://www.smile.fr/publications/livres-blancs/open-source-e(...)

Ironique d'introduire le libre par un document propriétaire...

Faut-il le rappeler ? Les clauses NC = Noncommercial (Pas d'Utilisation Commerciale) et ND = No Derivative Works (Pas de Modification) rendent la licence clairement propriétaire, respectivement pour violer deux des quatre libertés fondamentales du libre, à savoir la non-discrimination (liberté 0) et la modification (liberté 3) :
* Liberté 0 : La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages.
* Liberté 1 : La liberté d'étudier le fonctionnement du programme.
* Liberté 2 : La liberté de redistribuer des copies.
* Liberté 3 : La liberté d'améliorer le programme et de publier ses améliorations.

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/

L'idéal aurait été les licences CC by ou CC by-sa, respectivement Paternité (Attribution) et Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique (Attribution-Share Alike) :
http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/
http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/deed.fr

http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/
http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr
  • # Mouais...

    Posté par . Évalué à  -3 .

    * Liberté 0 : La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages.
    * Liberté 1 : La liberté d'étudier le fonctionnement du programme.
    * Liberté 2 : La liberté de redistribuer des copies.
    * Liberté 3 : La liberté d'améliorer le programme et de publier ses améliorations.

    Faut-il le rappeler, ces libertés définissent le LOGICIEL libre SELON la FSF.

    Heureusement, le libre ce n'est pas QUE cela.

    Pour rappel, le NC ne gène pas le libre, il ne gène que les boites qui veulent faire de l'argent avec le libre (je sais, certains extrémistes me parleront des CDs accompagnant un magazine... mais souvant il suffit dans ce cas de demander).

    Le ND est beaucoup plus problématique par contre, je suis d'accord.
    • [^] # Re: Mouais...

      Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

      « Le contrat social Debian » ou plus précisément « Les principes du logiciel libre selon Debian » disent :

      1. Redistribution libre et gratuite.
      La licence d'un composant de Debian ne doit pas empêcher quiconque de vendre ou de donner le logiciel sous forme de composant d'un ensemble (distribution) constitué de programmes provenant de différentes sources. La licence ne doit en ce cas requérir ni redevance ni rétribution.


      [...]

      6. Aucune discrimination de champ d'application.
      La licence ne doit pas défendre d'utiliser le logiciel dans un champ d'application particulier. Par exemple, elle ne doit pas défendre l'utilisation du logiciel dans une entreprise ou pour la recherche génétique.


      http://www.debian.org/social_contract.fr.html

      De même pour « The Open Source Definition » de l'OSI (OpenSource Inititiative) qui s'appuie, voire copie sur « Les principes du logiciel libre selon Debian » (et c'est très bien).

      1. Free Redistribution
      The license shall not restrict any party from selling or giving away the software as a component of an aggregate software distribution containing programs from several different sources. The license shall not require a royalty or other fee for such sale.


      [...]

      5. No Discrimination Against Persons or Groups
      The license must not discriminate against any person or group of persons.

      6. No Discrimination Against Fields of Endeavor
      The license must not restrict anyone from making use of the program in a specific field of endeavor. For example, it may not restrict the program from being used in a business, or from being used for genetic research.


      http://opensource.org/docs/osd
      http://www.debian.org/social_contract.en.html

      Qui d'autre définit le « libre » ? Existe-t-il des termes antinomiques ?
      • [^] # Re: Mouais...

        Posté par . Évalué à  10 .

        Qui d'autre définit le « libre » ?

        oh, plein d'autres personnes j'imagine (et j'espère) : les artistes, les poètes (même s'ils gardent leurs droits d'auteurs...), moi-même si je me donne la liberté de le faire, ma voisine, plus prosaïquement le législateur, les prisonniers, leurs geôliers, mais aussi le Général de Gaulle (Vive le Québec libre !), ses détracteurs, l'Open Source Initiative, bref, tout le monde non ?

        À partir du moment où une organisation s'arroge le droit d'avoir seule la vérité sur un concept (cf. fsf), surtout si celui-ci touche la notion de liberté, cela commence à sentir mauvais...

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: Mouais...

          Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

          Le _*LIBRE*_, pas la liberté...
          • [^] # Re: Mouais...

            Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

            LE _*LOGICIEL LIBRE*_ , pas le libre qui ne veux rien dire
            • [^] # Re: Mouais...

              Posté par (page perso) . Évalué à  -4 .

              Non, dans ce contexte, c'est le libre, sous-entendu logiciel, mais aussi écrit, contenu, art, etc.
              • [^] # Re: Mouais...

                Posté par . Évalué à  5 .

                Non, justement, les 4 règles énnoncées ne concernent à la base QUE le logiciel libre.
                • [^] # Re: Mouais...

                  Posté par (page perso) . Évalué à  -1 .

                  Moi, en tout cas, je n'ai jamais entendu parler de documentation GPL, ce qui n'aurait de toutes façons aucun sens. Ceux qui disent n'ont vraiment jamais réalisé de documentation.
                  Et puis, les licences CC n'ont pas à être comparé aux licences libres, elles ne désignent pas les même produits.
                  Ce serait comparer la "licence" d'utilisation de mon véhicule, avec la licence de xmame.
                  • [^] # Re: Mouais...

                    Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

                    tiens, c'est bizarre, sur un projet j'ai de la doc' GPL : plein de pages de man http://cvs.gna.org/cvsweb/eagleusb/doc/sources/eaglediag.xml(...)

                    J'ai même une page sur un wiki sous quadruple licence dont la GPL2+ http://faq.tuxfamily.org/Licence/Fr
                    Je ne vois pas de problème, le source c'est simplement la version "raw" et au pire la version HTML peut être la "source préférée pour les modifications", tout simplement.

                    Par ailleurs, cela ne pose aucun problème à Open Arena d'avoir des musiques GPL, des textures GPL, des cartes GPL, des docs GPL... la licence globale du projet s'applique, tout simplement... (c'est d'ailleurs l'objet du projet d'avoir tous les artworks en libre).

                    En outre, les licences CC-by et CC-by-sa rentrant dans les critères communément admis du libre, il n'y a pas trop de souci non plus ? Les restrictions supplémentaires en revanche n'ont que peu de légitimité et viennent visiblement apporter plus de confusion qu'autre chose, ce pourquoi elles ne sont pas retenues par ceux qui souhaitent faire du libre.
    • [^] # Re: Mouais...

      Posté par . Évalué à  1 .

      Tout à fait d'accord avec Nyco, *toutes* les définitions ou licence de "logiciel libre" ou "open source" contiennent (éventuellement indirectement) ces 4 libertés et *toutes* proscrivent une clause telle "NC".
    • [^] # Re: Mouais...

      Posté par . Évalué à  9 .

      mais souvant il suffit dans ce cas de demander
      d'ailleurs dans *toutes* les définitions de "libre" ou "open-source", il est écrit qu'il ne doit pas être fait de discrimination. Devoir demander implique que la réponse n'est pas connue d'avance et donc qu'il pourrait y avoir discrimination.

      En tout cas, je trouve énorme que ton commentaire puisse obtenir une note >=6 sur linuxfr.
      • [^] # Re: Mouais...

        Posté par . Évalué à  2 .

        c'est sûr, la préférence sélective, c'est mal on devrait toujours tout donner sans tenir compte du contexte :

        "bonjour, je suis musicien amateur, j'ai trouvé vos photos sur flickr sous licence CC-BY-ND-NC, je voulais utiliser l'une d'elle pour illustrer la pochette de mon album autoproduit parce que je la trouve sympa, je vous envoie quelques albums gratuit en échange, ça vous va ?"

        à comparer avec :

        "bonjour,
        rédacteur au journal "photo numérique magazine hebdo", distribué à 300 000 exemplaires dans les kiosques, je fais un article sur les choses à ne pas faire en photo numérique, et j'ai trouvé que votre album sur flickr représentait un paquet d'erreurs notables (exposition, cadrage, flou) rendant votre travail particulièrement pitoyable mais bien représentatif des erreurs de débutant. La clause CC-BY-ND-NC m'empêche de les réutiliser, mais je peux le faire quand même avec votre autorisation ? L'url de votre site sera bien entendu indiqué, histoire que nos lecteurs ne croient pas que c'est du pipeau. Merci d'avance."

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: Mouais...

          Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

          Sauf que le Droit_Moral ne peut être cédé, et je cite WP qui cite le CPI :
          Il est défini à l'article L. 121-1 du code de la propriété intellectuelle, qui précise que : « L'auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son œuvre.»

          Même avec une licence ultra-permissive l'auteur peut toujours râler (et exiger des dédommagements) s'il estime que l'usage dérivé de son œuvre porte atteinte au respect de lui-même ou de son œuvre.
          S'il y a risque, il vaudrait mieux pour le journaliste (dans notre cas présent) de demander, quoi qu'il arrive.

          (Et puis c'est toujours bon d'avertir l'auteur, ça lui permet un retour, une reconnaissance... ça ne fait jamais de mal !

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

        • [^] # Re: Mouais...

          Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

          c'est sûr, la préférence sélective, c'est mal on devrait toujours tout donner sans tenir compte du contexte :

          Mais on s'en fou de si c'est mal ou pas, c'est pas le sujet. On parle de ce qui est libre ou pas, et ici ce n'est pas libre, peu importe que ca soit mal ou pas.

          Et pour ton exemple, on pourrait dire pareil des logiciels libre, c'est mal de donner à tout le monde le droit d'utiliser et modifier ton logiciel par ce qu'il pourrait etre utilisé pour construire des missiles nucléaires ou par des dangereux terroristes.
    • [^] # Re: Mouais...

      Posté par . Évalué à  2 .

      Tu n'as rien je crois surtout.

      Si tu es NC tu n'es pas libre point. La fsf définit surtout la GPL mais les gars de l'Open Source entendent la même chose avec les "libertés de base".

      NC est une clause parfaitement idiote. Elle empêche de fait toute distribution (CD de magasine, site web avec bannière de pub ou vente de service autre, ...).

      Les musiciens qui fournissent leur musique à Jamendo en NC ne comprennent pas que de fait, il sont pied et poing lié avec ce site web. Car un concurrent ne pourrait pas contacter tous les auteurs pour avoir leurs accords.

      Et si une chanson fait un carton, il n'y a pas de raison que la deuxième ne le soit pas non plus, que les places de concert ne se vendent pas ou que des CD ne se vendent pas...

      "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

      • [^] # Re: Mouais...

        Posté par . Évalué à  2 .

        Tu n'as rien je crois surtout.
        Je ne sais pas si le mot manquant est "compris" ou autre chose, mais on va partir là-dessus.

        Sauf que désolé mais pour moi on peut être libre sans vouloir redéfinir


        NC est une clause parfaitement idiote. Elle empêche de fait toute distribution

        Non, elle permet, pour ceux qui le désirent, d'avoir un minimum de contrôle sur cette distribition.

        Elle évite que l'oeuvre sous cette license ne se retrouve en premier plan de la nouvelle campagne de la WorldCompany sans même être au courant, et sans rémunération oeuf corse (et je comprends que pour certains, être cité sur un mini-timbre poste sur une affiche en 4x3 ne soit pas forcement suffisant, ou qu'être involontairement rattaché à cette ignoble companie soit ce qu'il cherche).

        Et en parallèle l'auteur peut autorisé une PME à utiliser comme il l'entand cette même oeuvre à titre gracieux.

        Les musiciens qui fournissent leur musique à Jamendo en NC ne comprennent pas que de fait, il sont pied et poing lié avec ce site web.

        Heu non, ils ne sont pas lié à ce site web, ou en tout cas pas de la façon dont d'autres sont liés à leur maison de disque.

        Car un concurrent ne pourrait pas contacter tous les auteurs pour avoir leurs accords.
        Pourquoi ? Un mail n'est pourtant pas si compliqué à faire.

        Peut-être est-ce justement ce que ne veulent pas les artistes en question et que cette clause NC est choisie en connaissance de cause : ne pas autoriser un autre à se faire de lárgent sur son travail sans au moins être au courant...
        • [^] # Re: Mouais...

          Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

          «Non, elle permet, pour ceux qui le désirent, d'avoir un minimum de contrôle sur cette distribition.»

          C'est exactement ça : le contrôle. Un moyen de contrôle de son prochain à travers les œuvres qu'on diffuse.

          «Elle évite que l'oeuvre sous cette license ne se retrouve en premier plan de la nouvelle campagne de la WorldCompany sans même être au courant, et sans rémunération oeuf corse (et je comprends que pour certains, être cité sur un mini-timbre poste sur une affiche en 4x3 ne soit pas forcement suffisant, ou qu'être involontairement rattaché à cette ignoble companie soit ce qu'il cherche).»

          La WorldCompagny elle est comme l'auteur qui diffuse sous une licence non-libre. Elle veut garder le contrôle de ce qu'elle diffuse et idéalement contrôler les autres à travers ce qu'elle diffuse. Alors y a pas de risque qu'elle fasse usage d'œuvres sous licence libre AMHA et si jamais elle venait à le faire, ce serait bénéfique pour le libre (large diffusion), pour les auteurs de libre (notoriété), et la WorldCompagny elle devrait changer de modèle économique.


          Sinon, je suis d'accord, personne n'est lié à jamendo comme à une maison de disque, par exemple.

          Pour ce qui est du commentaire de nicolas, je pense que ce qu'il voulait dire c'est que tu peux pas repomper tout jamendo et ouvrir un autre site que tu remplirais toi aussi de plein de pubs, pour que les tunes résultantes soit pour ta pomme, par exemple (c'est pas le plus glorieux des exemple, mais bon).
          • [^] # Re: Mouais...

            Posté par . Évalué à  0 .

            C'est exactement ça : le contrôle. Un moyen de contrôle de son prochain à travers les œuvres qu'on diffuse.

            Heu ?!? o_O

            On parle de controler les utilisations _commerciales_ qui sont faites, pas de savoir si mon prochain c'est astiquer le bout (du cerveau) en regardant les 30s de vidéos de famille que j'ai mis sur mon site perso.

            On parle d'une close dans une license (que certains n'hésiterons pas à contourner, d'ailleurs), pas de DRMs. Faut arréter la parano.

            Elle veut garder le contrôle de ce qu'elle diffuse et idéalement contrôler les autres à travers ce qu'elle diffuse.

            Ben sans la ND (qui comme je le disais me pose autrement plus de problème), elle ne controlerait pas grand chose si ce n'est que d'autres ne se feront pas d'argent avec leur travail.
            Et sans DRM ni chevaux de Troy, controler à travers ce qu'elle diffuse, ben...

            ce serait bénéfique pour le libre (large diffusion), pour les auteurs de libre (notoriété),

            Ça c'est ton point de vu, il n'est pas partagé par tous.

            Pour ce qui est du commentaire de nicolas, je pense que ce qu'il voulait dire c'est que tu peux pas repomper tout jamendo et ouvrir un autre site que tu remplirais toi aussi de plein de pubs, pour que les tunes résultantes soit pour ta pomme, par exemple (c'est pas le plus glorieux des exemple, mais bon).

            Toutafé !
            C'est entre autre pour éviter ce genre de repompage peu glorieux que certains utilisent la NC.
            • [^] # Re: Mouais...

              Posté par . Évalué à  4 .

              "si ce n'est que d'autres ne se feront pas d'argent avec leur travail."

              Quelques part cela me fait rire de lire cela. Les artistes cherchent à tout prix de la notoriété mais alors si un tier fait de l'argent cela ne va plus du tout... C'est énorme non ?

              C'est entre autre pour éviter ce genre de repompage peu glorieux que certains utilisent la NC.

              Donc, c'est gens là sont gentiment en train de transformé de fait Jamendo en mini monopole... Cela fait sourire mais c'est le cas.

              Personne ne peut ouvrir un concurrent à jamendo en offrant plus de chose, et la pub ne sert pas forcément à s'enrichir !


              A une autre échelle, cela fait écho à l'actualité. Les majors ont hurlées lors de la présentation de la licence global car il voulait garder le contrôle des ventes et ne pas devenir rentier. (== les auteurs CC aiment bien la clause de pseudo contrôle NC)

              Aujourd'hui, le 2ième vendeur de musique au US (Apple) veut vendre un droit par ipode (100€) pour avoir un droit illimité de download sur itunes.

              Comme c'est le plus gros vendeur, il peut imposer cela aux majors. Donc, au lieu d'avoir une licence global, ils vont avoir une seule source contrôlé par un seul acteur (== Jamendo ).

              "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

              • [^] # Re: Mouais...

                Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                Mouais m'enfin jamendo à un avantage sur les œuvres sous licence pas libre, mais c'est loin d'être une entreprise monopolistique.

                Tu as dogmazic qui te permet de facilement trier par licence par exemple.

                Enfin facilement, j'ai quand même faire un premire shell script pour télécharger tous leurs oggs et un second pour les trier par licence, ce qui est pas à la porté de la première madame michu venu mais est loin d'être hyper complexe.
              • [^] # Re: Mouais...

                Posté par . Évalué à  1 .

                Quelques part cela me fait rire de lire cela. Les artistes cherchent à tout prix de la notoriété mais alors si un tier fait de l'argent cela ne va plus du tout... C'est énorme non ?
                Ayant plusieurs artistes dans mon entourage proche, je vais leur faire lire ta prose. Je les vois déjà s'étrangler devant de tels jugements à l'emporte-pièce.

                Je n'en connais que peu qui soient prèts à tout pour la notoriété.
                Et si beaucoup sont près à offrir tout ou partie de leur oeuvre au grand public, elle ont bizarrement plus de réticenses à le faire avec les mêmes conditions aux grandes entreprises.

                Ensuite, chacun a sa façon de voir les choses, les GNUistes d'un coté, les BSDiste s suivant d'autres critères, certains artistes suivant une voie encore différente.
                Vouloir imposer la vu de la FSF à ces trois courants qui ont des raisons d'être qui leur sont propres relève un peu des croisades de mon point de vue.

                Donc, c'est gens là sont gentiment en train de transformé de fait Jamendo en mini monopole... Cela fait sourire mais c'est le cas.

                J'ai dit cela ???
                Non, heureusement.
                Absolument rien n'empèche d'ouvrir une plateforme concurrente, éventuellement avec d'autres fonctionnalités, et d'accueillir les artistes qui désirent y être accessible, y compris des artistes déjà présents sur Jamendo.
                Il est simplement impossible de reprendre tel quel leur catalogue.

                Ensuite, le fait que sa popularité en fasse la plateforme de référence est un effet de masse indépendant de la license choisie par les artistes.

                Les majors ont hurlées lors de la présentation de la licence global car il voulait garder le contrôle des ventes et ne pas devenir rentier.

                Sauf qu'il s'agissait là d'un argument de facade et non de la raison profonde de leur refus.

                (== les auteurs CC aiment bien la clause de pseudo contrôle NC)

                Non, il n'y a pas égalité, et le controle ne conserne pas l'ensemble des utilisations mais uniquement les utilisations _commerciales_


                Sinon, en reprenant l'argumentaire de certains ici, on en arrive à dire que la GPL n'est pas libre parce qu'elle empèche le propriétaire de faire de l'argent avec le travail des autres... Je sais, c'est pas politiquement correcte, mais il suffit d'inverser propriétaire et commercial pour voir...
                • [^] # Re: Mouais...

                  Posté par . Évalué à  3 .

                  Je n'en connais que peu qui soient prèts à tout pour la notoriété.

                  Tous les artistes que je connais, on envie de vivre de leur art. Pour cela, il faut un minimum de notoriété pour que cela marche.

                  Ensuite, chacun a sa façon de voir les choses, les GNUistes d'un coté, les BSDiste s suivant d'autres critères, certains artistes suivant une voie encore différente.
                  Vouloir imposer la vu de la FSF à ces trois courants qui ont des raisons d'être qui leur sont propres relève un peu des croisades de mon point de vue.


                  Tu devrais mieux te renseigner. Les BSD et la FSF ont exactement la même vision du libre concernant les libertés fondamentales. C'est les moyens a utiliser qui diffère. Les BSD ont une vision optimiste des choses en ne forçant pas le copyleft. La FSF le force avec la GPL.

                  La FSF s'oppose à l'Open Source (dont Linus). Pour la FSF, le libre est moralement la meilleur solution (liberté, ...), pour l'OS, le libre est la façon la plus efficace de faire du logiciel.

                  Au début, même Stallman n'était pas convaincu que la GPL devait s'appliquer à l'art. Il faisait clairement la différence entre des "outils", les logiciels et un produit fini comme une musique. La licence Art Libre est né de ce refus de la FSF d'en tenir compte.

                  Puis même Stallman a évolué, notamment sur le fait que l'Art aussi a besoin de copier et de réutiliser (sample, reprise de conte ancien, etc...). Puis Lawrence Lessig a poussé à la créations des licences CC.

                  Si dans la forme et les moyens les avis divergent, l'idée du libre dans le fond reste toujours la même.


                  Absolument rien n'empèche d'ouvrir une plateforme concurrente, éventuellement avec d'autres fonctionnalités, et d'accueillir les artistes qui désirent y être accessible, y compris des artistes déjà présents sur Jamendo.
                  Il est simplement impossible de reprendre tel quel leur catalogue.


                  C'est donc impossible en _pratique_ de faire un concurrent à Jamendo. Les moyens trouvable de tel site sont extrêmement faible. Faire une nouvelle plateforme demande un investissement lourd. "Récupérer" des centaines d'auteur en leur demandant leur avis est encore plus lourd.

                  Donc, cela ne sera pas fait.

                  Sinon, en reprenant l'argumentaire de certains ici, on en arrive à dire que la GPL n'est pas libre parce qu'elle empèche le propriétaire de faire de l'argent avec le travail des autres... Je sais, c'est pas politiquement correcte, mais il suffit d'inverser propriétaire et commercial pour voir...

                  C'est simplement archi faux. Demandes à Red Hat, Mandriva, Sun, IBM, Troll Tech, Nokia, My SQL Labs, Novell,...

                  "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                  • [^] # Re: Mouais...

                    Posté par . Évalué à  4 .

                    > > Absolument rien n'empèche d'ouvrir une plateforme concurrente, éventuellement avec d'autres fonctionnalités, et d'accueillir les artistes qui désirent y être accessible, y compris des artistes déjà présents sur Jamendo.
                    > > Il est simplement impossible de reprendre tel quel leur catalogue.

                    > C'est donc impossible en _pratique_ de faire un concurrent à Jamendo. Les moyens trouvable de tel site sont extrêmement faible. Faire une nouvelle plateforme demande un investissement lourd. "Récupérer" des centaines d'auteur en leur demandant leur avis est encore plus lourd.
                    > Donc, cela ne sera pas fait.

                    foutaises. si tu regardes l'histoire des sites dit "social networks" à la Orkut, Frienster, Facebook et autres, ça fleurit comme des champignons et les gens continuent de s'inscrire comme des mouches, juste parce que le nouveau il est plus mieux. je ne parle même pas de Google face à Yahoo et autres Lycos ou Altavista.

                    si quelque chose de mieux foutu que Jamendo débarque, je ne me fais aucun doute sur son succès et Jamendo devra se mettre au niveau ou finira par disparaitre dans l'odieux rôle de "site numéro 2"
                    • [^] # Re: Mouais...

                      Posté par . Évalué à  2 .

                      A comparer des torchons et des serviettes, je ne vois pas ou tu peux aller.

                      Les réseaux sociaux ne fonctionnent que si les gens s'y connectent.

                      Les distributeurs de musiques libres se font connaitre surtout grâce à la diversité de leur catalogue et le bouche à oreille.

                      Une fois que tu as les titres si tes auteurs vont voir ailleurs, tu les a toujours.

                      "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                      • [^] # Re: Mouais...

                        Posté par . Évalué à  2 .

                        Les distributeurs de musiques libres ne fonctionnent que si les créateurs de musique s'y connectent pour y déposer leurs oeuvres. s'ils ne viennent plus, ce contenu devient du contenu daté, du vieux contenu. avec le temps, ça meurt. ou ça devient comme Geocities.

                        les reseaux sociaux fonctionnent même si tu n'y viens plus, il est tortueux pour ne pas dire impossible de détruire son compte, sa fiche, ses posts...

                        un point important reste que les zikos n'ont pas les mêmes besoins, les mêmes priorités que certaines personnes d'ici qui doivent considérer que même leur caca quotidien DOIT être LIBRE.
                        • [^] # Re: Mouais...

                          Posté par . Évalué à  2 .

                          Un réseau social vit de l'interaction entre les gens, cela devient bien plus vite obsolète qu'un morceau de musique !

                          Je n'ai pas dis que la musique DOIT être libre, j'ai dit que la clause NC n'est pas du libre et est contre productive, rien de plus.

                          Que les zikos ne clame pas faire du libre quand c'est uniquement du gratuit !

                          Ensuite, j'essaye (mal) d'expliquer pourquoi la clause NC leur est préjudiciable. Je reste purement factuel et je ne me place pas sur le plan moral (àla RMS).

                          "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                          • [^] # Re: Mouais...

                            Posté par . Évalué à  4 .

                            Que les zikos ne clame pas faire du libre quand c'est uniquement du gratuit !

                            Je ne vois pas pourquoi je ne suis pas libre d'insérer ce morceau de code dans mon logiciel propriétaire.

                            Que les GNUistes ne clament pas faire du libre quand c'est uniquement du libre du point de vue des utilisateurs !

                            (façon avocat du diable...)

                            Il y a plusieurs façon de voir le libre, et pour moi qui suis plutôt pro-BSD, la GPLv3 ne me semble pas moins contraignante dans mes libertés que la CC-nc. Les contraintes sont justes différentes mais relèvent du même ordre.

                            j'essaye (mal) d'expliquer pourquoi la clause NC leur est préjudiciable

                            Tu dois vraiment mal t'y prendre alors, parce qu'en dehors de l'argument d'autorité et les considérations philosophiques, je n'ai pas encore vu de bon argument. (cf mon autre réponse pour Jamendo)
                            • [^] # Re: Mouais...

                              Posté par . Évalué à  2 .

                              Les pro-BSD ont exactement la même définition de la "liberté" que la FSF, il y ajuste les moyens d'y arriver qui diverge.

                              Je ne vois pas pourquoi je ne suis pas libre d'insérer ce morceau de code dans mon logiciel propriétaire.

                              Parce que ce tu appelles libres ne l'est ni pour les BSDiste, ni pour la FSF, ni pour l'Open Source. Bref, change la définition des mots comme tu veux, cela ne te donnera pas raison.

                              , je n'ai pas encore vu de bon argument

                              Pas grave, j'abandonne. Tu peux toujours essayer de trouver le texte de la FSF sur le pourquoi, ils n'ont pas fait cela pour la GPL, cela s'applique sans doute aussi pour la musique.

                              "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                            • [^] # Re: Mouais...

                              Posté par . Évalué à  3 .

                              Les pro-BSD ont exactement la même définition de la "liberté" que la FSF, il y ajuste les moyens d'y arriver qui diverge.

                              Je ne vois pas pourquoi je ne suis pas libre d'insérer ce morceau de code dans mon logiciel propriétaire.

                              Parce que ce tu appelles libres ne l'est ni pour les BSDiste, ni pour la FSF, ni pour l'Open Source. Bref, change la définition des mots comme tu veux, cela ne te donnera pas raison.

                              , je n'ai pas encore vu de bon argument

                              Pas grave, j'abandonne. Tu peux toujours essayer de trouver le texte de la FSF sur le pourquoi, ils n'ont pas fait cela pour la GPL, cela s'applique sans doute aussi pour la musique.

                              "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                          • [^] # Re: Mouais...

                            Posté par . Évalué à  1 .

                            tu restes purement factuel et tu ne te places pas sur le plan moral avec ton "la clause NC (...) est contre productive" ?

                            tu m'en diras tant.
                  • [^] # Re: Mouais...

                    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

                    Tous les artistes que je connais, on envie de vivre de leur art. Pour cela, il faut un minimum de notoriété pour que cela marche.

                    Je connais plusieurs « artistes », et aucun d'eux n'a envie de « vivre de son art ». L'art, à la base, ce n'est pas le star system, ni la société de consommation. On peut très bien vouloir partager son art en espérant tout simplement toucher des gens et éventuellement les inspirer, comme on a soi-même été touché et inspiré par telle ou telle œuvre.

                    La société de consommation et le capitalisme ont transformé l'art en vulgaire marchandise ou placement financier, du coup, « artiste » est devenu un « job » comme un autre. Personnellement, je crois profondément à la « gratuité ». Pas seulement dans le sens « qui ne coûte rien », mais aussi dans le sens « que l'on fait sans attente particulière », ni pour l'argent, ni pour la gloire.

                    Et pour revenir sur le débat « NC, c'est pas du libre », effectivement, en suivant le raisonnement de certains ici, on pourrait dire que la GPL n'est pas libre puisqu'elle impose une contrainte (ce que dénonce MS en présentant la GPL comme un virus). Mais quelle était la motivation initiale de Stallman ? La liberté pour la liberté était-elle une fin en soi, ou un moyen au service d'autre chose ? Il me semble que la valeur fondamentale défendue par Stallman était le partage plutôt que la liberté pure.

                    D'ailleurs, je pense qu'on peut dire que c'est parce qu'il savait la rapacité des entreprises qu'il a créé un outil pour s'en protéger : la GPL. Donc, quand je lis ici qu'il est odieux d'entraver la liberté des entreprises qui ne demandent qu'à faire du pognon avec tout ce qui se présente, j'ai l'impression qu'on est très loin des idéaux de Stallman. Et en passant, prétendre que quelqu'un qui utilise la clause « NC » a la même volonté de domination qu'une multinationale en situation de quasi-monopole, pour moi, c'est du pur délire !

                    Dernière réflexion sur la possibilité de « concurrencer » tel site. Si l'on parle de concurrence au sens strictement économique, je ne vois absolument pas où est le problème. Toutes les entreprises capitalistes fonctionnent de la même façon et essaie de verrouiller au maximum leur secteur pour maximiser leur part de marché. Aucun problème, donc, puisqu'on est en pleine logique capitaliste.

                    Maintenant, si l'on parle de la fable selon laquelle seule la concurrence permet au « consommateur » d'avoir le meilleur produit ou service, et que l'absence de concurrence « libre et non faussée » empêche tout progrès, il faut quand même rappeler une alternative qui me semblait être une évidence au sein de la communauté du logiciel libre et qui s'appelle la coopération. Donc si le but était réellement de faire connaître les artistes au public et de diffuser largement leurs œuvres, le concept de concurrence serait complètement vain.
                    • [^] # Re: Mouais...

                      Posté par . Évalué à  2 .

                      Il y a pire qu'une concurrence libre et non faussé, c'est le monopole. Evidement, qu'une coopération peut s'avérer plus productif mais tu sous-entends que Jamendo fera toujours du "Don't do eveil thing".

                      Si concernant l'absence de concurrence dans le développement de Linux, tu devrais voir la compétition qu'il peut y avoir sur l'implémentation de sous-parties. Le "perdant" a son code non inclus et cela peut avoir coûté chère.

                      "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                • [^] # Re: Mouais...

                  Posté par . Évalué à  3 .

                  (J'imagine bien mandriva demander à chaque auteur des milliers de logiciel de leur distribution de signer une autorisation de diffusion)

                  Et si beaucoup sont près à offrir tout ou partie de leur oeuvre au grand public, elle ont bizarrement plus de réticenses à le faire avec les mêmes conditions aux grandes entreprises.

                  Pour détailler un peu plus, ils ont peur de quoi ? Que Nike fasse sa pub avec leur musique sans les payer ? Des groupes inconnues ont été lancé mondialement avec ce genre de pub (cf la chanson qui tourne pendant la pub iphone).

                  Ils ont peur que le FN utilise leur chanson dans un clip de campagne ? Certe, cela serait rageant, mais il dispose toujours de leur droit de retrait.

                  Et pour éviter ce cas de figure, ils empêchent :
                  - leur présence sur un CD accompagnant un magasine
                  - leur présence sur un blog avec un peu de pub
                  - la diffusion sur une radio (un comble !)

                  Si je fais le rapport cout/bénéfice, cela ne penche pas vraiment en faveur de la clause NC...

                  "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                  • [^] # Re: Mouais...

                    Posté par . Évalué à  2 .

                    Et pour éviter ce cas de figure, ils empêchent :

                    Non, ils n'empèchent pas. Ils empèche juste de le faire sans en être informé (pour pouvoir refuser le cas échéant). Nuance plus que de taille.

                    - leur présence sur un blog avec un peu de pub
                    Non plus, si le but du dit blog n'est pas commercial (séparation éditeur/hébergeur pour les sites à hébergement gratuit, tout ça...).
                    • [^] # Re: Mouais...

                      Posté par . Évalué à  1 .


                      Non, ils n'empèchent pas. Ils empèche juste de le faire sans en être informé (pour pouvoir refuser le cas échéant). Nuance plus que de taille.


                      J'ai l'impression que tu ne veux pas comprendre l'immense différence d'effort et d'énergie qu'il faut entre avoir le droit par défaut et demander ce droit. Il faudrait un service juridique dédié. Je pensais que l'allusion aux distributions Linux, t'aurais fait comprendre cela.

                      Comprends bien qu'aucune distribution Linux n'existerait si il fallait avoir le consentement des auteurs, aucune. Une distrib est gérée par 10 à 50 personnes, imagine le temps pour gérer des milliers d'auteurs pas forcément facilement joignable !

                      La force du libre est justement cette liberté offerte d'office. Sinon, on fait du gratuit. Et cela marche moins bien.

                      Non plus, si le but du dit blog n'est pas commercial (séparation éditeur/hébergeur pour les sites à hébergement gratuit, tout ça...).

                      La légalité est limite quand même. Si tu as une pub, quelqu'un fait de l'argent, et l'argent est fait sur le trafic du site web, ce qu'il y a sur le site web étant le générateur du trafic. Il est donc plus que limite que de pointer ou de proposer en téléchargement du contenu NC.

                      "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                      • [^] # Re: Mouais...

                        Posté par . Évalué à  4 .

                        tu es au courant que beaucoup de distributions proposent des versions (PowerPack...) avec pleins de softs non redistribuables sans permission préalable ?

                        et qu'il suffit de tenir un registre des diverses permissions demandées et obtenues, pas besoin de service juridique ?

                        tu es au courant que dans le monde Windows, il y a eu toute une époque où les magazines style PC-Mag se vendaient surtout grâce au CD de couverture qui contenait des shareware et autres versions en temps limité ? même pas du gratuit, dis-donc. et ça marche toujours très bien, il y a même quelques petites publications qui ne font que ça, le contenu de la "revue" n'est qu'un listing du contenu du CD ou DVD.

                        ton argument ne tient pas une seconde.
                        • [^] # Re: Mouais...

                          Posté par . Évalué à  3 .

                          tu es au courant que beaucoup de distributions proposent des versions (PowerPack...) avec pleins de softs non redistribuables sans permission préalable ?
                          beaucoup ? donne-nous une dizaine d'exemples pour voir. (note: des trucs comme flash sont redistribuables sans permission)
                        • [^] # Re: Mouais...

                          Posté par . Évalué à  2 .

                          je suis curieux aussi. Pouvoir si cela dépasse java/drivers nvidia/flash...

                          "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                      • [^] # Re: Mouais...

                        Posté par . Évalué à  3 .

                        J'ai l'impression que tu ne veux pas comprendre l'immense différence d'effort et d'énergie qu'il faut entre avoir le droit par défaut et demander ce droit.

                        Ne te gène surtout pas, prends moi pour un gland tant que tu y es.

                        Évidement que j'ai une petite idée de la différence d'effort.
                        Mais libre n'a jamais voulu dire gratuit et sans effort à ce que je sache, même si c'est malheureusement la mentalité de plus en plus de linuxiens récents, qui croient que tout leur est dû et quíl suffit de se mettre les pieds sous le bureau et cliquer sur "Télécharger" pour faire du libre...

                        Il faudrait un service juridique dédié. Je pensais que l'allusion aux distributions Linux, t'aurais fait comprendre cela.

                        Ah oui, c'est vrai, c'est marquer Linux alors il faut prendre cela comme la vérité absolue sans se poser de question...
                        Désolé mais non, cela ne me fait rien comprendre du tout vu qu'un certain nombre de distributions font ce travail pour leur version non communautaire (et il n'est pas nécessairement besoin de passer par un cabinet de parasites^W^Wd'avocats pour se faire).

                        A noter même que certaines de mes connaissances ayant fait du NC avaient mis leurs conditions de redistributions en accompagnement pour ne pas multiplier les licenses (du genre "faites vous plaisir si vous monter une distribution linux, par contre contactez-moi si c'est pour faire autre chose")

                        La légalité est limite quand même. Si tu as une pub, quelqu'un fait de l'argent, et l'argent est fait sur le trafic du site web, ce qu'il y a sur le site web étant le générateur du trafic. Il est donc plus que limite que de pointer ou de proposer en téléchargement du contenu NC.

                        Non, justement, ce n'est pas limite.
                        Si l'hébergeur est le bénéficiaire de la publicité alors c'est bon puis qu'on rentre dans l'une des conséquences positives de la séparation hébergeur/éditeur introduite par la LCEN.

                        Pour le reste, cela revient à dire qu'une association ne peut être considérée comme étant à but non lucratif si elle demande une cotisation à ses membres.
                        Tant qu'il s'agit de couvrir ses frais et non de générer un revenu, il s'agit juridiquement d'une utilisation non commerciale.
                        • [^] # Re: Mouais...

                          Posté par . Évalué à  3 .

                          Pour ton info, je ne suis pas un linuxien "rescent" ma machine principal doit être sous Linux depuis ~2000. J'ai aussi écrit des articles sur le coté juridique du libre, du temps ou j'ai avais encore envie d'être pédagogique.

                          Tu mélanges tout, c'est fatiguant. Quel rapport avec le débat libre/gratuit et les moyens qu'il faut pour monter un site web ? Surtout pour distribuer du contenu (NC) qui n'est pas libre !

                          Ah oui, c'est vrai, c'est marquer Linux alors il faut prendre cela comme la vérité absolue sans se poser de question...

                          J'ai pris une analogie. Ok, j'aurais du te prendre pour un gland tout de suite. Si tu n'est pas capable de faire le parallèle entre une compilation de musique et une compilation de logiciel, il n'y a en effet rien à discuter.

                          un certain nombre de distributions font ce travail pour leur version non communautaire

                          Trouve moi la liste des logiciels en question que l'on rigole...

                          mes connaissances ayant fait du NC avaient mis leurs conditions de redistributions en accompagnement pour ne pas multiplier les licenses (du genre "faites vous plaisir si vous monter une distribution linux, par contre contactez-moi si c'est pour faire autre chose")

                          Parce que pour toi, faire du CC + encore d'autre condition, cela n'est pas créer une nouvelle licence ? Tu change les conditions de redistribution, donc tu changes la licence. Je te l'accorde, c'est tout de même plus simple à comprendre que tout réécrire.


                          Pour le reste, cela revient à dire qu'une association ne peut être considérée comme étant à but non lucratif si elle demande une cotisation à ses membres.
                          Tant qu'il s'agit de couvrir ses frais et non de générer un revenu, il s'agit juridiquement d'une utilisation non commerciale.


                          Et bien renseignes toi mieux. Cela dépend complètement du service rendu par l'association en question. Si tu fais concurrence à des activités commercial (soutien scolaire, humanitaire qui fait aussi agence de voyage,...), tu as le fisc qui va se rappeler à son bon souvenir, et la taxe est de 60% !

                          "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                          • [^] # Re: Mouais...

                            Posté par . Évalué à  2 .

                            Pour ton info, je ne suis pas un linuxien "rescent"

                            Où ai-je dit le contraire ?

                            J'ai juste dit que confondre libre et "gratuit et sans effort" était quelque chose de pénible que je rencontrais principalement chez les personnes étant passés au libre il y a peu (et pour lesquels le coté "libre" n'était pas forcement l'élément déterminant....)


                            Tu mélanges tout, c'est fatiguant. Quel rapport avec le débat libre/gratuit et les moyens qu'il faut pour monter un site web ?


                            J'ai parlé des moyens pour monter un site web quelque part, moi ??? o_O
                            Faut arréter de faire dire n'importe quoi à mes propos...

                            En dehors du fait de dire que le monopole de Jamendo était un argument fumeux car sa première place repose plus sur un effet de masse que sur le coté NC de certaines oeuvres, je ne pense pas avoir parlé de web.

                            Si tu n'est pas capable de faire le parallèle entre une compilation de musique et une compilation de logiciel, il n'y a en effet rien à discuter.

                            Ben justement, lorsque une partie du propos est que l'on ne peut pas, ou que certains ne veulent pas, forcement utiliser les mêmes licenses pour les oeuvres et pour les logiciels parce que les deux ne répondent pas aux mêmes impératifs, ce genre de parallèle me semble des plus scabreux.

                            Trouve moi la liste des logiciels en question que l'on rigole...

                            De tête et sans chercher, je pense au moins à la jvm de Sun lorsque celle-ci n'était pas libre, aux drivers de certaines cartes graphiques, à certaines fontes...

                            Bref, à un certain nombre d'éléments accessible gratuitement mais pour lesquels il est/était nécessaire de passer par le site web de l'auteur sauf accord spécifique.

                            Parce que pour toi, faire du CC + encore d'autre condition, cela n'est pas créer une nouvelle licence ?

                            Pour moi, il s'agit plus d'une CC-nc normale, avec une FAQ dans laquelle l'auteur donne (ou pas) des autorisations par avance pour les cas les plus courants, sans avoir à demander effectivement un accord.
                            Ensuite, chacun voit cela comme il l'entend.

                            Et bien renseignes toi mieux. Cela dépend complètement du service rendu par l'association en question.

                            Oui, mais dans ce cas, tu parles d'un service rendu, plus d'une cotisation.

                            (effectivement, j'ai été un peu vite en passant sous silence les quelques pourcents d'associations qui font du service commercial sans le nommer, mais c'est loin d'être la majorité des associations à but non lucratif).
                            • [^] # Re: Mouais...

                              Posté par . Évalué à  2 .


                              Ben justement, lorsque une partie du propos est que l'on ne peut pas, ou que certains ne veulent pas, forcement utiliser les mêmes licenses pour les oeuvres et pour les logiciels parce que les deux ne répondent pas aux mêmes impératifs, ce genre de parallèle me semble des plus scabreux.


                              Dans une distribution Linux, il n'y a pas que de la GPL, il y a du BSD, de la LGPL, du mit, celle de perl, X11, etc...

                              Il y en a plein. Simplement, elles respectent toutes les 4 libertés.


                              De tête et sans chercher, je pense au moins à la jvm de Sun lorsque celle-ci n'était pas libre, aux drivers de certaines cartes graphiques, à certaines fontes...

                              Bref, à un certain nombre d'éléments accessible gratuitement mais pour lesquels il est/était nécessaire de passer par le site web de l'auteur sauf accord spécifique.


                              Donc une dizaine de logiciels face à des milliers, en gros ? En comptant en plus des logiciels n'ayant pas de restriction de distribution ?


                              Pour moi, il s'agit plus d'une CC-nc normale, avec une FAQ dans laquelle l'auteur donne (ou pas) des autorisations par avance pour les cas les plus courants, sans avoir à demander effectivement un accord.
                              Ensuite, chacun voit cela comme il l'entend.


                              Sois c'est une licence, dans ce cas un utilisateur peut l'utiliser, soit c'est du vent et cela ne sert à rien.

                              Oui, mais dans ce cas, tu parles d'un service rendu, plus d'une cotisation.

                              Non, tu as plein d'associations qui rende des services gratuit à partir du moment ou tu cotises.

                              mais c'est loin d'être la majorité des associations à but non lucratif

                              Je crois surtout qu'il y en beaucoup qui n'en ont pas conscience.

                              "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

            • [^] # Re: Mouais...

              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

              «On parle de controler les utilisations _commerciales_ qui sont faites, pas de savoir si mon prochain c'est astiquer le bout (du cerveau) en regardant les 30s de vidéos de famille que j'ai mis sur mon site perso.»

              On parle de «pour ceux qui le désirent, d'avoir un minimum de contrôle sur [la] distribition.»


              «On parle d'une close dans une license (que certains n'hésiterons pas à contourner, d'ailleurs), pas de DRMs. Faut arréter la parano.»

              Quel est le rapport avec la choucroute? Les DRMs c'est juste un pathétique tentative d'implétention technique de cette volonté de contrôle des majors. On pourrait imaginer le même genre de solution pour des clauses NC.

              "Le logiciel à détecé que vous essayez de faire usage de cette œuvre dans un contexte commerciale, ceci est interdit, un message à été envoyé sur delation-gouv.fr"


              «Ça c'est ton point de vu, il n'est pas partagé par tous.»

              C'est l'absolue vérité qui est valable pour à peut près tout ce que je dit. :)

              «Toutafé !
              C'est entre autre pour éviter ce genre de repompage peu glorieux que certains utilisent la NC.»

              Ouais c'est comme les gens qui se font un max de tunes en faisant des mirroirs de gnu.org... :)
              • [^] # Re: Mouais...

                Posté par . Évalué à  2 .

                Quel est le rapport avec la choucroute?

                Le rapport avec la choucroute, c'est :
                Un moyen de contrôle de son prochain à travers les œuvres qu'on diffuse.

                Les DRMs permettent un tel controle, pas la clause NC. On alors je ne vois pas puisque la NC n'a aucun effet au niveau de l'utilisation du grand public (qui par définition n'est pas commerciale a priori).

                Ou alors je ne vois pas ou tu veux en venir...

                "Le logiciel à détecé que vous essayez de faire usage de cette œuvre dans un contexte commerciale, ceci est interdit, un message à été envoyé sur delation-gouv.fr"

                Super !!!!!!!!!!
                C'est vrai, j'oubliais, il n'y a que les membres de la FSF qui ont un ceveau et sont capable de discernement et de retenue... Je crois que je vais arréter de discuter sur le sujet, j'ai l'impression de pisser dans un violon.

                Ouais c'est comme les gens qui se font un max de tunes en faisant des mirroirs de gnu.org... :)

                Youpi !
                Moi aussi je peux trouver des exemples absurdes si tu veux.

                Je pensais plutôt à ce qui a insité l'autuer de Nessus à en changer la license, par exemple...
                • [^] # Re: Mouais...

                  Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                  Non, les DRMs ne permettent aucun contrôle. La loi permet ce contrôle. Si la loi ne permettais pas ce contrôle, le premier vendeur de galette qui me refourgerais un DRM, je le trainerais en justice.

                  Publiquement contourner un contrôle technique illégal, ce n'est pas trop risqué. Publiquement transgresser la loi, c'est t'exposer à des ennuis judiciaires.

                  Le NC c'est donc bien plus grave qu'un ridicule contrôle technique, inneficace qui plus est.

                  Je ne suis pas membre de la FSF.

                  Je ne connais pas Nessus.
                  • [^] # Re: Mouais...

                    Posté par . Évalué à  2 .

                    Non, les DRMs ne permettent aucun contrôle. La loi permet ce contrôle. Si la loi ne permettais pas ce contrôle, le premier vendeur de galette qui me refourgerais un DRM, je le trainerais en justice.

                    On va dire que tu fais juste semblant de ne pas comprendre...
                    Je parlais de permettre techniquement un contrôle, avec remonté d'information pour savoir ce qu'il en est.

                    Il y a quand même un gouffre entre DRM et NC au niveau du contrôle : un CD commercial sans DRM est déjà protégé par l'équivalent de la NC, sauf rares exceptions, et ce depuis de nombreuses années. La NC est même plus souple que les règles de licenses sur ces CDs, même en prenant en compte l'exception de copie privée.

                    La raison invoquée pour la mise en place des DRMs est justement que certains contournaient un peu trop facilement cette protection juridique (d'autres raisons existant mais elles ne sont évidement pas mises en avant par les majors...).

                    Le NC c'est donc bien plus grave qu'un ridicule contrôle technique, inneficace qui plus est.

                    Soit il manque un bout de ton argumentation, soit ce qui précède est juste là pour noyer le poisson de l'argument d'autorité.


                    Je ne suis pas membre de la FSF.

                    Et ?

                    Je ne connais pas Nessus.

                    Tu devrais te renseigner.
                    Ce logiciel avait fait pas mal parlé de lui lorsque l'auteur en avait changé la license pour abandonner la GPL sur les nouvelles versions.
                    L'intéressant n'est pas tant le changement de licenses que l'argumentation assez intéressante pour justifier ce changement (que l'on soit d'accord ou pas avec lui).
                    • [^] # Re: Mouais...

                      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

                      Mais j'ai parfaitement compris ce que tu me dis. Tu crois que les DRM sont plus problèmatiques qu'une clause NC.

                      Mettons que je distribue une oeuvre sous licence libre, sur un CD qui rend plus difficile la copie par un mécanisme de DRM (MTP). Le premier pelet qui se procurera mon CD pour cracker ce mécanisme démontera bien combien un DRM on s'en branle parceque ce n'est pas ça qui empêchera l'oeuvre d'être diffuser, revendu sans DRM, etc.

                      Les DRM, pour autant que je sache, il n'ont pas pas mis dans la mouise financière des personnes qui ont partagé des oeuvres qu'ils étaient censés protéger. Les lois si.

                      Pour ce qui est de Nesus, son argumentation ne m'interesse pas. Un dictateur peu toujours trouver une argumentation intéressante pour justifier sa dictature, sans laquel ce serait l'anarchie, blablabla.
                      • [^] # Re: Mouais...

                        Posté par . Évalué à  2 .

                        Tu crois que les DRM sont plus problèmatiques qu'une clause NC.

                        Foncièrement, oui.

                        je distribue une oeuvre sous licence libre, sur un CD qui rend plus difficile la copie par un mécanisme de DRM

                        Sans être offançant, quel intéret ?

                        DRM on s'en branle parceque ce n'est pas ça qui empêchera l'oeuvre d'être diffuser, revendu sans DRM, etc.

                        Ben à part démontrer que tu t'es fait entubé en achetant une solution de DRM qui ne sert à rien puisque tu es d'accord pour une diffusion non protégée, on n'a rien démontré du tout...

                        Reste ensuite à voir comment réagira celui qui t'a vendu la solution technique : il risque de ne pas apprécier le contournement, quelque soit le statut de l'oeuvre protégée.

                        Les DRM, pour autant que je sache, il n'ont pas mis dans la mouise financière des personnes qui ont partagé des oeuvres qu'ils étaient censés protéger.

                        Le problème est que les DRM ont un tas d'inconvénients autres que financiers : bloquage a priori des oeuvres (en gros, le consommateur est présumé coupable), obsolescence des oeuvres au bon vouloir du fournisseur (genre arrêt de l'abonnement mensuel) ou si celui-ci fait faillite, suivi actif quant à l'utilisation de l'oeuvre (moment de la journée, fréquence, habitudes de consommation en recoupant avec les autres morceaux...) lorsque le DRM nécessite une autorisation distante, voire volonté de certains de faire un espionnage plus généralisé (cf le fameux root-kit de Sony, et ce n'était qu'un coup d'essai).

                        Une clause NC dans une license ne pose aucun de ces problèmes puisqu'elle n'assure qu'une protection a posteriori, c'est à dire si une infraction est constatée (c'est pareil pour la GPL soit dit en passant).

                        Au passage, la clause NC concerne encore une fois les utilisations _commerciales_, ce n'est pas l'utilisation la plus courante pour un particulier.
                        Et pour une entreprise, cela me semble normal qu'elle se renseigne un minimum et respecte les licenses des oeuvres qu'elle utilise.

                        Les lois si.

                        Heu... non !

                        Dans le cas présent, c'est surtout le non respect de la loi qui mène à la mouise financière. Si tu respectes les autres licenses au même titre que la GPL, il n'y a pas de raison que tu ais des problèmes de cet ordre.



                        Pour ce qui est de Nesus, son argumentation ne m'interesse pas.

                        Dommage, mais dans un sens cela me conforte dans la vision que j'avais de ton ouverture au dialogue.

                        Un dictateur peu toujours trouver une argumentation intéressante pour justifier sa dictature,

                        D'une part ce n'est pas un dictateur, il n'était juste plus d'accord avec le dictat de certaines clauses de la GPL.

                        Et son argumentation est avant tout intéressante pour les acteurs du libre car il pousse à se poser des questions pour lesquelles il n'éxiste pas de réponse triviales autres que purement idéologiques.
                        • [^] # Re: Mouais...

                          Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                          "Le problème est que les DRM ont un tas d'inconvénients autres que financiers : bloquage a priori des oeuvres (en gros, le consommateur est présumé coupable), obsolescence des oeuvres au bon vouloir du fournisseur (genre arrêt de l'abonnement mensuel) ou si celui-ci fait faillite, suivi actif quant à l'utilisation de l'oeuvre (moment de la journée, fréquence, habitudes de consommation en recoupant avec les autres morceaux...) lorsque le DRM nécessite une autorisation distante, voire volonté de certains de faire un espionnage plus généralisé (cf le fameux root-kit de Sony, et ce n'était qu'un coup d'essai)."

                          Bon je pense que c'est clair, on ne parle pas de la même chose, donc on ne risque pas de se comprendre.

                          Visiblement toi tu parles de produits fournient par des entreprises et qu'achètent des consomateurs.

                          Je te parle d'oeuvres qu'on apprécie ou non en les consultant. Quand je lis un livre, je ne me dis pas "je vais consomer ce livre". Faut arrêter avec cette manie de rabaisser les oeuvres culturelles à des produits de consomation.

                          "Au passage, la clause NC concerne encore une fois les utilisations _commerciales_, ce n'est pas l'utilisation la plus courante pour un particulier."

                          Parceque encore une fois tu te mets dans la vision d'un consomateur passif qui va acheter un produit fini et qui ne fera jamais rien d'autre avec que ce pour quoi il à été conçu. C'est triste.

                          "Dans le cas présent, c'est surtout le non respect de la loi qui mène à la mouise financière."

                          C'est bien ce que je dis oui. Un DRM aura jamais des conséquences aussi catastrophiques sur la vie de personne, d'où le fait que je les considère bien moins grave. Mais toi maintenant tu penses peut être qu'un mécanisme qui rends difficile la copie d'information est plus grave qu'une loi qui à le potentiel de détruire ta vie parceque tu as copier de l'information.

                          "D'une part ce n'est pas un dictateur, il n'était juste plus d'accord avec le dictat de certaines clauses de la GPL."

                          Je ne voulais pas dire que c'est un dictateur (puisque je ne connais pas le cas, je ne serais en parler), je te dis juste que même les politiques les plus répressives peuvent se voir justifier par une argumentation qui semble tenir la route.

                          "Et son argumentation est avant tout intéressante pour les acteurs du libre car il pousse à se poser des questions pour lesquelles il n'éxiste pas de réponse triviales autres que purement idéologiques"

                          Incroyable, moi qui pensais que c'était avant tout pour des raisons techniques qu'on pouvait être pour le libre. Surtout qu'avec un mot aussi objectif que "libre", faut vraiment vachement réfléchir pour s'apercevoir qu'il puisse y avoir une part d'idéologie dans ce mouvement social...
                          • [^] # Re: Mouais...

                            Posté par . Évalué à  2 .

                            Visiblement toi tu parles de produits fournient par des entreprises et qu'achètent des consomateurs.

                            Non, je parle de l'ensemble des oeuvres, qu'elles soient sous licence art libre ou sous la licence ultra-fermée qu'aimerait bien nous imposer Sony.

                            Je te parle d'oeuvres qu'on apprécie ou non en les consultant. Quand je lis un livre, je ne me dis pas "je vais consomer ce livre". Faut arrêter avec cette manie de rabaisser les oeuvres culturelles à des produits de consomation.

                            Décidément, tu ne sais pas plus faire la part des choses que lire entre les lignes, je vais donc essayrer d'être plus clair.

                            Donc à la base on parlait de DRM.
                            Perso, les DRM pour moi c'est ce que décrivais, et je n'en connais pas sur des produits non commerciaux.
                            Partant de là, oui, les personnes qui écoutent ces produits, de préférence le dernier CD de la StarAc sous DRM sans se préoccuper des tenants et des aboutissans, sont des consommateurs.

                            Alors certe, des fois quelques bons artistes sortent un CD avec DRM. Et bien tant pis pour eux.

                            Au passage, c'est tout l'art du marketing culturel que de te faire acheter un livre sans que tu es l'impression de consommer...

                            Mais toi maintenant tu penses peut être qu'un mécanisme qui rends difficile la copie d'information est plus grave qu'une loi qui à le potentiel de détruire ta vie parceque tu as copier de l'information.

                            La grosse différence entre nous, c'est que je regarde les conséquences pour une personne respectueuse de la licence, qu'il s'agisse d'une licence sans aucune contrainte ou d'une licence plus restrictive comme la GPL ou la CC-NC : si celle-ci ne te plait pas, tu passes ton chemain, sans que cela ne te mette dans la "mouise financière". Dans ce cadre là, la CC-NC n'a pas d'autre conséquence que, comme toute licence, de t'accorder certains droits et pas d'autres, alors qu'avec le DRM tu vas être emmerdé, même si les termes de la licence te conviennent.

                            De ton coté tu penses comme quelqu'un qui fera ce qu'il veut de l'oeuvre qu'il apprécie, indépendamment des droits que lui a accordé l'auteur, et qui ensuite veut se poser en martyre le jour ou cela lui retombe sur le coin du nez...


                            faut vraiment vachement réfléchir pour s'apercevoir qu'il puisse y avoir une part d'idéologie dans ce mouvement social...

                            Ben comme tu le dis toi-même, il y a UNE PART d'idéologie, mais ce n'est pas PUREMENT idéologique (merci de ne pas lire que les bouts qui t'intéressent).
                            Il y a aussi parfois des considérations économiques (c'est beau le mythe du dév qui vie d'amour et d'eau fraiche), qui font que parfois la réalité rattrape l'idéologie. C'est l'un des points de l'argumentation en question.
                            Ensuite, libre à chacun de se faire une idée et d'être d'accord ou pas avec les arguments...
                            • [^] # Re: Mouais...

                              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                              "Donc à la base on parlait de DRM."

                              Bah non... C'est toi qui commence à parler de DRM. À la base le sujet c'est les NC qui ne sont pas des licences libres. Après j'ai dit que cette clause était la manifestation de la volonté de contrôle des ayants droits sur leurs prochains à travers des oeuvres.

                              "Perso, les DRM pour moi c'est ce que décrivais, et je n'en connais pas sur des produits non commerciaux.
                              Partant de là, oui, les personnes qui écoutent ces produits, de préférence le dernier CD de la StarAc sous DRM sans se préoccuper des tenants et des aboutissans, sont des consommateurs."

                              C'est bien ce que je dis, on ne parle pas de la même chose. Tu parles de produits, je te parle d'oeuvres.

                              "Alors certe, des fois quelques bons artistes sortent un CD avec DRM. Et bien tant pis pour eux."

                              Je ne vois pas ce que la qualité de l'oeuvre change a la question (d'ailleurs c'est quoi la question ici?).


                              "Au passage, c'est tout l'art du marketing culturel que de te faire acheter un livre sans que tu es l'impression de consommer..."

                              En tout cas le marketing ça a bien marché sur toi pour ce qui est de te faire croire que "tout est produit de consommation". Quand je lis un livre, je me cultive. Ca peut être un livre que j'ai acheté, que j'ai emprunté dans une bibliothèque, que j'ai trouvé dans un grenier, ça peut être un livre numérique que j'ai trouvé sur le net. Enfin bon, je trouve ta vision de la culture vraiment triste.

                              "La grosse différence entre nous, c'est que je regarde les conséquences pour une personne respectueuse de la licence, qu'il s'agisse d'une licence sans aucune contrainte ou d'une licence plus restrictive comme la GPL ou la CC-NC : si celle-ci ne te plait pas, tu passes ton chemain, sans que cela ne te mette dans la "mouise financière". Dans ce cadre là, la CC-NC n'a pas d'autre conséquence que, comme toute licence, de t'accorder certains droits et pas d'autres, alors qu'avec le DRM tu vas être emmerdé, même si les termes de la licence te conviennent."

                              C'est très bien, mais après faut pas venir sur un site rempli de libriste et essayer de faire gober que NC c'est libre (à moins d'avoir envie de nourrir un bon troll).

                              "De ton coté tu penses comme quelqu'un qui fera ce qu'il veut de l'oeuvre qu'il apprécie, indépendamment des droits que lui a accordé l'auteur, et qui ensuite veut se poser en martyre le jour ou cela lui retombe sur le coin du nez..."

                              Pas du tout, ce n'est pas parceque j'ai dit que ces droits avaient déjà ruiné des vies que je parle de moi. Moi je n'écoute plus que de la musique sous licence art libre en ce moment, voir un peu de CC-by et CC-by-sa, encore que je n'aime pas trop les CC parceque justement elles sont sources d'encore plus de confusion sur l'esprit du libre.

                              Aussi, relis bien ta phrase. A t'entendre on croirait que l'auteur est un espèce de dieu vivant qui consent à accorder quelques droits aux pauvres mortels que représentent le public. Les droits que recoivent les auteurs sur des oeuvres sont tout sauf naturel, et le public aussi à de la "créativité" à offrir si ces droits ne le muselait pas autant.

                              Mais il suffit de relire ta phrase pour voir l'état d'esprit ambiant : les auteurs sont des êtres tout puissants et le public n'est bon qu'à les aduler et vénéré leurs paroles sacrés dont l'altération représenterait un sacrilège.

                              "Ben comme tu le dis toi-même, il y a UNE PART d'idéologie, mais ce n'est pas PUREMENT idéologique (merci de ne pas lire que les bouts qui t'intéressent).
                              Il y a aussi parfois des considérations économiques (c'est beau le mythe du dév qui vie d'amour et d'eau fraiche), qui font que parfois la réalité rattrape l'idéologie."

                              Oui, j'suis sûr que quand RMS c'est lancé dans le projet gnu, il y avais une grande part de considération économique, par exemple.

                              "Ensuite, libre à chacun de se faire une idée et d'être d'accord ou pas avec les arguments..."

                              Bah oui, mais y a des trucs, t'auras beau argumenter dans ton les sens, ce n'est même pas la peine que je lise pour savoir que je ne serais pas d'accord. Tu peux me balancer un texte argumentant sur la nécessité de l'esclavagisme pour avoir une économie viable, même avec des arguments hyper-pertinents qu'il faudrais vraiment tomber dans les considérations idéologiques pour ne pas être d'accord, et bien je ne serais pas d'accord.
                              • [^] # Re: Mouais...

                                Posté par . Évalué à  2 .

                                La vache !!
                                Dans la catégorie "je lis ce que je veux, pas ce qui est écrit", tu es bien placé !


                                Bah non...

                                Bah si : ta citation était une réponse de ma part dans un paragraphe sur les DRMs. Je ne faisais que remettre celle-ci dans son contexte.

                                C'est toi qui commence à parler de DRM. À la base le sujet c'est les NC qui ne sont pas des licences libres. Après j'ai dit que cette clause était la manifestation de la volonté de contrôle des ayants droits sur leurs prochains à travers des oeuvres.

                                Ce à quoi j'ai répondu que le seul moyen d'avoir un réel contrôle était les DRMs, la licence quelqu'elle soit ne permettant pas ce contrôle a priori.

                                Vu que tu n'avais pas infirmé ce fait ni démontré que la clause NC (et pas la GPL ?) permettait ce contrôle, je pensais que nous étions d'accord sur ce fait.

                                C'est bien ce que je dis, on ne parle pas de la même chose. Tu parles de produits, je te parle d'oeuvres.

                                J'ai juste du mal à parler d'oeuvre lorsque cela est produit par une major et que c'est protégé par un DRM. Pour moi, oui, dans ce cas il s'agit d'un produit.
                                Mais je n'ai rien dit d'autre, et en particulier pas que je considérai tout ce qui touchait à la culture comme un produit.

                                "Alors certe, des fois quelques bons artistes sortent un CD avec DRM. Et bien tant pis pour eux."

                                Je ne vois pas ce que la qualité de l'oeuvre change a la question (d'ailleurs c'est quoi la question ici?).

                                Ce paragraphe parlait de la différence entre oeuvre et produit.
                                Ta confusion du dessus n'est pas surprenante si tu n'es pas capable de comprendre celui-ci...

                                En tout cas le marketing ça a bien marché sur toi pour ce qui est de te faire croire que "tout est produit de consommation".

                                Whouaouh !!!! Excellent !!!!

                                Non, franchement, il faut vraiment que je repasse à une structure en sujet-verbe-complément de base pour que tu arrêtes de déformer mes propos ?

                                Quand je lis un livre, je me cultive. Ca peut être un livre que j'ai acheté, que j'ai emprunté dans une bibliothèque, que j'ai trouvé dans un grenier, ça peut être un livre numérique que j'ai trouvé sur le net. Enfin bon, je trouve ta vision de la culture vraiment triste.

                                Si cela peut te rassurer, je vais régulièrement au théatre, à l'opéra, à des spectacles de danse moderne, dans des musées, etc. Ma pratique de la culture va heureusement au delà de la vision que tu en as, merci.

                                C'est très bien, mais après faut pas venir sur un site rempli de libriste et essayer de faire gober que NC c'est libre (à moins d'avoir envie de nourrir un bon troll).

                                Ce que je disais à la base, c'est que les "4 libertés" cités dans l'article concernent le logiciel et pas nécessairement l'ensemble des oeuvres parce que les destinataires de ces deux ensembles n'ont pas nécessairement les mêmes besoins.

                                Ensuite, un autre propos développé dans mes posts (mais pas dans le poste initial) est que CC-NC apporte des contraintes limitant mes libertés d'utilisateur, mais c'est aussi le cas de la GPLv3, et je ne pense pas que la première apporte plus de contraintes que la seconde, elles couvrent juste des chants légèrement différents bien que partant d'une volonté commune.

                                Le problème ce ne sont pas les libristes, mais les linuxiens extrémistes. Les BDSistes que je connais ont l'esprit un peu plus ouvert sur les licences libres, heureusement.

                                Pas du tout, ce n'est pas parceque j'ai dit que ces droits avaient déjà ruiné des vies que je parle de moi.

                                Alors petit cours de français : "tu penses comme" a une signification
                                proche de "tu te mets à la place de", "tu fais comme si"...

                                Je n'ai pas porté de jugement sur tes actes, mais sur les actes que tu relates.

                                Moi je n'écoute plus que de la musique sous licence art libre en ce moment,

                                Libre à toi, mais ne viens pas me parler de limitation du champ culturel dans ce cas.

                                Aussi, relis bien ta phrase. A t'entendre on croirait que l'auteur est un espèce de dieu vivant qui consent à accorder quelques droits aux pauvres mortels que représentent le public.

                                Ben juridiquement, c'est exactement le cas en France (à part le coté pauvre, les pauvres ça paye pas ;). Voir pour cela le Code de la Propriété Intellectuelle.

                                Ensuite, que l'on estime le CPI comme injuste, c'est un autre problème, cela ne rend pas ma phrase éronnée pour autant.

                                Mais il suffit de relire ta phrase pour voir l'état d'esprit ambiant : les auteurs sont des êtres tout puissants et le public n'est bon qu'à les aduler et vénéré leurs paroles sacrés dont l'altération représenterait un sacrilège.

                                C'est fou ce que tu arrives à faire dire à une phrase qui ne fait que relater un fait juridique.

                                "Ben comme tu le dis toi-même, il y a UNE PART d'idéologie, mais ce n'est pas PUREMENT idéologique (merci de ne pas lire que les bouts qui t'intéressent).
                                Il y a aussi parfois des considérations économiques (c'est beau le mythe du dév qui vie d'amour et d'eau fraiche), qui font que parfois la réalité rattrape l'idéologie."

                                Oui, j'suis sûr que quand RMS c'est lancé dans le projet gnu, il y avais une grande part de considération économique, par exemple.

                                Je n'ai pas dit qu'il y n'y avait que deux parts non plus...
                                Mais oui, il est normal qu'au moment de lancer un nouveau projet, il y ait une forte part d'idéalisme. Le retour à la réalité arrive en général plus tard ;)

                                Bah oui, mais y a des trucs, t'auras beau argumenter dans ton les sens, ce n'est même pas la peine que je lise pour savoir que je ne serais pas d'accord.

                                Je déclare forfait devant une telle mauvaise fois et un tel refus de dialogue.
                                • [^] # Re: Mouais...

                                  Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                                  "Vu que tu n'avais pas infirmé ce fait ni démontré que la clause NC (et pas la GPL ?) permettait ce contrôle, je pensais que nous étions d'accord sur ce fait."

                                  Je suis d'accord qu'aucune loi ni licence ne permet de contrôle à priori. Ca ne veut pas dire que je considère pour autant un contrôle à fortiori moins gênant.

                                  "J'ai juste du mal à parler d'oeuvre lorsque cela est produit par une major et que c'est protégé par un DRM. Pour moi, oui, dans ce cas il s'agit d'un produit.
                                  Mais je n'ai rien dit d'autre, et en particulier pas que je considérai tout ce qui touchait à la culture comme un produit.
                                  Ce paragraphe parlait de la différence entre oeuvre et produit.
                                  Ta confusion du dessus n'est pas surprenante si tu n'es pas capable de comprendre celui-ci...
                                  "

                                  Peu importe sa qualité, qui la produit et combien elle est difficile à se procurer, une oeuvre reste une oeuvre. En tout cas c'est ma vision des choses. Maintenant si toi tu as des critéres qui disqualifie des oeuvres comme étant des oeuvres, c'est ta vision des choses. On a le droit de ne pas partager la même vision du monde.


                                  "Ce que je disais à la base, c'est que les "4 libertés" cités dans l'article concernent le logiciel et pas nécessairement l'ensemble des oeuvres parce que les destinataires de ces deux ensembles n'ont pas nécessairement les mêmes besoins."

                                  Les 4 libertés se réfère à une licence libre qui s'applique à une oeuvre, quelle qu'elle soit.

                                  "Ensuite, un autre propos développé dans mes posts (mais pas dans le poste initial) est que CC-NC apporte des contraintes limitant mes libertés d'utilisateur, mais c'est aussi le cas de la GPLv3, et je ne pense pas que la première apporte plus de contraintes que la seconde, elles couvrent juste des chants légèrement différents bien que partant d'une volonté commune."

                                  Je ne crois pas. La GPL a pour but de garantir des libertés aux utilisateurs finaux, la licence CC-NC à pour but de garantir le contrôle des usages commerciaux par les détenteurs du monopole sur l'information. Les buts sont fondamentalement différent.

                                  "Ben juridiquement, c'est exactement le cas en France (à part le coté pauvre, les pauvres ça paye pas ;). Voir pour cela le Code de la Propriété Intellectuelle.

                                  Ensuite, que l'on estime le CPI comme injuste, c'est un autre problème, cela ne rend pas ma phrase éronnée pour autant."

                                  Bien sûr que juridiquement c'est possible en france, sinon des licence comme CC-NC ne seraient pas possible. Possible ne veut cependant pas dire obligatoire. Après si tu veux mon avis, je suis contre toute forme de monopole sur l'information.


                                  "Libre à toi, mais ne viens pas me parler de limitation du champ culturel dans ce cas."

                                  Je crois que tu as mal interprété mes propos. Je ne disais que tu n'as aucune culture, je n'en sais rien et à la limite je m'en fou. Je te parlais de ta vision de l'objet culturel, que tu sembles considérer comme un produit.

                                  On peu faire beaucoup avec peu ou peu avec beaucoup.

                                  Depuis le temps qu'on use et re-use des mythologies grecs et autres, on a pas fini dans faire le tour. Et j'aimerais bien savoir combien respect ne serait-ce que la parternité de l'oeuvre quand ils vont grassement repompé partout. Il faut vraiment avoir jamais rien écris/composé pour s'imaginer que concevoir une oeuvre ce n'est pas repomper dans tout les sens.
                                • [^] # Re: Mouais...

                                  Posté par . Évalué à  3 .

                                  "C'est très bien, mais après faut pas venir sur un site rempli de libriste et essayer de faire gober que NC c'est libre (à moins d'avoir envie de nourrir un bon troll)."

                                  Ce que je disais à la base, c'est que les "4 libertés" cités dans l'article concernent le logiciel et pas nécessairement l'ensemble des oeuvres parce que les destinataires de ces deux ensembles n'ont pas nécessairement les mêmes besoins.

                                  Ensuite, un autre propos développé dans mes posts (mais pas dans le poste initial) est que CC-NC apporte des contraintes limitant mes libertés d'utilisateur, mais c'est aussi le cas de la GPLv3, et je ne pense pas que la première apporte plus de contraintes que la seconde, elles couvrent juste des chants légèrement différents bien que partant d'une volonté commune.

                                  Le problème ce ne sont pas les libristes, mais les linuxiens extrémistes. Les BDSistes que je connais ont l'esprit un peu plus ouvert sur les licences libres, heureusement.


                                  Il y a des gens, il y a plus de 20 ans qui ont définit des règles appelées les 4 libertés fondamentales concernant le droit d'auteurs. D'autres personnes, à partir de ces idées de bases, ont créer des licences qui respectent ses principes.

                                  Les gens qui ont créé cela, utilise un terme global pour le décrire: "le libre".

                                  Ce que tu proposes avec ta clause NC, ne respecte pas un des 4 grands principes. Tu n'es donc pas dans le mouvement qui se fait appeler "le libre".

                                  Tu peux invoquer tous les appels à la réalité que tu veux, tu peux vouloir appeler une autre chose "libre", il reste que tu es en dehors de l'idée originale.

                                  Je ne comprends pas pourquoi tu tiens absolument à appeler une licence CC-NC du libre alors que cela n'en est pas. Le libre c'est "hype" ? Comme c'est branché, il faut être "in" ?

                                  Tu me fais penser à ces boites informatiques qui mettent du "Open" partout et surtout quand c'est complètement fermé.

                                  Je ne comprends pas n'ont plus ce que viennent faire les BSDiste dans tes commentaires. Les licences BSD étant encore plus permissive que la GPL, elle respecte les 4 libertés (dans les faits, il ne faut pas trop changer leur licence, car ils ne sont pas content, cf le drivers BSD qui a été GPLisé pour Linux)

                                  La clause NC est bien un moyen pour les auteurs pour contrôler l'utilisation de leur oeuvre. C'est exactement à l'opposé des principes du "libre".

                                  Tu peux dire autant que tu veux que tes auteurs sont de gentil bisounours qui te donneront toutes les autorisations que tu veux du moment que l'on ne fait pas la pub pour le FN ou pour Total, il reste le fait que leur production n'est pas du libre comme l'entend la communauté du même nom.

                                  Pourquoi vouloir dénaturer le concept ? Pourquoi vouloir tordre ce qui existe à ta vision ? Pourquoi ne pas utiliser un autre nom ? Le "gratuit" ? Le "librement distribuable par le grand publique" ? Pourquoi ne pas utiliser un autre terme qui ne porte pas à confusion ?

                                  "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                                  • [^] # Re: Mouais...

                                    Posté par . Évalué à  2 .

                                    les 4 libertés fondamentales concernant le droit d'auteurs

                                    Ah ? j'ai toujours cru qu'il s'agissait de liberté concernant le logiciel ... et de mouvement du "Logiciel Libre", raccourci en "LL" ou encore "libre".

                                    http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html
                                    • [^] # Re: Mouais...

                                      Posté par . Évalué à  2 .

                                      Cela fait longtemps que cela va au delà du simple logiciel. Il y a eu la licence art libre, puis la GFDL pour la doc puis les licence CC. Il y a eu aussi utilisation de la GPL/LGPL pour ce qui concerne le hardware (source code des "ip").

                                      "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                                      • [^] # Re: Mouais...

                                        Posté par . Évalué à  2 .

                                        puis les licence CC

                                        Merci de te contredire, on discute justement de la "liberté" d'une licence CC. La licence art libre a été écrite en 2000.

                                        Il y a eu aussi utilisation de la GPL/LGPL pour ce qui concerne le hardware

                                        Sauf qu'on parle pas vraiment de hardware.


                                        Je nie pas que le mouvement se soit étendu, ce que je nie c'est que les "fans" du ll puissent imposer leur notion de liberté à des artistes qui ne sont pas d'accord et qui n'ont à priori pas grand chose à faire du logiciel ... Libre à toi de te battre pour une cause perdu d'avance, et ça ne remet pas en cause le mérite des artistes "libre" (au sens du logiciel, ou de la licence art libre).

                                        Faut juste savoir de quoi on parle, et éviter de vouloir phagocyter le sens d'un adjectif de la langue courante dans une communauté artistique qui n'est pas la notre, et qui a le droit de construire son sens à elle.

                                        Sur l'ambiguité de sens, personne n'est dupe, et surtout pas les libristes mordus de licence. D'ailleur cette question n'intéresse vraiment qu'eux.
                                        • [^] # Re: Mouais...

                                          Posté par . Évalué à  2 .

                                          Merci de te contredire, on discute justement de la "liberté" d'une licence CC.

                                          Il faut je précise CC-BY-SA, CC-BY, CC-SA, c'est bon ?

                                          Sur l'ambiguité de sens, personne n'est dupe, et surtout pas les libristes mordus de licence. D'ailleur cette question n'intéresse vraiment qu'eux.

                                          C'est bien dommage. Les artistes devraient mieux regarder les raisons du succès du libre. Ce qui est rendu possible par licence, ce n'est absolument pas neutre.

                                          Certe, certains artistes peuvent râler de l'utilisation de l'adjectif libre, mais aujourd'hui il veut dire quelques choses de précis.

                                          "La liberté de tout dire, n'a d'ennemis, que ceux qui veulent se réserver, le droit de tout faire"

                            • [^] # Re: Mouais...

                              Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

                              D'ailleurs je te conseil la lecture de ceci : http://www.sauvonslesartsplastiques.fr/spip.php?article16 où l'on explique bien comment nos bambins forgeront encore plus cette mentalité de "je consome, je ne fait pas" qui est déjà malheureusement bien encré dans les mentalités.
  • # Mouais

    Posté par (page perso) . Évalué à  8 .

    Tout d'abord le logiciel libre c'est pour le .... logiciel. Ici ce n'en est pas. Déjà à la base ...

    Ensuite pour tout ce qui est publication non logicielle, si on veut vraiment troller :
    - la GNU GPL n'est pas libre (je parle de la licence elle même, pas des logiciels licenciés ainsi)
    - même les docs sous GNU FDL ont aussi des parties inaltérables où on n'a pas le droit de les modifier ou même de les traduire

    Maintenant si tu veux en faire une oeuvre "libre" au sens que GNU attribue aux logiciels, contactes la boite, je suis sur qu'ils voudront bien (moyennant rémunération mais personne ici n'a dit que le libre était gratuit).

    Je me demande à quel point l'objectif initial du libre (on parlait de corriger un driver d'imprimante dans l'anecdote) n'est pas totalement orthogonal à la mode du "c'est numérique, c'est publié, donc il est anormal que je n'ai pas le droit de faire ce que je veux".
    • [^] # Re: Mouais

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      > - la GNU GPL n'est pas libre (je parle de la licence elle même, pas des logiciels licenciés ainsi)

      Oula, ne pas confondre, je sais que les informaticiens sont féru de récursivité, mais là... le texte d'une licence n'est pas libre, forcément...

      > - même les docs sous GNU FDL ont aussi des parties inaltérables où on n'a pas le droit de les modifier ou même de les traduire

      La FDL avec sections invariantes n'est pas libre forcément, La FDL sans sections invariantes est libre...

      > Maintenant si tu veux en faire une oeuvre "libre" au sens que GNU attribue aux logiciels,

      GNU n'est qu'un projet d'OS, il n'a rien à voir là-dedans...

      > [...] contactes la boite, je suis sur qu'ils voudront bien (moyennant rémunération mais personne ici n'a dit que le libre était gratuit).

      C'est déjà fait.

      > "c'est numérique, c'est publié, donc il est anormal que je n'ai pas le droit de faire ce que je veux".

      Le libre, ce n'est pas « faire ce que je veux », ce sont des auteurs qui donnent certains droits sur l'ensemble de leurs droits d'auteur.

      Sans prendre en considération (ou presque) l'aspect (pas si) orthogonal (que ça) de la doc par rapport au logiciel, produire une doc _proprio_ sur le _libre_ est clairement opposé, pas orthogonal...

      Et non, le libre n'est pas une mode.
      • [^] # Re: Mouais

        Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

        > Oula, ne pas confondre, je sais que les informaticiens sont féru de
        > récursivité, mais là... le texte d'une licence n'est pas libre, forcément...

        Si tu trouve opposé de faire une documentation non libre sur du logiciel libre, qu'est ce que ça doit être que le document qui définit les conditions du logiciel libre n'est lui même pas libre ?

        Sinon non, pas "forcément". Qu'il soit libre n'implique que le fait qu'on puisse l'utiliser pour faire sa propre licence, pas que quelqu'un modifie la GPL de base qui s'applique pour les logiciels déjà licenciés. Bref, sur le principe ce n'est pas plus gênant qu'une documentation.

        > La FDL avec sections invariantes n'est pas libre forcément, La FDL
        > sans sections invariantes est libre...

        Mouais, donc si on omet les passages non libres le reste est libre quoi ... :)


        > produire une doc _proprio_ sur le _libre_

        Produire une *documentation* proprio sur le *logiciel* libre. Et du coup ça choque un peu moins (même si je comprend ta revendication).
    • [^] # Re: Mouais

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      Je ne pense qu'il s'agisse d'une mode, mais de l'évolution de la société avec l'avénement de nouvelles technologies.

      Avant quand tu achetais un livre, en créer une copie pour la donner à un(e) ami(e), ou la revendre, ça t'aurais pris un temps et une énergie considérable. Aujourd'hui il te suffit de mettre le livre en pièce jointe dans un mél, c'est autrement plus facile et bien moins coûteux.

      Maintenant peut être que les personnes qui cherche à fonder une société ou l'information (numérique ou pas d'ailleurs) est "libre" et pas que les logiciels, c'est vrai que cela dépasse sans doute le cadre de ce que pensais RMS quand il a imaginé ce concept. Ce n'est pas un argument en soi pour ne pas plaider pour une telle société, il faudrait pas non plus s'arrêter à ce que dis RMS ou la FSF, dans quelque sens que ce soit.
  • # Vaseux.

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    C'est pas parce qu'un livre traite de Linux qu'il FAUT qu'il soit gratuit.
    Idem pour les émissions (vous payez vos redevances).
    ----
    Mes 2 cents.
    • [^] # Re: Vaseux.

      Posté par . Évalué à  3 .

      D'ailleurs, vivre des ventes de livres traitant de Linux est une preuve de la viabilité du logiciel libre d'un point de vue économique.

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

    • [^] # Re: Vaseux.

      Posté par . Évalué à  -1 .

      au contraire, vu que sa licence contient une clause interdisant toute utilisation commerciale ("NC"), on ne peut pas diffuser ce "livre" autrement que gratuitement.
    • [^] # Re: Vaseux.

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      C'est pas parce qu'un livre traite de Linux qu'il FAUT qu'il soit gratuit.

      Qui a parlé de gratuit ? Qui a parlé de Linux ?

      Ce livre ne parle pas de Linux, mais du libre. Alors evidement il n'est pas interdit de faire un livre non libre pour parler du libre, tout comme le serveur de linuxfr pourrait tourner sous Windows, mais ca fait pas très serieux.
      • [^] # Re: Vaseux.

        Posté par . Évalué à  2 .

        il n'est pas interdit de faire un livre non libre pour parler du libre, (...) mais ca fait pas très serieux.

        je ne vois pas pourquoi. c'est comme se plaindre que Toto qui va fabriquer des autos à l'usine se rend à son boulot en vélo ou en transport en commun...
  • # mince alors!

    Posté par . Évalué à  8 .

    mince alors! ton journal est propriétaire... tu n'y a pas mis de licence libre, même pas sous cc.

    faut arrêter de déconner un peu des fois... c'est comme si tu leur reprochais de ne pas diffuser leur site sous licence libre.

    Un document, ce n'est pas comme un logiciel, la necessité qu'il soit libre n'est pas necessaire! c'est sa libertée de diffusion, qui importe.
    Or en diffusant leur document sous cc by nc cd, ils guarantissent que leur document est librement diffusable gratuitement! ainsi, si quelqu'un essaie de se faire du beurre dessus, car par défaut, c'est niet!
    • [^] # Re: mince alors!

      Posté par . Évalué à  0 .

      pour moi, un "document" (tel celui dont il est question) est comme un "logiciel", c'est un travail d'"utilité publique", et la possibilité que tout le monde (sans exception) puisse l'améliorer (en plus de la diffusion) est intéressante. Le site n'est qu'un moyen, et n'a pas de valeur en soi. Quant à la liberté du message de Nyco, tu exagères vraiment.
      • [^] # Re: mince alors!

        Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

        Pourtant, beaucoup de logiciel ne sont pas documenté, et il y beaucoup de documentation hors informatique (ex: le plan du Louvres. Pour moi, le plan du Louvre ou le man de ls, c'est à mettre sur le même plan: on informe le "client")
  • # Et le contenu ?

    Posté par . Évalué à  9 .

    À l'heure où j'écris ces lignes, 20 commentaires autour de la licence du document, pas un seul sur son contenu. Pas de doute, on est sur LinuxFR ;-)

    Je répète pour les malvoyants: ;-)

    Sinon quelqu'un l'a lu, le document en question ? C'est comment ?
    • [^] # Re: Et le contenu ?

      Posté par . Évalué à  2 .

      Ben oui, ça ne fait que confirmer ceci : http://www.nojhan.net/geekscottes/index.php?strip=85

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

    • [^] # Re: Et le contenu ?

      Posté par . Évalué à  5 .

      Tu veux rire ? On ne pose pas nos yeux sur un document non-libre ! Ça va les abimer et là, on deviendra malvoyant ! [/humour]
    • [^] # Re: Et le contenu ?

      Posté par . Évalué à  4 .

      En même temps, le journal porte lui-même sur la license du document et non sur le contenu.

      Alors pour une fois que les 20 premiers commentaires sont en rapport avec le journal, on ne va pas se plaindre !

      (sinon, non je n'ai pas lu le document en question... plus besoin de vulgarisation depuis quelques temps déjà, enfin j'espère ;-)
    • [^] # Re: Et le contenu ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      Pour répondre à ta question, voici quelques chiffres tiré du document ( converti en texte brute pour plus de facilité avec pdftotext livre-blanc-open-source-10.pdf )

      % wc -l livre-blanc-open-source-10.txt
      1319 livre-blanc-open-source-10.txt

      % grep "smile" -i livre-blanc-open-source-10.txt|wc -l
      159

      Smile c'est le nom de l'entreprise qui à produit le document. Plus d'une dixième du document consiste à te bourrer le moue avec smile. Je précise que je n'ai rien contre smile que je ne connais pas.

      Enfin si tu veux mon avis sur ce document, je dirais que je le lirais bien si il y avais pas tout ces smile[ys] (haha!) qui traînaient partout. Bien sûr quelqu'un pourrait en faire une version épurée de toute cette publicité, mais malheureusement il ne pourrait le distribuer puisque publié sous CC by-nc-nd. Et hop, nous revoila dans notre troll sur les licences. :)
    • [^] # Re: Et le contenu ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  -1 .

      J'ai lu ce livre blanc et je l'ai trouvé à la fois pertinent et juste, pédagogique et passionnant !

      En ce qui concerne la discussion sur sa licence, j'ai le droit de le faire lire et de le diffuser à qui je veux, ça me suffit, à défaut de pouvoir lle modifier. Pour remercier l'auteur, je lui ai envoyé une série de corrrections orthographiques qu'il a rapidement intégrées. Le libre se nourrit de coopérations volontaires plus que de trolls.
  • # Le troll des licenses et la notion de liberté.

    Posté par . Évalué à  2 .

    Difficile de définir la liberté.
    On dit de façon général que la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres. Cela veut dire que même là la liberté absolu n'existe pas.

    Après passons au cas des logiciels :
    tu cites les 4 libertés fondamentales de la GPL, mais certain pourrait ajouter :
    — Pouvoir réutiliser le code quelque soit l'usage même pour l'inclure dans un programme propriétaire.

    Donc, tout les logiciels sous GPL ne sont pas libre ?

    On arrive même au cas que certain codes sous GPL, pour ne pas être sous la même version, ne peuvent être lier.
    Et nous somme là toujours que dans le domaine du logiciel.

    Je suis d'accord que ce soit la BSD ou la GPL, toutes deux considères comme non libre le texte publié aussi. Mais pour la BSD, en toute logique, la GPL n'est elle-même pas libre.

    Alors peut-on comme ça jeter aux orties un document, une musique ou autre qui commence à donner des libertés, parce qu'elle n'a pas donné toutes les limites que *vous* avez choisis (comme dit plus haut, certain pourrait en rajouter d'autres).

    Alors oui, il y a mieux, mais c'est déjà un pas en avant, on ne va pas dire à un bébé jeune enfant qui fait ces premiers pas que c'est une merde parce qu'il ne sait pas encore courir.

    Pas trop d'empressement donc, que des auteurs commencent déjà à publié leur document sous licence CC est déjà un progrès. Quand ce sera plus rentré dans les meurs, ils pourront s'intéresser un peu plus aux autres versions de cette licence.

    Souvenez-vous de vos premiers pas sous Linux, je pense que peu on commencer par aborder le côté philosophique avant le côté technique. Cela vient après, en étant « dedans ».

    Donc un peu de tolérance pour les publications « semi-libres », ce n'est pas des bouts de codes qu'on nous oblige à mettre dans notre distribution. Les choses évoluent progressivement, en laissant au temps aux auteurs de changer de façon de penser. Ce n'est pas en les agressant tout de suite que vous allez les incités à franchir le cap, bien au contraire.
  • # re: introduction [propriétaire] à l'open source et au logiciel libre

    Posté par . Évalué à  3 .

    Bonjour à tous,
    citation du livre pdf (j'espère ne pas violer la licence CC :-) )"
    Smile est une société d’ingénieurs experts dans la mise en œuvre de
    solutions open source et l’intégration de systèmes appuyés sur l’open
    source. Smile est membre de l’APRIL, l’association pour la promotion
    et la défense du logiciel libre.
    Smile compte 250 collaborateurs (début 2008), ce qui en fait la première
    société en France spécialisée dans l’open source.
    Depuis 2000, environ, Smile mène une action active de veille
    technologique qui lui permet de découvrir les produits les plus
    prometteurs de l’open source, de les qualifier et de les évaluer, de
    manière à proposer à ses clients les produits les plus aboutis, les plus
    robustes et les plus pérennes.
    "

    Adhérent de l'april et tout ce qui suit c'est déjà pas trop mal tout ça. En effet il y'a contradiction dans cette introduction mais je te trouve quand même exigeant Nÿco. Ce n'est pas parce que on supporte le logiciel libre que tout le monde fait tout avec du libre (troll: ça serait de l'extrémisme). Je suis sure que t'as du format, codec proprio ou un driver dans ta distribution GNU/Linux préférée.

    Il faudrait leur demander de changer de licence pour assortir totalement leurs "principes" et leurs actions.

    Je continue à lire le doc pdf au delà du préambule.

    Merci. Bonne journée à tous.
  • # Pas choquant

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Tant qu'ils ne disent pas que leur doc est libre, ça ne me choque pas : à chaque produit (livre ou logiciel), un choix (libre ou pas libre), chacun est libre de choisir sa licence, mais doit l'assumer.
    Ce qui me gonfle plus sont les gens qui disent faire du libre en faisant du -NC : ils ne veulent pas faire de libre, et ne l'assument pas.
  • # PDF n'est pas libre non plus

    Posté par . Évalué à  1 .

    sans vouloir faire mon gros lourd, je me permets de rappeler que le format PDF n'est pas plus libre que d'autres formats propriétaires et fermés. Il est soumis à brevets, et est basé sur le format PS, lui-même propriétaire, fermé et soumis à brevets.

    De par son ancienneté et son omniprésence, de nombreux développeurs ont étudié le format par reverse engineering, en vue d'en établir une documentation, et des logiciels plus ou moins compatibles.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.