Journal Amour et logiciel libre.

Posté par . Licence CC by-sa
13
13
juil.
2015

Sommaire

DISCLAIMER
Un nourjal du vendredi posté un lundi. Joie et bonheur les amis !

Encore une fois, je vais faire de la psycho-socio de comptoir, à l'image de quelques unes de mes logorrhées ici. Et il est évident que tout cela a été théorisé, disséqué, analysé par des tas d'autres gens, si qualifiés pour en parler. Je n'ai aucune légitimité là dedans, si ce n'est celle de quelqu'un qui vit et pense l'amour, le sexe, la vie de manière différente. Est-ce dû à mon éducation, à mes gènes, à un hypothétique Dieu ou à la Licorne Rose Invisible, je m'en tamponne royalement. Alors non, je ne citerai nulle étude, ni auteur, ni maître à penser. Je me contrefiche d'eux en tant que pseudo caution intellectuelle. Ce que je vais livrer ici est mon ressenti, mon analyse. Nourri par mes lectures, mes rencontres, mes propres expériences.

Et oui, on va me répondre que ça devrait figurer sur un blog tout ça, mais oui, je profite honteusement de la tribune que j'ai à ma disposition. Vous êtes libres de lire, vous êtes libres d'adhérer, vous êtes libres de ne pas adhérer, vous êtes libres de commenter, de changer d'avis, de ne pas en changer. Vous êtes surtout libres de réfléchir et de confronter ce que je vais écrire avec vos propres expériences et d'en tirer quelque chose pour vous, qui vous appartient et qui participera de ce que vous êtes et / ou serez.
END OF DISCLAIMER

SPOILER
Il n'y aura pas de n’image dans ce texte !
/SPOILER

Bonjour Nal !

Aujourd'hui je vais te parler d'un sujet que je voulais aborder depuis un moment. Sexe et logiciel libre. Tu vas trouver, Nal, que c'est un peu incongru de lier les deux mais… Finalement pas tant que ça. Tu vas comprendre. Fais moi confiance. Et avec un peu de chance, je vais même te surprendre. Parce que au delà du sexe, dont je me fiche éperdument en fait là, je vais te parler d'amour.

Il me faut d'abord placer le contexte. Cette idée d'article est là depuis un bon moment. Et elle est fortement liée à mon mode de vie ainsi qu'à la manière dont j'aborde la sexualité en plus d'être liée à ma vision du libre.

Pour le libre, pas la peine de te faire trop l'article, puisque Nal, tu es déjà au courant étant donné où nous sommes. Cependant, petite vanité, tu pourrais avoir l'envie de partager ces écrits à des non initiés, donc un petit résumé de la philosophie du libre sera de mise. Pour ce qui est du reste, la sexualité (et l'amour), il va te falloir patienter un peu (oui, je ménage mes effets Nal)

Tu es prêt Nal ? On y va ?

C'est quoi le logiciel libre ?

Reprenons RMS et la FSF si tu veux bien :

  • la liberté d'exécuter le programme comme vous voulez, pour n'importe quel usage (liberté 0) ;
  • la liberté d'étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier pour qu'il effectue vos tâches informatiques comme vous le souhaitez (liberté 1) ; l'accès au code source est une condition nécessaire ;
  • la liberté de redistribuer des copies, donc d'aider votre voisin (liberté 2) ;
  • la liberté de distribuer aux autres des copies de vos versions modifiées (liberté 3) ; en faisant cela, vous donnez à toute la communauté une possibilité de profiter de vos changements ; l'accès au code source est une condition nécessaire.

Je ne rentrerai pas dans le débat sur les différentes licences libres, la question n'est pas là. Pour le néophyte, c'est toujours abscons. Il n'a aucune idée de ce qu'est un code source, un binaire, etc. Donc on va commencer par généraliser un peu. Ces quatre libertés fondamentales sont donc :

  • La liberté d'utilisation ;
  • la liberté d'étude ;
  • la liberté de modification ;
  • la liberté de diffusion à l'identique ou après modification.

Ah voilà. C'est déjà un peu plus clair non ?

On peut l'appliquer sans problème à une recette de cuisine, à un écrit, à de la musique, à une vidéo, ou plus généralement à n'importe quelle idée. Et une de ces idées c'est…

Le cul, le vit, le con, et tout ce qui tourne autour

Oui, c'est un peu… Cru n'est-ce pas ? Mais appelons un chat un chat si tu veux bien Nal. On va parler de cul. Et on ne va pas s'empêtrer dans les circonvolutions de vocabulaire. Le but n'est pas de choquer mais juste d'être un peu direct. Et ce sera plus facile pour moi d'écrire si je ne passe pas mon temps à me poser des questions pour savoir si mon vocabulaire est assez châtié ou pas.

La sexualité c'est quoi ?

Le terme sexualité englobe les phénomènes de la reproduction biologique des organismes, les comportements sexuels permettant cette reproduction, et enfin les nombreux phénomènes culturels liés à ces comportements sexuels.

Bon, ça ne te donne toujours pas le rapport entre nos quatre libertés fondamentales et le cul ça…

Pourtant, tu devrais Nal avoir une petite idée de ce que je veux aborder.

Là tu vas penser au…

Libertinage

Ressortons une partie de la définition du libertinage :

le libertin est celui qui remet en cause les dogmes établis, c'est un libre penseur (ou libertin d'esprit) dans la mesure où il est affranchi, en particulier, de la métaphysique et de l'éthique religieuse

Tu me vois venir ? Ou toujours pas ? Et bien tu te fourres le doigt dans l'œil Nal Et pas qu'un peu. On va s'intéresser à ça, mais plus pour le déconstruire et l'analyser que pour l'encenser. Et surtout, on va le passer au crible de nos quatre libertés fondamentales.

Liberté d'utilisation

Premier écueil, non. La liberté d'utilisation n'est pas le libertinage. De nombreux codes, tacites régissent ce monde.

Tout d'abord, la bisexualité féminine y est quasiment obligatoire. Toi femme hétéro, pas attirée pas les filles (et c'est respectable) tu vas te retrouvér confrontée à ce diktat. J'en veux pour preuve que les annonces des sites spécialisés, lorsque la femme est hétéro, le précisent en toutes lettres, de façon préventive. Je pourrais vous mettre des extraits de profils mais croyez-moi sur parole.

Les hommes bi, rares. Ou du moins l'annonçant. Si voir deux filles se nettoyer les amygdales est courant, voir deux hommes l'est beaucoup moins. Tellement rare que certains établissements ont des soirées dédiée à l'acceptation de ce genre de sexualité. Ah bon ? Stigmatisation de l'homme bi ? C'est anormal ?

Ne parlons même pas du troisième sexe. Rares, si ce n'est absents de la plupart les lieux ouverts à la débauche.

Je pourrais aussi vous parler de la pilosité, du « gras », des vidéos porno à destination des hétéros diffusées dans certains établissements, de la presque obligation d'être « beaux » suivant les canons en vigueur… La liste est longue.

On est donc presque confrontés à des interdictions. C'est antinomique avec la liberté. De plus, les attitudes en questions confinent souvent au sexisme puisque même si c'est la femme qui « décide » on reste dans le schéma classique de la femme offerte, certains hommes offrant leur femme en pâture afin de pouvoir profiter de celle des autres.

Nota bene : le respect est normalement présent. Un non est un non et on est donc libres de « consommer » ou pas. Mais encadré par des codes tellement étouffants parfois que cela fait perdre de son intérêt à la chose.

La liberté d'étude

Alors là par contre, pas de problème. On a le droit d'étudier les mœurs et pratiques des autres. Il existe même une catégorie de libertins qui trouve son plaisir dans l'étude. Les candaulistes. Oui, je suis un peu limite là, mais si ça te permet Nal de découvrir quelque chose, c'est encore mieux.

Blagues à part, oui, l'étude est nécessaire, pour apprendre les codes déjà évoqués au dessus. Ces codes qui régissent ce monde. Sans cette étude il est impossible de s'y épanouir, d'y trouver son plaisir.

En plus, les gros avantage, c'est qu'en multipliant les partenaires, on peut améliorer nos techniques et donc devenir de meilleurs coups au pieu. C'est pas la classe ça ? Ou pas d'ailleurs. Cela permet aussi d'apprendre plus sur soi, ce qu'on aime ce qu'on est et de parfois découvrir des plaisirs insoupçonnés (Ah, la prostate, quel organe magique :-D).

La liberté de modification

Là… Comment dire… La modification des codes est extrêmement difficile. Imaginez, un couple libre (où chacun rencontre qui il veut en solo donc déjà libertin en fait) et libertin (partage à deux, soit l'acceptation courante du terme). Cela ne paraît pas compliqué non ? Et bien ça, c'est une infime marge de la population. Souvent incomprise. Avec des réflexions du genre :

Moi ? Je ne pourrais pas laisser mon homme rencontrer seul. Impossible.

Mais comment faites-vous ? Nous nous sommes inséparables !

Le code du couple monogame exclusif, légèrement modifié, légèrement tordu. On tolère lorsqu'on est à plusieurs mais hors de question de laisser l'autre butiner seul. Impossible de hacker le code de manière profonde sans attirer les réflexions.

Truc tout con, est-ce que quelqu'un peut m'expliquer ce qui n'est pas sexiste dans le fait que dans certains établissements les femmes seules ne payent pas pour rentrer ? Alors qu'un homme seul va claquer ses 50€ (En plus sans être sûr de trouver quelqu'un acceptant de s'adonner aux plaisirs de la chair avec lui ?). Alors oui, il y a moins de femmes seules dans ce monde, mais de là à les faire rentrer systématiquement sans payer. Et la grande règle : si c'est gratuit, c'est que c'est toi le produit. Je pourrais faire la même réflexion sur lis sites de rencontre mainstream. Adopte un mec par exemple. Où on nous vend que le produit c'est l'homme. Que nenni, le produit est bel et bien la femme. Livrée aux assauts des hommes.

Donc ça ? Libre de modifier ? Hum… Non, pas franchement. Mais on peut toujours essayer. Et on va essayer !

La liberté de diffusion

Oui. Là c'est libre. Tant que l'on ne se heurte pas aux autres croyances et lois, on peut diffuser les éventuelles modifications puisqu'on trouve des groupes très différents pratiquant des choses différentes dans le libertinage. Échangisme, mélangisme, côte-à-côtisme, pluralité masculine (comprendre gang bang), pluralité féminine (tiens bizarrement ça, ce n'est jamais proposé comme pratique sur les sites), à 3, à 4 ou plus, partouzes, bref tout est permis. Y compris l'initiation de nouveaux venus. Faut bien renouveler un peu le cheptel de temps en temps non ?

Mais alors ? Quelles sont les alternatives ?

Il y en a une. Du moins que je connais. Je ne veux pas dire que je suis une sommité dans le domaine, loin de là. Mais on pourrait dire que j'ai une petite expérience qui me permet d'en parler.

Mais avant de parler de cette alternative, revenons un peu sur ce qui est la norme. La norme, en Europe, en Occident en général, et sûrement globalement, est le couple monogame exclusif.

Le couple monogame exclusif, c'est celui qu'on connait tous. Deux personnes. Engagées dans une relation amoureuse centrée sur le couple et éventuellement les enfants quand il y en a. C'est le schéma classique. Celui dans lequel nous sommes élevés. Et celui qui nous est inculqué et seriné par tous les médias. Y compris ceux qui veulent parler des modes de vie alternatifs qui sont souvent au mieux condescendants envers ceux-ci, voire carrément méprisants en pointant du doigt, de manière détournée certes, ces gens différents, pas comme les autres, anormaux. (Je ne mets pas tous les médias dans le même sac, certains ne jugent pas et essayent de réfléchir de manière neutre à tout ça. Ou parfois trop engagée, mais là n'est pas la question).

Ce schéma a la particularité de permettre, voire de favoriser, en vrac :

  • les déceptions amoureuses en série, confère le syndrome du Prince Charmant, où on attend tous et toutes la personne qui sera exactement pile poil ce qu'il faut pour nous. Avec cette recherche de la perfection qui n'existe pas.
  • la tromperie. Oui, parfois dans un couple, la lassitude peut arriver. Et on est tentés de voir ailleurs si l'herbe est plus verte. Avec la mise au point d'artifices pour cacher à l'autre qu'on voit quelqu'un
  • la lâcheté. Oui, il est souvent difficile de se séparer, toujours une bonne raison. La maison, les gosses. Mais au final les couples ne sont pas heureux dans ce cas là.
  • la perpétuation du modèle. Puisque c'est le modèle majoritaire, c'est celui qui est perpétué. (argument valable pour tous les schémas quand ils sont majoritaires
  • l'interdiction. Comment peut-on interdire de tomber amoureux ?
  • la frustration. Et oui. Si on tombe amoureux mais que c'est interdit ?

Alors ? On fait comment pour lier logiciel libre et amour sexe ?

Forkons le couple

Prenons le couple. Prenons le libertinage. Virons des bouts qui ne nous plaisent pas pour essayer de trouver un juste milieu. Quelque chose de différent.

Bref, parlons de polyamour.

Le meilleur des deux mondes. L’amour. Mais multiplié. Pas divisé non. Multiplié. Pas forcément l'amour à plusieurs à la fois, même si c'est concevable. Et je parle bien d'amour, pas de baise. Mais une ou plusieurs relations amoureuses, singulières, uniques mais multiples.

La liberté d'utilisation

Pas de codes. On aime. Point. Qui on veut. Comme on veut. Un homme peut aimer une femme, ou un homme, ou un de chaque ou n'importe quelle personne en transition. On va parler de relation principale (en gros la personne avec laquelle on va passer le plus de temps, globalement celle avec qui on partage le quotidien et les éventuels joies de la parentalité), et de relations secondaires. Les autres personnes que l'on aime.

Je parle bien d'amour, dans l'acceptation courante du terme. De forts sentiments unissant les personnes impliquées dans ces relations. Le manque et la jalousie font partie intégrante de la relation. Ah oui, faut pas croire, la jalousie existe. Mais elle se portera plus sur le temps accordé aux autres que sur le fait de coucher avec d'autres. Et le manque, oui il existe. On n'aime pas être loin des gens qu'on aime.

la Liberté d'étude

Elle y est. Comme dans le libertinage. Mais uniquement pour le plaisir et apprendre de l'autre. Pour améliorer les relations. Pour apprendre la gestion des sentiments contradictoires qu’on peut ressentir. Comme aimer et laisser l'autre aimer plus, ou différemment ?

Il s'agira d'écoute et de partage d'expériences. Les polyamoureux ne sont pas si nombreux que ça, mais ils organisent régulièrement sur le modèle des cafés philo des débats dans un bistro (ou ailleurs) autour des thèmes qui apparaissent dans cette vie. Il s'agira de partager ses expériences pour que les autres puissent mieux vivre.

La liberté de modification

Déjà appliquée de base. La modification des codes du couple est passée par là. On aime. Qui on veut. Tu es bisexuel ? Tu n'es plus obligé de choisir entre l'un ou l'autre de tes goûts. Tu aimes les jeux extrêmes mais pas ta relation principale ? Qu’à cela ne tienne, ta relation secondaire peut t'apporter ça. Tu veux tenter le trouple plutôt que le couple ? C'est permis ! Fini le couple « un papa une maman ». Pourquoi pas ne pas concevoir le trouple « une maman et deux papas » (déjà existant dans les fait dans les failles recomposées) où l'enfant pourrait recevoir encore plus d'amour ?

La liberté de diffusion

La diffusion. Si on réfléchit bien, et parce que j'aime la provocation, n'y a-t-il pas plus chrétien que les polyamoureux ? L'Acrobate (béni soit son nom) a dit : « Aimez-vous les uns les autres ». N'est-ce pas la plus belle application de ce précepte ? L'amour est le moteur du polyamoureux. Cet amour qu'il donne aux gens qu'il côtoie. Cet amour qu’il reçoit dans chaque relation.

Pour aller plus loin

Quelques sites de référence sur le polyamour, les sexualités autres :

Et bien sûr, Google, DuckDuckGo sont vos amis.

Enfin, surtout, c'est la discussion qui doit être là. Que vous adhériez ou non. Que ce soit parce que ce n'est pas pour vous, que ce soit parceque vous vous posez des questions sur l'amour, la discussion et le partage doivent être là. Un polyamoureux ne tentera pas de vous convaincre du bien fondé de sa démarche et n'essayera pas de vous convaincre. C'est une histoire de liberté. On n'enlève de liberté à personne. Chacun est libre de vivre sa sexualité et ses amours comme il l'entend tant que les lois sont respectées et que tout se passe entre adultes consentants.

Conclusion

Alors pour conclure, je suis un mammifère, humain, gauchiste, motard, barbu, fumeur, buveur, tatoué, percé, parent, pseudo-féministe, pour la légalisation de la prostitution et du cannabis, sodomite, bi-curieux, libertin, polyamoureux, non-monogame, non-exclusif.

Ça en fait des étiquettes hein ? Et bien ces étiquettes, je les rejette en bloc. Ou les accepte toutes. C'est pareil. Mais au final, le suis moi.

La chose amusante, c'est que certains lecteurs ici me connaissent personnellement. C'est carrément mon coming-out que je viens de faire là.

Et vous savez quoi ? Je suis heureux.

Et toi Nal ? Tu es heureux ? J'espère que oui, quelque soit le choix de vie que tu as fait.

  • # j'envoie un commentaire

    Posté par . Évalué à 10.

    tiens c'est marrant d'avoir oublié de parler de la masturbation (intellectuelle) parce que quand on lit ce journal…

    • [^] # Re: j'envoie un commentaire

      Posté par . Évalué à -4.

      Si tu trouves que c’est de la masturbation intellectuelle, grand bien te fasse.

      Maintenant, tu aurais pu peut-être détailler un peu le pourquoi tu considères que j’ai posté un étron inutile, ça pourrait ouvrir le débat et donner des discussions intéressantes plutôt que de choisir d’être péremptoire et ne rien apporter de plus qu’un jugement sans argumentation.

      cd /pub && more beer

      • [^] # Re: j'envoie un commentaire

        Posté par . Évalué à 10.

        ça me permet d'avoir un post à +10

      • [^] # Re: j'envoie un commentaire

        Posté par . Évalué à 10.

        et je n'ai pas dit que c'était un étron inutile, surtout à côté des derniers journaux d'un certain ned flanders plus connu sous le pseudo complètement débile de troy raclure

  • # Bravo pour ce coming-out !

    Posté par . Évalué à 3.

    Même si je ne te connais pas personnellement.

    Alors oui, il y a moins de femmes seules dans ce monde

    Comment est-ce possible ? Il y a plus de femmes que d’hommes homosexuels ?

    Moi j’ai compris il y a quelques années que le coupe monogame exclusif était effectivement une connerie. Par contre je fais le distingo entre amour et « amitié/baise ». Autant je pense qu’un couple peut être plus heureux si chacun peut avoir plusieurs partenaires sexuels de manière ouverte (pas forcément au même moment et ensemble), autant je pense qu’on ne peut avoir qu’un seul vrai « amour », c’est à dire une personne que l’on privilégiera sur ses autres relations.

    Je ne dis pas que l’on peut n’aimer qu’une personne à la fois mais en cas de conflit (de devoir choisir entre telle ou telle) il ne peut y en avoir qu’une…

    • [^] # Re: Bravo pour ce coming-out !

      Posté par (page perso) . Évalué à 9. Dernière modification le 13/07/15 à 21:35.

      (…) mais en cas de conflit (de devoir choisir entre telle ou telle) il ne peut y en avoir qu’une…

      Tu oublies une possibilité, en cas de conflit, et pas une petite : il peut aussi y en avoir zéro… (des fois, ça peut faire du bien de repasser à zéro pendant un petit moment)

      Le journal parle beaucoup d'amour, mais c'est oublier que parfois il vaut mieux vivre seul que mal accompagné, et des gens préfèrent même vivre seuls et on les stigmatise bien trop souvent à leur dire "tu n'as pas envie d'être en couple? je suis ouvert, tu me dire que tu préfère les personnes de même sexe… vraiment pas? t'es pas normal toi". l'homosexualité est de plus en plus acceptées, mais alors l'envie d'avoir zéro partenaire… Stop à la discrimination du zéro!
      En cas de conflit, il peu y en avoir que de 0 à 1…

      PS : sinon, réussir à écrire un tel pavé pour lier le logiciel libre et l'amour libre, fallait oser et faire.

      • [^] # Re: Bravo pour ce coming-out !

        Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 13/07/15 à 22:04.

        il peut aussi y en avoir zéro… (des fois, ça peut faire du bien de repasser à zéro pendant un petit moment)

        Tout à fait, tu fais bien de la préciser. Je n’avais pas évoqué le cas car le journal parle des relations entre N êtres avec N > 1.

        Perso je suis passé de « chez mes parents » à « en couple », pendant une dizaine d’année, je n’ai donc découvert le célibat et la vie seul qu’à la trentaine passée… Et alors oui, il y a de sacrés avantages à vivre seul !

        J’ai toujours su que j’aimais la solitude mais j’ai découvert qu’en fait je ne pouvais l’apprécier que si je savais qu’à un certain moment elle allait être rompue…

        Lors de ma rupture j’ai souffert de la solitude, j’ai eu peur de me sentir toujours seul, j’étais près à faire n’importe quoi pour retrouver quelqu’un avec qui partager ma vie. Je me suis forcé à essayer de partager ma vie avec une fille même si objectivement je lui trouvais plein de défauts. J’étais persuadé que vivre en couple c’était se forcer à tolérer les défauts de l’autre. Maintenant j’ai accepté de potentiellement finir ma vie seul, que peut-être ce ne sera pas le cas mais je n’essaierai plus de forcer quoi que ce soit…

        réussir à écrire un tel pavé pour lier le logiciel libre et l'amour libre, fallait oser et faire

        Malgré le nombre important de signes je ne trouve pas que ça fasse pavé. C’est plutôt aéré, avec des phrases et des paragraphes courts.

        Pour finir et puisse que j’aime trouver des substituts commodes à mon intelligence je finirai par cette citation dont je ne connais pas l’origine mais que j’ai toujours trouvé pertinente : « Vivre à deux c’est essayer de régler à deux des problèmes que l’on aurait jamais eu en vivant seul. » :)

        • [^] # Re: Bravo pour ce coming-out !

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          cette citation dont je ne connais pas l’origine mais que j’ai toujours trouvé pertinente : « Vivre à deux c’est essayer de régler à deux des problèmes que l’on aurait jamais eu en vivant seul. » :)

          C'est du Sacha Guitry, très actuel même si pouvant être controversé… tout comme Coluche perdure, me concernant.

        • [^] # Re: Bravo pour ce coming-out !

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          J’étais persuadé que vivre en couple c’était se forcer à tolérer les défauts de l’autre.

          Après il ne faut pas se mentir, quand tu dois vivre/partager ta vie avec quelqu'un sous le même toit, tu devras faire des compromis (et l'inverse est aussi vraie).

          Après si les défauts ou concessions à faire sont trop fortes, cela ne tiendra pas sur la durée.

          Tut comme on vit dans un État ensemble, avec des lois et organisations communes, on doit faire des compromis pour que ce petit monde cohabite du mieux que possible.

          • [^] # Re: Bravo pour ce coming-out !

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            on doit faire des compromis pour que ce petit monde cohabite

            Et pour rester dans le sujet : « compromis, chose dûe ! ».

            Avec cohabite, on devrait aussi pouvoir trouver quelque chose…

      • [^] # Re: Bravo pour ce coming-out !

        Posté par . Évalué à 3.

        Le journal parle beaucoup d'amour, mais c'est oublier que parfois il vaut mieux vivre seul que mal accompagné, et des gens préfèrent même vivre seuls et on les stigmatise bien trop souvent à leur dire "tu n'as pas envie d'être en couple?

        Là c’est un autre soucis. Si on n’a pas envie d’avoir de relation en couple, trouple ou n’importe quoi d’autre d’ailleurs, c’est pas un soucis. Et effectivement il faut faire attention à ne pas trop emmerder les gens qui ont chosit de vivre seuls, pour tout un tas de raisons parfaitement valables et acceptables.

        PS : sinon, réussir à écrire un tel pavé pour lier le logiciel libre et l'amour libre, fallait oser et faire.

        Les cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît :)

        cd /pub && more beer

  • # Amour, vraiment?

    Posté par . Évalué à 8.

    Tout ceci est certes bien délayé étayé mais bien peu romantique…
    (Larousse: "Qui, par nature, touche la sensibilité et l'imagination, invite à l'émotion et à la rêverie, à l'expression des sentiments")

  • # Tu voulais dire quoi au juste?

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Le couple monogame exclusif, c'est celui qu'on connait tous. Deux personnes. Engagées dans une relation amoureuse centrée sur le couple et éventuellement les enfants quand il y en a. C'est le schéma classique. Celui dans lequel nous sommes élevés. Et celui qui nous est inculqué et seriné par tous les médias.

    Je ne suis pas du tout d'accord avec ce paragraphe: Est-ce que c'est si difficile de trouver des histoires d'amours illégitimes dans la littérature ou même dans les films? Sur les couvertures des magazines “été, chaud, sexe!” décliné sous tous les angles possibles… Je ne vois pas “le couple monogame classique” partout présenté comme idéal de l'amour: dans la mythologie Grecque, dans Tristan et Yseult, dans la princesse de Clèves ou … dans Closer, Voici et Marie-Claire.

    Sinon quelle est la différence entre être polyamoriste ou avoir un amant ou une maîtresse — voire plusieurs?

    Toutes les pratiques que tu décris sont attestées par la littérature depuis des siècles, dans pratiquement toutes les sociétés ayant écrit! L'amour sous toutes ses formes en est un des sujets principaux! Le polyamorisme en particulier est (au pif) décrit dans Jules et Jim, roman célèbre d'une part et un des plus grands films du cinéma français d'autre part — mais il est aussi évoqué dans le Symposium où Platon met en scène un Socrate, dont la préférence pour tel ou tel disciple est ouvertement connue bien qu'il soit par ailleurs marié.

    Un polyamoureux ne tentera pas de vous convaincre du bien fondé de sa démarche et n'essayera pas de vous convaincre. C'est une histoire de liberté. On n'enlève de liberté à personne. Chacun est libre de vivre sa sexualité et ses amours comme il l'entend tant que les lois sont respectées et que tout se passe entre adultes consentants.

    Heu ben oui… en fait je ne comprends pas trop ce qui te fait écrire tout ça dans un journal: c'est gentil et sympathique à lire mais je ne comprends pas trop l'objet.

    • [^] # Re: Tu voulais dire quoi au juste?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Heu ben oui… en fait je ne comprends pas trop ce qui te fait écrire tout ça dans un journal: c'est gentil et sympathique à lire mais je ne comprends pas trop l'objet.

      pourtant c'est simple…. c'est Eingousef.

    • [^] # Re: Tu voulais dire quoi au juste?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Est-ce que c'est si difficile de trouver des histoires d'amours illégitimes dans la littérature ou même dans les films?

      "illégitimes" est le mot important de la phrase, et qui change tout

      Sur les couvertures des magazines “été, chaud, sexe!” décliné sous tous les angles possibles…

      A destination de célibataires, pour du sexe (de la physique quoi), pas des sentiments.
      Et voir plus bas aussi.

      Sinon quelle est la différence entre être polyamoriste ou avoir un amant ou une maîtresse — voire plusieurs?

      Euh… tu poses sérieusement la question???
      La question devrait donc être reformulée : qu'est-ce que le polyamour?
      Un lien pour faire plus simple : https://fr.wikipedia.org/wiki/Polyamour
      (et si tu a la flemme de te renseigner : ton "illégitimes" n'est pas loin. Dans le polyamour, il n'y a pas de mensonge, tout est "légitime").

      Le polyamorisme en particulier est (…)

      Ca reste marginal, des romans. Va dans la rue, demande aux passants si ils acceptent que leur conjoint "va ailleurs" (ne parlons déjà que de physique, même pas de sentiments, sinon les stats seront pas loin de 100% contre), pour voir (des personnes ont certes envie d'aller voir ailleurs, mais ces mêmes personnes n'aimeraient pas que leur conjoint aille voir ailleurs dans la plupart des cas… les faux-cul :) ).

      La fiction (romans, magazines, films…) ne fait pas la réalité (sinon tout le monde sauverait la planète tous les jours : toi tu dis que comme Schwarzy sauve la planète dans de films, ça veut dire que tout le monde sauve la planète, drôle de logique).

      • [^] # Re: Tu voulais dire quoi au juste?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        "illégitimes" est le mot important de la phrase, et qui change tout

        Oui “dits illégitimes” si on préfère, après c'est à chacun de voir dans ses relations, en particulier pour qu'il n'y ait pas de mensonge: il y a des couples où les partenaires ont des amants et s'en ouvrent à leur partenaire.

        La fiction (romans, magazines, films…) ne fait pas la réalité

        Ils ne font pas la réalité mais ouvrent un univers de possibles: pour concevoir l'idée d'une relation polyamoriste il n'y a aujourd'hui aucun effort d'imagination à fournir, et c'est déjà beaucoup: l'idée, ou le comportement, est tout sauf nouveau. Qu'il soit plus ou moins bien accepté dans la société selon les époques et les lieux ne le rend pas bien différent de tous les autres comportements qui ne sont pas la norme sociale du moment.

        Ensuite les romans que je cite ne sont en principe pas des œuvres de fiction, Jules et Jim est une œuvre autobiographique – dont les personnages principaux sont d'ailleurs les parents de Stéphane Hessel – et on admet généralement que la partie de l'œuvre de Platon qui décrit la vie de Socrate est un témoignage plutôt qu'une fiction. Et puis si on n'aime pas ces exemples on peut en trouver d'autres, par exemple en regardant la vie d'Anatole France ou celle de Beauvoir par exemple – dont les relations multiples semblaient avoir un caractère “officiel” dans leurs cercles d'amis, comme on l'entend à lire des extraits de lettres, où tel amant regrette de voir l'autre se rapprocher d'un autre amour et se sent délaissé.

        Va dans la rue, demande aux passants si ils acceptent que leur conjoint "va ailleurs"

        Anecdote très drôle à ce sujet: une des émissions “Strip-Tease” (reportages, années 80 en France) était consacrée à la sexualité des professions artisanales. Monsieur est électricien, face à la caméra, la main sur les genoux de son compagnon, Madame affirme: “Lorsqu'il rentre à la maison et que j'apprends qu'il a fait crac-crac avec une cliente, ça ne me fait pas trop plaisir, forcément, mais je sais que ça fait partie du métier et je vis avec.”

    • [^] # Re: Tu voulais dire quoi au juste?

      Posté par . Évalué à 5.

      Je ne suis pas du tout d'accord avec ce paragraphe: Est-ce que c'est si difficile de trouver des histoires d'amours illégitimes dans la littérature ou même dans les films?

      Illégitimes. Problème. En disant que youhou tout le monde va tromper tout le monde, ça ne va absolument pas remettre en question le couple monogame exclusif. On assoie je couple comme règle et on dit : « allez-y, trompez-vous les uns les autres » plutôt que changer le paradigme de base.

      Je parle de relations où tout est clair, dit, exprimé. Pas de cachotteries, pas de mensonges. La vérité.

      Heu ben oui… en fait je ne comprends pas trop ce qui te fait écrire tout ça dans un journal: c'est gentil et sympathique à lire mais je ne comprends pas trop l'objet.

      Coming-out. Tout simplement. Besoin d’en parler. avec d’autres personnes que celles que je fréquente. M’assumer tel que je suis. Et si jamais ça lance le débat et qu’on peut en discuter (et j’ai pas dit faire changer d’avis les gens) alors c’est encore mieux.

      cd /pub && more beer

      • [^] # Re: Tu voulais dire quoi au juste?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 14/07/15 à 10:49.

        Je parle de relations où tout est clair, dit, exprimé. Pas de cachotteries, pas de mensonges. La vérité.

        Je me suis mal exprimé je voulais dire “que le plus grand nombre regarderaient comme illégitimes” et pas forcément illégitimes pour les parties prenantes.

        Je parle de relations où tout est clair, dit, exprimé. Pas de cachotteries, pas de mensonges. La vérité.

        Oui, et je dis juste que ça existe depuis très longtemps.

        Coming-out.

        Le titre du journal est “amour et logiciel libre” et pas “coming-out” d'où ma confusion.

  • # ^

    Posté par . Évalué à 8.

    Et toi Nal ? Tu es heureux ?

    Non.

    LinuxFr, parfois c'est bien de la MERDE : http://linuxfr.org/news/cpp17-exprime-la-virgule-flottante-en-hexadecimal-et-offre-des-cadeaux-aux-lecteurs-de-linuxfr-org#comment-1686201

  • # c'est quoi aimer ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Bon, là je sens qu'on est sur un terrain dangereux et trollesque, mais je crois qu'il manque une définition à ton exposé : "qu'est-ce que l'amour".

    Pour moi (47 ans, marié depuis 20, fidèle), c'est avoir choisi ma femme parmi toutes les autres, et lui avoir promis de toujours la faire passer en premier. Même quand je n'ai pas envie parce qu'elle m'énerve. Et elle a fait de même le jour de notre mariage.
    Bref, ce n'est pas lié au sentiment amoureux/à l'attirance (qui passe. Sans compter qu'à 43 ans, elle ne ressemble plus au canon que j'ai épousée, et idem dans l'autre sens d'ailleurs… j'ai pris une bonne quinzaine de kg depuis notre mariage ;-) )

    C'est lié à un choix. Et si je n'imagine pas dire "je te promets de vouloir ton bonheur jusqu'à la fin de nos jours" (comme c'est romantique…) en ajoutant "bon, 3.5 jours par semaine en moyenne, parce que les autres 3.5, je ferais le bonheur d'une autre". Non, il y a qqc d'exclusif, et c'est ça qui le rend beau et unique. Si ce n'est pas exclusif, c'est pas de l'amour selon moi. C'est du plaisir peut-être, c'est du sentiment et de l'émotion surement, mais pas de l'amour.

    Alors oui, j'ai de bonnes amies (et de bons amis), avec qui je peux vouloir passer des bons moments, mais il y a un certain nombre de choses en exclusivité pour ma "compagne" (dont le lit partagé, et pas que pour dormir ;-) ).

    Bon, je dois être trop catho et trop traditionnel pour comprendre ton propos, vraiment…

    Ah, dernière chose, et là j'espère sans trop y croire qu'on ne va pas tomber direct dans le troll : quelle est la différence entre le polyamour et la polygamie -ou la polyandrie- (interdits en france) ?

    • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

      Posté par . Évalué à 6.

      je crois qu'il manque une définition à ton exposé : "qu'est-ce que l'amour".

      C’est tellement personnel ça que je me risquerai pas à tirer une définition. L’amour est expérimenté de manière différente par les gens. Chacun ressent l’amour d’une façon différente. Je pourrais dire, sans trop m’avancer que c’est le sentiment de légèreté induit par l’attirance, tant intellectuelle que physique entre deux personnes. L’envie de rendre l’autre heureux. La possibilité de tout faire, même ce qui paraissait impossible pour le bonheur de l’autre. Et quand je dis « l’autre » je parle de la personne impliquée dans la relation. Chaque relation (dans mon cas) ayant une unicité propre.

      Voilà ce qu’est l’amour pour moi. La même chose pour mes enfants. Le sacrifice possible pour ceux qu’on aime.

      Non, il y a qqc d'exclusif, et c'est ça qui le rend beau et unique.

      Pour moi, chaque relation est exclusive à sa manière. Chacune est unique. Particulière. Singulière. Je ne partage pas les mêmes choses avec ma femme et avec ma ou mes autres relations. Et quand je passe du temps avec les autres, il y a seulement elles. Et évidemment ma Femme en cas de pépin.

      Ma situation est facilitée par le fait que ma femme soit dans la même dynamique. Elle a ses autres relations aussi. On a juste choisi elle et moi de partager les emmerdes, le quotidien, les gamins.

      quelle est la différence entre le polyamour et la polygamie -ou la polyandrie- (interdits en france) ?

      Ce qui est interdit en France, c’est de contracter plusieurs mariages en même temps. Le contrat n’est pas multiple mais unique. Je ne passe pas de contrat, autrement que tacite, avec mes relations « secondaires »

      Bon, je dois être trop catho et trop traditionnel pour comprendre ton propos, vraiment…

      Je ne pense pas, puisque tu réponds et de manière constructive en plus. Non, je pense plutôt que mon mode de vie n’est pas le tien. Et que pour autant tu ne me juges pas. Comme je ne dis pas que tu t’es fourvoyé en étant en couple monogame exclusif. C’est ton choix respectable et acceptable. Tu es libre de tes choix. Et ça c’est le plus important. Le respect et la tolérance. Il n’y a par de meilleure solution qu’une autre, toutes choses étant égales par ailleurs.

      Dans un monde où la norme serait le polyamour, ce seraient les monogames exclusifs qui seraient différent et qu’on ne comprendrait pas forcément. Et si ce monde existait, j’apprécierais de lire un témoignage d’un monogame exclusif assumant sa différence :-D

      cd /pub && more beer

    • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

      Posté par . Évalué à 5.

      Ah, dernière chose, et là j'espère sans trop y croire qu'on ne va pas tomber direct dans le troll : quelle est la différence entre le polyamour et la polygamie -ou la polyandrie- (interdits en france) ?

      La polygamie/andrie n'est pas interdite en France, ce qui est interdit, c'est de contracter une PACS ou un mariage sur un contrat déjà existant entre deux personnes. C'est quelque chose de techniquement compliqué vue que le pacs et le mariage est inscrit à l'état civile, mais tout individu est libre de constituer un foyer avec plusieurs personnes, seulement il ne sera pas possible de faire reconnaitre ces unions à l'état civile et il ne sera pas possible pour tout les membres du foyer de payer ses impôts ensemble par exemple.

      Deuxièmement, la polygamie tel qu'elle est pratiqué traditionnellement, est basé sur une asymétrie entre l'homme et les femmes. C'est l'homme qui possède plusieurs femmes, par un jeu de domination et une femme n'est pas en mesure de se soustraire à cet emprise.

      Le polyamour considère tout les individues sur un même pied d'égalité et il n'y a plus (ou dans une moindre mesure) de domination entre les individues. Je dis dans une moindre mesure car je reste persuadé que tout rapport humain n'est jamais plat, mais c'est un autre débat.

      J'espère ne pas être rentré dans le troll que tu redoutais.

    • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Si ce n'est pas exclusif, c'est pas de l'amour selon moi.

      Petit tour sur WP qui généralise assez bien ce qu'est l'amour : « L'amour désigne un sentiment d'affection et d'attachement envers un être, un animal ou une chose qui pousse ceux qui le ressentent à rechercher une proximité physique, spirituelle ou même imaginaire avec l'objet de cet amour et à adopter un comportement particulier. »

      On peut utiliser ton critère de la relation amoureuse pour définir l'amitié : si ce n'est pas exclusif, ce n'est pas de l'amitié. Car, en fin de compte, l'amitié est également un sentiment relationnel très fort.

      The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

      • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Oula, 2 choses avec lesquelles je ne suis absolument pas du tout du tout du tout d'accord !
        * la définition de WP : pour moi l'amour n'est pas un sentiment : on ne peut pas maîtriser ses sentiments. L'amour c'est beaucoup plus qu'un sentiment, c'est un choix, et donc qqc que l'on "maîtrise". Je ne sais plus qui a écrit "madame, je ne vous ai pas épousé parce que je vous aimais. Je vous ai épousé pour vous aimer". Ca me plaît bien, je trouve que c'est la seule vraie preuve : promettre l'éternité et se donner les moyens d'y arriver
        * la relation d'amitié : pour moi, non, elle n'est pas exclusive : je partage avec mes amis des choses fortes, y compris un passé/une histoire et un futur (mais pas dans tous les domaines). Et je peux partager des choses fortes avec plusieurs personnes, il n'y a aucune promesse d'exclusivité (c'est peut-être même, selon moi, une des grandes différences entre l'amitié et l'amour, les autres étant 1- le fait d'avoir un projet de vie et 2- la relation sexuelle)

        Bref, tout ceci ne peut-il pas être résumé à "je choisis et je construis ma vie" vs "j'accueille ce qui vient" ?

        • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

          Posté par . Évalué à 2.

          madame, je ne vous ai pas épousé parce que je vous aimais. Je vous ai épousé pour vous aimer

          Ça sonne comme un investissement.

          promettre l'éternité et se donner les moyens d'y arriver

          C'est trop mignon, il faut empailler pour que ça réussisse.

          Je me moque mais j'ai l'impression de lire Madame de Bovary, tu idéalises l'amour.

          je peux partager des choses fortes avec plusieurs personnes, il n'y a aucune promesse d'exclusivité

          C'est ce qu'éprouve un polyamoureux, il partage des choses fortes avec plusieurs personnes.

          c'est peut-être même, selon moi, une des grandes différences entre l'amitié et l'amour, les autres étant 1- le fait d'avoir un projet de vie et 2- la relation sexuelle

          La relation sexuelle permet la reproduction mais également, chez l'homme, d'avoir du plaisir : on se retrouve donc avec la relation sexuelle comme projet de vie (la reproduction) et la relation sexuelle comme apport de choses fortes partagées entre différentes personnes (par exemple une relation homosexuelle qui exclue d'office la reproduction). La relation sexuelle n'est pas liée à l'amour.

          Tu considères que la relation sexuelle est à destination exclusive de l'être que tu as « choisi d'aimer », c'est un choix personnel, rien de plus.

          Bref, tout ceci ne peut-il pas être résumé à "je choisis et je construis ma vie" vs "j'accueille ce qui vient" ?

          Non, ça c'est l'expression du sentiment de supériorité de quelques doctrines religieuses face aux « infidèles ».

          The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

          • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 14/07/15 à 16:12.

            Je me moque mais j'ai l'impression de lire Madame de Bovary, tu idéalises l'amour.

            heu… après 20 ans de mariage, j'ai eu le temps de tomber de mon piédestal !
            (et madame Bovary n'a pas besoin de particule ;-) )

            La relation sexuelle n'est pas liée à l'amour.

            oula ! Pour moi, c'est vrai chez les animaux. Mais pas chez les humains, ou dissocier les deux est une hénaurme erreur anthropologique ! Ou alors tu considères qu'il y a uniquement une dimension physique dans la sexualité, et là, ben, je trouve ça hyper réducteur. Les humains sont capables de bien plus que ça !!! Lorsque je partage un moment d'intimité avec ma femme, je ne profite pas seulement d'un moment de plaisir, je suis en communion ("être avec"), profondémment (et exclusivement).

            Non, ça c'est l'expression du sentiment de supériorité de quelques doctrines religieuses face aux « infidèles ».

            J'ai fais pourtant très attention à ne pas avoir une proposition positive et une proposition négative, pour éviter toute "supériorité" d'une proposition sur l'autre (même si j'ai clairement choisi mon camp, je n'ambitionne pas de l'imposer à qui que ce soit. Par contre, je témoignerais jusqu'à mon dernier souffle que c'est une voie qui rend heureux [même si elle n'est pas facile tous les jours] )

            • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              La relation sexuelle n'est pas liée à l'amour.

              oula ! Pour moi, c'est vrai chez les animaux.

              Clarifie ton propos, parce que la j'ai un doutes, je pensais que tu respectais les autres, mais la ça semble un cache-sexe : tu ne serais pas en train de dire que ceux qui ne pensent pas comme toi ne sont pas humains comme toi?

              Parce que la, ta phrase fait furieusement penser ça…

              PS : non, la relation sexuelle n'est pas liée à l'amour, et on a la démonstration tous les jours. Ce dont tu parles "plus que la dimension physique" est autre chose (un choix de ta part), le sexe est purement physique, par définition (désolé, mais si tu pense qu'un enfant nait de l'amour, il va falloir qu'on reprenne un cours de biologie).

              Lorsque je partage un moment d'intimité avec ma femme, je ne profite pas seulement d'un moment de plaisir, je suis en communion ("être avec"), profondémment (et exclusivement).

              OK, mais ça c'est pas le sexe, c'est la partie religieuse. A ne pas confondre dans une discussion.
              (pitié, parlons avec de vraies définitions des mots, pas embellissement religieux totalement subjectif et n'ayant aucune base scientifique, chacun est libre de la religieux qu'il veut mais ça n'a rien à faire dans une discussion sur des mots techniques comme "relation sexuelle" qui est bien décrit dans le dictionnaire comme un acte physique).

            • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Pour moi, c'est vrai chez les animaux. Mais pas chez les humains.

              Cela est vrai pour toi car ta définition d'amour implique ta moitié et les relations exclusives que tu as choisis de vivre avec. Mais crois-tu que tout les humains copulent que par amour ?

              Ouaip, pauvre Emma. :)

              J'ai fais pourtant très attention à ne pas avoir une proposition positive et une proposition négative

              J'ai compris ta phrase de la manière suivante : le mariage + ta définition de l'amour = je construis ma vie, les autres types de relation = on prend du tout venant.

              Par contre, je témoignerais jusqu'à mon dernier souffle que c'est une voie qui rend heureux [même si elle n'est pas facile tous les jours] )

              Je ne dis pas le contraire. C'est ce qui te convient, cela ne convient pas pour d'autres personnes. J'aime bien être seul, j'ai récemment eu une copine qui avait un copain, elle ne comprenais pas pourquoi je ne venais pas la voir quand son copain était absent le W.E. (je n'ai pas demandé pourquoi ;)). Elle est heureuse comme ça, son copain que j'ai croisé n'avait pas l'air malheureux, je ne suis heureux, tu es heureux. C'est ça l'amour. :D

              The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

            • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

              Posté par . Évalué à 3.

              oula ! Pour moi, c'est vrai chez les animaux. Mais pas chez les humains, ou dissocier les deux est une hénaurme erreur anthropologique !

              20 ans de mariage. Tu nous a indiqué plus faut avoir 47 ans. Tu t’es donc marié à 27 ans. Ça a dû comme pour tout le monde en général commencer à te démanger vers 15 ans. Admettons que tu attendes 2 ans avant de te marier, parce que ce n’est pas un engagement qu’on prend à la légère (et c’est tout à ton honneur), on va considérer que tu as connu celle qui allait être ta femme vers 25 ans. Ce qui te fait 10 ans de vie sexuelle potentiellement active avant ta femme

              Tu nous indique donc que durant ces 10 ans, tu n’as jamais connu que la relation sexuelle profondément liée à l’amour ? Et si c’était le cas ? Pourquoi ne pas t’être marié avant ? Et si ce n’était pas le cas, c’est que tu sais très bien que la relation sexuelle peut se concevoir sans amour. Que ce soit de la baise, purement et simplement comme plaisir partagé, de la « baise tendre » parce que les deux protagonistes ressentent une profonde tendresse (mais pas de l’amour) l’un pour l’autre, ou « faire l’amour » parce que les deux partenaires s’aiment, tout simplement.

              Donc non, pas d’erreur. Les relations sexuelles et l’amour sont dissociables. L’amour, le sentiment, donne une dimension plus forte à l’acte, on est beaucoup plus dans la communion des êtres, mais c’est parfaitement différent.

              Et si ça ne l’était pas, on ne parlerait pas d’amours platoniques qui impliquent justement l’absence de relations sexuelles. Si on peut s’en passer, c’est que ce n’est pas lié.

              CQFD.

              Lorsque je partage un moment d'intimité avec ma femme, je ne profite pas seulement d'un moment de plaisir, je suis en communion ("être avec"), profondémment (et exclusivement).

              Lorsque je profite d’un moment d’intimité avec ma femme, ou avec ma relation secondaire, je ne profite pas d’un moment de plaisir, je suis en communion avec elle, profondément, et exclusivement.

              Lorsque je profite d’un moment d’intimité avec plus d’une personne, deux, ou plus, je profite exclusivement d’un moment de plaisir partagé mais sans communion des êtres.

              même si j'ai clairement choisi mon camp, je n'ambitionne pas de l'imposer à qui que ce soit.

              Et je t’en remercie.

              Par contre, je témoignerais jusqu'à mon dernier souffle que c'est une voie qui rend heureux [même si elle n'est pas facile tous les jours]

              Et c’est ton choix. Tout aussi respectable que les miens. Que ceux de n’importe quelle personne, qu’elle soit célibataire par choix, qu’elle soit monogame exclusive, qu’elle soit polyamoureuse. Et c’est tant mieux pour toi si cela te rend heureux. Cela peut par contre ne pas convenir à d’autres, dont je fais partie.

              Les seul choses que je ne respecte pas sont :

              • les infidèles : ils sont trop lâches pour dire la vérité à leur partenaire. Soit ils quittent le partenaire, soit ils passent à une relation libre, mais on ne ment à personne. On ne trompe pas
              • les polygames / polyandres où les autres protagonistes n’ont pas la même liberté. On ne s’accorde pas certaines libertés sans les accorder aux autres. Les relations doivent être équitable, acceptées et consenties par toutes les personnes impliquées

              cd /pub && more beer

              • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                Posté par . Évalué à 8.

                Sans commenter sur le reste du message, j'ai l'impression que tu n'envisages même pas la possibilité que quelqu'un n'ait pas eu de relations sexuelles avant ses 27 ans.
                C'est complètement possible. Je suis bien placé pour le savoir, si tu a des questions…

                LinuxFr, parfois c'est bien de la MERDE : http://linuxfr.org/news/cpp17-exprime-la-virgule-flottante-en-hexadecimal-et-offre-des-cadeaux-aux-lecteurs-de-linuxfr-org#comment-1686201

                • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                  Posté par . Évalué à -1.

                  j'ai l'impression que tu n'envisages même pas la possibilité que quelqu'un n'ait pas eu de relations sexuelles avant ses 27 ans.

                  L’âge médian du premier rapport est aux alentours de 17,5 ans pour les hommes au début des années 90.

                  Donc oui, je l’envisage, comme étant une exception. Mais tu conviendras, puisque là c’est une médiane, que même en comptant 13 ans pour le premier rapport (et c’est là aussi de l’ordre de l’exception), cela fait de l’autre côté 24 ans, soit avant 27 ans.

                  Statistiquement, il y a quand même plus de chances qu’il ait eu des rapports avant 27 ans plutôt qu’à partir de 27 ans.

                  C'est complètement possible. Je suis bien placé pour le savoir, si tu a des questions…

                  Pas de questions particulières, c’est tout aussi respectable que mon premier rapport à 15,5 ans.

                  cd /pub && more beer

                  • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                    Posté par . Évalué à 7.

                    Mais tu conviendras, puisque là c’est une médiane, que même en comptant 13 ans pour le premier rapport (et c’est là aussi de l’ordre de l’exception), cela fait de l’autre côté 24 ans, soit avant 27 ans.

                    Hein ? Justement non, c'est l'inverse : comme c'est une médiane, les valeurs en dessous et en deçà ne sont pas importantes. Si jamais 49% des hommes ont eu leur premier rapport à 16 ans, 2% à 17 ans et 49% à 62 ans, alors la médiane est toujours à 17 ans. D'ailleurs, je ne vois pas trop l'intérêt d'évoquer l'«autre côté». Même dans le cas d'une moyenne ça n'est plus pertinent dès qu'on a plus de deux personnes.

                    Pas de questions particulières, c’est tout aussi respectable que mon premier rapport à 15,5 ans.

                    Je ne suis pas trop sûr de ce que tu veux dire par respectable…

                    LinuxFr, parfois c'est bien de la MERDE : http://linuxfr.org/news/cpp17-exprime-la-virgule-flottante-en-hexadecimal-et-offre-des-cadeaux-aux-lecteurs-de-linuxfr-org#comment-1686201

                • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  Pareil (et donc, oui, pour ceux qui lisent encore ce fil plus du tout orienté logiciels libres, je suis l'homme d'une seule femme ;-) )

                  • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Similaire, mais sans doute pas pareil. J'imagine que chez toi, c'était le résultat d'un choix.

                    LinuxFr, parfois c'est bien de la MERDE : http://linuxfr.org/news/cpp17-exprime-la-virgule-flottante-en-hexadecimal-et-offre-des-cadeaux-aux-lecteurs-de-linuxfr-org#comment-1686201

        • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 14/07/15 à 16:28.

          pour moi l'amour n'est pas un sentiment : on ne peut pas maîtriser ses sentiments.

          Ca tombe bien du coup, c'est ça l'amour.

          L'amour c'est beaucoup plus qu'un sentiment, c'est un choix, et donc qqc que l'on "maîtrise"

          Je vais te casser tes fantasmes : tu n'as jamais été amoureux.
          Tu es avec quelqu'un et ça te plait, tant mieux pour toi, mais ce que tu décris n'est pas de l'amour, c'est un investissement financier.

          la relation d'amitié : pour moi, non, elle n'est pas exclusive : je partage avec mes amis des choses fortes, y compris un passé/une histoire et un futur (mais pas dans tous les domaines).

          Un peu comme avec ta femme donc… Tu ne dis pas pourquoi dans un cas c'est exclusif et pas dans l'autre.

          (c'est peut-être même, selon moi, une des grandes différences entre l'amitié et l'amour, les autres étant 1- le fait d'avoir un projet de vie et 2- la relation sexuelle)

          eu… phase au dessus, tu parler que les amis c'est un futur aussi. et tu ne dis pas pourquoi le sexe est refusé avec les amis.

          Pour revenir au commentaire initial :

          Et si je n'imagine pas dire "je te promets de vouloir ton bonheur jusqu'à la fin de nos jours" (comme c'est romantique…) en ajoutant "bon, 3.5 jours par semaine en moyenne, parce que les autres 3.5, je ferais le bonheur d'une autre"

          Tu passes peut-être 7 jours sur 7 avec ta femme, mais perso je pense que ça n'a rien à voir avec l'amour : on peut être amoureux en réussissant à se séparer un peu de sa femme.
          Au fait, vous travaillez ensemble ta femme et toi? sinon tu ne passes pas 7 jours sur 7 avec ta femme, tu la "trompes" en n'étant pas avec elle tout le temps, par rapport à ta définition. Ben oui, il faut faire attention à ce qu'on dit parce que ça fait bizarre si on prend la chose tel quel (et si on ne le fait pas, ben ton argument tombe, donc dans tous les cas ça foire)


          Bref, tu as tes idées, pas de soucis, chacun ses choix (et surtout il semble que tu ne condamne pas ce qui est différent, donc vraiment c'est bien), mais pourquoi se cacher les raisons réelle derrière de fausses explications?

          J'espère ne pas être rentré dans une partie troll, mais il me semble important de te signaler que tu te trompes si tu penses être amoureux par rapport à ce que tu décris. Note que je ne te critique pas pour avoir "investi" dans un couple donné sans amour, chacun son choix, juste que ce n'est pas de l'amour, du moins ce que tu décris n'es pas ce qui est décrit par les autres quand ils parlent d'amour.

          • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            Ca tombe bien du coup, c'est ça l'amour.

            Non, ça c'est être amoureux, ce qui n'est pas la même chose ! D'ailleurs, dans certaines sociétés, il est entendu qu'il n'est pas besoin d'être amoureux pour se marier (mariages arrangés) et que, si les deux y mettent de la bonne volonté, l'amour viendra. Dans notre société, on a érigé le système contraire (être amoureux) comme principe et fondement, et les deux sont un excès (et je n'aime pas les excès).

            Je vais te casser tes fantasmes : tu n'as jamais été amoureux.

            Alors là, tu ne m'as pas vu lorsque j'ai rencontré celle que j'ai épousé ! Sinon, tu saurais à quel point c'est une énormité :D
            Mais là encore, j'étais amoureux, ça ne dépendait pas de moi (le sentiment est incontrôlé), je me suis demandé si j'étais prêt à l'aimer au point de lui dire que je ferais tout pour que ça dure toute ma vie. Bref, si j'étais prêt à me donner à elle ! J'ai décidé de répondre oui, et je ne le regrette pas.
            Ah, pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté : le sentiment amoureux (au sens de "pulsion"), ça s'en va … et ça revient.

            Tu passes peut-être 7 jours sur 7 avec ta femme, mais perso je pense que ça n'a rien à voir avec l'amour : on peut être amoureux en réussissant à se séparer un peu de sa femme.
            Au fait, vous travaillez ensemble ta femme et toi? sinon tu ne passes pas 7 jours sur 7 avec ta femme, tu la "trompes" en n'étant pas avec elle tout le temps, par rapport à ta définition. Ben oui, il faut faire attention à ce qu'on dit parce que ça fait bizarre si on prend la chose tel quel (et si on ne le fait pas, ben ton argument tombe, donc dans tous les cas ça foire)

            Non, pas du tout (je suis informaticien, elle est sage-femme…) Et même je pars en déplacement "souvent". Ce que je voulais dire dans ce paragraphe, c'était que je n'imaginais pas me donner à 50/50 à 2 personnes. Bref, rien à voir avec le 100% du temps. C'est 100% du "don de moi-même".

            • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

              Posté par (page perso) . Évalué à -2.

              Alors là, tu ne m'as pas vu lorsque j'ai rencontré celle que j'ai épousé ! Sinon, tu saurais à quel point c'est une énormité :D

              Désolé, mais c'est toi qui a dit "pour moi l'amour n'est pas un sentiment", ça semble signifier que tu maitrises tout ce qui a amené à ton mariage, ça a l'air bien technique et non de l'amour.

              C'est 100% du "don de moi-même".

              100% d'un temps non complet, donc pas 100%.
              tu n'expliques pas pourquoi tu ne peux pas faire 2 fois 100% d'un temps non complet ,alors que techniquement tu peux.

              c'était que je n'imaginais pas me donner à 50/50 à 2 personnes

              C'est un choix personnel, chacun son choix. Mais ça ne veut pas dire que c'est impossible de le faire, comme tu le sous-entends. Ton choix est 100% personnel (et volontairement choisi, de manière subjective, comme d'autres choisissent de faire comme toi mais 2x).

              Note qu'on dit aussi que l'amour qu'on donne à un enfant ne se divise pas par deux quand on a un deuxième enfant, ça s'additionne; ben c'est pareil quand on aime deux personne (on n'enlève rien à l'autre). Si on pense ne pas pouvoir doubler son amour, il faut s'interdire d'avoir un enfant (et encore pire : deux enfants, car admettons qu'on sépare l'amour du conjoint et l'amour pour l'enfant, reste que comme on dit ne pas pouvoir avoir 2 conjoints, on ne peut pour la même raison pas avoir 2 enfants) sinon son partenaire perdrait.

              Bref, tout ça pour dire qu'on ne donne pas 50/50, on donne son amour deux fois 100%, et dire "50/50" est juste très très subjectif, et que quand on assume cette phrase on ne peut pas avoir deux enfants, j'espère donc que tu es d'accord avec le principe de ne pas imaginer un couple avoir plus d'un enfant (sinon le pauvre enfant n'aurait pas tout ton amour paternel).

              Encore une fois, ton choix est tout à fait acceptable, il t'es personnel, mais n'en fait pas quelque chose d' "impossible", c'est purement un choix personnel de ta part et non pas quelque chose de techniquement non faisable. J'espère que tu comprendra mieux pourquoi c'est faisable d'aimer 2 personnes (ou plus) car tu en es aussi capable sans pouvoir démontrer que tu ne peux pas (tu as juste choisi de ne pas le faire, ce qui est un choix pas négatif, juste un choix).

              • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                Désolé, mais c'est toi qui a dit "pour moi l'amour n'est pas un sentiment", ça semble signifier que tu maitrises tout ce qui a amené à ton mariage, ça a l'air bien technique et non de l'amour.

                Absolument pas. tu es trop binaire. J'ai dit que l'amour et le sentiment amoureux n'étaient pas la même chose. Et je le maintiens. Dans la citation "je ne vous ai pas épousé parce que je vous aimais, mais pour vous aimer", tu as interprété "je vous ai épousé malgré l'absence de sentiment amoureux". Or ce n'est pas du tout ainsi qu'il faut le prendre.
                Si j'avais juste été amoureux, je ne l'aurais pas épousée. C'est parce que je me suis aussi dit que nos caractères étaient compatibles, que j'aimais tout ce qu'elle était (et pas seulement son corps) que j'ai dit "banco, je t'aime et je t'aimerais".

                Bref, une partie "instinctive" et une partie "raisonnée". Encore une fois, il faut les deux pour qu'un couple dure et soit heureux. Certaines sociétés (Inde par exemple) ne privilégient que la partie "raisonnée" (mariage arrangé), si on a du bol, l'autre partie arrive ensuite. Ou pas. D'autres (la notre…) privilégient la partie "instinctive" et considèrent la partie "raisonnée" comme une tare. Et du coup, 50% de taux de divorce en France (https://fr.wikipedia.org/wiki/Divortialit%C3%A9) (parce qu'il y a une incompréhension totale de ce qu'est un couple. Bon, là on va commencer à m'accuser d'être un réac. Sur ce sujet, je considèrerais ça comme un compliment en fait…)

                • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 15/07/15 à 13:38.

                  Je trouve tes commentaires très intéressants :) Et pour moi, ta vision de l'amour et de l'engagement qui à vie qui en découle à un côté super beau : tu es certain que toute ta vie, ton compagnon sera là, fidèle, avec toi et est prêt à tout donner pour toi.

                  Mais du coup, j'ai une question :
                  Si, pour une raison ou une autre, il y a des frictions, des mésententes, des divergences (même si les deux compagnons sont dans une telle optique d'engagement, ça peut arriver, on est d'accord ?). Et que du coup la vie à deux devient pénible en pratique, pourquoi rester ensemble ? Si le fait d'habiter séparément mais de continuer à se voir permet aux compagnons d'être plus heureux tout en continuant à se voir, par exemple, pourquoi ne pas le faire ?

                  En pensant de manière réaliste à plein de choses de la vie, j'ai l'impression que ce rêve d'idéal fissure et qu'il est plus judicieux de rester prêt à le renégocier si besoin s'en fait sentir, pour maximiser le bonheur de tout le monde. Qu'en pense-tu ?

                  • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                    Tiens, je reviens par ici pour voir comment ça a évolué, et je constate une question directement posée, et amicalement posée, du coup, je répond ;-)

                    2 éléments de réponse :
                    * l'une est éminemment personnelle et je comprendrais parfaitement que l'immense majorité des lecteurs ici ne la comprenne pas : il y a une 3eme personne dans mon couple. Dieu. Ca aide lorsqu'il y a d'inévitables tensions ;-)
                    * l'autre tient à ce que j'ai dit plus haut : le sentiment ne résiste pas aux frictions (ni au temps d'ailleurs). C'est pour ça qu'il faut une partie "raisonnée" avant l'union. A t'il/t'elle un caractère suffisemment compatible avec le mien ? Si nos deux caractères sont vraiment différents, qu'est-ce qui nous rapproche ? Y en a t'il suffisamment pour que ça soit plus fort que nos différences ? L'autre est il/elle dans la même optique (vraiment) de réaliser qu'il y aura des concessions des ajustement à faire ? A quoi suis-je prêt à renoncer ? A quoi l'autre est prêt à renoncer ? Ca semble évidemment très "froid" de se poser ce genre de question. Mais avant de fonder une famille, c'est une question qu'il faudrait impérativement se poser !!! Mon avis, c'est qu'il faudrait qu'il y ait des cours en la matière. On a bien des cours de sécurité routière au collège, de brevet informatique en primaire, des cours d'éducation sexuelle au collège, pourquoi on n'aurait pas des "cours de vie de couple" au lycée ? Il ne s'agirait pas de promouvoir un modèle ou un autre, mais d'expliquer ce qui va arriver.

                    Si je relie les 2 élements, personne ne sera étonné de lire que mon épouse et moi-même préparons des couples au mariage (chrétien). Une quinzaine par an (4 soirées + 1 week end). Franchement, c'est peu. Trop peu. On a mille choses à expliquer/témoigner/prévenir/annoncer. Et je ne parle pas de prosélytisme religieux. Juste d'expérience humaine !

                    Pour revenir à ta question initiale : les frictions, les mésententes sont nombreuses et inévitable (ben, j'aime les jeux vidéos, pas toi. J'aime la montagne, toi la mer. J'aime pas le foot, tu adores le foot. J'utilise windows, tu ne jures que par Linux). Si on y est bien préparés, on peut les affronter.
                    Par contre, s'il y a des incompatibilités profondes qui surgissent après l'union (qu'elle soit matérialisée par un mariage, un achat immobilier ou un enfant), ben c'est la cata… et ça finit en séparation (et c'est peut-être une bonne chose). Juste un peu de préparation et de raison auraient pu permettre d'éviter le drame (pour l'un des deux conjoints, pour le portefeuille, ou pour l'enfant né entre temps)

                    PS : tu dis "tu es certain que toute ta vie, ton compagnon sera là, fidèle, avec toi et est prêt à tout donner pour toi." => j'ai fait un pari. Et je l'ai fait parce qu'en face mon épouse l'a fait aussi. Et qu'on avait suffisamment parlé/partagé/écouté l'autre pour être convaincus que c'était vrai, profond, et "jouable". D'ou la part de raison, qui a complété la part de passion (mon épouse étant l'une des plus belles femmes du monde. C'était le cas à 22 ans, ça l'est toujours à 43 :D :D Je dis ça en toute objectivité, hein…)

                    • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      C'est posé et pas grand chose à redire (chacun sa vision), toutefois un bémol :

                      le drame (pour l'un des deux conjoints, pour le portefeuille, ou pour l'enfant né entre temps)

                      pour l'un des deux conjoints, clair c'est rarement les deux qui ont la décision en même temps.

                      pour le portefeuille : voit pas le rapport. si il y a une histoire de portefeuille, le problème n'est pas la séparation mais la gestion. Un divorce ne coute pas bien cher, et ce qui coute (par exemple 2 logements) couterait aussi si on ne s'était pas marié. Bref, question portefeuille, c'est juste un retour à comme avant, pas gênant (financièrement on ne perd pas le gain qu'on a eu pendant le mariage) hormis si on s'amuse à acheter un logement pour divorcer 1-2 ans après (mais la, c'est quand même ballot et assez rare.).

                      Pour l'enfant né entre temps, merci de ne pas parler à sa place, lui il s'en fout un peu du moment où les parents ne s'inventent pas des problèmes; ici les parents sont le problème si il y a un problème, sinon ça se passe tout à fait sans problème, c'est la vie normale pour lui. Le problème des enfants de divorcés, ce sont les autres (et c'est assez "marrant" de voir la "pitié" des autres quand on voit les autres avec des parents ne se supportant plus, car au final les enfants malheureux ne sont pas ceux qu'on croit).

                      en tous cas, heureux de lire "et ça finit en séparation (et c'est peut-être une bonne chose)", c'est plutôt rare (hein Mr le pape…)

                      pourquoi on n'aurait pas des "cours de vie de couple" au lycée ?

                      Pas sûr que les ados soient assez mûrs pour ce genre de cours. Mais clair que vu que la préparation au mariage est de moins en moins faites en religieux (mais pourquoi donc le catholicisme a un siècle de retard aussi pour la plupart des "préparateurs"? Ca ne donne pas envie d'aller demander conseil si les conseils ont 1 siècle de retard, ils devraient plutôt avoir 1 siècle d'avance hors on en est très très loin), et que le maire, pour le civil, te fais ça en 2 minutes chrono, ça manque d'un cours civil avant le mariage.

                      il y a une 3eme personne dans mon couple.

                      Bon, pas pu m’empêcher : et du coup tu n'es plus 100% avec ta femme, quelle horreur! A moins que l'amour ne se divise pas mais se multiple, et donc ton explication sur ne pas être polyamoureux ne tient pas (note : je ne dis pas qu'il ne faut pas être monogame, juste que l'explication du pourquoi du choix ne tient pas)
                      (bon, ok, je te charrie…)

                      • l'une est éminemment personnelle et je comprendrais parfaitement que l'immense majorité des lecteurs ici ne la comprenne pas : il y a une 3eme personne dans mon couple. Dieu. Ca aide lorsqu'il y a d'inévitables tensions ;-)

                      Euh… Il y a beaucoup de divorces dans les premières années d'un enfant, justement parce qu'un enfant ça met à rude épreuve un couple. Non, un enfant n'aide pas, au contraire! car tu n'avais pas d'enfant quand tu t'es marié (j'imagine) et donc ne savait pas comment ton conjoint allait réagir en réalité, sortie de la théorie discutée (et oui, je parle par expérience)

                    • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                      Posté par . Évalué à 1.

                      mon épouse et moi-même préparons des couples au mariage (chrétien).

                      Voilà un détail important. La principale clef de voûte de la religion chrétienne est l'Amour : « Dieu prouve son amour envers nous, en ce que lorsque nous étions encore des pêcheurs, Christ est mort pour nous » (Romains 5:8). puis « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés » (le Christ).

                      Le Christianisme définit l'Amour comme une relation N:N (Dieu -> tout le monde, le Christ -> tout le monde, et enfin, tout le monde -> tout le monde). Pourtant tu considères que, je te cite, « Si ce n'est pas exclusif, c'est pas de l'amour selon moi. ».

                      Il y a un soucis de cohérence.

                      The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

                      • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                        Posté par . Évalué à 2.

                        « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés »

                        C’était pas plutôt : « Vous allez vous aimer les uns les autres bordel de merde ! » ?

                        OK, je connais la sortie.

                      • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                        Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 17/07/15 à 14:19.

                        Le Christianisme définit l'Amour comme une relation N:N
                        Le christianisme fait une différence entre l'amour spécifiquement conjugal et l'amour "générique" qui devrait exister entre les hommes.

                        Concernant le couple, le Christ est très clair aussi sur le fait qu'un couple est homme/femme et pour la vie, comme étant une loi originelle intangible (l'autorisation de "répudier sa femme" dans la loi judaïque étant, dans une forme de pédagogie, une étape pour ramener les hommes vers le mariage indissoluble - accessoirement, ça permettait de protéger les femmes, en faisant notamment l'obligation de leur remettre un "certificat de répudiation" qui leur permettait d'avoir un statut dans la société).

                        L'amour qui doit régner entre les hommes (envers son prochain) dans tes citations est une forme d'amitié désintéressée, évoluée et qui devrait être généralisée. Et, de fait, tout le monde peut en faire l'expérience : vivre en couple n'empêche pas d'avoir des amis ni d'aimer les autres, seulement ce n'est pas de la même manière qu'aimer son conjoint.

                        • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 17/07/15 à 15:19.

                          le Christ est très clair (…)

                          Le Christ, tu ne sais pas, la seule chose que tu sais c'est ce que des personnes ont décidé de te dire, sans aucune preuve que le Christ a dit la même chose.
                          Et heureusement, les paroles du Christ sont "adaptées" (leur traduction change comme par hasard) en fonction de l'évolution de la société (pas folle l'église, elle préfère quand même changer le texte que de ne plus avoir d'oies).

                          Et puis, il a aussi dit que Marie est vierge, donc bon, ses paroles sont quand même à prendre avec des pincettes…

                          Pour info, le Christ est aussi à la base de du Christianisme protestant, et là le Christ ne dit plus vraiment que c'est homme/femme obligatoire, qu'en conclure?

                          • [^] # Re: c'est quoi aimer ?

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Le Christ, tu ne sais pas
                            Je me plaçais au même niveau de débat que téthis : il cite, je cite, restons dans ce contexte.

                            Pour info, le Christ est aussi à la base de du Christianisme protestant, et là le Christ ne dit plus vraiment que c'est homme/femme obligatoire, qu'en conclure?
                            De quel christianisme protestant parles-tu exactement ? Certains, minoritaires, oui, d'autres non, justement en se basant sur la Bible.

  • # Qui comme Ulysse

    Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 14/07/15 à 19:51.

    Tu as omis un s à "Amour", dans le titre « Amour et logiciel libre »
    Souhaites tu en parler ?

  • # lape, suce

    Posté par . Évalué à -1.

    Pourquoi pas ne pas concevoir le trouple « une maman et deux papas » (déjà existant dans les fait dans les failles recomposées)

    joli lapsus…

    où l'enfant pourrait recevoir encore plus d'amour ?

    la multiplication des partenaires sexuels des parents n'est pas forcément un gage d'« amour » envers les enfants. Je pense qu'ils seront encore plus désorientés et déracinés, mais si c'est le propre de la « nouvelle société » de former ses sujets à ce type d'expériences, il faudra faire avec. Ne t'en déplaise, si tu penses que les médias sont condescendants envers cela, j'ai plutôt l'impression que c'est le diktat inverse qui est mis en place par le gouvernement et les journalistes, mais chacun voit midi à sa porte n'est-ce pas.

    Juste une question comme ça, si tes enfants à 14 ans, ouverts d'esprit et sans préjugés, te parlent d'« amour » vrai et fou avec un monsieur de 60 ans, tu le prendras comment ?

    • [^] # Re: lape, suce

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Je ne suis pas sûre non plus qu'avoir plusieurs "parents" multiplie l'amour que les enfants recoivent, mais de là à désorienter… ben ça dépend, hein. Que ce soit dans le cadre du polyamour ou des familles recomposées classiques (à la suite des séparations/divorces/veuvages). En fait, beaucoup d'enfants sont élevés par plusieurs adultes et pas juste leurs parents et c'est pas "nouveau" : je suis toujours surprise du nombre de gens ayant été élevé durant quelques années par les grands-parents, parce que les parents étaient trop pris par le travail, par exemple. Les instituteurs, les voisins ont aussi parfois un rôle très important dans le développement des enfants, ce sont eux qui vont "marquer" des moments importants de la vie et donc exercer une influence sur le développement.

      D'un point de vue psychologique, ce qui compte pour l'enfant est surtout d'avoir des référents ; multiplier les référents lui permet aussi de trouver sa propre voie en comparant la façon dont chacun se conduit. Certes, avoir des parents dans une configuration de couple différente va influencer la façon de voir les relations de couple… m'enfin c'est vrai quel que soit le type de couple. Les enfants de parents monogames mais qui ne s'entendent pas se font une idée de la vie de couple pas très rose et pas forcément plus équilibrées…

      Donner de bonnes bases à un enfant, ça ne dépend pas tant de la configuration des adultes, que du fait que l'environnement est sécurisant. Peu importe qu'il y ait une mère et une marâtre, un papa et un beau-père, si tout le monde donne sa place à l'enfant, lui permet d'exister et de se dire dans la configuration familiale…

  • # Bonne idée de conférence

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Cela aurait pu être une conférence aux RMLL : "Appliquer au Sexe les Concepts du Logiciel Libre"

    Nous avons bien eu une conférence "Le Guide du Connard du Logiciel Libre " qui nous avait bien fait rire.
    https://2015.rmll.info/le-guide-du-connard-du-logiciel-libre?lang=fr

    Je suis sûr que ce thème "sexe/amour libre" peut être présenté avec humour et avoir beaucoup de succès :-)

    Prêt pour proposer une proposition au Paris Open Source Summit des 18 et 19 novembre 2015 ?
    http://cfp.opensourcesummit.paris/fr/node/add/propositionintervention

    Commentaire sous licence Creative Commons Zero CC0 1.0 Universal (Public Domain Dedication)

  • # ok mais pourquoi ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Tu es heureux, j'en suis ravi pour toi, moi aussi, ça va.

    La sexualité, c'est comme la religion, un truc personnel. Mais alors pourquoi ce déballage ?
    Tentative maladroite de faire du prosélytisme ? A priori oui, quand on voit la liste de sites que tu balances.

    Tu rejettes les étiquettes, mais j'ai l'impression que tu te balades avec beaucoup de clichés, notamment sur la monogamie. Ce méchant carcan qui serait l'équivalent du mauvais logiciel privateur.

    Bien sur, on ne peut que rejeter la tentative de rapprochement entre la philosophie GNU et le guide du "petit libertin polyamoureux".
    Les comportements humains n'ayant vraiment rien à voir avec un outil informatique, ni en finalité, ni en moyen. Il n'y a pas de jugement positif ou négatif à porter sur un comportement sexuel (tant que c'est fait dans le respect humain et le consentement éclairé), alors que la privation de l'une des libertés fondamentales pour du code informatique est une agression pour l'utilisateur. En conclusion, ta logorrhée n'est pas convaincante. Ca ressemble plus une tentative désespérée et vaine de faire rentrer au chausse pied des concepts différents pour rendre le truc vendeur.

    Enfin, tu sembles mélanger allègrement polyamour et libertinage, il y a une sacré différence. Le libertin n'aime pas, il baise. Il est à la recherche du plaisir en recherchant le contact avec de multiples partenaires. Le polyamour, est différent, et même si la finalité est la relation sexuelle multiple, rien n'implique qu'elle soit simultanée, enfin, on peut être exclusif en polyamour. Il n'y a pas de jugement de valeur entre l'un ou l'autre des comportements, juste que c'est différent.

    Bon sinon, tu veux quoi ? une médaille ?

    • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      La sexualité, c'est comme la religion, un truc personnel.

      Être personnel ne veut pas dire ne pas en parler.

      Tu rejettes les étiquettes, mais j'ai l'impression que tu te balades avec beaucoup de clichés, notamment sur la monogamie. Ce méchant carcan qui serait l'équivalent du mauvais logiciel privateur.

      Ben oui… Je sais pas moi, mais dans le non libre (que c'est négatif de parler de privateur…), du n'a pas le droit d'avoir plusieurs prestataire, dans la monogamie, c'est privateur (tu aimes le mot, donc je l'utilise), tu n'as pas le droit d'avoir plusieurs conjoints.

      Et tu vois comme "agression" (mais quel foutage gueule d'utiliser ces mots) des deux côtés (logiciel non libre ou monogamie), je vois ça comme un choix libre des deux côtés, aucun côté négatif.
      Ici, tu es choqué qu'on attaque (de ton point de vue) ta monogamie? Demande-toi alors comment on peut réagir face à ton "privateur" / "tu agresses si tu fais pas de libre". Fait ce que je dis, mais pas ce que je fais…

      Il n'y a pas de jugement positif ou négatif à porter sur un comportement sexuel

      Il n'y a pas de jugement positif ou négatif à porter sur une licence logicielle non plus (c'est la liberté), et pourtant tu juges à fond. Paille, poutre.

      • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

        Posté par . Évalué à 1.

        Je n'ai rien contre parler de sexualité, je demande à l'auteur pourquoi il le fait.

        Contrairement à ce que tu veux faire croire, je ne suis pas choqué par ce journal.

        Il n'y a pas de jugement positif ou négatif à porter sur une licence logicielle non plus

        Tu es sur un site de logiciel libre avec des utilisateurs variés mais qui défendent et partagent les valeurs du logiciel libre. Donc bien sur qu'on parle négativement d'une licence logicielle privatrice.

        Le mot "privateur" ne te plaît pas ? J'étais comme toi lorsque RMS a sorti le terme il y a maintenant 7/8 ans, et puis après réflexion, il est totalement adéquate.

        Là ou la comparaison privateur/monogamie n'est pas pertinente et rend foireux l'ensemble de la démonstration du journal, c'est que dans le cas d'un logiciel à licence privatrice, on subit une décision externe (celle du développeur) alors que la monogamie est un choix personnel, même si intimé par le comportement majoritaire.

        Ceci est en dehors du fait que je déplore la non relativité entre une orientation sexuelle (comportement primaire et sacré de beaucoup d'êtres vivants) et une licence logiciel d'un outil.

        En bref, son analogie est foireuse et le logiciel privateur c'est mal.
        C'est mon opinion que j'assume totalement.

        • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Là ou la comparaison privateur/monogamie n'est pas pertinente et rend foireux l'ensemble de la démonstration du journal, c'est que dans le cas d'un logiciel à licence privatrice, on subit une décision externe (celle du développeur) alors que la monogamie est un choix personnel, même si intimé par le comportement majoritaire.

          Techniquement tu dois aussi composer avec la volonté de ton partenaire.
          Si tu veux être par exemple polygame et le compagnon refuse, sois tu dois t'en séparer soit il faut trouver un compromis où tout le monde est d'accord.

          Tu n'es pas totalement indépendant dans la décision.

          • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

            Posté par . Évalué à 0.

            Voilà, tu as le choix entre plusieurs solutions : séparation, acceptation, compromis, meurtre.

            Avoir un choix à faire n'implique pas l'absence de contraintes mais c'est donc bien un choix personnel, certaines des possibilités seront juste plus ou moins dures à faire pour un individu.

        • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

          Posté par . Évalué à 8.

          Je n'ai rien contre parler de sexualité, je demande à l'auteur pourquoi il le fait.

          Parce qu’il peut ? Pour connaître l’avis de ses semblables ?

          Parler de soi est un besoin fondamental pour l’esprit humain.

          • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

            Posté par . Évalué à 0.

            Il y a de multiples raisons qui peuvent pousser à faire ce genre de journal.
            Par curiosité, j'aurais aimé en savoir plus sur les motivations de l'auteur.
            Pourquoi maintenant, pourquoi sous une forme prosélyte…

            Si cela ne te gène pas, on va le laisser répondre s'il le souhaite ?

            • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

              Posté par . Évalué à 4.

              Vu qu’il ne répondra sûrement pas à ta question je vais m’autoriser à te signaler que la réponse est dans le journal :

              Vous êtes surtout libres de réfléchir et de confronter ce que je vais écrire avec vos propres expériences et d'en tirer quelque chose pour vous, qui vous appartient et qui participera de ce que vous êtes et / ou serez.

              • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

                Posté par . Évalué à 4.

                Vu qu’il ne répondra sûrement pas à ta question

                Faut juste me laisser le temps de rentrer du boulot, de lire tout ça et de répondre :-)

                Donc, c’est fait ici.

                cd /pub && more beer

        • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          on subit une décision externe (celle du développeur)

          Le pauvre petit à qui on impose d'utiliser une logiciel… Foutaises, tu es libre. Dur la liberté. Le développeur n'a aucune possibilité de t'imposer quoique ce soit.
          C'est à choix à deux (développeur et utilisateur)

          que la monogamie est un choix personnel,

          Non, c'est un choix à deux (toi et ton conjoint).

          Dans les deux exemples, on un choix à deux.
          Merci, tu démontres toi-même l'inverse de ce que tu dis.

          • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Le développeur n'a aucune possibilité de t'imposer quoique ce soit.

            C'est juste faux, on se fait imposer des logiciels privateurs à de multiples reprises. Dans l'environnement professionnel par exemple, mais aussi dans la vie perso (site de réservation de voyage…)

            Même le libriste le plus convaincu ne peut pas vivre dans un environnement 100% libres (à part quelques rares exceptions). C'est juste pratiquement impossible.

            que la monogamie est un choix personnel,

            Non, c'est un choix à deux (toi et ton conjoint).

            Pas du tout. Tu choisis un partenaire qui partage tes convictions. Tu trouveras toujours des contre-exemples, mais c'est le modèle majoritaire.
            Des études comme http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_formation_du_couple-9782707148278.html l'ont parfaitement démontré.

            Merci, tu démontres toi-même l'inverse de ce que tu dis.

            Parfaitement pas, tu as beau essayer de détourner mon propos, ça ne fonctionne pas.

            • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

              Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 16/07/15 à 17:27.

              C'est juste faux, on se fait imposer des logiciels privateurs à de multiples reprises. Dans l'environnement professionnel par exemple, mais aussi dans la vie perso (site de réservation de voyage…)

              Pour l’environnement professionnel j’aurais tendance à dire que ce ne t’est pas imposé, enfin, l’utilisation oui, mais pas l’acquisition… c’est pas vraiment la même chose… Et puis là c’est ton employeur qui te l’impose, pas le développeur/éditeur… Tu n’as de toute façon pas le choix de subir les choix de ton employeur quelqu’ils soient, à part démissionner ou le convaincre/manipuler pour changer cet état de fait.

              Pour un site de réservation de voyage pour moi c’est niet, si je ne peux pas réserver avec Firefox je vais voir ailleurs. Bon, je ne voyage quasiment pas mais je fais quand même quelques achats en ligne, si le site ne fonctionne pas sous Firefox sous Debian je vais acheter ailleurs, tant pis pour l’affaire du siècle…

              Je pensais plus à la vente liée, si de nos jours ça a quand même changé, avant c’était PC = Windows (ou DOS encore avant)…

              C’est d’ailleurs si je ne m’abuse ce qui a permis l’essor de Microsoft, le contrat passé avec IBM au alentour de 1983.

              Même le libriste le plus convaincu ne peut pas vivre dans un environnement 100% libres

              C’est exact, à commencer par le « BIOS » des ordinateurs et les firmwares des diverses périphériques.

              • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                C’est exact, à commencer par le « BIOS » des ordinateurs et les firmwares des diverses périphériques.

                Tout est question de priorités.
                Force est de constater que les gens qui se disent "libristes purs" ne sont pas très honnêtes envers eux-mêmes, car en fait la priorité reste son confort plutôt que de coder ce qui manque en libre.

                C'est un choix, toujours. (choix != je décide ce que je veux et les autres font)

                • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Je n’ai jamais fourni de patch, quelques traductions et rapport de bug par ci par là c’est tout, en gros je me contente d’utiliser :) Par contre je promeus (avec d’autres) les solutions LL dans mon entreprise, ok c’est peu mais c’est déjà ça. Je me considère donc comme libriste.

                  les gens qui se disent "libristes purs"

                  Les intégristes quoi… L’intégrisme c’est un putain de fléau, ceci quelque soit le domaine…

                  Par contre j’ai choisi de me priver de certaines choses, de certains logiciels, je ne pense pas que ce soit de l’intégrisme, c’est juste histoire d’être en accord avec mes idées.

    • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Le libertin n'aime pas, il baise.

      Bon, je sais que ça peut sembler paradoxal aux esprits non préparés, mais pour beaucoup de couples libertins, le libertinage est une façon de renforcer leur amour, en éliminant la jalousie, et en laissant libre cours aux fantasmes de chacun.

    • [^] # Re: ok mais pourquoi ?

      Posté par . Évalué à 7.

      Allez, répondons.

      La sexualité, c'est comme la religion, un truc personnel. Mais alors pourquoi ce déballage ?

      Et pourquoi pas ? On n’a pas le droit d’en parler ? Jamais ? Et surtout pas en public ? Pourtant les religieux ne s’en privent pas eux, que ce soit le Pape, des imams ou des rabbins ou des autre chose d’ailleurs. J’espère que tu leur dénies aussi le droit d’en parler à une tribune publique. Autant être cohérent.

      Tentative maladroite de faire du prosélytisme ? A priori oui, quand on voit la liste de sites que tu balances.

      J’aurais voulu faire du prosélytisme, j’aurais dit que ma voie était la seule valable et que le reste c’était de la merde. En le démontrant avec des arguments bien fallacieux.

      La liste de site que je balance doit permettre à tout un chacun voulant se faire une idée un peu plus complète de se renseigner. Les sources d’informations sur le couple monogame sont légion. Celles sur le polyamour un peu moins. Et je ne crois pas qu’on puisse taxer Wikipedia ou Rue69 de faire du prosélytisme. Ou alors y’a un truc que j’ai pas compris.

      Tu rejettes les étiquettes, mais j'ai l'impression que tu te balades avec beaucoup de clichés, notamment sur la monogamie.

      Peut-être pour l’avoir pratiqué pendant pas loin de 12 ans, peut-être parce que mes potes sont des monogames exclusifs pour la plupart. Donc les clichés… Je les ai vécus. Aussi. Et je les vis encore. En voyant dans mon entourage un femme qui trompe son mari, des couples qui ne restent ensemble qu’à cause des enfants (alors qu’ils les détruisent en fait en n’étant pas eux heureux).

      Clichés, non. Désolé. Vécu.

      Les comportements humains n'ayant vraiment rien à voir avec un outil informatique, ni en finalité, ni en moyen.

      Philosophie du libre. Ah ? Ça ne s’applique pas aux œuvres de l’esprit en général ? La musique n’est pas informatique, pourtant on en trouve de la libre, le partage de semences pour raviver des cultivars oubliés c’est du partage aussi non ? Pourtant ce n’est pas de l’informatique. Les bouquins « oubliés » pour que quelqu’un s’en empare et découvre quelque chose de différent, c’est pas la liberté de partage et de redistribution ?

      Ah merde… Benh en fait, la philosophie qui donne naissance au logiciel libre avec les quatre libertés fondamentales, elle peut s’appliquer à tout. Y compris à la sexualité.

      Rien ne t’empêche de préférer le couple monogame exclusif au polyamour. Et surtout pas moi. Tu es libre de ton choix. Je, moi, pas quelqu’un d’autre, considère que je ne suis pas fait pour le couple monogame exclusif, c’est ma liberté. Et c’est mon choix que de ne pas m’imposer ce qui pour moi est un carcan.

      J’espère là encore que lorsque tu vois un utilisateur d’Iphone tu ne vas pas lui faire la morale parce qu’il est pris dans une prison dorée. J’espère que quand tu discutes avec un utilisateur de MS Windows à qui ça convient et qu’il n’a pas envie de changer tu ne l’attaques pas sur son utilisation du méchant logiciel privateur.

      Le soucis, ce n’est pas qu’il existe du « privateur ». Il a le droit d’exister. Comme le reste. Le soucis, de mon point de vue c’est qu’il soit la norme en vigueur. Je pense, peut-être à tord, qu’il vaut mieux une société globalement plus libre sur tout avec le choix de pouvoir « s’emprisonner » si on veut plutôt que d’avoir des prisons dont il est extrêmement dur de se libérer.

      C’est mon point de vue, et ta as le droit de ne pas être d’accord.

      Ca ressemble plus une tentative désespérée et vaine de faire rentrer au chausse pied des concepts différents pour rendre le truc vendeur.

      Je crois que je viens de montrer que non, pas franchement besoin de chausse pied. Mais tout est question de point de vue.

      Enfin, tu sembles mélanger allègrement polyamour et libertinage, il y a une sacré différence.

      Sans déconner ? Tu crois vraiment que je ne suis pas au courant ? Pour pratiquer les deux ? Tu crois vraiment que je ne suis pas capable de faire la différence entre la baise et l’amour ?

      Le polyamour, est différent, et même si la finalité est la relation sexuelle multiple

      Là, tu montres que tu ne connais rien au polyamour. Tu sais quoi ? J’aime, et quand je dis j’aime, c’est que j’ai de la chance en plus, le sentiment est partagé, jæime donc une femme, et on se le dit. En plus d’un an et demi qu’on se fréquente on a couché une seule fois ensemble. Et pourtant on s’aime. Et en plus c’était bon. Pour autant nous avons plus besoin l’un de l’autre pour se donner des câlins, oui juste des câlins et avoir sa tête contre mon torse et moi mes mains qui jouent avec ses cheveux que de sexe entre nous.

      enfin, on peut être exclusif en polyamour

      Où ai-je dit le contraire ? Je peux, tu peux d’ailleurs aussi, n’avoir que deux relations. C’est ton choix. Ou le mien. Et elles seront tout aussi exclusives. Chacune est différente de l’autre. Chacune est unique.

      Tu permets ? Je me cite :

      Et je parle bien d'amour, pas de baise. Mais une ou plusieurs relations amoureuses, singulières, uniques mais multiples.

      Tu vois ? Je fais la différence, je parle de singularité, d’unicité, au final de quoi ? D’exclusivité non ? Je pense que ça prouve que tu n’as lu qu’en diagonale avec des idées préconçues. Mais je peux me planter hein.

      Il n'y a pas de jugement de valeur entre l'un ou l'autre des comportements

      Non. Pas de jugement de valeur. Sauf que le libertinage, ce n’est pas de la liberté contrairement à ce qu’on peut penser. Enfin le libertinage tel qu’on l’entend.

      J’aurais même tendance à dire que le polyamour est Le Libertinage. Parce que c’est lui qui implique la réflexion et la discussion, l’échange d’idées, de points de vue.

      Le libertinage tel qu’on l’entend en général c’est le cul pour le cul, à plusieurs ou juste à deux. Et ça reste du cul. Et toute la portée philosophique de l’origine du terme a disparu au profit de l’échange de fluides mécaniques et codifiés.

      Bon sinon, tu veux quoi ? une médaille ?

      Et sinon ? La même chose sans condescendance ?

      cd /pub && more beer

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.