Journal "La machine à voter que tout le monde peut tripatouiller"

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
39
16
avr.
2015

Une étude de la "Virginia Information Technology Agency" américaine, sur la sécurité exécrable des ordinateurs de vote AVS WINVote, qui ont donc perdu leur certification : « Virginia election officials have decertified an electronic voting system after determining that it was possible for even unskilled people to surreptitiously hack into it and tamper with vote counts. The AVS WINVote, made by Advanced Voting Solutions, passed necessary voting systems standards and has been used in Virginia and, until recently, in Pennsylvania and Mississippi. It used the easy-to-crack passwords of 'admin,' 'abcde,' and 'shoup' to lock down its Windows administrator account, Wi-Fi network, and voting results database respectively, according to a scathing security review published Tuesday by the Virginia Information Technologies Agency. The agency conducted the audit after one Virginia precinct reported that some of the devices displayed errors that interfered with vote counting during last November's elections. »

La machine avait été utilisée par la Virginie, la Pennsylvanie et le Mississippi, avec ses mots de passe triviaux et codés en dur, avec du wifi type WEP et des logiciels pas à jour.

Sources :

Historique de la boîte :

  • Shoup (un des mots de passes utilisés donc) est devenu "Advanced Voting Solutions"
  • le cofondateur de Global Election Systems (devenu Diebold, puis Premier Election Solutions, qui a aussi eu son lot de casseroles en vote électronique) en devient président en 2001
  • divers incidents cités en 2003, 2004 et 2005

Pour mémoire, les deux frères Bob Urosevich (président de Diebold Election Systems) et Todd Urosevich (vice-président de ES&S) ont traité en 2005 80% des votes américains.

Toujours pour mémoire, en France, on trouve du vote électronique par machines à voter/ordinateurs de vote dans une soixantaine de villes et du vote par internet pour les Français à l'étranger, et hors scrutins institutionnels, on en trouve souvent dans les contextes professionnels, étudiants, associatifs, etc.

  • # Vote publique

    Posté par . Évalué à 4.

    Le problème du vote électronique est le coté anonyme, un vote public est facile à renforcer avec de la crypto.

    Vu que tu connais bien les systèmes de votes, quelle est le problème du vote public ?

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Vote publique

      Posté par (page perso) . Évalué à 8. Dernière modification le 16/04/15 à 15:58.

      Ça dépend ce que tu appelles "public" :

      • le bulletin est ouvert, tout le monde sait qui a voté quoi. Les risques sont notamment la tentative d'influence par intimidation ou subornation. Exemples : ton conjoint fait pression, ton patron te fait des suggestions, les skins à côté te donnent des conseils, ton député te file de l'argent pour voter pour lui (avec certitude), etc.
      • le bulletin est chiffré suivant des algos trop bien qui permettraient de garantir des choses aux experts en mathématiques et crypto. Les risques sont notamment la perte de contrôle citoyen en abandonnant le système à un petit groupe d'experts, et la perte de confiance associée.

      Le projet Debian pratique le premier mode (vote en clair avec signature GPG par courriel), mais on peut considérer que les électeurs concernés sont suffisamment au fait du chiffrement pour que cela soit acceptable.

      • [^] # Re: Vote publique

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Le projet Debian pratique le premier mode (vote en clair avec signature GPG par courriel), mais on peut considérer que les électeurs concernés sont suffisamment au fait du chiffrement pour que cela soit acceptable.

        Les bulletins étant rendus publics après le scrutin, ce qui permet de vérifier celui-ci. On peut considérer que l'enjeu est suffisamment faible et les électeurs suffisamment éduqués pour éviter les pressions : ce n'est pas demande que quelqu'un viendra me promettre de me casser la gueule si je ne vote pas en priorité pour élire untel comme DPL.

        • [^] # Re: Vote publique

          Posté par (page perso) . Évalué à -3. Dernière modification le 16/04/15 à 16:26.

          Les bulletins étant rendus publics après le scrutin, ce qui permet de vérifier celui-ci. On peut considérer que l'enjeu est suffisamment faible et les électeurs suffisamment éduqués pour éviter les pressions : ce n'est pas demande que quelqu'un viendra me promettre de me casser la gueule si je ne vote pas en priorité pour élire untel comme DPL.

          Exactement.

          Jusqu’à nouvel ordre on est "encore" dans un pays libre, même si le gouvernement a l'air d'aiemr les lois liberticide ces temps ci.

          Et il serait peut-être bon que les gens apprennent à défendre leur opinions.

          • [^] # Re: Vote publique

            Posté par (page perso) . Évalué à 8.

            Jusqu’à nouvel ordre on est "encore" dans un pays libre, même si le gouvernement a l'air d'aiemr les lois liberticide ces temps ci.

            ça fait quoi ? 10 ans, 15 ans qu'on peut dire ça ? A partir de quand on es plus dans un pays libre ?

            \Ö<

        • [^] # Re: Vote publique

          Posté par . Évalué à 2.

          Je ne vois pas en quoi l'éducation des électeurs permettrait d'éviter les pressions.

          • [^] # Re: Vote publique

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            L'éducation des personnes qui se sentent concernées, on va dire. Pour faire simple : les debianistes convaincus et intéressés ne sont pas des sauvages.

            • [^] # Re: Vote publique

              Posté par . Évalué à 1.

              Dans ce sens là, tout à fait d'accord : ce serait un comportement étonnant venant d'un "debianiste convaincu". Les pressions peuvent venir de l'extérieur du projet, par contre (je suis loin de penser que c'est effectivement le cas).

      • [^] # Re: Vote publique

        Posté par . Évalué à 3.

        Le mode a bulletin ouvert est donc acceptable pour les scrutins à enjeux faible ?

        Au fait, des personnes ont essayé de faire un système de vote électronique en distribuant un token cryptographique par votant, mais sans liaison avec une identité réelle ? Chacun pourrait vérifier son vote. Par contre le bourrage d'urne semble possible.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Vote publique

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Le système le plus développé et puissant que je connaisse basé sur ce principe est basé sur bitcoin/ zerocoin et ça marche.

          Le gros problème de cette solution est justement est la vulnérabilité à l'achat de vote. Le token n'étant pas nominatif, il est tout à fait possible de le revendre/acheter/transmettre.

          • [^] # Re: Vote publique

            Posté par . Évalué à 2.

            Si une personne vote devant une urne, elle ne peut voter qu'une fois.

            Une personne qui vote devant son ordinateur, c'est plus complexe.

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: Vote publique

              Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 16/04/15 à 16:48.

              Si une personne vote devant une urne, elle ne peut voter qu'une fois. Une personne qui vote devant son ordinateur, c'est plus complexe.

              La blockchain règle trés bien ce problème, de manière sure et vérifiable publiquement.

              Le problème principal est : "Est-ce bien toi qui vote, et non Mr X qui a acheté 500 votes / accounts sur internet à des électeurs peu scrupuleux ?"

          • [^] # Re: Vote publique

            Posté par . Évalué à 10.

            Le token n'étant pas nominatif

            Grâce aux boîtes noires installées chez le FAI, on saura qu'à 13h37, l'IP xxx.xxx.xxx.xxx qui correspond à l'abonnement de Monsieur Tartempion habitant au 36 rue du bambou qui fuit a voté pour notre très aimé Président depuis son smartphone sous Android, associé à l'adresse gerard.tartempion@gmail.com . On peut donc vérifier très facilement que le vote n'a pas été acheté et que c'est bien Monsieur Tartempion qui a voté.

            D'ailleurs, jacqueline.tartempion@gmail.com a voté depuis sa tablette à 17h23, mais pas pour le même candidat que Monsieur. Quelle cachottière, elle avait "liké" sur Facebook la page du parti de notre président!

            • [^] # Re: Vote publique

              Posté par . Évalué à 10.

              Ça c'est dans un état totalitaire. Dans ce cher État de droit qu'est la France, on saura uniquement que l'adresse IP xxx.xxx.xxx.xxx a voté à 13h37 pour notre très aimé Président.

              C'est seulement en faisant un INNER JOIN sur la table des adresses IP allouées par les FAI et celle des périphériques connectés qu'on saura que c'est M. Tartempion qui a voté. Mais cette information complémentaire sera longue et compliquée à obtenir car il y a des lois qui protègent les citoyens des nations libres et républicaines. Il faudra donc justifier à l'oral qu'il y a un soupçon de terrorisme car cette adresse IP a déjà été signalée suite à une connexion sur un site enfreignant la bonne morale, puis se rendre sur l'ordinateur du bureau d'à côté où la requête est déjà prête.

              The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

        • [^] # Re: Vote publique

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Pour plus d'informations sur le sujet :

          https://bitcointalk.org/index.php?topic=413196.0

        • [^] # Re: Vote publique

          Posté par . Évalué à 5.

          Le mode a bulletin ouvert est donc acceptable pour les scrutins à enjeux faible ?

          Il est même extrêmement répandu : dans la plupart des associations loi 1901, les votes se font à main levée en assemblée générale, et un paragraphe des statuts prévoit la possibilité de voter à bulletin secret si un membre en fait la demande. Ceci parce que, dans une assoce loi 1901, on partage en général tous la volonté que l'assoce aille au mieux, donc on présume la bonne volonté de chacun, même si on n'est pas d'accord.

          Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

        • [^] # Re: Vote publique

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Le mode a bulletin ouvert est donc acceptable pour les scrutins à enjeux faible ?

          Même pour des enjeux important, il me semble que toutes les décisions du parlement de l'Union Européenne sont nominative (on note qui a voté quoi). Et on pourrait très bien utilisé des mails signés pour ça aussi1. Le problème du vote ouvert, c'est dès qu'il y a des pressions qui peuvent agir et que les personnes votantes ne sont pas capables de s'en protéger.


          1. en fait, pas vraiment, parce qu'il faudrait pouvoir garantir que le mail va arrivé à temps, ce que le SMTP ne permet pas mais bon, dans les grandes lignes, ça marche. 

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: Vote publique

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Pour les décisions prises par des représentants du peuple, donc par un parlement, il est très, très important que le scrutin soit ouvert !

            • [^] # Re: Vote publique

              Posté par . Évalué à 9.

              Je suis partagé sur le sujet. Il est effectivement normal que les électeurs puissent connaitre les votes de ceux qu'ils ont élus.
              D'un autre coté, on arrive à des partis qui votent comme un seul homme dans bien des cas. Difficile pour un élu de voter contre le parti qui lui permettra d'être réélu.

            • [^] # Re: Vote public

              Posté par . Évalué à 5.

              je ne suis pas vraiment d'accord. Un vote à bulletin secret au Parlement permettrait certainement des votes moins "godillots" sans craindre les blâmes du parti. On pourrait espérer que des députés voteraient dans ce cas plus en accord avec leurs convictions qu'avec les ordre du groupe (hum, hum, on peut rêver ;-) )

              Il n'y a pas de mauvais outils, il n'y a que de mauvais ouvriers

              • [^] # Re: Vote public

                Posté par . Évalué à 10.

                En même temps ses "convictions" je m'en moque un peu, personnellement :)
                Ce sont ses actes/votes/engagements qui m'intéressent.

                J'ai plutôt envie de le voir voter comme il a promis pendant la campagne précédant son élection, ou selon son programme, au minimum. Et si le sujet n'a jamais été abordé, le voir voter avec son parti, dont on peut imaginer qu'il partage la majorité des idées ça n'est pas complètement choquant.

                Le problème des votes "godillots" se pose plutôt pour des votes qui trahissent les engagements pris par ailleurs, non ?

                Sans compter que si mon représentant élu vote toujours selon "ses convictions", en tant qu'électeur je peux avoir envie de ne plus voter pour lui au prochain tour, et si je n'ai pas de moyen de savoir ce qu'il a voté…

      • [^] # Re: Vote publique

        Posté par . Évalué à 2.

        Tu as un problème plus général : comment tu certifies que l'électeur devant la machine est bien celui qu'il prétend être ? Prenons un cas de figure simple : je veux acheter ton vote, tu es prêt à me le vendre. Il est évident que l'anonymat du vote ne m'arrange pas. Je peux donc , soit venir chez toi et être présent pendant que tu votes, soit acheter ton login et ta clé de chiffrement.
        Autre cas de figure : un couple qui vote devant l'ordinateur familial. Chacun va se conformer à la norme sociale (au moins, il s'en rapprochera par rapport à ses convictions réelles).
        Sans parler du fait que l'électeur moyen n'est pas dev Debian, qu'une clé GPG, pour lui, c'est quasiment de la magie noire, et qu'un système de vote doit s'adresser à tous, y compris des petits vieux diabétiques.

        Avec la procédure isoloir + bulletin secret, il est simple de contrôle que la personne qui met le bulletin dans l'urne est bien celle qui était dans l'isoloir, et donc, même si j'ai acheté ton vote, je n'ai aucune garantie que tu as tenu parole. Donc je n'achète pas ton vote.

        (Bon, en pratique il y a d'autres façons d'acheter des votes, par en investissant massivement dans les quartiers qui ont voté en ta faveur, par exemple. Mais le caractère numérique ne change rien à cette problématique)

        Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.

        • [^] # Re: Vote publique

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Moui, je conçois que l'impossibilité de vérification d'un vote acheté soit un frein théorique à la corruption, mais je ne suis pas du tout convaincu que ça en soit un en pratique (après j'ai rien contre le fait d'aimer la théorie, hein).

          Hypothèse 1: on ne s'intéresse qu'aux élections impliquant une masse importante de votants. Sinon de toute façon l'avantage majeur du vote électronique, qui est la facilité/rapidité, s'efface massivement, sans parler du fait qu'on peut "vérifier" relativement facilement: si il me faut acheter 5 voix pour avoir la majorité absolue et qu'au final je ne l'ai pas, ça va pas être super dur d'aller casser la figure aux 5 gugusses que j'ai payés.

          Si je suis acheteur de voix pour cette élection, j'ai un budget qui correspond à la valeur perçue. Comme tout investissement, il y a une part de risque (je ne reçois pas forcément ce que j'ai acheté), qui se transforme en quelque chose d'observable au moment du résultat. Plus la part de risque est faible (jusqu'à tomber à 0 pour le token qui me garantit que je fais ce que je veux), plus le coût d'une unité grimpe (puisque j'ai besoin de moins d'unités pour obtenir le résultat souhaité). Inversement, si je n'obtiens pas ce que je veux, l'investissement baisse puisque le risque est trop grand pour justifier le résultat. C'est typiquement un problème d'assurance: au fil du temps ça converge.
          Le prix d'un vote doit donc refléter au plus près la probabilité que le votant fasse ce à quoi il s'est engagé (sur un panel assez large, je suis convaincu que c'est assez précis).
          Ne pas oublier non plus que personnellement jamais personne ne m'a proposé d'acheter mon vote, ce qui m'incite à penser que les acheteurs de voix ne tapent pas non plus au hasard, mais se concentrent sur les populations les plus "fiables" pour X raisons, et que donc la probabilité en question peut être ajustée à la hausse selon des critères précis qui ont probablement assez peu de rapport avec l'esprit civique, ou l'esprit de contradiction, etc.

          Hypothèse 2: les vendeurs de votes sont susceptibles de vendre lors de plusieurs scrutins

          Maintenant si je suis vendeur de mon vote, il est dans mon intérêt que le prix monte, ou du moins ne baisse pas. Étant donné que si je suis malhonnête dans ma corruption (sic) mon gain baisse statistiquement, j'ai (statistiquement encore) intérêt à respecter le contrat avec l'acheteur.
          Quand on y pense, les sondages sont relativement précis alors même que la personne sondée n'a quasiment aucune raison de dire la vérité (c'est un peu simpliste, il y a des raisons indirectes).

          Bref, tout ça pour dire que je ne suis pas convaincu du tout qu'il n'y ait pas d'achats de votes maintenant alors qu'il n'y a aucune garantie, ni qu'il y en aurait davantage avec une garantie plus forte à l'achat, sous réserve que les échantillons soient suffisamment grands (assez grands pour rendre la cabale anti-acheteur impossible). Et oui, j'ai pleinement conscience de décrire la main invisible du marché de la corruption :D

          En somme, il me semble que s'il fallait sacrifier une des propriétés du vote papier, c'est probablement de loin celle qui m'inquiète le moins (je ne suis toujours pas pour, mais c'est un autre problème :)).

          • [^] # Re: Vote publique

            Posté par . Évalué à 6.

            Quand on y pense, les sondages sont relativement précis

            Je vais me contenter de dire qu'on n'a vraiment pas du voir passer les mêmes. :-p

  • # c'est vrai que c'est important

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    mais je trouve que c'est secondaire.

    On ne vote que pour ce que l'on connaît. Les machines à faire connaître sont au mains de très peu de personnes qui ont des intérêts convergents. Ainsi, même si un pouillème de la population s'informe ailleurs le grand nombre tire sa seule information des dites machines.

    Et on se retrouve avec un super choix ducond ou ducont avec un duconz qui sert à faire peur, faire voter utile ou créer un rassemblement républicain derrière ducont ou ducond.

    Nous assistons à de la manipulation de masse depuis quelques décennies alors le tripatouillage des urnes peu juste servir à avantager ducont ou ducond qui est in fine la même chose.

    • [^] # Re: c'est vrai que c'est important

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      On ne vote que pour ce que l'on connaît. Les machines à faire connaître sont au mains de très peu de personnes qui ont des intérêts convergents.

      C’est exactement ça ! C’est pourquoi les élections présidentielles (par exemple) sont en fait des élections à 3 tours, et que le tour 0 est un suffrage capacitaire (seuls ceux qui ont accès à la machine à faire connaître votent au tour 0).

      ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

  • # Pas étonnant

    Posté par . Évalué à 4.

    D'un côté, ce n'est pas vraiment étonnant. Quiconque s'intéresse un tant soit peu à la sécurité informatique sait que réaliser une machine à voter électronique sûre est irréalisable, du moins sous cette forme.

    Il n'y a aucune surprise dans le fait que ceux qui construisent ce genre de machines prennent nécessairement la sécurité par dessus de la jambe.

    • [^] # Re: Pas étonnant

      Posté par . Évalué à 1.

      ça dépend de ce que tu veux mettre derrière. Si c'est l'équivalent de notre urne transparente, il y a effectivement un certain défi.

      Cependant, on pourrait imaginer une machine où on appui sur un bouton, ça imprime un bulletin, le présente au votant, qui appui une fois sur oui, la machine met le bulletin dans l'enveloppe, le votant clique sur oui, le rideau s'ouvre, et la machine met le bulletin dans l'urne devant tout le monde. Si à un moment le votant clique sur non, on recommence au début.

      A la fin de la journée tu as le décompte instantané, et tu peux vérifier le comptage

      Mais sinon on peut continuer à se baser sur le système actuel, il fonctionne bien.

      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

      • [^] # Re: Pas étonnant

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        A la fin de la journée tu as le décompte instantané, et tu peux vérifier le comptage

        Le décompte instantané n'a aucun intérêt démocratique. C'est intéressant pour les médias, mais je ne vois pas ce que ça devrait venir faire dans le débat. Et si on a les moyens humains de vérifier le comptage, eh bien autant compter systématiquement à la main, ça marche bien et ça a l'avantage d'être contrôlable par les observateurs.

        Mais sinon on peut continuer à se baser sur le système actuel, il fonctionne bien.

        Exactement. Il y a des fraudes possibles, mais elles sont détectables à condition de prêter attention. Tandis qu'avec des machines, la fraude indétectable est possible.

        • [^] # Re: Pas étonnant

          Posté par . Évalué à 2.

          Exactement. Il y a des fraudes possibles, mais elles sont détectables à condition de prêter attention. Tandis qu'avec des machines, la fraude indétectable est possible.

          Je te rejoins la dessus le décompte immédiat n'est utile que pour les médias, et encore ça veut dire que les soirée électorale se raccourciraient. Je donnais juste une solution pour permettre une machine à voter 'fiable', par contre rien n'empêche cette machine d'enregistrer l'ordre des votes. (On peut perdre en confidentialité)

          Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

          • [^] # Re: Pas étonnant

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Ah, oulà, exact, je n'avais pas vu cette possibilité. C'est catastrophique pour un scrutin censé être secret ça : si les bulletins peuvent être ordonnés chronologiquement, en pratique ça en fait un scrutin ouvert.

            • [^] # Re: Pas étonnant

              Posté par . Évalué à 3.

              Je n'ai encore aucune solution pour une machine à voter offrant les mêmes garanties que nos belles urnes transparentes, il y a toujours au moins un sacrifice.

              Généralement tu as un soucis au niveau de la chronologie, mais pour celles qui fonctionnent aujourd'hui, c'est largement pire, outre la chronologie qui pourrait être enregistrée, le résultat est non fiable, et non vérifiable.

              Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

  • # je suis rassuré

    Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 17/04/15 à 14:28.

    la machine dont tu parles n'est pas agréée en France

    http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Comment-voter/Machines-a-voter

    Ouf, je peux continuer à voter en toute sécurité!

    On est dredi ---> []

    If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

    • [^] # Re: je suis rassuré

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Entre celle interdite dans plusieurs pays (dont son pays d'origine), celle qui est un Windows XP non patché, et celle que je suis contraint d'utiliser et dont je ne connais que trop les défauts, mon cœur balance. Heureusement que l'informatique s'est arrêté depuis septembre 2003, date du décret (qui interdit toute mise à jour), sinon on aurait des problèmes avec ces choix (qui étaient déjà étranges à l'époque, car se focalisant plus sur des problèmes physiques genre alimentation ou chute que sur la fiabilité/sécurité du logiciel).

      • [^] # Re: je suis rassuré

        Posté par . Évalué à 3.

        C'est amusant car des normes de sécurité sur le code, il en existe un paquet : DO178 dans l'aéronautique, EN50128 dans le train, ISO26262 dans l'automobile.

        Pourquoi ne pas avoir choisi une des normes ? La safety de la démocratie est moins importante que celle des passagers d'un avion ?

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: je suis rassuré

          Posté par (page perso) . Évalué à 9.

          Parce que dans ce domaine, on a laissé les vendeurs définir les normes et qu'on a pris ce qui existait déjà (à l'étranger), que les vendeurs sont sur un marché qui consiste à produire quelque chose d'apparemment simple alors que c'est plutôt compliqué, qu'il s'agit d'un produit rarement utilisé (donc on ne voit les bugs que rarement et on se fiche de mettre à jour), à visibilité médiatique très épisodique, et donc pas trop rentable à long terme donc on met peu de gens dessus. Bref en traitant superficiellement le sujet à l'époque, on a eu un résultat relativement prévisible.

        • [^] # Re: je suis rassuré

          Posté par . Évalué à 6.

          Je ne répond pas à la question, dans leur logique (soyons optimistes) effectivement ils auraient du faire ça.

          Cependant, si quelqu'un veut accrocher tableau à un mur avec une vis qu'il enfonce à l'aide un marteau, l'argument « C'est un marteau de très bonne facture » ne rend pas sa méthode meilleure.

          Ce que je veux dire c'est que constatant que la technologie n'est pas adaptée à la problématique, peu importe l'implémentation…
          Les objets physiques mis dans des boites physiques puis compté à la main, c'est une excellente technologie qui fait exactement ce que l'on veut.

          Please do not feed the trolls

          • [^] # Re: je suis rassuré

            Posté par . Évalué à 2.

            Disons que cela aurait été un minimum, c'est bien que le problème a été complètement "torché" à l'époque.

            Ensuite, ils aurait pu graver dans le marbre toutes les contraintes sur le vote, si aucune machine ne peut répondre au problème, on reste au papier (et l'état paye les bulletins !).

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: je suis rassuré

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Des échos en off indiquent que les services techniques du ministère de l'intérieur français étaient conscients des problèmes, mais la technique a des raisons que le politique (ministre et futur président) ignore.

          • [^] # Re: je suis rassuré

            Posté par . Évalué à 5.

            Ah mais quand on a un marteau, tout ressemble à un clou.

            J'ajouterai que si ça ne s'enfonce pas, il suffit de taper plus fort ;)

            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.