Journal Le Libre peut-il rendre libre?

Posté par . Licence CC by-sa
Tags : aucun
9
9
déc.
2011

Bonjour,
je profite de ce Vendredi pour vous soumettre quelques réflexions (que je n'espère pas "trollifère"), suite à une discussion sur un autre forum, qui a failli dégénérer, si nous n'avions pas été entre "gentilshommes" :)

Pour replacer cette discussion dans son contexte, nous parlions d'une distribution grand public et des quelques soucis qu'elle posait lors des mises à jour, surtout aux utilisateurs "non avertis".

La réponse de certains était (pour résumer): "Si ça ne te plaît pas, change de distribution", ce qui me semble être pour le moins cavalier pour une distribution qui se veut justement grand public.

Pour d'autres (dont mon interlocuteur): "On ne doit jamais laisser un utilisateur gérer seul ses mises à jour".

Ma position était (et est toujours) qu'un utilisateur, une fois correctement informé et guidé dans un premier temps, doit pouvoir gérer ses mises à jour seul, sans craindre de "tout casser" chaque fois qu'il clique sur "Mise à jour" (ce qui suppose que la distribution soit "garantie stable" avant sa sortie).

Pour terminer, je dirais que d'expérience personnelle, je n'ai eu que rarement à intervenir pour corriger une mise à jour désastreuse, la majorité s'étant plutôt bien passé, ce qui me laisse supposer que la plupart des gens "non avertis" peuvent se débrouiller avec leur système lorsqu'ils sont bien formés.

Et vous, qu'en pensez vous? Doit-on toujours garder "ses utilisateurs" (famille, amis) sous sa coupe en effectuant pour eux les tâches "sensibles" ou bien êtes vous plutôt partisans de leur laisser leur liberté, une fois correctement informés, bien sûr, quitte à devoir "intervenir" en cas de gros problème ?

  • # Débat stérile si on ne pose pas quelques hypothèses de base...

    Posté par . Évalué à 10.

    ...et notamment, sur ce qu'est un utilisateur.

    Une mamie de 70 ans, lui "laisser gérer ses mises à jour", c'est juste totalement décalé. Même si tu marques "attention, ces paquets sont des mises à jour de sécurité importantes", elle va flipper, et par défaut dire non.

    Un ado de 15 ans, il va dire oui à tout. Il sait ; il a confiance en lui et peur de rien.

    A mon avis, lors de l'installation, pour une distribution "grand public", on devrait poser la question de "quel type d'utilisateur êtes-vous ?".

    • novice -> mises à jour de sécurité installées automatiquement, sans rien demander. Autres mises à jour jamais proposées par défaut.

    • intermédiaire -> mises à jour de sécurité installées automatiquement. Autres mises à jour proposées à l'écran.

    • avancé -> aucune mise à jour installée par défaut. Tout est proposé, au choix de l'utilisateur.

  • # Confusion.

    Posté par . Évalué à 9. Dernière modification le 09/12/11 à 10:09.

    Le problème c'est qu'on confond trop souvent l'utilisateur et l'administrateur, et qu'on s'imagine qu'un système informatique doit pouvoir être administré par son utilisateur principal.

    C'est simplement aberrant: les gens ont recours à des spécialiste (sauf s'ils en sont eux-mêmes) pour se soigner, pour construire leur maison, pour réparer et entretenir leur voiture, pour faire refaire l'électricité.. et ils seraient censés, sur un système aussi complexe qu'un micro-ordinateur, assurer la maintenance eux-mêmes?

    Tout ça, parce que les gens sont habitués à ce que ça fonctionne mal (i.e. les pop-ups, les plantages, sont considérés comme normaux), et qu'il n'y a aucune mesure de sanction quand leur mauvaise maintenance a des effets de bord sur la société.

    Pour répondre à ta question, je dirais qu'il faut expliquer à ceux qui veulent apprendre, qui veulent "faire par eux-mêmes", et gérer à la place de ceux qui n'en ont pas l'envie, pas les capacités, pas le temps.

    Ta question est d'ailleurs bizarrement formulée: le mieux n'est pas de demander à "tes" utilisateurs s'ils veulent apprendre (mais, apprendre pour de vrai, hein) ou s'ils préfèrent être guidés, en leur expliquant que de toute façon ce n'est pas acceptable de laisser une machine pas ou mal administrée?

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Confusion.

      Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 09/12/11 à 10:19.

      Le problème c'est qu'on confond trop souvent l'utilisateur et l'administrateur, et qu'on s'imagine qu'un système informatique doit pouvoir être administré par son utilisateur principal.

      Bien d'accord avec toi, la faute sans doute à "certains" vendeurs de système pour qui il suffit de cliquer sur "Démarrer" pour tout faire magiquement ^_^

      le mieux n'est pas de demander à "tes" utilisateurs s'ils veulent apprendre (mais, apprendre pour de vrai, hein) ou s'ils préfèrent être guidés

      Tout à fait, il n'est pas dans mon propos, bien sûr "d'abandonner" mes utilisateurs, mais de leur expliquer qu'ils peuvent, s'ils le veulent, se débrouiller seuls. La position de mon interlocuteur était plutôt qu'il fallait absolument tout gérer soi-même, sans laisser la possibilité aux gens d'apprendre.

      Il n'y a pas de mauvais outils, il n'y a que de mauvais ouvriers

      • [^] # Re: Confusion.

        Posté par . Évalué à 1.

        Bien d'accord avec toi, la faute sans doute à "certains" vendeurs de système pour qui il suffit de cliquer sur "Démarrer" pour tout faire magiquement ^_^

        Ça fait partie du problème, dans le sens où mélanger, visuellement parlant, les interfaces d'administration et d'utilisation favorise la confusion entre les deux.

        Ceci dit, sous GNU/Linux ça existe aussi, les panneaux de contrôle qui vont te proposer un réglage user et juste à côté un réglage admin qui nécessite le mot de passe root.

        Le problème se situe peut-être dans la définition de ce qui est une tâche d'administration, et ce qui n'en est pas: est-ce bien logique que la commande d'éjection d'un lecteur optique nécessite les droits root?

        Je trouve que, sous Linux, l'héritage d'Unix (machines multi-utilisateurs avec un admin, inimaginable de monter/démonter un disque en tant que user..) est encore trop présent.

        Peut-être qu'il faudrait proposer un système avec des bases plus orientées "Desktop", avec des tâches comme monter une clef USB ou éjecter un DVD qui seraient, par conception même de l'OS, accessibles à l'utilisateur lambda sans solutions de contournement comme il en existe sur les environnements de bureau principaux.

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Confusion.

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      C'est simplement aberrant:

      Si tu t'engages à aider gratuitement tout le monde sur la planète, pas de soucis.
      En attendant, c'est normal que l'utilisateur soit l'admin, car contrairement à tes exemples, c'est facilement possible avec un PC.

      Sinon, il te reste un iPhone, ça fait exactement ce que tu demandes.

      • [^] # Re: Confusion.

        Posté par . Évalué à 3.

        parfaitement d'accord , l'iphone ben t'as un 'spécialiste' qui administre tout , et qui est un tier . Pour les DRM c'est le meme concept ...

        L'utilisateur doit avoir les droits admins, c'est sa machine .
        Par contre que l'utilisateur ne sache pas utiliser ses droits correctement est une autre question. Alors cela signifie effectivement qu'il faut des formations.

        Ensuite il y a divers degrée au niveau de l'administration système, il n'y a pas juste des commandes qui casse tout :)

        Je vote pour plus de formation des utilisateurs pour les rendre plus libre (enfin plus autonome, et en passant donnant un esprit critique face au marketeux )

      • [^] # Re: Confusion.

        Posté par . Évalué à 5.

        Dans ce cas, il ne semble nécessaire de bien différencier la fonction « administrateur » de « utilisateur » dans la tête de la personne.

        genre j'ai mis le mot de passe root --> je suis admin --> je fait très attention.

        Après que l'admin soit l'utilisateur ou pas c'est juste une question de comment la personne est à l'aise avec son système : si elle n'est pas à l'aise, alors elle demande à quelqu'un d'autres de le faire à sa place.

      • [^] # Re: Confusion.

        Posté par . Évalué à 8.

        En attendant, c'est normal que l'utilisateur soit l'admin, car contrairement à tes exemples, c'est facilement possible avec un PC.

        Sauf qu'il y a deux conséquences assez dérangeantes:

        • La première, est que les utilisateurs s'habituent à ce que ça merde. Vraiment. Windows met 15 minutes à booter? normal, le PC est vieux. Le navigateur qui ouvre tout seul des pages de pub? Normal, Internet est plein de publicité de toute façon. La mise en page se met en vrac entre Office du boulot et Office de la maison? Normal, il suffit de la refaire à la main.

        Mais bon, ça c'est leur problème.

        • Des fois (souvent), le problème bave sur le monde extérieur: spam, DDOS..

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Confusion.

          Posté par . Évalué à 3.

          Ce qui m'énerve le plus, c'est que c'est les mêmes qui te disent que linux c'est trop compliqué et réservé aux "spécialistes".
          Mais on reconnait bien là le discours des magasins qui vendent des ordinateurs à côté du café ou d'une machine à laver (pour ne pas donner de nom...).

          Ben moi je préfère suivre un tuto pour installer un driver de carte graphique en ligne de commande, que de passer des heures à dévéroller une machine...

          • [^] # Re: Confusion.

            Posté par . Évalué à 2.

            De ce point de vue, linux/le libre libère du temps : tu ne perds pas de temps à dévéroler ton pc et à supprimer non pas les virus mais les programmes intrusifs.

            • [^] # Re: Confusion.

              Posté par . Évalué à 2.

              Oui, j'avais englobé virus et programmes intrusifs dans la catégorie "vérole", c'est du pareil au même pour moi : les merdes du monde Windows dont je me suis débarrassé en installant Ubuntu.
              Mais la partie "libère du temps", je ne l'ai pas trop senti, car j'ai aussi passé beaucoup de temps à apprendre à administrer ma machine.

              Au final, ça s'équilibre, mais les connaissances que j'ai acquises en administrant mon PC m'ont aussi servies quand j'ai commencé à m'auto-héberger.

          • [^] # Re: Confusion.

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Mais on reconnait bien là le discours des magasins qui vendent des ordinateurs à côté du café ou d'une machine à laver

            Pour la machine à laver, je préconise Linux.

    • [^] # Re: Confusion.

      Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 09/12/11 à 11:00.

      les gens ont recours à des spécialiste (sauf s'ils en sont eux-mêmes) pour se soigner, pour construire leur maison, pour réparer et entretenir leur voiture, pour faire refaire l'électricité

      Ben tout est là effectivement.
      Et tu pointes un soucis sans le vouloir, alors je pose la question : pourquoi faire des mises à jour de son système est une action entraînant souvent le besoin d'un spécialiste ?

      assurer la maintenance eux-mêmes?

      Assurer la maintenance est un concept bien large. Revenons à l'action de lancer des mises à jour régulières sur une distribution stable. Pour moi ça revient à remettre de l'essence dans sa voiture (je fais confiance au distilleur : il donne de la bonne came. Je fais confiance au distributeur, il indique bien sp98 sur la pompe sp98...). Tu appelles le garagiste pour ça pour faire le plein de ta voiture ?

      • [^] # Re: Confusion.

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Pour moi, faire une mise à jour c’est équivalent à modifier le moteur de la voiture. Dans ce cas là, si je n’était pas garagiste moi-même, oui, je m’adresserai à un spécialiste.

        Les analogies entre l’informatique et l’automobile à ses limites. D’ailleurs, les exemples cités (le tiens également) sont souvent mauvais.

        • [^] # Re: Confusion.

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Les analogies entre l’informatique et l’automobile à ses limites

          Ça n'a juste rien a voir (automobile = bien matériel, soft = bien immatériel) c'est pour ça que l'automobile est un mauvais domaine pour l'analogie avec l'info. A mon avis il vaut mieux se baser sur l'immobilier et la location où on retrouve beaucoup de concepts : l'architecte <=> le dev, le propriétaire <=> l'éditeur, le locataire <=> l'utilisateur. Le seul truc c'est qu'ici tu n'es jamais propriétaire de la maison que tu habites sauf cas particuliers (avec une licence spéciale ou si tu es le concepteur et l'éditeur du soft) et que généralement tu ne payes le loyer qu'une seule fois, voir pas du tout (freeware).

          Ici ça donnerait :
          - est-ce normal d'avoir un système qui change les sécurités de la maison sans intervention de l'habitant sur décision du proprio ?
          - est-ce imaginable de laisser un locataire vivre en société dans une maison insalubre ?
          - est-ce qu'il ne faut pas former les locataires à faire le ménage ?
          etc.

          • [^] # Re: Confusion.

            Posté par . Évalué à 3.

            "le locataire <=> l'utilisateur"

            Toute analogie à ses limites

        • [^] # Re: Confusion.

          Posté par . Évalué à 2.

          faire une mise à jour c’est équivalent à modifier le moteur de la voiture

          Oui au niveau des compétences requises pour comprendre l'action. Non pas au niveau des connaissances requises pour effectuer l'action. Ou alors, allons y et poussons le bouchon plus loin de ton comparatif : pourquoi les distributeurs font une applet de mises à jour qui ne nécessite qu'un click s'il s'agit de quelque chose de si compliqué qu'il nécessite l'intervention d'un spécialiste ? De l'autre côte : est ce qu'on trouve un joint de culasse au supermarché et qui s'installe tout seul ?

        • [^] # Re: Confusion.

          Posté par . Évalué à 4.

          il y a 7 ans de cela, j'ai changé le moteur de ma 205.
          Je ne suis pas garagiste, j'ai fait faire ma première vidange par un garage... mais à chaque fois que je suis allé au garage pour un truc (plaquettes, allumage, radiateur, ...) j'ai regardé comment il a fait et je n'y suis jamais allé 2 fois pour la même chose.

          Donc nul besoin d'être garagiste pour changer un moteur. Faut juste avoir les bons outils, la place, le temps, ne pas avoir peur et se poser les bonnes questions.

          La transcription de tout cela à l'informatique ?? j'en sais rien.
          Mais je pense que c'est juste un problème de se bouger le cul un peu et de se donner la peine de se demander ce qu'on fait et pourquoi le faire ainsi. Et les réponses ne manquent pas pour qui sait chercher sur le net (y'a pas que sur le web qu'on peut chercher...)

    • [^] # Re: Confusion.

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      les gens ont recours à des spécialiste (sauf s'ils en sont eux-mêmes) pour se soigner, pour construire leur maison, pour réparer et entretenir leur voiture, pour faire refaire l'électricité..

      Ce n'est pas si simple. Beaucoup de gens essayent de faire les choses par eux mêmes. On se retrouve tous un jour à réparer une fuite d'eau, changer un pneu ou faire son propre pain. Ça demande un peu d'effort, mais ça permet d'éviter de payer un spécialiste à prix d'or, d'acquérir des compétences et surtout d'être autonome.

      Un PC, même sous un OS libre, est une machine complexe et cette complexité enferme les utilisateurs.

      Pour les libérer, je ne pense pas qu'il faille masquer la complexité, mais plutôt faire des logiciels simples et surtout prévisibles.

      Appliquer aux mises à jours, cela veut dire:

      • appliquer les mises à jour de sécurité automatiquement. Ces mises à jour ne doivent pas changer le fonctionnement des logiciels, ni demander d'intervention de l'utilisateur.
      • mettre en place des "contrats de maintenance", comme les versions Long Term Support d'Ubuntu: une version d'un logiciel ou d'une distribution a une durée de vie, l'utilisateur doit savoir pour combien de temps il pourra l'utiliser sans faire de migration.
      • proposer d'installer les nouvelles versions à l'essai, sans écraser les anciennes et proposer des assistants pour migrer les données une fois la nouvelle version acceptée.

      http://devnewton.bci.im

      • [^] # Re: Confusion.

        Posté par . Évalué à 7.

        "Pour les libérer, je ne pense pas qu'il faille masquer la complexité, mais plutôt faire des logiciels simples et surtout prévisibles."

        Qui a oublié Unix est condamnée a le réinventer

      • [^] # Re: Confusion.

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        On se retrouve tous un jour à réparer une fuite d'eau, changer un pneu ou faire son propre pain.

        Sauf que la plupart des gens se renseigne et s'équipe en matériel adéquat pour effectuer ces actions. C'est que Grunt veut qu'ils fassent aussi dans ce cas.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # De drôles d' a priori...

    Posté par . Évalué à 7.

    Certains commentaires me laissent une drôle d'impression. Ils intériorisent et justifient les manques constatés par les utilisateurs !
    Pas d'accord.
    Un logiciel se doit de fonctionner. Un bug est un bug. Une mise à jour doit se terminer sans accroc.

    Ceci dit, je sais parfaitement que la fiabilité ne s'acquiert pas en un jour. Des bugs, on en trouve, des erreurs, il y en a. Alors, il faut informer et prévenir. Dire franchement ce qu'il en est.

    Vous faites une mise à jour complète du système ? Vous avez des chances sérieuses de ne pas redémarrer. De moins en moins sérieuses au fil des années mais bon, autant le savoir, préparez vos sauvegardes. Et voila.
    Mais quand vous rappelez à chaque démarrage à l'utilisateur qu'une mise à jour est disponible, voulez vous commencer.. et patati,patata, ne lui dites pas qu'il n'est pas compétent pour le faire !
    C'est aux distributions de s'adapter aux utilisateurs et d'éviter les 'onneries, et pas à Mamie Buntu d'appeler son SAV (qui d'ailleurs n'existe pas ) pour réparer le système qui ne fonctionne plus.

    • [^] # Re: De drôles d' a priori...

      Posté par . Évalué à 3.

      Tout à fait, on ne peut pas en vouloir au utilisateur dans ce cas d'espèce.

      Si Linux veut conquérir le desktop, il doit pas faire aussi bien que windows , mais mieux.
      Et cela doit etre irréprochable au niveau qualitatif.

      L'utilisateur ne doit pas avoir perdu au change, s'il teste un système GNU/Linux , sinon il sera dégouté (il sentira cela comme une régression ). Et l'écosystème perdra en crédibilité technique au yeux des utilisateurs. Hors les utilisateurs c'est une grande partie de personnes derrière un ordinateur (contrairement au administrateur ).
      Linux doit pouvoir faire des choix techniques , qui peuvent etre différent de Windows mais il doit etre cohérent avec lui meme, c'est à dire assumer jusqu'au bout ses propres choix.

      Et surtout que ces choix apporte un bénéfice à l'utilisateur et non une régression.

      Parfois meme en tant qu'admmin on se complait trop des incohérences du systèmes et on s'y est habitués...
      He bien il faut etre d'autant plus exigeant face à son système favoris, d'autant plus qu'on souhaite le promouvoir. Il faut etre plus exigeant face à son protégé car l'on veut qu'il donne le meilleur de lui meme. C'est cela qui fait gagner de la crédibilité, la recherche de l'excellence.

    • [^] # Re: De drôles d' a priori...

      Posté par . Évalué à 8.

      Tu pointes du doigt un problème intéressant: il y a une course à la fonctionnalité totalement effrénée, dans le monde du logiciel, qui laisse de côté les questions de sécurité et de bon fonctionnement.

      C'est du marketing (mené par le logiciel propriétaire, mais le libre tend à suivre le mouvement): il est plus vendeur de proposer aux gens un système "révolutionnaire" qu'un système stable et sécurisé. Surtout qu'ils sont habitués à la présence de bug.

      Dans un monde idéal, on responsabiliserait un peu plus les maillons de la chaîne, utilisateur comme éditeur.

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: De drôles d' a priori...

      Posté par (page perso) . Évalué à 9. Dernière modification le 09/12/11 à 13:59.

      Je dirais même que la problématique de la mise à jour est fondamentale. J'ai autour de moi un utilisateur qui avait adopté une distrib gnu/linux avec enthousiasme. Lorsqu'il a effectué une des dernières mises à jour, PAF plus de bordures de fenêtres. Que voulez-vous qu'il fasse ? Qu'il commence à chercher dans les forums ? Déjà ça part mal, il est très en colère car il n'a pas l'impression d'avoir cassé quoique ce soit, il a juste accepté une mise à jour. Et maintenant, il doit aller fouiller sur le web pour réparer son environnement. Que croyez-vous qu'il fait ? Bin il a réinstallé son système car il ne se sentait pas capable de le réparer sans y perdre un temps fou.
      Et ça c'était la première fois.
      La seconde fois qu'il a eu un soucis suite à une mise à jour, il a réinstallé Windows.

      • [^] # Re: De drôles d' a priori...

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Et sous Windows, il fait comment? Il ne fait aucune mise à jour?

        http://devnewton.bci.im

        • [^] # Re: De drôles d' a priori...

          Posté par . Évalué à 6.

          Sous Windows les mises a jour cassent très rarement l'OS, si ça arrive ça fait le gros titre du web.

          • [^] # Re: De drôles d' a priori...

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Parce que les mises à jour ne mettent rien à jour vu que le nombre de bibliothèques partagées vraiment partagées est au strict minimum ce qui fait que chaque logiciel doit se mettre à jour tout seul ce que peu font.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Mises à jour

              Posté par . Évalué à 4.

              chaque logiciel doit se mettre à jour tout seul ce que peu font.

              Ça fait encore beaucoup trop dans certains cas.

              J’ai vu récemment un vieux portable sous XP avec 512 Mo (souvenons-nous : les premières machines sous XP ont été vendues avec ça) : inutilisable pendant un certain temps après l’ouverture de session. Il y a un certain nombre de logiciels (Adobe Reader, Java...) qui lancent chacun de son côté une vérification de la disponibilité d’une mise à jour sans demander son avis à l’utilisateur ; ça fait swapper la machine pendant un bon moment !

              À côté, la consommation mémoire de yum, c’est le rêve : 200 Mo pour ça, c’est calamiteux, mais il ne s’en lance pas une demi-douzaine en même temps !

              Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

              • [^] # Re: Mises à jour

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                souvenons-nous : les premières machines sous XP ont été vendues avec ça

                C'était plutôt 256Mo.

                ça fait swapper la machine pendant un bon moment !

                Mais ce n'est pas lié à l'utilitaire de mise à jour, c'est surtout parce qu'il est codé à la va-vite. (et qu'il n'y a pas un logiciel pour tous, ce qui pourrait très bien se faire mais c'est un autre débat)

                « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: De drôles d' a priori...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            On ne parle pas des mêmes mises à jour. Il faut bien distinguer les mises à jour de sécurité ou de correction de bogues, et les changements de version.

          • [^] # Re: De drôles d' a priori...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Dans le monde Windows, l'équivalent d'une mise à jour d'une distribution Linux, c'est par exemple le passage de XP à Vista et la migration de toutes les applications.

            On ne peut pas dire que ça ne casse rien.

            http://devnewton.bci.im

            • [^] # Re: De drôles d' a priori...

              Posté par . Évalué à 2.

              Dans le monde Windows, l'équivalent d'une mise à jour d'une distribution Linux, c'est par exemple le passage de XP à Vista et la migration de toutes les applications.

              Tu as raison. Sauf que Windows XP est sorti en 2001 et il est supporté jusqu'en 2014. Ubuntu LTS est supporté pendant 3 ans, pour Debian ça donne grosso modo la même chose. Le libre bouge beaucoup plus, c'est aussi pour cela qu'on l'aime mais pour des utilisateurs, ça peut être déstabilisant.

              • [^] # Re: De drôles d' a priori...

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Je pense pas que la longue durée de vie d'XP était voulue : c'est juste qu'ils ont eu un mal de chien à sortir un remplaçant correct (je parle de 7, pas de vista).
                Parce que sinon, les sorties de windows avant xp étaient quand même assez fréquentes (on va dire autant que Debian) :
                Win 95 => 1995
                Win 98 => 1998
                Win millenium => 2000
                Win xp => 2001

                It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

      • [^] # Re: De drôles d' a priori...

        Posté par . Évalué à 2.

        C'est vrai qu'il faut de la patience pour résister à la tentation de retourner sous windows dans ces cas là.
        Mais d'un autre côté, lorsque tu es un utilisateur de base (ou comme moi), tu ne personnalises pas à mort ton environnement, une réinstall ne prend pas beaucoup de temps. Si en plus tu as un /home sur une partition à part, tes programmes retrouvent instantanément leur configuration. Je parle de la configuration de Mme Michu : compte mail et mots de passes, favoris du navigateur, login/mdp enregistrés ...

        • [^] # Re: De drôles d' a priori...

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Même au bout de 10 plantages sous Windows, Mme Michu trouvera toujours un pigeon pour lui réparer sa configuration et lui installer un troisième antivirus et un second firewall. Sous linux, le bon samaritain finira par l'ennuyer en lui disant de lire la documentation et d'adopter de bonnes pratiques au lieu d'être son esclave numérique.

          http://devnewton.bci.im

      • [^] # Re: De drôles d' a priori...

        Posté par . Évalué à 5.

        Il avait quoi comme distribution?

        • [^] # Re: De drôles d' a priori...

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          La plus connue du grand public....j'ai nommé, ArchLinux Ubuntu.

          • [^] # Re: De drôles d' a priori...

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            En version normale ou en LTS? Il a fait un simple dist-upgrade ou il est carrément passer à une version supérieure?

            http://devnewton.bci.im

            • [^] # Re: De drôles d' a priori...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              C'est un utilisateur qui aime passer de nouvelle version en nouvelle version pour pouvoir suivre d'assez prêt l'évolution de ses logiciels, comme il le faisait sous Windows.
              D'après lui, il a à chaque fois accepté la mise à jour de ses distribs via le clickodrome.
              À cet utilisateur, si je commence à lui parler des apt-tools, je le perds directement.

              • [^] # Re: De drôles d' a priori...

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Il aurait fallu bien lui expliquer la philosophie de sa distribution (normale ou LTS), la différence entre mise à jour des logiciels et changement de version majeure de l'OS.

                Ce que ne comprenne pas les gens venus du monde Microsoft, c'est qu'une distribution est un ensemble cohérent entre l'OS, ses composants et les logiciels. Cette cohérence permet d'éviter le pourrissement du système que l'on voit souvent sous Windows, mais elle déçoit certains utilisateurs qui veulent toujours les dernières versions.

                Pour eux, il faudrait peut être une distribution sans gestionnaire de paquets, avec des logiciels qui s'installent indépendamment avec toutes leurs dépendances liés statiquement...

                http://devnewton.bci.im

                • [^] # Re: De drôles d' a priori...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  la différence entre mise à jour des logiciels et changement de version majeure de l'OS.

                  Ou alors, il aurait fallu installer une distribution sans cassage majeur de l’OS mise à jour majeure de l’OS. Une rolling release quoi.

                  • [^] # Rolling release

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Encore faudrait-il une distribution en rolling release adaptée à l’utilisateur lambda.

                    Une qui te dit « le démon cups s’appelle dorénavant cupsd, vous devriez modifier rc.conf », ça me va très bien, mais je ne suis pas sûr pour les Michu...

                    Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

                • [^] # Re: De drôles d' a priori...

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Pour eux, il faudrait peut être une distribution sans gestionnaire de paquets, avec des logiciels qui s'installent indépendamment avec toutes leurs dépendances liés statiquement...

                  Il me semble qu’il y en avait une de ce genre-là (avec chaque logiciel installé dans son propre répertoire avec toutes ses dépendances), mais je ne me souviens plus de son nom.

                  Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

                  • [^] # Re: De drôles d' a priori...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    Il me semble qu’il y en avait une de ce genre-là (avec chaque logiciel installé dans son propre répertoire avec toutes ses dépendances), mais je ne me souviens plus de son nom.

                    PC-BSD propose un écosystème mixte, mélangeant les ports FreeBSD et les push-button installed applications, des programmes qui trimballent toutes leurs dépendances avec eux.

                    Cf.: http://www.pcbsd.org http://www.pbidir.com

                    • [^] # Re: De drôles d' a priori...

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Il y aussi la voie 0 Install, disponible dans les distributions (zeroinstall-injector pour Debian). Cette solution aurait pu être prometteuse, mais la quasi-absence de logiciels distribués sous cette forme la rend difficilement utilisable en pratique… et, à mon avis, pour la plupart des usages, un gestionnaire de paquet classique est plus utile.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.