Journal L'anthropologie des hackers

Posté par . Licence CC by-sa
42
10
avr.
2012

Salut à vous !

Lecteur fidèle de Linuxfr.org qui se décide enfin à participer au contenu en mouvement d'un site qu'il apprécie, je suis. Voici ma première contribution !

Ma réserve vient certainement du fait que je ne suis pas un expert en informatique — un simple utilisateur de GNU/Linux, mais fervent défenseur du "monde du libre" — ; je souhaite toutefois vous faire partager un domaine, que j'étudie pour ma thèse de philo (philosophie et informatique, cela ne fait pas toujours bon ménage, surtout pour les esprits poussiéreux qui hantent les couloirs des facultés, et pourtant, la jonction me paraît évidente, voire essentielle… Par exemple, avec le projet GNU).

http://www.theatlantic.com/technology/archive/2010/09/the-anthropology-of-hackers/63308/

Dans l'article que je vous propose, il ne s'agit pas exactement de philosophie mais d'anthropologie. Cela ne nous apprend pas grand chose d'un point de vue technique, et cela peut même provoquer l'impression que ces gens découvrent le fil à couper le beurre, quand ils parlent de PGP ou de phreaking. Gabriella Coleman a néanmoins l'approche intéressante de l'anthropologue qui permet de mettre en évidence les aspects sociaux et culturels d'une réalité immédiate, et d'offrir de nouvelles perspectives à un domaine crucial, qui mérite d'être davantage étudié. Et cela fait toujours plaisir de percevoir cet intérêt chez des universitaires en sciences humaines qui ne tombent pas dans l'académisme, et prennent le risque de traiter une contemporanéité souvent méconnue et pourtant capitale — mais il doit s'agir là d'une appréciation plus personnelle.

L'article publié dans "The Atlantic" présente aussi l'intérêt de mettre en avant de nombreux autres textes, du célèbre bouquin de Steven Levy "Hackers: Heroes of the Computer Revolution" à un texte très intéressant de David Graeber "Fragments of an Anarchist Anthropology".

Si vous souhaitez lire certaines études de Gabriella Coleman, je vous conseille de faire un tour sur son site. Il y a de nombreuses études disponibles, et même une sur debian (The Social Production of Ethics in Debian and Free Software Communities, publiée sur le site de Benjamin Mako Hill).

Bonne lecture,

Rodhlann

  • # !

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Et cela fait toujours plaisir de percevoir cet intérêt chez des universitaires en sciences humaines qui ne tombent pas dans l'académisme, et prennent le risque de traiter une contemporanéité souvent méconnue et pourtant capitale

    FOUTAISES !!!

    • [^] # Re: !

      Posté par . Évalué à 6.

      Kamoulox!

    • [^] # Re: !

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je me dévoue parce que le pauvre ne va rien comprendre…
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Business_loto

    • [^] # Re: !

      Posté par . Évalué à 5.

      Blague à part, il/elle a raison : c'est cool que des gens qui font de la socio (ou autre machin approchant) s'intéressent aux geeks.

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: !

        Posté par . Évalué à 8.

        Il faut bien étudier les comportements déviants…

        --->[]

        • [^] # Re: !

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Il faut bien étudier les comportements débians…

          --->[--->[]]

          La réalité, c'est ce qui continue d'exister quand on cesse d'y croire - Philip K. Dick

          • [^] # Re: !

            Posté par . Évalué à 3.

            Il y a une étude sociologique qui a été faite sur la communauté débian.

            Lazaro Christophe, La liberté logicielle : une ethnographie des pratiques d’échange et de coopération au sein de la communauté Debian
            Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, Anthropologie prospective n° 2, 2008, 253p.

            http://rsa.revues.org/177

            Je recommande de le lire cela reflecte bien l'état d'esprit et les codes de la communauté (merci à l'anthropologie participative au passage )

      • [^] # Re: !

        Posté par . Évalué à 4.

        Moi je veux bien mais il fait ca sous vi ou sed ?
        Il utilise quelle version du noyau FreeBSD chez lui ?
        Est-ce qu'il exclue préventivement les utilisateurs de Gnome Shell dans son étude ?

        • [^] # Re: !

          Posté par . Évalué à 7.

          Merci pour la précision sur le business loto, j'entravais que dalle…

          Je prêche et je pratique.

          Je te répondrais bien Emacs, Hurd, openbox. Mais en réalité, le support de ces études pour ma part, c'est plutôt LibreOffice, une bonne vieille Debian GNU/Linux, et… J'utilise Gnome-shell (en version 3.2 en plus…).

          Aucune discrimination dans les études, si ce n'est des considérations soupçonneuses quant à l'utilisation de KDE… C'est peut-être le complot nokia qui doit tourmenter l'oeil vitreux du chercheur…

          • [^] # Re: !

            Posté par . Évalué à 5.

            des considérations soupçonneuses quant à l'utilisation de KDE

            C'est bon les gars, il est des notres

            • [^] # Re: !

              Posté par . Évalué à 5.

              Depuis mon KDE sans flash-nonfree, « la vidéo est actuellement non disponible »…

              Comme je ne doute pas de ton engagement fort envers le libre, tu pourras sans doute me filer un lien directe vers la vidéo ? C'est une méthode assez ancienne, mais qui marche tout à fait bien.

              C'est marrant comme un fil sur des logiciels libres finit par une vidéo flash sur youtube, sans doute interdite de diffusion par le droit d'auteur…

              • [^] # Re: !

                Posté par . Évalué à 5.

                Pour le flash-nonfree, je peux te conseiller la page youtube.com/html5 qui te permet en t'inscrivant de visionner tout plein de vidéos que google a converties, ce qui te permettra de contourner le souci du flash-nonfree pour une (grosse) partie des vidéos.

                En ce qui concerne mon engagement fort envers le libre, je ne saurais te dire. Je passe pour un extraterrestre face aux amis windowsiens, et sûrement pour un rigolo face à un gourou avec sa barbe plus longue qu'un jour sans patch KDE avec mes Ubuntu pleins de non-free à la maison et la Debian sur mon serveur, si libre soit-elle. Donc je ne souhaite pas me placer dans une catégorie.

                Néanmoins c'est toi qui part de l'hypothèse de mon engagement fort envers le libre, je n'ai jamais rien dit de tel (ca serait prétentieux de ma part en plus, et puis je t'ai pas dis, j'ai un téléphone Android !)

                Enfin, tu mentionne ce fil comme "un fil sur les logiciels libres", moi si je regarde le sujet du journal : L'anthropologie des hackers, la corrélation entre les hackers et le logiciel libre existe mais n'est pas absolue. Et le sujet de la discussion qui nous a amené à me faire mesurer la taille de mon engagement envers le libre partait sur une blague business loto puis une autre blague sur l'engagement présupposé de l'auteur du journal, mais je pense que l'auteur du journal a compris la blague.

                PS: la vidéo que tu ne peux pas voir est un extrait de "La vie de Brian" des Monty Pythons dans lequel on voit ledit Brian intégrer le People's Front of Judea, avec cet échange mémorable et que l'on pourrait mettre à toutes les sauces, y compris pour la "communauté du logiciel libre" (je mets des guillemets parce que il n'y a pas d'unité donc mettre une étiquette est une hérésie).

                J'invoque le droit à la citation courte pour ce passage trouvable facilement par ailleurs.
                Bref, l'échange en question dit :
                > Reg Right. You're in. Listen. The only people we hate more than the
                > Romans are the fucking Judean People's Front.
                > PFJ Yeah
                > Judith Splitters.
                > Francis And the Judean Popular Peoples Front.
                > PFJ Oh yeah. Splitters.
                > Loretta And the peoples Front of Judea.
                > PFJ Splitters.
                > Reg What?
                > Loretta The Peoples front of Judea. Splitters.
                > Reg We're the Peoples front of Judea.
                > Loretta Oh. I thought we were the Popular Front.
                > Reg Peoples Front.
                > Francis Whatever happened to the Popular Front, Reg?
                > Reg He's over there.

                • [^] # C'est malin

                  Posté par . Évalué à 2.

                  J'ai envie de revoir Life of Brian maintenant

                  • [^] # Re: C'est malin

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Tout bon geek a dans sa videothèque "La vie de Brian" et "Sacré Graal", et juste à coté une vieille édition du "Guide du routard galactique" datant d'avant le procès gagné par le Guide du routard.

                    Je t'invite à rafraichir ta mémoire à l'aide de ce merveilleux film !

  • # Philosophie du hack

    Posté par . Évalué à 5.

    Philosophie et informatique vont très bien ensemble, à fortiori dans les mouvements de hackers.

    "Toute valeur n'entraîne pas la révolte, mais tout mouvement de révolte invoque tacitement une valeur." Albert Camus - L'Homme révolté (1951)

    • [^] # Re: Philosophie du hack

      Posté par . Évalué à 3.

      Je suis totalement d'accord avec toi.

      D'ailleurs, Camus est un très bon exemple. Sa pensée se combine en effet avec le mouvement des hackers, particulièrement sur ses aspects libertaires et le principe de révolte face à l'absurde.

      Et il y a tellement de liens, et à tous les niveaux. Quelques exemples : en philosophie des sciences avec la question du savoir et de la connaissance déterminés par une informatique binaire et les nouvelles possibilités qu'offrira l'informatique quantique, la question de la consistance des mondes persistants (genre WoW) sur la notion de réel, de virtuel ou d'identité, ou encore les multiples implications politiques (au niveau de la propriété intellectuelle mais aussi de l'action politique ou encore de la structure internationale de projets sur le Net…), etc.

      Je m'emballe un peu, mais j'adore ce sujet. Le problème, c'est que les profs de philo ne sont pas très ouverts (et connaisseurs) de ces domaines, et ça malheureusement on le constate surtout en Europe… Certains profs avec qui je discutais du sujet ont été refroidis lorsque j'ai évoqué la question de l'identité humaine face à la téléportation quantique (nous serions peut-être nous aussi simplement de l'information binaire) ou l'impact du crypto-anarchisme sur la politique… Ils m'ont pris pour un drôle de zigoto qui devrait plutôt retourner se planter devant Star Trek. Les scientifiques sont beaucoup plus ouverts à ces sujets. Peut-être, parce qu'ils les comprennent mieux. Tout simplement.

      En tout cas, le sujet mérite d'être traité abondamment. J'essaie d'apporter ma petite contribution, je suis en train d'écrire un article sur le sujet (philo et hackers, publié en copyleft bien sûr, LAL), je vous en ferai part avec plaisir. C'est toujours plus intéressant d'avoir l'avis de spécialistes.

      • [^] # Re: Philosophie du hack

        Posté par . Évalué à 8.

        e problème, c'est que les profs de philo ne sont pas très ouverts (et connaisseurs) de ces domaines, et ça malheureusement on le constate surtout en Europe… Certains profs avec qui je discutais du sujet ont été refroidis lorsque j'ai évoqué la question de l'identité humaine face à la téléportation quantique (nous serions peut-être nous aussi simplement de l'information binaire) ou l'impact du crypto-anarchisme sur la politique… Ils m'ont pris pour un drôle de zigoto qui devrait plutôt retourner se planter devant Star Trek. Les scientifiques sont beaucoup plus ouverts à ces sujets. Peut-être, parce qu'ils les comprennent mieux. Tout simplement.

        Fut un temps où, pour se déclarer philosophe, il fallait être un scientifique accomplit…

        • [^] # Re: Philosophie du hack

          Posté par . Évalué à 2.

          il existe la branche de la philosphie des sciences. Je pense que là on est mieux compris (j'adore celle portant sur la cybernétique )

      • [^] # Re: Philosophie du hack

        Posté par . Évalué à 1.

        Pour les mondes persistants, je m'intéresse plus à Second Life (et/ou OpenSim) ou l'on trouve des "ateliers de réflexion" assez intéressants, notamment au KIRA institute, et ca vire souvent à la philo au MICA.

        C'est à la fois un "lieu" (avec une "histoire") et un "espace" (avec des repères). Un peu comme la tribune mais en 3D et avec des gens intéressants.

    • [^] # Re: Philosophie du hack

      Posté par . Évalué à 5.

      Philosophie et informatique vont très bien ensemble, à fortiori dans les mouvements de hackers.

      Et quand ça se passe mal ça créé un Sam Wang.

    • [^] # Re: Philosophie du hack

      Posté par . Évalué à 2.

      tout mouvement de révolte invoque tacitement une valeur.

      La faim c'est une valeur?

      • [^] # Re: Philosophie du hack

        Posté par . Évalué à 1.

        La faim non, mais le partage oui :-)

        Si tu te révolte parce que tu as faim, en général c'est que tu penses que certains t'empêche d'avoir accès à la nourriture.

  • # Le cas Zino

    Posté par . Évalué à -10.

    Merci de ton partage.

    Tu t'es penché sur le K-Zino ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.