Journal Conséquences sociales des cryptomonnaies - 2

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
-30
11
déc.
2017

Quelle sera le premier impact important de la généralisation de l'utilisation des crypto-monnaies ? Je pense que les investisseurs vont se détourner de l'épargne classique et que les cours en bourse de ces valeurs vont diminuer progressivement puis subitement s'effondrer. Ensuite, ce seront les monnaies traditionnelles (€, $, Yen…) qui vont perdre de leur valeur puis s'effondrer les unes après les autres. On pourra se chauffer en brûlant les billets.

  • # ta compréhension des instruments financiers me semble pour le moins ténue

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Tu peux déjà te chauffer en brûlant de l'argent indirectement, il suffit de miner des bitcoins.

    pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

  • # Je pense que …

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Il est bien triste ton avis sur la pensée !
    Plus sérieusement, il y en a qui spéculent sur la valeurs des crytpos, et toi tu spécule sur l'avenir de celles-ci. Mais quels sont tes arguments, en dehors bien sûr de ce que te dit ta boule de cristal ?

    « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

    • [^] # Re: Je pense que …

      Posté par . Évalué à 10.

      Plus sérieusement, il y en a qui spéculent sur la valeurs des crytpos, et toi tu spécule sur l'avenir de celles-ci. Mais quels sont tes arguments, en dehors bien sûr de ce que te dit ta boule de cristal ?

      Il fait de la prédiction auto-réalisatrice. En disant que ça va monter, il essaie de convaincre d'autres personne que ça va monter et donc, ces personnes vont acheter des bitcoins et donc le cours va monter et donc, sa prédiction se réalisera. En fait, il a des bitcoins et il essaie de se convaincre qu'il n'a pas jeté son argent dans le chaos binaire.

      • [^] # Re: Je pense que …

        Posté par (page perso) . Évalué à -2. Dernière modification le 12/12/17 à 12:20.

        Ce serait pertinent s'il était expert chez Bloomberg, mais là … comment dire ?
        D'autant que les investisseurs institutionnels sont déjà là. J'ai la cagne de chercher des sources.

        « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

        • [^] # Re: Je pense que …

          Posté par . Évalué à 5.

          Bien au contraire ! En ces temps de complotisme, pour que ça fonctionne pleinement, il faut que la masse y croit et qu'il y ait plein de témoignages de personnes lambda qui disent que ça marche. Un témoin Bloomberg, tu sens qu'il essaie de t'enfler, alors là, NumOpen de LinuxFR, on peut avoir confiance.

  • # Moi, oracle

    Posté par . Évalué à 10.

    Avant d'en arriver là, je pense que l'impact le plus important de la généralisation du BC sera une augmentation fulgurante de ses frais de fonctionnement et une réduction dramatique du nombre de serveurs capables de traiter toute la chaîne.

    Mais on peut aussi imaginer que les investisseurs vont se jeter massivement sur le néant absolu représenté par la valeur ajoutée potentiellement créé par le BC et les problèmes qu'il résout tels que la richesse insuffisante des premiers arrivants.

    Surtout que le BC vient de rentrer en bourse, comme n'importe quelle autre monnaie puisque ses défenseurs nous ont expliqué ici même en long en large et surtout en travers que c'était une monnaie comme les autres, faite pour acheter et vendre biens, services, et doux rêves.
    Ah, mais non, les monnaies ne s'échangent d'habitude pas en bourse. C'est sans doute que le BC est une monnaie comme les autres mais exceptionnelle donc on fait ce qu'on veut sans que ça change rien à l'histoire, y compris en faire un produit financier qui est une monnaie et vice-versa.

    Il faut dire que toute entreprise fructueuses se doit d'avoir plusieurs choses:
    -un problème à résoudre que personne d'autre n'attaque, ou avec des solutions moins efficaces, qui est ici la richesse insuffisante des premiers entrants
    -des gens prêts à payer pour résoudre ce problème, et aussi curieux que ça puisse paraître, on en trouve vraiment beaucoup
    -de la matière première, et ça c'est inépuisable, puisque reposant sur du rien, et le rien, on n'en manquera jamais

    Le BC est donc une entreprise un produit financier de spéculation une monnaie un sujet de conversation qui a de l'avenir!

    • [^] # Re: Moi, oracle

      Posté par . Évalué à 5.

      Ah, mais non, les monnaies ne s'échangent d'habitude pas en bourse.

      J’ai pas compris, c’est du cynisme ça ? Non parce que https://fr.wikipedia.org/wiki/Forex quand même…

      • [^] # Re: Moi, oracle

        Posté par . Évalué à 5.

        Il y a bien un marché du change pour les devises mais c'est un marché en gré à gré, pas une place boursière comme pour les actions ou les obligations.

        • [^] # Re: Moi, oracle

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Tu peux expliquer la différence que tu penses qu'il y a entre « un marché de gré à gré » et « une place boursière » ?

          pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

          • [^] # Re: Moi, oracle

            Posté par . Évalué à 3.

            C'est comme la différence entre le bon et le mauvais chasseur ;)

            Plus sérieusement, tu n'investis jamais sur une monnaie : on ne peut que spéculer sur une monnaie (va t-elle monter ou pas) d'où la notion de marché. Alors qu'on peut investir dans une action/entreprise : tu peux estimer que l'entreprise va créer de la richesse mais que pour se lancer elle a besoin de fond. Elle peut donc émettre des actions dans une bourse pour emprunter de l'argent.
            Pour te récompenser de ta prise de risque l’entreprise te récompense chaque année avec des dividendes.

            • [^] # Re: Moi, oracle

              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

              Plus sérieusement, tu n'investis jamais sur une monnaie : on ne peut que spéculer sur une monnaie (va t-elle monter ou pas) d'où la notion de marché.

              Tu peux faire aussi une réserve de changes. Si par exemple tu as beaucoup de paiements à faire dans une monnaie particulière (genre si tu achètes du pétrole en masse, il est conseillé d'avoir des dollars sous la main). Ou si justement tu souhaites éviter d'être dépendant d'une monnaie. En effet, si tu as tout ton capital en dollar et que ce dernier chute car le gouvernement américain a fait de grosses merdes et que personne n'y croit plus, tu peux tout perdre. Ce n'est pas forcément gênant quand tu es américain qui ne vit qu'aux États-Unis, mais pour des entreprises ou personnes plus mobiles, ça a son importance.

              Bref, ces marchés ce n'est pas que de la spéculation. Il y a aussi de vrais besoins derrière.

            • [^] # Re: Moi, oracle

              Posté par . Évalué à 2.

              Plus sérieusement, tu n'investis jamais sur une monnaie : on ne peut que spéculer sur une monnaie (va t-elle monter ou pas) d'où la notion de marché.
              […]
              Pour te récompenser de ta prise de risque l’entreprise te récompense chaque année avec des dividendes.

              Mouais, la bourse ça marche pas tellement sur les dividendes, mais surtout sur la spéculation. Et les matières premières aussi s'échangent en bourse (regarde l'incidence des marchés sur les prix du blé, par exemple) ; ça a exactement les mêmes limitations que celles que tu veux mettre sur les monnaies.

              Enfin sur la monnaie et la bourse, tu pourra noter que les marchés attaquent les banques centrales pour maximiser leurs profits. C'est notamment ce qu'ont fait les hedge funds sur la Grèce, l'Espagne et le Portugal (et certaines banques avec l'argent qu'on leur a prêté pour ne pas se péter la gueule afin de nous rembourser vite et pas payer trop cher—il vaut mieux que ce soit le contribuable).

              • [^] # Re: Moi, oracle

                Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 12/12/17 à 11:13.

                Et les matières premières aussi s'échangent en bourse

                Ce sont des richesses donc on spécule dessus mais les matières premières ne créent pas directement de richesse, ce sont les entreprises qui transforme ces richesses en une autre et qui crée une valeur ajoutée. Donc tu peux investir et spéculer dans une entreprise (tu peux avoir des revenus grâce à la valeur ajouté crée par une entreprise ou parce que le cours de son action monte) mais tu ne peux que spéculer sur les matières première et les devises (ton seul espoir de gain est que le cours monte)

                Mouais, la bourse ça marche pas tellement sur les dividendes, mais surtout sur la spéculation.

                J'avoue ne pas être expert en économie et je suis sans doute naïf sur la question

                Pour être franc, je déteste l'idée que quelqu'un achète une action dans le but de la revendre plus tard à un meilleur prix. Je ne suis pas contre le fait de revendre les obligations/actions mais d'après moi lorsqu'on investit on devrait le faire sur du long terme et pas sur du court terme.

                Un journal parlait d'une religion récemment celle des indicateurs, cette religion existe à cause des actionnaires qui veulent que leurs actions montent (et leur dividende aussi).

                Le système n'est pas mauvais en soi (c'est une sorte d'emprunt pour aider une entreprise à investir) mais c'est ce qu'on en fait actuellement : acheter pour revendre dans la même journée pour plus cher etc.

                Encore une fois je suis sans doute quelqu'un de naïf sur ces questions là

                • [^] # Re: Moi, oracle

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  mais tu ne peux que spéculer sur les matières première et les devises (ton seul espoir de gain est que le cours monte)

                  Comme je l'ai dit plus haut, tu peux échanger des devises en bourse pour d'autres considération que la spéculation : réserve de changes pour des paiements réguliers dans d'autres devises, avoir ton capital dans plusieurs devises pour éviter de tout miser sur une seule monnaie, etc.

                  Pour les matières premières, c'est un moyen comme un autre d'en acheter. Quand tu fais du gros, tu n'as pas toujours des contrats avec des fournisseurs fixes dans le temps. Si ton volume est élevé cela peut être nécessaire.

                  La bourse n'est qu'un marché, qui permet la rencontre de vendeurs et d'acheteurs autour de certains produits qui peuvent être physiques (matières premières) ou immatérielles comme la monnaie ou une action d'une entreprise. La spéculation existe, comme dans tout marché, mais ce n'est pas le but premier de la bourse, ni même l'usage que font la totalité des gens dessus.

                  Sinon on peut aussi dire que eBay, les brocantes ou ton marché de fruits en bas de chez toi sont des endroits de spéculation. Certains vivent uniquement d'achat de produits physiques pour les revendre plus chers sans nécessairement les retravailler. C'est plus chiant mais tu peux le faire, et si tu t'y connais c'est même plus sûr que la bourse pour spéculer.

                  Donc non, il n'y a pas de produits qui ne sont que de la spéculation en bourse. Après cela n'empêche pas certains acteurs de ne faire que cela pour gagner de l'argent.

                  • [^] # Re: Moi, oracle

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Sinon on peut aussi dire que eBay, les brocantes ou ton marché de fruits en bas de chez toi sont des endroits de spéculation.

                    Sur ebay, tu doit même pouvoir faire comme en bourse : promettre de vendre à un prix alors que tu n'as pas l'objet, en pariant sur ta capacité à l'acheter moins cher que ton prix de vente d'ici à la date limite de livraison…

                • [^] # Re: Moi, oracle

                  Posté par . Évalué à 7.

                  Encore une fois je suis sans doute quelqu'un de naïf sur ces questions là

                  Quand tu dis «revendre dans la même journée», en fait, de nos jours, ça serait plutôt «revendre dans la même seconde». Avec le trading haute fréquence, l'idée est de pouvoir faire des micro bénéfices sur des volumes gigantesques et donc d'échanger en permanence. Ta vision de l'actionnaire qui aide une entreprise à investir relève du romantisme, un peu comme le chercheur dans sa cave.

                  • [^] # Re: Moi, oracle

                    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

                    Ta vision de l'actionnaire qui aide une entreprise à investir relève du romantisme, un peu comme le chercheur dans sa cave.

                    Il y en a. À peut prêt tous les actionnaires qui assistent aux AG et bilans annuels de la boîte, ceux qui investissent sur le long terme sur une action (et il y en a beaucoup qui le font). De même que ceux qui font du rendement garanti (genre assurance vie) évitent le trading haute fréquence et sont dans le long terme notamment en achetant les dettes étatiques.

                    Bref, le monde de la Bourse n'est pas idéale, mais tout de même.

                    • [^] # Re: Moi, oracle

                      Posté par . Évalué à 2.

                      On peut même dire que si tout mouvement en bourse avait une vision court-terme il n'y aurait pas de startups, pas de google, facebook ou tesla et Apple serait probablement mort et enterré depuis belle lurette.

                      • [^] # Re: Moi, oracle

                        Posté par . Évalué à 2.

                        On peut même dire que si tout mouvement en bourse avait une vision court-terme il n'y aurait pas de startups

                        Les investisseurs en startups, souvent, ils fixent une date (au moins ) et/ou des conditions de sorties… Et les fonds d'investissements sont créés pour une durée déterminée… (Libre à toi, ceci dit, de considérer des investissement sur 2 à 5 ans comme du long terme).

                        Des investisseurs en startup (au moins en seeding/développement) qui visent à se rémunérer sur le jour où tu leur versera des dividendes, à ma connaissance, ça court pas les rues.

                        • [^] # Re: Moi, oracle

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Je ne pensais pas aux dividendes mais plutôt en opposition au trading à haute fréquence sur des marchés tels que le forex comme décrit par Rewind 4 posts plus hauts.

                        • [^] # Re: Moi, oracle

                          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                          Si le but c'est d'investir dans le sens de faire croître une boîte, miser sur des dividendes me semble contre productif. C'est de l'argent que la boîte aurait pu investir en elle-même plutôt que de le distribuer aux actionnaires. Alors que si tu revends à un prix plus élevé, la boîte gagne en valeur tout en pouvant réinvestir et croître.

                          A priori les deux approches me semblent valide mais j'ai du mal à comprendre pourquoi certains commentaires trouvent problèmatique le gain sur la revente.

                          pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

                          • [^] # Re: Moi, oracle

                            Posté par . Évalué à 1.

                            alors que si tu revends à un prix plus élevé, la boîte gagne en valeur tout en pouvant réinvestir et croître.

                            sauf erreur de ma part quand tu revends une action, la boite n'en voit pas la couleur : la boite émet des actions et ensuite les actions vivent leur vie. Le seul avantage, c'est que les parts qui appartiennent encore à la boîte peuvent être réémis plus cher. Mais si tu veux retrouver ton indépendance il faudra y mettre le prix.

                            C'est de l'argent que la boîte aurait pu investir en elle-même plutôt que de le distribuer aux actionnaires

                            Mais qui investirait dans une société sans une contrepartie ? Cette argent elle l'a aussi grâce à toi et il est normal de te remercier du risque que tu as pris.

                            • [^] # Re: Moi, oracle

                              Posté par . Évalué à 3.

                              Mais qui investirait dans une société sans une contrepartie ?

                              Tout ceux qui ont des parts de GOOG, AMZN, TSLA, EBAY et un bon paquet d'autres ? (la question n'était pas pourquoi)

                              • [^] # Re: Moi, oracle

                                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                Outre ma réponse précédente (la boîte préfère investir en elle-même et les actionnaires espèrent revendre plus cher), une autre réponse possible au « pourquoi » est que dans certaines juridictions fiscales, on est taxé sur les dividendes mais pas sur les gains à la revente.

                                pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

                            • [^] # Re: Moi, oracle

                              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                              Même sans revendre les actions, leur valeur peut être utilisée comme contrepartie pour emprunter de l'argent par exemple.

                              pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

                            • [^] # Re: Moi, oracle

                              Posté par . Évalué à 2.

                              une societe n'a pas verser un seul dividende pendant 17 ans apres son introduction en bourse et elle existe encore c'est une grosse boite de l'informatique

                            • [^] # Re: Moi, oracle

                              Posté par . Évalué à 1.

                              sauf erreur de ma part quand tu revends une action, la boite n'en voit pas la couleur

                              Effectivement, c'est l'actionnaire qui prend l'argent.

                              la boite émet des actions et ensuite les actions vivent leur vie.

                              Pas tout à fait, en général les actionnaires sont liés par un pacte d'associé ; dedans il peut y avoir des conditions permettant aux autres actionnaires d'être prioritaires ou de pouvoir s'opposer à une vente qui irait contre leurs intérêts.

                              C'est de l'argent que la boîte aurait pu investir en elle-même plutôt que de le distribuer aux actionnaires

                              Mais qui investirait dans une société sans une contrepartie ? Cette argent elle l'a aussi grâce à toi et il est normal de te remercier du risque que tu as pris.

                              C'est là l'intérêt que les actionnaires se rémunèrent sur la revente des actions plutôt que sur les dividendes. L'avantage d'un actionnaire à laisser la société réinvestir ses bénéfices plutôt que de verser des dividendes, c'est que ces bénéfices vont être utilisés pour créer de la richesse, donc augmenter la valorisation de la société, et donc la valeur de l'action.

                              Le mécanisme c'est que tu met de l'argent à un jour J qui constitue le capital, appelons le C, chaque action représente x% de ce capital C. Ce capital, tu l'utilise pour créer de la richesse : achat et transformation de matière première, création de propriété intellectuelle par des ingénieurs que tu rémunères, etc. À un moment, plus tard, la société veut procéder à une augmentation de capital ou un des actionnaires souhaite vendre. On va alors établir une nouvelle estimation de la valeur de la société, sa valorisation, normalement plus grande que le capital d'origine, disons C + D ; chaque action vaut alors x% de C + D, soit une augmentation de sa valeur de x*D/100.

                              De même si une entreprise au capital de 10 000 € séparés en 10 000 actions de 1€ veut procéder à une augmentation de capital (une levée de fond) de 90 000 €. Sans réévaluer la valeur de la société et de ses actions, les actionnaires d'origine ne posséderaient plus que 10 000 / 100 000 soit 10% de la société et le nouvel entrant en posséderait 90%. Si maintenant elle négocie une valorisation de 910 000 €, chacune des 10 000 actions d'origine vaut virtuellement 91€, et le nouvel entrant possédera maintenant 100 000 / 1 000 000 soit 10% de la société et ce sont les actionnaires d'origines — ceux qui ont pris le plus de risque — qui en conservent 90%.

                              C'est ce que voulais dire, je pense, Krunch dans son commentaire :

                              Alors que si tu revends à un prix plus élevé, la boîte gagne en valeur tout en pouvant réinvestir et croître

                              Surtout que vendre des actions fixe mécaniquement leurs valeur à un instant t, et donc la valorisation de la société.

                  • [^] # Re: Moi, oracle

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Mais ta vision aussi est étriquée. Le trading haute fréquence, ça n'est qu'une partie du trading.
                    Tu as encore des stratégies court-moyen-long terme dans l'investissement.

                    Et les dividendes font partie de l'équation. Les boites ne sont pas (toutes) gérées par des demeurés: si les investisseurs se fichaient des dividendes, elles n'en donneraient plus!
                    Pourtant, les dividendes, ce n'est pas obtenu dans la seconde!

                • [^] # Re: Moi, oracle

                  Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 12/12/17 à 19:42.

                  les matières premières ne créent pas directement de richesse, ce sont les entreprises qui transforme ces richesses en une autre et qui crée une valeur ajoutée.

                  Tes matières premières elles sont pas arrivées dans leur conditionnement toutes seules, même un tas de cailloux ne se fait pas tout seul…

                  Produire une matière première c’est toujours ajouter de la valeur à une richesse naturelle, à la Terre.

                  • [^] # Re: Moi, oracle

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Tes matières premières elles sont pas arrivées dans leur conditionnement toutes seules, même un tas de cailloux ne se fait pas tout seul…

                    C'est pour ça qui faut bien différencier les entreprises (celle qui produit ton tas de cailloux, blé, charbon) de ton tas de cailloux/blé/charbon
                    Un exemple tout simple : le blé, d'un jour à l'autre son prix varie cela ne veut pas dire pour autant que ton blé a crée une valeur ajouté : un kg de blé vaut toujours un kilo de blé.

                    Produire une matière première c’est toujours ajouter de la valeur à une richesse naturelle

                    c'est bien une entreprise qui extrait les minéraux produit le blé, donc c'est elle qui crée la valeur ajouté. Ce n'est pas la matière première qui a crée de la valeur ajouté mais bien l'entreprise/la personne qu'il a planté/récolté/produit/emballé

                    • [^] # Re: Moi, oracle

                      Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 14/12/17 à 07:43.

                      OK, j’ai mal compris ton propos.

                • [^] # Re: Moi, oracle

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Pour être franc, je déteste l'idée que quelqu'un achète une action dans le but de la revendre plus tard à un meilleur prix. Je ne suis pas contre le fait de revendre les obligations/actions mais d'après moi lorsqu'on investit on devrait le faire sur du long terme et pas sur du court terme.

                  Ça sonne un peu comme une contradiction. Si j'achète une action et la revend à un meilleur prix 10 ans plus tard, c'est Bien ou Mal ?

                  pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

                  • [^] # Re: Moi, oracle

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Ça dépend :
                    Si l'entreprise avait une usine construite a l'aide de l'argent des investisseurs il y a 10 ans et que grâce à l'argent des bénéfices elle a pu en construire une deuxième usine, il est normal que ton action est augmenté puisqu'elle représente plus de chose (une fraction de deux usines au lieu d'une autre) donc ça ne me choque pas que tu face une plus value
                    Si le prix de l'action monte trop vite il y a un risque de bulle.

                    • [^] # Re: Moi, oracle

                      Posté par . Évalué à 0.

                      Qu'est-ce que ça change que cette augmentation de la valeur ait lieu sur 10 ou sur 2 ans ?

                      • [^] # Re: Moi, oracle

                        Posté par . Évalué à 0.

                        2 ans reste pour moi acceptable, par contre j'ai du mal à voir la plus value qu'à pu faire l'entreprise en quelques secondes ou même une journée.

                • [^] # THF, Mahwah et Basildon (entre autres...)

                  Posté par . Évalué à 2.

                  La bourse de Paris a fusionné en 2000 avec les places d'Amsterdam, Bruxelles, puis avec Lisbonne et les marché anglais dérivés devenant Euronext. En 2007, euronext fusionne avec le Nyse New York Stock Exchange, pour devenir nyse-euronext opérant simultanément en Europe et aux Usa. L'histoire ne s'arrête pas là

                  En 2010, Nyse Euronext installe un datacenter de 37000 m2 à Mahwah dans le New-Jersey/Usa, et un autre (son alter ego) à Basildon en Europe. Une partie est réservée aux machines de Nyse-Euronext, le reste est loué à prix d'or à d'autres structures financières souhaitant se rapprocher au plus près des équipements de Nyse Euronext. La proximité géographique est un atout stratégique, quitte à payer le prix fort : les "négociations" en THF se font de l'ordre de la milliseconde.

                  Cisco proposait d'ailleurs dès 2011 une solution complète architecturée spécialement pour le trading haute fréquence. En 2012, Ils annonçaient des matériels descendant au niveau de la nanoseconde

                  Dans le document Risques et Tendances N°16 : Cartographie 2015 des risques et tendances sur les marchés financiers et pour l'épargne, publié en 2015 par l'Amf autorité des marchés financiers, on peut lire au sous-chapitre 2.2 page 38 et suivantes, un certain nombre d'éléments intéressants relatifs au THF :

                  "Sur le périmètre de surveillance de l’AMF, qui permet de mesurer l’activité des traders haute fréquence sur le CAC 40, les parts de marché du HFT ont augmenté en 2014. Au
                  4è trimestre 2014, la part des volumes réalisée par les traders haute fréquence « purs »
                  (entités se décrivant comme opérant exclusivement comme traders haute fréquence)
                  s’établit à 25 %, contre 22 % à fin 2013. La part du HFT « mixte », correspondant à des
                  desks de HFT logés au sein de banques d’investissement, passe elle de 9 % à 15 %. Au
                  total, la part de marché de l’activité HFT augmente de 31 % à fin 2013 à 40 % à fin 2014.
                  Abordée par les ordres plutôt que par les volumes, l’incidence du HFT apparaît encore plus
                  importante puisque le HFT « pur » seul représente 47 % des ordres."

                  Plus loin, on peut lire également que (dans le cadre de cette étude) :
                  "sont considérés comme traders haute fréquence les entités dont 10 % des ordres ont une durée de vie (calculée entre le passage de l’ordre et son annulation) de moins de 100 millisecondes."

          • [^] # Re: Moi, oracle

            Posté par . Évalué à 5.

            Une place boursière met en relation l'offre et la demande ; il y a donc un intermédiaire qui gère un carnet d'ordre et la cotation est basée sur ce carnet d'ordre.

            Une opération a lieu à chaque fois que l'ordre d'achat avec le prix le plus élevé croise le prix de l'ordre de vente au prix le plus bas.

            Conséquences (entre autres) : les différents investisseurs ne choisissent pas leur contrepartie. Il y a un prix de cotation par instrument et par marché.

            Pour le change c'est un peu (beaucoup) différent : il n'y a pas de place centrale ; tu t'adresses directement à ta contrepartie. Il n'y a pas de cotation universellement reconnue (rien que chez Reuters tu as une quinzaine de sources différentes pour un cours EUR/GBP qui sont le résultats d'infos publiées par différents établissements - banques et brokers).

            • [^] # Re: Moi, oracle

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Quand j'achète des devises via TransferWise, CurrencyFair, idealFX ou autre il y a bien un intermédiaire qui gère un carnet d'offres et demandes dans chaque cas. Quand je vend une action Vodafone je peux le faire sur NASDAQ, LSE, SGX et probablement d'autres et ils ne vont pas forcément offrir le même prix.

              C'est pas les mêmes types d'instruments financiers et les intermédiaires sont différents mais c'est le même principe : je suis mis en relation avec quelqu'un qui veut acheter/vendre ce que je veux vendre/acheter.

              pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

              • [^] # Re: Moi, oracle

                Posté par . Évalué à 2.

                Tu m'intrigues avec TransferWise et CurrencyFair ; pour moi c'est surtout des trucs de virement. Certes ils font du change, mais avec des taux "garantis 48h", tu imagines bien qu'ils ne collent pas du tout au marché. Ou alors il y a d'autres produits accessibles via ces plateformes ?

                Pour revenir à la question initiale…

                Une place boursière (bon, une bourse), c'est ça : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bourse_(%C3%A9conomie). Tu remarqueras l'absence des termes monnaies/devises dans les biens échangeables. Ce n'est pas un hasard. Je résume : une bourse est une institution, qui confronte l'offre et la demande, et est surveillée par le régulateur pour garantir sa neutralité (l'égalité de traitement entre les différents intervenants).

                Un marché de gré à gré, c'est quand les échanges ne passent pas par une place centrale, mais se concluent directement entre deux intermédiaires financiers.

                Le marché du change, c'est un marché de gré à gré. Ouvert 24/24, 7/7, puisqu'il suffit que tu trouves quelqu'un (personne morale ou physique) prête à échanger avec toi. Note qu'il y a des devises où le jeu est un peu plus compliqué du fait de contraintes réglementaires ou fiscales (va tenter de vendre de la roupie indienne à 18h heure de Paris, par exemple, ou de l'échanger contre du won koréen sans crosser par une autre devise).

                Tu ne trouveras pas de bourse dédiée au marché du change. Ca n'existe pas.

                Dans les commentaires d'autres personnes, je vois aussi des "tu peux constituer une réserve de USD blah blah blah". Les acteurs financiers ne "consistuent pas une réserve d'USD" si ils veulent se protéger contre une forte volatilité. Ils passent un contrat à terme ("FX Forward") qui revient techniquement à faire 3 opérations : un change comptant, le prêt de la devise qu'on achète, et l'emprunt de celle qu'on vend. Cela permet de garantir le prix d'achat de revente à une échéance donnée, et c'est utilisé soit à des fins spéculatives, soit à des fins de couverture de risque.

                • [^] # Re: Moi, oracle

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  taux "garantis 48h", tu imagines bien qu'ils ne collent pas du tout au marché. Ou alors il y a d'autres produits accessibles via ces plateformes ?

                  CurrencyFair (et les courtiers forex plus traditionels) permet de mettre des « limit orders ». C'est mentionné sur https://www.currencyfair.com/how-it-works/
                  Ils se prennent une marge (bien plus raisonnable que les banques traditionnelles) mais ils te mettent bien en correspondance avec un acheteur/vendeur pour la transaction et du coup il n'est pas rare d'avoir des transactions qui s'effectuent en plusieurs fois à des prix différents (tout comme pour les actions).

                  Tu ne trouveras pas de bourse dédiée au marché du change. Ca n'existe pas.

                  Si on prend la définition du wikipedia francophone à la révision actuelle, effectivement, techniquement une bourse ne fait pas d'échange de devises. J'insiste cependant que le principe est le même et la distinction est assez académique. Si tu vas voir l'article anglophone par exemple, la traduction de « bourse » est « exchange » qui est subdivisé en plusieurs catégories dont « forex ». D'ailleurs l'article anglophone suggère qu'historiquement il y avait bien des « bourses » dédiées au marché du change (« Foreign exchange market – is rare today in the form of a specialized institution »).

                  Tu peux aussi échanger des actions, obligations et autres instruments financiers avec ton voisin de palier un dimanche matin (de gré à gré quand la bourse est fermée donc) sans passer par une bourse.

                  pertinent adj. Approprié : qui se rapporte exactement à ce dont il est question.

    • [^] # Re: Moi, oracle

      Posté par . Évalué à 5.

      Surtout que le BC vient de rentrer en bourse, comme n'importe quelle autre monnaie

      Non, pas du tout.

      Tu as juste l'introduction au CBOE de contrats à terme portant sur la valeur du BC en dollar observé dans quelques places d'échanges de BC. Aucun BC ne change de main, personne ne manipule de BC, c'est juste un pari en fait. Tu pourrais tout aussi bien parier sur la valeur du tube de dentifrice en euros observé dans les 4 supérettes du coin que ce serait la même chose.

      La beauté des produits dérivés, c'est permettre de spéculer sur n'importe quoi sans avoir à s'embêter avec n'importe quoi. Rien à voir avec la notion de monnaie et c'est pas demain que le BC arrivera au FOREX.

  • # Le minage de Bitcoins entrave la recherche

    Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 12/12/17 à 04:24.

    Une conséquence bien réelle du minage de Bitcoins, en plus de la consommation d'énergie absurde que cette activité entraîne, c'est de ralentir la recherche dans tous les domaines qui nécessitent des calculs sur GPU, car le minage augmente fortement la demande pour ces composants. Dans mon domaine (la biologie), le traitement de données issues de cryo-microscopie électronique dépend énormément de l'utilisation de GPU (en gros, sur une station de travail à 4 GPU, on peut faire des traitements qui demanderaient un cluster si les programmes n'étaient pas accélérés sur GPU).

    Le labo dans lequel je travaille attend 4 GPU depuis la fin du mois d'août : on n'arrête pas de relancer le fournisseur, qui à chaque fois nous répond qu'on remonte doucement dans la liste d'attente mais qu'il faudra être patients car ils n'arrivent pas à suivre la demande.

    Est-ce que vous connaissez d'autres domaines qui souffrent aussi de la forte demande en GPU à cause des fermes de minage de Bitcoins?

    • [^] # Re: Le minage de Bitcoins entrave la recherche

      Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 12/12/17 à 05:10.

      Techniquement, le minage de Bitcoin a depuis très longtemps été abandonné sur GPU et a été porté sur des ASIC. Ce sont d'autres crypto comme Ethereum qui ont créé la forte demande de GPU. Mais dans les faits, c'est bien le Bitcoin qui mène le bal et fait grimper la bulle spéculative.

      Après si vous avez commandé des AMD Vega, il y a quelques problèmes de production qui s'ajoutent à la hausse anormale de la demande.
      Dans tous les cas, cette flambée des prix et la difficulté d'approvisionnement ne profitent pas aux clients.

      • [^] # Re: Le minage de Bitcoins entrave la recherche

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        depuis très longtemps été abandonné

        Je sais qu'on parle d'informatique, mais quand tu dis très longtemps, c'est combien d'années?

        ⚓ À g'Auch TOUTE! http://afdgauch.online.fr

        • [^] # Re: Le minage de Bitcoins entrave la recherche

          Posté par . Évalué à 3.

          Depuis l'arrivée des S1 et S2 de Antminer qui ont cassé les prix des ASIC, soit début 2014. C'est à partir de ce moment-là que le Bitcoin est parti en vrille autant sur la montée du cours que sur l'hégémonie de seulement quelques dizaines de grosses entreprises de minage qui tiennent le réseau.

    • [^] # Re: Le minage de Bitcoins entrave la recherche

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      L'effet n'est-il pas précisément le contraire ? Grâce à la demande en co-processeurs pour des besoins primordiaux (jeux vidéos, crypto-monnaies…), des recherches quasiment inutiles sur le réel (biologie, chimie, physique) disposent de matériel peu cher développé à grand frais.
      Avant il fallait la menace (ou la réalité) de guerres pour trouver des sources de financement pour ces distractions de l'esprit :-) qui produisent les avancées de la connaissance. À cet égard, le bitcoin et consorts ne paraissent-ils pas une avancée phénoménale (sans ironie cette fois) ?

      • [^] # Re: Le minage de Bitcoins entrave la recherche

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Comme mentionné au dessus, le bitcoin utilise maintenant surtout des ASICs spécialisés, car un GPU consomme trop et donc n'est pas rentable.

        Par contre, c'est probablement vrai pour le jeu vidéo sans qui il n'y aurait probablement pas eu de baisse de prix des GPUs produits en masse.

      • [^] # Re: Le minage de Bitcoins entrave la recherche

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        L'effet n'est-il pas précisément le contraire ? Grâce à la demande en co-processeurs pour des besoins primordiaux (jeux vidéos, crypto-monnaies…), des recherches quasiment inutiles sur le réel (biologie, chimie, physique) disposent de matériel peu cher développé à grand frais.

        Les jeux vidéos sont peut-être une motivation pour faire baisser le prix des ordinateurs aujourd'hui, mais ne te leurre pas : ce sont bien des chercheurs qui ont inventé l'ordinateur et leur motivation principale était de s'en servir comme d'un outil pour aider leurs recherches. Sans ces "recherches inutiles" les jeux vidéos ne se seraient pas développés aussi rapidement. On peut donc dire que ces "recherches inutiles" ont au moins été utiles à une chose : rendre possibles les "besoins primordiaux" d'aujourd'hui. ;-)

    • [^] # Re: Le minage de Bitcoins entrave la recherche

      Posté par . Évalué à 2.

      Le labo dans lequel je travaille attend 4 GPU depuis la fin du mois d'août : on n'arrête pas de relancer le fournisseur, qui à chaque fois nous répond qu'on remonte doucement dans la liste d'attente mais qu'il faudra être patients car ils n'arrivent pas à suivre la demande.

      C'est quel modèle de GPU que tu attends ?

      • [^] # Re: Le minage de Bitcoins entrave la recherche

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Je ne suis pas sûr car c'est pour une deuxième station de travail, et je n'en étais pas encore utilisateur au moment où on a décidé de s'équiper d'une deuxième station (vers mi-août). Mais si c'est comme pour la première, je suppose que ce sont des cartes nVidia GeForce GTX 1080 Ti que nous attendons.

        • [^] # Re: Le minage de Bitcoins entrave la recherche

          Posté par . Évalué à 2.

          OK ben change de fournisseur alors !! Parce que les GTX 1080 Ti n'ont jamais connu de pénurie de stock (ni à cause des mineurs ni à cause de quoi que ce soit).

          • [^] # Re: Le minage de Bitcoins entrave la recherche

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            D'où tiens-tu cette info ? Est-ce que ça vaut partout dans le monde ? Parce que le labo en question est aux États-Unis.

            Ce n'est pas moi qui suis en charge de suivre ça, alors je ne peux pas y faire grand-chose. La personne qui s'en occupe relance régulièrement (et est régulièrement relancée par nous autres, utilisateurs), et apparemment si on change de fournisseur ou de modèle de GPU on sera relégués au bas d'une autre liste d'attente…

  • # Merci !

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Ça faisait longtemps que j'avais pas lu un journal aussi intéressant, documenté et informatif. Un peu long peut-être mais j'ai appris tellement que ça valait le coût !

  • # Vue que ça parle pognon

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Je me suis regardé hier le doc "Les gangsters de la finance" sur arte.tv et qui sera ce soir à la TV (pour ceux qui ont la TV).
    C'est un reportage sur HSBC que j'ai trouvé intéressant.

    Le résumé pour ceux qui ne veulent pas cliquer :

    Blanchiment, fraude fiscale, corruption, manipulation des cours… : depuis la crise de 2008, la banque HSBC est au coeur de tous les scandales. Cinq ans après leur film sur Goldman Sachs, Jérôme Fritel et Marc Roche passent au crible cet empire financier au-dessus des lois.

    S'il y a un problème, il y a une solution; s'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

    • [^] # Re: Vue que ça parle pognon

      Posté par . Évalué à 8.

      J'aurais pu le deviner sans reportage.
      C'est pourtant simple: une entreprise, quelle qu'elle soit a pour but de faire de l'argent en utilisant les ressources disponibles.

      Plus la boite est grosse, moins elle a d'étique (dilution de responsabilité et propension à attirer les psychopathes d'entreprise dans le haut management).

      Quand on atteint un certain niveau de cynisme, violer la loi est un simple calcul de bénéfice/risque.

      La seule façon de l'empêcher, c'est le régulateur: sanctions lourdes et moyens d'attraper les contrevenants, pour rendre l'opération illégale trop risquée au vu des bénéfices attendus.

      Après, comment forcer le régulateur à faire son travail, c'est là tout l'enjeu!

  • # Bitcoin ticker dans le prompt du shell

    Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 13/12/17 à 08:37.

    Je ne possède aucun bitcoin mais pour taquiner mes collègues, riches de 0.2 à 2.4 bitcoins, j'ai mis un bitcoin ticker dans le prompt du shell. C'est bien, faisez tous comme moi!

    ➜  jscl git:(explore/react) ✗
    bitcoin_ticker_value()
    {
        node -e "jsonticker=$(curl -s https://blockchain.info/ticker);console.log(jsonticker['EUR']['15m']);"
    }
    
    bitcoin_ticker_info()
    {
        printf '[EUR %s]' "$(bitcoin_ticker_value)"
    }
    
    bitcoin_ticker_install()
    {
        PROMPT='$(bitcoin_ticker_info) '"${PROMPT}"
    }
    

    Et le voilà en action (ZSH):

    ➜  jscl git:(explore/react) ✗ bitcoin_ticker_install
    [EUR 14005.31] ➜  jscl git:(explore/react) ✗ 
    [EUR 14005.31] ➜  jscl git:(explore/react) ✗ git status 
    On branch explore/react
    Your branch is ahead of 'origin/explore/react' by 3 commits.
      (use "git push" to publish your local commits)
    
    Changes not staged for commit:
      (use "git add <file>..." to update what will be committed)
      (use "git checkout -- <file>..." to discard changes in working directory)
    
        modified:   react.html
        modified:   react/example-2.lisp
        modified:   react/react.lisp
    
    Untracked files:
      (use "git add <file>..." to include in what will be committed)
    
        FFI.md
        HACKING.pdf
        HACKING.tex
        babel-example.js
        lfreact/
        react/example-1.js
        react/example-2.js
    
    no changes added to commit (use "git add" and/or "git commit -a")
    [EUR 13969.59] ➜  jscl git:(explore/react) ✗ git add react.html react/react.lisp
    [EUR 14530.99] ➜  jscl git:(explore/react) ✗ git commit --fixup=0f6b7b5
    [explore/react eaf1779] fixup! Work on the definition of CREATE-CLASS
     2 files changed, 27 insertions(+), 20 deletions(-)
    [EUR 13969.59] ➜  jscl git:(explore/react) ✗ 
    [EUR 13855.45] ➜  jscl git:(explore/react) ✗ 
    

    L'inconvénient est que si blockchain.info commence à retourner des exploits… etc.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.