Forum Linux.débutant [Résolu (enfin presque)] Supprimer un dual boot Fedora-Fedora

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
2
27
juil.
2020

Contexte

Pour compenser le fait d’avoir récemment installé Slackware sur un très vieux laptop, je me suis dis que j’allais installer des distributions bien plus récentes sur mon vieux laptop (oui, tous mes laptops sont vieux mais celui-ci est moins vieux que le premier). J’ai même installé un dual boot Linux Mint et Fedora. Après avoir un peu joué, je me suis finalement décidé à ne mettre que Fedora sur ce pc portable (avec le bureau Xfce). Après des heures de peaufinages, je suis plus ou moins content du résultat mais…

… en fait j’ai gardé un dual boot Fedora + Fedora spin Xfce.

Comme je n’ai pas grand intérêt à garder ce dual boot, je voudrais supprimer le Fedora "normal" (a.k.a Gnome) et donner toute la place à Fedora Xfce.

Ce que me dit Gparted

Je donne
partition:système de fichier:point de montage:Taille:Drapeau

dev/sda1 :linux-swap : : 8Gio :
dev/sda2 :ext4 : :25Gio :boot
dev/sda3 :ext4 : boot : 1 Gio :
dev/sda4 : extended : 199.8 Gio :
dev/sda5 : lvm 2 pv : fedora_localhost-live : 199.8 Gio : lvm

Les trois dernières partitions sont liées à ce que je veux garder et les deux premières à celle que je voudrais supprimer.

Mon idée de barbare :

Je lance Gparted, je kill sda1 et sda2 et j’agrandis sda4 (en ayant peut-être du déplacer sda3).
J’espère que sda5 s’adapte automatiquement (là, j'ai des doutes).
J’espère que grub n’est pas trop mécontent (là, je crois que cela devrait le faire parce que je garde la dernière distribution installée).

La question

Est-ce une bonne méthode ou voyez-vous une approche plus adéquate ?

  • # Comment que j'ai fait

    Posté par  . Évalué à 0 (+0/-1).

    1. Supprimer sda1 et sda2 sans que grub soit triste, c'est pas de souci tant que l'on met grub au courant.
    2. Déplacer le boot, c'est plus compliqué mais le site de Gparted explique comment le faire.
    3. Fusionner sda4 avec l'espace libéré, cela semble être possible.
    4. Par contre, sda5 n'a vraiment pas l'air de s'agrandir.

    Moi j'ai juste fait le 1 puis j'ai monté l'espace libre dans un fichier /home/data/ et comme cela je peux exploiter l'espace libérer. C'est pas très joli mais cela devrait faire l'affaire.

    Comme je suis un esthète, je ne me suis pas arrêté là. J'ai fait des trucs et d'autres pas tout à fait en lien et puis (ne me demander pas pourquoi) j'ai killer une bonne partie (ou quelques uns) fichiers dans /etc/. Je ne sais pas si c'est lié mais l'ordinateur n'avait plus l'air de vouloir démarrer.

    Finalement, j'ai réinstaller tout proprement.

    Surtout, ne pas tout prendre au sérieux !

  • # verifier grub et fstab

    Posté par  . Évalué à 3 (+1/-0).

    si c'est outil utilise les UUID pour monter les partitions, alors il n'y a pas de souci pour supprimer simplement les partitions du Fedora que tu ne veux plus.

    1°) dans le fedora que tu gardes (ou depuis un liveCD), avec gparted, supprimer les partitions dont tu ne veux plus

    2°) dans le fedora que tu gardes, rafraichir le grub, de memoire

    grub2-mkconfig -o "$(readlink -e /etc/grub2.conf)"

    3°) rebooter la machine pour verifier que cela fonctionne correctement.

    Ensuite vient l'étape de recuperation de l'espace libre.

    avec parted en liveCD
    1°) deplacer sda3 au debut du disque
    2°) agrandir sda4 pour qu'il démarre à la fin de sda3
    3°) agrandir sda5 qui se trouve dans sda4

    apres reboot, LVM doit suivre et indiqué que le PV est agrandit,
    a toi ensuite de voir ce que tu fais du nouvel espace libre (nouveau volume, agrandissement du volume existant…) mais LVM gere ca à chaud.

  • # autres méthodes

    Posté par  . Évalué à 4 (+2/-0).

    Salut.

    Moi je ferais différemment.

    Plutôt que prendre le risque d'étendre et de déplacer des partitions, je laisserais probablement l'espace vide, tant que je n'en ai pas besoin. C'est ce que je fais sur mes machines, sur lesquelles j'ai toujours un multi-boot de toute façon, au cas ou…

    En cas de besoin d'espace supplémentaire, je crée une partition et l'ajoute au FSTAB.

    Bon, il m'arrive aussi de jouer avec les partitions, mais par contre j'utilise les LABEL et PARTLABEL, au lieu des UUID ou des noms de partitions "bruts".
    C'est au final un bon compromis entre fragilité de l'un et illisibilité de l'autre.
    Ça peut casser si quelqu'un insère une clé USB avec un [PART]LABEL pile identique a ce qu'il y a sur le système j'imagine, mais le risque est tellement faible que je l'accepte (surtout que bon, de toute façon, si il y a accès au hard… au pire en utilisant du chiffrement, ça résoudrais le souci potentiel point de vue malware), compte tenu de l'avantage énorme que ça me procure quand je dois réparer ou modifier mon système.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.