Forum Linux.général Migration Fedora → Debian

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
2
6
oct.
2021

Salut les gens,

j'envisage de migrer mon ordi perso de Fedora vers Debian, et j'aimerais autant que possible conserver mon home.
Étant sous LVM pour mes root et home, avec un espace inalloué suffisant (56 Go), je me dis que je pourrais créer un nouveau root pour debian et pouvoir donc conserver le root fedora en cas de souci, et ne le virer que si tout se passe bien. La difficulté étant peut-être la partition boot qui est elle hors LVM : est-il possible que deux distrib. se partagent amicalement la même partition boot ?
Sinon, quelle serait la meilleure stratégie ?
Enfin, si parmi vous certains ont déjà fait des migrations entre distributions, y a-t-il d'autres points auxquels il faut faire attention ?

  • # Debian

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

    Lorsque tu installes Debian, tu peux mettre le système sous LVM et garder ton HOME actuel. Il y aura peut-être un pb d'UID à régler ensuite.

    Pourquoi garder les deux distrib ? Si la Debian ne te convient pas, tu repasses alors sous Fedora.

    • [^] # Re: Debian

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

      Pourquoi garder les deux distrib ? Si la Debian ne te convient pas, tu repasses alors sous Fedora.

      Pouvoir rebooter sans perdre de temps à réinstaller ? Les deux points de vue se tiennent : en gardant l'ancien système on reboote de suite, en réinstallant on y passe une demi-heure (plus un peu de config).

      Perso, avec LVM et de l'espace en rab' j'aurais plutôt tendance à installer le nouveau système à la place de l'ancien, quitte à me retaper une réinstalle, garder le /home Fedora et créer un /home Debian, puis importer les configs et fichiers qui m'intéresse de l'un vers l'autre. En effet, les versions des logiciels n'étant certainement pas les mêmes, ça risque de coincer.

      Pour ce qui est de la partition /boot, il me semble que tu peux la conserver sans la formater. C'est comme ça qu'on dual boot, non ?

      « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

      • [^] # Re: Debian

        Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 06/10/21 à 10:46.

        L'intérêt ou un des intérêts d'avoir une partition de boot séparée c'est de pouvoir installer grub sur cette partition, alors que la partition principale serait dans un système de fichier non supporté pour l'installation de grub, finalement pas tellement le contenu de cette partition /boot.

        Par exemple grub ne peut pas s'installer sur une partition xfs disons sda2, mais si grub est installé sur une partition ext2 disons sda1 ou carrément à la racine du disque sda, il pourra démarrer un noyau et initrd situé dans la partition xfs, ce devrait être pareil pour du lvm.

        De même si la débian est installée sur la troisième partition, le grub installé par fedora et remis à jour devrait "voir" l'installation debian et pouvoir la démarrer, qu'elle soit ou non dans un système de fichier supporté par grub.

        Je ne connais pas les subtilités de lvm que je n'utilise pas mais que crois bien que grub peut booter un disque en lvm complet, donc soit avec la même organisation pour les partitions supplémentaires boot et le reste en lvm, soit tout en lvm, cela devrait marcher.

        La barrière des 4 partitions primaires si des fois c'était cela qui incite à avoir une partition /boot commune se contourne avec des partitions logiques.

        • [^] # Re: Debian

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          La partition /boot est nécessaire en cas de chiffrement du disque système.

          • [^] # Re: Debian

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

            Oui et non.

            debian-installer va très fortement inciter à mettre en place ce genre de choses (/boot séparé, en clair), mais GRUB sait déverrouiller un espace LUKS depuis longtemps (fonctionnalité dite « cryptodisk »). Avec l'arrivée du format LUKS2, ça n'était à nouveau plus vrai… J'avais donné une présentation aux mini-DebConf Marseille et Hambourg 2019 à ce sujet, dans laquelle je brossais un panorama rapide des petits challenges à résoudre. J'ai été occupé à d'autres choses après ces deux présentations, mais quelqu'un d'autre a travaillé dessus… Je n'ai pas encore essayé de mon côté.

            Au passage, suite à discussion avec le mainteneur de cryptsetup à Hambourg, cette documentation est née :
            Full disk encryption, including /boot: Unlocking LUKS devices from GRUB.

            Bref, il y avait (pour LUKS) et il devrait y avoir (pour LUKS2) ce qu'il faut dans GRUB pour déverrouiller des espaces de stockage LUKS, qui peuvent à leur tour contenir du LVM, etc., et c'est un manque d'intégration côté debian-installer qui explique cette impression d'obligation d'avoir un /boot séparé, en clair.

            Debian Consultant @ DEBAMAX

            • [^] # Re: Debian

              Posté par  . Évalué à 1.

              Et donc, dans mon cas,
              sais-tu si l'installeur de debian va écraser ma partition boot ou s'y insérer, en ne touchant pas à ce qui y est déjà ?
              Autrement dit, vaudrait-il mieux que je prévoie plutôt de créer une partition spécifique pour le boot de debian, ou n'est-ce pas nécessaire (un backup de /boot suffisant, au cas où — qui serait donc improbable)

              • [^] # Re: Debian

                Posté par  . Évalué à 2.

                Les partitions ne sont formatées que si on le demande… (il te faudra faire attention quand tu montes une partition pour l'installation de ne pas demander le formatage)

                “It is seldom that liberty of any kind is lost all at once.” ― David Hume

              • [^] # Re: Debian

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                Comme le mentionne Gil, le système d'installation suit tes instructions, donc tu peux très bien réutiliser la partition existante, lui attribuer le point de montage /boot, et la formater ou non.

                Je n'ai pas de réponse définitive pour ta question initiale (cohabitation de la même partition pour deux systèmes), mais j'aurais tendance à penser que ça peut amener des soucis : versions de GRUB différentes, config différente, et probable « le dernier qui lance update-grub gagne ».

                Pour ton besoin spécifique, je pense que je garderai une copie de la partition à portée de main (à remettre en place via un système live au besoin), et je partirais d'une partition formatée.

                Une autre question est : installation BIOS ou UEFI ? Dans le second cas, la partition ESP ne devrait pas poser problème, puisqu'il y a un répertoire vendor qui permet de faire cohabiter tout le monde (ici, j'ai typiquement EFI/debian dedans), mais il faudra bien penser à déclarer une partition ESP, sans la formater.

                Debian Consultant @ DEBAMAX

                • [^] # Re: Debian

                  Posté par  . Évalué à 1.

                  Ok,
                  En fait j'ai fait un peu une confusion entre la partition /boot et le bootloader (grub dans mon cas, sur une installation UEFI) : il vaut mieux considérer la partition /boot comme faisant partie de la distro, donc.
                  Alors pour mon cas, comme j'avais redimensionné la partition /boot de fedora il y a quelques années, car elle devenait trop petite pour garder 2 anciens noyaux (je suis passé je crois de 500 Mo à 2,5 Go, ce qui est largement trop pour le moment), je peux la redimensionner, pour créer une nouvelle partition qui accueillera la /boot de l'installation de debian, qui pourra à terme reprendre toute la place de la /boot de fedora, en fin de migration.

            • [^] # Re: Debian

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

              Ok, je n'ai jamais essayé car je ne savais pas (ou j'avais oublié). Il est vrai que debian-installer manque de bras. Je rappelle que Debian est un projet collaboratif donc si personne ne se bouge, les choses ne se font pas.

              À vrai dire, avec l'UEFI, je serais plutôt partant pour virer grub… Avec l'EFI sur les machines Itanium, on n'avait déjà plus d'amorceur. Est-il préférable d'avoir grub ou un boot direct sur /boot ?

              • [^] # Re: Debian

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                Au moins pour Secure Boot, la chaîne de démarrage supportée est : firmware UEFI → shim → GRUB → Linux.

                Je ne vois pas trop ce qu'apporterait le fait de virer GRUB de l'équation, Secure Boot ou non.

                Debian Consultant @ DEBAMAX

        • [^] # Re: Debian

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

          GRUB supporte tout de même plein de systèmes de fichiers (dont XFS)…

          kibi@tokyo:/tmp/grub2-2.04$ ls grub-core/fs/
          affs.c     cbfs.c         ext2.c    hfsplus.c      minix2.c     newc.c      proc.c      tar.c     xfs.c
          afs.c      cpio_be.c      f2fs.c    hfspluscomp.c  minix3_be.c  nilfs2.c    reiserfs.c  udf.c     zfs
          archelp.c  cpio.c         fat.c     iso9660.c      minix3.c     ntfs.c      romfs.c     ufs2.c
          bfs.c      cpio_common.c  fshelp.c  jfs.c          minix_be.c   ntfscomp.c  sfs.c       ufs_be.c
          btrfs.c    exfat.c        hfs.c     minix2_be.c    minix.c      odc.c       squash4.c   ufs.c
          

          Pour le chargeur de démarrage qui « voit » les autres systèmes, ça dépend très probablement des choix faits au niveau de la distribution et/ou de l'administrateur local. Par exemple sous Debian, il faut que le paquet os-prober soit installé pour que les autres OS soient visibles.

          Pour LVM, oui, GRUB sait faire tout seul :

          kibi@tokyo:/tmp/grub2-2.04$ ls grub-core/disk/
          AFSplitter.c  cryptodisk.c     geli.c    ldm.c       mdraid1x_linux.c   pata.c           uboot
          ahci.c        diskfilter.c     host.c    loopback.c  mdraid_linux_be.c  raid5_recover.c  usbms.c
          arc           dmraid_nvidia.c  i386      luks.c      mdraid_linux.c     raid6_recover.c  xen
          ata.c         efi              ieee1275  lvm.c       memdisk.c          scsi.c
          

          Enfin, pour les 4 partitions primaires, c'est une limitation historique, mais seulement si le partitionnement est de type msdos (aka. MBR). Si GPT est utilisé, il y a largement de la place pour numéroter plein de partitions. :)

          Debian Consultant @ DEBAMAX

    • [^] # Re: Debian

      Posté par  . Évalué à 1.

      merci pour les uid,
      j'ai regardé sur une vm debian, ça devrait aller, le premier utilisateur est 1000, comme je le suis actuellement sous fedora.

      sinon l'objectif n'est pas de garder les deux distrib, mais de garder au début fedora sous le coude, pour pouvoir quand même continuer à me servir de l'ordi en cas de pépin imprévu, qui ne puisse être résolu "facilement/rapidement" (surtout du fait d'une difficulté à identifier la source du pépin éventuel)

      (je connais déjà assez bien debian, c'est ce que j'avais installé aux quelques connaissances que j'ai passé sous linux, car les mises à jour /changements de version sont beaucoup moins fréquents)

  • # Configs utilisateur des logiciels

    Posté par  . Évalué à 2.

    C'est possible que les fichiers de config utilisateur des différents logiciels soient mal reconnus.

    • Si le logiciel est distribué différemment et le fichier n'est pas au même endroit ou pas au même format. Peu probable.

    • Si la version de logiciel est différente sur Debian, en particulier si elle est plus ancienne (si elle est plus récente, la transition doit se faire toute seule). Avec une Debian récente, c'est assez peu probable aussi.

    Au pire, ça doit être marginal, mais le problème existe en théorie.

    • [^] # Re: Configs utilisateur des logiciels

      Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 06/10/21 à 15:11.

      Merci,
      c'est bien un problème que j'avais en tête, mais effectivement, j'espère que ce sera marginal, du fait de la sortie assez récente de la dernière version debian 11.

      • [^] # Re: Configs utilisateur des logiciels

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

        j'espère que ce sera marginal, du fait de la sortie assez récente de la dernière version debian 11.

        Il y a longtemps que je n'ai pas tripoté Debian, par contre, étant sur Fedora depuis pas mal de temps, ça bouge vite ici, alors que la retenue de Debian est bien connue. Vérifie les versions de tes logiciels préférés, fais un test en VMs … et sauvegarde.

        « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

  • # Je deteste Linux

    Posté par  . Évalué à -9.

    J'y comprends rien je retourne sur windows !!!!!

    • [^] # Re: Je deteste Linux

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

      Tu vas faire un double boot Windows 10 / Windows 11 ?
      Tu nous racconteras.

      Python 3 - Apprendre à programmer dans l'écosystème Python → https://www.dunod.com/EAN/9782100809141

  • # Retour d'expérience

    Posté par  . Évalué à 2.

    Ayant effectué la migration ce week-end, je vous écris ce message depuis Debian :)
    L'installation de la distribution s'est faite sans souci, mais l'ordinateur démarre désormais sur le grub debian : ai-je manqué d'attention lors de l'install ? Quoi qu'il en soit cela ne m'empêche pas de booter sur Fedora (et pour la peine, le défaut est directement de booter sur debian, ce qui m'évite d'avoir à le configurer).
    Après l'installation de tous les logiciels utilisés, ce fut vraiment plaisant; je retrouve pratiquement mon environnement de travail sans tripatouillage.
    Les seuls logiciels qui me faisaient craindre un peu étaient Firefox et Thunderbird : passer du bleeding edge à l'ESR était un sacré saut, mais :

    • pour Firefox, l'utilisation de Sync (en synchronisant tout) permet de se retrouver quasiment à l'identique (aucune extension ne manque à l'appel)
    • pour Thunderbird, il m'a fallu le lancer en CLI, avec le paramètre --allow-downgrade, pour pouvoir récupérer ma configuration et mes données quasi-automatiquement (il est repassé en anglais, mais ça a pu se régler rapidement, dans les préférences de thunderbird).

    Au final, pour le moment, je n'ai pas eu besoin de passer par mes backups.
    Pour le reste, je n'ai dû mettre les mains dans le cambouis que pour :

    • mes montages de dossiers partagés du NAS (dans /etc/fstab)
    • mes automates user de systemd, car le point de montage des stockages usb n'est pas le même sous Debian et Fedora.

    Je vais garder encore 6 mois Fedora sur le disque, au cas où, par précaution.

    À vous les studios.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.