Conférence à Paris: Mozilla, une plateforme de développement

Posté par . Modéré par Florent Zara.
Tags :
0
28
fév.
2006
Mozilla
Firefox, Thunderbird, Nvu, SeaMonkey... tout ces logiciels, qu'ils soient développés par la fondation Mozilla ou par des développeurs indépendants, utilisent un même moteur appelé Gecko. Ce moteur accompagné des outils fournis par les développeurs Mozilla est un réel environnement permettant de développer ses propres applications.

Quels sont ces outils, quels langages nous offrent la plateforme de développement Mozilla, quel est le niveau de maturité de cet environnement, dans quels cas ces outils sont adaptés et sont ils viables en entreprise ?

C'est à ces questions que nous tenterons de répondre le jeudi 9 mars 2006 à 19h30 à l'endroit suivant :

Relais Ménilmontant
85bis rue de Ménilmontant
75020 Paris Aujourd'hui, certaines entreprises misent sur les technologies Mozilla souvent pour surfer sur la vague du Web 2.0, ou, autrement dit, pour offrir des application riches dans le milieu du Web. XUL et tous les langages de la plateforme de développement mozilla sont parfaitement adaptés à des applications Web ergonomiques et puissantes.
Nous verrons également que certains projets plus complexes que des applications Web exploitent ces technologies, et cela en mettant en avant l'extensibilité de Gecko. Nous avons comme exemple particulièrement représentatif l'intégration de OpenWengo (logiciel de VOIP) dans Firefox comme extension. Nous verrons aussi des applications plus distantes de Firefox: grâce à une version standalone de Gecko (XulRunner) certains logiciels pas spécialement liés au milieu du Web et plutôt orientés métier commencent à émerger. Nous finirons par présenter l'avenir de Firefox et de la plateforme de développement Mozilla.

Le conférencier ce soir-là est Paul Rouget: développeur indépendant, il participe à différents projets basés sur la plateforme Mozilla. Il participe activement à la communauté Xulfr dont le but est de promouvoir les technologies Mozilla dans les pays francophones.

Aller plus loin

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.