Derrière vos distributions et logiciels favoris... le retour.

Posté par (page perso) . Modéré par Amaury.
Tags :
0
10
août
2005
Communauté
Après avoir fait la connaissance des développeurs, de leur travail et de leurs états d'âmes grâce à l'article de Thomas sur les planètes, il faut aller plus loin dans la connaissance des logiciels libres.

Un logiciel est fait de lignes de code, et dans ces quelques millions de lignes il y a forcément quelques erreurs qui se sont glissées. Il est donc nécessaire à chaque communauté de suivre de manière centralisée et ouverte l'ensemble des problèmes qui touchent les logiciels en question.

Le système de suivi de bugs le plus utilisé est Bugzilla. Outil web écrit en Perl à l'origine pour Mozilla, il nécessite Apache et MySQL. Mais il en existe bien d'autres, tous offrants des avantages bien distincts.

Les systèmes de suivi permettent donc aux développeurs de suivre et de participer à l'évolution de la correction des bugs. De même il permet aux utilisateurs avancés, comme aux plus débutants, de formuler des problèmes, d'aider à en trouver les causes, de multiplier les tests et pourquoi pas de suivre leur résolution en silence. Tout système de suivi permet également à tous de formuler des demandes d'évolutions en terme de fonctionnalités d'un logiciel en proposant des améliorations.

Côté distributions, on peut facilement accéder au système de suivi de Debian (qui n'est pas Bugzilla), mais aussi aux Bugzillas de Mandriva, Fedora, SUSE, Ubuntu et Gentoo.

Du côté des logiciels, il existe Gnome, KDE, Mozilla, Apache, Kernel et OpenOffice.org.

Tous les (futurs) utilisateurs de logiciel libre sont encouragés à s'inscrire sur les Bugzilla de leurs projets libres favoris afin de mieux suivre, mieux connaître, mieux comprendre les mécanismes de celui-ci, mais aussi de voir les développeurs ½uvrer quasiment en direct. Ce suivi permet également parfois d'avoir quelques infos toutes fraîches avant tout le monde !

Globalement, c'est toute la communauté du logiciel en question qui y gagne à avoir des utilisateurs et développeurs qui communiquent sur les bugs et évolutions. Suivez vos logiciels favoris en suivant leurs problèmes. Ainsi, vous pourrez aider les autres utilisateurs à mieux progresser.
  • # Re: Derrière vos logiciels favoris...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    En parlant de rapport de bugs :
    http://bugs.mysql.com/(...)
    (et faite une squash-partie pour faire avancer le lancement de la version 5 :-)

    Il y a également le système de suivi de linuxfr :
    http://linuxfr.org(...)

    Un logiciel stable c'est bien, avec les bonnes fonctionnalités c'est encore mieux, mais localisé c'est le summun. Existe-il des projets permettant des éditions de fichiers locales en ligne ? Pour faire la traduction des chaînes de manières rapides et intéractive (plutôt qu'une seule personne s'occupe de toute la traduction) ?
    <ma vie>
    J'avais installé un mozilla 1.7.3 version française ou les 3/4 quarts des chaînes n'était pas traduite, cela fait assez peur (surtout si le logiciel est à destination de quelqu'un ne parlant pas l'anglais !)
    </ma vie>
    Pourquoi localisé un soft de manière rapide et sans forcément s'impliqué de manière intensive dans un pojet (manque de temps) serait vraiment un plus.

    (ah, bon article !)
    • [^] # Re: Derrière vos logiciels favoris...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Oops, :
      pour linuxfr :
      http://linuxfr.org/tracker/(...)
    • [^] # Re: Derrière vos logiciels favoris...

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      > Existe-il des projets permettant des éditions de fichiers locales en ligne ?

      Un peu à la manière d'un Wiki, oui, ça existe !

      https://launchpad.net/rosetta(...)
      • [^] # Re: Derrière vos logiciels favoris...

        Posté par . Évalué à 2.

        Un peu à la manière d'un Wiki, oui, ça existe !

        https://launchpad.net/rosetta(...)


        Notons que SPIP applique ce principe depuis le début de son internationalisation. Voir sur la page suivante, le paragraphe « L'interface de traduction en ligne » :
        http://www.spip.net/rubrique4.html(...)

        Il est évident que cela rend la traduction beaucoup plus agréable pour les non-techniciens que la manipulation de fichiers PO. C'est un peu dommage : gettext représente la préhistoire des outils d'internationalisation, mais en même temps c'est le standard de fait, et le seul largement répandu dans le logiciel libre.
        • [^] # Re: Derrière vos logiciels favoris...

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est la seule chose que je peux faire: traduire. Alors je l'ai fait pour "Gallery". les .po sont super faciles à traduire grace a des petits logiciels genre poEdit.
          Je ne vois pas ce qu'il y a de désagréable à utiliser celà. Perso je préfère poEdit à une sombre interface Web.
          Je prefere télécharger le fichier .po et quand je suis dans le train ou autre, hop je sors mon portable et je traduis.

          Mais enfin tous les gouts sont dans la nature.
          • [^] # gettext

            Posté par . Évalué à 3.

            C'est vrai que poedit est pas mal conçu. Il y a quand même le problème des conflits : si deux traducteurs veulent travailler simultanément sur la même langue, comment font-ils ? (ils peuvent utiliser un CVS/SVN, certes... mais là ça devient super technique et inaccessible à la plupart des traducteurs non-geeks, ce qui fait perdre un nombre important de contributeurs potentiels)

            Je trouve le système gettext assez ennuyeux aussi côté developpeur. Je ne connais pas de toolchain suffisamment puissante pour éviter d'avoir à écrire ses propres scripts de mise à jour des fichiers (s'il y a de tels outils, merci de me les signaler, ça me facilitera la vie ;-)). L'idéal serait de changer deux trois lignes dans un fichier de conf, et l'outil scanne tout l'arbre des sources, en extrait les chaînes et crée automatiquement l'arborescence des fichiers PO (ah oui, et qui les compile puisqu'il faut aussi les compiler...). Au lieu de ça, on a une myriade d'outils très peu puissants (msgmerge, etc.) qui ne font que la moitié du travail et qui ne suggèrent pas d'arborescence "standard" pour les fichiers PO (LC_MESSAGES, tout ça).

            Ce serait bien que quand on commence un projet, la mise en place de l'internationalisation puisse se régler en cinq secondes afin de se concentrer sur des choses plus intéressants.
          • [^] # Re: Derrière vos logiciels favoris...

            Posté par . Évalué à 2.

            Je suis tout à fait d'accord. Gettext me faisait un peu peur au début (le système au complet est assez complexe : http://www.gnu.org/software/gettext/manual/html_node/gettext_6.html(...) mais finalement c'est vraiment très simple d'utilisation, du côté du traducteur du moins.

            J'ai essayé Rosetta et c'est pas encore très au point (quelques bugs et pourrait être plus pratique), mais ça peut accélérer les choses puisqu'on n'a pas besoin de télécharger les fichiers po des différents logiciels.
    • [^] # Re: Derrière vos logiciels favoris...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      <ma vie>
      J'avais installé un mozilla 1.7.3 version française ou les 3/4 quarts des chaînes n'était pas traduite, cela fait assez peur (surtout si le logiciel est à destination de quelqu'un ne parlant pas l'anglais !)
      </ma vie>


      Là, tu as dû mal voir... les traductions de french-mozilla font partie des meilleures traductions, ils font un boulot d'enfer !...
      • [^] # Re: Derrière vos logiciels favoris...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Je pense que cela devait etre un probleme de build, sur toutes les autres version les travail est en effet impécable ! ( la satisfaction de ma maman par ailleurs)
        • [^] # Re: Derrière vos logiciels favoris...

          Posté par . Évalué à 0.

          Je ne suis pas d'accord, sur la dernière version de Mozilla avec sa traduction française, la majorité de la configuration n'est pas traduite !!
          Et il y a même encore de l'anglais dans le menu !!
          J'ai toujours vu ce phénomène sur Mozilla.
          Galeon est un peu mieux, mais garde des messages d'alerte en anglais (ça la fout mal pour mes utilisateurs proches non anglophones).
          • [^] # Re: Derrière vos logiciels favoris...

            Posté par . Évalué à 2.

            J'ai déjà vu ce problème qui ne vient pas de la traduction de Mozilla mais d'une mauvaise installation, peut-être suite à un téléchargement partiel.
            Le mieux pour réparer : télécharger de façon classique le fichier .xpi de francisation dans un répertoire personnel. Puis l'ouvrir par Fichier, Ouvrir et accepter les questions. Dans Édition, Préférences, Apparence, Langues/contenus, choisir la langue qui va, OK, puis relancer Mozilla. Cela devrait être bon.
            Si cela ne marche pas, c'est que les fichiers personnels sont abimés, alors effacer ~./.mozilla, ce qui fera perdre du coup les paramètres personnels, et recommencer.

            Plus simple : télécharger la version complète en français ici :
            http://frenchmozilla.sourceforge.net/install/#linux(...)

            Donc pas de problème de traduction.
            Voilà.
  • # meta-bug-tracker

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Dans la série des bug trackers, il faut aussi citer malone, développé par canonical.

    L'idée est de tracker les bugs du produit dans différentes distributions, en distinguant éventuellement les bugs de la version packagée et ceux du la version "upstream". C'est encore en développement, mais à terme, si j'ai bien compris, il sera capable d'aller chercher dans les bugzillas des autres distributions par exemple.

    C'est par là que ça se passe:

    https://launchpad.net/malone/(...)
  • # GNOME 2.12 Beta 2

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    GNOME 2.12 Beta 2 est dipsonible pour les amateurs de chasse aux insectes :

    http://mail.gnome.org/archives/gnome-announce-list/2005-August/msg0(...)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.