Jitsi, Framasoft et CHATONS — émission « Libre à vous ! » du 7 avril 2020 — Podcasts et références

Posté par  . Édité par Davy Defaud. Modéré par bubar. Licence CC By‑SA.
11
11
avr.
2020
Communauté

Soixante‐et‐unième émission « Libre à vous ! » de l’April. Podcast et programme :

  • chronique de Luc sur le confinement ;
  • des nouvelles de Framasoft et du collectif CHATONS (Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires) avec Angie Gaudion ;
  • le confinement et l’école avec Laurent Joëts, professeur de technologie en collège, et référent numérique de l’établissement ;
  • présentation de Jitsi avec son créateur Emil Ivov.

Suite au confinement de la population, l’émission a été diffusée dans des conditions particulières. Toutes les personnes ont participé à l’émission depuis chez elles. D’un point de vue technique, nous avons utilisé Jitsi Meet.

Rendez‑vous en direct chaque mardi de 15 h 30 à 17 h sur 93,1 MHz en Île‑de‑France. L’émission est diffusée simultanément sur le site Web de la radio Cause Commune.

Le programme de la prochaine émission est en ligne. Si vous avez des questions ou remarques pour l’un des sujets abordés, n’hésitez pas à les mettre en commentaires de cette dépêche.

Aller plus loin

  • # Jitsi perso

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    Merci, ça m'a fait penser à installer ma propre instance de Jitsi.

    La doc était bien faite et ça a été up en un rien de temps.

    Et c'est même tout prêt pour du https (avec let's encrypt) si on n'a pas de reverse proxy qui fait déjà le taff. J'avais mon reverse qui faisait déjà du LE mais je trouve ça cool de l'avoir direct intégré ce qui permet à plus de monde d'installer une instance.

    Me reste à écouter le podcast…

    • [^] # Re: Jitsi perso

      Posté par  . Évalué à 2.

      Le podcast dit que BigBlueButton c'est mieux ;-)

      Je plaisante, les deux sont bien et ne font pas complètement la même chose.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.