La forge de l'administration

Posté par . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags : aucun
0
13
juin
2005
Communauté
Une forge de l'administration, oui, vous avez bien lu et en gouv.fr en plus ! De présentation assez triste, non encore référencée par google, c'est AdmiSource :

" AdmiSource est la plate-forme collaborative proposée à l'ensemble des administrations Françaises pour leurs développements de logiciels libres. Chacun est le bienvenu pour utiliser, participer et contribuer à la hauteur de ses intérêts."

Espérons que cette plateforme qui vient en plus de celle de l'Adullact rencontre un succès. Succès qui signifierait que nos administrations se mettent au libre sérieusement. Pour l'instant, 6 projets sont hébergés dont 4 de tests. Vous me direz il faut bien commencer et quand on n'est pas référencé par google ce n'est pas facile ;) Heureusement, LinuxFr est là pour diffuser l'information !

Pourquoi cette nouvelle forge de l'administration alors qu'il existait déjà celle des collectivités locales ? Assistons-nous à une guerre des administrations ? Quel crédit donner à cette dernière ?

Les quelques administrations qui ont choisi la voie du logiciel libre ont publié leur source sur sourceforge, le cpan afin d'avoir le réel soutien de la communauté. Citons LemonLDAP le web SSO de la direction générale de la comptabilité publique et de la gendarmerie :
- http://lemonldap.sourceforge.net
- http://search.cpan.org/~egerman/Lemonldap-Portal-Sslsso-0.03/Sslsso.pm

Espérons que notre administration comprendra que le libre ce ne se limite pas à son monde et souhaitons bonne chance à ce qui est a priori une bonne initiative !

Aller plus loin

  • # Meta-forge ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Les "forges" pullulent. Chacun cree la sienne, j'imagine pour s'ouvrir au logiciel libre tout en servant de jolie vitrine commerciale (genre "moi aussi je fait du soft open-source").

    A force, pour s'y retrouver, il va falloir se creer des 'meta-forge' a l'image des meta-moteur de recherche.
  • # encore une forge?

    Posté par . Évalué à 3.

    moi pas tout comprendre!
    il semblerait que la forge adullact existant depuis un certain temps faisait l'affaire vu le nombre de projets et d'inscrits. pourquoi multiplier les initiatives? et donc multiplier des "coûts"? (je suppose qu'entrenir une forge n'est pas gratuit?)
    est-ce "ca" la mutualisation dont l'ADAE se vante de mettre en avant?

    1er cas "bizare" : prométhée semble etre déposé sur les 2 forges: adullact; adminsource!!! pas simple de maintenir tout ca?
  • # De l'art de définir les mots "libre", "collaboratif" et "mutualiser"

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Ah, une forge de plus :(

    Quand un projet existe déjà et qu'on en fait un duplicata, ça s'appelle un fork. Y-a-til des défauts dans la forge de l'adullact ? Quelles sont les avancées proposées qui n'existaient pas auparavant ? La news ne parle pas de tout ça :(

    Pour mémoire, le libre ce n'est pas seulement mettre un coup de tampon GPL sur du code dans un CVS. Le libre c'est tout une écologie de gens qui travaillent ensemble, qui collaborent pour mutualiser des efforts (de dev, de doc, de test, de comm...) afin de faire augmenter le savoir général.

    Malheureusement ici, je n'ai pas l'impression de voir tout ça. Le fork va dans l'exacte direction opposée de la mutualisation.

    Ya des (re)lectures de "La Cathédrale et le Bazar" qui se perdent...
  • # Un pas en avant

    Posté par . Évalué à 2.

    On peut regretter qu'une « forge » commune ne soit pas d'emblée utilisée.

    Je pense cependant que l'existence de forges intermédiaires, spécifiques à tel ou tel groupe, est une étape nécessaire à l'adoption de ce type d'outil par les administrations.

    D'une part, ce que l'on demande avec une forge est de faire un pas de géant en acceptant que ses sources soient hébergées ailleurs, par un tiers que l'on ne connait pas forcément suffisamment pour avoir toute confiance en lui. C'est une petite révolution culturelle.

    D'autre part, l'ADULLACT, c'est bien, mais peut-on vraiment défendre que le logiciel libre, c'est ne plus être forcé de traiter avec tel ou tel interlocuteur et en faire un point de passage à ce point incontournable ?

    Je crois pour ma part aux petits pas et je salue celui qu'a fait l'ADAE en créant cette forge.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.