Le cadre belge d'interopérabilité : un bilan après 2 ans de travail collaboratif

Posté par . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags : aucun
0
17
nov.
2007
Justice
Depuis 2005, un wiki officiel du gouvernement belge (le Belgif) permet à la communauté de participer à la définition des règles au niveau des standards ouverts.

Si on regarde le site, une réflexion s'impose : la communauté du libre a une chance d'influencer concrètement les choses (dans un pays qui a fait le choix des standards ouverts) mais les problèmes sont loin d'être résolus.

En tout cas, la dernière news du site me laisse pantois : seuls 3% des sites web des autorités locales sont conformes !

Opter pour les standards ouverts n'est donc pas suffisant : une fois la décision prise, c'est le véritable travail qui commence. Mais que faire? C'est ce que je propose d'analyser dans cet article. Moins connu mais surprenant, le cadre belge d'interopérabilité est un exemple de collaboration avec la communauté du libre. Depuis 2005, le gouvernement belge est le premier à avoir ouvert au travail collaboratif à l'aide d'un wiki, l'ensemble de ses travaux sur les standards ouverts. L'idée d'utiliser un wiki a d'ailleurs été reprise, dans une moindre mesure, lors des discussions sur le RGI en France.

On peut voir dans ce site une victoire de la communauté du libre. Après plusieurs années de sensibilisation des décideurs politiques, la Belgique a clairement pris le parti des standards ouverts en 2005 et souhaite impliquer la communauté dans le travail de documentation et de prise de décision.

Quel bilan peut-on tirer depuis? il reste beaucoup à faire!

Premier constat : seuls 3% des sites des autorités locales respectent les standards ouverts.

Deuxième constat : il ne suffit pas d'avoir une liste de standards. Il faudrait à présent décrire de manière plus concrète la manière de mettre en oeuvre ces standards dans des situations pratiques : faire un site web, archiver des courriels...

Troisième constat : le niveau d'implication de la communauté n'est pas encore suffisant. Nous avons obtenu une victoire sur les principes mais il faut à présent encore montrer que nous pouvons aussi formuler des propositions concrètes.

Le Belgif
Les standards du Belgif sont regroupés en 4 catégories qui sont celles qui ont été définies par l'Europe : data presentation and exchange, data integration and middleware, interconnection services, security services.

Chacune de ces catégories est complétée par des sous-catégories qui donnent ensuite accès à la liste de standards retenus pour cette catégorie.

Pour proposer un nouveau standard, il suffit d'éditer l'onglet de discussion et de documenter la demande. Elle sera ensuite prise en considération par le gouvernement belge qui vérifiera si la proposition correspond bien aux critères définis.

Le Belgif a rajouté la notion de "cluster" pour rendre les choses plus pratiques et concrètes. Par exemple, pour les sites web, le cluster "webaccessibility" rassemble tous les standards nécessaires pour faire des sites web accessibles. Le but en rassemblant des standards qui répondent à un besoin précis, c'est d'arriver à faire des fiches plus pratiques à destination des utilisateurs : que dois-je faire dans telle ou telle situation.

Si l'idée est bonne, son implémentation dans le Belgif n'est pas encore convaincante. En effet, les contributions sont encore limitées, probablement à cause d'un manque de communication.

Aller plus loin

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.