Le logiciel libre selon ObjectWeb

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par rootix.
Étiquettes : aucune
0
18
oct.
2004
Java
Dans cet article, Francois Letellier décrit l'écosystème du consortium Objectweb qui, après avoir été longtemps franco français, est devenu un groupe international de premier plan.

On y découvre que pour ce consortium, le libre n'est pas un produit, mais un processus où une participation active génère une rétribution sous forme d'expertise, efficacité ou reconnaissance. Cet article revient sur la philosophie d'Objectweb et sa façon de concilier le logiciel libre avec les objectifs des différents membres ( grandes entreprises, pme, particuliers, institutions, écoles, gouvernements... ).

Étant membre d'Objectweb et "patron" de PME depuis un certain temps, je suis tout a fait d'accord avec l'article. Quand nous avons commencé, on nous a souvent dit que les logiciels libres ne permettait pas de gagner sa vie et c'était vrai au début :)

Aujourd'hui, après 2 ans sous forme de SARL, les retombées en visibilité et en reconnaissance nous ont permis d'être consulté pour des projets intéressants et de jouer un cran au dessus de la concurrence locale qui a mis des années à se mettre en place.

Aller plus loin

  • # Position Objectweb sur les brevets logiciels

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

    Pour mémoire, la position d'Objectweb sur les brevets sur le logiciel :
    http://wiki.objectweb.org/attach?page=CWP_SoftwarePatents_French%2F(...)
    http://wiki.objectweb.org/Wiki.jsp?page=CWP_SoftwarePatents_French(...)

    Son comité exécutif comprenant 7 personnes de l'INRIA, 3 de Bull et 1 de France Telecom R&D (sur 12 personnes), et son conseil d'administration 3 personnes de l'INRIA, 1 de BULL et 1 de France Telecom R&D, on en déduit donc que ces trois entreprises sont opposées aux brevets sur le logiciel. Dommage que leurs sites web sont plutôt discrets sur le sujet :
    - chez Bull, une mention dans
    http://www.bull.com/download/whitepapers/opensource.pdf(...)
    - à France Telecom R&D, « Le droit d'auteur concerne également la protection normalement applicable aux logiciels. »
    http://www.rd.francetelecom.com/fr/technologies/ddm200304/techfiche(...)
    - à l'INRIA, http://www-rocq.inria.fr/fr/actualites/colloquium/sujets/Smets12020(...)
    « Brevets logiciels et logiciels libres : à quoi sert encore la recherche publique en informatique ? »
    • [^] # Re: Position Objectweb sur les brevets logiciels

      Posté par  . Évalué à 1.

      Les positions stratégiques d'ObjectWeb sont prises par le conseil d'administration. La composition que vous en donnez est a-peu-près exacte, mais un peu tendancieuse (de fait, une majorité du conseil n'appartient pas aux membres fondateurs).

      En ce qui concerne la ferme position d'ObjectWeb contre les brevets, c'est avant tout ObjectWeb qu'elle engage.

      Toutefois, il est évident que le consortium ne pourrait afficher une telle position sans un accord majoritaire du conseil d'administration - donc sans la bienveillance de ceux qui y représentent les membres fondateurs.

      Ces grands groupes et instituts comportent donc, dans leurs hautes sphères de décision, quelques consciences éveillées - et le point de vue anti-brevet y est représenté, la preuve !

      L'espoir serait donc de mise...
      A bon entendeur,

      Pierre-Yves Gibello - Membre (indépendant) du conseil d'administration d'ObjectWeb
  • # très bon

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 1.

    Un très bon article à recommander aux dissaïdor qui se demandent (encore?) pourquoi des boîtes font du Logiciel Libre.
    • [^] # Re: très bon

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

      Surtout avec les quelques ecarts pratiques, qui font croire qu'il est facile de vivre de logiciel libre:

      > OpenOffice a été lancé par Sun

      Un peu abusif comme forumulation. OpenOffice a ete rachete par Sun puis relance sous forme de logiciel libre. Avec un seul but, emmerder microsoft. Ici le logiciel libre ne sert pas a faire vivre l'ecosysteme du libre, juste a destabiliser un peu microsoft. Je doute que l'argent investit par Sun dans OO ou StarOffice arrive au millieme de ce que ca leur rapporte.

      > Wine a été notamment supporté par Corel et CodeWeavers

      Par Corel, mais pas pendant longtemp. Et si je me rappelle bien, les contrib utions de codeWeavers a wine ont leur propre polemique.

      > MySQL est l'oeuvre d'une start-up suédoise
      La en revanche, on a bien l'exemple d'une boite qui vit d'un produit logiciel libre. Avec Trolltech et ACT, Mandrake, Suse et Redhat, on a fait le tour des boites qui vivent d'un produit logiciel libre [1]. 6 dans le monde entier, ce n'est pas beaucoup.

      [1]: "produit logiciel libre" au sens on ce n'est pas un produit existant qu'elles ont ameliore mais un produit qu'elles ont choisi de le depart de developper en tant que logiciel libre et que ce produit est rentable. OpenOffice ne rentre pas dans cette categorie.
      • [^] # Re: très bon

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

        Ce qui me semble important en fait dans cet article, c'est qu'il est présenté un business model viable pour les logiciels libres.
        Evidemment, il y en a d'autres comme celui de MySQL que tu as déjà cité, ou encore celui de Sharp ou Tivo (associer logiciel et matériel), etc. Pour ceux qui veulent approfondir cet aspect, se référer à l'excellent article de joelonsoftware: http://french.joelonsoftware.com/Articles/StrategyLetterV.html(...)
      • [^] # Re: très bon

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

        OpenOffice a permis à sun de vendre StarOffice... sans OpenOffice, je pense que personne n'achéterait StarOffice !
        De plus, cela a eu des retombées "d'image" pour sun.

        Et je pense qu'il y a beaucoup d'exemples comme MySQL mais moins connu, OpenCRM, JBoss, Lomboz...

        http://about.me/straumat

      • [^] # Re: très bon

        Posté par  . Évalué à 2.

        >> OpenOffice a été lancé par Sun
        > Un peu abusif comme formulation. OpenOffice a ete rachete par Sun puis relance sous forme de logiciel libre.

        Tout depend comment tu l'interprete: *StarOffice* a ete rachete par Sun qui l'a lance sous le nom d'OpenOffice.
        Mais je suis d'accord avec toi: si on considerait que Sun avait juste lanc'e un projet, ce serait une erreur: ils ont mis sous license libre un produit complet (hormis certaines portions) qui a servi de base au projet et auquel ils continuent a participer.

        > Avec un seul but, emmerder microsoft. [...]
        > Je doute que l'argent investit par Sun dans OO ou StarOffice arrive au millieme de ce que ca leur rapporte.

        Affirmation un peu gratuite: comme le gain de Sun li'e a l'afaiblissement de la position de Microsoft est tres indirect (hormis les ventes de license StarOffice qui ne doivent pas rapporter beaucoup), le gain est impossible a calculer..
      • [^] # Re: très bon

        Posté par  . Évalué à 1.

        >> Surtout avec les quelques ecarts pratiques, qui font croire qu'il est facile de vivre de logiciel libre:

        >> > OpenOffice a été lancé par Sun

        >> Un peu abusif comme forumulation.

        Ecrire un article pour une publication est toujours un exercice difficile, car le nombre de mots est limité ;-)
        cependant, je ne pense pas avoir écrit n'importe quoi, et il faut lire:

        "une large part des logiciels libres à succès ont été supportés sur le plan technique et promotionnel par des sociétés commerciales"

        OpenOffice a été "lancé" par Sun sur le plan promotionnel.

        J'ai essayé de faire comprendre quelque chose que l'imagerie d'Epinal du logiciel libre/open-source occulte souvent : l'importance de l'implication d'acteurs commerciaux dans des projets à succès d'une part, et l'importance, dans les faits, d'actions de promotion d'autre part.

        Pour ce qui est du ROI (référence à ce que rapporte OO à Sun par exemple), le modèle de l'écosystème apporte précisément une réponse: sans doute Sun n'a pas retiré de ROI direct sur OO, mais Sun a contribué au développement d'un écosystème autour des solutions bureautiques open-source ; cet écosystème, lui, permet le développement d'une activité économique dont Sun espère indirectement bénéficier.

        Enfin, pour ce qui est des boîtes "qui vivent du LL", le commentaire de Philippe ne prend pas en compte ce que j'appelerai un effet "de perspective" : on voit mieux ce qui est proche de soi. Ce qui apparait maintenant, c'est qu'une myriade de PME vivent avec des business models qui intègrent le LL -- je ne dis pas qu'elles "vivent du LL", ce qui serait excessif, mais elles vivent aussi grâce au LL. Ces PMEs sont éparpillées de par le monde et on n'en voit qu'une fraction près de chez nous. Je ne citerai qu'une petite partie de celles que j'ai pu croiser: Together (Autriche), Funambol (Italie/US), GlueCode (US), Cignex (US), eteration (Allemagne/Turquie), Experlog (France), Scub (France), Linagora (France), Open Wide (France), SourceBeat (US), O'Reilly (US), Exadel (US), Cotranet (France), eXo (France), Audaxis (Belgique), BitRock (Espagne), etc, etc... Sans parler des grandes sociétés (Capgemini, Ilog, Thales, Bull, etc, etc) qui s'appuient sur le LL dans une plus ou moins large mesure.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.