Linux de plus en plus présent en entreprise selon IDC, rapporte "Le Monde Informatique"

Posté par (page perso) . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags : aucun
0
21
oct.
2004
Linux
Dans son édition du 20/10/2004, "le Monde Informatique" présente une étude* co-éditée par Novell, qui tente de mesurer "l'impact du logiciel libre" dans "les entreprises et administrations".
Rien de bien nouveau, mais GNU/Linux semble continuer son expansion, avec des parts de marché qui "doublent quasiment tous les ans" sur les "serveurs d'infrastructure".
Ainsi, Linux est "présent sur 15% des serveurs vendus en 2003", et son implantation est de 24 % dans le privé et de 56% dans les établissements publics.
Linux semble aussi se positionner sur les bases de données avec "6.7% des serveurs Linux, en forte croissance"'.
Sur le poste client, "le poste client Linux est quasiment inexistant". Cependant, et c'est la bonne nouvelle pour les tenants du libre, "Les structures [...] prévoient cependant majoritairement d’en augmenter le poids".

* Etude menée auprès de 552 entreprises et administrations de plus de 500 salariés On peut certes se méfier d'une étude commanditée par Novell, qui a évidement intérêt à faire de la publicité à ce genre de nouvelles. Il est cependant toujours motivant d'entendre que l'avancée de Linux est continuelle, et que "Ce système d’exploitation n’a pas écrasé Microsoft mais a trouvé sa place parmi les standards".

Aller plus loin

  • # La mauvaise raison

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Le Logiciel Libre / OpenSource continue son expansion, mais pour quelle raison ? La mauvaise, sa gratuité d'acquisition :
    http://questionnaire.journaldunet.com/fiche/249/76/index.shtml(...)

    Pourtant, il y en a plein d'autres des raisons : outre les 4 libertés fondamentales, citons l'indépendance des éditeurs proprios, le contrôle, la visibilité à moyen et long terme, la transparence, la réactivité, le respect des standards...
    • [^] # Re: La mauvaise raison

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Pourtant, les logiciels libres ont un coût pour le développeur (temps,matériel,livres, ...). J'essaye donc, dans la mesure du possible, de faire adopter au sein de mon entreprise une rétribution par don pour les différents logiciels libres que nous utilisons sur nos serveurs (100% de nos serveurs tournent sous GNU/Linux avec les logiciels libres adaptés à leur fonction). Ce n'est pas facile ne leur faire comprendre que si on veut continuer à avoir des logiciels de qualité, y consacrer un buget, même si ces logiciels sont gratuits, n'est pas un luxe.
      Un autre moyen de faire contribuer les entreprises au monde du libre est de faire appel aux SSLL lors du déployement de nouveau serveur.
    • [^] # Re: La mauvaise raison

      Posté par . Évalué à 4.

      le contrôle, la visibilité à moyen et long terme

      Faut relativiser.
      Le controle : qui controle quoi dans apache, mysql ou openoffice.org ? Y a-t-il vraiment beaucoup de monde qui va controler le code outre les gens qui ont les mains dans le cambouis ?

      D'un autre cote, on peut tout de meme s'attendre a ce que s'il y a un os quelque part, quelqu'un puisse fouiller et le trouver. Avec un logiciel proprietaire obtenu sous forme binaire, ce n'est pas possible.

      Quant a la visibilite a moyen et long terme, pour certains logiciels comme linux, apache, samba, mozilla, y'a assez de gens qui bossent dessus et qui sont payes par des entreprises diverses. L'une peut abandonner, les autres restent.
      Mais pour la plupart des autres, ils sont developpes par une poignee de gens, souvent sur leur temps libre, et suffit que pour une raison ou une autre un developpeur principal disparaisse, et c'est la sante du logiciel qui est en jeu.
      De plus, de nombreux logiciels, des petits utilitaires, des softs bien pratiques, compilent encore sans difficulte et fonctionnent tres bien. Mais ils sont abandonnes depuis longtemps. Il suffit d'un changement quelque part et ces outils deviennent inutilisables.

      Apres avoir detruit qq arguments en faveur du logiciel libre, un petit mot pour dire en quoi ces arguments ne sont pas trop a prendre en compte.

      - l'independance des editeurs proprios -> si le logiciel est abandonne, je peux eventuellement me l'approprier et le maintenir si j'en ai la capacite.

      - la reactivite -> si y'a un os quelque part, ca va reagir vite. Si un soft est abandonne, mais utile malgre tout, c'est probable qu'il soit repris et maintenu par un autre.

      - le respect des standards -> c'est tres souvent le cas avec les logiciels libres. l'avantage, c'est que si un logiciel est abandonne ou qu'il y a un probleme avec, on peut changer de logiciel sans difficulte au niveau des donnees. Le seul cout sera celui de la migration, qui inclut la formation des utilisateurs au nouveau logiciel. Et c'est peut-etre ca l'argument le plus important.

      ...

      Et puis meme pour les logiciels proprietaires, y'en a qui sont abandonnes. la visibilite n'est pas un argument, ni en faveur du libre ni en faveur du proprietaire.

      Le bonjour chez vous,
      Yves
      • [^] # Re: La mauvaise raison

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        >> le contrôle,

        > Faut relativiser.

        Ben oui, mais non : J'ai demandé un export CSV dans mysql, le patch est maintenant dispo :
        http://bugs.mysql.com/bug.php?id=4058(...)
        http://bugs.mysql.com/bug.php?id=5707(...)

        Ensuite, ce n'est pas sur des projets énormes, visibles, centraux et critiques engageant des centaines, voire milliers de développeurs et testeurs que ta voix sera entendue... quoique... l'exemple ci-dessus est preuve du contraire... en tout cas, tu peux être acteur via les ML, Bugzilla, blogs, forums... dans le monde proprio, il y a la barrière de la licence, ensuite du support, etc.

        Sur des projets plus restreints, tu peux vraiment interagir si t'es pas un gars trop lourd... Bugzilla est un bon exemple. Il y a la trad de la 2.18 à faire, version qui sortira après la sortie de Firefox et Thunderbird 1.0. Il est possible de proposer du code, il n'y a pas forcément besoin d'être une bête en perl, ou sinon, un hack est toujours le bienvenu pour un besoin spécifique... Envoie-le sur les usenet Netscape Webtools.

        Si, honnêtement, tu peux avoir un contrôle sur des projets libres, ce qui est complètement exclu chez les proprios.
        • [^] # Re: La mauvaise raison

          Posté par . Évalué à 4.


          > > Le contrôle
          Ben oui, mais non : J'ai demandé un export CSV dans mysql, le patch est maintenant dispo


          Et je confirme de mon cote avec un bug de php que j'ai signale et qui a ete corrige dans les 2 jours. Flemme de chercher une URL :)

          Ca, c'est la reactivite. Et c'est aussi une ouverture de la part du developpeur qui propose a l'utilisateur competent de participer en mettant les mains dans le cambouis. Et ca, c'est genial !

          Pour le controle, disons qu'il est possible, et avec les competences necessaires, tout le monde peut s'y coller. Mais combien s'y collent vraiment ? Ceux qui vendent du libre, mais pas vraiment ceux qui l'achetent.

          Le bonjour chez vous,
          Yves
          • [^] # Re: La mauvaise raison

            Posté par . Évalué à 4.

            Allez.. je confirme aussi, j'ai trouvé un bug dans un script de compilation des exemples de JOnAS, j'ai trouvé la solution, j'ai posté et le correctif était sur le cvs le soir même !!

            http://about.me/straumat

      • [^] # Re: La mauvaise raison

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Et puis meme pour les logiciels proprietaires, y'en a qui sont abandonnes. la visibilite n'est pas un argument, ni en faveur du libre ni en faveur du proprietaire.
        100% d'accord. Toutefois, l'independance vis à vis des editeurs proprios est quand même une des plus grosses forces du libre (comme par hasard, elle découle directement des 4 libertés qui font si peur que les journalistes les énumèrent rarement).

        le respect des standards
        Ca c'est l'argument pro-LL que je trouve le plus fallacieux et pourtant, on le cite régulièrement. Beaucoup de softs proprios respectent les standards aussi bien, voir mieux, que leur équivalent libre. Pour exemple, Oracle ou même MS-Access (oui oui, Access) sont plus respectueux de SQL que mySQL qui est le plus répendu et connu des SGBD libres (ouais bon, il existe heureusement Postgres) et ça m'etonnerais qu'IIS ne respecte pas http aussi bien qu'Apache et Mozilla a aussi ses délires avec le HTML / CSS.
        L'avantage du libre c'est plutot que lorsqu'il ne respecte pas les standards, c'est rarement dans le but d'éliminer toute forme de concurrence.
        • [^] # Re: La mauvaise raison

          Posté par . Évalué à 2.

          Je trouve au contraire que le respect des standards est un des arguments les moins fallacieux du web...

          MySQL est respecteux des standards SQL ( comme les autres ) le truc, c qu'ils ont pas tout implémentés mais c plus un problème de temps qu'autre chose...

          http://about.me/straumat

          • [^] # Re: La mauvaise raison

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Oula, tu as raison, il semble que le type InnoDB comble nombre de lacunes qu'avait mySQL il y a 2 ans et que mySQL soit maintenant un moteur SGBD vraiment proche du standard SQL. Il reste bien des trucs a implémenter mais ils semblent vraiment vouloir les implémenter (ce qui, si je me souvient bien, n'etait pas vraiment la philosophie au début de mySQL). Au temps pour moi !
            Mais ça n'enleve pas les soucis de compatibilités avec les standards dans le libre, même s'ils ne sont que des questions de temps... Tiens dans la série des exemples, j'aurais pus aussiciter les linux threads, qui se sont aussi beaucoup améliorés mais qui divergent toujours du standard sur la gestion des signaux...
        • [^] # Re: La mauvaise raison

          Posté par . Évalué à 2.

          "ça m'etonnerais qu'IIS ne respecte pas http aussi bien qu'Apache"

          MIIIP !

          on ne se souvient déjà plus de cette superbe invention (volontaire) pour accélérer le web ? Au mépris des standards....

          http://grotto11.com/blog/slash.html?+1039831658(...)
          • [^] # Re: La mauvaise raison

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Attention, d'apres ton lien, c'est IE qui tente un truc et si c'est supporté par le serveur (IIS au hasard), alors ok, on sort de la marche standard. Ca n'empèche pas que IIS supporte aussi le standard (embrace & extends qu'ils disaient :) ).
          • [^] # Re: La mauvaise raison

            Posté par . Évalué à 5.

            Le gars qui a ecrit ca est un menteur

            IE ne peut pas envoyer autre chose qu'un SYN comme premier paquet d'une connexion tout simplement car il n'a aucun moyen de le faire, rien ne permet cela dans le systeme, et c'est totalement illogique et infaisable car ca empeche toute negotiation de taille de fenetre, timestamp, ... sans parler du fait que les 2 cotes n'ont des lors aucun moyen de faire un handshake correct avec echange de numeros de sequence, aucun moyen de savoir si le paquet entrant est une nouvelle connexion ou pas, ...

            Cette enorme connerie qu'il raconte est _impossible_ en utilisant TCP comme protocole.

            C'est du FUD, et rien d'autre
            • [^] # Re: La mauvaise raison

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Oui, ce qui tu dis me semble tout à fait vrai...
              C'est dommage que des mecs racontent des conneries, on passe pour des rigolos ensuite...
              Ou alors il faudrait que IE re-code complètement TCP...
              Ca parait vraiment très bizarre comme histoire..
              Merci de cette précision, PBPG...
              • [^] # Re: La mauvaise raison

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                > C'est dommage que des mecs racontent des conneries, on passe pour des rigolos ensuite...

                C'est exactement ce que doivent se dire les mecs normaux chez Microsoft quand ils entendent les FUDs de Steve Ballmer et Bill Gates...
            • [^] # Re: La mauvaise raison

              Posté par . Évalué à 1.

              Désolé. Je n'ai pas mis à jour mes infos... Il semblerait en effet que ce comportement ne vienne pas de IE mais de la pile TCP/IP. Et qu'il s'agit non pas d'une fonctionnalité mais d'un bug, qui a été corrigé depuis.

              L'auteur de la page fait une note de mise à jour pour dire que cela a disparu depuis NT4.0.

              Les vieilles intox ont la vie dure...
              • [^] # Re: La mauvaise raison

                Posté par . Évalué à 2.

                Mais cela n'a _absolument rien a voir_ !!

                1) Cela ne _peut pas_ fonctionner, c'est _impossible_ , la machine recevant les requetes n'acceptera jamais un paquet sans une connexion existante(donc un TCP handshake precedant cela).

                2) La stack NT n'a jamais fait cela non plus, c'est 100x trop gros pour que cela n'ait pas ete decele. Faut pas deconner, un paquet envoye avec meme le debut du 3 way handshake ca se voit en 3 secondes et c'est completement impossible au vu du design de la stack, la stack ne pourrait en aucun cas accepter les paquets suivants si le 3 way handshake n'est pas fait car il n'y aurait pas de tcb attachee au 4-uple port/IP et les paquets entrant auraient ete rejetes immediatement.

                Faut arreter le delire, ce gars raconte n'importe quoi.
  • # euh ... une étude co-éditée par qui?

    Posté par . Évalué à 4.

    Si c'était une étude pro-microsoft co-éditée par microsoft ? Y accorderait-on le même intérêt (C'est juste une question )
    • [^] # Re: euh ... une étude co-éditée par qui?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      C'est assez vrai, ce que tu dis...
      Et j'ai précisé, dans la dépèche, que le commanditaire de l'étude est Novell.. Qui n'est pas neutre, je pense, sur le marché des OS...
      En ce qui concerne un étude pro-microsoft co-éditée par microsoft, il me semble qu'il y a déja eu des échos là dessus, sur ce site...
      L'idée principale qui m'a motivé à écrire cette dépèche, c'est que cela donne un peu de recul par rapport aux impressions qu'on peut avoir... Quand je regarde, je vois du Microsoft partout (je viens de voir une démo télé HD qui m'a emballé, sauf qu'il y avait marqué WMV dessus, et j'ai eu peur qu'il ne s'agisse encore d'un produit de cette société)...
      J'en viens même parfois à douter de l'existence de Linux.. :-(
      Alors, même si cette étude est bidon, imaginons même si elle a triché au point de doubler les chiffres qui l'arrangeait, et bien, il n'empèche, cela venait au bon moment pour moi pour me rassurer sur au moins l'existence de cette offre, et la possibilité de faire un autre choix...
      Ne boudons pas notre plaisir... :-)
      • [^] # Re: euh ... une étude co-éditée par qui?

        Posté par . Évalué à 3.

        C'est pas tant ta dépèche qui me pousse à cette réflection mais plus l'absence des commentaires habituels lorsqu'il s'agit d'étude pro-microsoft co-éditée par Ms. Je ne vois pas pourquoi on ne traiterait pas les deux "mondes" de la même façon. Cela dit, je pense personnellement que cette étude est plutôt proche de la réalité (par rapport à ce que j'en vois autour de moi), mais je n'ai pas de moyen pour vérifier ces chiffres (peut-être qu'une autre étude pourrait confirmer celle-ci mais je n'ai pas le temps de chercher).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.