Linux en entreprise : deux nouveaux exemples de migration

Posté par (page perso) . Modéré par Pascal Terjan.
Tags : aucun
0
10
fév.
2007
Commercial
Le groupe automobile PSA (Peugeot/Citroën) migre 20 000 de ses 75 000 postes de travail et 2 500 serveurs sous Suse Linux Enterprise (Desktop et Server). PSA est un grand compte français et le premier industriel à faire une migration aussi massive vers le logiciel libre.

D'après un représentant informatique de PSA Peugeot Citroën : « L'engagement de Novell dans les logiciels libres et son excellente coopération avec nos fournisseurs informatiques de matériel et de logiciels pour répondre à nos exigences ont été décisifs pour notre choix. En outre, SUSE Linux Enterprise Desktop s'intègre parfaitement dans notre infrastructure Windows existante ».

La date d'annonce de cette migration a (par hasard ?) coïncidé avec la sortie mondiale de Windows Vista.

Par ailleurs, l'Union Bank of California, l'une des 25 plus grosses banques des USA, migre d'AIX à Red Hat Enterprise Linux. Les raisons de la migrations sont de meilleures performances, et une gestion centralisée et sécurisé à travers Red Hat Network. Il est aussi prévu l'utilisation de JBoss et MySQL.

Aller plus loin

  • # Autre temps, autre moeurs...

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Il y a quelques années, cette annonce aurait fait l''effet d'une bombe dans les milieux informatiques. Elle ne figure maintenant qu'en seconde page sur Linuxfr...

    Pourtant la migration d'une grosse entreprise vers Linux n'est pas encore une chose fréquente. On trouve beaucoup de migrations vers OpenOffice.org et Firefox mais peu de migrations vers Linux dans les grandes entreprises. Cette migration marque très certainement une nouvelle étape dans la progression du logiciel libre.

    La seule chose que je trouve dommage, c'est qu'une entreprise française ou même européenne n'ait pas été choisie.
    • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

      Posté par . Évalué à 9.

      Bah je dirais plutôt dommage qu'une entreprise française ou européenne n'est pas été en mesure de remporter l'appel d'offre.

      Ce qui compte c'est bien d'être le meilleur dans son domaine ou de répondre le mieux aux attentes du client, le protectionnisme franco-français n'est ni une fin ni une solution en soit.

      D'autre part, linuxfr n'est pas la seule source d'information, et cette news a fait l'objet de beaucoup de grands titres dans les sites de news.
      • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Je pense que Mandriva souffre encore du désastreux passage de Harry Poole à sa direction. Tout s"est passé comme si il avait été nommé (par les investissers US) pour couler la boite.
        Il manque à Mandriva quelques commerciaux capables d'aller négocier des contrats avec de grosses entreprises ou quelques ministères. Je suis convaincu qu'il ne faudrait pas grand chose pour que Mandriva puisse avoir un essor important, juste que quelques décideurs se rendent compte de l'excellence des employés de Mandriva et leur fassent confiance.
        • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

          Posté par . Évalué à -4.

          > Je pense que Mandriva souffre encore du désastreux passage de Harry Poole à sa direction.

          Car avant c'était mieux ? Si c'était si merveilleux que ça, pourquoi Mandriva est allé le chercher ?

          > Tout s"est passé comme si il avait été nommé (par les investissers US) pour couler la boite.

          Ça frise l'anti-américanisme primaire.
          Qui a demandé ces investisseurs ? Qui a accèpté ces capitaux ? C'est Mandrake et personne d'autre.
          D'ailleurs sans ses investisseurs Mandrake serait peut-être déjà mort.
          • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Faux, Mandrake faisait des bénéfices quand Poole est arrivé mais en partant, il a laissé une ardoise de plusieurs millions d'euros.

            Vu que l'informatique est une activité stratégique, elle intéresse la CIA. Elle a ainsi pu mettre à mal GemPlus en faisant miroiter un marché US. En réalité, ce fut un pillage. Je pense que c'est le même système qui a été utilisé pour essayer de tuer Mandrake dans l'oeuf sans que ça ne leur coûte bien cher. D'ailleurs il a tout de suite retrouvé une très bonne place aux USA. Pour services rendus ?
            • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

              Posté par . Évalué à 7.

              Tiens je savais pas que tu faisais dans les histoires de complot toi aussi.

              Mandrake n'a jamais rien represente de strategique, ils n'ont aucun savoir faire technologique unique(les sources etant dispos a tout le monde et le travail etant en grand partie fait par des non-employes de Mandriva), ils n'ont jamais eu de parts de marche strategiques, ....

              Bref, c'etait simplement une boite mal managee de plus, si la CIA devait couler toutes les boites ayant le profile de Mandrake ca la forcerait a engager plein de faux CEOs.

              Ce que Mandriva fait, n'importe quelle SSII de taille nationale pourrait le faire avec un investissement de qqe millions par an pendant 2-3 ans pour demarrer, et c'est d'ailleurs pour ca que Mandriva ne decolle pas et coulera bientot, parce qu'ils ne font absolument pas le poids par rapport a Novell et Redhat.
            • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Les investisseurs voulaient certainement que la boîte soit en difficulté pour pouvoir la racheter pas cher.
        • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

          Posté par (page perso) . Évalué à 7.

          Il manque à Mandriva de connaître la réalité des entreprises privé, que ce soit grand groupe ou petite PME, car quand tu discutes avec eux, ça fait peur.

          On a l'impression de parler à des gens qui n'ont pas encore intégré que l'informatique doit s'adapter à l'humain et non l'inverse.

          Je vois pas Mandriva en entreprise. Ma Mdv 2007 a du mal a gérer correctement Samba, ce qui est bloquant, l'assurance de pouvoir ouvrir n'importe quel pièce jointe qu'envoi le client est pas totale, il y a encore des trous dans les possibilités d'administrations du serveur, malgré les énormes progrès...

          Ce que veut une PME, c'est

          Sur le serveur :
          - Serveur de mail avec une interface clicodrome pour gérer les comptes
          - Gestion des droits avec
          - Gestion des imprimantes sous forme de matrice permettant de définir si tel ou tel login, en fonction du poste sur lequel il se logue a le droit d'utilser tel imprimante
          - Gestion des mails de la même manière
          - Gestion des applications clients de la même manière, en fonction de tel ou tel poste (plus ou moins puissant) et tel login, on va configurer le serveur pour qu'il monte les applications automatiquement sur tels postes et pour tels personnes.
          - Gestion fine des fichiers (droits, avec une interface claire), définition de groupes virtuel, cacher les UID (le non informaticien sait pas ce que c'est et s'en tappes, il a autre chose à faire)

          - etc...

          - Des serveurs d'applications métiers (GPAO, etc...) ça on y peu rien, c'est aux boites spécialisé de vendre, mais justement si Mandriva faisait ce que je décris plus haut et savait aller voir les boites vendant de la GPAO et consort pour s'allier entre elle, ils en vendraient plein des boites.
          Mais bon, quand on écoutes Boncilhon, il plane avec sa métaphysique, à 4000 mètres d'altitudes.

          Bref, un serveur administrable par un non informaticien.
          J'ai bossé dans une PME industrielle de 50 personnes, et il n'y a pas l'utilité d'engager un informaticien, même à mi temps, il faut donc une machine administrable par un type assez malin (ingénieur en mécanique, automaticien), ou dit autrement une personne ayant un esprit un minimum logique et capable de réfléchir par lui même.
          Le serveur NT4 qu'il y avait dans cette boite remplissait parfaitement ce rôle.
          Et vous savez pourquoi Microsoft domine le monde ? Parce qu'ils savent faire des OS serveurs et client qui peuvent tourner cahin-caha en étant administré de temps en temps par un non informaticien, et ce depuis 15 ans.

          Mon propos n'est pas de dire que tout ça n'existe pas sous linux, je sais déjà que quelqu'un va me répondre 'T'es con : utilise truc ou machin"

          Je sais parfaitement que ça existe.
          C'est justement ça le pire !

          Il y a tout ce qu'il faut :
          Serveur de mail, Urpmi, Cups, et j'en passe.

          Mais il n'y a pas d'interface utilisateur claire, et c'est ça qui manque.

          Ce qu'il faudrait, ce serait une appli de config aussi complète que Webmin, mais à la sauce du configurateur de Mandriva.

          A bon entendeur salut.

          « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

          • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            T'es con : utilise truc ou machin
          • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

            Posté par . Évalué à 3.

            il y a du vrai et du faux certainement dans tes propos, et il ne m' appartiens pas de les juger.
            Je relève juste le troll "mandriva a du mal à gérer Samba" ? c' est un troll, une blague ? Installe donc drakwizard et tu verra l' outil de configuration graphique le plus avancé du monde linux pour gérer Samba. Autant y a un ou deux wizard, on se demande à quoi il servent vraiment (pxe genre, puisqu' il faut quant même éditer les fichiers) autant celui pour Samba est absolument Royal ! :) :) :)
            cordialement
            • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Ok, j'essaye et je te fait un rapport.

              Je ne désire qu'aider Mandriva en leur apportant mes quelques expériences, pas à les descendre.

              « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

    • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

      Posté par . Évalué à 6.

      > Elle ne figure maintenant qu'en seconde page sur Linuxfr...

      Parceque ce n'est pas Mandr(ake|iva).
      Mais aujourd'hui je suis mauvaise langue.
      Red Hat (probablement idem pour Novell mais je n'ai pas vérifié) a des tonnes de "success story" :
      http://www.redhat.com/rhel/informationcenter/successstories/(...)
      Mais comme c'est Red Hat (ou Novell), ça ne passe pas ici. Aujourd'hui c'est passé car c'est Peugeot (avec un volume de migration exceptionnel pour Linux, il faut bien le reconnaitre).

      Un truc qui pourrait faire une news en première page :
      http://www.redhat.com/promo/vendor/?sc_cid=bcm_bnrhpciovalue(...)

      Red Hat a pour la troisième année consécutive (!) été considéré comme n°1 "most valuable software vendor" (comment traduire ça ?).

      Ce qui montre que les entreprises lorsqu'elles choisissent Linux sont très satisfaites. Que le choix de Linux n'est pas intéressant "idéologiquement", mais aussi financièrement et en terme de service pour une entreprise. Et du service de qualité, Red Hat prouve qu'il existe, peu exister avec du logiciel libre. Contrairement à ce que veut nous faire croire certains FUD.

      > La seule chose que je trouve dommage, c'est qu'une entreprise française ou même européenne n'ait pas été choisie.

      La seule chose qui est dommage est que Mandr(ake|iva) est HYPRA mauvais et point barre. Ça fait depuis des années qu'ils n'ont pas été foutu d'avoir un "business plan" correct, qu'ils foutent de l'argent en l'aire, etc... alors que Linux est en pleine expansion. Depuis des années Red Hat a une croissance de plus de 30% par an ! Et les profits suivent et Red Hat ne manquent pas d'idée pour les réinvestir dans la durée. Par exemple en achetant Sistina, en faisant Red Hat Network, Fedora, OLPC, stateless et maintenant avec JBoss même si actuellement il ne font pas de profit avec ce dernier. Mais à moyen terme ça va changer.
      Red Hat (mais aussi Novell) place ses pions sur la durée. Mandr(ake|iva) fait des coups d'esbrouffe.
      Aujourd'hui je ne vois pas comment Mandriva ne pourra pas être étouffé par Red Hat et Novell.
      Mandrake avait une place de choix au début de Linux et avait des opportunités formidables. Presque tout a été gaché. Je crois que Mandriva est condamné à être un acteur mineur du libre.
      Je n'aime pas Mandr(ake|iva), mais ça fait chier de voir que l'Europe n'a pas une boite en mesure de concurrencer les deux gros Red Hat/Novell alors que l'Europe est peut-être le plus gros contributeur au libre et ne manque pas de têtes bien faites.
      Ça me fait chié, mais je n'ai pas non plus envis de supporter une boite à la con.
      • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

        Posté par . Évalué à 10.

        ce qui me fait chier personnellement c' est la différence d' attitude entre les anglo-saxons et les français. Et ça, ce n' est pas spécifique à mandrake.

        les français n' aiment pas les boites françaises, et dès qu' il s' agit de les soutenir, y a pas grand monde de chez nous. "ouah c' est français ? qu' ils se démerdent, c' est forcément moins bien" Voire pire malheureusement "c' est hypra nul"

        lorsque les anglo-saxons s' en tamponnent le coquillard que ça soit une boite qui fasse du fric. Regardez RedHat : ils n' ont jamais eu autant de contributeurs, de gens externes participant aux développement, aux patchs, aux rapports de bugs voir simplement à l' ergonomie. Pour les Allemands c' est pareil : ce n' est pas parceque SuSe était passé sur un modèle économique différent d' une simple association que les contributeurs sont allés voir ailleurs, non : ils ont continués leur travail de contributeurs. (et pourtant, souvenez vous lorsque Yast n' était pas libre, lorsque chaque galettes, cd, comportaient un tit progr. pas libre, pour empêcher la copie des cd... ça couinait sévère ici et ailleurs.)

        Objectivement : une si petite boite (ben oui mandrake c' est bien petit en comparaison du grand frère RedHat ou de Novell) vous en connaissez d' autres qui travaillent autant "upstream" ?? allez je veux des exemples !!!!
        Non seulement tu as raison sur le fait que Mandrake avait une place de choix au début. Mais en plus tu as raison sur le fait que beaucoup de choses ont été gachées (économiquement parlant) à une époque.

        Et si on ne cause pas d' économie directement, mis on met les choses à plat au même niveau et on regarde la politique envers les logiciels libres, ben là c' est carrément du délire !
        Je me demande comment Novell peut encore avoir des contributeurs externes tellement ils se moquent des LL "je prends, j' achète je m' en sert et je vous ch*** à la gue****".
        Mandriva avec bien moins de moyens, travaille bien plus pour le LL de manière générale. Et c' est vraiment pas difficile à vérifier. Ils font comme RedHat : respecte et participe au dev de la maison des LL.

        Nous avons en France parmi les meilleurs et les plus gros programmeurs. Et en europe, c' est le grand bonheur. Espérons que cet esprit franco-français "c' est une entreprise, qu' elle se démerde" ne s' étendra pas, et que c' est plutôt l' esprit Suedois et Allemand qui l' emporte. Mandriva apporte aux LL et mandriv à besoin des contributeurs (et plus que RedHat, ils n' ont pas les moyens d' voir 50 kernels hackers salariés pour le moment) C' est le bon moment, pour des contributeurs externes, de participer aux LL aussi avec mandriva.

        notes techniques :
        RedHat a fit stateless, oui. Sur une Mandrake/riva ça fait bien 3 ou 4 ans qu' il y a harddrake pour cela...
        Urpmi roxe, et c' est en collaboration que Mandriva travaillera avec RedHat pour améliorer les futures versions de RPM. (c' est pas moi qui le dit, c' est RedHat...)

        note d' humour :
        c' est l' histoire d' un français qui tape sur un autre venant de faire une crise cardiaque. Un Allemand passe par là et lui montre comment faire une réa. Le Français lui réponds "merci ça me servira, mais là c' est un autre français, donc mieux vaut l' achever"
        • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

          Posté par . Évalué à 3.

          > ce qui me fait chier personnellement c' est la différence d' attitude entre les anglo-saxons et les français. Et ça, ce n' est pas spécifique à mandrake.

          C'est bien vrai.

          > les français n' aiment pas les boites françaises,

          Certe, je n'aime pas Mandrake, mais j'achete en général du français. Ma bagnole est française, etc... Pas tout évidemment, mais j'essaie d'acheter français même si ça me coute quelques ¤ de plus. Et en général je ne le regrette pas.

          > et dès qu' il s' agit de les soutenir, y a pas grand monde de chez nous.

          Mandrake est une mauvaise boite. Ce n'est que mon avis. Et contribuer/soutenir une mauvaise boite ne m'emballe pas.

          > Je me demande comment Novell peut encore avoir des contributeurs externes tellement ils se moquent des LL

          Il y a un accro avec Novell et c'est son accord avec MS. Un accro grave. Et d'ailleur ça lui a couté des développeurs qui sont partit (Novell l'a reconnu).

          > Mandriva avec bien moins de moyens, travaille bien plus pour le LL de manière générale.

          Les contributions au libre de Novell sont sans commune mesure avec Mandriva. Vérifies toi même.

          > Nous avons en France parmi les meilleurs et les plus gros programmeurs. Et en europe, c' est le grand bonheur.

          Heureusement RedHat/Novell paye beaucoup de développeurs européen. Pour en citer un, citons Alan Cox.

          > Mandriva apporte aux LL

          Franchement, regardes ce qu'a apporté Mandriva au libre. Il reste rien ou presque.
          Novell c'est alsa (énorme comme contribution), c'est (voire c'était) KDE (énorme), la libc (énorme), etc, etc...
          RedHat c'est NPTL, ext3, le plus gros contributeur à Linux/gcc/libc/binutils, etc, etc... Red Hat c'est aussi du pognon pour le "lobby" anti-brevet.

          Red Hat et Novell ont fait des choses qui restent et sont utilisées dans la durée.
          Mandriva il n'y a pratiquement rien.
          Si Mandr(ake|iva) n'existait pas, il n'y aurait pratiquement aucune différence aujourd'hui. Si Red Hat ou Novell n'existait pas, la différence serait énorme. Pas d'alsa, pas de NPTL, pas de etc...
          • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

            Posté par . Évalué à 2.

            oui c' est vrai, dans ces termes.
            mais ce que je disait n' est pas faux non plus, j' ai oublier de préciser "% de dev., de recherche en comparaison du CA." Là, Mandriva tiens la route clairement (face à Novell aujourdhui, pas face à RedHat) : et j' aimerai d' ailleurs bien avoir des % précis ...
            Mandriva participe à sa mesure à énormement de projets FLOSS. Bien entendu c' est sans comparaison avec RedHat ou Suse (je préfère parler de SuSe à une époque que de Novell aujourdhui) -> il en manque un sacré : le kernel ... gageons que le développement en Amérique du Sud de Mandriva leur permettra de pouvoir embaucher de vrais gros kernels hackers.
            Mais parmis les autres gros, Mandriva vient de commencer à participer à GCC, par le biais d' un projet européen. Et l' équipe historique de GCC voit cela d' un oeil pragmatique me semble t i : "ok for collaboration, cool, wait&see the results now"
            Ca commence à faire tout cela, quant même ;)
            Gageons que cela continue
            • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

              Posté par . Évalué à 7.

              > mais ce que je disait n' est pas faux non plus, j' ai oublier de préciser "% de dev., de recherche en comparaison du CA." Là, Mandriva tiens la route clairement

              Pas sûr. Au début de Mandrake j'aurais dit oui. Aujourd'hui Mandriva doit maintenir ces outils de configurations spécifiques, doit bosser pour faire plein de version boite (ce qu'a arrêté de faire depuis longtemps Red Hat... car c'était cher et sans plus-value significative pour l'utilisateur), doit s'occuper de son service club compliqué à plusieurs niveaux d'accès, modérer les forums club, etc... Vu la taille de Mandriva, il ne reste plus grand monde de disponible pour contribuer au libre. Aujourd'hui c'est la faute à personne. C'est l'accumulation de l'historique de Mandriva.
              Un exemple. Alors que Red Hat poussait Fedora et un cycle de 6 mois plus synchronisé avec les développements upstreams, Mandriva "pissait" contre vent avec un cycle d'un an. Aujourd'hui Mandriva est revenu en arrière. Mais combien de contributeur ont quitté le navire ? Pas beaucoup je pense. Mais combien de temps ça va prendre pour les retrouver ? Beaucoup.

              > Mandriva vient de commencer à participer à GCC, par le biais d' un projet européen. Et l' équipe historique de GCC voit cela d' un oeil pragmatique me semble t i

              Encore une fois Mandriva "pisse" contre le vent. Regardes ce que fait Red Hat/Sun/Novell, etc...
              Ils ne passent plus d'accord avec telle ou telle boite sur une projet de recherche.
              Je prend l'exemple de Fedora car je le connais un peu. Red Hat met son équipe de développement sur la place public (c'est Fedora). Si quelqu'un veut participer, il se présente, il présente le projet, il montre du code, et si ça branche les développeurs de Fedora/Red Hat, ben ils suivent le wagon. Red Hat a dit que depuis Fedora (évidemment c'est arrivé petit à petit), il y a de plus en plus de développement "officieux" qui se font via Fedora. Dell/etc participent à Fedora. Avant Dell/etc ne participaient que pour le "produit" Red Hat (c'est-à-dire RHEL). Mais maintenant quand Dell veut bosser avec Red Hat, quand Dell veut qu'une évolution soit dans RHEL, il n'envoie pas un commercial pour négocié un contrat. Dell dit à ses devéloppeurs de bosser et de communiquer avec Fedora (ou d'autres distributions, ou les projets upstreams). Exemple, c'est Dell qui vérifie les dépendances "BuildRequires" pour Fedora ! Fedora n'a rien demandé, il n'y a pas eu d'accord entre Red Hat et Dell pour ça. Dell fait des choses, si c'est interessant Fedora participe, si ça aboutit c'est dans Fedora (et dans toutes autres distributions ou projet upstream évidemment). Et voilà :-)

              Avec ce nouveau modèle, on ne sait plus qui a fait quoi. Et alors ? Dell a ce qu'il veut. Fedora a des contributions. Tout est ouvert et ceux les mieux à même de participer participent. Que du bonheur...

              Cette initiative européen doit être saluée évidemment. Il faut encourager Mandriva pour ce projet. Mais bon, c'est comme souvent, Mandriva a un train de retard. Les communications de ce projet devraient avoir lui sur les mailing gcc, avec les spécialistes de gcc qu'ils viennent de Red Hat ou Novell ou Mandriva et pas dans un coin. Il est claire que ce projet aura peu d'aide de la part de gcc s'il reste dans son coin. C'est ce projet et gcc qui vont en patir.
          • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

            Posté par . Évalué à 9.

            Tu peux dire ce que tu veux, et on peut dire que le choix des distributions est identique au choix des couleurs, ça ne se discute pas.
            Ceci étant : si Mandriva n'existait pas, la différence serait que la seule vraie distribution facile à installer, stable, avec bcp de matos reconnu, tournée vers l'utilisateur, et qui fonctionne out of the box n'existerait pas.

            J'ai testé Fedora et Suse : je ne trouve pas Fedora pratique, et par ailleurs, je la trouve moche :).

            La "popularité" d'Opensuse, est vraiment, pour moi, issue d'un matraquage mediatique sur le web. Parce que sinon, je la trouve poussive, et avec un installeur plus que merdique.

            Et là, j'écris depuis Kubuntu Edgy ;-)
            • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

              Posté par . Évalué à 4.

              > Ceci étant : si Mandriva n'existait pas, la différence serait que la seule vraie distribution facile à installer, stable, avec bcp de matos reconnu, tournée vers l'utilisateur, et qui fonctionne out of the box n'existerait pas.

              Ubuntu, Linspire, etc tu veux dire ?
              Il y a quoi en code dans Ubuntu qui vient de Mandriva ? Pas grand chose. Ubuntu, comme Mandriva, utilise beaucoup de code de Red Hat et Novell. Pas seulement du code dédié serveur mais aussi du code pour que ça "fonctionne out of the box".

              Quelle a été la premier distribution qui "fonctionne out of the box" ?
              Red Hat ou SuSE et pas Mandr(ake|iva). Red Hat/SuSE ont eu une interface graphique simple d'installation bien avant Mandrake.
              Au début de Mandrake, Mandrake n'était qu'une Red Hat avec KDE en plus. Rien d'autre. Red Hat ne distribuait pas KDE a cause de la licence de QT (qui n'était pas GPL à l'époque). Ce n'est pas un reproche, c'est pour remettre dans le contexte.

              Qu'es-ce qui permet d'avoir des choses qui marche "out of the box" ? Un drakebidule en perl de plus ?
              USB est formidable dans la facilité d'usage. Maintenant quand on branche une clée USB, elle est montée illico. Si c'est un appareil photo, gphoto est lancé, etc... C'est grace à un drakebidule qu'on lance depuis mcc ? Ben non, c'est en codant au niveau du noyau, c'est en faisant dbus, c'est en faisant Hal, c'est en faisant gnome-volume-manager, etc. C'est des technologies comme ça dont a besoin Linux, pas d'un drakebidule de plus. Ces technologies sont difficiles à développée, mais c'est le chemin qu'il faut prendre. Un drakebidule c'est facile à faire, ça impressionne la galerie, mais c'est sans avenir.

              Vaut-il mieux développer au niveau noyau/xorg pour que l'OS reconnaisse automatiquement une souris qu'elle soit sur un port USB ou PS/2 et ainsi qu'a l'installation on ne te demande rien à propos de la souris, ou faire un drakesouris qui te demande si ta souris est sur un port USB ou PS/2 ou serial ?

              Avec stateless du projet Fedora, on arrive à installer Fedora sur n'importe quelle bécane sans le moindre clique. Dans un contexte entreprise la configuration software (et non hardware) est récupérée sur un serveur. En entreprise, on vient de te livrer une nouvelle bécane, et tout ce que tu as à faire c'est de la brancher. Tous les périphériques seront configurés à la volée sans intervention et la configuration logiciel correspondra a ton entreprise. Ça c'est du progres. Ceci dit stateless n'est pas encore terminé et c'est un boulot sur le long terme. Il fera ces début commercial avec RHEL5.

              Où est Mandriva dans ces technologies qui compte vraiment ? Pratiquement null part.

              Puis la facilité de Mandriva est vraiment discutable. Leur installateur a des tonnes de paneaux de configuration. Oui, de configuration et non pour l'installation. Red Hat/Fedora a le minimum et ne fait que de l'installation. Il peut y avoir de la configuration qu'en on veut être sur que l'utilisateur passe par une étape. Typiquement pour que l'utilisateur active le pare-feu.
              Compares une installation de Fedora avec Mandriva, et ça va te sauter aux yeux.

              Le défaut est tellement criant qu'il a fallu que Ubuntu fasse une installation simple pour raffler la mise. Et non, Ubuntu n'est pas basée sur Mandriva, n'a pas besoin des technologies made by Mandriva, pour arriver à ça.

              Au niveau applicatif, qu'es-ce que Mandriva a développé et qui est utilisé aujourd'hui ? Ben presque rien.

              > La "popularité" d'Opensuse, est vraiment, pour moi, issue d'un matraquage mediatique sur le web.

              Pas en France en tout cas. Puis c'est récent, c'est depuis OpenSuse.
              On peut aussi parler du matraquage mediatique sur le web de Mandrake.

              > Et là, j'écris depuis Kubuntu Edgy ;-)

              C'est presque un CQFD.
              • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                Posté par . Évalué à 5.

                Bon, je vais pas répondre à tout, parce que j'ai autre chose à faire :)

                Mais concernant l'installation de Fedora ou d'OpenSuse : je parle en connaissance de cause. Je les ai toutes les deux testées sur mon portable ASUS, et ce fut une horreur à installer, et à configurer une fois installé (pour Fedora, car pour Suse, pas moyen que ça se lance, et ceci était dû à leur installeur pourri).

                Concernant la contribution de Mandriva, personnellement, je m'en fous un peu :p.
                La seule chose que je constate, c'est que c'est la seule distribution a vraiment reconnaitre un paquet de matos, à être facile à installer, et à utiliser. Le fait que Fedora ou SuSe aient été les 1ères à avoir eu des installeurs "faciles" ne font pas de ceux-ci de bons installeurs. Ils sont loin, mais loin de celui de Mandriva. (celui de Fedora restant largement au dessus de celui de SuSE).

                Enfin, j'écris depuis Kubuntu Edgy, mais ça ne veut pas dire que je la préfère à Mandriva.
                Je l'ai installée pour tester, et ce fut tout une galère. Elle tourne bien, mais est loin d'être aussi stable que Mandriva. La gestion des services ne fonctionne pas. Samba marche quand il le veut bien. Les clés USB se démontent quand elles le veulent bien.

                Mais le gestionnaire de paquets est sympa, le côté "accès aux toutes dernières versions des logiciels" est sympa (Amarok, KDE, etc...), et puis j'ai la flemme de faire une réinstallation sur cet ordi :p.

                Mais sur mon portable (quand il voudra bien rebooter celui-là), c'est Mandriva 2007.

                C'est tout.
              • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                Posté par . Évalué à 1.

                of tu tombes dans l mauvaise foi, dommage de vrais rguments étaient présent au début ? Que reproches tu finalement à Mandrake/riva : de ne pas voir assez de développeurs travaillant sur le bas-niveau. Vue la politique de développement de Mandriva, (pas l' économique) il est très clair que si elle en avait les moyens, elle le ferait sans hésiter. (on pourrait parler du travail qui lui coûte beaucoup et ne lui rapporte rien directement : il est n' est pas exact de ne parler que des drakxtools. Un exemple parmi d' autres : le travail fait sur nepomuk coute clairement une fortune à mdv et pas grnd monde y croyait. Mais kde4 et le prochain Gnome intègrerons nepomuk et les beagle et autre strigi vont s' en trouver -nettement- renforcés (en fait vont vraiment voir de l' intérêt)

                Tu retombes sur la "mentalité française" dont tu disais partager mon agacement à son encontre au début du post.
                • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                  Posté par . Évalué à 0.

                  j' ai placé "pas l' économique" entre parenthèse, et j' ajoute à ce propos un complément pour lever toute ambiguïté éventuellement : Mandriva fait actuellement les bons choix me semble t il en matière économique. De plus elle tisse une réseau de travail intéressant (Linagora, Steria, Linbox dans une autre mesure).
                  Vivement que les revenus entreprises pèsent plus dans le CA, afin qu' elle puisse se débarrasser du Club et des boites. Cela va la libérer de beaucoup et elle pourra se consacrer pleinement aux services à valeur ajoutés. (d' ailleurs lorsque le seuil critique de "pouvoir passer à" sera atteint, -20% ? 25% ?- ces % là seront certainement illico sacrifiés : signe fort) -j' ai rien contre le club, hein, mais son objectif de départ était clair et doit être maintenu : c' est une offre transitoire de soutien à. Chapeau bas à tout les clubeurs au passage qui participe par ce biais pleinement aux développements du Libre.
                  Le développement de la boite dans ce sens, suivra naturellement le fait de pouvoir continuer à faire cette politique de travail avec les projets "upstreams" tout autant que ses outils propres. Espérons qu' une boite Européenne (et qui de plus rayonne en Amérique Du Sud) pourra bientôt avoir pleins de dev. directement impliqués dans le kernel vanilla, entre autre.

                  Le virage est plus long que prévu, comme le dit Pierre J, Mandriva semble toujours payés aujourdhui les erreurs du passé. Et mandriva souffre de ne pas pouvoir retenir certains des développeurs historiques. Mais les bases sont bonnes, et les perspectives de croissance excellentes.

                  Alors plutôt que de râler, et de reproduire cette mentalité franco-française, venez participer à cette aventure. vous connaissez le chemin du cvs et de bugzilla...
                • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                  Posté par . Évalué à 3.

                  > Que reproches tu finalement à Mandrake/riva : de ne pas voir assez de développeurs travaillant sur le bas-niveau.

                  Non. Le manque de développeur est une conséquence.
                  Mandriva n'a pas de business plan clair. Ils veulent tout faire (serveur, desktop, gadget, etc). En voulant tout faire, ils font tout mal. Je n'en déduit pas que les développeurs de Mandriva sont plus con qu'ailleurs. Mais simplement que ce n'est pas possible avec leur moyen. Même Red Hat qui a des moyens sans commune mesure avec Mandriva ne se disperse pas comme le fait Mandriva.

                  > de ne pas voir assez de développeurs travaillant sur le bas-niveau

                  Mais veulent-ils le faire ?
                  J'en doute et de doute manière ils ne sont pas en position pour le faire. Ils ont déjà trop à faire pour sortir une distribution régulièrement (la mandriva libre, la discover, la machine, la usb, la corporate server, etc...).

                  > Vue la politique de développement de Mandriva, (pas l' économique) il est très clair que si elle en avait les moyens, elle le ferait sans hésiter.

                  J'en doute toujours. Mandrake avait les moyens il y a quelques années. Mais qu'on-t-il fait ? Ben ils ont investit dans le e-learning. Une catastrophe.

                  > Un exemple parmi d' autres : le travail fait sur nepomuk

                  Un bon point pour Mandriva. Ils ont aussi bossé sur l'impression. Mais compare avec Red hat et Novell. Même en rapportant au nombre de salarié, c'est ridicule.

                  > Tu retombes sur la "mentalité française" dont tu disais partager mon agacement à son encontre au début du post.

                  Tu tombes dans la mentalité : Mandriva est génial et tout ce qui lui arrive est une puissante injustice.
                  Mandriva a largement eu sa chance, a eu un support de la part de la communauté énorme. On ne compte pas le nombre de personne qui ont acheté des boites ou se sont abonnés au club Mandrake uniquement pour supporter Mandrake car ils croyaient en Mandrake. Ils n'ont pas eu tord de tenter d'aider Mandrake.

                  Regardes les faits. Mandrake a eu une popularité et un soutient énorme en France. Je ne crois pas que Mandrake ait eu à souffrir d'une certaine "mentalité française" que tu décris. Loins de là.
          • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

            Posté par . Évalué à 10.

            >Franchement, regardes ce qu'a apporté Mandriva au libre. Il reste rien ou presque.
            Oui, c'est vrai, urpmi c'est rien, et mandriva n'a jamais contribué à KDE, ni à GNOME....

            http://corp.mandriva.com/webteam/2006/10/01/kde4-commit-cham(...)

            Je ne suis pas spécialement fan de Mandriva, mais je trouve cet acharnement puant. Vous en avez pas marre de taper sur le libre ? Mandriva à fait beaucoup pour rendre Linux utilisable et accessible aux débutants, à leur niveau. On peut au moins leur reconnaître cela.
            • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

              Posté par . Évalué à 2.

              Bon, je ne me prononce pas sur Mandriva étant donné que je n'en ai pas utilisé depuis... au moins 6 ans. Et de toutes façons, étant Français, mon avis est forcément biaisé (ou du moins c'est ce que j'ai compris des commentaires sur cette page).

              Voici l'avis d'Espagnols sur le sujet (tirés du webcomic d'Ecol, publié sur es.comp.os.linux) :
              http://en.tiraecol.net/modules/comic/comic.php?content_id=47
              http://en.tiraecol.net/modules/comic/comic.php?content_id=83
              http://en.tiraecol.net/modules/comic/comic.php?content_id=11(...)
              http://en.tiraecol.net/modules/comic/comic.php?content_id=18(...)

              Moralité : il vaut mieux en rire et arrêter de se tirer dans le pied !
              • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                Posté par . Évalué à 4.

                Mandriva a toujours été très bon en reconnaissance matériel, son gros point fort

                Déjà en 2001 : http://www.theregister.co.uk/2001/12/18/mandrake_8_1_easier_(...)

                On ne doit démolir une distrib (et tous le travail fait autour) juste parce qu'on aime pas, c'est débile, on peut reconnaître aussi les mérites,

                Sinon urpmi est très bien, et je ne comprends toujours pas pourquoi ce n'est pas mis en standard dans les Redhat, Fedora et OpenSuse... En fait, en standard, il n'y a rien pour la commande en ligne si on veut installer un package. Sauf si on pense à installer smart, urpmi, ou apt-get (yum est une horreur sans nom); il faut passer par l'interface graphique pour installer ce qu'on veut avec dépendances.
                • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  sur RH / Fedora, tu es sans doute passé à côté de up2date, pour Suse je ne sais plus trop.

                  Mais effectivement, urpmi est bien complet.
                • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                  Posté par . Évalué à 0.

                  > Sinon urpmi est très bien, et je ne comprends toujours pas pourquoi ce n'est pas mis en standard dans les Redhat, Fedora et OpenSuse...

                  Si tu connaissais Yum, tu comprendrais très vite.
                  Le seul reproche sérieux qu'on peut faire à Yum, c'est de ne pas supporter les périphériques amovibles (CD, DVD). Mais c'est un choix qui a ses raisons et que je ne vais pas étaler.

                  Regardes du côté de urpmi. C'est compliqué, il y a des howto de 50 pages, il faut mettre à jour le cache avant de lancer la mise à jour, il y a 40 commandes, ça ne passe pas par librpm pour résoudre les dépendances, etc...
                  Tout ce qui y a connaitre avec yum c'est "yum update" et "yum install mon_programme".
                  En plus urpmi est écrit en Perl...

                  Yum, même récent à côté de urpmi, est déjà plus utilisé par les développeurs. On ne compte plus les utilitaires qui utilisent Yum. Yum est partout dans Fedora. Dans l'installeur, dans le serveur qui vérifie s'il y a des mises à jours, les download et l'indique sur le bureau, dans l'applet qui fait les mises à jours, dans system-config-package, etc...
                  Pour RHEL 5 (la distribution qui fait de l'argent chez Red Hat), RHEL va passer à Yum. Il n'y aura plus de trace de up2date.

                  Une erreur qu'a fait Mandriva (encore une...), c'est de ne pas utiliser smart alors qu'en plus Mandriva a racheté Conectiva (dont les développeurs de smart).

                  Fedora/Red Hat ose passer de up2date à yum. Mandrake reste accroché à urpmi qui est sans avenir.

                  Entre Yum et smart, il y a de quoi hésiter. Entre Yum et urpmi, il n'y a pas de quoi hésiter.

                  Il existe smart pour Fedora et apt pour Fedora car des gens les veulent. C'est dans Fedora Extras. Il n'y pas urpmi pour Fedora car personne en veut. Il n'y a que urpmi pour Mandriva.
                  • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                    Tout ce qui y a connaitre avec yum c'est "yum update" et "yum install mon_programme".

                    C'est vrai, avec urpmi c'est beaucoup plus compliqué :
                    urpmi.update -a <-> yum update
                    urpmi mon_programme <-> yum install mon_programme

                    on rajoute un terme dans la première commande, on en enlève un dans la deuxième, c'est vrai que ça change tout et que c'est beaucoup beaucoup plus compliqué chez mandrivasaitpabien

                    je passe sur le côté perl, décidément tu fais vraiment dans la mauvaise foi... (ou alors c'était un pauvre lancé de troll...)

                    Evidemment yum est utilisé partout et urpmi n'est surtout pas utilisé dans l'installeur, ni l'applet vérifiant les mises à jour...
                    Reseignes-toi juste avant de critiquer, tu aurais juste pu te rendre compte que ce sont deux outils équivalents...

                    Le problème c'est que chaque distribution fait un peu à ca sauce et ne veut jamais reprendre les outils d'une autre... bien que tout le monde développe sous licence libre...

                    Et comme tu le signale, yum est très récent face à urpmi. Et pourquoi redhat/fedora n'a pas voulu prendre urpmi ? ça aurait du être dans ce sens là. Je ne pense pas que ce soit pour des questions de fonctionnalités mais plutôt comme d'hab, chacun fait son truc dans son coin pour pouvoir crier ensuite : regardez tous, on a une super innovation sur la prochaine version (non non, c'est plus mieux que tout ce qui est identique et qui existe déjà...)

                    Fedora/Red Hat ose passer de up2date à yum. Mandrake reste accroché à urpmi qui est sans avenir.

                    trop fort ! vraiment un beau lancé !

                    Il existe smart pour Fedora et apt pour Fedora car des gens les veulent. C'est dans Fedora Extras. Il n'y pas urpmi pour Fedora car personne en veut. Il n'y a que urpmi pour Mandriva.

                    Etrange, moi j'aurais interprété ça part :
                    - il y a smart et apt dans fedora car up2date sucks et qu'il fallait bien quelque chose de potable avant qu'ils réinventent la roue avec yum
                    - il n'y a que urpmi dans mandriva car personne n'éprouve le besoin de passer à autre chose (soyont honnête, peu éprouvent le besoin de passer àa autre chose et non personne. Smart est arrivé -avant que le développeur parte chez ubuntu je crois- et ce qui plaisait dans ce que j'ai vu c'était l'interface graphique. Depuis l'interface drakrpm a évoluer pour corriger certaines maladresses faites depuis les version 9 je crois - la séparation installation, suppression - et semble suffire, en tout cas je trouve que c'est une très bonne interface pour gérer les paquets. Evidemment il y a aussi toute la gestion automatique des mirroirs pour ceux qui ne veulent pas y toucher)
                    • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                      Posté par . Évalué à 1.

                      > je passe sur le côté perl, décidément tu fais vraiment dans la mauvaise foi... (ou alors c'était un pauvre lancé de troll...)

                      OK, c'était facile. M'enfin Perl ce n'est pas ce qu'il y a de plus propre.

                      > Le problème c'est que chaque distribution fait un peu à ca sauce et ne veut jamais reprendre les outils d'une autre...

                      Fedora a repris l'outils de Yellow Dog. Yum a été fait pour Yellow Dog à l'origine, pas pour Fedora.

                      > Et pourquoi redhat/fedora n'a pas voulu prendre urpmi ?

                      La raison est simplement que personne ne l'a proposé ! Des gens ont proposé apt, smart et yum, mais urpmi n'a jamais été proposé. C'est la principale raison.
                      Donc, je ne peux pas dire que urpmi a été refusé pour telle ou telle raison technique. Il n'y a pas eu de débat sur urpmi. C'est tout.

                      NB : Personne n'a proposé urpmi via Fedora Extras (Fedora Extras n'avait pas à l'accèpter, puisque ça n'a même pas été proposé).

                      S'il devait y avoir une raison technique, le fait que urpmi utilise Perl n'est pas en sa faveur car Red Hat/Fedora est très Python (tous les outils de configuration de Fedora sont en Python). Notons que smart utilise aussi python ce qui était un argument de poid en sa faveur. Ce qui n'est pas apprécié dans smart, c'est sa résolution de dépendance. Smart peut downgrader un paquet pour en installer un autre. C'est une de ses qualités mais Fedora ne veut surtout pas ça. Il était aussi reproché à smart de ne pas utiliser librpm pour la résolution de dépendance.

                      > - il y a smart et apt dans fedora car up2date sucks

                      Admettons. Red Hat/Fedora a vu que ça sucks et passe à autre chose. Où est le problème ?
                      Mandriva peut-il en faire de même avec urpmi ? Ce n'est pas ce qu'on voit.
                      Quand up2date est sorti, il y avait quoi pour rpm ? Pratiquement rien (sauf peut-être urpmi). up2date est sorti avec RH7.0. Il devait être en gestation bien avant RH7.0 car up2date a été fait spécifiquement pour Red Hat Network et ne supportait que Red Hat Network. A la sortie de FC1, up2date c'est vu ajouter les dépôt apt, yum et rpm (un répertoire avec des paquets rpm). Ce qui montre qu'à l'époque de FC1, up2date devait rester pour longtemps dans Fedora. L'arrivée de Yum n'était pas prévu. Mais Yum a été proposé et il a été considéré qu'il était meilleur qu'up2date. Aujourd'hui up2date a été viré de Fedora et RHEL, pour RHEL5 qui sort début mars. Pour RHEL 5, Yum peut utiliser le protocole Red Hat Network.

                      > et qu'il fallait bien quelque chose de potable avant qu'ils réinventent la roue avec yum

                      Yum ne réinvente pas la roue.
                      - Yum est en python et Red Hat/Fedora utilise beaucoup Python. C'est le seul gestionnaire de paquet qui utilise Python avec Smart. L'installeur de Fedora, system-config-package, firstboot, etc utilise Python. Yum étant en Python, il s'integre à ces derniers sans problème.
                      - Yum utilise rpm-python au-lieu de réinventer la roue (rpm-python a été fait entre autre pour Anaconda)
                      - Yum utilise librpm pour résoudre les dépendance au-lieu de réinventer la roue. Tous les autres gestionnaires de paquet font la résolution de dépendance eux même et ce sont eux qui réinvente la roue.
                      - Pour vérifer l'installation/mise à jour/suppression de paquets (conflit de fichiers typiquement), Yum joue une transaction rpm "classique".

                      La dernier chose que fait yum, c'est de réinventer la roue.
                      • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        M'enfin Perl ce n'est pas ce qu'il y a de plus propre

                        mouai, enfin tout dépend comment tu code hein ;)
                        il y a moyen de faire crade et illisible en python si on veut...

                        Admettons. Red Hat/Fedora a vu que ça sucks et passe à autre chose. Où est le problème ?
                        Mandriva peut-il en faire de même avec urpmi ? Ce n'est pas ce qu'on voit.

                        Je n'ai justement pas dit qu'il y avait un problème au fait de passer à autre chose pour fedora. C'est justement bien pour leur permettre d'avoir un truc potable.
                        Maintenant, pourquoi mandriva en fairait-il de même ? Ils ne le font pas et c'est très bien puisqu'il n'y a aucune raison de passer à autre chose. Urpmi marche bien (même si certaines corrections / fonctionnalités seraient intéressantes, mais cela est valable pour tous les gestionnaires de paquets...)

                        Pratiquement rien (sauf peut-être urpmi)

                        Justement...

                        Yum ne réinvente pas la roue.
                        [...]
                        La dernier chose que fait yum, c'est de réinventer la roue.

                        Je crois qu'on s'est mal compris.
                        Je me fout totalement des arguments techniques de ce côté là (surtout que bon, prendre un soft parce qu'il est en python ou en perl...)
                        Quand je disais que yum a réinventé la roue c'est plutôt dans le fait d'écrire un gestionnaire de paquets, de dépendances, destiné à gérer des paquets rpms, ce que faisait déjà urpmi...
                        (oui pour moi quand on parle de réinventer la roue c'est basé sur l'utilisation, les buts ou fonctionnailté du logiciel et non la technique sous-jascente)
                  • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                    Posté par . Évalué à 3.

                    ohh... Un troll Nourrissons-le ;-)

                    primo : je connais yum, j'ai utilisé yum, je n'aime pas les nombreuses faiblesses de yum en comparaison à urpmi, apt-get ou smart.

                    Secundo comment sais-tu que yum est plus utilisé et urpmi sans avenir ?

                    Tertio yast et up2date ne permettent pas grand-chose finalement (installer, upgrade ou enlever) EXEMPLE urpmi, smart permettent de connaitre le contenu d'un package non installé ainsi que de ses dépendances. ajout facile de repository, création de ses propres repository, mode ligne de commande, relocation des packages (installé là plutot qu'ici), sauver un package (en refaire un rpm) avant de l'effacer/upgrader... (apt-get presque pareil)

                    Donc ce que tu affirmes est parfaitement faux, yum a du succès façon MS: personne n'ose d'autre solution
                    • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                      Posté par . Évalué à 1.

                      > EXEMPLE urpmi, smart permettent de connaitre le contenu d'un package non installé ainsi que de ses dépendances.

                      Yum ne se limite pas à la commande Yum. Il y a entre autre repoquery.

                      [admin@one rsync]$ rpm -q arj
                      le paquetage arj n'est pas installé
                      [admin@one rsync]$ repoquery -q -i arj

                      Name : arj
                      Version : 3.10.22
                      Release : 1.fc6
                      Architecture: i386
                      Size : 373102
                      Packager : Fedora Project <http://bugzilla.redhat.com/bugzilla>
                      Group : Applications/Archiving
                      URL : http://arj.sourceforge.net/
                      Repository : extras
                      Summary : Archiver for .arj files
                      Description :
                      This package is an open source version of the arj archiver. This
                      version has been created with the intent to preserve maximum
                      compatibility and retain the feature set of original ARJ archiver as
                      provided by ARJ Software, Inc.
                      [admin@one rsync]$


                      repoquery a plein d'option que je ne vais pas commenter ici mais seulement dire qu'il supporte aussi toutes les options de rpm.

                      > ajout facile de repository,

                      Yum n'a pas ça. Effectivement. Mais c'est un faux problème.
                      Yum a "/etc/yum.repos.d/" . Donc il suffit d'ajouter un paquet avec la configuration yum qui va bien. Tout le monde le fait. Si je veux freshrpms, je fais :

                      $ (rpm -i | yum install) http://ftp.freshrpms.net/pub/freshrpms/fedora/linux/6/freshr(...)

                      Et voilà, c'est fait. Tout le monde fait ça. La clée gpg qui va bien est aussi ajoutée. Après il te suffit de faire un "yum install paquet_freshrpms", ou lancer pirut, etc...

                      > création de ses propres repository,

                      Très facile avec yum. C'est createrepo.

                      [admin@one yum]$ createrepo --help

                      createrepo [options] directory-of-packages

                      Options:
                      -u, --baseurl = optional base url location for all files
                      -o, --outputdir = optional directory to output to
                      -x, --exclude = files globs to exclude, can be specified multiple times
                      -q, --quiet = run quietly
                      -g, --groupfile to point to for group information
                      ( relative to directory-of-packages)
                      -v, --verbose = run verbosely
                      -c, --cachedir = specify which dir to use for the checksum cache
                      -U, --update-info-location = acquire package update metadata
                      -h, --help = show this help
                      -V, --version = output version
                      -p, --pretty = output xml files in pretty format.

                      [admin@one yum]$


                      Il y a aussi repoview. Il fait une version html d'un dépôt pour naviger dessus :
                      [admin@one yum]$ repoview --help
                      usage: repoview [options] repodir

                      options:
                      --version show program's version number and exit
                      -h, --help show this help message and exit
                      -i IGNORE, --ignore-package=IGNORE
                      Optionally ignore this package -- can be a shell-style
                      glob. This is useful for excluding debuginfo packages,
                      e.g.: "-i *debuginfo* -i *doc*". The globbing will be
                      done against name-epoch-version-release, e.g.:
                      "foo-0-1.0-1"
                      -x XARCH, --exclude-arch=XARCH
                      Optionally exclude this arch. E.g.: "-x src -x ia64"
                      -k TEMPLATEDIR, --template-dir=TEMPLATEDIR
                      Use an alternative directory with kid templates
                      instead of the default: /usr/share/repoview/templates.
                      The template directory must contain four required
                      template files: index.kid, group.kid, package.kid,
                      rss.kid and the "layout" dir which will be copied into
                      the repoview directory
                      -t TITLE, --title=TITLE
                      Describe the repository in a few words. By default,
                      "RepoView" is used. E.g.: -t "Extras for Fedora Core 4
                      x86"
                      -l DTITLE, --title-deprecated=DTITLE
                      This option is deprecated. Please use -t.
                      -u URL, --url=URL Repository URL to use when generating the RSS feed.
                      E.g.: -u "http://fedoraproject.org/extras/4/i386".
                      Leaving it off will skip the rss feed generation
                      -f, --force Regenerate the pages even if the repomd checksum has
                      not changed
                      -q, --quiet Do not output anything except fatal errors.
                      [admin@one yum]$


                      > mode ligne de commande,

                      Pas de problème pour ça...

                      > relocation des packages (installé là plutot qu'ici),

                      Ça dépend du paquet. Il doit supporter "--prefix" de rpm. Si c'est le cas, yum le fait aussi. Fedora n'est pas fan de cette fonctionnalité.
                      Celà va de soit, yum supporte aussi chroot pour installer un système complet sur une partition vide (très utilisé par les utilitaires Xen).

                      > sauver un package (en refaire un rpm) avant de l'effacer/upgrader...

                      Up2date le faisait, yum ne le fait pas. Mieux, up2date stockait les opérations faitent et on pouvait revenir en arrière. Mais OK, yum ne le fait pas.

                      > Secundo comment sais-tu que yum est plus utilisé

                      Pour info, yum a aussi plein de plugin.

                      C'est "que" pour Fedora (Core et Extras). Ça n'inclus freshrpms, atrpms, etc...
                      [admin@one yum]$ repoquery --whatrequires --queryformat="%{NAME}\n" yum | sort | uniq
                      anaconda
                      kyum
                      mach
                      mock
                      pirut
                      plague-builder
                      pungi
                      repoview
                      system-config-kickstart
                      yum-allowdowngrade
                      yum-changelog
                      yum-downloadonly
                      yumex
                      yum-fastestmirror
                      yum-fedorakmod
                      yum-kernel-module
                      yum-priorities
                      yum-protectbase
                      yum-skip-broken
                      yum-tsflags
                      yum-updateonboot
                      yum-updatesd
                      yum-utils
                      yum-versionlock

                      Ajouter createrepo qui crée des dépôts mais n'est pas dépendant de yum (ce qui est normal).

                      Et il y a aussi yum-utils avec des utilitaires sympathique :
                      [admin@one yum]$ rpm -q -l yum-utils | grep bin
                      /usr/bin/package-cleanup
                      /usr/bin/repo-graph
                      /usr/bin/repo-rss
                      /usr/bin/repoclosure
                      /usr/bin/repomanage
                      /usr/bin/repoquery
                      /usr/bin/reposync
                      /usr/bin/repotrack
                      /usr/bin/yum-builddep
                      /usr/bin/yumdownloader
                      [admin@one yum]$


                      Pour info, yum supporte les plugins.

                      > Donc ce que tu affirmes est parfaitement faux, yum a du succès façon MS: personne n'ose d'autre solution

                      Pour Fedora il y a : up2date, apt4rpm, yum, smart.
                      Que propose Mandriva ? urpmi.
                      Il y a peut-être smart maintenant.

                      Pour ton info, Yum n'a pas été développé par Red Hat. La page projet de yum :
                      http://linux.duke.edu/projects/yum/
                      A l'origine Yum était fait pour Yellow Dog. Yum c'est imposé au près de Red Hat et Fedora car c'est le meilleur (ou le plus apprécié). Au début de Fedora, il y a eu des tonnes de discussion pour savoir s'il fallait abandonné up2date et par quoi le remplacer. Le débat était principalement autour de smart et Yum. Yum l'a emporté de peu.

                      Ton "yum a du succès façon MS", tu peux te le carrer dans le cul.

                      Quel alternative à urpmi a tenté Mandriva ? Rien.

                      > personne n'ose d'autre solution

                      Smart a été proposé et est dispo dans Fedora Extras depuis FC2 (peut-être FC1).
                      apt4rpm a été proposé et est dispo dans toutes les Fedora.
                      Yum a été proposé (au début il n'était que dans Fedora Extras).

                      Urpmi n'a jamais été proposé. Propose le si tu veux.

                      > primo : je connais yum

                      J'en doute très très très fort.
                      • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                        heureusement que tu avais écris :
                        Regardes du côté de urpmi. C'est compliqué, il y a des howto de 50 pages, il faut mettre à jour le cache avant de lancer la mise à jour, il y a 40 commandes

                        avant de faire le post là ;)
                        • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                          Posté par . Évalué à 6.

                          Ah non, tu est mauvaise langue. Il l'a dit, Yum c'est mieux, y'a pas 40 commandes et un howto de 50 pages. A la place, il y a une commande avec 40 options et un man de 50 pages. Faut juste saisir la nuance.

                          /me trouve aussi rigolo de voir tous ces trucs géniaux inventés par yum... des années apres apt.
                  • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Euh...tu es sûr de te renseigner un petit peu avant de dire de grosses âneries comme :

                    "Il existe smart pour Fedora et apt pour Fedora car des gens les veulent. C'est dans Fedora Extras. Il n'y pas urpmi pour Fedora car personne en veut. Il n'y a que urpmi pour Mandriva."

                    Pour info, smart existe pour Mandriva, et fonctionne très bien et depuis un bail...cf. Google, et vraiment accessoirement ceci :

                    http://nikoolinux.zeblog.com/128673-smart-super-gestionnaire(...)

                    Sachant tout de même qu'urpmi est très bien par ailleurs.

                    Par contre, il est clairement conseillé partout sur le Net de switcher vers Smart directement après l'installation d'une SuSE tellement leur package manager est pourri.

                    :D
      • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

        Posté par . Évalué à 4.

        > Elle ne figure maintenant qu'en seconde page sur Linuxfr...

        Parceque ce n'est pas Mandr(ake|iva).
        Mais aujourd'hui je suis mauvaise langue.
        Red Hat (probablement idem pour Novell mais je n'ai pas vérifié) a des tonnes de "success story" :
        http://www.redhat.com/rhel/informationcenter/successstories/(...)
        Mais comme c'est Red Hat (ou Novell), ça ne passe pas ici. Aujourd'hui c'est passé car c'est Peugeot (avec un volume de migration exceptionnel pour Linux, il faut bien le reconnaitre).


        Mais comme personne ne propose de nouvelle sur ce sujet, ça ne passe pas.
        Les dépêches ne sortent pas de l'éther hein, il faut des petites mains pour les rédiger.

        Si tu proposes de bonnes rédactions la-dessus et que c'est refusé (parcequ'on déteste RedHat/Novell/Whatever, comme chacun sait) tu pourras poster ce genre de truc.
        • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

          Posté par . Évalué à 2.

          > Si tu proposes de bonnes rédactions la-dessus et que c'est refusé (parcequ'on déteste RedHat/Novell/Whatever, comme chacun sait) tu pourras poster ce genre de truc.

          J'ai dit que pour aujourd'hui (actuellement, ces dernières semaines/mois), j'étais mauvaise langue.
          Je crois qu'il est urgent de tuer le débât dans l'oeuf.
          • [^] # Re: Autre temps, autre moeurs...

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Pour ce qui est des contributions de mandriva, il y a pas mal de temps de codeurs pour KDE et particumirement konqueror ou koffice.
            J'ai l'impression que cela a diminué, mais il suffisait à une époque de chercher dans l'onglet "aide" de ces applications pour trouver plusieur adresses de courriel en @mandrake.com.

            Lors de Solution Linux 2007 j'ai pu avoir une excelente démonstration de kmail/kontact et konqueror par 2 de leur contributeurs,
            1 était employé par mandriva à dévelloper des applications KDE, l'autre était un ancien employé mandrake.

            Par contre j'ai l'impression qu'effectivement un certain type de gestion "à la super cadre" a pu faire fuir ou chasser de bons éléments.
  • # Accord

    Posté par . Évalué à 3.

    Vous pensez que l'accord avec microsoft a servi (à convaincre) pour cette migration ?
    • [^] # Re: Accord

      Posté par . Évalué à 3.

      Je ne crois pas. De plus il n'y a pas de brevet en Europe.

      Ce qui a me semble-t-il pesé, est que Novell et SuSE ont une longue tradition de proposer des solutions de cohabitation Windows/Linux. Ce n'est pas le cas de Red Hat qui est concentré sur Linux/Unix. Red Hat a beaucoup de succès dans les serveurs (principalement migration Unix vers Linux) et c'est peu intéressé au desktop. Bien qu'il ne l'ignore pas (ses contributions dans Gtk/Gnome/Mozilla le prouve), ce n'est pas *aujourd'hui* leur cible commerciale (ça devrait changer avec RHEL5 qui sort début mars). Peugeot migre principalement des Desktops et Novell/SuSE a probablement plus d'expertise dans ce domaine. J'imagine que c'est ça qui a fait que Novell a gagné le marché. Bravo.
      • [^] # Re: Accord

        Posté par . Évalué à 4.

        pareil.

        Pour Mandriva, ils ne pouvaient pas être dans cette course : ils n' ont pas a l' heure actuelle les reins suffisamment solides pour s' attaquer à du service auprès d' une industrie lourde comme PSA. Mieux vaut qu' ils bichonnent leurs clients actuels et ne courent pas 20 courses en même temps.

        Bravo à Peugeot ;)

        ps : c' est vrai que des news relatant les migrations se font bien rares de nos jours, c' est devenu tellement courant. Mis quiconque suit les évènements économiques du secteur est au courant. Lisez donc les éditions papiers "01informatique" de "l'usine nouvelle", "les echos" et autres... en ce moment ça vaut le coup !!! ;)
        En voilà un mini florilège :

        01informatique 26/01
        bloc-notes : "fusion des 2 principaux groupes de promotion Linux" ...
        Microsoft digère Nortell (et on apprends que ms passe complètement au standart SIP pour la vo/ip...
        Sun envie RedHat, pleine page...
        Le Libre en Europe : un patrimoine de 2 milliards d' euros. pleine page.
        drm : quant les commerçants écoutent les clients (...)
        Dossier : "faire carrière au Maroc"
        Dossier système et réseaux (la compétence Linux est devenu indispensable")

        L' usine nouvelle
        Dossier "faut il passer aux logiciels libres ?" (très bon dossier, à lire !!)
        Article : la socièté Plastigry n' impose pas Linux" les détails d' une migration réussie.
        Dossier progiciels opensources : ERP ...
        Linux & Java s' invite partout ...
        Linux "un marché poids lourd"

        bon stop, y en à trop pour faire un simple commentaires linuxfr .... j' arrête sur un détail marrant : même le journal gratuit 20minutes, qui a eu la semaine dernière une interview exclusive du boss de Vista France (donc un bien placé chez ms-france..) sur une double page, s' est payé le culot de titrer en Une "vista : pas de révolution..."

        cordialement
    • [^] # Re: Accord

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Non, l'accord est plus récent que la décision de choisir Novell (ce n'est pas parce que c'est annoncé maintenant que c'est récent :) ).
      Ce qui a surtout joué je crois que c'est l'avance de Novell sur le desktop (genre avec Compiz).
      • [^] # Re: Accord

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce qui a surtout joué je crois que c'est l'avance de Novell sur le desktop (genre avec Compiz).

        C'est vrai que le desktop de Novell est plus léché mais je n'aurais pas pris Compiz comme un exemple pour le coup.. et ce n'est pas contre Compiz, qui dans sa catégorie est très bien, mais c'est que je ne vois pas une boite comme PSA prendre au sérieux un bureau 3d comme un argument de supériorité. Tout comme je ne vois pas les boites passer de XP à Vista juste pour voir Aero.
  • # enfin les postes de travail

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    ce qui est très encourageant, c'est qu'il s'agit aussi des postes de travail parce que pour des serveurs, ça ne mériterait même plus d'être signalé ;-)
    Historiquement, dans tout ce qui est recherche-développement qui se servaient d'outils comme la CAO (Conception Assistée par Ordinateur), c'était des stations de travail sous Unix (et souvent sur SGI) avant qu'avec NT et surtout des gestionnaires soucieux d'uniformisation du parc, beaucoup de stations passent sous Win$
    Avec Linux, on peut désormais renverser la tendance puisque les outils de CAO tournent généralement sous Linux, la bureautique est d'excellent niveau et le cauchemar de la gestion d'un parc M$ fait réfléchir plus d'un décideur :-)
    • [^] # Re: enfin les postes de travail

      Posté par . Évalué à 2.

      Euh ouais, enfin là c'est surtout pour les gens qui font de la pas-technique et pas-conception. Ca a été dit de toute façon dans des journaux précédent qu'il n'y avait pas de Catia pour Linux...
      • [^] # Re: enfin les postes de travail

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Non il n'y a pas de version Linux de Catia, mais il y a des versions pour tous les unix proprios (AIX, Solaris, HP-UX, IRIX).

        De plus d'après un commentaire du journal en lien de la dépêche,
        Catia linux _FUT PRESENTE_ en beta y a longtemps
        • [^] # Re: enfin les postes de travail

          Posté par . Évalué à 5.

          Pour bien connaitre PSA et encore mieux Dassault System
          je sais de source sur que de toute façon il existe dans les labs de DS des versions de CATIA V5 compilées pour fonctionner sous LINUX, mais que leur probleme comme l'a dis quelqu'une plus haut c'est le fit de supporter CATIA sous LINUX .... qu'elle distrib choisir pour la certification.... voila le genre de question qu'ils se posent

          Mais comme le couple : Microsoft / Windows ; DS / CatiaV5 a une position de domination ecrasante et fait disparaitre un a un les GROS de la CAO (Euclid; CADDS, UG, ...) donc de moins en moins de pression de la part des utilisateurs "je fait comme je veux et vous n'avez qu'a suivre"
          tout cela pour remettre en tete a certains qu'une migration "forcée" à déjà éxisté dans le monde de la CAO c'est la CAS de pro-engineer qui a force de demande pressante de ses utilisateurs a céder et sorti une version LINUX (je ne connais pas contre pas du tout PRO/E) mais ça deviens un challenger de moins en moins pesant dans le monde de la CAO
          Tout cela pour dire que CatiaV5 est le leader tous les gros constructeurs l'utilisent (Renault, PSA, Mercedes, Toyota, BMW, FORD, AIRBUS, BOEING ......) alors lordque tu veux travailler averc eux c'est CATIA ou RIEN.
          J'espere que les gens de PSA comptent mettre la pression sur DS pour ce genre de possibilité CatiaV5 sous LINUX ( une sorte de reve LOL) ce serons les seuls qui y arriverons, mais ils sont deja tellement impliqué dedans qu'ilns n'ont eu aussi dejà presque plus le choix :(
          • [^] # Re: enfin les postes de travail

            Posté par . Évalué à 1.

            Euclid a disparu plutôt à cause de Catia V4 - Unix ;)
          • [^] # Re: enfin les postes de travail

            Posté par . Évalué à 3.

            > .... qu'elle distrib choisir pour la certification.... voila le genre de question qu'ils se posent

            Un peu de sérieux. C'est une question à deux centimes. Les autres supportent Red Hat et Novell. Avec ça tu fais sans problème 80 % des entreprises.

            Et si ça tourne sur Red Hat (ou Novell) c'est trois rien pour que ça tourne avec l'autre.

            > J'espere que les gens de PSA comptent mettre la pression sur DS pour ce genre de possibilité CatiaV5 sous LINUX ( une sorte de reve LOL) ce serons les seuls qui y arriverons, mais ils sont deja tellement impliqué dedans qu'ilns n'ont eu aussi dejà presque plus le choix :(

            Mais oui ils ont le choix. Je ne doute pas qu'il y aura Catia sous Linux. PSA le demandera, j'en suis convaincu. C'est une question de temps maintenant.
            Linux va devenir le standard Unix. Il n'y a que Solaris qui peut le contester.

            J'ai bossé chez PSA, et ils seront très heureux d'avoir un "vrai" standard Unix. Si de plus cet Unix est utilisé en Desktop, c'est que du bonheur pour eux. Par contre, et pour avoir bossé chez PSA, ça peut être long, très long (ce qui se comprend).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.