Mark Shuttleworth invite les développeurs OpenSUSE à rejoindre Ubuntu et suscite la polémique

Posté par (page perso) . Modéré par Pascal Terjan.
Tags :
0
25
nov.
2006
Ubuntu
Mark Shuttleworth, le "dictateur bienveillant" à l'origine d'Ubuntu, a envoyé un message sur la liste de diffusion d'openSUSE. En raison de la décision de Novell et Microsoft concernant les brevets, il y invite les développeurs d'openSUSE à rejoindre la communauté Ubuntu.

On peut évidemment se poser quelques questions sur ce message : il est assez rare de voir ainsi des projets tenter de débaucher les développeurs d'autres projets. Les réactions ont été assez vives, avec notamment une réponse satirique sur la liste d'un "Shark Muddleworth", invitant les développeurs Ubuntu à rejoindre openSUSE en raison de la décision d'Ubuntu d'inclure des pilotes ATI et NVIDIA propriétaires dans la prochaine version, feisty. (Pour être tout à fait exact, cette proposition n'en est encore qu'au stade de reviewing).

Aller plus loin

  • # Attention

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Attention chérie, ca va troller !

    Faire ca un week-end .. quelle honte
    • [^] # Re: Attention launchpad

      Posté par . Évalué à -4.

      en + ils ont oublié launchpad sapusaipalibr !

      Plus sérieusement, ce sont des entreprises qui cherchent à gagner de l'argent. Ce n'est pas une surprise.

      On peut utiliser à la place des distros gérées par des assos indépendantes s'engageant à faire du 100% libre, si on veut augmenter les chances de rester à l'écart des brevets et du code proprio.
      • [^] # Re: Attention launchpad

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Plus sérieusement, ce sont des entreprises qui cherchent à gagner de l'argent. Ce n'est pas une surprise.

        Non, commercial et libre ne sont pas incompatibles. Cela fait déjà plus de dix ans qu'il y a des boites et des gens qui gagnent leur vie en faisant du libre ! On peut chercher à gagner de l'argent et faire du libre.

        De plus au niveau des distributions, la majorité des distributions n'installent pas de logiciels propriétaires par défaut, et n'obligent pas leur utilisateurs à installer du propriétaire (on est informé et on a le choix à l'installation). On a aussi des grandes boites commerciales qui fournissent des distributions à télécharger complètement libres : Mandrake/Mandriva le fait depuis toujours et c'est le cas aussi de Fedora (chapoté par Red Hat).
        • [^] # Re: Attention launchpad

          Posté par . Évalué à 6.

          >>Plus sérieusement, ce sont des entreprises qui cherchent à gagner de l'argent. Ce n'est pas une surprise.
          >Non, commercial et libre ne sont pas incompatibles.


          Tu me fais dire ce que je n'ai pas dit.

          Je pense simplement, et on l'a vu de manière spectaculaire avec l'actuel SCO (qui rappelons-le s'appelait "CALDERA Linux" auparavant) et plus récemment avec NOVELL, que des sociétés qui sont obligées par leurs actionaires d'augmenter leur profits, peuvent être tentées d'explorer de nouveaux "business models" qui ne sont pas toujours exactement dans l'esprit du libre (tu admettras qu'on puisse douter du respect du libre par SCO et NOVELL).

          En fait, envisager de nouveaux "business models" me semble être dans la nature de la plupart des grandes entreprises. Elles n'ont pas un "contrat social" de type Debian à respecter et donc ce nouveau "model" peut sortir de l'esprit du libre. C'est un risque à connaître.
        • [^] # Re: Attention launchpad

          Posté par . Évalué à 6.

          On peut chercher à gagner de l'argent et faire du libre.
          Oui mais contrairement au développement de logiciel propriétaire, le libre obligé l'entreprise qui veut en vivre de créer obligatoirement de la valeur sous peine de voir son activité dépérire (car une autre société, ou une communauté fait alors la même chose pour moins cher --voir gratuit-- car elle ne participe pas au developpement).

          Pour une société, le libre est viable si elle propose des services associés (SAV, installation, documentation, developpement d'évolutions,...) là où une société qui vit de logiciels propriétaires peut se permettre de vivre (presque) uniquement du developpement.

          Pour illustrer mon propos, je dirais qu'une société qui developpe un logiciel style winzip libre ne pourras survivre ; besoin de doc et de formation inexistant, fork ou maintenance par n'importe qui aisée,...

          Pour conclure, je dirais que le libre ne permettra jamais de faire fortune (ce qui fait rever beaucoup) et donc il n'y aura jamais de Bill Gates du libre et surtout ne permet pas de se reposer sur ses lauriers, poussant toujours à l'innovation. Et je comprends que ça fasse peur. On ne pourras jamais être à l'abri....

          PS : les sociétés qui aiment et contribuent fortement au libre sont souvent les sociétés dont le developpement du logiciel qur lequel ils contribuent n'est pas le coeur de leur métier (IBM qui vent du matos, Google qui est une agence de pub,...). Les autres doivent alors vendre du service --plus que du logiciel-- (Redhat, Suse,...)
          Le libre est un peu carnivore mais c'est pour le bien général...
          • [^] # Re: Attention launchpad

            Posté par . Évalué à 3.


            Pour illustrer mon propos, je dirais qu'une société qui developpe un logiciel style winzip libre ne pourras survivre ; besoin de doc et de formation inexistant, fork ou maintenance par n'importe qui aisée,...


            Effectivement, une entreprise comme ça est inutile à la société. Je ne vois pas pourquoi elle vivrait.

            Selon la prophétie, l'acceptation massive logiciel libre implique la disparition des entreprises qui développent des logiciels grand-public.

            Si on avait 150 Millions de clients à qui vendre du service autour des distributions, on aurait par contre des distributeurs qui pourraient se permettre d'embaucher 100 ou 200 développeurs pour travailler sur les logiciels de la distribution plutôt que 5, 10 ou 20 comme c'est le cas actuellement.
            • [^] # Re: Attention launchpad

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Alors pourquoi est-ce que Microsoft ou même Adobe continue de vivre tranquillement ? Microsoft Windows, Office ou Acrobat Reader ne sont pas des logiciels « grand public » ?
              Je dirais plutôt que la concurrence déloyale de Microsoft en intégrant certains logiciels au sein même de son système d'exploitation (on n'a plus besoin de WinZip avec Windows XP...) à amener plus d'une entreprise souvent innovante à mettre la clé sous la porte. Développer des logiciels sous Windows, sauf niche, est un suicide financier.
              • [^] # Re: Attention launchpad

                Posté par . Évalué à 0.

                "Je dirais plutôt que la concurrence déloyale de Microsoft en intégrant certains logiciels au sein même de son système d'exploitation (on n'a plus besoin de WinZip avec Windows XP...)"

                Oh mon dieu !! MAIS QUELLE HORREUR !
                Un système d'exploitation nous fournit un moyen standard d'archivage et fait perdre des emplois à winzip.

                Du point de vue du consommateur, il n'y a que des bénéfices. WinZip on s'en branle un peu.

                Si Windows Vista contenait autant de logiciels que Mac OSX ou une distrib linux, j'en serais ravis. Ca serait une victoire pour le consommateur, qu'importe que cela vienne de MS.
                La vie est vachement plus chère pour un windowsien comparé à un utilisateur de Mac ou de Linux. Pour avoir un OS qui fournit tout ce que fournit Mac OSX il leur faut raquer pas mal de sous.
                Sauf s'il utilise des logiciels libres ou des freewares. Mais ce serait de la concurrence déloyale pour les pauvres fabricants de sharewares pourris, pas vrai ?
                • [^] # Re: Attention launchpad

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Oh mon dieu !! MAIS QUELLE HORREUR !
                  Un système d'exploitation nous fournit un moyen standard d'archivage et fait perdre des emplois à winzip.

                  Du point de vue du consommateur, il n'y a que des bénéfices. WinZip on s'en branle un peu.

                  Du point de vue du consomateur à très court terme, l'abus de position dominante pour casser les prix (dumping) est une bonne chose.
                  Maintenant il y a raréfaction des concurents quand le dumping devient trop dissuasif, et alors les consommateurs trinquent car ils ont moins de choix. C'est l'objet des lois antitrust.

                  Pour en revenir au "libre commercial", il n'y a pas que les distros qui peuvent faire des bénéfices, comme en témoigne les bénefs qu'ont obtenu MySQL et Jboss.
              • [^] # Re: Attention launchpad

                Posté par . Évalué à 4.

                Je préfère sent fois une interface légère à la evince, Acrobat Reader est inutile.

                La suite de logiciels de mise en page d'Adobe, n'est pas grand-public par contre, la boîte pourrait vivre de ça.
            • [^] # Re: Attention launchpad

              Posté par . Évalué à 2.

              "Effectivement, une entreprise comme ça est inutile à la société. Je ne vois pas pourquoi elle vivrait."

              Je suis bien d'accord que d'une manière globale on puisse penser ça mais si tu réfléchit à l'échelle de l'individu, il risque d'y avoir beaucoup d'emploi qui vont disparaître (ou les ressources seront réutilisée mais pas forcement comme la personne le voudrait) et que ça puisse faire peur (aux personnes concernées).


              "Si on avait 150 Millions de clients à qui vendre du service autour des distributions, on aurait par contre des distributeurs qui pourraient se permettre d'embaucher 100 ou 200 développeurs pour travailler sur les logiciels de la distribution"

              Tu crois qu'il n'y aurait pas des abus et que ceux qui utiliserait les logiciels libres y contribueraient.
              <Hypothèse>Ça marche peut-être tant qu'il y a peu d'acteur sur le marché. S'il y a tant de société qu'aucune est capable de créer suffisamment de valeur pour contribuer</Hypothèse>
          • [^] # Re: Attention launchpad

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Pour une société, le libre est viable si elle propose des services associés (SAV, installation, documentation, developpement d'évolutions,...) là où une société qui vit de logiciels propriétaires peut se permettre de vivre (presque) uniquement du developpement.


            Oracle est un excellent contre-exemple en ce cas. Le support est certainement leur première manne financière, sans parler des certifications. Il y a bien une licence mais elle est assujettie au support. Qui serait de toutes façons assez fou pour mettre un oracle en production sans aucun support ?...
            Je me demande s'il n'y a pas que Microsoft pour oser vendre des licences de logiciels et avoir des contrats de support distincts...
            • [^] # Re: Attention launchpad

              Posté par . Évalué à 3.

              Ouuhh!!! Le beau sophisme que tu me fais là!

              Soit Oracle est opensource ;)

              Soit, j'ai dit qu'une "société qui vit de logiciels propriétaires peut se permettre de vivre (presque) uniquement du développement" et non qu'une société développant un logiciel propriétaire ne peut vivre qu'en vendant des licences.

              Et puis, soit sûr que si Oracle était opensource, il y aurait d'autre sociétés qui ne se gêneraient pas de fournir du support pour ses bases de données.

              De plus Oracle vit encore sur l'idée que dès qu'ils faut une base de données robuste on choisit Oracle là où dans 90% des cas une base différente serait tout autant efficace et sûrement plus rentable (et moins urine à gaz). Ignorance quand tu nous tiens.... Oracle a bien de la chance que les BD soit un domaine critique et donc qu'on soit très frileux en ce qui concerne les changements.


              "Je me demande s'il n'y a pas que Microsoft pour oser vendre des licences de logiciels et avoir des contrats de support distincts..."
              Ah bon et tout les logiciels à destination des particuliers (et pas seulement) ont du support fourni à l'achat?? Acdsee, Nero,... pour ne citer qu'eux.
      • [^] # Re: Attention launchpad

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Plus sérieusement, ce sont des entreprises qui cherchent à gagner de l'argent.


        Côté Suse peut être, mais du côté d'Ubuntu, c'est plutôt Mark Shuttleworth, un trolleur avec un budget de plusieurs millions de dollars. :o)
        • [^] # Re: Attention launchpad Canonical

          Posté par . Évalué à 2.

          Canonical est une société dont le but a toujours été de faire des bénéfices en faisant du service et du support autour d'Ubuntu. Cette approche est classique et a toujours été défendue par la communauté libre.

          Là où cela devient plus controversé, bien que légal, c'est quand on demande à des bénévoles de contribuer à une base de donnée difficilement forkable (launchpad), où quand on envisage l'inclusion de logiciels proprios dans la distro de base.
  • # Avant de lancer des critiques "gratuites"...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    ...prenez le temps de lire le message de Shuttleworth et surtout le dernier paragraphe :


    I know that posting this message to an OpenSUSE list will be
    controversial. I'm greatly respectful of the long tradition of
    excellence in the SuSE product and community and have no desire to
    undermine that with this post. That said, I think the position taken by
    Novell leadership in their contract with Microsoft is hugely
    disrespectful of the contributions of thousands of GPL programmers and
    contributors to SuSE, and I know that many are looking for a new place
    to get involved that is not subject to the same arbitrary executive
    intervention. Ubuntu is one option, as are Gentoo, Debian and other
    communities. Please accept this mail in that spirit.


    Je ne sais pas si c'est le meilleur moyen de s'y prendre, mais ceci dit il n'a pas entièrement tort.
    • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

      Posté par . Évalué à 10.

      "Ubuntu is one option, as are Gentoo, Debian and other
      communities."

      Je ne suis pas surpris qu'il conseille des distro sans business model. Ca ne l'enchanterait pas de voir les développeurs d'openSUSE joindre Red Hat/Fedora ou Mandriva. Dans le monde idéal vu par Mark Shuttleworth, Ubuntu serait la seule distribution de base existante et toutes les autres seraient des pseudo fork à la Mepis.
      • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        Hmm, openSuse est supposée aussi être une distribution sans business model. La comparer à RedHat aurait été injuste (on devrait plutôt comparer Novell Suse Enterprise aux produits de RedHat).
        • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

          Posté par . Évalué à 8.

          Le niveau de compréhension a dramaticalement baissé sur linuxfr ou quoi ?
          J'ai dit Redhat/Fedora, pour inclure Fedora.

          Tout comme tout travail fait sur openSUSE profite à SLED, tout travail fait sur Fedora profite à la RHEL. C'est évident.
          La majorité du boulot et du packaging fait sur openSUSE est fait par des développeurs payés par Novell. La majorité du boulot et du packaging fait sur Fedora est fait par des développeurs payés par Red Hat.

          Ces distributions sont le fruit d'un business model. Sans Red Hat, pas de Fedora. Sans Novell SLED, pas d'openSUSE.

          Sans Mandriva club et la version pro, pas de Mandriva free.

          http://beranger.org/index.php?article=1080
          Canonical n'a aucun business model à part griller l'argent de Shuttleworth. Ils prétendent avoir du support IBM DB2 pour la Ubuntu Server Edition alors que le support DB2 ils ne l'ont que pour Ubuntu 5.04, qui n'avait pas de "Server Edition".

          Ubuntu repose sur un puits de billet qui n'est pas vraiment sans fond. Sans le puits de Shuttleworth ubuntu redeviendrait poussière.
          • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Le niveau de compréhension a dramaticalement baissé sur linuxfr ou quoi ?


            Peut-être, mais le niveau de grammaire aussi, dirait-on ^^
          • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

            Posté par . Évalué à 3.

            Canonical, c'est comme une start-up qui a un riche fondateur au lieu d'avoir des VC. Et il y a beaucoup de start-up qui demarrent sans business model (Google par exemple). En tout cas, avec l'enorme affiche de pub pour Ubuntu qu'on voit sur la route US101 entre San Francisco a San Jose, ca m'etonnera que Shuttleworth a pour unique but de griller son argent. Je lui fait confiance pour trouver un business solide pour Canonical, selon le vieil adage qu'il est plus facile de trouver un business model pour un produit populaire que de creer un produit populaire.
            • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Mon avis personnel est que les gains d'Ubuntu se feront (du moins en un premier temps) surtout grâce à la distribution pour serveurs et au support proposé.

              Après avoir regardé la séance sur Ubuntu lors de la 6e debconf ( http://ftp.acc.umu.se/pub/debian-meetings/2006/debconf6/theo(...) pour ceux qui veulent), suite à une question sur l'éventuelle libération du code de Launchpad et si celle-ci se ferait bientôt, la réponse était "oui et non". En fait, l'argument de Shuttleworth est qu'à présent Canonical propose les services de Launchpad aux entreprises/organismes qui veulent travailler sur une variante d'Ubuntu, et que ceux-ci sont payants... Ceci dit, il ajoute que ce modèle ne s'appliquera pas d'ici quelques années et qu'il sera donc à ce moment là tout à fait possible, et viable, de libérer le code...
              • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

                Posté par . Évalué à 3.

                "Mon avis personnel est que les gains d'Ubuntu se feront (du moins en un premier temps) surtout grâce à la distribution pour serveurs et au support proposé."

                Ca va être dur de faire passer une distro qui n'est certifiée par personne alors qu'il existe deux géants et que ces deux géants ont une kernel team plus grande que toute l'équipe Ubuntu réunie.
            • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

              Posté par . Évalué à 1.

              "Canonical, c'est comme une start-up qui a un riche fondateur au lieu d'avoir des VC. Et il y a beaucoup de start-up qui demarrent sans business model (Google par exemple)"

              Mais combien de start-up ont crevé la bouche grande ouverte ???????
              La bulle internet c'est quoi ?

              Google a apporté un produit bien meilleur que la concurrence.
              Combien de fois une Ubuntu est meilleure qu'une RHEL ou Novell SLES ? parce que c'est là où y'a du fric à se faire, les distro pro.
              Y'a pas de fric à chercher sur un OS grand public, c'est pour ça que Red Hat ne vends plus des boites et que Novell, bien qu'ils vendent toujours les boites SuSE, cherche le même chemin via openSUSE.
          • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

            Posté par . Évalué à 1.

            Euh si je puis me permettre Ubuntu est basé sur un business model et Canonical a été créé pour être independant financièrement dès sa création de toute nouvelle subvention de M. Shuttleworth. Je vous envoie le lien d'un article qui traite de ce sujet:
            http://wiki.pps.jussieu.fr/cgi-bin/twiki/view/Main/Ubuntu#Su(...)
            (réalisé dans le cadre d'un cours et validé par les profs)
      • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

        Posté par . Évalué à -2.

        pfff...
        La Mepis un fork d'ubuntu, bravo.
        C'est faire le jeu de ce que tu dénonces de croire qu'une distrib comme mepis est un pseudo fork d'ubuntu.
        Mepis est basé sur Debian et ce avant même qu'Ubuntu n'existe.
        • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

          Posté par . Évalué à 3.

          pfff...
          La Mepis un fork d'ubuntu, bravo.
          C'est faire le jeu de ce que tu dénonces de croire qu'une distrib comme mepis est un pseudo fork d'ubuntu.
          Mepis est basé sur Debian et ce avant même qu'Ubuntu n'existe.

          Vite, vite, coupez la jambe avant que la gangrène n'aille plus loin.

          http://www.mepis.org/history
          In 2006, MEPIS transitioned from using Debian packages to using Ubuntu packages. SimplyMEPIS 6.0, released in July 2006, is the first version of MEPIS to incorporate the Ubuntu packages and repositories. The MEPIS team has plans to begin work on a 64-bit version of SimplyMEPIS, as well as new releases of MEPISLite and ForensicMEPIS.

          Mepis a marché dans le rêve de Shuttleworth, qui est de faire d'ubuntu la nouvelle meta-distribution et de remplacer debian dans la liste des distro les plus forkées.
          Mepis existait avant, mais aujourd'hui, Mepis c'est juste une autre façon de voir Ubuntu.
          • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

            Posté par . Évalué à 5.

            Il faut noter que Ubuntu est basé sur Debian Sid (avec resynchronisation tout les 6 mois), ce qui donne le rôle à Debian de meta-meta-distribution.
            • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

              Posté par . Évalué à 10.

              Ils font de grands progrès quant à pouvoir se séparer de cette tâche sur leur pantalon que représente debian. Tu devrais voir l'énergie déployée pour former des packageurs universe.

              A noter qu'il est déconseillé publiquement aux employés Canonical de développer des logiciels. Il faut packager uniquement, mais ne rien développer, sauf quand c'est des trucs comme Launchpad ou Upstart qui n'ont d'utilité que pour Ubuntu. Voir le blog d'un développeur :

              http://www.netsplit.com/blog/articles/2006/11/27/slippery-sl(...)
              We needed a way to catch up with both the commerical operating systems and other Linux distributions; we have a policy of not doing our own software development, but only packaging what others have developed, so the only way for us to get ahead was to package something that others wouldn’t.

              En résumé, Canonical :
              1/ Un paradis fiscal. Les règles du jeu sont déjà pas mal cassées si on compare à Red Hat et Novell.
              2/ A pour règle de ne financer le développement d'aucun logiciel autre que des trucs qui puissent servir qu'à ubuntu (comme Launchpad). Red Hat et Novell sont deux très grands contributeurs, et plus que contributeurs, créateurs de logiciels.
              3/ Financé par un puits de fric nommé Shuttleworth qui dispose de 500 millions dans son compte en banque. Pratiques proches de ce qu'on appelerait du dumping, comme l'envoi de CDs gratuits, chose qu'aucun concurrent ne pourrait raisonnablement se permettre. Cet argent est gaspillé (on ne peut pas faire grand chose d'une distro à un seul CD si on a pas le net pour prendre les packages utiles..) et n'est là que pour servir de moteur de propagande.
              4/ L'OS doit être gratuit avant tout. MS n'est pas défavorable au développement d'outils proprio.
              5/ Mets des batons dans les roues sur le développement de debian. Les packageurs payés par Ubuntu sont difficiles à déloger de leur position et ralentissent considérablement le temps que mettent certains packages à atteindre Debian.
              6/ Travaillent très peu Upstream, le but étant d'avoir un avantage sur tous ceux qui font des packages à partir des versions originales.
              http://hughsient.livejournal.com/5889.html?thread=45057#t450(...)
              L'auteur de gnome-power-manager par exemple se plaint de devoir aller fouiner les .diff d'ubuntu lui même tout en citant Red Hat comme un modèle de travail upstream. (sachez que le monsieur en question, il dit ça tout en étant devenu utilisateur d'Ubuntu, ce n'est pas un guerrier religieux.)

              Je suis très mal à l'aise devant cette situation. La communauté n'a rien à gagner face à un tel parasite. On dirait presque un cheval de troie lancé par Microsoft tellement la situation paraît surréaliste.
    • [^] # Re: Avant de lancer des critiques "gratuites"...

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Ah oui tiens il a ajouté ca en postant le mail. Sur son blog posté quelques quelques heures avant ça n'y est pas : http://www.markshuttleworth.com/archives/81
    • [^] # Shuttleworse

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Il donne des leçons aux autres, et il ferait mieux de balayer devant sa porte. Ubuntu n'est certainement pas un modèle pour les logiciels libres, avec les problèmes de drivers propriétaires, Launchpad etc. Avant l'accord avec Microsoft, des développeurs d'OpenSUSE auraient aussi pu venir troller sur les listes d'Ubuntu...

      En plus, ça sent le « profiteur » a plein nez, Shuttleworth exploite l'accord de Novell (qui doit déjà être une catastrophe pour bon nombres de Susiens) pour essayer d'attirer des gens venir bosser sur son projet. Comme attitude, c'est très moyen...
      • [^] # Re: Shuttleworse

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Voici justement une réponse satirique qui invitent les Ubunteros à rejoindre OpenSUSE : https://lists.ubuntu.com/archives/ubuntu-devel/2006-November(...)
      • [^] # Re: Shuttleworse

        Posté par . Évalué à 0.

        Pour s'être fait autant de pognon, la probabilité que Shuttleworth n'aie pas beaucoup d'éthique est forte. Il aurait pu passer ses softs en libres et laisser tomber ses brevets, mais il a préféré vendre sa boîte. Ce gars là est quand même un ancien gros acteur du monde des logiciels propriétaires.

        Imaginons que Billou crée sa distribution Linux et commence à agir comme lui :) Shuttleworth n'est qu'un Bill Gates en moins prestigieux :)
      • [^] # Re: Shuttleworse

        Posté par (page perso) . Évalué à -2.

        C'est drôle, j'avais l'impression pourtant d'avoir copié le dernier paragraphe de son mail qui disait justement qu'il ne fallait pas se focaliser sur ubuntu, d'autres distributions (gentoo,debian...) pouvant profiter de l'aide des développeurs openSUSE qui voudrait quitter ce projet. Je ne dis pas qu'il faut le croire les yeux fermés, mais ceci dit il faudrait pas non plus à chaque fois que l'on voit le nom Shuttleworth râler bêtement...

        Pour ma part, je n'étais pas au courant de Launchpad, donc j'ai cherché un peu, et miracle :

        Is Launchpad open source? Will it be?

        Our goal is to release all of Launchpad as free software, though it will take some time (potentially, years) before that happens.

        We are doing so in a piecemeal approach. Parts of Launchpad have already been released as free software where they would be particularly useful to other projects. And very few, if any, Launchpad modifications to upstream code are not immediately published to those upstream projects.

        Launchpad is a large, monolithic, web application. We would be happy to release the code for the Registry, for example, which keeps track of all upstream products and their series and releases; however, that code will not run without the distribution management code, which is part of of the service that Canonical provides to other companies that make their own distributions.

        If you are keen on seeing Launchpad components published as free software sooner, rather than later, and you have good Python and Zope3 skills, we are happy to provide code access and accept patches that use Zope 3's component architecture to factor out individual Launchpad applications and make it easier to release chunks of Launchpad. That is a lot of hard work, but it would make it possible to release the Registry, and the parts of Rosetta that are used for upstream translation.

        source : https://launchpad.net/faq
        Certes, entre le dire et le faire... c'est pas gagné, mais moi ce que je lis là (SANS de quelconques préjugés) c'est un "engagement" et une volonté de "libérer" le code... Donc je me pose des questions sur le temps qu'ont vraiment passé tous ces gens qui ne font que ressortir cet "argument" à s'informer sur le sujet...

        Pour les pilotes propriétaires, lire quelques commentaires ci-dess(o)us...

        Il faut cesser de critiquer gratuitement la moindre personne qui ne suit pas les "règles" du libre au moindre détail. En tant qu'observateur extérieur, moi ce que je vois c'est que Shuttleworth contribue de manière plus positive que négative dans le libre, en proposant une alternative abordable à windows. C'est une étape intermédiaire à mon avis qui est nécessaire pour faciliter la transition du 100% propriétaire au libre complet.

        Plutôt donc que de s'attaquer à lui pour ses moindres propos, laissons-lui la chance de nous aider un peu à sa façon (à la limite du raisonnable bien évidemment, si du jour au lendemain ubuntu se voit surchargée de logiciels propriétaires, je serai moins indulgent).

        Puis si certains voient en ce gars là [...] un ancien gros acteur du monde des logiciels propriétaires, moi je suis optimiste, et le fait qu'il soit à présent un gros acteur du libre (à sa façon, qui peut déplaire, mais sur laquelle il ne faut pas cracher) est signe que finalement, c'est peut-être un allié plus qu'un ennemi...
        • [^] # Re: Shuttleworse

          Posté par . Évalué à 10.

          "En tant qu'observateur extérieur, moi ce que je vois c'est que Shuttleworth contribue de manière plus positive que négative dans le libre, en proposant une alternative abordable à windows."

          Comme le dit un des mecs d'openSUSE, l'équipe (la partie "payée") de toute la distro ubuntu est plus petite que la Kernel Team de Red Hat ou Novell..

          Novell paie le salaire de nombreux développeurs clefs du logiciel libre, comme Greg Kroah-Hartman. Ubuntu paie des salaires de.. packageurs.

          Novell c'est :
          le salaire d'un des développeurs clef de l'architecture x86 64 bits.
          le salaire d'un des plus gros développeurs de drivers.
          une bonne partie de l'équipe de développement mono, du développement de beagle, f-spot, banshee..
          la libération de YaST, AppArmor (un système de défense proche de SeLinux, mais en plus simple, et certes, un peu moins efficace), Evolution Connector
          le développement d'Evolution
          le financement de tests d'Usability, un peu comme l'a fait Sun en son temps
          le salaire de développeurs KDE
          le plus gros contributeur extérieur à OpenOffice.org

          Et j'en oublie.
          Ubuntu c'était quoi à part Jeff Waugh, qui s'est barré de Canonical pour faire autre chose ? Ubuntu c'est le paiement de développeurs/packageurs debian qui depuis qu'ils sont embauchés à Canonical ont foutu le souk dans debian. (cf le packaging en retard de python)

          Vouloir la destruction d'openSUSE (mais donc surtout de Novell) c'est vouloir la destruction d'un contributeur à des années lumières plus important que tout ce qu'aura pu faire la starlette Shuttlenoworthy. C'est aussi vouloir la destruction d'un business qui tient sur leurs propres épaules et non sur un puits de fric qui sort de nul part.
          L'opportuniste voit un bon moyen de se faire de la pub sur le dos de la communauté openSUSE. Il est plus une nuisance qu'un apport positif.
          • [^] # Re: Shuttleworse

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Je n'ai pas comparé Ubuntu à Novell, donc me dire que le dernier contribue grandement me fait croire que tu n'as pas lu mon commentaire. Qui plus est, ce sont deux choses incomparables rien qu'en tèrme de temps de présence sur le marché. Je n'ai pas d'idée du nombre d'employés au bout de deux ans de fonctionnement, mais à l'époque le marché était totalement différent, Red Hat est un des pionniers en tèrme de distribution linux, comme Suse si je ne m'abuse.

            Quoi qu'il en soit, je ne compare pas la contribution de Shuttleworth à un autre acteur du libre. Je dis juste qu'il contribue lui aussi. Des termes comme "starlette", "Shuttlenoworthy", "MS" (qui est 3 fois sur 4 utilisé afin de faire le rapprochement à une boîte que je n'ai pas besoin de nommer) n'ont pas leur place ici et n'apportent rien de constructif à une discussion.

            De plus, en ce qui concerne debian, peut-être que certains problèmes apparaissent, mais debian profite également de corrections de bugs qui peuvent être faites d'abord chez ubuntu, de nouveaux paquets n'étant pas dans sid mais dans ubuntu sont intégrées plus facilement/rapidement, etc. Si Ubuntu et Debian semblaient avoir des soucis il y a un an, je pense que les différences entre les membres des deux projets tendent à diminuer. La présence de Shuttleworth dans les deux dernières Debconf montrent bien que certaines personnes font l'effort de voir un peu plus loin et ne se content pas de critiques faciles. Pour les intéressés, la séance Ubuntu dans la dernière debconf : http://meetings-archive.debian.net/pub/debian-meetings/2006/(...) (ogg theora).

            Un autre lien intéressant, un petit questionnaire fait à Shuttleworth : http://interviews.slashdot.org/article.pl?sid=05/04/04/18592(...)
            • [^] # Re: Shuttleworse

              Posté par . Évalué à 10.

              Bof, dans mon experience ubuntu fait souvent des hacks pour que ça marche, sans faire de gros efforts pour que ce soit intégrable upstream (Debian ou le vrai upstream).

              Par exemple pour le kernel, Ubuntu est la seule distro que je connais qui ne maintient pas une liste de patch mais un dépôt git, c'est donc très difficile de voir ce qu'ils rajoutent reellement sur le kernel (une nouvelle fonctionnalité peut etre dispersé sur de nombreux commit à la place d'être un seul patch) et c'est également difficile de rajouter porter une fonctionnalité "ubuntu" sur un kernel plus récent.
  • # Une bonne chose.

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Je trouve que ce n'est pas une si mauvaise chose à titre personnel.

    Bon mettons de côté les trolls et autres conneries.

    Le fait est que Novell a pris une décision qui n'a pas tellement plu à la communauté libre.
    Mark Shuttleworth (et pas MS pitié arrêtez avec ça) réplique et tente de récupérer des devs. C'est de bonne guerre je dirai.

    D'un autre côté Ubutnu a pris également une autre décision qui n'a pas fait l'unanimité dans la communauté libre[1]. Donc les gens de Suse contre attaquent sur ce point.

    Jusqu'ici rien que de plus normal je trouve.

    Quelques trucs tout de même :
    Est ce que c'est une bonne idée d'aller parler des décisions de Novell chez OpenSuse ? Ok, ils sont sponsorisés par Novell, et ok ils peuvent avoir un poids en décidant de ne plus soutenir la distrib. Mais d'un autre côté OpenSuse n'est pas censée être indépendante de Novell ? Est ce qu'on peut légitimement faire la même chose chez fedora si Red Hat merdouille un jour ?
    Je ne donne pas d'avis, je ne fais que poser des questions. Je n'ai pas de réposnes toutes faites.

    Une deuxième chose c'est que je pense que Shuttleworth n'était peut être pas le plus à même de critiquer Novell au vu justement du tournant que prend Ubuntu vis à vis des drivers proprios. Mais bon qui aurait pu faire une telle chose sans retour de baton ? Si on creuse un peu on doit toujours pouvoir trouver quelque chose à dire, un point-qui-fait-mal-où-appuyer. Peux être Debian[1] ou fedora, et encore.

    Enfin c'est bien que les décideurs puissent voir les conséquences immédiates de leur décisions.

    Mais bon il ne faut pas se leurer, combien de devs vont migrer ? Ça va probablement se compter sur les doigts d'une main. Et encore... d'une main de lépreux.

    [1] Même si globalement j'ai l'impression que c'est plus mitigé. Dans le cas d'Ubuntu j'ai pu voir des trol^Warguments pour et contre, alors que pour Novell la grande majorité est contre.
    [1] Et encore, il y aurait probablement eu un troll sur iceweasel, sur mplayer, hot babes ou je ne sais quoi. L'esprit humain est très fertile dès qu'il s'agit de troller.
    • [^] # Re: Une bonne chose.

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      > Mais bon il ne faut pas se leurer, combien de devs vont migrer ? Ça va probablement se compter sur les doigts d'une main.

      Clairement, surtout que les devs openSuSE sont plus des spécialistes du RPM que du package debian. C'est quand même une sacré différence pour les packageurs d'une distrib. Je pense pas qu'Ubuntu aurait été le premier choix de ceux qui cherchent à changer de communauté (si il y en a)

      A voir aussi la réponse d'Andreas Jaeger sur son blog, project manager d'openSUSE :
      http://andreasjaeger.blogspot.com/index.html qui est très très bien.

      Le journal de Spyhawk donne plein d'autres liens : http://linuxfr.org/~Spyhawk/23180.html
  • # Il fallait oser, il font surtout parler d'eux.

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Novel pactise avec MS. Ubuntu encourrage les boites de hardware à rester dans leur politique.
    Pendant ce temps, le libre ne fait parler de lui que via ces guerres d'entrprises finalement pas si attachée à l'esprit du libre.

    Moi mark S. fait ce qu'il veux, s'il veux des dev d'opensuse c'est bien ou non pour lui. J'utilise ni tubu ni susy ;)

    Moi je préfère qu'on continue à lutter contre le matériel pas gérable sans driver libre.
    Mon coup de gueule du week-end, je suis obliger d'utiliser les driver proprio de nvidia pour utiliser ma 7800 GTX accompagnée de mon écran ACER AL1916W, pour pouvoir utiliser la résolution "native" de 1440x900 (qui n'est pas si native que ça car émuler) :/

    Je vais ouvri un commité de lutte contre la distrib libre qui devient plus 100libre (avec l'inscription 100% tatouée sur la fesse gauche )
    • [^] # Re: Il fallait oser, il font surtout parler d'eux.

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Je suis d'accord avec toi sur le 100% libre. J'avoue, je n'y suis pas encore (flash, nvidia) mais plus pour longtemps...

      Par contre, je pense qu'il y a un point positif qu'il ne faut pas négliger avec ubuntu. Je connais pas mal de personnes qui s'aventurent pour la première fois avec linux et le choix de distribution est à priori vite fait. Et à priori le libre ça n'intéresse pas autant de personnes.

      Ceci dit je pense qu'avec le temps, en ayant un contact continu avec les LL ils seront plus sensibles, ou du moins comprendront beaucoup plus l'enjeu et l'intérêt d'une distribution 100% libre. Qui plus est, il sera plus facile de convaincre les entreprises écrivant des pilotes de les distribuer sous une licence open-source.

      Ceci dit, il ne faudrait pas non plus que l'on continue à accepter de plus en plus de logiciels/pilotes propriétaires dans le futur. Il faudra pouvoir définir une barrière à ne pas dépasser...
      • [^] # Re: Il fallait oser, il font surtout parler d'eux.

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Tout à fait !

        Je suis 100% pour le libre, et quand j'ai le choix je privilégie le libre, evidemment ! (en proprio je n'ai que les drivers nvidia et googleearth)
        Mais faut vraiment arrêter de taper sur ubuntu au sujet de c't'histoire de drivers proprio ... ça devient vraiment lourd ...
        Pour l'instant, il n'y a pas d'alternatives avec nvidia ! C'est comme ça et c'est tout.

        On a une chance exceptionnelle actuellement ... nb de windowsiens, de geek ms, de newbie informatique tentent tout doucement le switch ...
        L'arrivée de vista fait peur à plein de powerusers crosoft, de plus en plus on voit des gens qui tentent le switch ...
        Alors le gars qui a acheté une grosse récente nvidia et qui se retrouve sous un nux avec le driver nv .... bah il va vite comprendre son malheur ... et il va pas changer pour prendre une vielle ati ou une pauvre intel ... (pas de suite !)
        (Et s'il doit se lancer tout seul dans l'install des proprios, il va médire sur linux en disant que c'est encore trop compliqué (ça m'est encore arrivé pas plus tard qu'avant hier))
        Comme dit, linux ne représente pas une alternative libriste (tout le monde n'est pas au fait de ça), mais une alternative au monde Micro$oft !

        Profitons de cette veine, et aidons les à faire une transition en douceur ... et arretons de les laisser dans la panade (tout le monde n'est pas à l'aide avec la ligne de commande, mince !)

        Plus il y aura de monde sous nux, plus vite les choses changeront ... Pour l'instant faut vivre avec ces p%#$µ de drivers proprio, bah c'est comme ça ...
        Le libriste, le pure (et donc celui qui *sait*, il sait aussi ce qu'il aura) pourra toujours installer la version libre ... (s'il ne fait pas jeux, ni de beryl, ni de googleearth ...)

        Mais faut laisser à ces nouveaux venus, qqchose qui est à 1:1 quasi-identique (fonctionnellement parlant) avec ce qu'ils avaient avant ... (c'est la moindre des choses)
        Après ils auront tout le temps de comprendre ce qu'est le libre, de ce que ça apporte, et d'adhérer ...

        Moi aussi, quand j'ai basculé, je cherchais une alternative à windows, qqchose d'iso fonctionnel, maintenant je vais clairement vers le libre quand j'ai le choix ...
        • [^] # Re: Il fallait oser, il font surtout parler d'eux.

          Posté par . Évalué à 2.

        • [^] # Re: Il fallait oser, il font surtout parler d'eux.

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Hop hop hop. Le coup du microsoftien qui va passer à Linux à cause de la sortie de Vista, je n'y crois pas, mais alors pas du tout. Ils vont râler en disant « on va passé à Linux z'allez voir », il vont garder Microsoft XP pendant 5 ans en disant « Vista ça pue j'en veux pas », et ils installeront Vista le jour où il voudront jouer à un jeux qui ne tournera que sur Vista.

          Franchement des comme ça, j'en ai croisé plein. Ils s'accrochent à leur Windows 98 pour des centaines de mauvaises raisons, couine dès que Microsoft sort un truc nouveau et ensuite filent droit.

          Là ils viennent juste de passer à XP ils couineront et feront les malins jusqu'à la sortie du prochain Microsoft où ils passeront à vista. Tous les DRM, les TCPA du monde n'y feront rien. Ils resteront de tout c½ur sous MS.

          Ils passeront à Linux éventuellement s'il y a Flash, Photoshop, WoW, Dreamweaver, Xpress et tout autres logiciels qu'ils sont susceptibles de ne pas savoir utiliser.

          Moi les comme ça, je montre direct les dents.
    • [^] # Re: Il fallait oser, il font surtout parler d'eux.

      Posté par . Évalué à 10.

    • [^] # Re: Il fallait oser, il font surtout parler d'eux.

      Posté par . Évalué à 2.

      Ubuntu encourrage les boites de hardware à rester dans leur politique.


      Sur ce coup, moins que Novell. Il ne faut pas perdre de vue que dans le "Partner Linux Driver Process" qui a dans ses objectifs d'aider les développeurs de pilotes proprio fermés à suivre les changements dans l'ABI du noyau...
  • # En ce qui concerne Ubuntu et les drivers proprios

    Posté par . Évalué à 8.

    (Pour être tout à fait exact, cette proposition n'en est encore qu'au stade de reviewing).


    Voilà tout est dit. Au sein même de la communauté Ubuntu, la décision hypothétique d'inclure directement les drivers proprios ATI ou Nvidia dès l'installation suscite beaucoup de critiques. A priori, on s'orienterait plutôt vers un choix proposé à l'installation: "Souhaitez vous installer des drivers propriétaires ?" Oui/Non. En tout cas moi c'est ce que je souhaite.

    J'ajoute que, de mon avis personnel, les deux situations (l'alliance Novell/Microsoft et les drivers proprios d'office sur Ubuntu) sont incomparables. La seconde est une (hypothétique je le rappelle) digression à l'esprit du libre, chose qu'on voit dans l'une ou l'autre des distributions. La première en revanche fait peser la menace sur les communautés libres, on parle également de brevets, ces choses qui permettent à des sociétés de se faire des millions en attaquant d'autres sociétés. Là, c'est grave, rien à voir avec une histoire de drivers proprios inclus ou pas.

    Quand à l'attitude de Mark Shuttleworth, je ne l'approuve pas dans le sens où les devs de OpenSuse sont suffisamment intelligents pour savoir ce qu'ils doivent faire. Certains ont peut-être déjà prévu de quitter la communauté pour aller sur un autre projet, d'autres peut-être envisagent de transformer OpenSuse en de désolidarisant encore plus de Novell. En tout cas, à l'instar de toute la communauté libre, je doute qu'ils laissent cette tempête passer sans réagir.
    • [^] # Re: En ce qui concerne Ubuntu et les drivers proprios

      Posté par (page perso) . Évalué à -2.

      Merci d'aider à rétablir la vérité.
      On peut ajouter que c'est un utilisateur qui a proposé cette spécification, pas Mark S.

      cf https://blueprints.launchpad.net/distros/ubuntu/+spec/accele(...)

      Et à en lire les commentaire sur la page du wiki associée, https://wiki.ubuntu.com/AcceleratedX/Comments et les réactions sur la mailing liste, non les developpeurs ne sont pas super d'accord avec ca.

      Mais sans vouloir jouer les bisounours, comme on écoute pas mal les utilisateurs dans la communauté un sondage à été lancé ici http://ubuntuforums.org/showthread.php?t=297392 et on peut y voir que pas mal de gens sont pour une intégration par defaut des pilotes proprios.

      Et finalement la solution qui semble la plus à même d'être retenue est un scan du matériel lorsque l'on lance le livecd, qui detectera le matériel qui necessite des pilotes binaires pour fonctionner correctement (ou fonctionner tout court) comme certaines cartes wifi et plusieurs cartes graphiques.

      Une pop s'affichera au boot, informant l'utilisateur qu'il possède du matériel forcant à utiliser des pilotes binaires, ou dont les pilotes binaires apporterait un grand gain de performances. Suivi d'un lien vers du matériel similaire mais fonctionnant avec des pilotes libres.

      Puis lors d'une installation, une option avancée permettrait à l'utilisateur d'installer les pilotes binaires dont il à besoin.

      Dans ce projet, je vois du choix d'un côté, ne pas ignorer les demandes des utilisateurs de l'autre, quoi de mieux ?
      • [^] # Re: En ce qui concerne Ubuntu et les drivers proprios

        Posté par . Évalué à 5.

        On peut ajouter que c'est un utilisateur qui a proposé cette spécification, pas Mark S.

        Alors ca c'est de l'argument "Oui, c'est mal, mais c'est un utilisateur qui l'a demande, alors c'est pas notre faute". Ce que je vois dans le lien que tu donnes, c'est :
        Registrant: Mark Shuttleworth
        Approver: Scott James Remnant (employe Canonical)
        • [^] # Re: En ce qui concerne Ubuntu et les drivers proprios

          Posté par . Évalué à 2.

          Ca n'en reste pas moins proposé, pas imposé. Les devs choisiront au final. Dernièrement on a vu certains logiciels proprios apparaitre dans des dépôts officiels, mais pas des dépôts Ubuntu, des dépôts Canonical. Ca concerne je crois Opera et le player Real pour l'instant. Enfin bref toujours est-il que c'est dans un dépôt à part, dit dépôt "commercial", que l'utilisateur est libre d'installer ou pas. De même, les dépôts Ubuntu sont toujours déclinés en contenus "free", "non-free", "universe", et "multiverse", et seuls les "free" sont disponibles à l'installation. Donc par défaut, brut d'installation, Ubuntu reste une distribution basée sur du libre.

          Cette politique n'est pas prévue pour changer, les drivers proprios sont déjà proposés dans les dépôts "universe" ou "non-free" je ne sais plus, mais pas d'office. En gros, on s'orienterait plus vers une ouverture provisoire des dépôts en question lors de l'installation, le téléchargement des pilotes proprios et leur installation, mais uniquement si l'utilisateur le décide. C'est une façon de laisser le choix à l'utilisateur mais en facilitant la manipulation s'il souhaite installer les pilotes proprios (pour pas mal de débutants, cette manipulation pose problème, particulièrement sous ATI)

          A quoi correspond ce choix ? Tout simplement à la disponibilité de programmes de compositing type Compiz et Beryl, permettant l'utilisation de la carte 3D sur le bureau pour des effets sympas (ou inutiles selon les points de vue). Il faut regarder un peu partout sur les forums Ubuntu et ailleurs, ce genre de programme est très populaire, d'où l'initiative de simplification de l'installation des pilotes propriétaires (qui ne seront pas imposés je le répète, j'en suis convaincu)

          Encore une fois, le débat n'est pas comparable. L'intégration ou pas de drivers propriétaires dans une distrib est une question fondamentale certes, mais sans commune mesure avec les menaces que Microsoft profère via son CEO Steve Ballmer (ok c'est un gros FUD mais tout de même). Les drivers propriétaires c'est une petite digression, Microsoft et les brevets logiciels c'est à terme la mort du libre.
          • [^] # Re: En ce qui concerne Ubuntu et les drivers proprios

            Posté par . Évalué à 2.

            http://www.netsplit.com/blog/articles/2006/11/27/slippery-sl(...)

            Message d'un employé Canonical qui voit venir la dérive.
          • [^] # Re: En ce qui concerne Ubuntu et les drivers proprios

            Posté par . Évalué à 6.

            Ca n'en reste pas moins proposé, pas imposé. Les devs choisiront au final.

            Ce que moi je vois, c'est que l'entree dans Launchpad a ete faite par Shuttleworth lui-meme et approuvee par un de ses employes. Pour moi, ca veut dire que Ubuntu est plutot favorable a l'idee de le faire. Que la proposition vienne de l'exterieur, je m'en contre-fous, l'important c'est qu'Ubuntu decide de le faire.

            des dépôts officiels, mais pas des dépôts Ubuntu, des dépôts Canonical.

            Nan, c'est serieux, ca ? Tu y crois vraiment ? non, c'est pas la distrib qui le fait, hein, c'est un autre groupe. On s'en fout que le groupe en question en soit le createur, proprietaire de la marque, ait le controle total, "c'est pas Ubuntu, c'est Canonical" ?

            Encore une fois, le débat n'est pas comparable.[...]

            Et ca va etre quoi la prochaine fois ? "Mais y'a pire, y'a la fin dans le monde, nous prenez pas la tete pour ca" ?

            Au passage, dans Ubuntu, c'est pas "non-free", c'est "restricted". Surement parce que "non-free" c'est pas positif, pas bon pour l'image.

            Serieux, autant j'apreciais Shuttleworth au debut, autant chacune de ses interventions me donne une image de plus en plus negative du personnage. J'ai franchement l'impression que pour lui, "l'ecosysteme" du libre, ca consiste en ce que tout le monde passe par Ubuntu, sans aucun scrupule a flinguer les autres.

            Ah, et pour rebondir sur le poste de taratatatata (tatata ?), le blog en question est celui de Scott-James Remnant, et ce que je vois c'est "On a met de plus en plus de trucs non libres dans notre distrib, mais c'est pas grave, on gere".
  • # La réponse roxxante d'un des développeurs d'openSUSE.

    Posté par . Évalué à 4.

    Ca se passe ici :
    http://lists.opensuse.org/opensuse/2006-11/msg03788.html

    L'un des points m'a beaucoup amusé.
    "4) Planning to rely on the community to support your for profit ventures
    (you can say you aren't but since the entire canonical staff last I
    heard is less than the size of the just the kernel teams of either
    Novell/SuSE or RedHat... )"
  • # Quel culot !

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Je suis Débianiste, et je n'ai pas beaucoup de sympathie pour Ubuntu (logique ?), et j'ai utilisé pendant 1 an suse 9.1 il y a quelques temps (A l'époque, suse venait à peine d'être racheté par Novell, les temps changent).
    Et la première chose que je me suis dit quand j'ai lu l'article, c'est que Mark Shuttleworth ne manque pas de culot, je pense même que l'accord entre Novell et Microsoft n'est qu'un prétexte pour amener à lui du monde histoire de dire "nous on fait mieux".
    Déjà qu'Ubuntu s'est propagé comme un rouleau compresseur ces dernières années,..

    Sérieusement, Novell a beaucoup baissé dans mon estime, après m'avoir donné beaucoup d'espoirs (libération de YAST, de quelques logiciels, lancement d'OpenSuse...), mais pour moi Ubuntu ne vaut pas mieux, et je pense que des personnages comme l'ami Linux.T ou Richard.S sont bien plus aptes a réagir plutôt qu'un "concurrent" qui dit haut et fort "ne sombrez pas dans le coté obscure, venez à moi".

    A ce propos, je suis navré que Linus Torvalds n'ait pas encore réagit...
    • [^] # Re: Quel culot !

      Posté par . Évalué à 4.

      Tu parles de l'affaire Novell - MS ?

      Linus Torvalds a réagit. Grosso modo ça lui passe par dessus la tête. Et il accepterait sans problème du code fournit par Microsoft. (en supposant que ce soit du code sous une licence gpl-compatible.)
      http://news.linux.com/article.pl?sid=06/11/02/2330219
      Linux creator Linus Torvalds was surprised by the news. "I literally don't know anything about anything. I've seen some of the early Reuters stories about the [Wall Street Journal] article, but I don't know any more than you do, and probably a lot less."

      However, Torvalds says he's willing to work with Microsoft too. "If they start sending me patches, I'll take them as long as they have sign-offs."


      Puis, Torvalds est un pragmatique avant tout. Il s'est enflammé avec Andrew Tridgell quand le Tridgell en question a déclaré la guerre à bitkeeper et faisait du reverse engineering dessus.
      http://www.theregister.co.uk/2005/04/14/torvalds_attacks_tri(...)
      • [^] # Re: Quel culot !

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Oups, autant pour moi, je me suis mal informé.
        Je ne suis pas vraiment surpris de la réaction de Linus, mais attention à ne pas se faire prendre de vitesse, si des logiciels/distributions sont attaqués à cause des brevets logiciels.

        Enfin, ça ne change quand même que de peut le sens de mon poste ^^
  • # Bravo

    Posté par . Évalué à -7.

    Mark Shuttleworth, le "dictateur bienveillant"
    Il n'y a que moi que ça choque une telle entrée en matière ?
    LinuxFR, de mieux en mieux.
    • [^] # Re: Bravo

      Posté par . Évalué à 5.

      http://en.wikipedia.org/wiki/BDFL
      Although he is not known as a BDFL, Mark Shuttleworth uses the acronym SABDFL, which stands for Self-Appointed Benevolent Dictator for Life[1], as his IRC nickname[2] and the acronym is used in the Ubuntu community to refer to him[3].

      Vous montez bien vite sur vos grands chevaux dès que vous voyez le mot Dictateur mais vous ne connaissez même pas le folklore de la distro que vous chérissez tant.
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par . Évalué à 2.

        Surtout que "divtateur bienveillant" (ou "benevolent dictator") est une expression assez courante dans le monde du logiciel libre. Je l'ai déjà lue à propos de Théo de Raadt et Linus Torvalds... Il me semble de plus qu'ils l'ont revendiquée pour eux-mêmes lors d'interviews, mais j'ai la flemme de chercher. Peut-être sur kerneltrap ou lwn...

        Cela dit, pour ceux qui ne connaissant pas le folklore, un petit lien dans la news vers l'article français de Wikipedia n'aurait pas fait de mal. Si une personne qui a mal compris la chose a pris la peine de faire un message pour le dire, il doit bien en avoir qui n'ont pas compris non plus, et qui repartiront sur une impression que linuxfr dénigre Mark Shuttleworth, sans se donner la peine de laisser des messages.
      • [^] # Re: Bravo

        Posté par . Évalué à 1.

        Désolé pour mon ignorance concernant cet acronyme, merci de cette précision.
        Pour info, je ne chéris pas Ubuntu, je trouve juste l'utilisation de certains mots déplacés.
        Etant désormais un peu moins bête, je comprends mieux cette entrée en matière.
        • [^] # Re: Bravo

          Posté par . Évalué à 3.

          C'est en fait, une description précise de la gestion du kernel linux par exemple.

          Linus a tout pouvoir. C'est le meilleur système tant que la personne en charge est très doué.

          "La première sécurité est la liberté"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.