Revue de presse de l'April pour la semaine 18 de l'année 2021

Posté par  (site Web personnel) . Modéré par Xavier Claude. Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
16
11
mai
2021
Internet

Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l'April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l'April.

[Acteurs Publics] Dominique Luzeaux: “La mission principale de l'Agence du numérique de défense est de conduire des projets complexes” (€)

✍ Emile Marzolf, le vendredi 7 mai 2021.

Le directeur de l’Agence du numérique de défense, Dominique Luzeaux, qui a préfiguré sa mise en place, détaille à Acteurs publics les missions et le fonctionnement de ce nouvel organisme rattaché à la Délégation générale de l'armement (DGA), mais au service de l’ensemble du ministère. "

Et aussi:

Voir aussi:

[Le Monde Informatique] Google et Microsoft rejoignent CNSF, framework de sécurité cloud open source

✍ Dominique Filippone, le jeudi 6 mai 2021.

Piloté par l'open network user group (ONUG), le groupe de travail Cloud Native Security Framework a pour ambition de proposer une architecture open source visant à standardiser la sécurité du cloud. Aux côtés de FedEx et GE Healthcare, des fournisseurs dont Google, IBM, Microsoft et VMware font partie de cette initiative.

[Le HuffPost] Lever les brevets sur les vaccins anti-Covid, une solution contreproductive?

✍ Lucie Oriol, le jeudi 6 mai 2021.

Le vaccin contre le Covid-19 doit être accessible à tous, mais qu'en est-il de sa formule? Les enjeux autour de la levée des brevets mobilisent actuellement toute la communauté internationale.

[Le Monde.fr] «Nous ne pouvons tolérer qu'une poignée d'acteurs préempte les données européennes au bénéfice exclusif de leurs modèles d'affaire»

✍ Jean-Luc Beylat, Bernard Duverneuil, Gérard Roucairol, le jeudi 6 mai 2021.

Les trois promoteurs pour la France de l'initiative européenne Gaia-X de gestion des données plaident, dans une tribune au «Monde», pour un «cloud de confiance» commun à l'Union européenne

[Clubic.com] Le logiciel libre Audacity "acheté" par le groupe Muse

✍ Thibaut Keutchayan, le mercredi 5 mai 2021.

Muse Group a officialisé l'achat du célèbre logiciel libre d'édition musicale Audacity. Celui-ci rejoint notamment MuseScore, également consacré à la création musicale, le tout en open-source.

[usine-digitale.fr] Parasitisme: fondement judiciaire idéal pour sanctionner l'utilisation indue d'un logiciel libre?

✍ Pascal Agosti, le mardi 4 mai 2021.

La donne est en train d’évoluer autour de l’utilisation des logiciels libres. Cette chronique de Pascal Agosti, avocat associé au sein du Cabinet Caprioli & Associés, vient préciser l’importance du parasitisme pour sanctionner certaines sociétés œuvrant directement ou indirectement dans le domaine du logiciel libre, peu scrupuleuses et réutilisant le code ouvert en se l’appropriant de manière indue. Au-delà du fondement contractuel ou de l’action en contrefaçon, le parasitisme peut être plus facilement mis en œuvre au regard des stratégies judiciaires.

Aller plus loin

  • # D'envisager une levée des brevets sur les vaccins anti-Covid…

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6 (+4/-0).

    L'article sur le sujet est assez bien écrit. On y évoque les trois classes d'arguments des tenants du statu-quo. Deux sont complètements hypocrites — ça ne servira à rien, donc ne le faisons pas ; et ça pourrait détourner temporairement une partie des compétences, pour in fine aboutir à une plus forte production, cette seconde partie du raisonnement étant nécessairement omise — mais le premier me semble appeler à commentaires au delà des contre-arguments valides présentés dans l'article :

    « “La raison d’être du brevet, c’est d’être une incitation à inventer. Contrairement aux subventions publiques, c’est une incitation financière qui repose sur un mécanisme de marché. On récompense les gens qui inventent. Abroger un brevet, ça a des effets immédiats, qui ne sont pas forcément négatifs mais qui sont très symboliques. Si un État commence à considérer que les droits de propriété sont une variable d’ajustement, il met le doigt dans un engrenage qui n’est pas vraiment un bon signe quand les laboratoires commencent à se pencher sur des vaccins de deuxième génération” »

    Il repose sur le principe que le droit de propriété est inaliénable et supérieur à tous les autres droits. Étant donné les circonstances est-ce que cela ne remet pas directement en cause jusqu'à l'état de droit ? Le contrat social ne nécessite-t-il pas une approbation, ou adhésion large ? Si quelques-uns défendent un droit accessoire (la propriété) au dessus d'un droit primordial (la vie) pour beaucoup, ne risque-t-on pas d'aboutir à une remise en cause importante ?
    Comment pourra-t-on longtemps demander des efforts majeur de solidarité à des populations en difficulté — les jeunes par exemple — tout en leur expliquant que la solidarité ne peut-être qu'à sens unique ? des pauvres vers la richesse, des faibles vers la puissance ?

    N'est-ce pas là un refus en bonne et dû forme de la morale et de la logique les plus élémentaires ?
    Ce n'est pas sans évoquer une excellente portion d'article de Wikipedia qui montre comment en France au XVIIIème siècle, un droit multi-séculaire fermement fondé sur les plus élémentaires des principes moraux s'est vu remettre en cause, puis annihiler, sous la pression des milieux affairistes. D'abord partiellement endigué par un pouvoir royal fort (celui de louis XIV), ce bouleversement s'est progressivement imposé à un pouvoir de plus en plus débile. Débilité qui a conduit à la chute que l'on sait en 1789. Quelque part, ne pourrait-on pas avoir l'impression que nos gouvernements suivent la même pente ? De moins en moins appuyés sur des principes éthiques, toujours plus à l'écoute des grenouillages financiers, prêts à tromper sans vergogne ? Cette histoire de brevet n'en serait qu'un nouveau symptôme ?

    « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

  • # Brevet, limite dans le temps ou limite raisonnable de rentabilité

    Posté par  . Évalué à 2 (+2/-0).

    Les brevets ne sont pas éternels. Le droit de propriété afférent aux brevets n'est donc pas absolu et sans limite. Il est toutefois normal que les laboratoires qui ont trouvé un vaccin soient justement récompensés de leur découverte.
    La limitation dans le temps des brevets est nécessaire pour éviter l'établissement de rentes éternelles. Il me semblerai normal qu'au delà d'un montant usuel et raisonnable d'un retour sur investissement pour un traitement, le brevet tombe dans le domaine public, comme il le fait automatiquement au bout de vingt ans, me semble-t-il. La généralisation rapide à l'échelle de la planète de la vaccination covid constitue plus un effet d'aubaine pour les entreprises détentrices des brevets sur les vaccins covid que le juste retour usuel sur investissement dans ces industries. Disons donc à cette industrie : "bien, vous avez gagné beaucoup d'argent avec le covid, ce n'est donc pas vous dépouiller que de rendre public ces brevets". On pourra en plus rajouter qu'une partie de la recherche a été financée par des fonds publics.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.