Revue de presse de l’April pour la semaine 3 de l’année 2020

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud. Modéré par Ysabeau. Licence CC by-sa.
24
21
jan.
2020
Internet

Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l’April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l’April.

[Ballast] La part anarchiste des communs

✍ Édouard Jourdain, le vendredi 17 janvier 2020.

« Face à la submersion néolibérale et à la privatisation généralisée du monde, la notion de “commun” est revenue en force. On ne compte plus les ouvrages et les discours louant la nécessité des “communs” ou du “bien commun”, qu’il s’agisse de ressources naturelles (une forêt), matérielles (un musée) ou immatérielles (un logiciel). »

[RTBF Info] Clap de fin pour Windows 7, l’occasion de passer à l’open source Linux ?

✍ M. A., le mercredi 15 janvier 2020.

« Depuis ce mardi 14 janvier, Microsoft a mis fin au support de Windows 7. Dans un article publié au mois de septembre de cette année et mis à jour ce 13 janvier nous abordions la nécessité ou pas de passer à Windows 10. Mais finalement est‑ce là… »

Et aussi :

Voir aussi :

[L’ADN] Comment Bellingcat a enquêté sur le crash du Boeing ukrainien en Iran ?

✍ David‑Julien Rahmil, le mercredi 15 janvier 2020.

« Peu connu du grand public, Bellingcat est le premier média à avoir popularisé le concept d’enquête open source. C’est grâce au travail de cette rédaction que l’Iran a reconnu sa responsabilité dans le récent crash du Boeing à Téhéran. »

[cio‑online.com] La Défense Nationale va‑t‑elle basculer sur un poste de travail libre ?

✍ Bertrand Lemaire, le mercredi 15 janvier 2020.

« En répondant à la question d’une sénatrice sur le contrat dit « Open‑Bar » au Ministère des Armées, le gouvernement envisage un PC open source. »

Et aussi :

Voir aussi :

[Silicon] Open Source, DevSecOps, Cloud‑Native : trois prédictions pour 2020

✍ Nabil Bousselham, le mercredi 15 janvier 2020.

« Quelle sera la place de l’open source dans la création du code ? Le DevSecOps sera‑t‑il incontournable ? Le Cloud Native est certes tentant, mais rimera‑t‑il avec sécurité ? Veracode livre quelques prédictions et tendances pour 2020. »

Et aussi :

[usine‑digitale.fr] Que faire en cas de non respect d’un contrat de licence de logiciel ?

✍ Pascal Agosti, le mercredi 15 janvier 2020.

« Généralement, le droit d’utiliser un logiciel est concédé pour un usage spécifique via la conclusion d’un contrat de licence. Les éditeurs reprochent, à ce titre, fréquemment à leurs clients licenciés des actes constitutifs de contrefaçon en se fondant sur le non‑respect du contrat. Dès lors, la nature de l’action — contractuelle ou délictuelle — permettant au titulaire des droits de propriété intellectuelle d’obtenir réparation en cas de non‑respect des termes de la licence par un utilisateur est une question épineuse. »

Aller plus loin

  • # Bellingcat

    Posté par (page perso) . Évalué à 7 (+5/-0).

    Je découvre Bellingcat, et un aspect positif de la vidéo surveillance. Tout en étant effaré par un vidéo de l'article montrant un policier agressant un homme isolé au mépris des règles de son métier et de toute forme de déontologie ; mais surtout ensuite le groupe complet qui se carapate veulement en toute connaissance de cause, encore une fois sans égards pour leur devoir particulier de policiers ou simplement de citoyens. C'est vraiment effarant d'en arriver là. Une première étape pour en arriver à des actions comme celle qui constitue le sujet principal de l'article ?

    « IRAFURORBREVISESTANIMUMREGEQUINISIPARETIMPERAT » — Odes — Horace

    • [^] # Re: Bellingcat

      Posté par . Évalué à 4 (+3/-1). Dernière modification le 24/01/20 à 11:24.

      Surtout qu’on voit le policier lui envoyé en tir tendu alors que ce gars reculait et n’était en aucun gars une menace pour personne..

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.