Journal Mais qui a bien pu casser Amazon ?

Posté par . Licence CC by-sa.
Tags :
11
3
mar.
2017

Quelques semaines après gitlab, une autre compagnie a voulu démontrer que l'interface chaise/clavier était bien problématique.

A team member was doing a bit of maintenance on Amazon Web Services Tuesday, trying to speed up the billing system, when he or she tapped in the wrong codes — and inadvertently took a few more servers offline than the procedure was supposed to, Amazon said in a statement Thursday

Serait-ce un linuxfrien derrière cela ?

  • # Ceci expliquerait-il cela ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Si ça a touché le cloud d'Amazon ça expliquerait pourquoi le serveur hébergeant les archives de phamtomjs étaient en carafe pendant plusieurs heures.

    M'a pété mes builds tout ça, tsss.

    Merci pour l'info, on peut considérer que "ça n'arrivera plus" alors (ha ha).

  • # Quel manque de professionnalisme

    Posté par . Évalué à -2.

    C'est vrai quoi. Ils embaucheraient des mecs comme ceux qui assurent la sécurité de nos centrales nucléaires, au moins il n'y aurait jamais de problème.

  • # Saison

    Posté par . Évalué à 5.

    C'est rien ça, ça indique juste que la saison des stagiaires a démarré un peu plus tôt cette année.

    --------> [ ]

    • [^] # Re: Saison

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Ou alors ils ont juste embauché le DBA de Gitlab…

      • [^] # Re: Saison

        Posté par . Évalué à 3.

        Lequel poursuit son stage sur le nouveau service "ODS" de online semble-t'il…

  • # Au contraire

    Posté par . Évalué à 10.

    J'avais justement pris un jour de congé ce jour là! Preuve que sans moi l'internet s'ecroulerait…

  • # Ce moment gênant quand tes chefs d'un grand groupe bancaire se rendent compte...

    Posté par . Évalué à 1.

    que même chez les GAFA, une erreur humaine peut aussi entraîner des incidents majeurs…

    L'herbe n'est jamais plus verte ailleurs.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.