• # Raison

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

    Il a bien raison entre (). Oracle n'a toujours pas mis à jour sa licence. Cela va finir par le faire chier lui-même…

    En plus, ZFS ne sépare pas trop les couches. Donc c'est un gros morceau qui n'intégrerait pas le noyau aussi facilement que cela par ailleurs.

    En plus, c'est du code open source, si Oracle ou d'autres veulent maintenir une branche maîtresse du noyau Linux, qu'ils le fassent ;-)

    • [^] # Re: Raison

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

      Oracle n'a toujours pas mis à jour sa licence.

      Je pense que ce n'est pas aussi simple. Oracle a fermé le développement de ZFS en 2010. Donc OpenZFS est un fork d'OracleZFS, chacun des deux projets évolue donc séparément depuis dix ans.

      Dans le cas peu probable où Oracle change la licence de ZFS pour la GPL, cela va concerner quelle version ?

      La version OracleZFS abandonnée depuis dix ans ? Si c'est le cas alors, je suppose que pour OpenZFS soit inclus au noyau Linux, il va falloir demander à tous les contributeurs au projet OpenZFS depuis dix ans s'ils acceptent de mettre leurs contributions sous GPL, ce qui n'est pas gagné.

      Si Oracle publie la version actuelle d'OracleZFS sous GPL uniquement, ça serait encore plus compliqué, comment fusionner OracleZFS et OpenZFS qui seront sous deux licences différentes ? Même si Oracle publie la version actuelle d'OracleZFS sous double licence GPL et CDDL, la fusion des deux projets risqueraient de prendre pas mal de temps.

      • [^] # Re: Raison

        Posté par  . Évalué à 1.

        C'est vrai. Par contre la CDDL étant plus permissive que la Gnu GPL, on voit que c'est cette dernière qui fait chier en fin de comte.

        https://en.m.wikipedia.org/wiki/Common_Development_and_Distribution_License

        • [^] # Re: Raison

          Posté par  . Évalué à 4.

          GNU GPL, on voit que c'est cette dernière qui fait chier en fin de compte.

          N'importe quoi, la GPL ne fait pas plus chier que la CDDL, ce sont juste deux licences différentes avec deux objectifs différents.

          Si un développeur d'un logiciel veut que son logiciel reste toujours un logiciel libre, alors ce développeur est dans son droit d'utiliser la GPL. Si un développeur veut que son logiciel puisse être modifié et distribué sous une licence non libre, alors il utilise licence CDDL, BSD, MIT ou Apache 2, c'est son droit.

          Si Sun ou Oracle avaient voulu que ZFS soit incorporés au noyau Linux, ils auraient choisi une licence BSD ou une double licence CDDL et GPL.

          Le plus étonnant c'est qu'Oracle continue en 2020 à payer des développeurs, comme Anand Jain, pour contribuer à Btrfs et que parallèlement Oracle ne veuille pas intégrer ZFS dans le noyau Linux.

          • [^] # Re: Raison

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 0. Dernière modification le 14/01/20 à 09:53.

            Si Sun ou Oracle avaient voulu que ZFS soit incorporés au noyau Linux,

            Ce n'est pas à Sun ou Oracle de « vouloir ». Ici, c'est clairement Linus (et Stallman) qui ne « veut pas ».

            Et ce, après avoir affirmé «  It was always more of a buzzword than anything else ».

            • [^] # Re: Raison

              Posté par  . Évalué à 6.

              Ce n'est pas à Sun ou Oracle de « vouloir ». Ici, c'est clairement Linus (et Stallman) qui ne « veut pas ».

              Totalement faux, pour rappel le noyau Linux a été diffusé en GPL en 1991. Le sources de ZFS ont été diffusées en 2005, soit quatorze ans après. Donc si Sun avait voulu en 2005 que ZFS soit incorporé au noyau Linux, Sun aurait choisi une licence BSD ou une double licence GPL et CDDL. C'est donc un choix délibéré de Sun. Oracle a aujourd'hui tous les droits sur les sources d'OracleZFS, donc Oracle peut, s'il le veut, libérer les sources OracleZFS en GPL ou sous une licence compatible avec la GPL (MIT ou BSD). Mais Oracle ne le veut.

              Pour rappel Stallman n'a rien à voir avec le développement du noyau Linux. Linus a choisi la licence GPL quatorze ans avant la création de la licence CDDL. Que ce soit en 2005 ou aujourd'hui en 2020 Linus n'a aucun pouvoir de changer la licence du noyau Linux, même si c'était son désir, juste pour pouvoir incorporer un nouveau système de fichiers.

              • [^] # Re: Raison

                Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2. Dernière modification le 14/01/20 à 14:11.

                Totalement faux

                Vous avez mal lu l'origine de la controverse.

                pour rappel le noyau Linux a été diffusé en GPL en 1991.

                Pour rappel, depuis quand la macro EXPORT_SYMBOL_GPL vampirise EXPORT_SYMBOL ?

                Notamment quand __kernel_fpu_begin et __kernel_fpu_end de fpu/core.c sont-elles passées de EXPORT_SYMBOL à EXPORT_SYMBOL_GPL ? Janvier 2019.
                - en fait, l'export de base a été supprimé et remplacé par kernel_fpu_xx -

                C'est cette modification qui pénalise une optimisation du module ZoL (une vectorisation SIMD, si je me souviens bien, ils ont du trouver une solution depuis).

                Donc si Sun avait voulu en 2005 que ZFS

                Sun développait pour Solaris/SunOS, Sun n'avait pas à "vouloir" intégrer le noyau Linux. Linux n'est pas le centre du monde.

                C'est donc un choix délibéré de Sun

                La GPL et surtout le passage d'une directive en GPL-only est un choix de Linux.

                Greg Kroah-Hartman:

                My tolerance for ZFS is pretty non-existant.

                .

                Pour rappel Stallman n'a rien à voir avec le développement du noyau Linux.

                « C'est bien de commenter un lien, enfin il faut aussi lire l'article pointé par le lien » ;-)

                Interpreting, enforcing and changing the GNU GPL, as applied to combining Linux and ZFS.
                by Richard Stallman

                • [^] # Re: Raison

                  Posté par  . Évalué à 7.

                  Vous avez mal lu l'origine de la controverse.

                  Si on parle de l'origine de la controverse, alors on parle alors de la maintenance du noyau datant d'un an qui a eu un impact important sur le projet ZFS on Linux. Dans ce cas là Sun et Oracle n'ont rien à faire dans l'histoire, puisque le projet OpenZFS est développé depuis dix ans sans aucune contribution d'Oracle et que Sun était mort à la naissance d'OpenZFS.

                  Donc je parle bien entendu du support de ZFS directement dans le noyau Linux sous GPL. Oracle pourrait aujourd'hui d'intégrer ZFS dans le noyau Linux. D'ailleurs des personnes comme Mark Maybee déclarait en 2017 qu'il essayait en interne de pousser à ce qu'Oracle porte ZFS sur Linux. Donc preuve que c'est bien au bon vouloir d'Oracle.

                  Pour rappel, depuis quand la macro EXPORT_SYMBOL_GPL vampirise EXPORT_SYMBOL ?

                  Si j'ai bien compris l'article, cette décision est de Kroah-Hartman (et non pas Linus et encore moins Stallman), et affecte tous les modules et n'a pour but d'empêcher un plantage dans le noyau, donc rien à voir avec un refus de voir OpenZFS marcher dans le noyau. (Mais j'ai peut-être mal compris).

                  Sun développait pour Solaris/SunOS, Sun n'avait pas à « vouloir » intégrer le noyau Linux. Linux n'est pas le centre du monde.

                  Le code appartenait à Sun, donc c'était bien leur volonté. Chaque développeur fait ce qu'il veut de son code à la preuve du contraire ? On peut raisonnablement supposer justement qu'OpenSolaris et ZFS ont été libérés sous une licence CDDL (licence inventée pour l'occasion), car Linux était justement le centre du monde des systèmes UNIX en 2005 et que Sun voulait garder ZFS sur OpenSolaris. Sinon pourquoi avoir inventer cette licence CDDL, alors que Sun utilisait la licence GPL à l'époque pour ses autres projets (Java et OpenOffice) ?

                  La GPL et surtout le passage d'une directive en GPL-only est un choix de Linux.

                  Donc si je comprends bien le noyau Linux devrait changer de licence rien que pour intégrer ZFS ? LOL

                  « C'est bien de commenter un lien, enfin il faut aussi lire l'article pointé par le lien » ;-)

                  Nous sommes deux à ne pas avoir lu la page, alors car je lis dans la page « Interpreting, enforcing and changing the GNU GPL, as applied to combining Linux and ZFS » :

                  La Free Software Foundation ne joue aucun rôle dans le développement de Linux. […]. Cependant, nous encourageons avec enthousiasme l'imposition de la GPL

                  Que vient faire Stallman dans l'histoire ? C'est une vraie question.

                  • [^] # Re: Raison

                    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

                    Si on parle de l'origine de la controverse, alors on parle alors de la maintenance du noyau datant d'un an qui a eu un impact important sur le projet ZFS on Linux.

                    Oui. Le changement de licence d'une directive, en gros.

                    Si j'ai bien compris l'article, cette décision est de Kroah-Hartman (et non pas Linus et encore moins Stallman),

                    Je n'ai jamais dit « linus » mais « »Linux ». Quand à Stallman, ses recommandations ont été suivies à la lettre.Alors que je me souviens que Linus avait dit au début des années 2000, qu'il refuserait tout patch qui limiterait la licence sur un code (en GPL-Only précisément). Mais, ça , c'était avant.

                    et affecte tous les modules et n'a pour but d'empêcher un plantage dans le noyau, donc rien à
                    voir avec un refus de voir OpenZFS marcher dans le noyau. (Mais j'ai peut-être mal compris).

                    Il n'y a rien de technique. C'est purement un changement de licence, les modules, même out-of-tree, qui l'utilisent devront désormais être eux-même sous licence GPL.
                    Et ZoL utilisait cette directive.

                    car Linux était justement le centre du monde des systèmes UNIX en 2005

                    Sérieusement ?

                    que Sun voulait garder ZFS sur OpenSolaris

                    Et ZFS fut rapidement intégré à FreeBSD.

                    Donc si je comprends bien le noyau Linux devrait changer de licence rien que pour intégrer ZFS ? LOL

                    Il suffisait de garder l'export tel qu'il était, aucun changement de licence requis, LOL.

                    • [^] # Re: Raison

                      Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 15/01/20 à 19:48.

                      Quand à Stallman, ses recommandations ont été suivies à la lettre.

                      Les développeurs du noyau Linux font bien ce qu'ils veulent. Les recommandations de Stallman ne sont pas toujours suivies, sinon le noyau serait sous licence GPLv3 et n'incorporerait aucun BLOB ni firmwares.

                      Il n'y a rien de technique. C'est purement un changement de licence, les modules, même out-of-tree, qui l'utilisent devront désormais être eux-même sous licence GPL.

                      L'article parle pourtant d'une raison technique (si on parle bien de la même chose) :

                      L'impact technique du refus de continuer à exporter le symbole kernel_fpu n'est pas d'empêcher les modules d'accéder directement au FPU - il les empêche seulement d'utiliser les propres facilités de gestion de l'état du noyau pour préserver et restaurer l'état. La suppression de l'accès à ce symbole exige donc que les développeurs de modules réinventent individuellement leur propre code de préservation d'état. Cela augmente la probabilité d'une erreur catastrophique dans le noyau lui-même, car un état incorrectement restauré peut provoquer un plantage du noyau.

                      L'article parle d'éviter un plantage du noyau.

                      Sérieusement ?

                      Linux a tué les UNIX propriétaires qui pourrait le nier ? Est-ce que Linux a contribué à la chute des résultats de Sun en 2005 ? Ce qui pourrait expliquer la sortie d'OpenSolaris en open source dans une dernière tentative de sauver Sun.

                      Et ZFS fut rapidement intégré à FreeBSD.

                      Ton raisonnement est qu'OpenZFS n'a pas pu être intégré au noyau Linux à cause de la licence GPL (et non pas une volonté de Sun d'inventer une nouvelle licence CDDL incompatible avec la GPL). Si Sun avait sorti ZFS sous GPL en 2005 (comme il l'avait fait pour OpenOffice et OpenJDK), ZFS n'aurait pas pu être intégré à FreeBSD. Donc si on suit ton raisonnement ce serait la faute de la licence BSD :-)

                      Il suffisait de garder l'export tel qu'il était, aucun changement de licence requis, LOL.

                      Les développeurs du noyau Linux font bien ce qu'ils veulent, c'est leur code après-tout. De toute façon OpenZFS/ZFS on Linux restera toujours un projet en dehors du noyau, donc mal intégré au noyau et sera certainement supplanté dans quelques années par bcachefs ou Btrfs.

                      • [^] # Re: Raison

                        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

                        L'article parle pourtant d'une raison technique (si on parle bien de la même chose) :

                        L'impact technique du refus de continuer à exporter le symbole kernel_fpu n'est pas d'empêcher les modules d'accéder directement au FPU -

                        Sauf que le wrapper autour symbole est exporté , mais en GPL-only.

                        La suppression de l'accès à ce symbole exige donc que les développeurs de modules réinventent individuellement leur propre code

                        C'est curieux de dire ça, parce qu'il suffirait que les développeurs passent leur module sous licence GPL pour accéder de nouveau à ce symbole․

                        ton raisonnement est qu'OpenZFS n'a pas pu être intégré au noyau Linux à cause de la licence GPL (et non pas une volonté de Sun d'inventer une nouvelle licence CDDL incompatible avec la GPL).

                        C'est le cas. ZoL existait en tant que module OOT comme tant d'autres. Comme sous FreeBSD.
                        Ni Sun, Ni Oracle n'ont quoi que ce soit avoir avec ça.

                        Et au passage, la CCDL est une licence libre. Elle n'a jamais déclaré être incompatible avec GPL, c'est la FSF qui le dit.
                        Au passage, la SFLC est moins catégorique.

                        If the kernel copyright holders prefer the literal meaning to the equity of the license,

                        B.cantrill, DTrace

                        neither of us believed that the Linux community themselves would hold up CDDL as an obstacle.And certainly if you told me that a decade later, DTrace wouldn't be in Linux because of licensing FUD, I wouldn't have believed you.

                        .

                        Les développeurs du noyau Linux font bien ce qu'ils veulent, c'est leur code après-
                        tout.

                        Oui. Qu'ils assument leur choix au lieu de nous jouer du grand guignol.
                        Le seul à le faire est Greg Kroah-Hartman.

                        Les autres agitent le nom d'Oracle comme un chiffon rouge.

                        • [^] # Re: Raison

                          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2. Dernière modification le 16/01/20 à 18:01.

                          Sauf que le wrapper autour symbole est exporté , mais en GPL-only.

                          C'est curieux de dire ça, parce qu'il suffirait que les développeurs passent leur module sous licence GPL pour accéder de nouveau à ce symbole․

                          Je ne suis pas un kernel hacker, mais après avoir lu quelques messages sur LKML il me semble que ce qu’il c’est passé c’est :

                          • Ingo Molnar a fait un gros travail pour améliorer le code de gestion de la FPU.
                          • Suite à ce changement, certains symboles n’étaient plus utilisé dans le noyau (notamment __kernel_fpu_begin et __kernel_fpu_end).
                          • Comme c’est l’usage quand un symbole n’a plus d’utilisateur dans le noyau, Greg Kroah-Hartman supprime l’export de ces symboles.
                          • Un autre symbole (un nouveau ?) qui pourrait remplacer les deux autres est ajouté, mais n’est exporté que pour les module GPL.

                          Je me trompe peut-être, mais c’est ce que j’ai compris à la lecture des différents threads (encore une fois, je ne connais pas du tout le fonctionnement interne du noyau).

          • [^] # Re: Raison

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

            Oracle intègre OracleZFS à OracleLinux. Parceque oui, Oracle vend "son" linux.

            • [^] # Re: Raison

              Posté par  . Évalué à 6.

              Oracle intègre OracleZFS à Oracle Linux. Parce-que oui, Oracle vend « son » Linux.

              Oracle Linux est juste, pour la plus grosse partie, une Red Hat Enterprise Linux (RHEL) recompilée en remplaçant la marque Red Hat par celle d'Oracle.

              Oracle Linux n’intègre par OracleZFS comme le montre cette réponse faite à la question Zpool Supported on Oracle Enterprise Linux sur le forum Oracle Communauty en août 2019 :

              Oracle ne propose pas actuellement ZFS comme produit pris en charge pour Linux. Si vous utilisez ZFS tel que fourni, par exemple, par ZFS on Linux, c'est à vous de regarder les termes de la licence et de déterminer l'opportunité de l'utiliser dans votre projet. (Et c'est à vous de fournir le support pour cela).

              Comme suggéré ci-dessus, Btrfs est le système de fichiers très flexible qui reçoit le support complet du produit sur Oracle Linux, et il est extrêmement robuste en particulier dans les derniers noyaux UEK5.

      • [^] # Re: Raison

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 6.

        Donc OpenZFS est un fork d'OracleZFS, chacun des deux projets évolue donc séparément depuis dix ans.

        Il y a alors trois projets, avec ZFS on linux.

        Le ZFS d'Oracle est complètement abandonné à ma connaissance.
        En ce qui concerne les deux forks, il y a eu pas mal de manœuvres l'année dernière pour les rapprocher.

        Chez IxSystem, ils ont même créé un module Z-o-L pour FreeBSD.

        • [^] # Re: Raison

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

          ZFS on Linux est un sous-projet d'OpenZFS.

          OracleZFS a un developement actif, mais totalement proprio. OracleZFS n'est pas libre.

        • [^] # Re: Raison

          Posté par  . Évalué à 1.

          Le ZFS d'Oracle est complètement abandonné à ma connaissance.

          C'est bien de commenter un lien, enfin il faut aussi lire l'article pointé par le lien ;-)

          Jim Salter écrit dans son article « Linus Torvalds dit « N'utilisez pas ZFS » - mais ne semble pas le comprendre » sur Ars Technica :

          En réalité, la version d'Oracle de ZFS - qui est à la base de l'Oracle Storage Appliance - est toujours en développement très actif, ce dont je peux témoigner en partie grâce aux connaissances personnelles des membres de cette équipe. Cependant, ce développement est fermé et propriétaire depuis 2010.

          • [^] # Re: Raison

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

            C'est bien de commenter un lien, enfin il faut aussi lire l'article pointé par le lien ;-)
            Jim Salter écrit dans son article

            Autant une bonne partie de son article est étayé, sur ce coup là, c'est "croyez moi sur parole, je connais des gars qui …".

            La suite de ce même paragraphe qui conteste la pertinence des propos de Linus sur le sujet, s'appuie sur … Z-o-L et OpenZFS.

            Je veux bien croire qu'il y ait une équipe "active" autour ce produit, mais il faut bien avouer que la faible communication d'Oracle sur le sujet entretient le doute.

          • [^] # Re: Raison

            Posté par  . Évalué à 5.

            Merci pour le lien.

            Il a été intéressant de mon point de vue de dev qui trouve l'adminsys intéressante, sans y avoir de vraies compétences (notamment, dans la partie propre, il expose les forces… enfin, ça semble surtout la force: perfs avec le cache avec plus de features) de ZFS.

            Par contre, ce journaliste est mesquin, clairement à charge. Et le point auquel tu réponds, justement, est pourtant clairement répondu par Torvalds 3 jours avant la parution de l'«article». Et même pas un NB, PS, ou autre pour le préciser.

            Oui, dans le mail de Mr. Torvalds, il donne son avis personnel. Oui, il est une icône.
            Mais putain, sur le thread (qui est nommé, c'est important Do not blame anyone. Please give polite, constructive criticism) on constate que lui n'utilise pas de noms d'oiseaux (ou je suis pas tombé dessus) mais s'en mange: Please, **Linus, stop being arrogant and ignorant**, read this release note and tell us why you think ZFS is more of a buzzword and has no real maintenance.. Les propos de l'article sont propres sur eux, mais je trouve que le mec se base quand même vachement, justement, sur la postérité de Torvalds qui était avant moins, disons, composé. Donc, ce que reproche à Torvalds l'auteur de l'article, il l'utilise lui-même (vu le nom de l'article et son départ Linus Torvalds says “Don’t use ZFS”—but doesn’t seem to understand it, le reste, lis justement ton lien)!
            Ah, concernant la citation, il est important de noter que quelqu'un a dis la même, plus d'une heure avant, sans les insultes. Et que l'auteur des insultes se cache derrière un pseudo, lui. Ou elle, d'ailleurs, ne soyons pas sexistes.

            Bon, il faut le dire, j'ai pas trouvé de mentions claire avant de l'implémentation de ZFS critiquée. Les insultes sont donc relativement admissibles, étant antérieures au mail de Torvalds ou il explicite deux choses:

            • Si vous parles de ZFS, vous parlez de la version d'Oracle;
            • Cette version étant proprio, vous savez peut-être si c'est actif, pas moi;

            Traductions à l'arrache de ceci: If you are talking about ZFS, you're talking about the Oracle version. Do you think it has a lot of development going on? I don't know.

            Tout ça, ça date du 10 janvier. L'article lui date du 13.

            Je vais pas tout relever, mais j'ai vraiment eu l'impression que le type est un sysadmin qui touche pas au code, se mange pas les emmerdes de compat' d'ABI vs améliorations, ou les problèmes légaux (qui sont clairement abordés par Torvalds)… non, il se contente de dire "ah, il a été raison sur 3/4 de ses points, mais le point ou il précise «Personnellement» il ose dire son opinion!".
            Désolé, je trouve son comportement franchement déplacé. Et d'ailleurs, vu que c'est paru et manifestement taillé pour un média de communication, faudrait p'tet virer la poutre de son oeil avant de parler de l'écharde dans l'oeil du voisin: la ML de linux, moins de monde la lit qu'arstechnica, il a donc probablement plus de poids de désinformation que Torvalds.

            • [^] # Re: Raison

              Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3. Dernière modification le 16/01/20 à 00:18.

              Par contre, ce journaliste est mesquin, clairement à charge.

              Qui est mesquin ?

              Celui qui prétend que ZFS-on-Linux n'est qu'un terme à la mode, que ses performances ne sont pas si terribles et que son développement est à l'abandon ?

              il explicite deux choses:

              Si vous parles de ZFS, vous parlez de la version d'Oracle;
              Cette version étant proprio, vous savez peut-être si c'est actif, pas moi

              Et vous avez gobé cette pirouette ?

              Que dit le message auquel il répond ?

              Recently, an important kernel fpu symbol was declared GPL-only, causing significant issue for ZoL project.

              Il est clairement question de ZOL. Ni Oracle, ni Larry Ellison n'ont quoi que ce soit avoir avec ce projet.

              ZOL est sous CDDL, qui est, apparemment il faut le rappeler, une licence libre.

              Je vais pas tout relever, mais j'ai vraiment eu l'impression que le type est un sysadmin qui touche pas au code, se mange pas les emmerdes de compat' d'ABI vs améliorations,

              Argument d'autorité ?

              ou les problèmes légaux (qui sont clairement abordés par Torvalds)…

              Ben non, c'est loin d'être «clairement abordé».

              Oui, dans le mail de Mr. Torvalds, il donne son avis personnel. Oui, il est une icône.

              Voire un gnuru.

    • [^] # Re: Raison

      Posté par  . Évalué à 3. Dernière modification le 14/01/20 à 09:29.

      +1

      Et il vaut mieux prendre l'information à sa source, le message original :
      https://www.realworldtech.com/forum/?threadid=189711&curpostid=189841

      Et les précisions sur les problèmes de licence :
      https://www.realworldtech.com/forum/?threadid=189711&curpostid=189959

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.