Journal Lecture pour cet été

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
4
8
juil.
2018

Pour cet été, je voudrais recommander quelques livres, pour prendre un peu de hauteur sur l'humanité.

  • Sapiens, Une brève histoire de l'humanité, par Yuval Noah Harari.
  • Homo Deus, Une brève histoire de l'avenir, par le même auteur.
  • Prisoners of Geography, par Tim Marshall. Je n'ai pas trouvé en version Française.

Les deux premiers sont assez bouleversants, surtout si vous êtes théistes (Non, cela n'a rien à voir avec le thé). L'auteur est Israélien, clairement athée et vous pourriez être surpris(e) par sa définition de religion. Il y traite de l'humanité de l'âge de pierre jusqu'à nos jours, des progrès scientifiques, technologiques et sociologiques des dernières décennies. Il évoque aussi l'avenir, mais de façons plus brève.

C'est dans le deuxième livre qu'il parle surtout du futur, comme les différentes possibilités et bouleversement qui adviendront de l'humanité dans les prochains siècles. Les questions génétiques, éthiques et sociologiques sont approfondies. Il explique la recherche de l'«ammortalité» ou la fusion organique et technologique qui selon lui, a déjà commencé.

Le livre est facile d'accès, vulgarisé mais intelligent, et je l'ai trouvé agréable et facile à lire.

  • Le dernier livre de Tim Marshall traite de l'influence de la géographie sur les politiques internationale. Il est parfois un peu long, mais mérite tout de même d'être lu…

Je ne mets pas de lien vers Amazon des boutiques en ligne, vous choisirez celle qui vous conviens le mieux. Peut être que vous pourrez trouver un epub sur internet avant d'acheter le livre.

Voilà, bonne lecture.

  • # Bof bof

    Posté par . Évalué à 10 (+16/-2).

    Merci pour ces idées de lectures. Je dois dire toutefois que j'ai été grandement désappointé par Sapiens, qui m'avait été chaudement conseillé par une psychologue de ma connaissance. J'ai trouvé que c'était du gros bon sens appliqué dans le domaine de l'anthropologie, avec des affirmations gratuites et non prouvées sur l'émergence de certaines qualités morphologiques de l'espèce homo et la fonction qu'elles étaient sensées remplir.

    Je pense que ce bouquin fera les délices des générations suivantes et sera cité avec humour, à la mesure de ce qu'on pense de l'ingénuité des spéculations des savants du moyen-âge et de leur vision du cosmos.

    Je me suis forcé à atteindre la page 50, à cause de la recommandation qui m'en avait été faite, puis j'ai jeté l'éponge. À mon sens, il y a mieux à faire de son temps que de lire les élucubrations de ce vulgarisateur de prisunic.

    • [^] # Re: Bof bof

      Posté par (page perso) . Évalué à -10 (+1/-30).

      À mon sens, il y a mieux à faire de son temps que de lire les élucubrations de ce vulgarisateur de prisunic.

      Tu as raison, je vais plutôt lire tes nombreuses publications, traduites dans de nombreux langages. À commencer par les nombreuses dépêches et journaux publiés sur Linuxfr…

      • [^] # Re: Bof bof

        Posté par . Évalué à 10 (+12/-0). Dernière modification le 08/07/18 à 19:17.

        Ce n'est pas parce qu'on ne fait pas quelque chose qu'on n'est pas à même de le critiquer…
        Il serait infiniment plus pertinent de répondre sur le fond… d'autant que ce n'est pas la première fois que je lis ce genre de critique sur cet ouvrage et que ça m'intéresse (oui je sais, je pourrais essayer de le lire pour me faire mon idée).

        • [^] # Re: Bof bof

          Posté par (page perso) . Évalué à -6 (+1/-9). Dernière modification le 08/07/18 à 19:25.

          Il y a critiquer un ouvrage, une pensée (ce que tu fais), et insulter une personne (ce que tu fais aussi).

          Bon du coup je réponds sur la forme et toujours pas sur le fond.

        • [^] # Re: Bof bof

          Posté par (page perso) . Évalué à -8 (+1/-10).

          Ce n'est pas parce qu'on ne fait pas quelque chose qu'on n'est pas à même de le critiquer…

          Le passage que j'ai cité «élucubrations de ce vulgarisateur de prisunic» ne constitue pas une critique, mais une attaque personnelle totalement gratuite sur un auteur mondialement reconnu.

          • [^] # Re: Bof bof

            Posté par . Évalué à 9 (+9/-1).

            OK, je veux bien retirer "vulgarisateur de prisunic", pour ne pas alimenter un éventuel troll, d'autant plus que c'est un jugement purement personnel avec lequel on peut très bien ne pas être d'accord, mais, pour préciser ce que j'ai voulu dire, l'impression que j'ai eu de ce que j'ai réussi à lire de ce bouquin est que l'auteur développe une pensée simplificatrice et purement mécaniste, mettant en relation à travers les millénaires deux faits biologiques et les reliant par un déterminisme digne des débuts du darwinisme (je n'ai rien contre le darwinisme, mais la manière dont on peut voir aujourd'hui son application s'est extrêmement complexifiée, par rapport à la manière dont on voyait ça à la fin du XIXe. Et la pensée d'Harari me fait penser un peu à cette vision primitive du darwinisme.)

            Il aime expliquer simplement des faits sociologiques complexes, sans en laisser paraître la complexité réelle, et j'ai un peu l'impression de quelqu'un qui présente un tableau incomplet, ou, pour être plus exact dans ma comparaison, une image de livre d'enfant avec la légende qui va avec, là où on attend une coupe anatomique plus détaillée, plus exacte et plus complexe.

            • [^] # Re: Bof bof

              Posté par . Évalué à -2 (+2/-1). Dernière modification le 11/07/18 à 12:40.

              Quels faits biologiques ?

              Quel est ce déterminisme que tu prêtes à l'auteur ?

          • [^] # Première critique trouvée sur google

            Posté par . Évalué à 5 (+5/-2).

            Critique d’un chercheur en biologie évolutionnaire et blogueur sur ce sujet http://homofabulus.com/mon-avis-sur-sapiens-de-yuval-noah-harari/ pas tendre avec le sérieux scientifique du bouquin qui lui semble être une suite d’anecdote et pas mal d’hypothèses pas très étayées, si ce n’est pas des opinions persos de l’auteur.

            • [^] # Re: Première critique trouvée sur google

              Posté par . Évalué à -6 (+0/-3). Dernière modification le 12/07/18 à 23:04.

              Résumé : les essais c'est le mal (mais on vous expliquera pas pkoi)

              (Avec un petit morceau que ne reniera pas yphil)

              • [^] # Re: Première critique trouvée sur google

                Posté par . Évalué à -5 (+0/-2).

                Oh putain, je viens de lire le reste du blog. Je commence à comprendre l'étendue des dégâts. Je connaissais les neurobiologistes et leur remise au goût du jour de la bosse des maths (en version new Tech avec imagerie cérébrale pour faire genre on est des scientifiques nous…)

                Maintenant du bon vieux bien gras darwinisme social (on a repeint la facade tout de même, pour faire genre).

                Je comprends mieux certaines thèses écrites par les dégénérés sur linuxfr.

                La caution pseudo-scientifique de la biologisation de phénomènes culturels. Les poubelles de l'histoire refont surface… (et ça fait peur).

                On comprend mieux la véritable raison de sa détestation de l'essai Sapiens qui explique dès le premier chapitre que c'est la culture, parce qu'elle n'est pas biologique, encore moins héréditaire, qui va sur-déterminer l'homme.

                • [^] # Re: Première critique trouvée sur google

                  Posté par . Évalué à 3 (+1/-0). Dernière modification le 14/07/18 à 15:02.

                  Oui alors j’ai lu l’article ou il décrit sa thèse, qui porte sur un substrat biologique au sens moral des humains. Un argument est qu’il existe un sens moral quelle que soit la culture chez tous les humains (on pourrait s’attendre à ce que, si c’est purement une construction sociale, il existe des peuples amoraux, ce qui n’est pas le cas).

                  Je cite wikipédia :

                  « Le darwinisme social, ou spencérisme1, est une doctrine politique évolutionniste apparue au XIXe siècle qui postule que la lutte pour la vie entre les hommes est l'état naturel des relations sociales. Selon cette idéologie, ces conflits sont aussi la source fondamentale du progrès et de l'amélioration de l'être humain. Son action politique préconise de supprimer les institutions et comportements qui font obstacle à l'expression de la lutte pour l’existence et à la sélection naturelle qui aboutissent à l’élimination des moins aptes et à la survie des plus aptes (survival of the fittest : survie du plus apte) »

                  Absolument rien à voir donc.

                  • [^] # Re: Première critique trouvée sur google

                    Posté par . Évalué à -9 (+0/-6).

                    Ah argumenter à base de citation Wikipedia. J'adore ! Je crains qu'il ne te manque un peu de culture pour discuter avec moi. @+

                    • [^] # Re: Première critique trouvée sur google

                      Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+1/-0).

                      Merci de rester courtois dans les échanges.

                    • [^] # Re: Première critique trouvée sur google

                      Posté par . Évalué à 6 (+4/-0).

                      Mmm disons que c'est toujours mieux que de ne pas argumenter du tout en trollant comme un sagouin !

                      • [^] # Commentaire supprimé

                        Posté par . Évalué à -4 (+0/-1). Dernière modification le 14/07/18 à 16:55.

                        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

                        • [^] # Commentaire supprimé

                          Posté par . Évalué à -1 (+0/-1). Dernière modification le 14/07/18 à 21:21.

                          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

                    • [^] # Re: Première critique trouvée sur google

                      Posté par . Évalué à -6 (+0/-3).

                      Allez tout de même : la coopération est un comportement naturel qui s'explique parfaitement par l'évolution naturelle classique (la théorie scientifique, pas le galimatia que ton blogueur contribue à propager, le truc du calcul coût-bénéfice c'est nouveau par contre, décidément les imbéciles sont pleins d'imagination quand il s'agit s'inventer de nouvelles conneries). Coopération intra et inter espèce faut-il le rappeler.

                      La morale est une notion psychologique (ensemble de valeurs subjectives, personnelles), sociologique (norme de comportements sociaux non écrits tels qu'objectivement observés), anthropologique (valeurs collectives, partagées par une culture déterminés).

                      Toutes ces notions sont distinctes, parfois se recoupent, parfois entrent franchement en contradiction. Le découpage des définitions en disciplines scientifiques est purement arbitraire mais c'est ainsi qu'il a été historiquement établi.

                      Ton blogueur mélange allègrement le tout, comme toi. Et il arrive à penser que la morale a avoir avec l'évolution. De là à penser le darwinisme social il n'a qu'un pas à faire. Arf c'est vrai que c'est inversé : au lieu de justifier la guerre de tous contre tous, il justifierait la coopération. Quelle belle attention !

                      Ça n'en reste pas moins une idée de merde que de "naturaliser" ce qui est de l'ordre du culturel. Quant aux bonnes intentions, je m'en tamponne comme des pavés de l'enfer. Moi je dis merde au conformisme, merde à la morale, merde au modérateur qui appelle à la bienséance. Je suis non-coopératif et fier de l'être. Comprends-tu ce qu'implique pour moi toutes ces idées à la con ? surtout quand elles obtiennent, par le truchement de chercheurs imbéciles, le sceau de la scientificité honorable. Vous refusez de franchir le Rubicon parce que vous avez peur des conséquences du bazar qu'il y a dans ce qui vous tient lieu de cerveau. D'autres auront moins de scrupules.

                      Je préfères pour ma part rappeler que les titres universitaires (que j'ai moi-même) ne font pas les gens plus intelligent, ni des scientifiques. Bien au contraire (pour avoir connu le système de l'intérieur).

                      PS : Il n'existe aucune assertion morale universelle. Pour toute affirmation morale, il existe une culture qui ne partage pas cette affirmation.

                      • [^] # Re: Première critique trouvée sur google

                        Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+7/-0).

                        Tu as le droit de t'estimer rebelle sur-intelligent auto-centré, et de faire ce que tu veux chez toi ou ailleurs. Par contre, ici, il y a des règles, que tu as de fait acceptées en ouvrant ton dernier compte. Cela inclut le fait de contenir arrogance, impolitesse et injure notamment. Malgré plusieurs rappels, tu refuses d'en tenir compte, soit. On ne te mérite pas toi, tes 0 contenus et tes 23 commentaires la plupart notés négativement, tu devrais aller illuminer le reste du web de ta lumière. Bonne chance ailleurs.

                      • [^] # Re: Première critique trouvée sur google

                        Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

                        Je te conseille de le lire. Il ne dit pas que toutes les cultures évaluent également toutes les assertions morales pas plus qu’il ne nie des différences culturelles. L’argumentation serait plutôt que plus que le sens moral lui même, c’est l’information véhiculée par la culture qui module son application.

                        Les enquêtes sociologiques montrent que 60% des américains pensent que les pauvres sont paresseux. En Europe, ce pourcentage tombe à 26. En d’autres termes, la majorité des Américains pensent que les pauvres sont pauvres parce qu’ils l’ont mérité et qu’ils n’ont pas assez bossé, alors que les Européens pensent plutôt que les pauvres n’ont pas eu de chance dans la vie.

                        ce qui expliquerai

                        les Européens dépensent en moyenne deux fois plus dans les programmes sociaux (santé, retraites, etc) que les Américains (20 pour cent du produit national brut contre 10 pour cent)

                        alors qu’il y a peu de raison de penser que les américains soient si différents des européens du point de vue du sens moral. Assertion à laquelle tu ne peux qu’adhérer si tu penses que c’est purement un héritage culturel, il n’y a pas de différence de nature entre un européen et un américain.

                        • [^] # Commentaire supprimé

                          Posté par . Évalué à 0 (+0/-0). Dernière modification le 14/07/18 à 21:20.

                          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

                    • [^] # Re: Première critique trouvée sur google

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2 (+0/-0).

                      Je crains qu'il ne te manque un peu de culture pour discuter avec moi.

                      Les adhérents de l'association MENSA sont friands de personnes très au point sur des sujets variés. N'hésite pas à proposer une conférence.
                      La grosse rencontre annuelle vient de se terminer ce midi (plus de 500 participants), c'est ballot.

                      • [^] # Commentaire supprimé

                        Posté par . Évalué à 0 (+0/-0). Dernière modification le 14/07/18 à 21:21.

                        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

    • [^] # Re: Bof bof

      Posté par . Évalué à 8 (+8/-0).

      J'ai le même ressenti sur Homo Deus que toi sur Sapiens.

      Homo Deus m'a été conseillé par une amie qui pensait me faire plaisir et je me suis forcé à en lire les 2 tiers. Ça fait quelques mois maintenant que je l'ai mis en pause mais je me suis promis d'aller jusqu'au bout car sait-on jamais je vais peut-être apprendre des choses intéressantes (c'est comme le film "Usual suspects", je me suis forcé à le regarder jusqu'au bout et je n'ai pas regretté).

      Le style est plutôt soporifique ce qui n'aide pas à me motiver (c'est peut-être un défaut de la traduction française qui sait ?). Malgré tout l'auteur traite beaucoup de sujets qui m'intéressent et j'aime bien les définitions qu'il donne des religions par exemple, mais dans l'ensemble c'est surtout une succession de banalités et des affirmations sorties d'un chapeau. Par exemple selon lui l'humanité aurait déjà résolu ses 3 plus grandes problématiques que sont la faim, la maladie, la guerre et que la prochaine problématique à résoudre sera de vaincre la mort (on dirait du teasing pour parler de transhumanisme mais je ne suis pas encore arrivé là).
      Attention il ne prétend pas que la faim, la maladie et la guerre ont été éradiqués mais uniquement que les solutions à ces problèmes ont déjà été trouvées. Et notamment, selon lui la solution à la guerre c'est l'invention de l'arme nucléaire et son aspect dissuasif. Il prend évidemment de grosses pincettes pour lancer cette affirmation mais quelques pages plus loin il s'en sert comme axiome incontestable pour le reste de son discours.
      À partir de là, si on n'est pas d'accord sur l'efficacité de l'arme nucléaire pour empêcher de nouvelles guerres c'est difficile de lire la suite.
      Heureusement il passe du coq à l'âne au chapitre suivant.

      Bref, je ne recommande vraiment pas ce bouquin, je trouve que c'est effectivement une perte de temps. Lire du Isaac Asimov par exemple donne au moins autant à réfléchir quant à l'évolution de l'humanité et au moins c'est très agréable à lire.
      Je vais quand même tenter de terminer ce livre et je reviendrai ici commenter si je change d'avis.

      • [^] # Re: Bof bof

        Posté par . Évalué à 10 (+10/-0).

        Une occasion de citer Schopenhauer 😉 :
        ```

        L’art de ne pas lire est très important. Il consiste à ne pas s’intéresser à tout ce qui attire l’attention du grand public à un moment donné. Quand tout le monde parle d’un certain ouvrage, rappelez-vous que quiconque écrit pour les imbéciles ne manquera jamais de lecteurs. Pour lire les bons livres, la condition préalable est de ne pas perdre son temps à en lire de mauvais, car la vie est trop courte.
        ```

  • # as tu plus d'info sur Sapiens

    Posté par (page perso) . Évalué à 3 (+1/-0).

    ton 'nal m'a donné envie de regarder une interview de l'auteur. Donc visiblement, il dresse une histoire de l'humanité, tentant de comprendre ce qui a distingué l'homme.

    Entre autres, il y aurait la croyance partagée dans des fictions, qui serait une force car elle permettrait une alliance entre de très nombreux hommes. Ces fictions seraient par exemple, la religion ou l'argent.

    => Quelle place occupe cette théorie dans le livre? Est-ce un passage de quelques pages ou les 2/3?
    => Qu'as tu pensé de cette partie spécifiquement? Sur quels points serait tu en conflit avec l'auteur?

    Bien sûr on parle de retour sur un livre. Si mes questions t'inspirent des commentaires qui n'ont plus rien à voir aux réponses que j'attend, je serait tout de même ravi de les lire.

    • [^] # Re: as tu plus d'info sur Sapiens

      Posté par (page perso) . Évalué à 1 (+3/-3).

      Bonjour Saltimbanque,

      La théorie des croyances collectives ne constitue pas un passage à proprement parler, mais plutôt un des éléments formant la trame de fond de l'histoire de l'humanité.

      Je n'ai pas trouvé de point où je suis en désaccord avec l'auteur, sauf peut être au début de lecture, lorsqu'il qualifie de religion certains courants politiques comme le capitalisme ou le communisme. Mais, je cite:

      Si l'appellation religion vous choque pour qualifier les courants politiques, alors il faut cesser d'appeler religions des courants de pensées comme Taoïsme et Bouddhisme.

      Dans l'ensemble, j'ai trouvé le livre intéressant, divertissant et facile d'accès.

      L'auteur ne se prends pas non plus au sérieux sur ses visions futures de l'humanité, expliquant qu'il s'agit d'une théorie parmi d'autres. Je cite encore:

      Quoi qu'il en soit, avec les progrès technologiques, sociologiques et génomiques, l'humanité en l'an 2500 sera probablement très différentes de toutes les visions futuristes contemporaines que nous essayions vainement d'approcher…

      C'est une personne extrêmement intelligente, et humble.

      Je conseille la lecture sans hésitation, car on y apprends aussi des faits passées et actuels surprenants.

      • [^] # Re: as tu plus d'info sur Sapiens

        Posté par . Évalué à 7 (+7/-2). Dernière modification le 09/07/18 à 09:35.

        Quoi qu'il en soit, avec les progrès technologiques, sociologiques et génomiques, l'humanité en l'an 2500 sera probablement très différentes de toutes les visions futuristes contemporaines que nous essayions vainement d'approcher…

        C'est une personne extrêmement intelligente, et humble.

        J'espère qu'il a pensé à ajouter une note de bas de page disant : dans l'hypothèse où l'humanité ne se sera pas tout simplement foutue en l'air d'ici là. ?
        Parce qu'avant d'évoquer un monde futuriste en 2500, j'aimerais bien qu'on m'explique à quoi ressemblera notre monde (pas si) futuriste en 2100. Et tout ce que j'en lis et déduis (réchauffement climatique, raréfaction des ressources, …) ne donne pas du tout l'idée d'un avenir radieux !

        • [^] # Re: as tu plus d'info sur Sapiens

          Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

          En fait la théorie de l'auteur est que l'humain va s'adapter à la catastrophe écologique en cours.
          Je pense qu'il a malheureusement raison et l'actualité nous le rappelle. On commence à entendre parler de plans pour les réfugiés climatiques, de possibilités de prospection ou d'agriculture dans les terres dégelées de la toundra…bref des mesures d'adaptation et assez peu de mesures pour limiter la catastrophe.
          En fait ce qui plaide pour cette théorie est que la catastrophe écologique a commencé avec l'expansion d'homo sapiens : extinction des autres espèces homo, extinction systématique d'une partie de la faune (voire de la flore:cf l'île de pâques) peu de temps après l'arrivée d'homo sapiens sur un nouveau territoire.
          Il y a cependant une différence majeure aujourd'hui, c'est la vitesse d'extinction des espèces et l'impact gigantesque de nos activités en quelques décennies sur les écosystèmes.

      • [^] # Re: as tu plus d'info sur Sapiens

        Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

        Ça me fait penser à un bouquin, dont j'ai hélas oublié le titre et l'auteur exacts. C'était un truc du genre « Une chronique du XXIème Siècle », écrit juste avant 1990. C'était censé raconter le futur, du « présent » de l'époque jusqu'à 2100. Et surtout, ça commençait par une longue intro qui expliquait que contrairement à tous les autres ouvrages de ce type, les auteurs avaient utilisé des méthodes scientifiques et sérieuses, donc leurs prévisions devaient être précises et crédibles.

        Aujourd'hui, on constate que c'est un ramassis de conneries qui s'est planté sur toute la ligne (et c'était visiblement un livre français, on y parlait de Minitel 2).

        La connaissance libre : https://zestedesavoir.com

      • [^] # Re: as tu plus d'info sur Sapiens

        Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+5/-1).

        Je n'ai pas trouvé de point où je suis en désaccord avec l'auteur, sauf peut être au début de lecture, lorsqu'il qualifie de religion certains courants politiques comme le capitalisme ou le communisme. Mais, je cite:

        Si l'appellation religion vous choque pour qualifier les courants politiques, alors il faut cesser d'appeler religions des courants de pensées comme Taoïsme et Bouddhisme.

        Effectivement s'il écrit ça … Pour parler de ce que je connais : le Bouddhisme

        • le Buddha est omniscient
        • il y a une autorité cléricale
        • des milliers de pages sont attribuées au Buddha et ne sont pas réellement remises en causes. Sachant qu'elles se sont transmises à l'oral pendant des siècles (mais le bouddhisme prétend que non)
        • il y a des moines, et des règles monastiques (*)
        • il y a des croyances non vérifiables scientifiquement
          • vie après la mort (oui la renaissance est bien une vie après la mort, même si il n'y a pas d'âme)
          • existence de mondes multiples
          • pouvoirs magiques
          • dieux, démons

        Donc dire qu'il ne faut pas appeler ça religion, merci bien!

        (*) dans certains pays les femmes n'ont pas le droit d'être nonne. Il semble que du temps du Bouddha c'était le cas.

        • [^] # Re: as tu plus d'info sur Sapiens

          Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

          Comment est-ce que tu as constitué ta liste? Ce n'est pas le noyau commun du bouddhisme. Tu as dû ratisser assez large dans les pratiques.

          • [^] # Re: as tu plus d'info sur Sapiens

            Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+4/-0).

            Admettons que le tronc commun soient le vinaya et les suttas - ils sont reconnus par toutes les écoles, avec des variantes.

            Buddha omniscient, c'est dans les suttas. Autorité cléricale, aussi : tout sutta commence par "evam me suttam" = "ainsi ai-je entendu", et puisque le buddha est omniscient il a toujours raison. Les règle monastiques justement c'est le vinaya. la vie après la mort dans de nombreux suttas c'est le principe de "paticca samuppada". idem pour les mondes multiples. les pouvoirs magiques sont évoqués, toujours dans les suttas, quant à la méditation. Dieux et Démons ne sont pas très présent mais ne serait que les serpents chelou. Ou la terre qui trembla quand Buddha atteint l'eveil…

            Bien sûr le zen ou telle ou telle école vont peu s'intéresser à cela - pour autant personne ne le remet en cause. Ou encore, on fera valoir facilement la valeur métaphorique de tout cela. Pour autant les suttas ne parlent pas de métaphore.

            Que la plupart des maîtres sont ouverts à la science ou aux autres religions. Mais là encore ça ne change rien - il y a bien des chrétiens chercheurs en astrophysique après tout.

            Surtout, si l'on regarde le nombre de bouddhistes, la plupart seront en fait des asiatiques, pauvres, n'ayant pas le temps de méditer, et priant matin et soir avant et après leur travail pour espérer obtenir une renaissance dans une vie plus propice à atteindre l'éveil… si cela n'est pas une religion…

            De très nombreux suttas sont consultables gratuitement en ligne : http://accesstoinsight.org/

            • [^] # Re: as tu plus d'info sur Sapiens

              Posté par . Évalué à 4 (+3/-0).

              Buddha and Buddhism have been at odds for 2500 years

              Il existe une religion boudhiste (il en existe plein. Vraiment plein en fait) qui n'a pas grand chose avec le message de Buddha (qui lui disait "ne me croyez pas sur parole, venez voir par vous meme").

              Buddha n'a jamais demande a etre venere, plutot l'inverse. Je travaille a cote d'un temple boudhiste couvert d'or qui est cense contenir un bout de sa dent, que les gens vont venerer.

              (par ailleurs, Buddha a ouvert le monasticisme au femme de son vivant. En avance sur son temps!)

  • # Homo deus : l'avenir de l'homme sans évoquer l'écologie

    Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+13/-0). Dernière modification le 08/07/18 à 21:18.

    Ma maman m'a offert ce bouquin, et j'ai été assez déçu, c'est bien écrit et dans style facile à lire. Mais c'est trop positif, et trop c'est trop. Il n'y est pas mention du moindre manque de pétrole, d'uranium ou autre denrée indispensable au développement humain actuel… À mon goût, de la SF fleur bleue plutôt que de la prophétie.

    • [^] # Re: Homo deus : l'avenir de l'homme sans évoquer l'écologie

      Posté par . Évalué à 6 (+5/-0).

      C'est assez fréquent chez les transhumanistes, l'humain est souvent décrit hors-sol, totalement déconnecté de la nature et du monde qu'il occupe.

      On a de la chance, sur DLFP, il y a pas trop de fanzouze de Elon Musk, il est donc peu probable que l'un d'entre eux vienne nous expliquer que la survie de l’humanité n'est possible que si l'on arrive a coloniser Mars. Le prix à payer étant l’anéantissement irréversible de l’équilibre climato-biologique actuel, et une Terre inhabitable sur une large bande autour de l’équateur.

      • [^] # Re: Homo deus : l'avenir de l'homme sans évoquer l'écologie

        Posté par . Évalué à 5 (+4/-0).

        J'en suis à la page 440 sur les 538 pages du livres. Et jusque là je n'ai pas trouvé que l'auteur était spécialement transhumaniste, au contraire même. Il dit juste que l'usage massif de la technologie va dans le sens de l'histoire et que c'est sûrement une bonne chose du point de vue de notre espèce, mais sûrement pas au niveau individuel et qu'il y a de grandes chances que ça ne profite qu'à une élite.
        De même il fait une analyse du paysan qui avait sûrement une vie bien plus difficile que celle des chasseurs cueilleurs, mais collectivement cela a permis à l'humanité de croitre de manière exponentielle, et ça a aussi profité à une élite qui s'est protégé de la famine grâce au travail des autres (le paysan continue à crever de faim, mais le pharaon et sa cours vivent toujours bien)

        Concernant l'écologie, il ne l'a met pas vraiment de côté. En décrivant le capitalisme il met en avant clairement que juqu'à aujourd'hui le capitalisme a toujours trouvé des solutions aux catastrophes qui étaient prédites. Mais il indique bien, que sur ce point l'humanité marche sur une crête qui est de plus en plus raide et dans un équilibre de plus en plus précaire. Il ne s'aventure juste pas à prédire ce qui va se passer car il trouve cela trop incertain.

        Ses prédications se basent uniquement sur ce qu'il voit comme étant des grandes constantes dans l'histoire de l'humanité. Après tout peut basculer rapidement sur un détail non maîtrisable : guerre nucléaire totale, catastrophe naturelle, …

        • [^] # Re: Homo deus : l'avenir de l'homme sans évoquer l'écologie

          Posté par . Évalué à 5 (+4/-0).

          N'ayant pas lu le livre, je ne vais pas digresser longuement sur ces aspects, et désolé pour la méprisé, Harari m'avait tout l'air d'un transhumaniste. Il est simplement surprenant de voir certains philosophes ou vulgarisateurs s’épancher sur les catastrophes à venir, alors que la catastrophe climatique est d'ores et déjà là.

        • [^] # Re: Homo deus : l'avenir de l'homme sans évoquer l'écologie

          Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+4/-1). Dernière modification le 09/07/18 à 19:28.

          Il dit juste que l'usage massif de la technologie va dans le sens de l'histoire et que c'est sûrement une bonne chose du point de vue de notre espèce, mais sûrement pas au niveau individuel et qu'il y a de grandes chances que ça ne profite qu'à une élite.
          

          Le transhumanisme à quand même une grosse place dans le bouquin, je reste sur mon idée de base : prévoir l'avenir de l'homme sans s'essayer à un petit chapitre sur l'épuisement des ressources naturelles est un gros manque dans un bouquin de ce genre. Le fait est avéré : d'ici 50 ans nous ne pourront plus aller acheter du pétrole à la pompe (il y a aura du pétrole mais pas pour monsieur tout le monde). Il n'est pas du tout sûr que nos centrales puissent aussi facilement casser des atomes d'uranium, bref, le développement sera très très ralenti qu'on le veuille ou non. La société, et donc l'homme vont devoir s'adapter, je trouve dommage de ne pas voir un petit chapitre à ce sujet dans un bouquin diffusé à un grand nombre d'exemplaires comme celui ci.

  • # Plus léger

    Posté par (page perso) . Évalué à 4 (+2/-0).

    Une vie choisie, de Marc Simoncini.

    Un livre qui raconte sa vie de créateur d'entreprise, ses échecs, ses galères, avec un sens de la formule qui m'a bien fait rire.
    Pour ceux qui l'ignorent, il a créé Meetic, et plus récemment sensee et heroin bikes

    Sinon je suis en train de lire
    The Phoenix project
    De Gene Kim
    Sur nos galères d'informaticiens, quand tout plante, que les projets ont 6 mois de retard, et qu'il faut déployer la semaine prochaine

    Multitasking — The art of doing twice as much as you should half as well as you could.

  • # Faites ce que j'écris, pas ce que je crois

    Posté par (page perso) . Évalué à 10 (+11/-0). Dernière modification le 09/07/18 à 12:22.

    J'ai lu ce bouquin attentivement, par la force des choses : un pote me l'a amené à l’hôpital où j'attendais une angioplastie, ouais j'ai fait une crise cardiaque :/ et j'ai un avis essentiellement négatif.

    Et comme, bon, c'est rien de dire que j'ai pas aimé, je vais pas écrire des heures dessus, juste une toute petite liste non-exhaustive de ce qui m'a fait soupirer :

    1. Je postule que l'auteur ment effrontément, et à plusieurs degrés, à commencer par le prémisse "je ne suis d'aucune chapelle, d'aucune religion, moi je crois en rien, je prend de la hauteur - n'est-ce pas - et je regarde les choses froidement et sans passion ni agenda caché" ; yeah, right (oui je l'ai lu dans le texte) bon ça, c'est faux, et ce dés le quatrième de couve, et tout au long du texte ; je ne répondrai à aucune question sur ce point, démerde-toi, va à la librairie du coin (il est en tète de gondole) et passe juste dix minutes à vérifier.
    2. L'auteur se la pète d'une force qui laisse sans voix, déjà le titre intégral du bouquin que j'ai lu est "Homo Deus : A brief history of tomorrow" rien que ça, alors oui je sais que c'est probablement son éditeur qui a choisi le titre, n’empêche. Et pas mal d'énormités sont assenées comme ça, avec l'altitude d'un universitaire de luxe dans ses pantoufles son amphi perso: L'humain a éradiqué la guerre (pardon?) la famine (ah, sans blagues?) et la peste (hum).
    3. Ses références, particulièrement "historiques" (ce truc écrit par les vainqueurs) sont orientées ; elles racontent toutes la même histoire invérifiable et chargée d'affect, rien de nouveau chez les libraires, quoi.

    Alors après, sur le fond, certains constats sont vrais (duh) et même, certains trucs sont bien amenés, notamment le dernier chapitre apocalyptique, "Dataïsm" qui peut être utile à faire lire à des gens vraiment largués sur les nouvelle technos, qui parlent très fort dans les dîners en ville et n'ont manifestement pas encore lu les interviews de B. Gates ou d'E. Schmidt et encore moins "le livre" ; encore que pareil, il vaut vraiment mieux lire les textes originaux que ce brouet construit comme une émission de TV de 52mn, avec des images (si!) des punchlines éculées, et finalement guère d'humour.

    Si je l'avais encore sous la main je pourrai en écrire bien plus long, mais j'ai pas que ça à faire non plus.

    • [^] # Re: Faites ce que j'écris, pas ce que je crois

      Posté par . Évalué à 5 (+4/-1). Dernière modification le 09/07/18 à 14:18.

      Je postule que l'auteur ment effrontément, et à plusieurs degrés, à commencer par le prémisse "je ne suis d'aucune chapelle, d'aucune religion, moi je crois en rien, je prend de la hauteur - n'est-ce pas - et je regarde les choses froidement et sans passion ni agenda caché" ; yeah, right (oui je l'ai lu dans le texte) bon ça, c'est faux, et ce dés le quatrième de couve, et tout au long du texte ; je ne répondrai à aucune question sur ce point, démerde-toi, va à la librairie du coin (il est en tète de gondole) et passe juste dix minutes à vérifier.

      puisque cela te semble superflus, j'apporte l'information au quidam qui nous lirait, retranscription de la 4ème de couverture:

      Que deviendront nos démocraties quand Google et Facebook connaitront nos goûts, nos préférences politiques mieux que nous mêmes ? Qu'adviendra-t-il de l'État providence lorsque, nous, les humains, serons évincés du marché de l'emploi par des ordinateurs plus performants ? Quelle utilisation certaines religions feront-elles de la manipulation génétique ?

      Homo deus nous dévoile ce que sera le monde de demain lorsque, à nos mythes collectifs tels que les dieux, l'argent, l'égalité et la liberté, s'allieront de nouvelles technologies démiurgiques. Et que des algorithmes, de plus en plus intelligents, pourront se passer de notre pouvoir de décision. Car tandis que l'Homo sapiens devient un Homo deus, nous nous forgeons un nouveau destin.

      Best seller international - plus de 200 000 exemplaires vendus en France, traduit dans près de 40 langues - Sapiens interrogeait l'histoire de l'humanité, de l'âge de pierre à l'ère de la Silicon Valley. Le nouveau livre de Yuval Noah Hariri offre un aperçu vertigineux des rêves et des cauchemars qui façonneront le XXIe siècle.

      Après cette lecture, je ne vois qu'un blabla marketing certainement produit par l'éditeur et servant l'objectif d'une 4eme de couverture: vendre un livre.
      Mais je n'arrive pas à déceler ce qui me permettrait d'en déduire que:

      l'auteur ment effrontément

      Donc malgré ton:

      je ne répondrai à aucune question sur ce point, démerde-toi, va à la librairie du coin (il est en tète de gondole) et passe juste dix minutes à vérifier.

      et compte tenu de l'effort vertigineux que j'ai pu faire, certes, en me limitant à la 4eme de couverture puisque je n'ai pas lu le livre, je me permets de quémander des précisions sur ton affirmation dont nous ne semblons pas mériter l'argumentation.

      PS: bon rétablissement !

      • [^] # Re: Faites ce que j'écris, pas ce que je crois

        Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+3/-0).

        retranscription de la 4ème de couverture:

        Incomplète ; il manque, par exemple et entre autres, la liste des citations enthousiastes de Bill Gates, Barack Obama ou Mark Zuckerberg :)

        nous ne semblons pas mériter l'argumentation

        Pas du tout. C'est pas du tout ça la raison, sinon j'aurai rien écrit du tout ; j'ai donné quelques exemples de trucs que je considère comme étant clairement du foutage de gueule (genre le mec qui écrit, en 2018, de l'"Université Hébraique de Jerusalem" - ça aussi c'est sur la couve, tu vois ya pas que le "résumé" - qu'au tournant du XXIe siècle, la guerre a été éradiquée, faut le faire, quoi) après c'est à toi de te faire un avis.

        PS: bon rétablissement !

        Merci (bcp) ça va mieux, là :)

        • [^] # Re: Faites ce que j'écris, pas ce que je crois

          Posté par . Évalué à 5 (+4/-1). Dernière modification le 10/07/18 à 10:32.

          genre le mec qui écrit, en 2018, de l'"Université Hébraique de Jerusalem"

          Je ne connais absolument rien à la manière dont les universités sont organisées en Israël, mais si l'université de Jérusalem est autant Hébraïque que l'université de Louvain est Catholique, c'est bon, tu n'as pas à t'inquiéter :-) Surtout que d'après Wikipédia, le concept «Hébraïque» est lié à la langue de l'enseignement au moment où l'université à été fondée.

          Sérieusement, ces dénominations sont souvent héritées du contexte historique et politique, et il serait profondément stupide d'essayer de déduire quoi que ce soit du nom d'une université.

          • [^] # Re: Faites ce que j'écris, pas ce que je crois

            Posté par (page perso) . Évalué à 8 (+6/-0). Dernière modification le 10/07/18 à 15:56.

            si l'université de Jérusalem est autant Hébraïque que l'université de Louvain est Catholique, c'est bon, tu n'as pas à t'inquiéter

            Wait, qu'est-ce que tu racontes ? Qu'est-ce que tu es allé chercher, là ?

            il serait profondément stupide d'essayer de déduire quoi que ce soit du nom d'une université

            Ah carrément, c'est profondément stupide de déduire quoi que ce soit du nom d'une chose ? Nan mais sérieux, tu te relis des fois ? Elle est énorme, celle-là.

            Je la refais, une dernière fois parce que ça va bien maintenant. Le type est à Jerusalem, donc en Israel (je l'ai déduit du nom de l'université) et nous annonce que la guerre est "contenue" (rein in), au moment où les soldats de l'armée de ce pays tirent sur des civils, à la frontière. Ce qui constitue un acte (un crime, en fait, mais passons) de guerre caractérisé.

            C'est juste un détail de l'argumentation, mais on va s’arrêter là avant de monter dans les tours parce que j'ai de la pelouse à tondre autre chose à faire que de dealer avec des interprétations tordues et donc potentiellement dangereuses. Ben oui.

            • [^] # Re: Faites ce que j'écris, pas ce que je crois

              Posté par (page perso) . Évalué à 5 (+4/-1).

              des interprétations tordues

              Eh bien je dois avouer que ton commentaire était tellement énigmatique que c'est aussi l'interprétation que j'en avais faite.

              • [^] # Re: Faites ce que j'écris, pas ce que je crois

                Posté par . Évalué à 4 (+3/-0). Dernière modification le 10/07/18 à 18:22.

                Pas si énigmatique, j'ai parfaitement compris ce qu'il voulait dire (et bien de la manière dont il l'a précisé dans son intervention suivante) quand j'ai lu :

                genre le mec qui écrit, en 2018, de l'"Université Hébraique de Jerusalem" (…) qu'au tournant du XXIe siècle, la guerre a été éradiquée, faut le faire, quoi)

                Un mec qui habite dans un des pays qui est ouvertement en guerre ouverte contre son voisin immédiat (il y a en malheureusement d'autres, dans le monde, mais celui-ci en est un) et qui nous dit qu'il n'y a plus de guerres, on se demande quels autres mots essentiels il a redéfinis pour que les faits semblent coller à ses théories.

              • [^] # Re: Faites ce que j'écris, pas ce que je crois

                Posté par . Évalué à 4 (+3/-1).

                Eh bien je dois avouer que ton commentaire était tellement énigmatique que c'est aussi l'interprétation que j'en avais faite.

                xkcd

  • # Un lien avec le monde du libre?

    Posté par . Évalué à -10 (+1/-19).

    Ces livres sont sous licence Creative Common? Traitent de l'open-source ou ont un rapport avec le libre? Je n'ai pas l'impression. Alors ce poste est a minima une erreur mais plus probablement du spam sans doute là pour une raison d'argent peu éthique.

    • [^] # Re: Un lien avec le monde du libre?

      Posté par . Évalué à 10 (+11/-0). Dernière modification le 09/07/18 à 14:15.

      Euh, non, pas du tout…
      Il y a à peu près toujours eu des billets concernant la culture en général sur DLFP/LinuxFR, présenter des avis sur des films, ou des livres.
      Ça n’a absolument rien de choquant, bien au contraire.
      Ça reste assez marginal, logique.
      Ça change un peu les idées, tant mieux.
      Ça permet de discuter d’autres choses intéressantes avec des gens avec qui on partage un intérêt pour le présent et l’avenir du monde technologique, ce qui permet d’apporter un éclairage souvent moins « grand public » des œuvres dont il est question, et c’est tout aussi intéressant.

      De là à accuser l’auteur d’avoir un intérêt financier là-dedans, je trouve que c’est aller très très vite dans l’agression non fondée, non méritée, non voulue.

      Yth.

  • # L'histoire sacrée du monde

    Posté par . Évalué à 3 (+2/-0).

    Bha je me lance,

    J'avais lue par curiosité du même autheur "L'histoire secrète du monde" passé les deux trois premier chapitre, avec lesquels j'ai eu du mal, le livre est plaisant.

    C'est ésothérique obv mais raffraichissant.

    Du coup j'ai acheté le suivant et bon vous savez j'ai très longtemps crue être athé alors qu'en fait je suis profondement agnostique et ce même si je pense que les religions sucks.

    Du coup c'est une lecture que je recommande si on me demande.

    Allez tous vous faire spéculer.

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.