Journal Du RSS et de sa bonne utilisation...

Posté par .
Tags : aucun
0
27
août
2006
Petit rappel historique: J'ai tranquillement démarré le développement
d'un lecteur de RSS en ligne en mi-2005, pensant faire un petit outil
pratique, d'abord pour moi, mais avec en tête de le faire partager aux
autres personnes qui pourraient avoir les mêmes besoins que moi
(l'outil est en GPL: http://sourceforge.net/projects/ouliblog )

Je suis parti à cette époque de quelques hypothèses très simples de
départ, notamment que les flux CSS/Atom étaient mis en place par des
gens qui souhaitaient exporter leur contenu. Erreur... Grossière
erreur !

Avec le recul, je me rends compte que les technologies qui ont le vent
en poupe finissent inéluctablement par être utilisées par des gens qui
ne les comprennent pas bien et qui les utilisent en les détournant
(que cela soit intentionnel ou non).

Ca avait déjà commencé il y a quelques années avec des nouveaux venus
sur l'internet, fraîchement débarqués de leurs minitels et de leurs
magazines papier, qui estimaient que les liens profonds de l'HTML,
c'était du vol. Oui oui, du vol. Et qu'il fallait une autorisation
pour faire un lien. Et qu'il ne fallait lier que la page
d'accueil. Ben voyons. Je me demande encore comment on peut vouloir
faire un site en HTML et décider que la technologie sous-jacente ne
doit pas être utilisées. C'est un peu comme si je décidais de faire
une maison toute en baies vitrées et sans rideau en plein centre
ville, et que je décidais de porter plainte parce que les gens
regardent chez moi. Si je veux de l'intimité, j'ai un moyen technique
très simple: je met des rideaux, et de la même façon, si je ne veux
pas qu'on puisse pointer au milieu de mon site, je ne fais pas du
html, je fais un site en Flash, un bon gros PDF monolithique, voire un
fichier Word, bref il y a le choix ! Il y a même tellement de moyens
techniques pour empêcher qu'un site tiers pointe au milieu de son propre
site, que tout ça me semblait infiniment ridicule. Heureusement, le
forum de l'internet a fini par donner tort aux malcomprenants :
http://www.foruminternet.org/telechargement/documents/synthr(...)
(ouf). Non pas que le forum ait le moindre pouvoir ni le moindre
mandat, mais au moins on se sent un peu moins seul.

Pour en revenir au sujet initial, les flux CSS/Atom, si j'avais pensé
en démarrant le projet qu'il y aurait autant de personnes qui
exportent leurs flux mais qui dans le même temps ne veulent pas que
leurs données se retrouvent chez les autres (heureusement qu'on a
inventé le paradoxe avant l'internet, on aurait manqué de
vocabulaire!), je crois bien que j'aurais plutôt démarré un potager ou
que je me serais mis au macramé.

J'ai beau expliquer que:

1/ Mon site est un lecteur de RSS en ligne, mais que c'est un lecteur
de RSS avant tout, ce sont les utilisateurs qui définissent leur flux,
et ce sont eux qui les lisent, on m'accuse toujours de "voler" le
contenu des autres.

2/ Quand j'explique que personne n'est obligé d'exporter ses flux de
contenu, et que quand on met en place un fil RSS, c'est bien pour
qu'il soit utilisé, je suis face à un mur d'incompréhension... "mon
contenu est soumis au droit d'auteur, je ne veux pas qu'il se retrouve
sur d'autres sites"... Mais enfin, pourquoi le publier alors ? "parce
que c'est pratique pour les gens qui lisent avec un lecteur de rss,
mais je ne veux pas que ça se retrouve sur un autre site web"... sic!
C'est un peu comme si on me disait que gmail n'est pas un lecteur de
courier mais un site web, et que gmail "vole" le contenu des autres
sites quand il l'affiche...

3/ Mais le pire dans tout ça, c'est que si on veut contrôler son
contenu, c'est tout à fait possible: personne n'est obligé de publier
l'intégralité de son contenu en RSS. Plein de sites ne publient qu'un
résumé, ou n'envoient que le titre des articles. C'est pourtant pas
compliqué, et ça indique clairement que pour lire l'article, il faut
aller sur le site web. Ca ne pose aucun problème pour l'utilisateur,
l'intérêt d'un fil RSS c'est avant tout d'être prévenu.

Soyons clair, je n'ai absolument rien contre les gens qui n'exportent
pas tout leur contenu, c'est totalement légitime de leur part, mais
pourquoi, alors que tous les moyens techniques sont disponibles pour
faire de la publication exactement comme on veut, pourquoi disais-je,
se plaindre des gens qui utilisent ce qui est _volontairement_ publié?

Tout cela m'amène à la réflexion suivante: On aurait pu éviter tout ça
en anticipant un peu, et en incluant dans les fils rss toutes les
informations utiles pour gérer le droit d'auteur... un ou deux petit
champs pour décrirer _explicitement_ les droits des clients rss
(concernant la distribution et la publication du contenu), et le tour
aurait été joué.

J'espère que les prochains groupes à définir un standard n'oublieront
pas qu'on n'est plus dans les années 90, et que la prochaine guerre de
l'internet, ce n'est plus le navigateur, c'est l'appropriation du
contenu et les droits de distribution associés.

Heureusement, ça ne concerne pas la majorité des sites, et le monde
continue de tourner, mais quand on développe on se retrouve constamment
à devoir gérer tout un tas de cas tordus pour satisfaire les exigences
d'une minorité.
  • # Du DRM dans les RSS ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Je vois ca de cette facon car comme tu le dis : rien n'oblige un webmaster de mettre son contenu dans les fils RSS. S'il a un problème avec ca, c'est justement son problème. Alors à quoi bon ajouter des champs qui me rapellent ces sacrés DRM ?
    • [^] # Re: Du DRM dans les RSS ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Ha mais je suis bien d'accord avec ça, sauf que vis à vis de la loi, ça devient mon problème: même si le fil RSS est VOLONTAIREMENT publié par le webmaster, son contenu reste sujet au droit d'auteur.

      Autrement dit, selon la loi française, rien n'empêche quelqu'un de publier un fil RSS et ensuite de faire un procès pour contrefaçon aux sites qui les utilisent et les publient.

      Ouliblog n'est pas attaquable sur ce plan là. Au début, on pouvait se ballader sur les comptes ouliblog des utilisateurs et voir directement les billets de leurs fils RSS, ce qui était pratique et rapide pour se faire une idée du blog.

      Suite à ce retour d'expérience j'ai fini par n'autoriser la lecture des billets qu'aux utilisateurs dûment loggés. Aux yeux de la loi, l'affichage n'est donc plus public, mais privé (il n'est pas disponible publiquement aux visiteurs, il n'est visible que pour les utilisateurs enregistrés). De cette façon, ouliblog n'est pas attaquable pour contrefaçon.

      Ce n'est pas si grave, mais ça reste dommage : si les webmasters qui publient leur RSS le faisaient correctement, tout le monde en sortirait gagnant.

      Par contre, j'ai l'exemple d'au moins une plateforme française de blogging qui "bloque" mon robot (il me renvoie un "banned" quand j'essaie de récupérer le rss). Ce n'est pas très grave, mais ça me laisse tout de même très perplexe, pour les raisons que j'ai évoquées dans le journal : il est si facile de choisir ce qu'on publie, que croire qu'un aggrégateur de rss est un concurrent possible qui "vole" du contenu, hé bien ça me laisse songeur....
      • [^] # Re: Du DRM dans les RSS ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        > l'affichage n'est donc plus public

        Il semble qu'il y ait donc un bug ici : http://kazo.ouliblog.net/selection.php

        > De cette façon, ouliblog n'est pas attaquable pour contrefaçon.

        Légalement ça ne change rien. Même si c'est résercé à tes utilisateurs, c'est toujours une contrefaçon. Par contre, si les contenus recopiés ne sont visibles que par l'utilisateur qui a volontairement ajouté le fil, ça devrait probablement effectivement résoudre la plupart des problèmes avec les auteurs.

        > une plateforme française de blogging qui "bloque" mon robot [..] mais ça me
        > laisse tout de même très perplexe

        Moi aussi, mais pas pour les mêmes raisons. Ce n'est pas toi mais j'ai suivi ce genre de mésaventures via d'autres blogs et d'autres plateformes d'aggrégation. Le plus souvent il y a un échange mail avant, puis refus ou début de débat de la part du responsable de l'aggrégation. Le résultat c'est que l'auteur n'ayant pas réussi à faire respecter ses droits simplement, il utilise des artifices techniques pour les faire respecter. Il fait justement ce que tu imposes dans ton journal : il ferme à clef. C'est effectivement dommage, mais qui a dérappé ? l'auteur ou l'aggrégateur qui n'a pas respecté les désidérata ?

        > que croire qu'un aggrégateur de rss est un concurrent possible qui "vole" du
        > contenu, hé bien ça me laisse songeur

        Même si c'était la raison de l'auteur, même si c'est stupide, tu n'as pas à outrepasser ce choix. Il appartient à l'auteur.
        Maintenant la plupart du temps je soupconne que les problèmes sont tout autres (problèmes d'image, de doute sur l'origine réelle des contenus, de détournement des résultats dans les moteurs de recherche, etc.). Et encore une fois, c'est peut être à tort, mais peu importe, c'est le droit de l'auteur de mettre ses conditions.
        • [^] # Re: Du DRM dans les RSS ?

          Posté par . Évalué à 4.

          >> De cette façon, ouliblog n'est pas attaquable pour contrefaçon.
          >Légalement ça ne change rien.

          Ho que si, ça change tout. Et si j'ai changé la politique d'affichage de ouliblog pour que les billets ne soit plus accessibles qu'aux utilisateurs, c'est parce que dans ce dernier cas il ne s'agit plus d'une publication strictu sensu, et que ça n'est pas proscrit par la loi.

          D'ailleurs pour tout te dire, c'est suite à un échange très intéressant par mail avec un bloggeur juriste (avocat de profession) qui était très à cheval sur son droit d'auteur et qui se plaignait d'ouliblog que nous sommes arrivés à cette conclusion (bon, soyons honnêtes, c'est lui qui y est arrivé). Alors ça n'est pas écrit dans le marbre, mais pour avoir consulté quelques juristes, je suis assez sûr de moi pour dormir tranquille de ce côté là (modulo le bug que tu as repéré et que je vais rapidement corriger).

          > C'est effectivement dommage, mais qui a dérappé ? l'auteur ou l'aggrégateur qui n'a pas respecté les désidérata ?

          Le problème c'est que le RSS est un format destiné à la syndication, donc à la publication externe de contenu, et que l'utilisation en soi de ce format de publication est une indication de la volonté de l'auteur. On peut ne pas être d'accord avec ça, mais c'est défendable. Si je fabrique des stickers autocollant et que je les distribue, puis-je décemment me plaindre que les gens vont les coller ? Si mon désir en tant qu'auteur est que les gens ne les collent pas, hé bien il suffit de faire des stickers qui ne soit pas auto-collant. Elle a souvent bon dos, la volonté de l'auteur, mais je le répète, quelqu'un qui ne veut pas qu'on affiche son contenu ailleurs que chez lui peut TOUT SIMPLEMENT ne pas publier de fil RSS, auquel cas tout malentendu disparait.

          Après, il faut être juste, quand les aggrégateurs ne respectent pas la volonté des auteurs, c'est en général parce que ces derniers n'ont pas de moyen technique pour l'exprimer. Et là, je pense qu'on est tous d'accord, il faudrait vraiment que ça soit, non seulement techniquement possible, mais pratiquement obligatoire dans la norme, d'exprimer les conditions d'utilisation du flux RSS.
          • [^] # Re: Du DRM dans les RSS ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            > c'est parce que dans ce dernier cas il ne s'agit plus d'une publication strictu
            > sensu, et que ça n'est pas proscrit par la loi.

            Je vois très mal ce que ça change : même si elle est réservée à tes utilisateurs ça reste une publication. C'est au moins une représentation et une copie. Les deux sont interdits, que ce soit uniquement à tout le public ou à une liste spécifique. Ceci dit je me vois mal te reprocher d'accorder plus de foi à un juriste qu'à moi, informaticien, sur ce point là, donc je vais m'arrêter là dessus.

            > Le problème c'est que le RSS est [...] destiné à [...] publication externe
            > [...] et que l'utilisation [...] est une indication de la volonté de l'auteur.

            Je ne vois pas en quoi je fais une publication quand je met des dizaines de RSS dans mon aggrégateur perso sur mon poste de travail.
            Je suis convaincu que c'est réellement principalement cette utilisation qu'ont en tête la plupart des auteurs, et pas une aggrégation par un tiers pour republication au lecteur final.
            Du coup non, ça n'implique aucune volonté de l'auteur pour republier.

            > Si je fabrique des stickers autocollant et que je les distribue, puis-je
            > décemment me plaindre que les gens vont les coller ?

            Non, pas plus que l'auteur ne pourra se plaindre si tu lis son RSS (ce qui est le but poursuivi par l'auteur).
            Par contre si tu collectes les stickers et que tu montes une expo avec (donc que tu fais une représentation/publication de ces stickers), je t'assure que potentiellement tu peux avoir des problèmes.

            La différences entre nous deux c'est que tu sembles considérer qu'un RSS a vocation initiale à être publié (ce qui légitimerait tout à fait ton usage). Or selon moi il a vocation principale à simplement être lu (au moins dans le cas des bloggueurs). Rien d'autre, selon moi, n'est autorisé implicitement.

            > quelqu'un qui ne veut pas qu'on affiche son contenu ailleurs que chez lui peut
            > TOUT SIMPLEMENT ne pas publier de fil RSS

            Certes, mais dans ce cas là il empêche aussi plein d'utilisation que potentiellement/probablement il souhaite autoriser, et je pense là à tous les utilisateurs qui lisent directement les RSS dans leur aggrégateur, sans passer par une republication intermédiaire.

            En dis tu autant des livres (s'ils sortent on peut les copier et les distribuer), des musiques, de ton journal quotidien, des films ?
            La publication n'implique aucune autorisation. Tu ne peux associer un refus d'autorisation *pour ce que tu veux en faire* et un arrêt total de la publication initiale. Ce ne serait pas juste.

            > quand les aggrégateurs ne respectent pas la volonté des auteurs, c'est en
            > général parce que ces derniers n'ont pas de moyen technique pour l'exprimer.

            Il est vrai que quand la licence et les conditions sont absentes c'est probablement souvent par oubli, méconnaissance ou ignorance de la question plus que par interdiction totale de tout usage.
            Encourager et inciter à spécifier explicitement les licence est une très bonne chose, nous sommes tout à fait d'accord là dessus.

            Par contre le problème ici ne vient AMHA ni des auteurs, ni du format, ni des aggrégateurs. Il vient que toi (enfin plus généralement les intermédiaires, je ne connais pas suffisament *ta* situation) considèrent souvent (volontairement, par méconnaissance ou par ignorance) que si rien n'est explicité, il peuvent s'autoriser à faire ce qu'ils veulent. C'est une erreur (au moins en France) et ce n'est pas justifiable.
            • [^] # Re: Du DRM dans les RSS ?

              Posté par . Évalué à 3.

              Il n'y a aucune différence fondamentale entre une aggrégateur en ligne et un aggrégateur sur le bureau, dès lors que les billets ne sont accessibles qu'à l'utilisateur.

              Les deux récupèrent, stockent, et affichent à leur manière des articles publiés. De la même manière, ces billets ne sont accessibles qu'à leur utilisateur.

              Si ton aggrégateur de bureau stockait ses données sur une base de données sur le web, ce serait bien pareil. S'il affichait ses données via une interface web, ça serait tout pareil également. S'il affiche ses données via une interface web avec une base de données distante sur le web, ça reste pareil.

              Si tu lis ton lecteur RSS de bureau est un programme Gnome ou KDE (disons basé sur X-Window) qui s'affiche sur ton poste de travail mais qui tourne sur une machine distante quelque part sur le web, est-ce que tu vas considérer que la machine distante fait une publication ? Je suis sûr que non.

              Je le répète, il ne s'agit pas d'une publication, il s'agit d'un logiciel privé de lecteur de RSS qui est opéré par un tiers et qui fonctionne sur une interface web.
              • [^] # Re: Du DRM dans les RSS ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                > Il n'y a aucune différence fondamentale entre une aggrégateur en ligne et un
                > aggrégateur sur le bureau, dès lors que les billets ne sont accessibles qu'à
                > l'utilisateur.

                Au niveau technique ? non.
                Même si sur le principe jouer le rôle d'intermédiaire n'est pas innocent :
                - Sur le principe, jusqu'à ce qu'on adapte la loi exprès pour ça très très récement, des syndics se sont pris des procès pour des antennes hertziennes sur le toit. Rien de plus ou différent qu'une antenne normale, si ce n'est qu'elle n'est pas privée et qu'il s'agit de retransmission et qu'il faut payer des droits pour ça.
                - J'ai plusieurs fois entendu des professions libérales se faire demander des privéedroits rétroactifs parce qu'ils diffusaient la radio en salle d'attente, des bars la même chose parce qu'ils diffusent la TV. Là aussi, il n'y a aucune différence fondamentale avec une radio ou une tv chez toi, sauf que justement, elle n'est pas chez toi et ça revient à diffuser illégalement un contenu.

                Notes d'ailleurs que non, tu n'as pas qu'un logiciel de lecture RSS en ligne. Il en existe plein. Si tu as monté ton projet c'est justement qu'il apporte plus et qu'il fait plus (partage, échange, page d'accueil avec les plus notés, etc).


                Ceci dit on (je) tourne au détail inutile. Je crois vraiment que ça peut poser problème strictement légalement, mais je vois mal quelqu'un raler s'il considère ton site comme un simple outil d'aggrégation privée en ligne.

                Perso je m'étais fais une mauvaise idée en voyant /le bug qu'il ne fallait pas voir/ et j'ai cru que tu republiais en public volontairement. Tel quel, sans le bug, c'est sur que c'est nettement moins contestable. Notes que peut être qu'une partie de tes plaignants sont passés par la même case que moi.
                • [^] # Re: Du DRM dans les RSS ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Merci d'avoir pris le temps d'approfondir ce qu'était ouliblog. J'aurais dû expliquer au début en quoi ça consistait, et j'aurais dû expliquer que la démarche derrière ce projet est à la fois technique (obtenir un lecteur RSS confortable et adapté à la lecture d'un grand nombre de fils) et éthique (respect du droit d'auteur, mise en avant des blogs, en particulier en donnant la possibilité aux utilisateur de mettre des "coups de coeurs" sur des billets, et développement en open-source). Mais là, on m'aurait encore plus taxé de faire ma pub, et ce n'était pas le sujet.

                  C'est surtout pour ça que j'ai réagis vivement à tes accusation de pillage (je schématise) alors que c'est tout le contraire de ma démarche.

                  Pour les plaignants, j'en ai eu très peu en 1 an de mise en service, et j'ai toujours veillé à respecter les souhaits des auteurs. Quitte à ne plus récupérer un fil RSS ou à restreindre l'affichage des billets à l'utilisateur connecté uniquement. Globalement ça marche plutôt bien.

                  Note aussi qu'il y a deux parties à ouliblog: un lecteur de RSS, plutôt classique, et un portail qui regroupe les derniers billets publiés. La seule partie sur laquelle on pourrait vraiment ergoter, c'est sur cette dernière, pour l'affichage des miniatures d'images publiées sur les blogs. Mais d'une part il s'agit de miniature, d'autre part elles ne restent en moyenne que quelques heures. Au pire, je la virerai, mais ça serait dommage parce que c'est bien sympa et que ça ne cause vraiment aucun préjudice.
          • [^] # Re: Du DRM dans les RSS ?

            Posté par . Évalué à 3.

            Et là, je pense qu'on est tous d'accord, il faudrait vraiment que ça soit, non seulement techniquement possible, mais pratiquement obligatoire dans la norme, d'exprimer les conditions d'utilisation du flux RSS.

            nan, pas moi. je ne suis absolument pas d'accord avec cette bouffonnerie totalement inutile. et c'est d'autant plus étonnant que tu parles des différentes positions face au hotlinking bien avant.
  • # En tout cas....

    Posté par . Évalué à 3.

    tu lis trop Perec!

    Et bien joué pour la pub subtilement déguisée pour ton sympathique projet.
    • [^] # Re: En tout cas....

      Posté par . Évalué à 6.

      Si j'avais voulu faire de la pub, j'aurais fait carrément une dépêche, je me serais pas géné :-) D'ailleurs mon lien n'est pas sur le site, mais sur le projet du site...

      Ha mais tiens, je serais pas en train d'essayer de me justifier là ?? Mince, je me suis fait avoir !!! :-)
      • [^] # Re: En tout cas....

        Posté par . Évalué à 2.

        J'ai juste salué la performance car il m'a fallut la moitié du journal pour m'en rendre compte ;)
        Il n'y avait là aucune critique...
        Et si çà amène des contributeur, ce ne sera que bien.

        Ha mais tiens, je serais pas en train d'essayer de me justifier là ?? Mince, je me suis fait avoir !!! :D
        • [^] # Re: En tout cas....

          Posté par . Évalué à 2.

          _o/ Msieur, Msieur !

          J'ai rien trouvé dans le texte qui fasse référence à l'oulipo, hormis le nom du projet. Je dois encore chercher ?
          (j'ai déjà lu plusieurs fois plus la moitié sans rien trouver d'autre qu'un texte. Ton commentaire initial ne s'est pas fait plusser, j'en déduis que je ne suis pas le seul à vouloir poser la question).

          Merci
          • [^] # Re: En tout cas....

            Posté par . Évalué à 2.

            Non, c'est çà...

            Tiré du site du projet sur sourceforge :
            "OuLiBlog means OUvroir de LIttérature BLOGuesque:"
            • [^] # Re: En tout cas....

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Penser oulipo implique Georges Perec, c'est un poil court quand même. Enfin l'homme de base, c'est plutôt Raymond Queneau. Mille milliards de poèmes et la cimaise et la fraction, c'est Queneau.
              Et il y en a eu et en a encore d'autres. C'est un ouvroir, pas un fermé pour Perec seul.
              • [^] # Re: En tout cas....

                Posté par . Évalué à 2.

                Je ne doute pas de l'importance de Raymond Queneau dans le groupe littéraire de l'OULIPO puisqu'il en est un des créateurs (et en a définit les règles).

                Cependant, je pense que Perece est celui qui a été le plus prolifique et je doit l'avoué certains de ces livres mon bien "marqué".

                Et surtout raison la plus importante, il fallait bien que j'en prenne un parmis les autres...
  • # effectivement...

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    J'ai le même problème que toi.

    J'ai tenté de lancer un "planet" avec les blogs de tous les candidats aux futures élections de mon patelin.

    Et bien, je me suis fait traiter de voleur de contenu. Certains n'ont même pas vu que c'était exactement la même chose et trouvaient que mon site "ressemblaient très fort".

    Je me suis donc farci d'une explication un peu longuette. En moyenne, personne ne comprend mais ils sont maintenants convaincus de ma bonne foi. Ils ne comprennent cependant toujours pas le principe, surtout à cause du décallage (le planet n'est actualisé que toutes les heures).

    Les candidats les plus malins m'ont demandé d'être aussi sur le planet en me donnant l'adresse de leur site. Problème : ils n'ont pas tous de flux RSS (comment leur expliquer ?) et certains n'ont tout simplement pas de blog ! C'est un site statique en flash !

    Franchement, on oublie à quel point on est des geeks, sérieux. C'est effrayant de voir que la majorité des utilisateurs "non-informaticiens" n'arrivent pas à avoir le début d'une vague compréhension logique, ils font tout à l'aveuglette.
    • [^] # Re: effectivement...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Alors, si je comprends bien, le problème du geek c'est que contrairement à monsieur lambda, il considère que ce qui est techniquement facile ne saurait être illégal.

      Diffuser un contenu qui ne t'appartient pas n'est possible que si tu t'accordes avec l'auteur du contenu en question (genre il l'a mis sous license qui le permet ou tu le rétribues en conséquence). Tu n'as pas l'idée de faire un site qui reprend tous les jours les articles du monde et qui les conserve (ce qui se justifierait puisque le monde rend ses articles payants au bout d'un certain temps) pourtant ce serait facile, et vu qu'ils l'ont publié, ils ne peuvent s'opposer à sa diffusion... Oui, ils ne peuvent pas s'opposer à la diffusion, mais ils peuvent réclamer des droits exhorbitants sur cette rediffusion.

      C'est ce qui fait que l'idée d'un champ de license pour les flux rss (ou pour chaque entrée) proposée par deadbeef est intéressante et devrait être mise à l'étude sérieusement. Cela dit, le champ copyright présent dans RSS2.0 pourrait servir à ça, non ? S'il y a copyright, la rediffusion n'est pas libre.
      • [^] # Re: effectivement...

        Posté par . Évalué à 3.

        Merci de ton soutien :-)

        Cela dit, publier un fil RSS, c'est quand même faire un acte volontaire de publication dans un format qui s'appelle "Really Simple Syndication", autrement dit dans un format fondamentalement fait pour la syndication. D'ailleurs les sites comme le monde ou libération l'ont très bien compris, puisqu'ils se contentent de ne mettre dans le RSS que ce qui est librement publiable ailleurs, les gens devant aller sur leur site pour lire le contenu.

        Pour le champ "copyright", malheureusement non, il n'est pas utilisable. D'abord parce que tout contenu est soumis au droit d'auteur (et au copyright), mais ça n'empêche pas que le contenu soit librement diffusable et publiable. Il n'y a pas de corrélation possible entre ces deux notions, sinon que l'une dépend de l'autre (il faut que je possède le copyright/droit d'auteur pour avoir le droit de définir la licence de publication/distribution sur le contenu).

        En tout cas, nous sommes d'accord, il faut que la volonté des auteurs soit respectée, mais il faut *aussi* qu'elle soit clairement apréhendable par les outils: il faut donc un licence systématique et explicite sur le contenu des fils RSS/Atom.
      • [^] # Re: effectivement...

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        > Cela dit, le champ copyright présent dans RSS2.0 pourrait servir à ça, non ? S'il
        > y a copyright, la rediffusion n'est pas libre.

        BIP !
        Merci de ne pas réinventer le droit d'auteur. Les règles du jeu existent déjà, il suffit de bien vouloir les prendre en compte.

        Par défaut, la rediffusion n'est PAS libre.

        C'est au contraire quand le champ copyright contient une référence explicite à une licence qui autorise la rediffusion que vous pouvez agir.
        Et oui, certains le font (de moins en moins ceci dit parce que parfois ils retrouvent leur contenu intégrés verbatim dans des sites où l'origine du contenu n'est pas évidente, ou aggrégé publiquement au milieu de contenus auquels ils ne veulent pas se retrouver associés)
    • [^] # Re: effectivement...

      Posté par . Évalué à 2.

      Mais sans être un geek, ce n'est quand même pas demander la lune que de demander aux gens de comprendre ce qu'est un fil rss, surtout s'ils en installent un.

      Voilà pourquoi je milite pour que la licence de publication et distribution soit explicitement définie dans le RSS ou l'Atom: en l'état actuel, ils peuvent très bien dire que le fil est disponible mais qu'il n'est pas fait pour être utilisé (ben voyons). Avec une licence explicite incluse dans le flux, les choses seraient claires: soit on peut, soit on peut pas, il n'y aurait pas cet espèce de flou qui permet aux non-informaticiens (ceux qui pensent qu'ils maitrisent les nouvelles technologies parce qu'ils ont ouvert un skyblog) d'exploiter ce vide juridique.

      Dans ce cas, tu aurais pu leur montrer le fil RSS dont ils sont responsable de publication et qui indique qu'ils autorise expressément la réutilisation du contenu. Et dans ce cas, soit ils changent leur RSS, soit ils arrêtent de chouiner.

      J'aurais presque envie de dire que c'est notre faute, à nous les informaticiens: on aurait dû prévoir le coup et mettre en place ce $*$£$ de champs dès le début.
      • [^] # Re: effectivement...

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        > Avec une licence explicite incluse dans le flux, les choses seraient claires: soit on
        > peut, soit on peut pas, il n'y aurait pas cet espèce de flou qui permet aux
        > non-informaticiens (ceux qui pensent qu'ils maitrisent les nouvelles technologies
        > parce qu'ils ont ouvert un skyblog) d'exploiter ce vide juridique.

        Il n'y a pas de flou, tout est clair au contraire. Sans mention explicite du contraire : tu ne peux pas faire ce que tu veux, tu n'as pas le droit.
        C'est au contraire quelques informaticiens qui croient pouvoir changer la protection légale ou passer outre jusqu'à qu'on les rappelle explicitement à l'ordre.


        > Mais sans être un geek, ce n'est quand même pas demander la lune que de
        > demander aux gens de comprendre ce qu'est un fil rss, surtout s'ils en installent
        > un.

        J'ai peur que c'est toi qui fasses trop d'assertions. Ce n'est pas parce que quelqu'un publie quelque chose chez lui qu'il accepte que quelqu'un le republie.
        Le RSS n'est qu'un format qui se relie avec un lecteur RSS (l'aggrégateur). Exactement comme le HTML qui est un autre format qui se relie avec un lecteur HTM (généralement le navigateur).
        Que quelqu'un mette à disposition son contenu sous le format RSS n'implique nullement qu'il accepte quoi que ce soit en plus que s'il l'avait mis en HTML, en MS Word ou en PDF.
        • [^] # Re: effectivement...

          Posté par . Évalué à 0.

          Vraiment je m'interroge sur tes contributions. On dirait que tu es en croisade contre les méchants informaticiens et les violeurs de droit d'auteur qui peuplent l'internet.

          Je te remercie pour tes considérations sur le droit d'auteurs, même si tu ne m'apprends plus grand chose, mais à aucun moment je n'ai dit qu'il fallait le baffouer.

          Si tu quittais un instant ton habit de super-héros qui défend aveuglement le droit d'auteur, si tu fréquentais un peu les blogs, bref, si tu connaissais un peu le sujet, tu saurais qu'il y a une majorité de bloggeurs qui sont tout à fait satisfait des aggrégateurs en ligne, qui contribuent à leur offrir une meilleure visibilité. Il y a évidemment toujours les autres, qui considèrent cela comme une violation de leur droit d'auteur, et c'est leur droit, et il faut les respecter. Cela, c'est acquis.

          Mon propos, c'est qu'il faut justement permettre à chacun des bloggeurs d'établir leurs conditions d'utilisation pour leurs fils RSS, de manière à ce qu'il soit possible de récupérer et de republier les fils RSS de ceux qui l'autorisent (je répète: DE CEUX QUI L'AUTORISENT).

          > C'est au contraire quelques informaticiens qui croient pouvoir changer la protection légale ou passer outre jusqu'à qu'on les rappelle explicitement à l'ordre.

          Comme c'est charmant. Un complexe de supériorité de ta part sans doute, maintenant que tu as lu en diagonale le code de la propriété intellectuelle ?

          Tu es tellement persuadé que tout le monde baffoue le droit d'auteur que tu n'imagines même pas un seul instant que certains bloggeurs VEULENT autoriser la publication de leur contenu, et que ton comportement sclérosé ne contribue qu'à les en empêcher. Merci, on a bien compris qu'on n'avait pas le droit, maintenant ce qu'on voudrait c'est pouvoir avancer un peu dans la bonne direction.
          • [^] # Re: effectivement...

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            > soit on peut, soit on peut pas, il n'y aurait pas cet espèce de flou qui permet aux
            > non-informaticiens (ceux qui pensent qu'ils maitrisent les nouvelles technologies
            > parce qu'ils ont ouvert un skyblog) d'exploiter ce vide juridique.

            et

            > Merci, on a bien compris qu'on n'avait pas le droit, maintenant ce qu'on voudrait
            > c'est pouvoir avancer un peu dans la bonne direction.


            Ah mais oui mais, non. Un coup tu dis à tort qu'il y a un flou / vide juridique, et quand on te dit le contraire tu dis qu'on l'a bien compris et qu'on t'agace à le signaler alors que tu veux autre chose. Faut pas abuser quand même
            • [^] # Re: effectivement...

              Posté par . Évalué à 2.

              Parce que ce n'est pas si simple....

              Il y a à la fois une interprétation stricte qui est qu'on ne récupère pas une oeuvre soumise au droit d'auteur sans l'accord du propriétaire des droits patrimoniaux... Et il y a une autre interprétation,que j'ai évoquée et à laquelle je me raccrochais (et à laquelle j'aurais aimé pouvoir me raccrocher davantage) qui est que quand on publie un fil RSS, c'est qu'on autorise son exploitation (un peu comme si on publiait un site web et qu'en même temps on ne voulait pas que les gens y viennent).

              Tant que cela n'aura pas été jugé, on peut très bien ergoter pour l'une ou pour l'autre. D'autre part, je ne suis pas idiot, même si je préfère largement la seconde interprétation, parce qu'elle correspond à ma sensibilité, je pense qu'un tribunal aura tendance à favoriser la première, plus stricte. Malheureusement.

              Comme je l'ai dit, le seul moyen pour régler le problème, c'est que le droit d'exploitation soit clairement précisé dans le fil RSS.
              • [^] # Re: effectivement...

                Posté par . Évalué à 2.

                Non. Il n'y a pas de problème à régler, hormis respecter l'existant. Et s'il faut changer le monde, que ça soit en éduquant et évangélisant les producteurs de contenus sur les avantages qu'ils ont à clarifier s'ils veulent ouvrir largement leur republication.

                Obliger les producteurs de contenu à 'clairement préciser' leur droit d'exploitation dans le fil RSS ne serait rien d'autre qu'une régression, le cadre légal actuel les protège sans qu'il y ait à préciser quoi que ce soit de plus, et c'est tant mieux pour eux. Si il y a "précision claire" dans le flux pour les droits d'exploitation que cela soit au bénéfice du producteur et de l'aggrégeant, tant mieux pour les deux aussi. Pas besoin d'autre chose.
          • [^] # Re: effectivement...

            Posté par . Évalué à 3.

            Merci, on a bien compris qu'on n'avait pas le droit, maintenant ce qu'on voudrait c'est pouvoir avancer un peu dans la bonne direction.

            ouais non, dans ce cas on ne fait pas un pas dans la bonne direction, on repart de zéro.
          • [^] # Re: effectivement...

            Posté par . Évalué à 2.

            Bah, Eric a raison, le cadre légal et la et existe et techniquement possible != légalement possible. Et après, s'interroger sur la différence avec un aggrégateur de bureau, sur l'aspect "suffisant" d'un l/p etc est bien gentil mais ne lève pas toutes les subtilités (quid de la différence fetch préalable vs fetch au premier utilisateur qui entre un flux, quid de la notion de 'choix éditorial', etc etc).

            De plus je suis ne comprends pas pourquoi il faudrait des champs supplémentaires dans les standards de syndication. Ils y sont, et c'est difficile de faire plus explicite:
            En RSS 1.0, avec le module officiel DublinCore, qui définit le dc:rights. En RSS 2.0, il y a le champ channel "copyright". RSS 2.0 a d'ailleurs explicitement séparés les points de contact technique (champ webMaster) et responsable du contenu (champ managingEditor). En ATOM, il y a le champ atom:rights. Bref, je ne vois pas ce qui manque pour qu'un site aggrégeant un contenu puisse trouver les informations ou contacts nécessaires si jamais il y avait le moindre doute, en supposant que rien en plus sur le site ne soit disponible pour préciser les droits d'usage. Car encore une fois, je ne vois pas pourquoi en l'absence de toute mention, autre chose que l'interprétation la plus directe, et la plus favorable au producteur du contenu original puisse être envisagée. Bref, ce n'est pas un problème technique, et ATOM 1.0 est très clair là dessus: The atom:rights element SHOULD NOT be used to convey machine-readable licensing information".

            Si après le problème est que -certains- producteurs de contenu -choisissent- de publier sous des contrats de droit d'auteur permettant d'autres usages (publication, distribution, voire modification), là encore les solutions existent déjà. Pour RSS 2.0, Userland a défini le creativeCommonsRssModule, côté ATOM, il y a la proposition de James Snell sur le "Atom License Extension" (qui est d'ailleurs en Last Call à l'IETF ces jours-ci). Pour RSS 1.0, il y a le module CreativeCommons, etc.

            Bref, je ne vois pas où il y a débat. Les producteurs de contenus qui veulent explicitement autoriser la republication ont tout ce qu'il faut pour le faire, pour les autres la loi est là pour les protéger.
            • [^] # Re: effectivement...

              Posté par . Évalué à -5.


              Bref, je ne vois pas où il y a débat. Les producteurs de contenus qui veulent explicitement autoriser la republication ont tout ce qu'il faut pour le faire, pour les autres la loi est là pour les protéger.


              Et voilà... toujours à vouloir baffouer nos libertés en nous innondant de lois liberticides.
              On reconnait bien là les propos d'un employé d'Apple [1], société qui prospère en nous imposant des DRM sur son iPod qui détient le monopole du marché du MP3.

              [1] Ne fait pas l'innocent tu avais fini par l'avouer ici:
              http://linuxfr.org/comments/737900,1.html
              • [^] # Re: effectivement...

                Posté par . Évalué à 2.

                Tiens c'est intéressant, en 15 ans d'usenet/forums j'ai eu seulement deux fois droit à des attaques ad hominem, la première c'était sur focld une attaque talonesque sur mon appartenance à la recherche française et voici celle-ci. Joli, joli.
            • [^] # Re: effectivement...

              Posté par . Évalué à 2.

              Les champs dc:rights, copyrights, etc, sont des champs à texte libre. Il n'y a rien qui permette à un outil de déterminer automatiquement les droits d'exploitation d'un fil RSS.

              Comme tu le dis toi-même: The atom:rights element SHOULD NOT be used to convey machine-readable licensing information. Autrement dit, le champs ne permet pas de déterminer mécaniquement une quelconque information de license.

              Après il est toujours possible de faire des extensions, ce n'est pas compliqué, n'importe qui peut en faire une nouvelle. Le problème, c'est que les extensions ne sont jamais utilisées (déjà que le RSS est souvent approximatif). Dans la mesure ou le RSS est un format initialement destiné à l'extraction automatique de contenu, il n'est quand même pas délirant de penser qu'il faudrait systématiquement définir la license d'exploitation qui va avec.
              • [^] # Re: effectivement...

                Posté par . Évalué à 2.

                Au risque de me répeter: les champs sont à texte libre et c'est tant mieux. Ceci est un problème légal et non technique, si quelqu'un -veut- utiliser un tag supplémentaire et optionnel pour préciser les choses de façon compréhensible par une machine dans des cas -ULTRA- précis (i.e. CC) c'est tan mieux aussi. Pour le reste, l'idée de compacter le cadre légal international de national de X pays pour Y licenses en un champ générique me fait assez sourire. Et quand à rendre ce tag obligatoire, je n'en démords pas: les droits qu'il expliciterait n'ont aucune raison d'être différents pour la forme RSS que pour le contenu publié en direct sur le site, ou par tout autre biais. Et la license d'exploitation par défaut qu'il faudrait définir, elle existe déjà, c'est le cadre légal actuel et il n'y a aucune raison qu'il en soit différement sauf à faire régresser les droits du producteur du contenu.
                • [^] # Re: effectivement...

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Mais parce que tu ne vois pas de problème, il n'y a pas de problème ? Ca doit être facile, la vie, vue comme ça :-)

                  Je vais te donner un exemple. Il y a encore quelques mois, un petit groupe de bloggeurs altermondialistes utilisaient ouliblog comme planet pour regrouper l'ensemble de leur articles et se fédérer.

                  C'était très facile: le leader rajoutait les fils RSS de chacun des membres, et chacun pouvait venir consulter les fils. C'était aussi très pratique pour eux d'avoir un planet qu'ils pouvaient référencer et sur lequel renvoyer leurs visiteurs.

                  Ils ont quitté ouliblog, parce que ça n'est plus possible, à cause des restrictions d'accès (le lecteur RSS est devenu privé). Comme chacun se trouve sur une plateforme d'hébergement différente, aucune ne gérant le tag creative common (le seul utilisable automatiquement), parce qu'il faut être honnête, personne ne l'utilise parce que c'est juste une extension quelconque à laquelle personne ne prête attention, il n'est PAS possible pour moi de leur permettre d'être hébergé sur ouliblog. Ils ont quitté ouliblog, ce qui est normal, parce que ça ne répondait plus du tout à leur besoin. Personnellement, ça ne m'empêche pas de dormir, mais je trouve ça dommage pour eux.

                  Pour l'anecdote, aucun ne savait ce qu'était un planet, ils étaient naturellement venus à cette utilisation-là d'ouliblog, je me suis aperçu après-coup de l'utilisation qu'ils en faisaient, et à laquelle je n'avais pas pensé.

                  S'il y avait une façon automatique de gérer le droit de distribution d'un fil RSS, j'aurais pu sans problème l'implémenter dans ouliblog et leur permettre de créer leur planet communautaire.
              • [^] # Re: effectivement...

                Posté par . Évalué à 1.

                bon, moi j'ai deux variantes de licenses rigolotes sous le pied :

                la (j'autorise blablabla) "seulement les jours pairs" et la "seulement s'il pleut dans la localité de l'utilisateur final".

                ces conditions ajoutées à des licences sont parfaitement valides à mes yeux, et j'avoue que le détail que ça ne soit pas facilement "mécaniquement" déterminable est vraiment le cadet de mes soucis.

                donc on pourrait certes les ajouter dans la norme avec quelques efforts, mais ensuite...
                • [^] # Re: effectivement...

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Très bien, si ça te fait plaisir, quel est le problème ?

                  Je ne vois pas du tout où se trouve la difficulté à encoder la petite dizaine de licence qui couvre 95% des besoins de tout le monde, tout en laissant la possibilité d'exprimer une licence spécifique pour les 5% restant.
                • [^] # Re: effectivement...

                  Posté par . Évalué à -2.

                  Ce n'est pas en cherchant des cas tordus que tu feras avancer la liberté !
                  Tout est contournable avec des cas comme ça, heureusement que les gens sont de bonne volonté en général et cherchent à travailler efficacement ensemble au lieu de pinailler comme tu le fais systématiquement.
                  Au final si tout le monde faisait du creative commons tou tirait bien mieux, un peu comme si tout le monde faisait du code uniquement GPL.
          • [^] # Re: effectivement...

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            >Si tu quittais un instant ton habit de super-héros qui défend aveuglement le droit d'auteur, si tu fréquentais un peu les blogs, bref, si tu connaissais un peu le sujet,

            Ça me fait doucement sourire, connaissant ce certain Éric ;-)
        • [^] # Re: effectivement...

          Posté par . Évalué à 2.

          le rss etant un format facilitant la syndication de contenu, il me semble normal de penser qu'une personne utilisant ce format accepte d'emblée de que son contenu soit aggregé. Vouloir appliquer la notion dedroit d'auteur (et non de copyright) pour empêcher la copie est ensuite une pratique que je considère abusive.

          Par ailleurs il reste en effet la possibilité de ne partager qu'une partie du contenu et d'entrainer les utilisateurs vers ce contenu. Ce qui est le principe de la syndication... Si une personne ne veut pas partager son contenu ou que celui ci ne soit pas aggregé alors libre à elle de ne pas proposer de flux rss ou de proteger l'acces au flux rss par mot de passe.

          Détourner l'orientation d'un moyen technologique c'est à dire mettre sous forme rss pour etre lu par les personnes utilisant des aggregateurs au lieu d'utiliser le rss pour partager son contenu ce pourquoi le rss a été crée ne signifie pas que l'on doit oublier le principe d'origine.
        • [^] # Re: effectivement...

          Posté par . Évalué à 1.

          Tout à fait mais... si l'aggregateur est en ligne ?

          Il s'agit toujours d'un aggregateur simplement "il est disponible sur le web". Après il ne faudrait pas que le contenu soit exposé au grand public, mais que ce soit restreint à chaque utilisateur.

          Et inclure une clause d'utilisation du fil RSS est une bonne idée. Il faudrait que par défaut le fil ne soit pas "publiable" (mais donc toujours lisible avec l'aggrégateur en ligne), et si l'auteur indique le contraire, que l'on puisse publier le flux RSS sur un site.
          Ce sont deux choses vraiment distinctes.
  • # oui mais non

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Désolé, tu as tort. Et ton argumentation est largement fumeuse pour bien des points :
    - non un lien n'est pas comme republier un contenu, le lien n'est qu'une adresse, tu ne touches à rien qui concerne les droits d'auteur
    - non ce que tu fais n'est pas comparable à gmail, gmail reste dans une sphère privée, toi tu republies en public. Ce que tu fais est visible par des tiers et par les moteurs de recherche.
    - non ce n'est pas à l'auteur de mettre des artifices techniques comme les DRM pour protéger son contenu, ou à retirer son RSS pour mettre un format moins utile, c'est à toi de respecter les licences ou à défaut le droit d'auteur de base.


    Légalement tu es en tort sans aucun doute possible. Tu copies, publies et présente un contenu. Tu casses trois des monopoles accordés à l'auteur quand il créé quelque chose. Pire faisant une extraction systématique et automatique de tout ce qui sort du flux RSS, tu tombes aussi très probablement sur le droit spécifique aux bases de données.

    A partir de là, les auteurs qui te contactent sont dans leur droit et ont toute légitimité à râler. [1] [2]


    Mais ce qui me parait le plus flagrant c'est que visiblement tu es au courant des questions de licence. Tu devrais savoir que sans licence explicite c'est toi qui es en tort. Par défaut tu n'as aucun droit de recopie, même si tu as une possibilité technique.
    Appeler à mettre des licences explicites est une bonne chose, mais considérer que tu as tous les droits quand rien n'est spécifié, c'est inacceptable.
    Le champ pour mettre une licence il existe. Tu peux très facilement mettre un dublin core ou quelques autres langages XML au milieu pour définir les licences. Mon lecteur RSS sait relire ces informations, pourquoi pas toi ?
    Si l'auteur ne spécifies rien, et bien tant pis pour toi, il va falloir que tu lui demandes manuellement.


    Franchement ? moi j'ai vu passer sur les blogs plusieurs problèmes du genre. Et à chaque fois c'est la même chose. Un lecteur RSS en ligne ne pose aucun problème, nulle part. Les points qui posent problème sont toujours les mêmes :
    - l'éventuelle présence de pub ou de commerce fait avec les contenus
    - le fait que les fils rss injectés soient visibles au public
    - le fait que certains posent problème quand on leur donne des règles/refus explicites (soit par une licence sur le blog, soit par une licence dans le fil rss, soit en prévenant par mail/contact après coup)
    - le fait qu'un moteur de recherche puisse détourner des visiteurs sur ton site pour lire leurs contenus
    - la possibilité qu'un tiers se méprenne sur l'auteur ou l'origine réelle des contenus (les attribut à ton site ou à l'utilisateur qui a injecté le fil rss sur ton site)
    - la possibilité qu'il y ait atteinte à leur image du fait de l'association publique de leur contenu au milieu de contenus tiers


    Si le premier point ne te concerne peut être pas, les trois suivant paraissent tout à fait adaptés à ton cas si j'en crois ce que je vois sur http://kazo.ouliblog.net/selection.php. Les deux derniers ne sont pas forcément inadaptés non plus.


    Le tout est largement corrigeable, il suffirait, sauf quand tu as un accord explicite via la licence indiquée, de ne rien publier publiquement (uniquement à tes utilisateurs enregistrés) et ne jamais recopier les contenus (uniquement faire des liens). Encore faut'il le vouloir, le veux tu ?


    > mais quand on développe on se retrouve
    > constamment à devoir gérer tout un tas
    > de cas tordus pour satisfaire les
    > exigences d'une minorité

    Moi je connais plusieurs blogueurs qui ont dit quelque chose de très proche :
    Quelque chose comme "on se retrouve constamment à devoir gérer tout à tas de cas tordus ou à renoncer à des facilités pour éviter les actions d'une minorité qui ne respectent pas nos souhaits".

    Et puis n'oublies pas que si une minorité a montré ses exigences, c'est aussi parce que une minorité a vu ce qu'il se passe. Ce qu'en pense la majorité silencieuse n'est pas si évident à deviner.
    • [^] # Re: oui mais non

      Posté par . Évalué à 2.

      Alors là je t'arrête immédiatement : tu me fais un très mauvais procès, et tu es vraiment à côté de la plaque.

      Outre que le ton que tu emploies est inutilement aggressif et accusateur ("Encore faut'il le vouloir, le veux tu ?" -> inutile de sortir l'arsenal de l'inquisition, je suis justement ici pour poser le problème sur la table, pas pour recevoir une leçon de morale alors que précisément je suis d'accord à 100% sur le nécessaire respect des droits d'auteurs).

      D'abord, comme je l'ai dit plus haut, le lien vers la sélection affiche PAR ERREUR les billets sélectionné par l'utilisateur. C'est une rémanence de l'ancien système d'affichage, qui est d'ailleurs corrigé à l'heure où je te parle. C'était le seul point problématique, et tu t'y engoufres comme si tout le site était destiné à la violation du droit d'auteur.

      De plus, je maintiens : aucun billet (modulo le bug mentionné, qui est maintenant corrigé) n'est
      - ni indexé à mon profit par les moteurs de recherches (les moteurs ne s'enregistrent pas comme utilisateur et n'ont donc pas accès aux billets)
      - ni attribué à ouliblog, de quelque manière que ce soit (l'auteur et le site sont systématiquement mentionnés)
      - Les fils RSS ne sont PAS visible au public, et il s'agit pas d'une publication,.

      Je suis d'autant plus surpris par ta réaction que j'ai déjà discuté des problèmes de droits d'auteurs avec un avocat très remonté contre ouliblog, et qu'après avoir rajouté la restriction d'accès, il a reconnu sans problème qu'il n'y avait plus là de problème légal.

      J'ai l'impression que tu me cites une liste exhaustive de griefs accumulés contre je-ne-sais-qui, et que tu cherches à me l'appliquer coûte que coûte, alors que je t'assure qu'à aucun moment je n'ai cherché à transigé sur le droit d'auteur.

      Pour conclure:
      > Légalement tu es en tort sans aucun doute possible. Tu copies, publies et présente un contenu. Tu casses trois des monopoles accordés à l'auteur quand il créé quelque chose. Pire faisant une extraction systématique et automatique de tout ce qui sort du flux RSS, tu tombes aussi très probablement sur le droit spécifique aux bases de données.

      Là tu débloques. Le RSS est précisément fait pour une extraction systématique et automatique. Tu crois que c'est un format destiné à être affiché, comme le HTML ? Absolument pas. Non, le RSS est fait pour les outils d'extraction, c'est son unique but. D'ailleurs, son premier objectif était de pouvoir afficher sur son site le contenu d'un autre site. Je ne sais pas pourquoi tu tiens absolument à m'accuser à tort et à travers, mais c'est très peu pertinent.

      Pour être clair, il faut que tu comprennes bien que les billets dans ouliblog ne sont présentés qu'à ses utilisateurs privés, il ne s'agit pas d'une mise à disposition du public, et il ne s'agit pas d'une publication.

      Pour répondre au "pire en faisant une extraction systématique et automatique de tout ce qui sort du flux"... je préfère te fournir un extrait du code de la propriété intellectuelle:

      Art. L. 342-3. Lorsqu'une base de données est mise à la disposition du public par le titulaire des droits, celui-ci ne peut interdire :
      1° L'extraction ou la réutilisation d'une partie non substantielle, appréciée de façon qualitative ou quantitative, du contenu de la base, par la personne qui y a licitement accès ;
      2° L'extraction à des fins privées d'une partie qualitativement ou quantitativement substantielle du contenu d'une base de données non électronique sous réserve du respect des droits d'auteur ou des droits voisins sur les oeuvres ou éléments incorporés dans la base.
      (Modification issue du projet de loi relatif au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information voté par le Parlement le 30 juin 2006)

      Le RSS rentre exactement dans ce cas là: il met à disposition une partie non-substantielle (souvent une vingtaine d'articles) de la base de données du blog.

      Je pensais avoir tout vu, mais venir me dire que je pille une base de données parce que je vais récupérer un flux RSS qui est mis à disposition, je crois que ça bat tous les records. Je vais avoir du mal à m'en remettre :-)
      • [^] # Re: oui mais non

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        > D'abord, comme je l'ai dit plus haut,

        Désolé, ce commentaire a été écrit en même temps que celui auquel tu répondais plus haut. J'ai vu en quelques secondes une republication publique. Il était naturel pour moi de penser que c'était volontaire, rien n'était là pour me faire penser le contraire.


        > Le RSS rentre exactement dans ce cas là: il met à disposition une partie
        > non-substantielle (souvent une vingtaine d'articles) de la base de données du
        > blog.


        Quantitative *ou qualitative*, reprendre systématiquement les dernièrs textes c'est je pense facilement qualifiable de "substantiel" au niveau qualitatif sur un blog, encore plus si tu gardes les anciennes entrées dans ta base (mais là je suis dans la supposition, je l'avoue).

        > Je pensais avoir tout vu, mais venir me dire que je pille une base de données
        > parce que je vais récupérer un flux RSS qui est mis à disposition, je crois que
        > ça bat tous les records. Je vais avoir du mal à m'en remettre :-)

        Pour du concrêt, il y a quelques années dans les premiers temps de l'actu locale sur le net, il y a eu des procès parce que certains reprenaient systématiquement les nouvelles actus des autres [1]. Là aussi il s'agissait uniquement des dernières actus. Je crois de la même façon qu'un portail avait été inquité parce qu'il listait les dernières offres d'emploi d'un site tiers.

        D'ailleurs de mémoire (mais là c'est vraiment de la mémoire), le doc que tu liais à propos de liens fait justement la même distinction entre les liens faits manuellement et la reprise automatisée des nouveaux contenus.

        Je ne prend pas ça dans un chapeau. D'ailleurs on ne parle pas forcément de pillage. On en n'est pas là, on parle d'extraction ou réutilisation substancielle qualitativement (ou quantitativement).

        [1] de mémoire là il n'y avait pas eu condamnation mais parce qu'il y avait une réelle activité éditoriale derrière pour chercher et faire un nouvelle actu à partir de la source, pas uniquement recopier, mais dans ton cas c'est bien de la copie brute.
      • [^] # Re: oui mais non

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Là tu débloques. Le RSS est précisément fait pour une extraction systématique et automatique. Tu crois que c'est un format destiné à être affiché, comme le HTML ? Absolument pas. Non, le RSS est fait pour les outils d'extraction, c'est son unique but.


        Non, RSS a été inventé pour être tenu au courant de l'évolution d'un contenu. D'ailleurs, les premieres versions (0.91 par exemple) ne contenait pas de champs de contenu, mais un simple champs "description", contenant un bref résumé de ce qu'on trouvait au lien indiqué.

        Il n'y a que les formats récents, RSS 1.0 (en RDF) et Atom qui contiennent un champ "content". (RSS 2.0 n'en contient pas)
        • [^] # Re: oui mais non

          Posté par . Évalué à 2.

          Je parlais de l'extraction automatique du contenu du RSS, pas forcément du contenu du blog. Autrement dit, personne ne bookmarke un fil RSS, et personne ne va ouvrir un fil RSS à la main pour le lire, c'est toujours un robot qui s'en charge dans une procédure automatique, qu'il soit intégré à un site web, à un aggrégateur, ou à navigateur web.
  • # foolkiller

    Posté par . Évalué à 0.

    So many fools, so little time !

    oui je sais, je connais le chemin ------------------------->[]

    Allez tous vous faire spéculer.

  • # Enrobage

    Posté par . Évalué à 1.

    C'est bien là toute la problèmatique du RSS/Atom whatever, je m'explique :

    - L'idée est fantastique, finit de checker 50 sites par jours, suffit d'un lecteur (quelqu'il soit) pour avoir tout directement sous les yeux, avec gestion des news/billets/posts lu et non lu
    - C'est du temps réelle, l'information tombe au fil de la journée, c'est génial pour avoir des news de temps en temps rapidement, on ouvre, on regarde les nouveaux trucs (dans les sections importantes eventuellement) et on referme (réduit en barre d'icone, c'est ultra pratique.
    - On a juste l'information voulu, le billet/news/whatever, pas d'enrobage, pas de trucs tout autour, rapide à charger, rapide à regarder.
    - On a tous les titres sous les yeux, on peut approfondir ou non.

    En gros c'est un outil super pratique, sauf que, paradoxe de l'internet on se retrouve confronté au problèmes suivants :

    - On ne va plus sur le site en question, on affiche plus le site conventionnellement.
    - ça détraque les chiffres de stats, il faut revoir le principe de mesure de la popularité du site
    - ça n'affiche plus les publicités, malheur !
    - Il y a désolidarisation des news/info/whatever et nom du site.

    Et c'est la que l'on voit les sites dont le but n'est pas de donner de l'information mais d'enrober l'information de publicité, du coup les flux rss sont des versions résumé de la news, il faut quand même aller sur le site pour tout lire (et afficher la pub, cela va de soit).

    Ton problème est le même, ce qui les dérange, c'est que l'enrobant n'est plus leur site (avec ou sans publicité, avec ou sans notoriété) mais ton site.
    Et ça, ça gêne les sites qui n'ont pas pour objectif de seulement pousser de l'information. C'est triste, mais c'est comme ça...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.