Even Rouault a écrit 5 commentaires

  • [^] # Re: Pour plus de vulgarisation

    Posté par . En réponse à la dépêche Sortie de GDAL/OGR 1.6.0. Évalué à 10.

    Effectivement ma dépêche était un peu succinte pour rappeler les fondamentaux de GDAL/OGR.

    Il s'agit d'une bibliothèque dédiée principalement à la lecture, à l'écriture et à la conversion d'une multitude de formats de données géographiques et géospatiales, formats libres ou formats propriétaires. Au-delà du contenu des images elles-même, cela signifie la gestion du géoréférencement et des nombreux systèmes de projection et référencement. Au dernier recensement, GDAL/OGR - qui vient de fêter ses 10 ans d'existence - gère 129 formats de fichiers et bases de données... Ce logiciel est devenu au fil du temps une référence incontournable dans le monde des logiciels libres consacrés à la géomatique (comme QGIS, Grass GIS, UMN MapServer... pour ne citer que des logiciels qui, à l'instar de GDAL, se sont regroupés sous la banière de l'OSGeo : la fondation Géospatiale Open Source). GDA/OGR est également utilisé par des SIG (Systèmes d'Information Géographiques) du monde commercial de part sa licence MIT/X.

    Pour la partie exploitation des images raster, une de ses forces principales est de pouvoir lire des fichiers de taille arbitrairement grande (de dizaines, centaines de Go) pour les formats l'autorisant, sans exiger qu'ils soient entièrement chargés en mémoire vive (à la différence de GIMP par exemple). C'est rendu possible par l'exploitation du tuilage et des aperçus à différentes résolutions.

    GDAL/OGR est utilisable par des programmes écrits dans de nombreux langages : C, C++, Python, Perl, C#, Java... La bibliothèque est également accompagnée de nombreux outils et scripts Python permettant de lire, transformer, reprojeter, fusionner, tuiles les données géographiques.

    Peu visible, car relativement bas-niveau dans les logiciels SIG, cette bibliothèque n'en demeure pas moins un véritable couteau suisse du géomaticien.
  • [^] # Re: Ca sert à quoi GDAL ?

    Posté par . En réponse à la dépêche Sortie de GDAL/OGR 1.5.0. Évalué à 1.

    Une manière de répondre à ta question est d'aller voir la liste des logiciels utilisant GDAL : http://trac.osgeo.org/gdal/wiki/SoftwareUsingGdal

    Sinon, très succintement, on peut dire que GDAL offre un modèle unifié de représentation des données raster (réciproquement vecteur) permettant leur utilisation transparente par d'autres logiciels, sans avoir à se soucier des détails d'implémentations des formats lus ou écrits. GDAL est également fourni avec des utilitaires permettant de convertir d'un format vers un autre, de faire des reprojections, des fusions entre données, etc etc.

    La page principale de GDAL : http://www.gdal.org
  • [^] # Re: Gnome

    Posté par . En réponse au message Recherche documentation sur le codage objet mais en C pure. Évalué à 0.

    Il ne faut pas confondre la glibc ou libc6 - qui est la librairie d'interface entre des appels Posix (et d'autres) et le noyau Linux - avec la GLIB-2.0 qui est une couche offrant des services sur structures de données de base (liste chainée, table de hachage), et problématiques courantes (accès aux fichiers, threads, etc etc..) sert à Gnome, Gtk+ etc...
    GLIB-2.0 est elle ultra-portable sur quasiment tous les OS : windows, *nux, etc...

    L'API de référence :
    http://library.gnome.org/devel/glib/unstable/index.html
    http://library.gnome.org/devel/gobject/unstable/index.html
  • # GObject bien sûr!

    Posté par . En réponse au message Recherche documentation sur le codage objet mais en C pure. Évalué à 3.

    Le framework GObject (mis en oeuvre par le toolkit Gtk+ notamment et les applications Gnome) est vraiment l'idéal pour coder objet en C. Je l'utilise tous les jours !
    Ca ressemble assez fortement à ce qu'on peut faire en Java, en un peu plus verbeux forcément.
    Les mécanismes de notifications, propriétés sont également bien pratiques
  • # Re: Modem Bewan ASDL USB ST Tele2 et Linux

    Posté par . En réponse au journal Modem Bewan ASDL USB ST Tele2 et Linux. Évalué à 1.

    Voilà je vous fait part de mon expérience avec ce X!&~##! modemBewan ADSL USB, version Tele2...
    J'ai finalement réussit à le faire fonctionner avec mon LiveCD Knoppix 3.3, équipé d'un noyau 2.4.24, avec zero (ou presque) installation sur disque dur.
    J'ai d'abord réussi à compiler sans trop de problème la version 8.1 du driver Unicorn.
    Ensuite modprobe pppoatm --> OK
    insmod /la/ou/j'ai/compile/unicorn_usb_atm.o (le modprobe n'est pas possible --> ne pas oublier que mon filesystem est essentiellement Read-Only)
    Pas mal de warnings... bon, passons. Phase d'INITIALIZING, suivi de la phase CONNECTING et juste à l'établissement de la synchronisation, un beau Kernel Ooops.

    J'ai ensuite essayé la version 8.5 du driver et là la compil se passait plutôt mal. J'ai dû reprendre le makefile du répertoire unicorn_usb de la version 8.1 ainsi que le répertoire collect_tors. Compil OK mais résultats identiques à ceux de la version 8.1

    Finalement à la sortie de la version 8.7, en regardant le CHANGELOG, je m'aperçois qu'il y a eu un correctif pour les liaisons bas-débit qui réglait les problèmes de freeze du kernel : exactement mon cas puisque je suis connecté en 128Kbits. Un download du nouveau driver, une recompil (mêmes bidouilles que pour la version 8.5) , 1 modprobe pppoatm, 1 insmod unicorn_usb_atm.o et un pppd user monlogin@tele2.fr (après avoir recopier dans /etc/ppp les fichiers options, pap-secrets et chap-secrets donnés dans les divers tuto disponibles), ça marchait...

    Tout ça pour dire aux Knoppixiens et autres Debianistes que ça peut fonctionner. Mais si j'avais sû, j'aurais pris le modem Ethernet. En plus, quand je vois que le driver embarque des sources C++ dans le Kernel, ça me fait un peu peur... le résultat est que lorsqu'on fait un lsmod, le module unicorn_atm_usb est le champion dans la catégorie poids lourds : 633 Ko !!! Le driver me paraît être une transposition rapide et maladroite du driver ouinedoze