Journal Red Hat réécrit un logiciel sous GPLv2 de peur de violer des brevets Oracle

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa.
Tags : aucun
-1
7
mar.
2014

Ça se passe par ici http://lwn.net/Articles/589183/ Morceaux choisis :

Well for one, there are some patents that Oracle has on ksplice. Oracle is known as a patent aggressor AND isn't super fond of Redhat. It just about goes without saying that Oracle wouldn't be above suing Redhat for shipping their tech (ksplice).

Traduction très approximative : Oracle attaque ses concurrents à cause de brevet et veut tuer Red Hat (qui propose un Linux concurrent du sien).

This is one of those cases where the GPLv3's vastly superior patent clauses would have greatly aided Redhat here.

Traduction très approximative : La GPLv2 ne vaut rien face à une grosse société qui a beaucoup d'argent.

I'm pretty sure Oracle's end game is to end up owning Red Hat, shutting down JBoss (a major thorn in their side), and migrating RHEL to OEL.

Euh en fait, ça je n'ai pas compris. Red Hat est propriétaire de JBoss, Oracle voudrait couler le projet JBoss ?

  • # Bof

    Posté par . Évalué à 3.

    Cet article n'est pas forcément d'une bonne qualité Oracle vend aussi du GPLv2 écrit en grande partie par RedHat: Linux par exemple..

    Après Oracle est agressif judiciairement ça c'est sûr, mais bon il n'ont pas pour autant gagné face à Google (mais ce n'est pas fini)

  • # Bah oracle quoi...

    Posté par . Évalué à 10.

    Bah oracle étant des gros cons de patent trolls…

    Ce serait pas la premiere fois que Oracle fait tout pour couler des projets libres, parfois avec succès (OpenSolaris, et j'aurais tendance à dire OpenOffice vu que presque tout le monde passe à LibreOffice…)

  • # JBoss est plus qu'un projet

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    En fait, JBoss est le nom commercial d'une famille de projets mais il y a eu renommage du projet de base ( ie, le serveur d'application ) en Wildfly ( il y a eu séparation du nom pour réduire la confusion entre version communautaire et version entreprise, et ça a déjà fait couler beaucoup d'encre virtuel, je vais pas en rajouter ).

    Et c'est donc dans le cadre de wildfly/Jboss qu'on retrouve notamment des projets libres à coté ( parfois aussi nommé jboss ) qui sont en concurrence direct des produits d'Oracle, comme par exemple Jboss EAP qui va en frontal face à Oracle Weblogic. Sauf qu'un est libre, l'autre non.

    voir http://wildfly.org/ et https://www.jboss.org/projects

    On trouve des libs pour distribuer le contenu, pour mettre un systéme de messaging ( genre amqp, etc ), des trucs pour faire tourner du ruby sur jboss, pour manager des instances, etc, etc.

    J'ai pas les détails, je suis pas à fond dans java, loin de la, je me contente juste de suivre les discussions de mes collègues. Et je vois que je suis vachement perdu aujourd'hui :)

  • # JBoss, RedHat, Oracle etc...

    Posté par . Évalué à 4.

    Euh en fait, ça je n'ai pas compris. Red Hat est propriétaire de JBoss, Oracle voudrait couler le projet JBoss ?

    Bon, je suis ca de très loin, mais Oracle avait son propre serveur d'appli (OAS - une usine à gaz) qu'ils ont laissé tomber dernièrement au profit de WebLogic qu'ils ont racheté (et qu'ils ont transformé en usine à gaz). Donc oui, s'ils peuvent avoir un concurrent de moins je pense qu'ils ne vont pas se priver.

    Après, pour la guerre RedHat/Oracle, je n'ai pas trop compris la source de tout ca (même si c'est certainement ni plus ni moins qu'une histoire de marché à prendre). C'est quand même un peu fort de la part d'Oracle vu qu'OL est basé sur RedHat et qu'ils reprennent même les principes de licencing.

  • # Source?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 07/03/14 à 15:36.

    Tes morceaux choisis viennent de commentaires anonymes sur lwm (et non de la rédaction de lwm comme peut le laisser penser ta présentation, du moins j'avais compris ça au départ mais c'est peut-être que moi), et non de Red Hat.
    Mais à part de troll dans la même veine que les commentaires de LinuxFr, je ne vois rien.

    ai-je loupé un truc dans l' annonce de Red Hat sur kpatch?

    Moi j'aurai plutôt extrait ça comme commentaires :
    "Josh from the kpatch team here. (…) Ksplice is apparently no longer GPL. The last source code release was in July 2011 when Oracle acquired them, and I think the code was already out of date at that time."

    Bref, je vois plutôt une réaction à une fermeture de code (ksplice n'a jamais été très ami avec le libre en pratique, l'équipe de ksplice était faite pour s'entendre avec Oracle) qu'à une histoire de brevet, j'aimerai bien plus d'info sur ce uqe tu as qui parle de risque de brevets (les commentaires anonymes d'un certain "pizza" n'étant pas pour moi très parlant).

  • # Ce sont les morceaux choisis parmi les commentaires

    Posté par . Évalué à 10.

    A noter que ce sont les morceaux choisis parmi les commentaires sur LWN, il ne s'agit pas de l'explication or d'arguments donnés par Red Hat.

    La réponse de "Josh from the kpatch team" semble plus éclairante sur les motivations de Red Hat: "Ksplice is apparently no longer GPL. The last source code release was in July 2011 when Oracle acquired them, and I think the code was already out of date at that time."
    Il semblerait que ce ne soit pas une question de brevet (pour la remarque sur GPLv3) mais plutôt de l'âge du code de la dernière version GPL de Ksplice.

    La traduction "très approximative" est tellement approximative, que ce n'est plus une traduction ni même une interpretation. Il ne s'agit pas ici de la solidité de la GPLv2, mais du fait que GPLv2 ne protège pas des brevets de façon explicite (contrairement à GPLv3).

    Tom

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.