Journal Modérateur, prends garde!

Posté par  .
Étiquettes : aucune
0
24
août
2006
Libé revient ce matin sur cette histoire se déroulant à Saint Nazaire: le site actuchomage vient de se voir mis en examen, via son responsable, pour "provocation publique à la commission de délits". Les modérateurs du site ont en effet laissé passer (durant un week end) un message d'un employé(!) d'une ANPE nazairienne appelant à brûler des agences.

L'article rappelle également que ce n'est pas la première fois qu'une telle sévérité est appliquée à Saint Nazaire: un site de la CGT avait déjà eu quelques ennuis...

Le site actuchomage.org développe l'information de son point de vue.

L'article (format imprimable sans pub): http://www.liberation.fr/actualite/societe/200064.FR.php?mod(...)

le site actuchomage.org:
http://www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=N(...)
  • # On m'aurai menti ...

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    Il est vrai qu'avant cet été, où j'ai rencontré par hasard une personne concernée par cette affaire, je n'avais jamais entendu parlé de ces manifestations au sein des ANPE face à cette campagne de radiation.

    D'ailleurs, le fameux «radiateur» n'aurait pas été officiellement inquiété par sa hiérarchie, mais mis au placard avant de partir de lui même (démission) afin de sauver sa santé morale. Information toutefois à prendre avec des pincettes car je n'ai eu qu'une version ;-)

    Toujours est-il que c'est dingue comment certaines informations passent inaperçues. Car cette politique de radiation intensive est tout de même scandaleuse et mérite d'être dénoncée.

    D'ailleurs on est en est où des stats ? O:-)
    • [^] # Re: On m'aurai menti ...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      Ca fait des années que des gens sont radiés abusivement des assedics, de l'anpe, des caf.
      La plupart du temps on te répond : Erreur informatique.
      Encore la fautes aux logiciels propriétaires donc...
      • [^] # oui mais

        Posté par  . Évalué à 5.

        c'est arrivé a ma femme recement c'est assez vicieux :

        elle est convoqué pour son rendez vous mensuel avec une conseillere recoit 2 lettre espacé de 2 semaine pour confirmé tous cela.

        3 jours avant son rendez vous elle recois un appel telephonique comme quoi la conseillere est indisponible et que son rendez vous est annulé.

        connaissant l'informatique, je me dis qu'une case ne seras pas coché, je conseille a ma femme de se presenter avec sa convocation, de la faire signer et tamponner par ANPE.

        5 jours apres le rendez vous PAF, une lettre de radiation pour non presentation hihihi... tous est rentré dans l'ordre avec un recommandé a ANPE, ASSEDIC, DDTEFP avec une copie de la convocation signé tamponné.

        par contre c'etais un peu difficile de la faire signer et tamponner a l'ANPE a croire que les employés payent l'encre des stylos et des tampons.

        je pense que leur logiciel ne permet pas l'annulation de rendez vous
        • [^] # Re: oui mais

          Posté par  . Évalué à 7.

          Et le jour dut dit rendez-vous, la conseillère était-elle vraiment absente?...
          • [^] # Re: oui mais

            Posté par  . Évalué à 3.

            oui elle a été malade, ce qui est vicieux c'est leur logiciel pas l'employé qui ne peut pas annuler le rdv si elle n'est pas la.
  • # ce soir, on vous met

    Posté par  . Évalué à 3.

    \o\ ce soir, on vous met le feu /o/
    • [^] # Re: ce soir, on vous met

      Posté par  . Évalué à 0.

      \_o<
      §§§§§

      (un bon petit canard au feu de bois !!)

      Comment ça je suis pas doué pour dessiner des flammes ?:(
  • # C'est pire que ça.

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 7.

    Je cite l'article :

    Le 27 janvier, sous le pseudonyme de «Radiateur», un conseiller ANPE adressait au forum du site un message dénonçant les radiations des chômeurs et la gestion libérale des sans-emploi. Le message comportait ces lignes rageuses : «J’informe les énervés qui crament les ANPE qu’il en reste encore, donc suivez le guide», tout en fournissant l’adresse de l’agence de Saint-Nazaire où il travaillait.

    Je sais pas ce que vous en pensez, mais pour moi, ce message, c'est clairement de l'humour. On a peut être pas le même, mais je doute quoi qu'il en soit qu'un tel message incite qui que ce soit à cramer cette agence, dont l'adresse se trouve de toute façon dans les pages jaunes.
    Cette histoire n'est qu'un des multiples exemples d'une tendance actuelle qui est de coller un procès à tout syndicat ou tout employé qui ouvre un peu trop sa gueule, l'idée étant : si tu tombes sur un type qui a pas trop envie de se battre, vu ce que vont lui coûter ses frais d'avocat, tu es sûr qu'il se couche, et ça sert d'exemple.
    • [^] # Re: C'est pire que ça.

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

      Je pense qu'on peut mieux comprendre les motivations de Christophe qui l'ont poussé a ces comportements et propos violents (difficile de trouver d'autres solutions des fois) en lisant ces échanges sur le forum de chomactu :
      http://www.actuchomage.org/index.php?name=PNphpBB2&file=(...)

      Lisez bien jusqu'au bout, notament le message de superuser (un administrateur du site semble-t-il) que cite :
      Je retire l'expression santé mentale, certes péjorative dans ce contexte alors que Christophe "radiateur" a subi une garde-à-vue de 48 heures + une perquisition complète de son appartement, et que la mise en examen le concernant (accusation d'incitation à délit à l'époque des incendies d'ANPE) est un dossier complètement VIDE.
      Radiateur + Actuchomage = boucs émissaires.
      On ne va quand même pas sombrer dans la division alors qu'on est dans le même sac.

      [...]

      Christophe est un véritable "radiateur", dans le sens où son boulot à l'ANPE est d'étudier des piles de dossiers de radiations. A son niveau il fait de la résistance puisqu'il s'arrange pour en classer sans suite le plus possible, et j'imagine son écoeurement. Pendant l'été, les radiations de chômeurs en congé sont légion...

      Christophe est un militant sincère et engagé. Au téléphone, il est sympathique et ne ressemble pas à ce qu'il reflète quand il écrit.


      Je ne sais pas si c'était de l'humour, moi je pencherai pour du cynisme.
    • [^] # Re: C'est pire que ça.

      Posté par  . Évalué à 1.

      Pourtant une procédure aux prud'hommes pour un salarié est gratuite. Son avocat ne lui coute rien. Pour l'entreprise, l'avocat est payant.
      Parfois il vaut mieux que la société paie en conciliation une somme au salarié, même si celui-ci à tort, plutôt qu'aller au procès. Et certains ont la procédure facile et farfelue du coup. Y'a des abus partout.

      Comme disait mon prof de droit : "il vaut mieux un mauvais accord, qu'un bon procès".
      Elle est pas déprimante notre justice ?
      • [^] # Re: C'est pire que ça.

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

        ...les prudhommes... mais quel est le statut des salariés de l'ANPE ?

        Parce que si ce sont des contrats qui relèvent de la fonction publique... y'a pas de prudhommes - juste des commissions paritaires.

        Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

        • [^] # Re: C'est pire que ça.

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          ...les prudhommes... mais quel est le statut des salariés de l'ANPE ?


          Quelques informations sur le site ActuChomage, justement : http://www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=P(...)

          Pour résumer : l'ANPE est un établissement public administratif. Ses salariés sont des agents de l'État, mais ne bénéficient pas du statut de la fonction publique. Ils sont 23.000 agents (octobre 2004) et n'ont pas la sécurité de l'emploi.

          Sinon, pour les litiges concernant un licenciement, par exemple, l'article ne précise pas si l'agent peut saisir le conseil de prud'hommes (comme pour les salariés du privé) ou si le cas est traité en commission paritaire (comme pour les fonctionnaires).
  • # Ceci n'est pas un appel au cream.

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

    L'A.N.P.E brulée par les radiations ?


    On aura tout vu ! =======> [_]
  • # C'est quoi ce délire ?

    Posté par  . Évalué à 5.

    Depuis quand un site est responsable de ce que ses membres postent ? Depuis que les lois sur le flicage d'Internet sont passées, on nous rabache que cela n'arrivera plus, et c'est bien précisé sur tous les sites (y compris en bas de cette page depuis laquelle je poste) :
    Vous êtes responsable de vos écrits sur ce site et à ce titre responsable devant les lois applicables, notamment celles concernant la diffamation, la discrimination et le droit de citation. Veuillez donc, entre autres, éviter les propos diffamants et les recopies intégrales d'articles.

    Alors en plus dans ce cas, le site ET le posteur se trouvent accusés ? Pour le posteur, je veux bien, même si son message n'est pas si "terrible" que ça, comme disent d'autres plus haut.
    • [^] # Re: C'est quoi ce délire ?

      Posté par  . Évalué à 3.

      Il me semble qu'en tant que diffuseur tu es légalement responsable de ce qui est publié: l'avertissement sus-cité ne dégage en rien la responsabilité de l'hébergeur.

      Cela n'est pas non plus spécifique à Internet mais s'applique à la presse papier également par exemple: un journaliste et le responsable d'un journal sont souvent co-accusés dans un procès en diffamation.
      • [^] # Re: C'est quoi ce délire ?

        Posté par  . Évalué à 2.

        non c'est comme si un buraliste était accusé des contenus délectueux de ses journaux. Cela n'ai absolument pas comparrable.

        Un éditeur/redac chef lit et choisit les textes de ses canards, c'est très différents d'un forum !

        "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: C'est quoi ce délire ?

      Posté par  . Évalué à 3.

      depuis la LcEN

      si un message sur un site est "manifestement illicite" l'hebergeur DOIT prendre les mesures qui s'imposent.

      hors l'hebergeur (je parle même pas du responsable du site) n'est qu'un intermedaire technique qui ne PEUT PAS lire tout se qui se passe sur les x-milles sites qu'il heberge. (et ce n'est pas son boulot de dire si c'est "manifestement" illicite, c'est le boulot du juge ca)

      voir affaire metrobus/ouvaton/anti-pub
      http://metrobus.ouvaton.coop/

      malgré ca, un jugement récent a propos de posts diffamatoire et "apologie de crime ou delit par ecrit" relaxe completement l'hebergeur (et l'editeur du site) pour ne condamner que les auteurs des posts.
      Il s'agit d'un portail agricole sur lequel il y avait eu des reactions apres le meurtre dans l'exercice de leurs fonctions de 2 inspecteurs du travail.
      C'etait en (tres (tres)) gros "un bon inspecteur est un inspecteur mort"
      • [^] # Re: C'est quoi ce délire ?

        Posté par  . Évalué à 1.

        Il s'agit d'un portail agricole...

        Si j'ai bien compris, l'application de la loi dépend de celui à qui on l'applique... et AMHA, les organisations ont plus d'électeurs de poids qu'une organisation de chômeurs..
        • [^] # Re: C'est quoi ce délire ?

          Posté par  . Évalué à 2.

          "l'application de la loi dépend de celui à qui on l'applique..."

          Pour l'instant, actuchomage est mis en examen, tout comme le portail agricole l'a été avant sa relaxe. Jusqu'ici, il n'y a pas de différence de traitement.

          Par contre, si actuchomage est condamné, on pourra parler de "deux poids, deux mesures".

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.