Journal La licence GPL revue et corrigée en 2005 ?

Posté par  (site Web personnel) .
Étiquettes : aucune
0
24
nov.
2004
"Depuis 1991, la licence la plus utilisée au monde par les projets de logiciel libre n'a pas bougé d'un iota. L'environnement juridique international, en revanche, a considérablement évolué. La GPL version 3 serait en préparation."

Au programme des principales thématiques qui seront abordées dans cette nouvelle mouture : propriété intellectuelle, politique de licence et brevets.

Une affaire à suivre ...

L'article complet : http://solutions.journaldunet.com/0411/041124_gpl3.shtml(...)
  • # euh...

    Posté par  . Évalué à 3.


    "Si la GPL se veut internationale, elle n'a cependant pas tenu compte de tous les cas de figure. Par exemple : les règles de cession, où un contributeur apporte des lignes de code à un projet. Un jour, ce contributeur peut très bien revendiquer la paternité de ces lignes et prouver qu'il n'a rien cédé. Jusqu'à présent, tous les membres de la communauté sont de bonne volonté, ce sont des gens qui ont la même philosophie, jusqu'au jour où quelqu'un pourrait tirer son épingle du jeu", commente Paul Van den Bulck, avocat chez Ulys.


    De quoi, il parles ?

    Si tu fournis du code pour un projet GPL, tu le mets implicitement sous GPL...

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: euh...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

      Moi j'ai aussi retenu ça :

      Autre préoccupation : le principe dit de 'contamination' de la licence GPL. "Le fait que cette contamination s'applique à un logiciel tiers qui ne ferait pas partie du projet GPL, que des lignes GPL rentrent dans un logiciel tiers et le transforment en GPL est une aberration juridique", précise Paul Van den Bulck.

      Humpf! Si les licences sont incompatibles déjà, les deux codes ne peuvent pas "coucher" ensemble. Ensuite, ben le code sous GPL reste sous GPL et le code sous l'autre licence reste sous l'autre licence. Le travail dérivée de la partie sous GPL sera obligatoirement sous GPL par contre. De nombreux projets libres ont du code sous GPL et sous une autre licence et ça ne pose pas de problèmes.

      J'ai pas l'impression que cet avocat soit si spécialiste que ça en gros, et avec la jolie pub MS au milieu...
    • [^] # Re: euh...

      Posté par  . Évalué à 1.

      Si tu fournis du code pour un projet GPL, tu le mets implicitement sous GPL...
      Oui certes, mais le problême n'est pas là.
      Le problème est de savoir à qui appartient le code, qui a le copyleft.
      Est-ce qu'il devient la propriété du maintenaur du projet ou est-ce qu'il reste la tienne.
      La difference est enorme, car seul le possesseur de ce code peut en changer la licence.
      Donc, si tout a été cédé au mainteneur, il peut changer la licence de son produit n'importe quand, même si il est le seul a être d'accord, même si le code était GPL.
      • [^] # Re: euh...

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

        Dans ce cas c'est moins un problème de licence que de droit d'auteur.
        Tu es titulaire de tes droits tant que tu ne les cèdes pas. À toi de mettre éventuellement une notice du genre "copyright 2004 charles bronson" mais ce problème ne dépend pas de la licence choisie.
      • [^] # Re: euh...

        Posté par  . Évalué à 2.

        La "règle" de la FAQ de la FSF est que l'on considère que un copyright repose sur un minimum de 10 lignes de code.

        Donc, tu envois un patch de plus de 10 lignes tu gardes toujours le copyright dessus. Si tu envois un patch plus petit, il est de fait donner à l'auteur.

        "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: euh...

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Il faut bien voir qu'il ne parle pas de licence mais de détendeur du copyright : tu peux à tout moment changer la licence d'un morceau de ton code (et le virer s'il n'est plus compatible avec la licence du projet auquel tu contribues).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.