• # doublon ?

    Posté par  . Évalué à 3.

    Peu après avoir posté je me suis souvenu d'un contenu similaire,mais je ne saurais dire si c'était ici et je ne l'ai pas retrouvé via la recherche (mais je suis peut-être un peu pataud). Mes excuses si c'est le cas, et alors n'hésitez pas à supprimer le lien.

    Dans tous les cas le titre de l'article est assez trompeur, comme souvent il faut lire le corps pour avoir une vision plus complète.

    • [^] # Re: doublon ?

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

      Tu as pitet lu l'article correspondant sur Numerama ?

      • [^] # Re: doublon ?

        Posté par  . Évalué à 2.

        Ou peut-être sur un réseau social justement, car j'ai des contacts aux USA. Tant mieux si ça peut lancer des échanges constructifs ici, en gardant à l'esprit qu'il s'agit d'un cas plus complexe que le titre ne le laisse penser (ce qui n'enlève sans doute rien au problème de fond par ailleurs).

  • # On y est !

    Posté par  . Évalué à 8.

    Je le dis depuis des années : toute cette collecte de données, si on est un peu optimiste, ce n'est peut-être pas un si gros problème… jusqu'au jour où les états qui hébergent ces grosses boites deviennent malicieux. Ou que l'entreprise elle-même le devient (encore plus). Ce n'est pas seulement théorique, la preuve ici !

    Le moins on sème, le mieux. D'autant que les états malicieux n'auront pas seulement accès aux données à l'instant T, mais aussi à tout le passé. Incluant peut-être des sujets non problématiques aujourd'hui et qui le deviendront dans le futur et on ne le sait pas encore.

    Et donc, le chiffrement de bout en bout avec des applications clientes libres qu'on peut auditer pour communiquer, c'est indispensable pour se protéger. Peut-être que cet exemple concret peut servir à expliquer ça aux gens qui sont moins branchés / sensibles sur ce genre de sujet.

    Facebook ici est peut-être forcé à respecter la loi… mais ne pourrait pas fournir grand-chose si les conversations étaient chiffrées de bout en bout. Ils en ont conscience, dans l'article :

    Une semaine après le revirement de la Cour Suprême, Mark Zuckerberg, le patron de Meta (la maison mère de Facebook) assurait à ses salariés que des efforts seraient réalisés pour crypter les données des utilisateurs et ainsi "protéger les personnes" qui chercheraient à avorter, rappelle Forbes

    Mais déjà, "des efforts seront réalisés", ce n'est pas un gros engagement. Ensuite, les employés Facebook inquiets pour leurs utilisateurs feraient mieux de se barrer et d'arrêter de participer à ça, ils / elles n'auront aucun mal à trouver du boulot. Ça fait partie du business model de Facebook d'avoir accès aux données des utilisateurs (des "utilisés", d'aucuns diront) et de les exploiter, je ne vois pas comment ça peut marcher cette histoire…

    • [^] # Re: On y est !

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 0.

      Ça fait partie du business model de Facebook d'avoir accès aux données des utilisateurs (des "utilisés", d'aucuns diront) et de les exploiter, je ne vois pas comment ça peut marcher cette histoire…

      Ça marcherait du fait que les conversations privées ne sont pas ce qu'il y a de plus rentable (si c'est rentable, cf WhatsApp compliqué à rentabiliser), le business de Facebook est plutôt sur ce que les gens mettent en public (ou public restreint).

      Donc c'est faisable mais quand même plus compliqué (WhatsApp est chiffré de bout en bout et n'aurait pas été utilisé, quelle idée d'avoir utilisé Facebook messenger…) car Facebook Messenger est disponible aussi en ligne (interface web).

      Et donc, le chiffrement de bout en bout avec des applications clientes libres qu'on peut auditer pour communiquer, c'est indispensable pour se protéger.

      En effet, la promesse de WhatsApp de chiffrer ne tient qu'à une MAJ qui chiffre tout "sauf", le problème est que pour le moment personne n'a encore trouvé la formule magique pour faire du libre et utilisable par tout le monde (Matrix etc… Ca reste chacun avec sa petite masse d'utilisateurs, et il faudrait voir aussi ce qui est fait pour être sûr que ce qui est fourni est le code compilé sans modification), en parti du fait que les libristes se dispersent (il y avait bien XMPP à un moment pour tenter de fédérer, mais grosse catastrophe et pas foule ne l'utilise, du moins en version ouverte), les libristes ont aussi une part de responsabilité dans l'état du domaine face au non libre…

      • [^] # Re: On y est !

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

        https://delta.chat/fr/ est là pour ça. Après comment motiver les gens normaux à utiliser une solution sans moyens marketing ?

        Le post ci-dessus est une grosse connerie, ne le lisez pas sérieusement.

        • [^] # Re: On y est !

          Posté par  (site web personnel) . Évalué à -4. Dernière modification le 11 août 2022 à 09:32.

          https://delta.chat/fr/ est là pour ça.

          Et, et pas Matrix? Et pas (mettre ici un nom au pif, il y en a plein)?
          Décidez-vous… C'est bien tout le sujet que chaque libriste donne une réponse différente à la question, que tu as manqué.

          Après comment motiver les gens normaux à utiliser une solution sans moyens marketing ?

          Justement, c'est bien le sujet, aussi, déjà en technique ça merde mais même sans technique qui merde il reste de gros problèmes à résoudre. Merci d'être passé sans voir le sujet, le fait d'avoir plein de gens qui ne sont pas d'accord pour un format commun (et pas qu'en messagerie instantanée, on a toujours le délire rpm vs deb et LSB rejeté par exemple) répondent à côté est aussi un exemple de problème que doit résoudre la communauté du libre.

          C'est juste triste, passons…

          • [^] # Re: On y est !

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 5.

            Justement je n'ai pas mis Deltachat au pif:

            • c'est le seul qui joue le jeu de l’interopérabilité en réutilisant la solution de messagerie la plus utilisée au monde : les emails ;
            • il fonctionne bien et techniquement c'est plutôt élégant.

            Bref il réponds à tes critères :-)

            Le post ci-dessus est une grosse connerie, ne le lisez pas sérieusement.

            • [^] # Re: On y est !

              Posté par  (site web personnel) . Évalué à -6. Dernière modification le 11 août 2022 à 09:57.

              C'est fou ça, on m'invente des critères… Mon unique critère est qu'il soit accepté (allez, on va dire 90% mini avec quelques râleurs impossibles à contenter) par la communauté du libre.
              Ce n'est pas le cas (XMPP rulez, Matrix rulez, etc) donc même avant de parler de marketing (en se posant en victime de la concurrence plutôt que d'accepter ne pas avoir trouvé de méthode pour convaincre) le plus gros problème est l'éparpillement, et ça n'a rien de nouveau.

              Ta réponse répond à AUCUN de mes (mon) critères. Et ce n'est pas mon critère, c'est en pratique un constat de problème que de s'éparpiller comme d'habitude et ainsi perdre des ressources.

              Mais bon, moinsez plutôt que d'accepter la réalité, tapez à côté dans les réponse (ce qui montre au passage qu'on a rien à dire sur le sujet même, oups)… Un classique aussi.

              J'arrête la les frais, je sais bien que les gens ne changeront pas leur comportement juste parce que je fais remarquer le soucis. Et le monde continuera comme ces mêmes personnes disent ne pas vouloir avoir tout en faisant tout en pratique pour que ça reste comme ça et se plaindront du résultat auquel ils participent (et pas que sur ce sujet).

              • [^] # Re: On y est !

                Posté par  (site web personnel) . Évalué à 8.

                Au lieu de râler, tu devrais tester : DeltaChat utilise les emails et les emails sont acceptés par la communauté libre.

                Le post ci-dessus est une grosse connerie, ne le lisez pas sérieusement.

          • [^] # Re: On y est !

            Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 5.

            Décidez-vous… C'est bien tout le sujet que chaque libriste donne une réponse différente à la question, que tu as manqué.

            Non non, c'est toi qui poses une question différente et qui arrive toujours à la même conclusion :

            personne n'a encore trouvé la formule magique pour faire du libre et utilisable par tout le monde

            La formule magique, ce ne serait pas dix devs à plein temps pendant deux ans ? Le plus gros client XMPP Android est développé par un seul mec. On lui donne un peu plus de 300€ par mois pour son travail. Avant d'enjoindre les "libristes" à désactiver tous leurs comptes de messagerie sauf un, il faudrait déjà qu'un service (libre et décentralisé donc) ait la capacité de répondre aux besoins essentiels du plus grand nombre. À ma connaissance, à l'heure actuelle, aucun ne fait ça, et je ne crois pas que ce soit la faute de leurs utilisateurs, comme tu sembles le répéter régulièrement.

          • [^] # Re: On y est !

            Posté par  (Mastodon) . Évalué à 9.

            Décidez-vous… C'est bien tout le sujet que chaque libriste donne une réponse différente à la question, que tu as manqué.

            YAKAFOKON

            Tu peux dire la même chose aux gens utilisant des solutions propriétaires.

            Au final ça ne fait pas avancer le schmilblick.

            Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

        • [^] # Re: On y est !

          Posté par  . Évalué à 5.

          Au passage, il est également dispo sous f-droid pour les gens chelous comme moi qui n'ont pas d'accès aux app store usuels présents sur smartphone.

        • [^] # Re: On y est !

          Posté par  . Évalué à 1.

          On peut également citer Olvid mais bizarrement, ça ne prend pas en France.
          J'en ai parlé à ma direction Cyber qui prône l'usage de Signal.

          Il y a pléthore de solutions mais difficile d'en trouver une seule qui fasse l'unanimité. Et c'st là que DeltaChat est très bon: tout le monde ou presque utilise au quotidien du mel. Donc, ça devrait fédérer du monde. Ce n'est malheureusement pas le cas non plus.

          Finalement, la seule solution qui s'impose c'est de fuir les réseaux sociaux et de prendre le risque de se retrouver isoler (j'ai pris ce pli, pour le moment, sans regret).

          • [^] # Re: On y est !

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 3.

            Olvid n'a pas de version desktop, ça ne donne pas envie.

            Le post ci-dessus est une grosse connerie, ne le lisez pas sérieusement.

            • [^] # Re: On y est !

              Posté par  . Évalué à 1.

              Il est vrai; cela étant, leur solution me semble bien plus sûre que DeltaChat (que j'apprécie vraiment).

            • [^] # Re: On y est !

              Posté par  (Mastodon) . Évalué à 3.

              À priori ils disent que leur app fonctionne même dans un émulateur android et il y a une version web donc j'imagine que c'est utilisable sur un laptop sans téléphone moyennant l'acceptation d'utiliser une vm ou un emu android en local.

              Par contre je ne vois pas mention de support des groupes ni de mention d'appels videos (Deltachat supporte à minima les appels video via une instance jitsi que tu choisis), il faut la version payant pour avoir le support des appels audios. Tout ça peut freiner fortement les possibilités d'adoptions.

              Je ne suis pas non plus sûr que ce soit une bonne idée d'authoriser l'éditions de messages dans une messagerie instantanée.

              Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

              • [^] # Re: On y est !

                Posté par  . Évalué à 1.

                Olvid permet de communiquer avec des groupes. Pour le reste, je n'ai pas d'expérience, utilisant la version totalement gratuite.

                J'ai également été séduit par leur démarche de transparence concernant les algos, le code source et la démarche de labélisation.

                Et enfin, le petit côté "fabriqué en France" n'enlève rien à la superbe de l'outil (qui par ailleurs est très esthétique).

      • [^] # Re: On y est !

        Posté par  (Mastodon) . Évalué à 10.

        le problème est que pour le moment personne n'a encore trouvé la formule magique pour faire du~~ libre et~~ utilisable par tout le monde (Matrix etc… Ca reste chacun avec sa petite masse d'utilisateurs, et il faudrait voir aussi ce qui est fait pour être sûr que ce qui est fourni est le code compilé sans modification), en parti du fait que les libristes se dispersent

        Corrigé pour toi parce que dans le proprio, c'est pas mieux. C.F. justement Meta qui a des utilisateurs utilisant whatsapp, d'autres facebook messenger et d'autres la messagerie privée d'instagram voire une combinaison de 2 à 3 de ces produits.

        Et au fait Oui-Oui, quelqu'un t'a expliqué que Les libristes, ce n'est pas une entité unique avec un board, un CEO et un CTO?

        Jami: beabb2b063da0a2f0a2acaddcd9cc1421245d5de

      • [^] # Re: On y est !

        Posté par  . Évalué à 3.

        faire du libre et utilisable par tout le monde (Matrix etc… Ca reste chacun avec sa petite masse d'utilisateurs, et il faudrait voir aussi ce qui est fait pour être sûr que ce qui est fourni est le code compilé sans modification)

        J'ai tendance à préférer Matrix, mais Signal décolle quand même bien chez les gens qui ne sont pas spécialement versés en informatique, non ?

        Perso j'ai les deux du coup, on n'est pas obligés de se limiter à une solution non plus.

        Et bien sûr qu'il y a du travail et du progrès à faire, sinon je n'écrirais pas ce que j'ai écrit.

      • [^] # Re: On y est !

        Posté par  . Évalué à 1. Dernière modification le 11 août 2022 à 15:00.

        quelle idée d'avoir utilisé Facebook Messenger

        Certes, au moins Whatsapp est chiffré de bout en bout… sauf que pas vraiment, au final. En effet, par défaut, les conversations sont sauvegardées depuis le device sur un Google Drive. Ce sont donc des conversations en clair qui sont sauvegardées, peut-être chiffrées avec une clé propre à Facebook pour qu'elles ne soient pas accessibles à Google (je ne sais pas), mais en tous cas, elles deviennent de ce fait accessibles à Facebook. Il y a (ou va y avoir ?) la possibilité de chiffrer la sauvegarde avec une clé propre à l'utilisateur mais ce n'est pas par défaut.

        Dites-moi si je me trompe.

        • [^] # Re: On y est !

          Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 2. Dernière modification le 11 août 2022 à 15:49.

          Dites-moi si je me trompe.

          Je n'avais pas cette compréhension : au premier lancement, l'appli WhatsApp te demande si tu veux créer une synchronisation de tes conversations sur ton Google Drive, et tu peux tout à fait répondre "non" et continuer à utiliser l'appli. En voyant ça, je me dis que non seulement ce n'est pas "par défaut", mais qu'en plus, tes messages ne vont que de ton téléphone vers ton Drive, donc Meta ne devrait pas y avoir accès (et Google non plus si ce sont des données chiffrées). Après, pour en être sûr et certain, il faudrait que l'appli WhatsApp soit libre, n'est-ce pas ?

          (et WhatsApp échange déjà des données avec Facebook mais c'est une autre affaire)

          • [^] # Re: On y est !

            Posté par  . Évalué à 3.

            au premier lancement, l'appli WhatsApp te demande si tu veux créer une synchronisation de tes conversations sur ton Google Drive

            Au temps pour moi, je ne me souvenais pas de ce choix offert au premier lancement.

            (et Google non plus si ce sont des données chiffrées).

            Là, il me semble que par défaut les sauvegardes ne sont pas chiffrées car je suis presque sûr d'avoir été moi-même faire ce paramétrage quand la fonctionnalité est apparue (assez récemment, d'ailleurs). Donc Google a (ou du moins avait) accès à ces données par défaut. Et comme c'est un espace de stockage non décompté de ton Drive, cela signifie qu'il est "payé", d'une façon ou d'une autre par Meta à Google ; rien n'interdit de penser que Meta a une forte ristourne si Google lui refile ces données.

            Quoiqu'il en soit, Google étant soumis aux mêmes réquisitions judiciaires de Meta, ça ne change rien : de nombreux utilisateurs se croyant protégés par le slogan "chiffré de bout en bout" sont au final vulnérables.

    • [^] # Re: On y est !

      Posté par  (site web personnel, Mastodon) . Évalué à 2.

      Ça fait partie du business model de Facebook d'avoir accès aux données des utilisateurs (des "utilisés", d'aucuns diront) et de les exploiter, je ne vois pas comment ça peut marcher cette histoire…

      Ah ben tu vois, y'a ça qui vient de tomber : Facebook commence à tester le chiffrement bout-à-bout par défaut dans Messenger.

      This makes it much harder (though not impossible) for third parties like hackers or law enforcement to snoop on digital conversations. In recent years, Facebook parent Meta has been slowly adding more layers of encryption to its various chat platforms, but these efforts have not yet been unified. (…) Facebook has been criticized for not making E2EE default on Messenger, especially in the wake of the reversal of Roe v. Wade in the United States, where digital footprints like app chats will be used as evidence in prosecuting newly criminalized abortions.

      • [^] # Re: On y est !

        Posté par  . Évalué à 5.

        Facebook commence à tester le chiffrement bout-à-bout par défaut dans Messenger.

        La vraie question est: «qui distribue/génère les clés de chiffrement?» Si c'est Facebook, je serais pas nécessairement plus rassuré…

  • # Contexte, quand même

    Posté par  . Évalué à 6.

    De manière complètement indépendante des problèmes liés à la communication des messages privés à la justice, l'article indique quand même qu'il s'agit d'un avortement clandestin à plus de 23 semaines de grossesse (donc à peu près 6 mois), un stade où la survie des grands prématurés est possible. J'imagine que c'est passible de poursuites dans la plupart des pays, donc il faut faire gaffe à réaliser que ce dont on parle ici n'a pas grand chose à voir avec l'agitation médiatique récente sur l'IVG aux US.

    • [^] # Re: Contexte, quand même

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 5.

      un stade où la survie des grands prématurés est possible

      Survie c'est bien le mot. Les handicaps peuvent être très lourds :(

      Le post ci-dessus est une grosse connerie, ne le lisez pas sérieusement.

      • [^] # Re: Contexte, quand même

        Posté par  . Évalué à 3.

        L'article parle de 23 à 27 semaines, mais aux US on ne compte pas les semaines de la même manière, et je n'ai pas envie de jouer aux devinettes pour savoir si le ou la journaliste a fait la conversion ou pas.

        De toutes manières, mon argument n'est pas terrible : ce n'est pas parce que la survie du foetus est possible à partir de x semaines que l'IVG devient moralement indéfendable à cette date. 1) les risques pour le foetus sont très élevés (survie et séquelles), 2) c'est très couteux pour la société (des mois d'hospitalisation en service spécialisé, impossible que ça devienne une manière normale de naitre), 3) aucun médecin n'accepterait de provoquer un accouchement prématuré sans raison médicale, 4) ça relancerait les problèmes éthiques autour de l'IMG pour cause de maladie grave après la date légale de l'IVG.

        Tout en admettant ça, il me semble quand même que le problème de l'IVG devient différent quand le foetus est potentiellement viable.

    • [^] # Re: Contexte, quand même

      Posté par  (site web personnel) . Évalué à 2.

      il faut faire gaffe à réaliser que ce dont on parle ici n'a pas grand chose à voir avec l'agitation médiatique récente sur l'IVG aux US.

      En dehors du fait que l'illégalité aurait été la même avant les actualités, ben si ça a à voir : ce qui s'est passé avec Facebook n'a aucune limite sur l'âge du foetus, ici c'était 23 semaines donc illégal aussi en France par exemple mais ça aurait pu être 3 semaines sans que ça ne change rien techniquement.

      Ce qui faut surtout garder en tête est qu'il y a un sujet qui est l'illégalité (Facebook a obeï à une injonction judiciaire), et que si on veut protéger ce cas on protège aussi les pédophiles (point Godwin adapté), donc leur phrase "des efforts seraient réalisés pour crypter les données des utilisateurs et ainsi protéger les personnes qui chercheraient à avorter" est des efforts pour protéger les personnes qui chercheraient à violer des enfants; pas que ce soit mal, juste qu'il n'est pas si facile de protéger car trop de protection enlève d'autres protections et que le sujet est la protection de la vie privée contre la poursuite de l'illégal, pas "l'illégal que je voudrai légal mais pour l'illégal que je veux garder illégal il faut tous les moyens contre eux" complètement subjectif.

      Bref : le sujet ici n'est pas l'avortement à 23 semaines mais les limites de ce que la justice peut faire quelque soit le sujet (qu'il plaise ou pas). Genre dans les dernières actus Trump qui dit "si tu n'as rien à cacher pas besoin du 2ème amendement… Sauf si c'est moi qui est poursuivi".

      • [^] # Re: Contexte, quand même

        Posté par  . Évalué à 6.

        ça aurait pu être 3 semaines sans que ça ne change rien techniquement.

        Je ne suis pas sûr de savoir ce que tu veux dire par "techniquement". D'après l'article, le délai pour IVG dans le Nebraska est de 20 semaines (donc plus qu'en France, même), et ce délai n'a pas changé. Bref, tout ça aurait pu se passer il y a un an et n'aurait même pas été mentionné dans le journal local; c'est bien parce qu'il y a eu toute cette agitation autour de Roe vs Wade que ça devient un sujet majeur. Bien sûr, le même problème pourrait arriver avec un avortement à 3 semaines, sauf que ça n'est pas le cas (et "techniquement", une IVG à 3 semaines ne nécessite pas d'enterrer le fœtus dans le jardin; il me semble assez possible que cette preuve matérielle a pu influencer la décision du juge d'autoriser la requête à Facebook).

        "l'illégal que je voudrai légal mais pour l'illégal que je veux garder illégal il faut tous les moyens contre eux" complètement subjectif.

        Je suis assez d'accord, c'est très compliqué. C'est normal que tout le monde (particuliers et entreprises) doive fournir des données à la justice dans le cadre d'une enquête—c'est comme ça qu'on prouve la culpabilité ou l'innocence des gens. C'est aussi bizarre de défendre le point de vue selon lequel c'est à une entreprise de décider quelles données sont communicables ou non en fonction de critères moraux subjectifs. En fait, ce que ce problème illustre, c'est plus les dysfonctionnements profonds de la démocratie US que des problèmes techniques de communication des données. Si, d'une manière ou une autre, un mouvement réactionnaire ou populiste vient au pouvoir légalement, il va mettre en place des lois réactionnaires ou populistes qu'il va bien falloir faire respecter.

        • [^] # Re: Contexte, quand même

          Posté par  . Évalué à 8.

          En fait, ce que ce problème illustre, c'est plus les dysfonctionnements profonds de la démocratie US que des problèmes techniques de communication des données

          Il ne s'agit pas de problèmes techniques.

          Aucune contrainte technique n'impose à un réseau social ou à un moteur de recherche de pister le moindre de tes faits et gestes en ligne, ni de se livrer, à l'échelle globale, à une moisson de données comportementales qui constitue le cœur de son activité industrielle et commerciale. C'est un choix stratégique, c'est le modèle économique de ces industries, et il en a fait les premières capitalisations boursières mondiales. Parler de « problèmes techniques », c'est reprendre leur publicité.

      • [^] # Re: Contexte, quand même

        Posté par  (site web personnel) . Évalué à 10.

        Si tu veux ton point Godwin, il faut que ce soit des pédophiles nazis.

        Le post ci-dessus est une grosse connerie, ne le lisez pas sérieusement.

        • [^] # Re: Contexte, quand même

          Posté par  . Évalué à 4.

          Sans vouloir être pédant, je crois que le point Godwin, strico senso, nécessite une référence à Hitler (ou au régime Hitlérien). Un pédophile néo-nazi vaut peut-être un demi-point Godwin?

    • [^] # Re: Contexte, quand même

      Posté par  . Évalué à 4.

      l'agitation médiatique récente sur l'IVG aux US

      Ouf… Quand même, qualifier de simple « agitation médiatique » les réactions de milliers de femmes (et d'hommes) face à une décision qui, avec un agenda politique radical, modifie le droit de manière profonde et lourde de conséquences, faut oser.

      • [^] # Re: Contexte, quand même

        Posté par  . Évalué à 1.

        Je n'ai pas écris "simple agitation médiatique", j'ai écris "agitation médiatique", c'est toi qui rajoutes "simple". Je n'ai aucune raison de présupposer que les médias s'agitent sans raison.

        • [^] # Re: Contexte, quand même

          Posté par  . Évalué à 3.

          c'est toi qui rajoutes "simple".

          Oui : en prenant soin de l'extraire des guillemets pour que ce soit clair.

          Je n'ai aucune raison de présupposer que les médias s'agitent sans raison.

          Tu choisis pourtant, comme plus haut d'ailleurs, de parler de l'« agitation » plutôt que de la raison, comme si la connotation du terme était neutre.

          • [^] # Re: Contexte, quand même

            Posté par  (site web personnel) . Évalué à 0. Dernière modification le 11 août 2022 à 16:05.

            Quitte à me répéter, on s'en fout en fait de la raison qui a amené à la demande de la justice, "agitation" ou pas, et en réalité il est même démonstratif que l'idée est de déclencher de l'émotionnel pour faire "pleurer dans les chaumières" et déclencher une sentiment "c'est horrible" sans avoir à réfléchir sur le vrai sujet.
            Ici, on veut faire déclencher du sentimental après des événements récents qui pourtant n'ont rien à voir avec le sujet.

            Le titre devrait être : "Aux USA, Facebook transmet à la justice les messages que cette dernière demande car elle suspecte un acte illégal" et on devrait débattre si c'est bien ou pas sans discuter de l'acte illégal suspect vu que ça ne change rien au débat si on ne veut pas y mettre de l'émotionnel mais plutôt être objectif sur le sujet de fond.

            Au final, j'ai l'impression que les pro-IVG qui en font toute une histoire aident Trump (et dont les anti-IVG par ricochet) en le légitimant, en légitimant que la police ne devrait pas réagir pareil dans une situation identique sur le fond (violation de la loi) mais pas sur la forme (avortement d'un côté, triche de riche de l'autre; pourquoi réagir sur l'un et pas sur l'autre?).

            Il y a bien une agitation médiatique en ce moment sur un sujet et elle est utilisée pour apporter du sentimental dans un sujet qui ne devrait pas avoir de sentimental. Qui réagit si c'est un violeur (illégal aussi, et #MeToo, allez hop tout le monde applaudit que le violeur prenne cher) qui a ses messages communiqués à la justice? Pas ceux qui essayent de faire réagir maintenant alors que le problème est le même, ils applaudiraient presque.
            2 poids, 2 mesures.

          • [^] # Re: Contexte, quand même

            Posté par  . Évalué à 5.

            Les connotations, c'est quand même assez culturel, non? En l'occurrence, j'ai un peu l'impression que cette connotation n'est pas dans la définition d''agitation"

            Larousse en ligne dit:
            1. Action d'agiter, de s'agiter ; état qui en résulte ; mouvement continuel et irrégulier
            2. Trouble profond qui se manifeste extérieurement ; émotion, excitation
            3. Mouvement de contestation, de mécontentement d'ordre politique, social

            Le Robert en ligne a des exemples d'utilisation de l'expression "agitation médiatique". Certains sont en effet connotés négativement ("Or le programme de développement envisagé devra viser l'efficacité et non l'agitation médiatique."), mais pas tous ("Peut-être pour attirer sur l'art ancien ou moderne un peu de l'agitation médiatique qui entoure l'art contemporain."), il y a même une utilisation qui semble même positive dans le contexte ("L'agitation médiatique autour du projet de rétrocession est relayée dans les milieux diplomatiques français et dans la presse réunionnaise.").

            En tout cas, ce n'était vraiment pas mon intention de suggérer que les médias américains avaient sur-réagi. Peut-être aurais-je dû écrire "activité médiatique" au lieu d'"agitation".

  • # #DeleteFacebook : le réseau social est attaqué pour avoir fourni des données à la police

    Posté par  (site web personnel) . Évalué à 5.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.