Journal Free startup project

Posté par . Licence CC by-sa.
Tags : aucun
-1
7
avr.
2015

Le Free Startup Project, c'est 120 participants, principalement des étudiants, pendant trois jours, du 17 au 19 avril, qui vont tenter de créer des startups disruptives pour révolutionner l'ordre établi, à l'instar d'Uber ou d'AirBnB, autour des thèmes de la protection de la vie privée, des cryptomonnaies, de l'économie du partage, de la lutte contre les monopoles, de l'entreprenariat social, et de l'open source, autant de thèmes qui nous sont chers chez Linuxfr. Les participants pourront bénéficier des conseils avisés de mentors expérimentés, et 18 conférences ouvertes au grand public seront organisées pendant les trois jours. A l'issue des 54 heures de travail acharné, les projets seront présentés à un jury de professionnels.

L'événement a lieu à l'école 42.

Vous avez une idée ? Vous voulez révolutionnez notre société ?
Vous n'avez pas d'idées mais des talents à partager avec des porteurs d'idées ?
Inscrivez-vous !

  • # Choix des exemples mis en avant

    Posté par . Évalué à 8.

    Initiative aux thèmes sympathiques, mais je suis surpris de trouver "Uber" dans un paragraphe qui parle d'entreprenariat social ou d'économie du partage (son business model n'a rien de généreux)… On sent pour le moins plusieurs courants dans la conférence, je me trompe?

    Du coup, je regarde un peu qui organise:

    Think Liberal

    Les associations Students for Liberty - Paris et Think Libéral SciencePo promeuvent une société libre. L'entrepreneuriat, symbole de liberté et de responsabilité, est une opportunité formidable pour notre génération. Nous voulons créer des futurs leaders mondiaux dans l'économie du numérique sans soutien de l'Etat ni des grands groupes.

    Nous refusons tout financement public et soutien politique au profit de liens solides avec la société civile.

    1- Pour une association qui refuse le "soutien des grands groupes", faire le rassemblement chez Iliad (free.fr), c'est pas un peu surprenant?
    2- Pour un truc apolitique, ça ressemble beaucoup à un clonage des libertariens étasuniens. On trouve plus d'informations sur "students for liberty" ici.
    3- Science-po veut révolutionner la société? Sérieusement? :) Avec l'aide de free pour veut lutter contre les monopoles? :D

    Finalement, je me demande si il y aura bien plusieurs courants dans la conférence…

    Au passage, le lien sur thinkliberal.org est mort.

    • [^] # Re: Choix des exemples mis en avant

      Posté par . Évalué à 4.

      je suis surpris de trouver "Uber" dans un paragraphe qui parle d'entreprenariat social ou d'économie du partage

      Ou encore de "protection de la vie privée" mouarf :p

    • [^] # Re: Choix des exemples mis en avant

      Posté par . Évalué à 3.

      Pas mieux, de même AirBnB qui a en effet permis la location facile entre particuliers, mais à quel prix ?
      Une immense collecte de carte d'identité pour un gentil intermédiaire qui met en relation des particuliers ? Non merci.

    • [^] # Re: Choix des exemples mis en avant

      Posté par . Évalué à 3.

      Je ne saurais pas t'en dire plus sur les liens réels ou supposés des organisateurs, dont je ne fais pas parti.

      C'est clair que cela relève de l'idéologie libérale, ou libertarienne, mais ça ne s'oppose pas à l'opensource.

    • [^] # Re: Choix des exemples mis en avant

      Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 08/04/15 à 13:42.

      Personnellement, j'ai l'impression que cet événement est dans la veine de l'idéologie de la Silicon Valley, du lancement de startups comme moyen de briser des monopoles, d'apporter de l'innovation, du gamin dans son garage qui lance un produit qui va révolutionner la société.

      Oui, révolutionner. Google, Facebook, ils n'ont pas révolutionné la société ?

      Ne croyez-vous pas que les rapports sociaux ont profondément changé, de même que notre tolérance aux intrusions dans notre vie privée…

      Quand j'emploie le mot "révolutionner", je n'implique pas forcément que c'est bénéfique : une révolution, c'est un changement brutal, complet, et durable (qui marque la société pour longtemps), sans juger de la pertinence et des bienfaits du changement.

      • [^] # Re: Choix des exemples mis en avant

        Posté par . Évalué à 2.

        une révolution, c'est un changement brutal, complet, et durable

        Pas forcément brutal. D'ailleurs les exemples que tu as donné n'ont pas été brutaux : ca s'est fait tout en douceur.

        • [^] # Re: Choix des exemples mis en avant

          Posté par . Évalué à 2.

          du lancement de startups comme moyen de briser des monopoles

          … Et les exemples donnés sont bien des "startups" (pfrt) devenues des monopoles de fait. C'est à ce genre de mordage de queue qu'on sent que le modèle capitaliste (et non l'économie de marché, qui exista avant et existera sans doute après) n'en a plus pour longtemps.

  • # Franglais

    Posté par . Évalué à 3.

    Je sais bien que le franglais est de mise dans ce genre de rencontre mais :
    disruptives => révolutionnaires

    Donc ta phrase suivante est redondante.

    startups disruptives pour révolutionner l'ordre établi,

    Sinon bonne chance a vous ;-)

    • [^] # Re: Franglais

      Posté par . Évalué à 4.

      Comme de nombreux anglicismes, il s'agit d'un mot français emprunté par les anglais qui en ont modifié le sens à la marge, voir wiktionnaire, et ça a plutôt le sens de "perturbateur" que de "révolutionnaire".

      Quant à la redondance, c'est une figure de style qui peut être utile, qui n'est pas interdite en français, et qui est utilisée par de nombreux auteurs très respectables (pléonasme)…

      Bonne chance aux participants et aux organisateurs !

      (je précise que je ne participe pas de près ou de loin à cet événement, que j'ai publié ce journal à la demande d'un des organisateurs car ils souhaitent impliquer la communauté opensource)

    • [^] # Re: Franglais

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      disruptives => révolutionnaires

      Je préfère de rupture.

    • [^] # Re: Franglais

      Posté par . Évalué à 2.

      Merci pour vos précisions je me coucherais moins c*n ce soir …

  • # La seule solution

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Vous avez une idée ? Vous voulez révolutionnez notre société ?

    Oui !

    Ah, mais tu crois que c'est en créant une entreprise qu'on fait la révolution ? Et pourquoi pas en votant ou en consommant, pendant que tu y es ?

    Et c'est pas pour dire, mais c'est même pas comme si vous faisiez au moins semblant de mettre un cadre propice au développement des biens communs : partage obligatoire des sources, formations à l'économie coopérative ou à l'autogestion…

    Vive le Grand Capital !

    • [^] # Re: La seule solution

      Posté par . Évalué à 4.

      Révolutionner la société != faire la révolution.

      Et je pense qu'on peut révolutionner la société en créant une entreprise.
      Je pense également qu'on peut révolutionner la société en votant.
      Je suis absolument certain qu'on pourrait révolutionner la société en consommant : si les gens n'achètent plus les produits fabriqués par des enfants, le travail des enfants prendra fin. Le pouvoir est au consommateur, dans une société de consommation. Devenez consomacteurs !

      • [^] # Re: La seule solution

        Posté par . Évalué à 4.

        si les gens n'achètent plus les produits fabriqués par des enfants, le travail des enfants prendra fin. Le pouvoir est au consommateur, dans une société de consommation. Devenez consomacteurs !

        D'ailleurs, chaque fois que je vois la mention "fabriqué par des enfants" ou "notre entreprise pratique l'évasion fiscale", sur un produit, je le boycotte systématique (mais je n'appelle pas à le faire, ce serait illégal en France)…

        • [^] # Re: La seule solution

          Posté par . Évalué à 2.

          Il y a effectivement le problème de l'information : il faut savoir quelles entreprises utilisent quelles pratiques discutables. Pour ca, il faut avoir de bons journalistes. Ca aussi, ca s'obtient en consommant un peu plus intelligement (genre, accepter de payer son journal pour pouvoir esperer avoir un journalisme indépendant).

          Ensuite vient le problème du choix : on a beau savoir que tous les smartphones du monde sont fabriqués avec des minerais dont l'extraction pose de gros problèmes éthiques, on n'a pas le choix : c'est ça ou rien.

          Heureusement, on n'est pas dans ce cas pour tous les produits. Et si il y a une réelle demande de produits plus éthiques, alors il y aura une offre qui se mettra en place.

          • [^] # Re: La seule solution

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Ensuite vient le problème du choix : on a beau savoir que tous les smartphones du monde sont fabriqués avec des minerais dont l'extraction pose de gros problèmes éthiques, on n'a pas le choix : c'est ça ou rien.

            Parfois en effet, tu ne peux pas faire certains produits sans être de fait polluant. Et si ça te pose un soucis, tu peux ne pas acheter, ou espérer qu'on parvienne à concilier les deux un jour.

            • [^] # Re: La seule solution

              Posté par . Évalué à 2.

              Polluer pour extraire/raffiner des matériaux, c'est une chose.

              Que les matériaux en question soient ramassés par des enfants (ils arrivent mieux à se faufiler dans les boyaux etroits de la mine), que les mines s'ecroulent sur les travailleurs qu'on laisse sur place (on recreuse à coté), c'est autre chose.

              L'un est inévitable avec la technologie actuelle (le consommateur n'y peut rien), l'autre n'est qu'une question de prix (le consommateur pourrait changer les choses).

              • [^] # Re: La seule solution

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Je te trouvais ambiguë là dessus, au moins c'est plus clair.
                Le soucis est que les minerais en question ne sont disponibles en quantité en gros dans un seul pays (la Chine) ce qui limite fortement la possibilité de limiter ce type de soucis sociaux car c'est en lien avec la politique du pays.

                Mais les pays réfléchissent peu à peu à sanctionner les entreprises s'ils ne font pas assez attention aux conditions de travail des sous-traitant à l'étranger, ça incitera peut être aux pays d'Asie de faire un travail sur le sujet.

                • [^] # Re: La seule solution

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Le soucis est que les minerais en question ne sont disponibles en quantité en gros dans un seul pays (la Chine)

                  Je pensais plus au Coltan, dont 80% des reserves mondiales se trouvent en République Démocratique du Congo, mais j'imagine que c'est vrai pour d'autres matériaux et pour la Chine. Peu importe, ca change rien au débat.

                  ce qui limite fortement la possibilité de limiter ce type de soucis sociaux car c'est en lien avec la politique du pays.

                  Je maintiens que le consommateur a le pouvoir, plus que le politique. Malheureusement, le consommateur préfere pouvoir changer de smartphone tous les 2 ans que de savoir qu'aucun enfant n'a été entérré vivant dans une mine.

                  • [^] # Re: La seule solution

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Je maintiens que le consommateur a le pouvoir, plus que le politique.

                    Oui, je ne le nie pas, mais plutôt que d'aller à une concurrence meilleure, tu n'as rien. C'est un choix et les gens ont l'air d'avoir choisi (ce n'est aps comme si c'était caché l'obtention de ces matériaux, sans compter les conditions de travail des entreprises asiatiques en général).

                    • [^] # Re: La seule solution

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 09/04/15 à 07:56.

                      C'est un choix et les gens ont l'air d'avoir choisi

                      Je crois que c'est la où il voulait en venir.
                      Pas mal de monde accuse les "politiques" d'être horribles, mais oublient que les politiques ne sont que le reflet des citoyens, à commencer par eux. Que les gens commencent avec eux à mettre leurs idées en adéquation avec leur paroles, puis qu'ils parlent avec leur voisin, plutôt que d'accuser les politiques.

                      Le premier commentaire auquel CHP a répondu se déresponsabilise complétement ainsi que déresponsabilise ses voisins, clair c'est plus facile mais c'est faux-cul.

        • [^] # Re: La seule solution

          Posté par . Évalué à 1.

          D'ailleurs, chaque fois que je vois la mention "fabriqué par des enfants"

          C'est pas aussi simple, le travail des enfants, ben c'est mieux que de mourir de faim ( pour les gamins ), il faut se situer dans le contexte ! et comprendre pourquoi les enfants travaillent, je sais c'est astral !

          Je suis contre le travail des enfants ( et des grands aussi ), mais voilà quoi !
          C'est pas glop tout ça ! :=(

          • [^] # Re: La seule solution

            Posté par . Évalué à 3.

            Tu touches du doigt un concept qui n'est pas si évident que cela pour tout le monde (perso, il m'aura fallu attendre d'aller en Inde en 2004 pour le comprendre) : si les gamins bossent à l'usine pour 1$/jour, c'est que c'est mieux que ce qu'on leur propose ailleurs (souvent, bosser dans les champs avec leurs parents pour un demi bol de riz).
            Du coup, ca relativise un peu le coté "Nike (bah oui, avant c'etait eux les méchants) c'est des enculés qui font bosser des enfants pour 1$/jour".

            • [^] # Re: La seule solution

              Posté par . Évalué à 1.

              Touchons du doigt 'le concept' : "si les gamins bossent à l'usine pour 1$/jour, c'est que c'est mieux que ce qu'on leur propose ailleurs."
              Ben tiens !
              Ni les gamins, ni même les adultes ne "bossent" dans ces conditions. On est là dans une forme d'esclavage généralisée : des journées de 15 heures, toute l'année, dans des conditions de vie moyenâgeuse.
              Alors non, ce n'est pas 'mieux', à peine moins pire et encore. On passe de la misère profonde rurale à une autre toute aussi profonde mais urbaine et industrialisée à outrance. Déplacement massif et concentrationnaire de population ; la misère rurale est laissée telle que, elle sert de repoussoir vers la ville et ses mirages : on peut ainsi canaliser la main d’œuvre vers de grands centres industriels, pour l'exploiter sous une autre forme. Et peu importe qu'ils soient payés 1$, un peu plus ou un peu moins de l'heure, ce n'est pas avec ça qu'ils pourront s'extraire de leurs conditions en s'émancipant.
              Donc non "le travail des enfants, ben c'est mieux que de mourir de faim ( pour les gamins )"Nono47. Rien dans tout ce tableau de cauchemar, n'est 'mieux'. Les enfants ne meurent plus de faim enfants à la campagne, ils meurent d'épuisement jeune adulte en ville. C'est 'mieux' ça ? Ça n'est même pas moins pire, c'est tout simplement insupportable.

              Qu'ils soient alignés à la chaîne en usine, ou éparpillés dans les dépotoirs géants chinois, indiens ou africains de nos déchets industriels, électroménagers, etc, etc, je n'ai pas réussi à voir le 'mieux' pour tous ces gosses, ni pour la population qui les entourent ….
              (pour les dépotoirs, de mémoire et pour les Etats-Unis, de l'ordre de 50 millions de tonnes par an sorties du pays et renvoyés vers le tiers-monde, pays en voie de développement, pays émergents, on s'en fout : loin là-bas de l'autre côté)

              Non c'est pas astral Nono47, c'est juste une question de survie et de rapports de force ! Pour les gamins concernés, là tout de suite, c'est foutu. Et ce n'est pas non plus une question de consom'acteur ou je ne sais quoi de similaire qui y changera quelque chose.

              • [^] # Re: La seule solution

                Posté par . Évalué à 3.

                3 choses dans ton commentaire :
                1/ Non, travailler à l'usine pour 1$/jour c'est pas mieux pour eux
                2/ C'est de l'esclavage
                3/ C'est horrible mais on peut rien faire, pas d'histoire de consommacteur

                Les trois sont faux, d'après moi.

                1/ C'est facile de dire "non, c'est pas mieux de bosser 16h/jour dans une usine", surtout quand c'est pas nous qui sommes concernés. Mais je t'assure que pour eux, oui, bosser 16h/jour dans une usine pour 1$, c'est mieux que de bosser 16h/jour dans les champs pour ne pas être sur de manger à la fin de la journée. Dans un des deux, tu manges. C'est un détail, mais c'est appréciable, je t'assure.
                2/ Ce ne sont pas des esclaves : il n'appartiennent pas à l'usine et sont libres d'aller travailler ailleurs s'ils le veulent. Ils choisissent d'aller à l'usine parce que c'est mieux pour eux.
                3/ Si, le consommateur peut changer les choses. Il est évident que, si on arretait d'acheter, ils arreteraient de produire. Si on n'achetait que des trucs fabriqués dans de bonnes conditions, alors ils ne produiraient que dans de bonnes conditions. Si ca ne se fait pas, c'est que globalement, nous nous foutons completement de leur sort et ne sommes pas prets à payer plus cher pour qu'ils vivent mieux.

    • [^] # Re: La seule solution

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Ah, mais tu crois que c'est en créant une entreprise qu'on fait la révolution ?

      Oui.

      Et pourquoi pas en votant ou en consommant, pendant que tu y es ?

      Aussi.

      Pourquoi, tu vois ça comment? Une révolution de rue de personne voulant faire la révolution (mais pas la même que le voisin, faut pas déconner, façon anti-TCE se disant pro-Europe main dans la main avec les souverainistes) suivie par la Terreur?

      Bref, surtout ne pas se responsabiliser (ne pas voter, ne pas sélectionner sa consommation, par exemple) et jouer les défaitistes sans rien faire.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.