Journal Le gouvernement européen lance sa plateforme open source!

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
14
oct.
2006
Osor, tel sera le nom de la plateforme européenne proposant des outils colaboratif pour favoriser l'open source.

La commission européenne espere ainsi améliorer le développement des logiciels de manière colaborative dans et entre les différents pays membres.

Si certains emettent des doutes quand à l'utilité de cette initiative, puisque des outils similaires sont déjà proposés par source forge, et que google propose maintenant également ce type de service, on ne peut que se réjouir de l'implication que prends ici l'europe dans l'open source. De plus, avoir un peu plus de choix ne fera de tort à personne.

A quand EuropeOS ? ^^
  • # source

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    • [^] # Re: source

      Posté par . Évalué à 2.

      Je ne pense pas que ce soit une mauvaise idée. Et puis pourquoi "concurrencer" sourceforge et les autres ? Peut-être parce que ces plateformes sont devenues trop imposantes. Elles sont trop généralistes et hébergent une majorité de projets qui n'intéressent pas les organisations gouvernementales...


      "Les DRM c'est pas beau, mes dessins non plus! ;P"
      Moi je les trouve pas mal tes dessins, et puis celui du fruit illustre bien le problème en étendant les DRM à un domaine sans lien avec l'informatique et les données multimédia.

      --
      http://www.tessier-net.org
  • # Admisource

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Hello,

    en France on a déjà admisource (http://admisource.gouv.fr/) qui tourne sous GForge !
    Le principe est assez sympa surtout que tout le monde peut contribuer une fois le projet lancé: ça veut dire qu'il y a des fonctionnaires payés pour faire du libre !!!

    Pour ma part c'est une très bonne initiative: une plateforme officielle du gouvernement français pour le libre. C'est à dire que seules les personnes appartenant à une autorité administrative peuvent déposer un projet.
    Bon, il n'y a pas énormément de projets (je dois en avoir un sous le coude que je metterais bien dessus vu que c'est du GPL pur) mais, comme dirais l'autre: yapuka.

    Citons quand même l'excellent edi2mif (http://admisource.gouv.fr/projects/edi2mif/) qui est aujourd'hui le seul moyen libre de convertir du format Edigéo vers du MIF/MID !!!
    • [^] # Re: Admisource

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Il y a aussi sourcesup, destiné aux établissement de l'enseignement supérieur (universités, écoles d'ingénieurs, ...) et aux organismes de recherche français.

      http://sourcesup.cru.fr/

      Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

  • # ya toujours des gens pour se plaindre...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    "Si certains emettent des doutes quand à l'utilité de cette initiative, puisque des outils similaires sont déjà proposés par source forge, et que google propose maintenant également ce type de service"

    Je comprends pas, ça veut dire quoi ?

    C'est interdit de s'installer sa propre forge parce que sourceforge existe déjà ?
    Google propose un service depuis quelques jours, alors là, c'est sacrilège de mettre en place sa propre forge ?

    Dans le même ordre d'idée, on ne devrait pas s'installer son propre serveur Web, son propre serveur de messagerie ou que sais-je encore sous pretexte que des sociétés propose déjà ce genre de service ?

    L'UE mets en place une forge pour y héberger des projets développées en interne et au sein d'administrations de pays membres. Quoi de plus normal ?

    'tain, je vais y réfléchir à 2 fois avant de me faire moi même à manger, on pourrais m'accuser de concurrencer McDo ou Quick !!
  • # Il n'y a pas de gouvernement européen

    Posté par . Évalué à 6.

    Petit point de droit constitutionnel : la Commission europénne n'est pas un gouvernement, mais un simple organe executif doté de la personnalité juridique et de compétences limitées.

    Pour que la Commission devienne un gouvernement, il faudrait que l'Union européenne soit un État. Ceci est âprement discuté en droit constitutionnel. Cf. « Statut » de l'article « Union européenne » de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_europ%C3%A9enne#Statut
  • # pardon ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    > Si certains emettent des doutes quand à l'utilité de cette initiative

    En cas de doublon c'est plutot sourceforge et google que je remet en cause. Les deux sont guidés par des sociétés commerciales qui n'ont donc pas forcément l'éthique ou les gens comme problème principal.
    C'est le rôle des états, des associations et des groupements communautaires de mettre en oeuvre ce genre de plateforme. L'europe est pleinement dans son rôle, et bien que je fasse une confiance limitée à nos politiques (en partie parce que ceux qui dirigent changent régulièrement), je trouve un hébergement par l'europe bien plus souhaitable qu'un hébergement par Google.
    • [^] # Re: pardon ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      mouaip, je préfère encore qu'il y ait un maximum d'acteurs, qu'ils soient publics, privés, personnels ou multinationalistiques ...

      De la multiplicité des acteurs nait la liberté.
  • # Evolution vers des plateformes communicantes/distribuées

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Avec cette multiplication de plateformes de développement, il se fait de plus en plus nécessaire de repenser ces outils.

    AMHA, il faudrait que ces plateformes se mettent à communiquer entre-elles, voire qu'une nouvelle plateforme propose un service distribué.

    Je m'explique.

    Première idée : P2P
    Les responsables de Osor et AdmiSource veulent participer/héberger au développement de certains softs libres. Par un moyen à définir, ces deux plateformes décident alors de se synchroniser sur ce projet. Ainsi, toute modification sur l'une peut être consultée sur l'autre.
    Je vois plusieurs avantages à une telle solution. La première concerne la garantie de service : si l'une tombe en panne, on peut encore bosser avec l'autre. Un autre avantage consiste à répartir les charges : en tant que développeur j'utiliserai la plateforme la plus proche de moi.

    Seconde idée : distribué/décentralisé
    Aujourd'hui, les solutions de gestion de version distribué ou plutôt décentralisé ont le vent en poupe : Arch, GIT, bazaar et j'en oublie (désolé pour eux).
    Il faudrait donc que les plateformes offrent des moyens équivalents sur les services de gestion des anomalies par exemple. Cela nécessiterait de définir et implémenter des API standards pour toutes les autres infos, afin de pouvoir faire des "push" ou des "pull" sur tout (et pas seulement le code).
    Par exemple, étant le responsable du projet Toto sur la plateforme P1, je décide de récupérer un jeu de modifs/patches du projet Titi (un clone de Toto) sur la plateforme P2. Je déclenche la procédure et... PAN ! je récupère à la fois les sources, mais aussi les rapports de bugs, leurs discussions... Mais pour cela, il faudrait aussi des outils qui lient le code avec le reste, comme le fait Trac.

    Un peu dans l'idée, je crois me souvenir qu'un projet avait été mis en place (par Ubuntu ?) pour centraliser les bugs entre distributions. Je pense à Launchpad http://launchpad.net/
    En parallèle, Google semble présenter une autre solution : quand on fait une recherche sur un soft libre, le bestiau est capable de retourner le lien vers le site du projet, mais il propose aussi des liens directs vers le téléchargement, les forums...
    Peut-être est-ce un début de solution.

    Trac : http://trac.edgewall.org/
    GnuArch : http://www.gnuarch.org/
    Bazaar : http://www.bazaar-ng.org/
    Git : http://git.or.cz/

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.