Journal Intuition

Posté par  . Licence CC By‑SA.
Étiquettes :
18
20
mai
2017

Il y a quelques jours j'ai pris le train. Des trains, devrais-je dire. Un Train Express Régional (TER) d'abord, puis un Train Grande Vitesse (TGV).

Dans le TGV, ça fait quelques dizaines de minutes qu'on roule. Comme à chaque fois, on entend différentes personnes parler à leur téléphone, pour dire des trucs vachement important, du genre qu'elles sont parties, ou alors qu'elles sont pas encore arrivées. Puis on entend un choc. À ce choc font échos plusieurs autres, plus petit, dans l'instant. Je m'imagine des membres humains passer entre les roues. Le train perd de la vitesse. Je me demande s'il s'agit d'un ralentissement passager, ou s'il faut plusieurs centaines de mètres à un TGV pour s'arrêter.

14h32 On s'arrête. « Le train a rencontré un obstacle. Le conducteur descend pour déterminer la nature de cet obstacle », nous dit le haut-parleur. Deux adolescentes sur le carré à côté du mien, qui rient. « Nan mais t'imagine, ça ferait pas ce bruit là ! » Je retiens mes larmes. Je me demande si le conducteur va ralier le point d'impact ou juste chercher un morceau coincé à l'avant du train.

14h36 Le haut-parleur reprend. « Le conducteur a vérifié. Il s'agit malheureusement d'un accident de personne ».

14h42 Haut-parleur. « Nous venons d'alerter les différents intervenants, notamment les pompiers et la gendarmerie. Le TGV est immobilisé pour une durée de 1h ». Un passager corrige : « Ou 3h, parce que la gendarmerie elle se presse pas. La dernière fois où ça m'est arrivé ça avait pris 3h. Ils font chier tout le monde ceux qui se suicident. ». Il est assis à la place 88, je sais pas si ça a un rapport. De l'autre côté du couloir, une passagère approuve : « et puis ça perturbe aussi ceux qui sont derrière ! »

Un contrôleur passe. La passagère s'assure auprès de lui qu'elle pourra bien reprendre un train. Le contrôleur la rassure, on ne sait pas encore lequel, mais c'est sûr qu'elle pourra en prendre un. Dans le pire des cas elle pourra dormir à l'hôtel, et poursuivre son trajet demain. « Mais sans changer mon billet !? Non parce que je suis belge, et je sais pas s'il y avait d'autres formalités ».

14h50 La belge regarde avec 88 son smartphone. Elle interpelle une autre femme assise derrière 88 :
belge : Madame vous situez un peu la région ?
femme : Non, pas du tout !
88 : On est à Donzère, me dit mon GPS, je sais pas où c'est.
belge : Pour savoir où on est un peu ?
88 : Ha ! Il y a un numéro d'urgence de médecin, si ça peut servir…

Si tu te demandes la distance d'arrêt d'un TGV lancé à 300 Km/h : 3 km. Et si tu veux savoir si 88 avait vu juste, nous repartîmes pour nîmes à 17h42.

18h10 Haut-parleur. « Mesdames-messieurs nous arrivons en gare de Nîmes. veuillez nous excuser pour le retard indépendant de notre volonté. Veuillez attendre l'arrêt complet du train avant de descendre et prenez garde à l'intervalle entre le marche-pied et le quai. »

  • # Dans la vraie vie.

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

    Merci pour ce petit moment de cyclimse (ben quoi, une histoire sur des rails c'est un traveling).

    J'ai eu à vivre cet incident, il y a longtemps, ça à peut-être changé depuis. Quand le train s'est arrêté, sans que personne ne sache pourquoi, il n'y a pas eu de choc, nous n'avons été averti «Qu'un problème technique …» immobilisait la rame qu'au bout d'une demi-heure. Une demi-heure sans info, sans message.
    Nous sommes reparti environ une heure après l'arrêt, sans savoir quel problème technique nous avait stoppé. Ce n'est qu'après, dans les journaux, que nous avons appris qu'un suicidaire avait traversé la voie.

    Mais à cette époque ni l'Internet ni le noyaux Linux n'existait. Ce doit être pour ça.

    « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

    • [^] # Re: Dans la vraie vie.

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 8.

      Ce n'est qu'après, dans les journaux, que nous avons appris qu'un suicidaire avait traversé la voie.

      Le mec ne se lance pas devant le train, il l'attend car sinon il faut bien viser vu la vitesse
      Donc c'est pas un suicidaire qui a traversé la voie, mais un train qui a traversé un suicidaire

      Pour être descendu durant un long moment dans une gare juste après une petite gare qui ne dessert qu'un hôpital psy, on avait très régulièrement ce genre d'incident.
      J'ai déjà eut le cas deux fois en un mois…

      Le travail des pompiers, policiers etc après doit être horrible

      • [^] # Re: Dans la vraie vie.

        Posté par  . Évalué à 10.

        Le travail des pompiers, policiers etc après doit être horrible

        On ne va même pas parler du conducteur du train qui est allé, tout seul, vérifier si c'était un cheval ou un humain qu'il a tapé.

        • [^] # Re: Dans la vraie vie.

          Posté par  . Évalué à -5.

          L'incident décrit dans ce journal se passe en plein jour. Il y a 400 kg de différence entre un cheval et un humain. Les personnes ayant de lourds problème de vue ne peuvent pas conduire un train. Donc pas la peine de « vérifier » (ça n'enlève rien au fait d'avoir été confronté directement à un suicide).

        • [^] # Re: Dans la vraie vie.

          Posté par  . Évalué à 2.

          Drôle de métier quand même. Conducteur tu vois tout, et je ne suis certain que le suivi psy. leur suffit.

          Mais il faut être positif:au moins le conducteur peut voir le bout du tunnel.

      • [^] # Re: Dans la vraie vie.

        Posté par  . Évalué à 6.

        Le travail des pompiers, policiers etc après doit être horrible

        Ce sont très souvent les premiers confrontés à la mort. Petite pensée pour un ami gendarme qui m'expliquait il y a bien des années, alors que nous étions tous les deux de jeunes hommes au tout début de de notre vie professionnelle, comment il a vécu sa première recherche de doigts d'un motard qui s'était planté sur l'autoroute. On comprends aisément que c'est loin d'être évident et que, oui, tout cela prends du temps.
        La bêtise des réactions est bien humaine, malheureusement. A ce demander si ils sont en capacité de prendre conscience qu'un autre être humain a perdu la vie juste en dessous de leurs pieds.
        Quelle tristesse.

        • [^] # Re: Dans la vraie vie.

          Posté par  . Évalué à 7.

          A ce demander si ils sont en capacité de prendre conscience qu'un autre être humain a perdu la vie juste en dessous de leurs pieds.

          À se demander aussi si l'incapacité à en prendre conscience n'est pas la dernière chose qui nous sépare de la folie. Et si ceux qui en rient le plus ne sont pas, parfois et politesse du désespoir oblige, de ceux qui y ont été confrontés.

          • [^] # Re: Dans la vraie vie.

            Posté par  . Évalué à 3.

            Pour l'incapacité à comprendre : qui nous sépare de la folie ou qui est reflet d'une autre folie très individualiste et ego centrée de nos sociétés modernes, je ne saurais pas dire. Effectivement rire peut aussi être une façon d'exorciser les choses.

  • # Cynisme

    Posté par  . Évalué à 0.

    J'ai le même genre de réaction que toi lorsque j'entends ce type de commentaire complètement déshumanisé. Est-ce que siège 88 et ses voisins diraient les même choses s'ils apprenaient que la personne sous le train était leur enfant ? Bref, le bon-sens manque cruellement en ce moment.

    • [^] # Re: Cynisme

      Posté par  . Évalué à 1.

      J'ai le même genre de réaction que toi lorsque j'entends ce type de commentaire complètement déshumanisé. Est-ce que siège 88 et ses voisins diraient les même choses s'ils apprenaient que la personne sous le train était leur enfant ? Bref, le bon-sens manque cruellement en ce moment.

      Ce qu'il faut c'est un travail de conscientisation. Comme dans ce journal, ou par discussion directe.

      Puis pour bien répondre au problème, il faut bien comprendre les gens qui se déshumanisent ainsi et qui ont l'air de fuir leur empathie. C'est très difficile de bien écouter, surtout quand on part du fait que la personne à tort. Donc il faut faire un effort de changement soit-même pour être bon sur les questions d'empathie et d'humanité. "Sois toi-même le changement que tu souhaites voir dans le monde." C'est toute une discipline.

      • [^] # Re: Cynisme

        Posté par  . Évalué à 9.

        À mon avis, ça vient aussi de la fréquence. Quand je prenais le train, j'entendais parlé (sans être à chaque fois impacté) d'un accident de ce type une fois par mois je dirais. Un mort, c'est une tragédie, un million de mort, c'est une statistique. Ça joue pas mal sur la déshumanisation. D'ailleurs, j'avais le même genre de réaction.

        Bon heureusement pour mes nerfs, je ne prends plus le train.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Cynisme

          Posté par  . Évalué à 6. Dernière modification le 21/05/17 à 10:07.

          À mon avis, ça vient aussi de la fréquence. Quand je prenais le train, j'entendais parlé (sans être à chaque fois impacté) d'un accident de ce type une fois par mois je dirais. Un mort, c'est une tragédie, un million de mort, c'est une statistique. Ça joue pas mal sur la déshumanisation. D'ailleurs, j'avais le même genre de réaction.

          Bon heureusement pour mes nerfs, je ne prends plus le train.

          Moi, je vois des symptômes du même problème chez les gens qui se suicident et chez ceux qui ont des attitudes de fuites face au suicide pour épargner leur nerf. C'est qu'on est en général incapable de faire face aux difficultés émotionnelle de façon intelligente. Fuire l'empathie ce n'est pas intelligent, on se prive de progresser, en souffrir non plus parce que ça conduit à l'épuisement. Le suicide, c'est une conséquence triste et sinistre de ne pas supporter ses émotions et ses pensées. C'est le même problème.

          Le pire, c'est que la plupart des gens ignorent qu'il y a un problème à corriger, que le problème est très répendu et qu'il y a des méthodes pour y remédier ou qu'on pourrait en développer de nouvelles.

          Il faut que sa devienne un thème de sensibilisation, que ça soit un problème dont on s'empare collectivement, pas quelque chose que chacun règle dans son coin en l'ignorant quand ça va bien, en fuyant ceux qui vont mal, en allant voir un psychologue quand ça va mal pour soit même, en prenant des anxiolytiques ou en se suicidant.

          • [^] # Re: Cynisme

            Posté par  . Évalué à 2.

            que ça soit un problème dont on s'empare collectivement, pas quelque chose que chacun règle dans son coin

            Pour avoir vécu « des moments très difficiles » de l'intérieur j'abonde dans ton sens.
            Beaucoup de gens sont maladroits dans leurs réactions/ressentis/etc lorsque ça les concernent, et bien souvent la situation n'aide pas à être efficace, puis les choses s'enkystent. Les résultat n'est généralement pas brillant.

            Le pépin est que les « pros » de ce domaine sont particulièrement mauvais. J'ai l'impression que l'enseignement est la source première du problème : c'est basé en grande partie sur une fumisterie, et sur des concepts qui ne fonctionnent pas (laisser parler la personne n'a jamais résolu les problèmes autres que les petits bobos).
            Les rares que j'ai vu à l'œuvre de manière efficace ne sont pas franchement reconnus (et je crois qu'ils s'en fichent, ceci explique peut-être cela).
            note : si vous en avez l'occasion, allez à une séance publique d'Arche, ils sont vraiment impressionnant. Et là c'est un moment d'empathie bien fort. Si vous arrivez à ne pas chialer, vous êtes un robot :-)

    • [^] # Re: Cynisme

      Posté par  . Évalué à 10.

      ce type de commentaire complètement déshumanisé.

      Il y a beaucoup de gens qui sont capables de ne pas se prendre une grosse claque psychologique lorsqu'il apprennent qu'un humain vient de mourir. Ça tombe bien, il y a 2 morts par seconde sur terre.
      Valable y compris pour une personne qui vient de mourir juste là, à côté. Ou même sous leurs yeux.
      Ça n'en fait pas des déshumanisés, simplement des personnes qui ont des ressentis différents.
      Et à l'inverse les empathiques ne sont pas de meilleurs humains.

      Le reste, c'est juste qu'il y a des cons partout ; et surtout on est toujours le con de quelqu'un d'autre.

      • [^] # Re: Cynisme

        Posté par  . Évalué à 2. Dernière modification le 23/05/17 à 00:56.

        On ne te parle pas d'une lecture de statistique là mais d'un événement vécu. Personne n'est confronté à la mort toutes les deux secondes et même ceux qui le sont régulièrement ont encore une sensibilité humaine.
        Le choc ressentit ou le bruit que tu as entendu n'a rien de banal. Et même si tu as tout à fait le droit de n'en avoir rien a foutre il y a peut être quand même un minimum de décence a avoir dans son comportement. Cela passe par réaliser que c'est toujours mieux de perdre trois heures que si c'était quelqu'un que tu connais sous le train ou encore que de devoir chercher les morceaux sur les trois derniers kilomètres.

    • [^] # Re: Cynisme

      Posté par  . Évalué à 2.

      We're sorry
      We hate to interrupt
      But it's against the law to jump off this bridge
      You'll just have to kill yourself somewhere else
      A tourist might see you
      And we wouldn't want that

      I'm just doing my job, you know
      So say uncle
      And we'll take you to the mental health zoo
      Force feed you mind-melting chemicals
      Til even the outside world looks great

      https://www.youtube.com/watch?v=JUpidCc7wwY

    • [^] # Re: Cynisme

      Posté par  . Évalué à 9.

      J'ai le même genre de réaction que toi lorsque j'entends ce type de commentaire complètement déshumanisé.

      Pas moi. Des gens meurent tous les jours. La différence, c'est peut-être que ces gens déshumanisés le savent et toi tu vis encore dans ta bulle.

      Depuis que j'écris ce commentaire, un enfant est certainement mort quelque part dans le monde. Tu es choqué? Tu vas te recueuillir? Ou tu vas juste t'en foutre, parce que tu ne peux pas t'apitoyer sur le sort de tout le monde?
      Être choqué si c'est à 10m mais pas si c'est à 10,000km, c'est sacrément hypocrite, non? La valeur des vies lointaines vaut moins que celle de ton voisin dont tu ne sait rien non plus?

      Est-ce que siège 88 et ses voisins diraient les même choses s'ils apprenaient que la personne sous le train était leur enfant ?

      Certainement pas, et? Tu appelles ta famille et tes amis toutes les 3 minutes pour vérifier s'ils vont bien et t'assurer que tu n'appréciera pas plus de 2min de ta vie s'il arrive quelque chose à quelqu'un?
      Tu te rends compte que tu pourrais un jour te reprocher d'avoir traîné sur linuxfr pendant qu'un de tes proches vivait ses dernières minutes? Tu pourras vivre avec ça?
      Et bien… tu devrais: c'est accepter l'idée que tu ne peux pas tout faire, tout savoir, et être partout en même temps!
      Tous les matins je pars de la maison en me sachant que peut-être je ne reverrai jamais ma famille, et j'y vais quand même, sinon je dois arrêter de vivre!

      Bref, le bon-sens manque cruellement en ce moment.

      Tout-à-fait:
      -l'importance d'une vie ou d'une mort dépend de sa proximité géographique: ça t'émeut si c'est sous le train que tu prends, mais je doute que tu épluches la nécrologie quotidienne de ta région: moins grave parce que tu ne le sais pas ou parce que tu n' y étais pas?
      -attentat à Londres: morts horribles, bien plus que si c'est un accident de voiture? pas du tout, mais plus personne n'a rien à fiche des accidents de voiture: bien trop commun, n'est-ce pas? Alors on va nous resservir le soutien psychologique aux victimes, tout ça, pour bien faire comprendre à ceux qui ont perdu quelqu'un le week-end dernier sur la Nxx que leur perte à eux est vachement moins grave.

      Laisse 88 tranquille: il a peut-être juste compris à quel point il doit apprécier sa vie et ses proches, au lieu de continuellement pleurer sur les morts des inconnus pour des raisons obscures.

      • [^] # Re: Cynisme

        Posté par  . Évalué à 6.

        Il y'a quand même à mon sens une grosse différence d'empathie entre savoir qu'il y'a des morts à chaque seconde et qu'on peut rien n'y faire et blâmer la personne en détresse et qui s'est donné la mort à l'instant parce que ça t'occasionne un petit contretemps dans la journée.

        Il n'y a pas de mal à penser à soi mais là c'est de l'égoïsme crasseux et irrespectueux.

        • [^] # Re: Cynisme

          Posté par  . Évalué à 3.

          Non, aucune, encore une fois, tu accordes plus d'importance à un évènement sous ton nez mais sans vraiment de raison.
          "Oh non, l'essence a augmenté!
          -Égoïste! C'est à cause de la guerre qui vient avec ses milliers de morts!!"
          "C'est agréable, ce soleil, non?
          -Égoïste! Tu ne penses pas aux agriculteurs qui manquent de pluie et vont perdre leur récolte?!"
          Il y a toujours quelqu'un dans la merde quelque part qui justifierait qu'on se taise. La solution serait de ne plus jamais rien dire?

          • [^] # Re: Cynisme

            Posté par  . Évalué à 6. Dernière modification le 24/05/17 à 09:25.

            Si il y'a une raison, c'est que la cause et la conséquence sont directes, pas indirectes. Et qu'avoir un peu de décence c'est d'arrêter de se plaindre et d'insulter quelqu'un qui vient de mourrir quand le désagrément sur soi est à des années lumières de ce qui l'a causé.

            L'essence augmente ou baisse selon plein de raisons, y compris parfois des guerres mais rarement pour une seule raison. Ben non je ne m'en plains pas, c'est idiot de le faire. Et que la météo soit bonne ou mauvaise oui je garde souvent une pensée pour les conséquences que ça peut avoir en dehors de ma propre personne sans pour autant devoir sortir un mouchoir ni m'empêcher de me réjouïr du soleil (ou de la neige c'est selon). Tu sais on peut savoir vivre et s'exprimer sans faire des patacaisses de tout ce qui touche à notre propre personne ni se donner en spectacle.

            • [^] # Re: Cynisme

              Posté par  . Évalué à 3.

              la cause et la conséquence sont directes, pas indirectes

              Dans l'immense majorité des cas, il n'y a aucune conséquence pour le témoin.
              Tu apprends qu'un collègue de travail que tu ne côtoies pas à son fils qui vient de mourir, cela n'a strictement aucune conséquence pour toi (autre que dans ton cerveau). Tu passes à côté d'un accident de la route et tu vois des morceaux autour d'un poteau, toujours zéro conséquence pour toi. Tu vois une vidéo d'une vieille femme qui se fait tabasser, encore zéro conséquence.
              La plupart d'entre nous sont touchés par cela, alors qu'on sait qu'il y a 10 morts par jour sur les routes de France et ça ne pose de problème à (quasi) personne. Loin des yeux, loin du cœur.

              Donc pourquoi enfoncer ceux qui ne sont pas sensibles d'une manière visible ? Ça veut dire que les personnes qui montrent leur empathie sont meilleures que les autres ?
              Dans mon cas par exemple, j'exprime généralement mon empathie uniquement à la personne « victime ». Donc un suicide je ne vais même pas lever un sourcil (et au final ça change zéro), la seule personne à qui mon empathie aurait éventuellement pu servir n'est plus en mesure d'en profiter.
              Et puis ça veut dire que TON empathie est la bonne. Toujours dans mon cas je suis très sensible aux injustices. La plupart des gens n'y sont que très peu sensibles. Je suis un meilleur humain qu'eux ? Les autres sont des salauds ?

              On peut pousser plus loin avec une sorte de concept de périmètre d'empathie. On s'arrête à quel degré ? Au premier degré de connaissance (témoin direct), ou au second (je connais un témoin), ou au troisième (je connais une personne qui connaît un témoin), etc. Plus on est empathique à un degré élevé, plus on est un bon humain ? On en revient à « il y a 2 morts par seconde sur terre », celui qui est hyper empathique n'en sort plus, mais c'est un meilleur humain que les autres. Bof.

            • [^] # Re: Cynisme

              Posté par  . Évalué à 4.

              quand le désagrément sur soi est à des années lumières de ce qui l'a causé.

              Tu n'en sais rien. Le suicidé est peut-être un malade mental qui s'est suicidé sur une bête contrariété.
              Pire: c'est peut-être un détraqué mental qui a ruiné des dizaines de vie et qui se tue pour éviter d'être confronté.

              Je ne connais pas le suicidé et je ne porterai pas de jugement sur lui. Et quand je dis pas de jugement: ni mauvais, ni bon non plus. J'ai un peu de mal avec la béatification des gens morts de mort violente.

              Et je ne comprends pas bien non plus:
              Si je n'ai pas d'empathie pour cet inconnu qui vient de se suicider, je suis d'un égoïsme crasse, mais si le suicidé a montré une absence complète d'empathie pour les passagers et surtout le conducteur qui va trouver les morceaux éparpillés sous son train, c'est un malheureux en détresse?

              Tu connais la vie de 88? Tu sais s'il est heureux? Tu as une idée des conséquences que son retard aura sur sa vie? Peut-être qu'il vit la même situation que le suicidé mais que lui s'accroche et continue.
              Tu connais le conducteur? Tu es certain qu'il va encaisser? Tu as une idée de ce que ce malheureux suicidé pour qui on doit avoir de l'empathie vient de lui faire subir dans le contexte de sa vie?

              Tu ne sais rien sur le conducteur, ni sur le passager, ni sur le suicidé. Mais comme l'un s'est donné la mort, tu penses forcément que c'est un malheureux et l'autre est en vie alors il devrait s'estimer chanceux et la fermer. Il faut respecter cet inconnu dont on ne sait rien et faire la morale à un autre inconnu dont on ne sait rien non plus.

              • L'un a mis en retard un train et causé un traumatisme à un individu: le conducteur, et il s'est donné la mort. Jugement: Personne en détresse. On peut lui passer les fautes.
              • L'autre s'est plaint du retard, mais comme il ne s'est pas tué dans la foulée… Jugement: c'est un égoïste.

              Je ne me permettrais certainement pas de juger de la morale de l'un ni de l'autre.

    • [^] # Re: Cynisme

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

      Est-ce que siège 88 et ses voisins diraient les même choses s'ils apprenaient que la personne sous le train était leur enfant ? Bref, le bon-sens manque cruellement en ce moment.

      Ah oui l'argument "mais qui pense aux ENFANTS ??!" qui marche tellement bien pour parler sereinement des choses. L'associer à "bon sens" fallait oser.

  • # Triste

    Posté par  . Évalué à 2.

    Ils font chier tout le monde ceux qui se suicident.

    C'est triste d'avoir ce genre de réaction.

    • [^] # Re: Triste

      Posté par  . Évalué à 6.

      Ça reste une réaction qui peut se comprendre, si la personne a pris le train pour aller à un rendez-vous qu'elle a mis 6 mois à obtenir, qu'il lui faudra autant de temps pour en avoir un nouveau…

      Sans parler du pauvre conducteur qui va devoir vivre avec l'idée qu'il a pris un vie, même involontairement.

    • [^] # Re: Triste

      Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 5.

      Les seuls chiant c'est ceux qui le font en dérangeant les autres.
      C'est quoi la morale? "le monde me fait chier, je vais faire chier 10 x 600 personnes pour finir"

      Un copain s'est suicidé, après avoir appelé les secours pour un autre motif.
      Quand ils sont arrivés, ils ont été un peu surpris de voir un mec pendu dans le couloir. Mais c'est tout

      Je comprend qu'une personne puisse avoir envie de se suicider, ou de vouloir essayer de se suicider pour faire un appel à l'aide.
      Mais il y a moyen de le faire sans traumatiser des personnes

      En Belgique on dispose de l'euthanasie active

      si le patient se trouve dans une situation médicale sans issue et fait état d'une souffrance physique ou psychique constante et insupportable qui ne peut être apaisée

      Il a des demandes de personnes gravement dépressives, et le faite de savoir qu'ils peuvent mourir proprement quand ils veulent peut être une étape sur le chemin de la guérison. Car ils se dissent "si ça ne fonctionne pas, j'ai la solution" Article sur une femme de 24 ans article sur les "100 premiers demandeurs" 35/100 vont jusqu'à la fin

      • [^] # Re: Triste

        Posté par  . Évalué à 3.

        Les gens normaux n'ont pas un accès facile à la mort sans souffrance.
        Un policier ou un médecin se suicident « facilement ». Pour les autres ce n'est pas la même chanson.

        • [^] # Re: Triste

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

          A propos contrairement à ce qu'on pourrait penser, les médecins ne se suicident pas grâce a des médicaments

          Ils savent juste où se situent les artères fémorales ici sur l'excellent epris de justice (un peu avant la 2eme citation mise en évidence

        • [^] # Re: Triste

          Posté par  . Évalué à 0.

          c'est de l'humour ?
          somnifere bain chaud ouvrir les veines

          • [^] # Re: Triste

            Posté par  . Évalué à 10.

            Bah pas tant que ça… la plupart des gens s’ouvre les veines dans le mauvais sens… Et donner des conseils pour se suicider est illégal (en France) cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide,_mode_d%27emploi

            En plus je dirais que si tu as assez de somnifère pas besoin de t’ouvrir les veines… Suffit d’en prendre une dose létale. C’est quand même plus propre que de dégueulasser toute la baignoire. Après, j’imagine assez facilement que quand on a décidé de mettre fin à ses jours les éventuelles conséquences pratiques (retard de train, bouts de cervelle à ramasser, etc…) et psychologiques pour les autres, c’est certainement le cadet de ses soucis…

            Sur le fait que les gens ronchonnent parce que leur train va être en retard alors qu’un Homme vient de mourir, c’est à mon avis lié à un réflexe psychologique de refoulement. En pensant au retard du train on s’évite de penser à sa propre mort.

      • [^] # Re: Triste

        Posté par  . Évalué à 9. Dernière modification le 21/05/17 à 06:51.

        Je comprend qu'une personne puisse avoir envie de se suicider, ou de vouloir essayer de se suicider pour faire un appel à l'aide.

        Je ne doute pas que tu sois convaincu de la compréhension que tu revendiques, mais je vois tellement d'incohérences dans ton propos que j'en doute sérieusement.

        C'est quoi la morale? "le monde me fait chier, je vais faire chier 10 x 600 personnes pour finir"

        L'instinct de mort (sauf peut-être chez certaines personnes âgées) c'est la dernière conséquence du nihilisme le plus abouti, celui qui a quitté le domaine des mots et de la pensée pour habiter la chair et les affects. N'est-ce pas simplement inconséquent, une contradiction dans les termes, de chercher une morale dans le nihilisme ?

        Et «le monde me fait chier» ? C'est ainsi que tu te représentes la subjectivité du suicidé ? Personnellement, je me représente plutôt quelque chose qui commence par «je ne suis rien, je ne vaux rien, je ne peux rien», et ainsi de suite…

        Mais il y a moyen de le faire sans traumatiser des personnes

        Ah bon ? Quelles que soient les modalités de la mise à mort, et sans même parler du suicidé lui-même, ses parents, ou ses amis, ou sa compagne ou son compagnon, voire ses enfants, et plus généralement encore tous les témoins doués de raison qui se voient ainsi confronté à la mort, qu'en fais-tu ?

        Nous sommes tous, individuellement et collectivement, habités par la terreur de la mort, mais les sociétés occidentales ont relégué la mort dans des lieux soustraits aux regards des profanes.

        Parmi les conséquence de cette dissimulation, il y a celles-ci : ces aspects de la réalité sont souvent totalement fantasmés et, ce qui découle du premier point, à l'exception des spécialistes dont la spécialité est justement de gérer pour les autres et la violence et la mort, nous sommes généralement encore plus désemparés et désarmés lorsque nous finissons par être contraints de nous y confronter ; ou le choc est plus brutal et le deuil plus difficile, ou simplement la sensibilité ne semble même plus capable d'appréhender ces aspects de la réalité, pour ne pas y avoir été préparé.

        Mais peut-être voulais-tu seulement dire que tu acceptais qu'une personne cherche à se suicider (à condition, bien sûr, qu'elle ne t'importune pas trop) ?

        Je viens d'accompagner un proche dans ses derniers instants, jusqu'à sa fin, et en te lisant, j'ai vraiment l'impression que tu parles dans le vide, et que ton propos brasse du vent.

        • [^] # Re: Triste

          Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 4.

          Ah bon ? Quelles que soient les modalités de la mise à mort, et sans même parler du suicidé lui-même, ses parents, ou ses amis, ou sa compagne ou son compagnon, voire ses enfants, et plus généralement encore tous les témoins doués de raison qui se voient ainsi confronté à la mort, qu'en fais-tu ?

          C'est pour ça que je parle d'euthanasie pour souffrance psychique.
          C'est un long processus, et la famille/l'entourage sont parfaitement au courant de ce qu'il va se passer et quand.

          C'est pas pour ça qu'il n'y a pas de peine, mais au moins il y a des très longues discutions avant. Et pas une simple lettre, un sms ou rien.

          Les gens ont du mal a parler de mal-être, dépression et de mort.
          Il y a quelques temps une chanteuse belge célèbre (selah sue) a expliqué avoir tjr été dépressive malgré le succès. Les gens ont eut du mal a comprendre. Alors que bon, c'est pas parce que des gens t'aiment que tu t'aime toi.

          Je veux bien comprendre qu'une personne qui se suicide c'est du nihilisme.
          Mais qu'est ce qui fait qu'elle choisisse une méthode plutôt qu'une autre?
          Est ce qu'ils sont capable d'analyser les chances de succès d'une méthode par rapport a une autre?

          Après les attentats de Charlie, j'avais entendu une très bonne phrase "avoir peur n’empêche pas de mourir, juste de vivre"
          J'ai absolument pas peur de la mort, d'ailleurs j'ai beau avoir 30 ans tout est prêt car ça peut arriver n'importe quand.
          Comme chante Giedré "Quand on est mort, tout est pareil qu'avant c'est qu'on est plus là" (c'est d'ailleurs ma chanson de crémation)

          J'ai été confronté à la mort de proche (copain par suicide, voir plus haut. Et neveu de < 10ans)
          Oui c'est triste et c'est un choc, mais il faut bien se dire que ça fait partie de la vie.

          Qu'on reste prostré durant 3 ans ne va rien changer, a part qu'on va rater des bons moments avec ceux qui sont encore là.
          Moi j'ai choisis de vivre a fond avec les gens présent, pour essayer de ne pas avoir de regret quand ils seront plus là .

      • [^] # Re: Triste

        Posté par  . Évalué à 2.

        Les seuls chiant c'est ceux qui le font en dérangeant les autres.

        Paradoxalement les gens à qui ça fait chier passent généralement un meilleur moment que dans la plupart de leurs autres trajets parce que pour une fois, ils se mettent à échanger entre eux.

        Bon la dernière fois que c'est arrivé pour ma part c'était pas top parce que c'est arrivé à presque 2h du matin, que j'étais ivre , dans un wagon assez vide et dont les autres passagers étaient plus ou moins dans le même état de fatigue et d'ébriété et que j'ai fais les 30 derniers km à vélo, de nuit et avec de simples lumières d'appoint (heureusement essentiellement par des voies interdites à la circulation motorisée) pour rentrer à une heure décente et avoir assez de sommeil.

        Mais les autres fois mis à part la tristesse d'une vie perdue c'était finalement des moments d'échanges avec les passagers. J'ai même lié deux amitiés durables suite à des cas similaires. Les plus chiants, ce ne sont pas ceux qui se suicident mais plutôt ceux qui passent leur temps à soupirer bruyemment et appeller chaque contact de leur téléphone pour se plaindre à haute voix de ce petit contretemps.

        • [^] # Re: Triste

          Posté par  . Évalué à 7.

          Paradoxalement les gens à qui ça fait chier passent généralement un meilleur moment que dans la plupart de leurs autres trajets parce que pour une fois, ils se mettent à échanger entre eux.

          Je n'ai jamais passé un bon moment dans un train en retard.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: Triste

            Posté par  . Évalué à 2.

            ça c'est parce que t'es rien qu'un vieux ronchonchon hater.

            • [^] # Re: Triste

              Posté par  . Évalué à 3.

              C'est bien possible, mais je n'ai pas l'impression que les autres passagers vivent ça différemment.

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: Triste

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

        C'est quoi la morale? "le monde me fait chier, je vais faire chier 10 x 600 personnes pour finir"

        Ou pas. Parfois, c'est la méthode « la plus sûre » qu'on ait à l'esprit. Parce qu'on a pas le « courage » d'un autre moyen.

        Passer à l'acte doit certainement demander le détachement de pas mal de soucis pour que la mort soit la seule solution. Une dizaine de train ralentis pendant 3h, qu'est-ce qu'on en a foutre quand tu en as des milliers chaques jours ?

        Quant à l'euthanasie, j'espère qu'on a d'autres solutions à proposer. J'ai perdu un proche contre un TER. C'est pas une mort propre que je lui aurai souhaité. C'est sûr que c'est plus facile pour ceux qui restent : tu peux voir le corps, tu peux même préparer ton congé pour les funérailles, arranger ton emploi du temps, prendre un dernier verre. Non merci.

    • [^] # Re: Triste

      Posté par  . Évalué à -1.

      Pas sûr de comprendre pourquoi tu penses ça. Est-ce que «faire chier» est à géométrie variable, y-a-t'il de bonnes raisons de «faire chier»? Tous ces gens dans le train ont des choses à faire, soit professionnelles, soit personnelles. Leur vie vaut quelque chose, et eux, ils souhaitent la vivre. Quand tu fais perdre 3h à 1000 personnes, ça fait plus de 6 mois de vie. Imagine que quelqu'un de mal dans sa tête t'emprisonne pendant 6 mois dans un train, tu ne dirais pas que «ça fait chier»? Sans compter que tous ces gens risquent fort de mal dormir le soir, et on ne parle même pas des pauvres gusses qui vont le ramasser à la petite cuillère.

      Quand quelqu'un de célèbre meurt, à la télé, on voit tout un défilé de faux-culs qui l'encensent, comme si être mort, subitement, rendait les gens meilleurs. Et du coup, selon toi, le fait de s'être suicidé devrait magiquement inhiber toute critique du geste?

      • [^] # Re: Triste

        Posté par  . Évalué à 10.

        Imagine que quelqu'un de mal dans sa tête t'emprisonne pendant 6 mois dans un train, tu ne dirais pas que «ça fait chier»?

        Ça tombe bien, le suicidé n'a enfermé personne pendant 6 mois dans un train. Faut arrêter de faire des comparaisons quand elles n'ont aucun sens.

      • [^] # Re: Triste

        Posté par  . Évalué à 10.

        La charge individuelle de 3h par personne n'est pas la même que sur une personne pendant 6 mois. Un automobiliste qui prend sa voiture pour aller se mettre dans les embouteillages fait peut-être perdre 30 secondes à 20% de la ville à cause de l'encombrement qu'il génère. Tous les jours. Si tu veux parler de temps perdu, je pense que ça coûte plus que les suicides sur les voies ferrées et c'est assez largement pour son confort personnel.

        Ça ne me choque pas que les gens vivent différemment la situation, après tout il meurt des humains tout le temps et ce n'est sans doute pas quelqu'un qu'ils connaissent. Peut-être qu'un peu de discrétion est de mise, pour ceux qui le vivent différemment.

        Par contre critiquer la décision de quelqu'un qui se suicide parce que ça fait chier les gens et qu'il pourrait le faire "proprement", euh… comment dire ? On parle de quelqu'un qui allait tellement mal qu'il a décidé de mourir. Suivant sa situation, il se peut que faire quelque chose qui se remarque, voire qui ennuie quelqu'un, fasse partie du geste ; ou pas, juste une manière d'en finir rapidement. Même dans le premier cas je ne pense pas que je vais plus pleurer sur les personnes qui ont perdu quelques heures de leur vie que sur celle qui allait tellement mal qu'elle a décidé de faire un trait sur toute la fin de la sienne (et étant donnés les mécanismes de protection des individus contre la mort, c'est obligatoirement quelque chose de violent, pas un jour où tu te dis "tiens, la je n'ai grand chose à faire, bon ben je vais me coucher ; ah tiens non, je n'ai qu'à mourir ; en pensant bien à être gentil avec le reste du monde, pour faire ça bien, s'agirait quand même pas de gêner des gens"). On ne parle pas de quelqu'un qui a décidé d'emmerder des gens gratuitement, on parle de quelqu'un qui est mort pour ça, je pense que ça modifie un peu la "critique du geste".

        Je ne suis pas sûr que ça ait un sens de demander aux suicidaires de "faire ça bien", c'est par définition une situation merdique (et le mot est faible), un désespoir tellement grand que la personne ne sait plus en sortir, une souffrance assez importante pour qu'elle passe outre tout ce qui dans le fond de son cerveau la pousse à se préserver, la terreur de la mort, pour décider de mourir (et le faire en vrai, pas juste une pensée qui passe), quelqu'un qui n'a pas trouvé dans le reste du monde quelque chose pour le retenir, une idée, une autre personne, … Il n'y a rien de normal dans cette situation, il n'y a rien de calme (quelles que puissent être les apparences), attendre de gens dans une telle détresse qu'il le fasse "comme il faut" n'a pas de sens. Et exiger (en quelque sorte) qu'au moins ils n'emmerdent pas les autres alors qu'ils vivent dans un monde tellement horrible qu'ils préfèrent se donner la mort, euh… bon. Je peux comprendre les tracas pour les passagers (et qu'ils ne se sentent pas trop concernés individuellement) et aussi que ce soit difficile pour ceux qui ramassent les morceaux, mais non, on ne parle pas d'une étude froide du geste à l'encontre des autres. Tu fais comme si une personne avait fait quelque chose de violent contre d'autres et qu'il soit normal de la condamner moralement pour ça… non, cette personne a fait quelque chose d'ultra-violent bien avant que tu t'en aperçoives et que tu dormes mal le soir : la vraie violence c'est au moment où elle a décidé fermement de mourir, et cette violence était dirigée contre elle ; les autres ont juste eu les éclaboussures, ce n'est pas agréable (voire ça peut être assez dur), mais ça n'a rien à voir avec "emmerder les gens".

  • # Rapport ?

    Posté par  . Évalué à -6.

    On est encore sur un site consacré à l'écosystème Linux ou au café du commerce ? Parce que les journaux politiques de période électorale, je peux encore voir le lien avec le libre, mais là non. Faudrait peut-être pas confondre linuxfr avec un blog perso.

    • [^] # Re: Rapport ?

      Posté par  . Évalué à 8.

      https://linuxfr.org/aide#aide-sections

      Le site LinuxFr.org accueille six types de contenus (tous ces contenus étant écrits par nos visiteurs) :

      les dépêches : des actualités, des synthèses, des événements, etc. sur des sujets liés au logiciel libre, à la culture libre, etc. Elles sont modérées, vérifiées, amendées ou étoffées a priori ;
      les journaux : les blogs personnels des visiteurs authentifiés ;
      les forums : des questions classées par thème, l'endroit pour chercher ou trouver de l'aide ;
      les sondages : des questions posées de temps à temps à aux lecteurs du site ;
      les pages wiki : un espace documentaire de type wiki pour des contenus en préparation ou pour consolider de l'information ;
      le système de suivi des suggestions et des bugs du site : pour proposer des améliorations à l'équipe de développement.

      La gent féminine, pas la "gente", pas de "e" ! La gent féminine ! Et ça se prononce comme "gens". Pas "jante".

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.