Adèle Blanc-Sec ou l'aventurière franchouillarde

Posté par . Modéré par tuiu pol.
Tags :
3
20
avr.
2010
Culture
Adaptée d'une série de bandes dessinées de Jacques Tardi, publiées chez Casterman, Les extraordinaires aventures d'Adèle Blanc-Sec est le dernier film d'un talentueux réalisateur français, j'ai nommé Luc Besson. Nous lui devons entre autres des films mémorables comme Léon, Le Cinquième Élement, et plus récemment (et peut être moins mémorables) les films d'animation de la série Arthur et les Minimoys. Cette dépêche n'a pas pour but de présenter le film mais constitue plutôt une critique.

Scénarisé, produit et réalisé par Luc Besson, le film met en scène une femme d'action, Adèle Blanc-Sec, interprétée par Louise Bourgoin qui tient dans ce film un de ses tout premiers rôles en tant qu'actrice principale, épaulée de Jean Paul Rouve et Nicolas Giraud entre autres personnages secondaires. Le film se veut sérieux et dramatique. Et c'est là que le bât blesse. Sur un fond de drame familial que l'amour d'une sœur pousse à réparer, le paranormal et le fantastique prennent place. Afin de guérir sa sœur réduite à l'état de légume, Adèle Blanc-Sec part à la chasse au tombeau de Pharaon, afin de permettre à un professeur renommé de mettre en application ses recherches sur le retour à la vie des morts sur la momie du médecin personnel de Ramsès II. Entre temps le scientifique s'étant échauffé sur un œuf de Téptarodactyle avec succès, ce dernier animal sème la panique dans le Paris du début du 20ème siècle. Par chance, l'homme qui aime en secret Adèle n'est autre qu'un chercheur du musée d'où s'est échappé le volatile, et il aidera sa bien aimée dans sa quête de la guérison de sa sœur.

Le film commence comme un Amélie Poulain. Chouette, ça va être bon... ou pas.

Si l'on réussi à accepter les phénomènes fantastiques tel que le réveil d'un ptérodactyle grâce au mental et à quelques antiquités, ce film aurait pu être un bon moment de détente. Si ce n'est pas le cas, il sera source d'ennui profond. L'époque du Paris de 1910 recréée dans le film, en plus d'être un peu sombre et tellement ancrée de bonnes manières, ne se prête peut être pas idéalement à un cadre pour le fantastique et le paranormal.

Si l'étape du galopin dinosaure est franchie, reste ensuite celle de l'humour décalé et obstiné qui imprègne le film. On se souvient du très réussi Cinquième Élément, qui jouait efficacement la carte du fantastique et science-fiction à outrance, ponctué de quelques pointes d'humour et de décalage dans les dialogues, décor et costumes. J'espérais qu'il en serait de même de ce film malheureusement, le réalisateur n'a pas réussi à jauger les doses et il en fait trop.

Pas une scène ni un dialogue n'échappe à des blagues, situations à but comique, pas même les scènes qui auraient pu l'éviter comme lors de l'entrée en scène de la sœur presque défunte de l'héroïne. Si vous connaissez OSS117 et Taxi 2 par exemple, vous avez une idée du genre de décalage auquel on peut avoir droit. Certaines scènes pourraient même être qualifiées d'affligeantes tellement on espérait autre chose que des momies qui font des blagounettes.

Tout ceci écrase au final le scénario qui aurait pu être mis en valeur mais qui se révèle finalement plat. Les scènes sérieuses ou dramatiques, il en reste quelques unes, interviennent à un moment du film où il ne leur reste que peu de crédibilité.

La prestation des acteurs est sans accroc, le charme et les boobs de Louise Bourgoin ne sauvera malheureusement pas le film qui bénéficie tout de même d'une belle réalisation, qui donnera un sentiment de petit quelque chose de déjà vu dans Le Cinquième Élément par exemple, pour notre grand plaisir.

Si la recette de l'humour sur fond de scénario sérieux et dramatique peut fonctionner, ce n'est clairement pas le cas avec du fantastique, sauf à petites doses ou parodie à mon avis. Luc Besson s'y est essayé, et j'espère qu'on ne l'y reprendra plus !
  • # Généralités douteuses

    Posté par . Évalué à 10.

    Je ne sais pas ce que vaut ce film, je ne l'ai pas encore vu et je me méfie de Luc Besson, capable du meilleur comme du pire. Mais je trouve tes généralisations très audacieuses:

    L'époque du Paris de 1910 recréée dans le film, en plus d'être un peu sombre et tellement ancrée de bonnes manières, ne se prête peut être pas idéalement à un cadre pour le fantastique et le paranormal.

    Les lecteurs de Lovecraft, Jules Vernes, Mary Shelley, Bram Stocker, etc. ainsi que les joueurs de "l'appel de Cthulhu" (un jeu de rôles) te diront que c'est au contraire un cadre idéal que cette période entre le XIXe siècle et la seconde guerre mondiale. Il y a plein de raisons à ça mais, à mon avis, la principale d'entre elles est que les sciences et les techniques font de gros progrès prometteurs, mais qu'il reste encore suffisamment de choses inexpliquées pour laisser place au paranormal.

    Si la recette de l'humour sur fond de scénario sérieux et dramatique peut fonctionner, ce n'est clairement pas le cas avec du fantastique, sauf à petites doses ou parodie à mon avis.

    Ça peut fonctionner très bien, voir par exemple l'intégralité de l'oeuvre de Joss Whedon.
    • [^] # Re: Généralités douteuses

      Posté par . Évalué à 2.

      Les lecteurs de Lovecraft, Jules Vernes, Mary Shelley, Bram Stocker, etc. ainsi que les joueurs de "l'appel de Cthulhu" (un jeu de rôles) te diront que c'est au contraire un cadre idéal que cette période entre le XIXe siècle et la seconde guerre mondiale.

      Je vuex bien te croire, ce sont des livres, c'est différent. Et peut être aussi dans les films si ce n'est pas gâché par le reste. Le lucbessonisme dans ce film a cassé l'atmosphère.

      Ça peut fonctionner très bien, voir par exemple l'intégralité de l'oeuvre de Joss Whedon.

      Il y a un monde entre l'humour léger et dosé des séries/films de ce bonhomme et le comique à outrance dans Adèle Blanc-Sec. Comme je l'ai dis, ils en ont trop fait dans le film.
      • [^] # Re: Généralités douteuses

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        et puis je ne sais pas d'où vient ce culte de l'oeuvre de Joss Whedon, franchement, Buffy, Angel ou Firefly (encore que ce dernier s'en sort pas trop mal)....
        • [^] # Re: Généralités douteuses

          Posté par . Évalué à 8.

          Je ne connais pas Firefly, Angel est un spin-off raté qui mise tout sur le sex à piles de son acteur principal, mais Buffy, malgré de nombreux défauts (dont le fameux Angel) reste une série sympa, et surtout à prendre très au second degré, pour s'apercevoir qu'elle se moque joyeusement de tous les clichés du genre ado/vampire en les poussant à l'extrême. Les monstres en carton-pâte et les groupes d'ados qui montent des commandos d'élite dans une base secrète planquée sous la fac sont autant de marques d'une grosse parodie qui ne se prend pas au sérieux.
          • [^] # Re: Généralités douteuses

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Pour Buffy, d'après ce que j'ai pu lire sur les forums, paraît que ça s'améliore vers la saison 5 ou 6. Faudra que je jette un oeil parce que j'ai bien failli me faire avoir avec Supernatural qui commence de façon très médiocre (un peu à la K2000) et qui devient une série extrêmement jouissive à partir de la saison 2.
            • [^] # Re: Généralités douteuses

              Posté par . Évalué à 2.

              Pour moi, le saut de qualité dans Buffy se situe au moment du dernier épisode de la saison 1. Par contre, si tu as tenu jusqu'aux saisons 2/3 et que tu n'as toujours pas aimé, je doute que ça vaille le coup de continuer.

              La saison 1 manque de budget et se cherche un peu au niveau du ton. Les épisodes sont pour la plupart fasconnés sur le même schéma: on prend un des petits malheurs de la vie lycéenne, on le rend concret sous une forme paranormale, et on saupoudre d'humour pour faire passer la sauce. C'est sympa à petite dose, mais ça reste assez superficiel et au moins deux épisodes sont vraiment médiocres.

              Par contre, le dernier épisode de la saison (écrit et réalisé par Whedon), change la donne. Il est bien mieux fait, rejoint le scénario que Whedon avait orginalement écrit pour un film, et donne le ton du reste de la série. C'est aussi la première confirmation que les acteurs sont bons. Sans que ce soit, de loin, le meilleur épisode, je pense que c'est un bon aperçu de l'ensemble.

              Il faut également garder à l'esprit que, plus que le scénario des épisodes ou des saisons, c'est le développement des personnages qui compte, et ce n'est pas toujours le héros qui est le plus intéressant.
              • [^] # Re: Généralités douteuses

                Posté par . Évalué à 2.

                « [Parlant de Buffy saison 1] Les épisodes sont pour la plupart fasconnés sur le même schéma: on prend un des petits malheurs de la vie lycéenne, on le rend concret sous une forme paranormale, et on saupoudre d'humour pour faire passer la sauce. »

                De l'aveu de Whedon, ils ont repris pour chacun des épisodes de la première saison des thèmes de films d'horreur des années 50 (genre Hammer, etc). Ce sont clairement des remakes d'une manière ou d'une autre. :)
          • [^] # Re: Généralités douteuses

            Posté par . Évalué à 3.

            Après un départ difficile (comme Buffy, en fait), je trouve qu'Angel est devenue une très bonne série, et la cinquième et dernière saison fait partie de ce que j'ai vu de mieux en termes de séries TV.

            Quant à Buffy, certes, ça ne se prend pas au sérieux, mais c'est plus qu'une simple parodie de séries B. C'est très bien scénarisé, avec un vrai développement des personnages au fil des saisons, ce qui était extrêmement rare à l'époque. Il y a aussi un vrai travail de réalisation, avec des épisodes comme Hush, The Body ou Once More With Feeling, pour lesquels l'écoute du commentaire du réalisateur est passionante.

            En plus de Firefly/Serenity, Whedon a aussi réalisé la série Dollhouse qui aborde plein de thèmes chers aux amateurs de science-fiction, et la web-série Dr. Horrible's Sing Along Blog, qui a fait pas mal de bruit et gagné des prix.

            Je ne suis pas du genre à être fan inconditionnel et aveugle d'un auteur, mais pour l'instant celui là ne m'a jamais déçu.
      • [^] # Re: Généralités douteuses

        Posté par . Évalué à 5.

        Je vuex bien te croire, ce sont des livres, c'est différent.

        En tous cas, dans la BD originelle, ça marche plutôt bien. Ceci étant dit, le style "Blanc-sec" ne plaît pas forcément à tout le monde non plus.
      • [^] # Re: Généralités douteuses

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        D'après Tardi, qui n'est pas un auteur consensuel, le film respecterait plutôt bien sa bande dessinée. Après on aime ou on aime pas.

        Maintenant que vous avez vu le film, allez lire la BD.

        Moi, qui connaît très bien l'œuvre de Tardi, j'irai voir le film ce soir.

        En tout cas c'est un encore un film réalisé conjointement avec un auteur de bande-dessinée. Les décors du cinquième élément ont été réalisé par Mezière, l'auteur de Valérian (que je recommande aussi)
  • # luc besson

    Posté par . Évalué à 10.

    je suis personnellement un grand fan de la bande dessiné de tardi, mais j'évite comme la peste les film de besson. Et lorsqu'on me dit qu'il a fait d'excellent film, je ne peux m'empêcher de leur montrer la vidéo de mozinor qui illustre parfaitement bien la chose : http://www.dailymotion.com/video/x80385_europa-corp-la-recet(...)

    à bon entendeur...
    • [^] # Re: luc besson

      Posté par . Évalué à 8.

      J'évite aussi les films de ce sinistre individu, mais pas pour les mêmes raisons:
      http://techno.branchez-vous.com/actualite/2009/02/piratage_d(...)

      Je sais, on s'en fout.

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: luc besson

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Ratai ! y'a pas d'Audi et de Yamakazi dans la France de 1910 !
      • [^] # Re: luc besson

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Hello,

        mais à contrario, même dans la France de 1910, le héros peut très bien péter la gueule à un gros noir !

        (J'aime beaucoup l'analyse de Mozinor sur Europa Corp...)
    • [^] # Re: luc besson

      Posté par . Évalué à 1.

      Quand j'ai lu un talentueux réalisateur français, j'ai nommé Luc Besson, je me suis dit «Second degré ?... ». Des films distrayant, je veux bien, talentueux...

      De toutes façons, je ne comprends pas cet acharnement à vouloir adapter les BD en films... J'ai lu quelque part que sa prochaine victime serait « Valérian » ; j'en frémis d'avance... Sans rire, si j'ai 10€ à dépenser, je préfère mille fois les mettre dans une BD (sans compter que la BD, je peux la relire autant que je veux)
    • [^] # Re: luc besson

      Posté par . Évalué à 1.

      Comme je te comprends !
      En plus, il y a un handicap sérieux dans l'adaptation de BD au cinémé ou à l'animation. En dehors d'avoir du talent bien sur! C'est que ce média offre une lecture particulière: entre chaque vignette, c'est le cerveau qui est sollicité pour créer le lien, ce qui fait passer de l'un à l'autre. C'est une lecture très différente de celle d'un livre par exemple.
      C'est pourquoi il y a extrèmement peu de BD dont l'animation ait pu être un chef d'oeuvre, au mieux on a quelque chose d'honnête, sans plus.
      Enfin, autre handicap, non spécifique à la BD, mais lié au réalisateur celui là, ce genre d'exercice nécessite de s'impregner et restituer une poésie au moins inspirée par celle de l'auteur, et presque de même hauteur. Ceci n'est donc pas le fait de gros réalisateurs pleins de certitudes, aux budgets pharaonniques ou habitués de la surconsommetion des effets spéciaux.
      On en a eu la preuve encore avec le nouvel Alice aux Pays des Merveilles. On rève à se qu'en aurait tiré par exemple Fellini...
      Pour s'attaquer à un chef d'oeuvre, encore faut il en avoir réalisé quelques uns soi même!
      • [^] # Re: luc besson

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        >>> C'est pourquoi il y a extrèmement peu de BD dont l'animation ait pu être un chef d'oeuvre, au mieux on a quelque chose d'honnête, sans plus.

        Moi j'ai trouvé, même si certains vont crier à l'hérésie, que le film 300 valait bien la BD d'origine de Frank Miller.

        >>> On en a eu la preuve encore avec le nouvel Alice aux Pays des Merveilles (...) Pour s'attaquer à un chef d'oeuvre, encore faut il en avoir réalisé quelques uns soi même!

        Je te trouve sévère car Tim Burton a justement des chef-d'œuvres derrière lui (Edward aux mains d'argent pour n'en citer qu'un). L'ennui c'est qu'il a clairement perdu le talent qu'il avait il y a quelques années.
        • [^] # Re: luc besson

          Posté par . Évalué à 4.

          Je ne suis pas sûr que Tim Burton ait perdu son talent, j'ai plutôt l'impression qu'il alterne les films alimentaires et les films plus personnels.

          Par exemple, après avoir souffert pendant "la planète des singes", j'ai beaucoup aimé "big fish".
        • [^] # Re: luc besson

          Posté par . Évalué à 1.

          Je crie à l'hérésie.


          Le film est une ode assez dégoutante au militarisme américain post-11 septembre, où les héros parfait au corps sublime se battent pour défendre le monde libre contre les hordes barbares du moyen-orient, alors que la bédé, au contraire, est une très bonne dramatisation de la bataille des Thermopyles, qui met face-à-face deux civilisations monstrueuses et presque inhumaines toutes les deux.


          Rien que les scènes, présentes uniquement dans le film, et qui sont un bon contre-sens et historique et à l'esprit de la bédé, de tendresse entre le roi et la reine mériteraient la potence à celui qui a décidé de les ajouter !
          • [^] # Re: luc besson

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Pas d'accord.
            Cela avait déjà été évoqué dans la news de l'époque : https://linuxfr.org//2007/04/16/22374.html
            • [^] # Re: luc besson

              Posté par . Évalué à 1.

              Ouais, mais je ne l'avais pas commentée.
              Je peux développer mes arguments, si tu veux, mais il suffit de faire la liste des différences entre la bande-dessinée et le film pour que ça saute aux yeux !

              Citons :
              - Le regroupement de toutes les scènes qui donnent une vision «négative» des spartiates au début du film.
              - Suppression de la scène où un spartiate commence à battre un autre spartiate parce que ce dernier est tombé et a donc ralenti le groupe
              - Ajout de toutes ces scènes de tendresse entre le roi et la reine, alors que la seule apparition de la reine dans le comics est quand elle dit au roi «Reviens avec ton bouclier, ou sur ton bouclier» (pas vraiment de la tendresse, là ;⋅) ). Quand on sait que les femmes spartiates étaient élevées comme les hommes (à la dure, quoi), et moquées dans tout le monde grec pour leur caractère hommasse, et que les spartiates n'avaient aucun scrupule à échanger leurs épouses pour une nuit, difficile de ne pas trouver déplacée cette modernisation des mœurs pour les faire coller avec celle de l'occident actuel, non ?
              - Apparition du mot de liberté qui revient tout le temps, alors qu'il n'est pas là dans le comics, et qu'il est on ne peut plus typique du discours patriotique américain, qui a toujours fait de la liberté son cheval de bataille.

              Alors d'accord, j'y suis peut-être allé un peu fort en parlant d'«de assez dégoutante au militarisme américain post-11 septembre», mais nier qu'il y a une déformation énorme de la perception des spartiates entre le film et la bande dessinée, et qu'il y a une «modernisation» de l'histoire qui cherche à la faire coller avec le cadre culturel et politique actuel, c'est refuser de voir la réalité en face !
              • [^] # Re: luc besson

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Dans la news que j'ai linké on trouve cette phrase: "Au niveau des points faibles on peut noter que la vérité historique est quand même largement malmenée (faire de la cité aristocratique et totalitaire de Sparte la représentante de la liberté et de la démocratie c'est assez fort)".

                Donc je suis conscient qu'il y a une distorsion. Là ou je dis non c'est quand tu y vois un reflet du "militarisme américain post-11 septembre".
                Lire les échanges sur ce thread : https://linuxfr.org//comments/822093.html#822093
                • [^] # Re: luc besson

                  Posté par . Évalué à 2.

                  J'ai lu, mais je n'ai pas trouvé de réponses :
                  - ni sur les nombreux effets employés pour présenter les spartiates sous un jour plus positif, plus moderne, et bien plus éloigné de la réalité historique.
                  - ni sur l'apparition du mot liberté, qui n'a rien à foutre là et qui est parfaitement caractéristique de la rhétorique des «patriotes» américains.

                  N'es-tu pas d'accord qu'il y a manifestement une manipulation qui vise à rendre les spartiates à la fois bien plus positifs, et bien plus proche des valeurs de l'américain moyen ? Et qui ne se trouve que dans le film, pas dans la bande-dessinée ? Est-ce que tu n'es pas d'accord qu'il y a une grande différence entre le message de la bande dessinée et celui du film ?

                  Je retire si tu y tiens le post-11 septembre, vu qu'on retrouvait déjà ce discours sur la liberté du temps de la guerre froide. Même si, il faut bien l'avouer, vu la situation au moyen-orient actuellement, c'est assez difficile de voir dans un film qui présente une élite (crypto-)américaine qui se bat contre des hordes venu de Perse un symbole clair…
                  • [^] # Re: luc besson

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Dans le thread linké j'ai déjà dénoncé le fait que le film insiste à fond sur la défense de la liberté alors que la réalité historique de Sparte en était fort loin (par contre c'était vrai d'Athènes).
                    Mais dans la BD on peut trouver un peu le même truc. La même exaltation de la liberté (en beaucoup moins présent que dans le film je te l'accorde) et après tout c'est aussi dans Herodote.

                    Page 54: "Barbares hurlants. Les armées de toute l'Asie. Décidés à écraser les impertinentes républiques de Grèce. A faire des seuls hommes libres que le monde ait jamais connu des esclaves".

                    Page 71: "Demain nous allumerons un feu qui brûlera dans le coeur des hommes libres pour les siècles à venir.
                    • [^] # Re: luc besson

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Dans la bande-dessinée, je n'ai vu ça absolument nul part. Et Hérodote donne son point de vue, qui n'est pas celui des spartiates. Et il y avait aussi des esclaves à Athènes, et pas qu'un peu.

                      Sinon, tu a l'air d'être grosso modo d'accord avec moi sur toutes les différences entre le film et la bande-dessinée et les inexactitudes historiques, sans pour autant partager ma conclusion. C'est déroutant. Je ne sais plus comment argumenter, du coup. Quels raisons ont, selon toi, motivées ces modifications ?
                      • [^] # Re: luc besson

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Les modifs viennent, à mon avis, du fait que le cinéma est un autre média que la bande dessinée.
                        D'abord c'est un média de masse. Je n'ai aucune idée des chiffres mais je parie ma chemise que les spectateurs du film et du DVD sont incomparablement plus nombreux que les lecteurs de la BD.
                        Le réalisateur (et aussi Miller) le sait et il fait son film en conséquence.
                        La BD, surtout celle au style graphique si particulier de Miller qui n'attire pas n'importe qui, peut se permettre plus d'ambiguïtés, plus de noirceur, plus de politiquement incorrect.
                        Le film de cinéma lui, du fait de l'investissement financier gigantesque qu'il représente par rapport à une BD, doit "aplanir" ces aspérités et proposer un message plus clair du type "Les spartiates c'est les gentils qui se battent pour la liberté".

                        Je crois que plaquer à toute force une grille de lecture politique est une erreur. Dire que le film est une "ode assez dégoutante au militarisme américain post-11 septembre" c'est prêter des intentions politiques machiavéliques à ce qui n'est probablement qu'une distorsion purement commerciale.
                        • [^] # Re: luc besson

                          Posté par . Évalué à 2.

                          En quelques mots, tu penses donc qu'ils ont simplement mis de côté leur intégrité artistique pour faire un film plus racoleur ?
                          Ça ne me rends en tout cas pas le film plus sympathique. Et je ne pense pas qu'il n'y ai eu a aucun moment une volonté consciente de faire passer un message dans le film, c'est juste une conséquence de l'état d'esprit de l'équipe de production (enfin, je n'ai aucune idée de qui fait quoi dans un film de ce genre).
                          Et je trouve au final le film bien plus ambigu que la bande dessinée. La bédé montre l'affrontement de deux forces monstrueuses, sans prendre parti, quand le film nous montre des sur-hommes parfaits repoussant les hordes dégoutantes d'hommes malformés et hideux venu du moyen-orient, le deuxième scénario est sans conteste plus ambigu !
                          • [^] # Re: luc besson

                            Posté par . Évalué à 2.

                            D'ailleurs, le film a, me semble-t'il, généré bien plus de débats houleux que la bande-dessinée…
                            Bien entendu, la moindre audience de la bédé y est pour quelque chose, mais elle est selon moi loin de tout justifier.
    • [^] # Re: luc besson

      Posté par . Évalué à 3.

      Attention, il ne faut pas confondre Luc Besson le producteur et Luc Besson le réalisateur. Pour l'état civil, c'est le même bonhomme, soit. Mais le premier financera n'importe quelle merde (et Mozinor le rend très bien) là où le second a tout de même à son actifs plusieurs films de qualité (avec une préférence personnelle pour le Grand Bleu, version longue, fin française)

      Pour revenir rapidement sur le sujet, je n'ai vu ni le film ni lu la BD, par manque de temps plus que d'intérêt. Plusieurs personnes de mon entourage ont comblé l'un ou l'autre de ces vides voire les deux, et ont apprécié l'adaptation de Besson.
  • # Le choc des titans

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    J'en profite pour glisser un petit commentaire sur le choc des Titans réalisé par un ancien poulain de Luc Besson (Louis Leterrier).
    Le film est, à mon avis, une véritable catastrophe avec un acteur principal aussi expressif qu'une poutre, des scènes d'actions illisibles filmées en mode parkinson, Liam Neeson qui essaye visiblement de battre le record du monde de cabotinage et pour finir une intrigue et une réalisation totalement mollassonne qui nous plonge rapidement dans un état cataplexique.

    Je précise que je pensais voir un simple mais honnête divertissement, donc mes espoirs n'étaient pas démesurés.

    J'ai pas de bol en ce moment, on m'a filé la pseudo suite du roman Dracula, Dracula the Un-Dead, qui réalise l'exploit d'avoir chaque chapitre plus mauvais que le précédent, mais au moins je ne suis pas trompé sur la marchandise c'est une vraie descente aux enfers ... Du coup je ne décroche pas, totalement captivé par l'idée de voir jusqu'où les auteurs peuvent bien aller.
    • [^] # Re: Le choc des titans

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Pour tout dire, j'ai préféré ce film a Adèle Blanc Sec.
      Au moins ca bouge, c'est joli ...


      Le film est, à mon avis, une véritable catastrophe avec un acteur principal aussi expressif qu'une poutre,
      Soit
      des scènes d'actions illisibles filmées en mode parkinson,
      Soit, mais au moins, il y a de l'action !
      Dans Adèle blanc Sec, la pauvre scéne ou ca bouge un peu (quand adele monte sur le pterodactyle), est completement floue car les effets speciaux n'ont pas été finis à temps.

      Liam Neeson qui essaye visiblement de battre le record du monde de cabotinage
      Houla, mais dans ce cas, je me demande ce que tu penserai des personnages caricaturaux du film de besson !!!
      Entre le méchant scientifique a la gueule de travers, le jouvenceaux timide et épris de l'héroïne, l'autre vieux scientifique gentil mais un peu gaga, les policiers patapouf et ivrognes ...

      et pour finir une intrigue et une réalisation totalement mollassonne qui nous plonge rapidement dans un état cataplexique.
      Ben dans adèle, t'as tout ca.
      En plus t'as de l'humour français pas drôle, et pas de fin parce qu'il faut bien assurer que les spectateurs comprennent qu'il y aura un deuxième épisode.
    • [^] # Re: Le choc des titans

      Posté par . Évalué à 2.

      Liam Neeson qui essaye visiblement de battre le record du monde de cabotinage

      Peut-être, mais faut reconnaître qu'avec son armure de Chevalier du Zodiaque, il a vraiment la classe.

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

  • # A ne pas oublier !

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Il s'agit d'un film reprenant une BD et très souvent une grosse bouse (astérix 1 et 3, lucky luke et ceux que j'ai oublié).

    Reconnaissons à Luc de nous livrer un bon petit divertissement. C'est clair qu'on ne retrouve pas l'ambiance que Tardi retransmet dans ces albums. Mais le choix des acteurs est fidèle, le ptérodactyle et les momies aussi j'ai apprécié cela !

    Vous avez besoin d'un film pour vous divertir et ne pas trop réfléchir foncez, besoin d'un film profond... passez votre chemin.
    • [^] # Re: A ne pas oublier !

      Posté par . Évalué à 2.

      Au niveau ambiance c'est pas exactement celle des BDs, mais j'ai trouvé qu'il y a quand même une atmosphère, un univers qui sont bien présents. Que ce soit au niveau des personnages ou des décors. J'avais trouvé le 5ème élément plus ... artificiel
      • [^] # Re: A ne pas oublier !

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        j'ai trouvé qu'il y a quand même une atmosphère, un univers qui sont bien présents.
        Si on fait abstraction des éléments fantastiques et des personnages caricaturaux, je dois quand même concéder que besson a apporté un très grand soin a sa restitution de paris au debut du XXeme siècle (on peut ainsi voir l'ancien palais du trocadéro).

        Mais à part ca, non, je n'ai vraiment pas collé au film.
        • [^] # Re: A ne pas oublier !

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          D'un autre côté, des éléments fantastiques et des personnages caricaturaux, ça décrit plutôt bien la BD...
          • [^] # Re: A ne pas oublier !

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            ça décrit plutôt bien la BD...

            Il y a des choses qui passent mieux en BD qu'en film.
            Barbouiller JP Rouve de maquillage noir autour des yeux en est un exemple.
  • # Quoi, une news "cinéma" sur linuxfr?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Bon, loin de moi l'idée de vouloir reprendre cette vieille antienne.

    Par contre, je ne comprends pas que Linuxfr, en tant que média majeur, se laisse aller à diffuser une critique acerbe d'un film. Modérateurs, voulez-vous tuer le cinéma, qui souffre déjà assez du piratement (ou de la piratation, je ne sais plus)? Prenez donc exemple sur la télévision, qui par son ton diplomatique soutient cette belle industrie.
    Rédacteur, je ne vous salue pas!
  • # Bande annonce

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    J'ai regardé la bande annonce, et je trouve vraiment que les BA, à chaque fois, me donnent envie de ne pas voir le film (et parfois, après avoir vu un film, je trouve que la BA n'est pas du tout représentative)

    Mais pour Adèle Blanc-Sec, je trouve dommage d'avoir calé sur tous les procédés habituels pour les films action/aventure/humour. Si on compare Sherlock Holmes, Prince of Persia, Le choc des Titans et ce film par exemple, on a la même BA, avec un début avec des séquences pseudo dramatique toutes les 3 secondes en fade in/fade out (plus un texte morcelé qui présente plus ou moins le contexte), quelques petites scènes réassemblées au milieu et un feu d'artifice de bouts de scène d'action balancées à fond la caisse sur une musique de type symphonique (avec les choeurs, c'est à la mode) déchainée, notamment sur les percussions (avec si possible une scène ralentie, et réaccélérée), et d'autres textes morcelés du genre "en avril, avec Adèle, ça va tatanner sec" et puis une petite phrase finale (humouristique au besoin)

    Concernant Adèle Blanc Sec à proprement parler, j'ai toujours adoré ce personnage assez cynique, mystérieux, ayant tendance à parler peu mais bien. Je trouve, dans la BA, que là elle parle trop, déconne trop, pleurniche trop. Adèle blanc-sec qui affiche une expression, c'est comme Spock en train de se poiler, ça se compte sur les doigts de la main
    • [^] # Re: Bande annonce

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Concernant Adèle Blanc Sec à proprement parler, j'ai toujours adoré ce personnage assez cynique, mystérieux, ayant tendance à parler peu mais bien. Je trouve, dans la BA, que là elle parle trop, déconne trop, pleurniche trop. Adèle blanc-sec qui affiche une expression, c'est comme Spock en train de se poiler, ça se compte sur les doigts de la main

      Très très juste !
      J'avais du mal a définir comment décrire Adele, mais c'est exactement ca.
      Ce qui me frappe dans les BD, c'est son coté abrupt, austère, un peu revèche.

      Là dans le film, elle est juste un peu dirigiste, lance des petites phrases que Besson veut faire passer comme assassines ...
      Bref, adèle blanc sec devient comique (et ca c'est un comble)
  • # Ne soyez pas si pessismistes !

    Posté par . Évalué à 6.

    Moi j'ai lu la BD et j'ai vu le film. Je trouve les commentaires bien pessimistes car vraiment c'est un bon Luc Besson. Il a bien respecté l'esprit et la lettre de la BD de Tardi. Le résultat est très plaisant.

    L'auteur de la dépêche fait sans doute un contresens quand il dit que Le film se veut sérieux et dramatique. Et c'est là que le bât blesse
    Le film, comme la BD se veut amusant et satirique. Il se moque gentiment des travers de la société française, des pandores stupides, des savants fous... Pas de quoi se prendre la tête.
    • [^] # Re: Ne soyez pas si pessismistes !

      Posté par . Évalué à 7.

      c'est un bon Luc Besson
      trop gros, passera pas.
    • [^] # Re: Ne soyez pas si pessismistes !

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Je crois que ceux qui n'ont pas aimé sont surtout ceux qui ne connaissaient pas ou très peu l'œuvre de tardi

      Je le redis, Tardi s'est montré satisfait du résultat et a travaillé conjointement avec Besson. Si ça ne lui avait pas convenu, il se serait barré.
      • [^] # Re: Ne soyez pas si pessismistes !

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Tardi fait partir de ma culture BD depuis ma plus tendre enfance, au même titre que Moebius ou Jodorowski, et je voue quasiment un culte à Adèle Blanc-Sec, Le Démon des glaces ou Adieu Brindavoine, par contre, le fait qu'il ait bossé conjointement avec Besson, même si cela apporte une caution non négligeable à la qualité de ce film, je ne vais tout de même pas y aller les yeux fermés pour ce seul prétexte, et d'ailleurs, ce que j'ai lu du personnage interprété par Louise Bourgoin ne me donne pas vraiment envie d'aller lâcher mes 10 euros ou plutôt mes deux heures (le temps est en ce moment pour moi bien plus précieux que l'argent).
        • [^] # Re: Ne soyez pas si pessismistes !

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          D'autant que Brindavoine ou Blanc Sec sont parfois des histoires très dures et tristes, notamment pendant la première guerre mondiale (spoiler : oui Adèle Blanc Sec meurt, et ressuscite quelques années plus tard)
    • [^] # Re: Ne soyez pas si pessismistes !

      Posté par . Évalué à 2.

      Ah, je vois que je ne suis pas le seul à ne pas comprendre comment on peut trouver «sérieux et dramatique» un film qui m'a surtout l'air de chercher à jouer sur les clichés des histoires d'aventures vieillottes pour faire rire !

      En tout cas, c'est justement ce qui m'a plus, moi, cet aspect délirant, cet ambiance vieillotte et ce jeu avec les clichés. D'ailleurs, la scène de l'accident de tennis m'a fortement rappelé la scène du jokari sur la plage dans OSS 117, qui joue aussi beaucoup sur l'aspect vieillot.

      Enfin, je re-jugerais le film quand j'aurais lu la bédé. Ça ne serait pas la première fois qu'un film qui m'avait plu au premier visionnage paraisse bien fade à côté de la bande-dessiné (Constantine/Hellblazer, je te vois !).
  • # Hé ben moi j'ai bien aimé.

    Posté par . Évalué à 3.

    Mais j'ai pas la fibre pour écrire une contre-critique complète ce soir. Cela dit, je suis également un amateur de BD, j'adore l'oeuvre de Tardi et celles qui se situent dans l'univers d'Adèle Blanc-Sec en particulier. Et il se trouve que c'est une adaptation plutôt réussie selon moi.

    Si il fallait absolument faire un reproche, je dirais que l'atmosphère de mystère n'est pas assez présente, une bonne partie de l'intrigue est résolu dès le départ.

    Après, il est vrai que l'Adèle de la BD est plus revèche que celle du film. Mais pour rendre ça en film, je préfère le parti pris de Besson et Bourgoin, ça rend mieux qu'une Adèle stoïque qui serait plus conforme au personnage de BD, mais aurait probablement été ratée.

    C'est pas le film du siècle, non, ni même celui de l'année, mais j'ai pas l'impression d'avoir perdu mon temps ou mon argent.
    • [^] # Re: Hé ben moi j'ai bien aimé.

      Posté par . Évalué à 3.

      je dirais un peu pareil. J'avais lu quelques albums de BD d'Adèle Blanc Sec à l'époque, et sans être un grand fan, j'avais bien apprécié.

      J'adore l'ambiance de cette époque, et je suis donc allé voir le film (j'ai bien aimé également "les brigades du Tigre"), et je n'ai pas été déçu, je ne me suis pas du tout ennuyé.

      Certains personnages sont assez caricaturaux, et alors ? Le chasseur est vraiment pareil dans la BD. Adèle est assez piplette dans le premier tome finalement, et l'actrice lui donne une apparence à mon sens fidèle à la BD.

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # ce film est une huître

    Posté par . Évalué à 2.

    Je ne connais pas l'oeuvre de Tardi, ce qui me permet d'avoir un regard sans a priori sur le film.

    Pour être bref, ce film est une huître: tout mou, visqueux et sans consistance mais avec une perle dedans.

    JP Rouve fait son robin des bois, Gilles Lelouche (ou son personnage) est insipide, on se demande à quoi sert Mathieu Amalric, et Louise Bourgoin tente de s'incarner dans un personnage qui n'arrive pas à me faire oublier la miss météo de canal+, sauf peut-être pendant la fin de la partie de tennis, sur un registre plus dramatique. Même les images de synthèse et autres effets spéciaux donne la sensation d'avoir été bâclés.

    Et puis tout d'un coup, la momie se réveille et je me retrouve transporter dans un univers totalement absurde et burlesque là où auparavant le film ne m'avait offert que successions de longueurs et de blagues lourdes. Le docteur en physique nucléaire, Ramsès et son léger accent américain, un cortège pharaonique à l'ouvrage et puis le départ vers le Nil. Ensuite le tout mou visqueux reprend ses droits ...
    C'est à se demander si cette partie a été écrite et réalisée par la même équipe que le reste du film.

    On sent bien la tentative d'initier une série de suites si ce premier opus rencontre un certain succès: ca sera sans moi. Par contre, je n'ai qu'une envie, c'est revoir cette perle qui m'a bien fait marrer.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.