Appel de wallabag aux fabricants de liseuse

33
24
août
2016
Matériel

La rentrée littéraire approche. C’est l’occasion de lancer un petit appel aux fabricants de liseuses.

wallabag est un service de lecture différée : vous sauvegardez en un clic des articles Web dans votre compte et vous les lisez plus tard en mode déconnecté sur votre smartphone ou tablette. Le tout dans un mode épuré pour vous concentrer uniquement sur le contenu de l’article. Une présentation vidéo existe et vous permettra de mieux comprendre l’idée.

Il s’agit d’une alternative libre et opensource à Pocket, une solution propriétaire déjà intégrée sur les liseuses Kobo.

L’idée : voir wallabag intégré chez un ou plusieurs fabricants de liseuses.

Le travail à fournir n’est pas impressionnant : wallabag propose déjà une exportation des articles aux formats ePUB et PDF (et bien d’autres). Techniquement, wallabag propose une API pour permettre aux applications des liseuses de récupérer les contenus sauvegardés.

Si vous travaillez dans le monde de l’édition numérique, si vous êtes fabricants de liseuses (et vous souhaitez concurrencer Kobo :-)), si vous connaissez quelqu’un qui travaille dans l’édition numérique, si vous souhaitez pouvoir utiliser wallabag sur votre liseuse, écrivez à nicolas CHEZ loeuillet.org, contactez‐le via Twitter @nicosomb, partagez ce message, commentez‐le ci‐dessous, diffusez‐le. :-)

Pour tous ceux qui se demandent quel est l’intérêt d’une liseuse vis‐à‐vis d’un bouquin papier, les lecteurs de LinuxFr.org ont listé quelques avantages, façon Prévert :

  • Une lisibilité excellente, même dehors.
  • Et la nuit alors ? Avec une liseuse éclairée on peut lire sans lumière donc sans déranger la personne qui dort à côté :-) ; en plus le changement de page est complètement silencieux, l'autre à côté apprécie d'autant mieux!
  • Des centaines de bouquins dans un espace super réduit (idéal pour les voyages, le camping, la randonnée, … c'est les vacances, pas les ennuis).
  • Idéal aussi dans la poche : la liseuse rentre dans la poche, le bouquin ça déroche.
  • Et puis tous les bouquins n’existent pas en format poche.
  • Ça prend moins de place dans une bibliothèque.
  • C'est léger, beaucoup plus léger, ce qui est pratique quand on lit des pavés, ou pour partir en congés, et même à l'étranger.
  • Les déménagements sont moins pénibles :-)
  • Marque-pages automatique.
  • Peut-être que c’est juste une autre manifestation du syndrome des deux mains gauches (ou quatre pieds gauches), mais les marques-pages ont tendance à s’égarer et on perd à chaque fois plusieurs minutes à retrouver où on en était avec les bouquins papier.
  • L'achat ou la dépose de fichiers sont super simples.
  • L'autonomie en semaines (un avantage de la liseuse contre un autre équipement électronique).
  • Les livres peuvent être moins chers : ce n'est pas forcément le cas, mais ça l'est toujours pour les livres dans le domaine public.
  • Ça permet de garder ses livres même après un accident : si la liseuse est perdue, passe sous l'eau ou brûle, elle est aussi fichue qu'un livre en papier le serait dans les mêmes conditions, mais les livres eux-mêmes, si on est prévoyant, on en a une sauvegarde sur son PC Debian.
  • Ça permet de lire dans des positions impossibles avec un livre en papier, par exemple dans un bus bondé ou avec zéro main (sauf une de temps en temps pour tourner la page), ou encore allongé sur le côté (pour faire ça avec un livre en papier, il faut un bras sous le corps pour tenir un côté du livre, ce qui est intenable parce que le sang ne peut pas bien y circuler, et un bras au-dessus pour tenir l'autre côté, ce qui est épuisant).
  • Suivre très facilement les notes, les renvois, le glossaire d'une simple pression du doigt.
  • De plus si la note renvoie vers un lien sur le oueb, la liseuse est généralement connectée à un réseau, ce qui permet de le consulter très facilement à tout endroit.
  • L'accès au dictionnaire en un quart de seconde… C'est bien sûr évident quand on lit dans une langue étrangère. Mais c'est aussi très utile en français. On se retrouve subitement à vérifier la définition de certains mots alors que, par paresse, on ne l'aurait jamais fait avec un livre papier.
  • Le dictionnaire anglais-français intégré. Mine de rien bien utile pour la lecture de certains romans.
  • Ça permet de lire des articles arXiv sans les imprimer et se trimbaler avec des feuilles A4 agrafées.
  • De même, on peut exporter des blogs/sites web vers sa liseuse.
  • La possibilité de surligner et retrouver facilement les passages intéressants « à développer »
  • Ensuite, la possibilité d'avoir ainsi plusieurs livres à disposition. Pour deux raisons :
    1. parce qu'on lit plusieurs livres en parallèle
    2. parce qu'il arrive qu'on finisse un livre pendant la première moitié d'un trajet de plusieurs heures.
  • Un bouquin papier qui tombe dans l’herbe ou la boue est défiguré à vie. Une liseuse ça se nettoie.
  • Un bouquin papier tient mal l’humidité genre rosée, la liseuse aucun souci.
  • Il y a même des liseuses étanches, donc on peut lire sous l'eau :)
  • Pour ceux qui détestent avoir trop de choses chez eux, un bouquin physique fini qui traîne est une gêne. La perte de temps qu’est la logistique pour s’en débarrasser (que ce soit donnons.org/vente d’occasion qui demande de prendre rendez-vous avec un particulier, ou aller à Emmaüs) insupporte au plus haut point.
  • De même, la logistique pour se procurer le bouquin (aller à la bibliothèque/la librairie) peut ennuyer. La liseuse c’est trois clics. Bon, heureusement aujourd’hui il y a des libraires en ligne, c’est moins contraignant.
  • Pouvoir se trimbaler avec 1 ou 2 bouquins de chaque genre (SF, physique, fantasy, philosophie, économie) pour pouvoir choisir ce qui nous fait envie.
  • Pouvoir garder des bouquins sous le coude sans s’encombrer. Avant il devait être réellement exceptionnel. Du genre LA référence du genre. Maintenant aucun scrupule à garder des bouquins électroniques « pas trop mal » (et c’est là qu'on se rend compte que « devrais-je garder ce bouquin ? » après l’avoir refermé et « ai-je bien fait de garder ce bouquin » 6 mois plus tard sont des questions bien différentes avec des réponses bien différentes).
  • Ça permet aussi de choisir la taille des caractères, la fonte, les espacements interlignes. Bref, toute la mise en page. C'est un chouia plus compliqué sur le papier.
  • Ça semble anecdotique, mais des bouquins avec du papier un peu trop transparent ou avec des caractères trop petits, des lignes trop espacées, etc. on en trouve à la pelle (et comme les préférences varient d'un lecteur à l'autre, c'est dur de contenter tout le monde).
  • Et en parlant de caractères, il existe des polices d'écriture spéciale pour les dyslexiques (comme opendyslexic.org par exemple).

Ceci étant dit, il est évident qu’une liseuse n’a rien d’indispensable, on vit très bien avec des livres en papier. Et on ne découvre les avantages (et les inconvénients) d’une liseuse qu’en essayant, et en essayant assez longtemps : si tu n’essaies pas en vacances par exemple, tu passeras à côté d’une bonne partie de l’intérêt de ces appareils.

N. D. M. : la liste des défauts reste à faire (pollution, coût, éventuel problème d’interopérabilité, gestion de mises à jour, DRM éventuels, etc.).

  • # Défaut majeur

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Il me semble qu’il manque également un défaut majeur : la pérennité des livres électroniques. En effet, si un livre papier se transmet facilement de génération en génération, il en va tout autre des fichiers.

    Les risques d’erreurs et de pertes sont tellement important qu’il y aura des disparitions tôt ou tard, notamment lors d’héritages et transferts de fichiers entre personne.

    Également, la forte probabilité qu’il n’y ait pas de sauvegarde des fichiers présents sur la liseuse augmente leur risque de perte.

    Si je ne suis guère inquiet pour les utilisateurs avancés qui fréquentent cet endroit, pour le commun des mortels peu rompu à cet exercice, je ne mise pas un centime sur la pérennité de leurs ouvrage au delà d’une décennie.

    • [^] # Re: Défaut majeur

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Pour le commun des mortels, tu peux dire ça de tout ce qui a été numérisé ces dernières années (photos, vidéos, musique… factures…)

    • [^] # Re: Défaut majeur

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      En même temps, le commun des mortels perd une bonne quantité de livres papier aussi (jetés, recyclés, endommagés par des liquides/enfants/animaux/feu, dégradation naturelle des livres poche, etc.). Sur une ou deux générations, on arrive à garder des bouquins (les grands parents ont encore la bibliothèque rose/verte pour les petits enfants par exemple), mais je doute que beaucoup de familles aient des livres sur quatre ou cinq générations. À long terme, on perdra la plupart des livres papier et électroniques, sauf ceux pour lesquels des gens auront vraiment faits des efforts pour les préserver (comme pour les livres papier anciens de valeur).

      • [^] # Re: Défaut majeur

        Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 26/08/16 à 10:01.

        En même temps, le commun des mortels perd une bonne quantité de livres papier aussi (jetés, recyclés, endommagés par des liquides/enfants/animaux/feu, dégradation naturelle des livres poche, etc.). Sur une ou deux générations, on arrive à garder des bouquins (les grands parents ont encore la bibliothèque rose/verte pour les petits enfants par exemple), mais je doute que beaucoup de familles aient des livres sur quatre ou cinq générations. À long terme, on perdra la plupart des livres papier et électroniques, sauf ceux pour lesquels des gens auront vraiment faits des efforts pour les préserver (comme pour les livres papier anciens de valeur).

        Ce n'est pas tant le fait de perdre (aussi) des livres qui a de l'importance mais "pourquoi". Autrefois les livres se transmettaient et se conservaient, c'est indéniable. On ne le fait peut-être plus aujourd'hui (ou moins) mais il faut chercher la réponse dans le caractère éphémère quasi absolu de ce que nous "consommons". Les données sont surabondantes et l'information de qualité se perd dans le brouhaha et la confusion totale. On jette bien plus qu'avant, vu qu'on consomme de manière effrénée et non réfléchie. Tout est devenu périssable dans nos sociétés dites "modernes".

        Je me poserais plutôt la question: que restera-t-il de notre civilisation dans 1000 ans? Une espèce de charabia incompréhensible car les mystérieux formats de stockage sont aussi divers qu'incompatibles entre eux? Quelques versions papier des relations extra-conjugales de ces anciens "Dieux" qu'on appelait "People"? Des morceaux de métal apparemment précieux, visiblement magnétique mais vierge de toute information — les radiations sans doute? Des bouts de sable fondu enrobé dans du plastique dont on se demande bien ce qu'il pouvait contenir? Des encyclopédies, rongées par les moisissures, qu'on ne peut toucher tant elles sont devenues fragiles — pour autant qu'on en retrouve…

        Je finis par me demander si nous ne serions pas les Étrusques des temps modernes: une civilisation technologiquement avancée mais dont la langue est toujours empreinte de mystère.

        • [^] # Re: Défaut majeur

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Ce n'est pas tant le fait de perdre (aussi) des livres qui a de l'importance mais "pourquoi". Autrefois les livres se transmettaient et se conservaient, c'est indéniable.

          Ouais ça survit un temps, mais le papier se conserve quand même mal sur plusieurs siècles. Du texte, ça se copie-colle, c’est pas aussi compliqué que de devoir scanner des livres papiers pour les sauvegarder.

          Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

          • [^] # Re: Défaut majeur

            Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 26/08/16 à 19:16.

            Si le papier se conserve mal, c'est peut-être aussi parce que, pour des raisons de coût, par exemple, on n'investit plus là-dedans, tellement c'est "has-been"… Or il se fait que le papier est malgré tout plus robuste dans le temps que n'importe quel support "moderne" (électronique/informatique ou autre). Et c'est sans compter la vitesse à laquelle les formats varient rien qu'en une seule génération. Et les supports? à la louche:

            • CD/DVD/BluRay: 10-20 ans; 2 à 5 ans garantis pour les réinscriptibles. Et en prenant des précautions. Et plus la longueur d'onde est petite, plus le support est sensible (lire: se dégrade) à la lumière naturelle.
            • Disque dur mécanique: 10 ans? 20 ans? 40 ans? (à condition que le format soit récupérable et documenté…)
            • Mémoires flash, eMMC, SSD et cie: 10 ans garantis.

            De toutes façons, même si les données étaient garanties cent ans, a) ça reste encore un ordre de grandeur en dessous pour assurer une pérennité à long terme et b) on est encore incapable de prédire si les format subsisteront. Alors même si le papier se conserve mal sur plusieurs siècle, notre technologie, volatile, est encore loin derrière.

            Les accumulateurs d'énergie en général se dégradent avec le temps. Même si l'information est gravée dans le silicium, il faut encore de l'électricité pour l'alimenter, puis un dispositif de transfert d'information et de transcodage pour afficher l'information dans un format connu (d'aujourd'hui, c'est tout ce dont on dispose) et lisible pour l'humain. Mais comme les condensateurs (on en a toujours besoin dans l'électronique) se dégradent avec le temps, c'est… comment dire… perdu d'avance. Et c'est sans savoir si on sera toujours à utiliser l'électricité comme source d'énergie dans mille ans.

            Un livre n'a besoin que des yeux de l'être qui le manipule pour avoir une chance d'être lu.

            C'était le point que je tentais de soulever.

            • [^] # Re: Défaut majeur

              Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 26/08/16 à 20:33.

              La technologie a un peu évolué depuis les disquettes. Et pas que quantitativement.

              https://aws.amazon.com/glacier/faqs/

              Q: How durable is Amazon Glacier?

              Amazon Glacier is designed to provide average annual durability of 99.999999999% for an archive. The service redundantly stores data in multiple facilities and on multiple devices within each facility. To increase durability, Amazon Glacier synchronously stores your data across multiple facilities before returning SUCCESS on uploading archives. Glacier performs regular, systematic data integrity checks and is built to be automatically self-healing.

              Pour le format, ça ne changera pas du jour au lendemain. Il y aura toujours une période de transition pour passer les archives d’un ancien format au niveau. Et ça aussi ça devient de plus en plus facile technologiquement : passer d’un film photographique argentique à un format numérique c’est dur et cher, passer d’un format numérique à un autre c’est facile et (relativement) pas cher.

              • [^] # Re: Défaut majeur

                Posté par . Évalué à 5.

                Amazon Glacier n'est pas un support pour stocker ton information, mais une infrastructure sur laquelle ta donnée est dupliquée et les disques durs périodiquement changés.
                Sans Amazon pour en assurer la maintenance ta donnée disparaîtra avec les derniers disques durs…

          • [^] # Re: Défaut majeur

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Je vais prendre ma casquette d'archéologue et te dire que tu as tort.
            Le papier se conserve très longtemps et avec son contenu, et plus plus longtemps que les supports numériques.
            Le seul gros inconvénient du papier, c'est qu'il craint l'humidité. Les supports numériques se dégradent d'eux-même, parce que leur méthode d'enregistrement des données est par essence instable.

            Le mauvais papier par contre, c'est autre chose, et combiné à une mauvaise encre, c'est la fin. Oublie effectivement de sauver une œuvre quelconque sur un ticket de caisse thermique. D'un autre côté, ce n'est pas du papier conçu pour durer.

            Sed fugit interea, fugit inreparabile tempus, singula dum capti circumvectamur amore

            • [^] # Re: Défaut majeur

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Le papier se conserve très longtemps et avec son contenu, et plus plus longtemps que les supports numériques.

              Donc, quelle est la proportion de papier qu'on a gardé des 50 dernières années comparer au numérique. Quel est la proportion de papier gardé pour les 200 dernières années ? Est-ce plus que les projection de perte de tape, CD ou disque dur sur les 200 prochaines années ?

              « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Défaut majeur

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Bah je vois bien que le papier se conserve plus longtemps, par contre les copies sont pénibles à faire, du coup avec des œuvres sauvegardées à plusieurs endroits la conservation est meilleure. (je pense aux torrents par exemple mais pas que, aux sites de ROM de consoles, etc.).

              Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

              • [^] # Re: Défaut majeur

                Posté par . Évalué à 8.

                Le plus ancien livre du monde, authentifié, a 2500 ans. Il s'agit d'un ouvrage étrusque (tiens, quand on parle du loup) retrouvé en Bulgarie. Bon, il est en or. Mais ça démontre, en partie, à quel point l'écriture manuscrite a de l'importance du point de vue historique. Le plus vieil ouvrage imprimé connu, le « Sutra du diamant », date d'environ 900 après J.-C.

                Le procédé auquel tu fait référence est la redondance. Il est inhérent aux systèmes informatique: s'il est bien plus "facile" de copier l'information, il est également aussi aisé de la supprimer. Cependant ça n'a rien à voir avec la durabilité de l'information (en termes de résistance au temps qui passe): si tu stockes des données sur des supports qui durent 10 ans maxi, tu devras les remplacer tous, de toutes façons, tous les dix ans au minimum… ssi tu envisages de conserver l'information sur une plus grande durée. Et c'est précisément ce fameux «si et seulement si» qui a de l'importance.

                À travers l'histoire, la connaissance s'est transmise en la recopiant — précisément une opération que les géants de l'information d'aujourd'hui sont en train de rendre propriétaire. Mais passons. C'est à cette tâche, aussi pénible soit-elle, que se dévouaient les moines copistes. Donc oui, pour transmettre la connaissance, il faut la recopier. Si c'est plus facile avec l'informatique, il faudra le faire plus fréquemment que si c'était du papier parce que la durée de rétention est inférieure de plusieurs ordres de grandeur, au pire. Dans tous les cas, ce sera chiant. Redondance ou pas.

                Autre point à prendre en compte: les moines copistes autrefois recopiaient "l'information" sans exiger de dû aux citoyens. Aujourd'hui les entreprises, qui gèrent l'information, ne le font pas/plus gratuitement. Tu vois où je veux en venir…?

    • [^] # Re: Défaut majeur

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Oui, sauf que là, on parle de fichiers numériques que l'on n'a pas produit soi-même (contrairement à des photos de famille, par exemple). Si l'on en perd, c'est pas grave, on les retrouve facilement, et encore plus facilement dans le futur, je pense, quand les bibliothèques se seront mis sérieusement au numérique.
      Si j'hérite de la collection complète des annales du Disque-Monde en epub de mon grand-père (oui, il est super cool mon grand-père), et que je les perds, j'en retrouve d'autres (voire j'en achète, c'est pas cher). Il n'y a pas de valeur sentimentale à un exemplaire, lorsqu'ils sont tous identiques. C'est pas comme le vieux bouquin poussiéreux que j'aurai vu sur son étagère toute mon enfance !
      Dans une économie d'abondance, comme celle des fichiers numériques, la valeur d'un exemplaire est nul, donc le préjudice lié à sa perte l'est aussi…

      Évidemment, si c'est un livre que mon grand-père aurait écrit et pas publié, là oui, c'est vrai… Mais bon, c'est un cas très particulier, et rare, non ?

      De ses yeux vastes comme des océans, encroûtés de chassie et de poussière d'astéroïdes, Elle fixe le But Ultime.

    • [^] # Re: Défaut majeur

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      un livre papier se transmet facilement de génération en génération

      Tu penses sérieusement cette phrase?
      Tu penses sérieusement qu'avoir vu 1 bouquin transmis d'une génération à une autre te permet de généraliser à tous les bouquins perdus en cours de route?
      Tu penses sérieusement que du papier dure? tu ne t’aies jamais posé la question du pourquoi tu ne peux pas lire les vieux livres stockés à la BnF?

      Également, la forte probabilité qu’il n’y ait pas de sauvegarde des fichiers présents sur la liseuse augmente leur risque de perte.

      Il y a encore moins de sauvegardes de ton livre "de génération en génération".

      je ne mise pas un centime sur la pérennité de leurs ouvrage au delà d’une décennie.

      pareil en papier ou numérique, pour différentes raisons certes mais je doute que l'un est plus pérenne que l'autre (incendie, lourd lors de déménagement, besoin de place vs bien faire attention à laisser le mot de passe de son cloud qui sait très bien s'occuper des backups)

      le commun des mortels peu rompu à cet exercice

      Quel exercice? Celui de laisser son MdP? Ca arrive de plus en plus car on apprend quand même au fur et à mesure et il me semble que ça vient petit à petit de gérer les personnes décédées.

      Les risques d’erreurs et de pertes sont tellement important

      Exemple s'il te plait.
      le taux de perte est de 0.00001% sur les hébergeurs utilisés par le commun des mortels soit moindre que le risque d'incendie chez toi, donc je ne vois pas de quelle importance tu parles (si tu parles de "chez toi", c'est que tu as loupé un gros épisode de l'informatique moderne)

      Et à titre d'exemple, j'ai 0 bouquin physique chez moi venant de mes grands-parents décédés (pour diverses raisons, mais on peut citer le fait qu'on n'a pas les mêmes goûts de lecture et/ou que je le retrouve à 1 million d'exemplaires quand je veux), il faut aussi se rendre compte des changements entre générations : le livre est devenu "has been" (il n'a plus vraiment de valeur), n'a plus de valeur sentimentale (qui n'est que l'importance qu'on veut accorder) pour de plus en plus de monde qui bouge de plus en plus (même constat fait d'ailleurs pour le PC fixe, qui se meurt à la maison pour laisser place à un PC portable voire pas de PC du tout mais seulement un smartphone avec les photos backupées automatiquement dans le cloud).

      Bref, le monde évolue et "avant" ce n'est pas aussi parfait que tu l'imagines.

      • [^] # Re: Défaut majeur

        Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 25/08/16 à 13:16.

        Je soutiens Gemini.

        Exemple de fiction pas si improbable que ça : Si je décède, mes documents seront perdus : ils sont comme leurs sauvegardes sur partitions chiffrées, dont le mot passe de la clé n’est connue que de moi-même… C’est pas ma famille ou mes amis qui ne baignent en rien dans l’univers informatique qui sauront faire ! Rassurez-vous, j’ai rédigé un tuto imprimé sur papier dans lequel j’ai mis tous mes mots de passe ^ ^

        Par contre, et c’est bien réel, après le décès de mon Grand-père, en fouillant dans les tiroirs de son bureau on a trouvé des lettres que l’on a pu lire sans souci, peu importe que ces lettres aient finies à la poubelle peu après, l’information quelles contenaient était facilement accessible.

        Plus généralement et sur plus long terme…

        Quel que soit le support, la pérennité de l’information ne passe que par les copies. Depuis les moines copistes à nos sauvegardes décentralisées et automatiques.

        Et oui, le papier comme le support numérique se copie, et on peut aussi décentraliser les sauvegardes. Un même ouvrage peut être consultable dans sa version papier dans plusieurs bibliothèques. C’est simplement plus facile et plus rapide de dupliquer les fichiers numériques.

        Si la BNF contient des exemplaires non consultables, tu peux être sûr qu’ils ont été microfilmés et qu’il en existe des fac-similés accessibles au public.

        Ces livres sont parfois plusieurs fois centenaires, fragiles mais fonctionnels. C’est-à-dire qu’on l’ouvre et on lit. Une mémoire magnétique, flash ou autre, ne tiendra jamais jusque-là. La pérennité des informations numériques est loin d’être une évidence entre l’obsolescence du matériel et des différentes couches logiciels (OS, bibliothèque, logiciels, formats, etc.), sans parler en plus du chiffrement des données.

        Dans deux siècles on passe à un quidam un disque dur 5"1/4 sur port ISA au système de fichier de MS DOS et on lui demandera de lire un fichier proprio d’un des traitements texte des années 1980, dont l’éditeur a disparu peu après… C’est pas gagné. On a augmenté le niveau de compétence à tel point qu’aucun homme ne pourra s’en sortir seul ou en petite équipe. Contrairement au livre papier.

        Mais bon c’est pas grave, maintenant qu’on a baigné dans le nucléaire, il nous est interdit de régresser techniquement…

        Alors oui, à l’échelle de l’individu, je pense qu’il est plus facile de transmettre des informations sur papier que numériquement.

        • [^] # Re: Défaut majeur

          Posté par . Évalué à 3.

          Personnellement, je partage mes livres dans le cercle familial (3 liseuses). Du coup, je découvre grâce à toi un deuxième avantage, le fait de réduire le risque de perte irrémédiable :-)

        • [^] # Re: Défaut majeur

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Alors oui, à l’échelle de l’individu, je pense qu’il est plus facile de transmettre des informations sur papier que numériquement.

          c'est franchement chiant le papier, j'ai passé des jours à les déchirer après le décès de mes parents… (factures de france telecom/EDF/GDF, relevés de compte, examens médicaux, inventaires du magasin, bulletins de rémunération des employés…)
          en numérique, il y a potentiellement possibilité de recherche/tri, un simple rm -rf /home/ permet de tout virer :-)

          Bon, après je reste tout de même attaché au papier. Le fait d'avoir des livres que j'ai dévorés m'a permis enfant de devenir adepte de la bibliothèque municipale (gratuite), j'y passais tous mes mercredis après-midi. En école d'ingé, le club bibli m'a permis de lire l'intégrale du triptyque^W^Wde la trilogie du guide du routard^Wvoyageur de la galaxie en 5 tomes par Douglas Adams et en anglais (ainsi que plein de Stephen King), j'ai pu lire des thèses des années 50 d'élèves de mon école (la bibliothécaire était un peu sidérée que je lui demande ces références, vu que sur les 900 élèves sur le campus la bibli n'avait que ~10 personnes venant par jour, mais bref).

          Je vois bien l'intérêt des liseuses, pour autant un site tel que http://www.inlibroveritas.net/le-concept.html me semble avoir du sens pour s'acheter un livre papier imprimé à la demande, et je ne dis pas cela parce que j'ai un bouquin pour lequel j'ai participé à la traduction (et rencontré l'auteur) y est publié : http://www.inlibroveritas.net/oeuvres/28882/autonomie---la-liberte-de-pensee (sous licence libre, bien sûr :D)

        • [^] # Re: Défaut majeur

          Posté par . Évalué à 9.

          Ces livres sont parfois plusieurs fois centenaires, fragiles mais fonctionnels. C’est-à-dire qu’on l’ouvre et on lit. Une mémoire magnétique, flash ou autre, ne tiendra jamais jusque-là. La pérennité des informations numériques est loin d’être une évidence entre l’obsolescence du matériel et des différentes couches logiciels (OS, bibliothèque, logiciels, formats, etc.), sans parler en plus du chiffrement des données.

          Enfin faut pas exagérer non plus:
          Depuis qu'on est au numérique, je ne perds plus de photos (j'ai des sauvegardes, et maintenant je commence à tout envoyer sur le cloud).
          Pour les photos plus anciennes, il ne me reste plus grand chose, parce que:
          -les pochettes photos ont été perdues
          -la cave a été innondée
          -égarées à travers de multiples déménagements
          Du coup il y a un gap entre mes photos d'enfance gardées religieusement par ma mère (mais là non plus aucune copie!) et les photos de l'ère numérique, qui sont pour la plupart partagées avec ma famille (merci le cloud).
          Je n'aborderai même pas les vidéos qui ne sont plus prisionnères de leur cassette VHS sans aucune copie existante au monde.

          Si tu veux laisser des choses derrière toi, assure-toi qu'elles soient accessibles à quelqu'un d'autre.

          Tiens idée: un script t'envoie un message tous les 6 mois, et si tu ne réponds pas dans le mois qui suit, la liste de tes mots de passe enregistrés est rendue accessible à un/des proches de ton choix.

          Yapluka coder les gars!

          Dans deux siècles on passe à un quidam un disque dur 5"1/4 sur port ISA au système de fichier de MS DOS et on lui demandera de lire un fichier proprio d’un des traitements texte des années 1980, dont l’éditeur a disparu peu après… C’est pas gagné. On a augmenté le niveau de compétence à tel point qu’aucun homme ne pourra s’en sortir seul ou en petite équipe. Contrairement au livre papier.

          Sauf que si l'info est utile, on attend pas 2 siècles pour la copier de formats en formats sur différents supports.
          Diable, est-ce que le CD que j'ai gravé il y a 10ans est toujours lisible? Réponse: je m'en fiche, j'ai déjà copié ce dont j'avais besoin ailleurs, sinon c'est que j'en avais pas vraiment besoin.
          Et en passant: tu crois vraiment que les livres que tu achètes aujourd'hui seront lisibles dans 200ans? Le papier et l'encre modernes, ce ne sont pas ceux des moines copistes!

          Mais bon c’est pas grave, maintenant qu’on a baigné dans le nucléaire, il nous est interdit de régresser techniquement…

          Ça je te l'accorde: si la civilisation s'écroule, on ne saura pas la reconstruire telle qu'elle était. Peut-être que ce n'est pas si mal de ne pas savoir revenir à l'état qui a conduit au désastre?

          • [^] # Le proprio a une longueur d'avance

            Posté par (page perso) . Évalué à -6. Dernière modification le 26/08/16 à 07:51.

            Tiens idée: un script t'envoie un message tous les 6 mois, et si tu ne réponds pas dans le mois qui suit, la liste de tes mots de passe enregistrés est rendue accessible à un/des proches de ton choix.
            Yapluka coder les gars!

            Ou passer à LastPass, "ça pue c'est pas libre" mais ils ont déjà réfléchi à la chose et déjà codé. Oui, le proprio a une bonne longueur d'avance sur le libre.

            Pour info, c'est bien plus facile que "attend entre demain et 6 mois", c'est une personne que tu as ajouté à ta liste des personnes autorisées qui fait la demande, on t'envoie un mail et si tu as pas dit "non" au bout de 2 semaines la personne a accès à ton compte donc tous tes papiers numérisés / photos / vidéos.

            C'est pas libre mais gratuit, j'attends les libristes qui disent que le libre c'est mieux pour tout qu'ils me fassent du libre gratuit avec la même fonctionnalité.

    • [^] # Re: Défaut majeur

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Comme l'a écrit chimrod, il ne faut pas avoir une vision exclusive : tout papier ou tout numérique. Chacun a ses avantages et ses inconvénients.

      Je suis un lecteur occasionnel et je relis rarement un livre. Donc, ma liseuse (une super Odyssey Frontlight) permet de ne pas encombrer inutilement ma bibliothèque de romans/articles/page web "à usage unique". Par contre, je préfère la version papier de certains livres qui ont une valeur importante/sentimentale ou certains types de livres : livres techniques, avec de belles illustrations, manga.

      Idem, durant les transports, en voyage, selon la position de lecture (sauf s'il y a beaucoup de soleil), la liseuse a toute sa place. Mais, pour rechercher une information rapidement, prendre le temps de découvrir l'ouvrage, je privilégie une version papier.

    • [^] # Re: Défaut majeur

      Posté par . Évalué à 2.

      As décidé pour autant de rester aux photos argentiques ? Elles-mêmes bien périssables d'ailleurs. Quand je vois l'état de mes Kodachrome d'il y a 30 ans …
      Reste la gravure sur granit, à l'égyptienne, mais c'est un poil contraignant.

      • [^] # Re: Défaut majeur

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Reste la gravure sur granit, à l'égyptienne, mais c'est un poil contraignant.

        On ne connaît pas trop la production global des gravures égyptiennes, du coup, on ne peut pas trop dire quel pourcentage a survécu et donc si c'est un bon moyen de conservation.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # TEA for you

    Posté par . Évalué à 8.

    Vous pouvez essayer de vous rapprocher de la plateforme TEA https://www.tea-ebook.com/ qui propose une solution alternative à celles des GAFAM et dont le logiciel propulse les liseuses distribuées par plusieurs libraires indépendants.

  • # Je suis d'accord pour la plupart des arguments

    Posté par . Évalué à 0.

    … mais je n'ai pas compris le premier :

    Une lisibilité excellente, même dehors.

    Le livre n'a pas besoin de rétro éclairage à ce que je sache…

    Ce commentaire est libre de droit, vous pouvez le réutiliser comme bon vous semble.

    • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

      Posté par (page perso) . Évalué à 7. Dernière modification le 25/08/16 à 08:40.

      Le livre n'a pas besoin de rétro éclairage à ce que je sache…

      Et justement, les liseuses électroniques non plus, grâce à l'encre électronique.

      C'est d'ailleurs le "seul" intérêt d'acheter ces machines à la place d'une tablette ou d'un smartphone (l'écran est lisible sans rétro-éclairage et nécessite beaucoup moins d'énergie).

      • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

        Posté par . Évalué à 5.

        D'ailleurs je suis un peu peiné que mon argument n'ait pas été retenu dans cette belle liste à la Prévert : "Ça évite d'avoir l'odeur parfois dégueulasse de l'encre d'imprimerie, qui fait mal à la tête (je prends volontiers le contre-pied de ceux qui critiquent les liseuses parce que « l'odeur du papier leur manque »).

        Si je devais le réécrire je dirais plutôt : « Ça évite d'avoir l'odeur écœurante de l'encre d'imprimerie, qui fait parfois mal à la tête »
        Polymères + solvants dans les encres, niveau pollution ce n'est pas l'idéal non plus, sans compter les produits chimiques pour blanchir le papier etc.

        • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

          Posté par . Évalué à 9.

          Polymères + solvants dans les encres, niveau pollution ce n'est pas l'idéal non plus, sans compter les produits chimiques pour blanchir le papier etc.

          La batterie et l'écran de ta liseuse sont en bois ?

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

          Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 25/08/16 à 09:22.

          Mon argument était pour opposer la liseuse aux smartphones et tablettes qui ont un écran rétro-éclairé.

          Les avantages par rapport au papier, il en existe en effet des dizaines. Celui qui me convainc le plus est d’éviter de continuer la déforestation de la planète pour des livres qui finiront par prendre la poussière dans des bibliothèques.

          • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Les avantages par rapport au papier, il en existe en effet des dizaines. Celui qui me convainc le plus est d’éviter de continuer la déforestation de la planète pour des livres qui finiront par prendre la poussière dans des bibliothèques.

            Beaucoup de livres utilisent du bois gérés convenablement tu sais comme en Europe. La déforestation est plutôt effectuée pour récupérer du bois "précieux" pour les meubles ou pour l'agriculture (et les forêts concernés sont souvent brûlés).

            Le livre est justement un très bon puits carbone. :)

            • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

              Posté par . Évalué à 7.

              Si je ne m'abuse en plus de ça, on ne coupe jamais d'arbre pour le papier, on utilise les reste des fabrications de meubles (entre autre).

              Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

              Posté par . Évalué à 4.

              Le livre est justement un très bon puits carbone. :)

              les camions pour transporter ces tonnes de bois vers l'usine à papier, puis pour transporter le papier vers l'imprimeur, puis pour transporter les livres vers les magasins, puis les véhicules pour les transporter enfin vers les lecteurs, un peu moins.

              • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                non mais vous voulez vraiment comparer le papier avec l'électronique ? les camions ils servent aussi à transporter le matériel électronique renouvelé en permanence, les batteries sont ultra polluantes, les terres rares ou l'or sont très utilisés, etc. Et je ne parle pas de l'électricité nécessaire au fonctionnement (même si ça consomme beaucoup moins que tablette ou ordi, ça consomme).

                ce qu'il ne faut pas lire.

                • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

                  Posté par . Évalué à 4.

                  On peut comparer.

                  On va parler d'une famille de 3 personnes (parent1, parent2, enfant1), les parents lisent pas mal (2 livres par mois chacun, 300 g par livre), l'enfant moins (1 livre par mois). Soit près de 11 kg de papier + encre par an, à transporter 4 fois (le dernier trajet, entre le libraire et chez eux est moindre, sauf s'ils commandent en ligne).

                  Si cette famille achète 2 ou 3 liseuses de 150 g (comptez combien on peut équiper de famille avec un camion de 24 tonnes) qui vont durer de 3 à 5 ans, cela permettra d'éviter tous ces km pour transporter les plus de 10 kg de papier + encre annuel qu'ils consomment.

                  • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

                    Posté par . Évalué à -1.

                    On peut comparer… Avec les seuls critères qui arrangent !

                    Si tu prends en compte tout le reste : pollution/énergie fabrication extraction minière etc, amha le bouquin gagne haut la main.

                    On fabriquait des bouquins bien avant toute la techno qu'on utilise aujourd'hui et à mon avis on continuera d'en fabriquer après le grand chaos technologique (épuisement des ressources). C'était ma contribution Mme Soleil.

                    PS : ce débat me rappelle la ridicule signature électronique de certains : "Si vous ne faites que lire ce mail, ne l'imprimer pas vous ferez du bien à la planète bla bla bla".

                  • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

                    Posté par . Évalué à -2.

                    Elle a pas de TV ta famille ?
                    Perso je connais personne qui lie 24 bouquin/an et encore moins 12/an pour un enfant.

                    PS : ha si ma grand mère devait être >20/an

                    • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      Si je ne compte que mes achats Amazon sur une année… je suis à bien plus de 20 livres sur les 12 derniers mois. Et je ne lis pas que des livres venant de chez Amazon.
                      2h00 par jour dans les transports ça consomme du papier et/ou de l'encre électronique !

                      Et je suis un petit lecteur en regard de ma mère qui doit être à 1 ou 2 par semaine.

                    • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

                      Posté par . Évalué à 3.

                      encore moins 12/an pour un enfant.

                      Bah, ma fille est un contre exemple. À 9 ans elle lit en moyenne un roman ado par semaine, elle a mis deux semaines pour la trilogie de Timothy Zahn. Ok elle est bizarre mais ça existe. Personnellement je lis entre 5 et 30 bouquins dans l’année…

            • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

              Posté par (page perso) . Évalué à 7.

              Sauf que la majorité de la pate à papier est produite hors d'Europe à partir de "forêts" d'eucalyptus, sur une base de forêt primaire passée au caterpillar.

              Et que gestion "durable" des forêt ça veut souvent dire : on replante du sapin/épicéa/douglas une fois qu'on a passé la parcelle à la moulinette.

              My 2 ¢ d'ex forestier

        • [^] # Re: Je suis d'accord pour la plupart des arguments

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Désolé je l'ai oublié… ou bien tu l'as écris après ma compil.

          "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

  • # formats

    Posté par . Évalué à 6.

    wallabag propose déjà un export des articles aux formats ePUB et PDF (et bien d'autres)

    Le bien d'autres c'est Mobi, d'après le site du projet.

    Question bête et non lié à wallabag : pourquoi le format DjVu est si peu utilisé ?

    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: formats

      Posté par . Évalué à -3.

      Personnellement je me fiche du format grâce à l’excellent logiciel libre Calibre qui est un régal à utiliser. Il permet de gérer très facilement sa bibliothèque numérique.

      • [^] # Re: formats

        Posté par . Évalué à 5.

        Euh… Oui et ? Sur le papier (ou le PDF) le format DjVu est très intéressant (il est plus simple que PDF et plus compact).

        Encore une fois ma question ne porte pas sur les liseuses ou wallabag.

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: formats

          Posté par . Évalué à 3.

          c'est prévu pour les scans de papiers, ça donne un bon taux de compression apparemment. À ma connaissance, peu ou pas de liseuses le supportent. Apparemment ce qui a un peu plombé le format djvu c'est qu'il était disponible sous forme de greffon pour le navigateur, et ce n'est pas facilement installable sur tous les OS. Maintenant ça semble un amélioré.

          Par contre en plus de cela, souvent la consultation (de certains sites) se limitait à un surf, page par page, des documents, sans possibilité de le télécharger dans son intégralité. Si on rajoute le problème de greffon qui déconnait selon les versions, ça n'a peut-être pas contribué à le rendre populaire.

          Un fil de forum qui fait le tour de la question (en 11 pages) : http://forum.system-cfg.com/viewtopic.php?f=12&t=6937&hilit=djvu (le dénouement est heureux)

          Un résumé : http://dcmoto.free.fr/documentation/index.html

          Enfin, le point fort des liseuses, c'est de lire des fichiers non scannés. Je sais que ce commentaire est pour parler de wallabag, mais quel intérêt d'exporter en djvu alors que wallabag traite des documents déjà sous forme numérique (html) ? L'export vers pdf ou mobi a du sens, djvu un peu moins.

    • [^] # Re: formats

      Posté par . Évalué à 4.

      Ni le PDF ni le DjVu ne sont pertinents pour stocker un livre électronique.
      Le premier est conçu pour l'impression, le second pour la numérisation d'écrits.

  • # De plus, certaines liseuses peuvent servir à autre chose

    Posté par . Évalué à 6.

    On peut également se servir de certaines liseuses comme calculateur de vol pour le vol libre !

    XCSoar sur une liseuse

    J’en ai acheté une dans cette optique ; pour le moment, elle sert de liseuse uniquement :-)

    Bien sûr, elle ne contient que des livres libres de droit. Les autres, je les achète en papier.

    J’aime bien l’idée de Wallabag. Il faudra que j’essaie.

  • # La Question qu’on devrait peut-être se poser…

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Les fabricants de liseuses passent-ils par ici ?
    Parce que, sinon, la lettre ouverte n’est pas très efficace…

  • # Journaux périodiques

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Un autre avantage dans mon cas :

    Je déteste lire les journaux papiers, comme le Monde, Libé, etc., je trouve que le format avec de grandes pages est insupportablement chiant, pas pratique.
    Maintenant que j'ai une liseuse (Cybook Muse :) ), j'ai pu m'abonner au Monde Diplomatique pour me chopper les epubs, très bien foutus d'ailleurs, qu'ils sortent chaque mois.

    De ses yeux vastes comme des océans, encroûtés de chassie et de poussière d'astéroïdes, Elle fixe le But Ultime.

  • # Roohh ce troll

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Bon pas que j'ai que ça à faire, mais là c'est quand même du grand n'importe quoi (je parle du troll liseuse/livre, pas de Wallabag).

    Les liseuses ça permet certes de garder beaucoup de bouquins (une chose dont l'intérêt me semble franchement limité, mais bon acceptons), et l'encre électronique est très intéressante sur le plan technique, mais…

    Je vais pas m'amuser à reprendre point par point même si ça le mériterait (et de toute façon plusieurs point sont identiques), mais morceaux choisis:

    • Une lisibilité excellente, même dehors.

    une liseuse c'est nettement mieux qu'une tablette ou un ordi, mais on est loin, très loin d'un livre, faut pas déconner.

    • Et la nuit alors ? Avec une liseuse éclairée on peut lire sans lumière donc sans déranger la personne qui dort à côté :-)

    parce que vous ne pouvez pas utiliser lampe sur un livre ? Y'en a qui sont petites et discrètes si vous ne voulez pas déranger. Je veux bien que ce côté est pratique sur une liseuse (pour celle qui ont le rétro-éclairage, c'est pas toutes non plus), mais personne ne les a attendu pour lire à côté de quelqu'un qui dort.

    • Ça prend moins de place dans une bibliothèque.

    je trouve ça franchement triste de pas avoir de livres dans une bibliothèque. Enfin question de goûts sans doute, y'en a sûrement de plus en plus qui préfèrent des écrans

    • Marque-pages automatique.

    c'est tellement difficile de mettre n'importe quel bout de papier ou autre dans un livre ?

    • L'achat ou la dépose de fichiers sont super simples.

    je trouve 10 fois plus compliqué de chercher et installer un bouquin en ligne que d'en demander un à notre libraire préféré, qui peut nous conseiller au passage. Bon évidemment j'ai 2 jambes et je m'en sers parfois, c'est peut-être pas le cas de tout le monde.

    • L'autonomie en semaines (un avantage de la liseuse contre un autre équipement électronique).

    bon la parenthèse limite, mais quand même, vous voulez comparer l'autonomie d'une liseuse et celle d'un bouquin ?

    • Ça permet de lire dans des positions impossibles avec un livre en papier,

    Là j'ai pas compris ce qu'il était possible de faire avec une liseuse qu'il n'était pas possible avec un livre. J'ai plutôt tendance à penser qu'un livre est bien plus agréable à tenir en main, question de goûts encore une fois sans doute.

    • Suivre très facilement les notes, les renvois, le glossaire d'une simple pression du doigt.

    vous trouvez tellement difficile d'avoir un glossaire à la fin du volume ? De regarder en bas de la page pour les notes ? Vraiment ? Allez, accordons la recherche de mot dont je ne me suis jamais servi sur une liseuse, mais accordons.

    • Ça permet de lire des articles arXiv sans les imprimer et se trimbaler avec des feuilles A4 agrafées.

    Oui alors la doc technique c'est ce que je me suis dit aussi jusqu'à ce que je me rendre compte à quel point c'était imbitable de lire un pdf sur ces petits écrans avec une réactivité lamentable. Au final je les lis toujours sur l'écran de mon ordi.

    • La possibilité de surligner et retrouver facilement les passages intéressants « à développer »

    le surlignage a bien été inventé avec les liseuses c'est clair, jamais vu un bouquin surligné, mais alors jamais !

    • Un bouquin papier qui tombe dans l’herbe ou la boue est défiguré à vie. Une liseuse ça se nettoie.

    alors là on bat des records. J'aimerais bien voir la tête de quiconque fait tomber sa liseuse à ~100 € ou plus dans la boue

    • Un bouquin papier qui tombe dans l’herbe ou la boue est défiguré à vie. Une liseuse ça se nettoie.

    je veux bien que tout le monde soit d'une maladresse au point de faire tomber tous ses livres toutes les 5 min dans la boue, mais perso ça ne m'est jamais arrivé que ça soit au point de rendre un livre totalement illisible.

    • Un bouquin papier tient mal l’humidité genre rosée, la liseuse aucun souci.

    euh, sous la pluie ou un environnement très humide, je m’inquiéterais plus pour le matériel électronique que pour les livres à votre place (allez, faisons grâce des liseuses étanches mentionnées juste après)

    • Et en parlant de caractères, il existe des polices d'écriture spéciale pour les dyslexiques (comme opendyslexic.org par exemple).

    scoop ! Ça existe aussi les éditions à gros caractères ou polices spécifiques. Bon accordons que sur la liseuse on peut adapter à tous les livre.

    OK, maintenons parlons de ce qui a été mis sous le tapis (à part par les modos, merci):

    • pollutions, recyclage

    • terres rares, financement des conflits, conditions de travail, tout ça tout ça

    • espionnage, ce que vous lisez, combien de temps, quels marque page etc. Même si on désactive ça (souvent mis par défaut), je ne connais pas de système libre pour liseuse auquel on peut faire confiance, alors à moins de sniffer tout ce qui passe en permanence, difficile d'être à l'aise.

    • ça casse

    • ça peut boguer

    • obsolescence programmée

    • disparition du monde de l'occasion. Je sais pas vous, mais moi je serai vraiment très très triste le jour où les bouquinistes auront disparu.

    • un bouquin ça a quand même autrement plus de classe et de charme qu'un énième écran en plus

    • fini les conversations autour d'un bouquin (« ah tu lis ça aussi »). Bon je veux bien que vos invités regarde la liste des fichiers dans votre liseuse quand il viennent boire un coup, mais ça me semble moins évident que de voir les livre dans la bibliothèque

    allez j'ai du boulot, bon troll

    • [^] # Re: Roohh ce troll

      Posté par . Évalué à 10.

      Puisque tu veux troller…

      pollutions, recyclage

      Ma liseuse m’a épargné dans les ~100 livres à la louche. C’est autant d’encre économisée, et, surtout, plein de logistique polluante économisée (un bouquin ça se téléporte pas gratuitement chez moi/chez mon libraire, ça se transporte, et tous les transports polluent)

      Je n’ai pas fait d’étude poussée pour comparer la pollution des deux modes (100 bouquins papier à imprimer puis transporter chez moi/mon libraire vs une liseuse), mais si on prend le prix comme proxy (pas parfait certes, mais mieux que le doigt mouillé), la liseuse sort grande gagnante.

      terres rares, financement des conflits, conditions de travail, tout ça tout ça

      On peut abandonner l’informatique je crois.

      obsolescence programmée

      Tu veux dire, l’« obsolescence programmée » des livres de mauvaise qualité dont les pages se détachent au bout de quelques années ? Ou l’« obsolescence programmée » des livres avec une encre pourrie qui coule pour peu que tu aies l’outrecuidance de mettre tes doigts dessus ?

      espionnage, ce que vous lisez, combien de temps, quels marque page etc. Même si on désactive ça (souvent mis par défaut), je ne connais pas de système libre pour liseuse auquel on peut faire confiance, alors à moins de sniffer tout ce qui passe en permanence, difficile d'être à l'aise.

      Moi j’ai un système très simple pour avoir confiance que rien ne sort : je n’ai jamais connecté ma liseuse à internet.

      ça casse

      Et un livre ça peut se déchirer, se prendre un renversement de tasse de café (ce qui est arrivé plusieurs fois à ma liseuse, qui n’a pas bronché)…

      ça peut boguer

      J’avoue que ça m’est arrivé une ou deux fois. Ça prend 30s à redémarrer. Le downtime est clairement inférieur au bouquin papier, qui est inutilisable dès qu’il y a une pluie légère, ou quand il la neige, ou quand il fait nuit trop tôt en hiver…

      un bouquin ça a quand même autrement plus de classe et de charme qu'un énième écran en plus

      C’est peut-être difficile à envisager pour certains, mais je n’oriente pas 100% de mes actions dans une optique d’épater des inconnus.

      fini les conversations autour d'un bouquin (« ah tu lis ça aussi »). Bon je veux bien que vos invités regarde la liste des fichiers dans votre liseuse quand il viennent boire un coup, mais ça me semble moins évident que de voir les livre dans la bibliothèque

      C’est vrai que demander « qu’est-ce que tu lis en ce moment ? » ça doit pas être assez classe pour toi :)

      une liseuse c'est nettement mieux qu'une tablette ou un ordi, mais on est loin, très loin d'un livre, faut pas déconner.

      Non, ça dépend. Sous un soleil bien brillant, le livre papier gagne légèrement. Quand il fait très couvert la liseuse gagne légèrement. Quand ton bus passe sous un tunnel et que le chauffeur ne pense pas à allumer les lumières, la liseuse gagne haut la main (non, je me trimballe pas avec une lampe torche)

      c'est tellement difficile de mettre n'importe quel bout de papier ou autre dans un livre ?

      Un bout de papier ça peut tomber et se perdre. Un bout de papier ça peut rentrer à l’intérieur du livre et devenir introuvable. Je peux ne pas avoir de bout de papier sur moi quand je commence un bouquin.

      Si on parle pratique plutôt que théorie, j’étais un grand lecteur papier avant qu’on m’offre une liseuse, je connaissais bien entendu le principe des marque-pages. En pratique je perdais beaucoup, beaucoup de temps à retrouver là où j’en étais. Avec la tablette 0 souci.

      je trouve 10 fois plus compliqué de chercher et installer un bouquin en ligne que d'en demander un à notre libraire préféré, qui peut nous conseiller au passage. Bon évidemment j'ai 2 jambes et je m'en sers parfois, c'est peut-être pas le cas de tout le monde.

      On a clairement pas le même workflow. Je sais en avance ce que je veux lire. Et les libraires n’ont pas souvent ce que je veux, et il faut commander.

      bon la parenthèse limite, mais quand même, vous voulez comparer l'autonomie d'une liseuse et celle d'un bouquin ?

      En pratique, la différence entre 3 semaines et 3 ans (ou même 30 ans si tu veux) est négligeable. Je ne suis certes jamais tombé en rade de batterie avec un bouquin papier. Mais avec ma liseuse non plus. Et sans même y faire gaffe : il me suffit de ne pas la débrancher quand je la branche pour y mettre des bouquins. Jamais je me suis dit « la batterie se vide, faudrait recharger ».

      Là j'ai pas compris ce qu'il était possible de faire avec une liseuse qu'il n'était pas possible avec un livre. J'ai plutôt tendance à penser qu'un livre est bien plus agréable à tenir en main, question de goûts encore une fois sans doute.

      Une liseuse se tient très facilement à une main. Un livre à une main c’est très pénible, il a tendance à se refermer de lui-même.

      Oui alors la doc technique c'est ce que je me suis dit aussi jusqu'à ce que je me rendre compte à quel point c'était imbitable de lire un pdf sur ces petits écrans avec une réactivité lamentable. Au final je les lis toujours sur l'écran de mon ordi.

      Je parle pas de doc technique, je parle d’articles scientifiques, ce n’est pas la même chose. Effectivement une doc technique je préfère 100 fois en papier.

      le surlignage a bien été inventé avec les liseuses c'est clair, jamais vu un bouquin surligné, mais alors jamais !

      Le bouquin n’est pas forcément à toi, tu n’as pas forcément de quoi surligner sous la main. Et pour retrouver ce que tu as surligné tu dois te retaper tout le bouquin en feuilletant page par page. La liseuse tu as marque page > passages surlignés, et tu y es en un clic.

      Encore une fois regardons la pratique plutôt que théorie : durant mes longues années de lecture papier j’ai surligné 0 bouquins. Avec une liseuse j’en suis à surligner des passages dans des bouquins de fiction.

      alors là on bat des records. J'aimerais bien voir la tête de quiconque fait tomber sa liseuse à ~100 € ou plus dans la boue

      Exaspéré par ma maladresse, mais sans plus. Ça ne va pas la tuer. Et si un jour ça finit par la tuer le seul drame c’est que je devrai m’occuper avec un bouquin papier le temps que la prochaine liseuse me soit livrée. Et aujourd’hui il n’y a aucun intérêt à prendre un modèle à 100€.

      La première fois que j’ai cru que ma tablette allait pas s’en sortir (elle est passée sous les brosses des camions qui nettoient les caniveaux…), j’ai effectivement fait un sale tête, parce que j’avais pas sauvegardé mes bouquins. Depuis j’ai une sauvegarde et je suis zen :)

      je veux bien que tout le monde soit d'une maladresse au point de faire tomber tous ses livres toutes les 5 min dans la boue, mais perso ça ne m'est jamais arrivé que ça soit au point de rendre un livre totalement illisible.

      Jamais dit « illisible ». Mais puisque tu aimes tant le papier pour sa « classe », parlons de la classe des grosses traces vertes d’herbe au beau milieu d’un bouquin…

      euh, sous la pluie ou un environnement très humide, je m’inquiéterais plus pour le matériel électronique que pour les livres à votre place (allez, faisons grâce des liseuses étanches mentionnées juste après)

      Je n’ai pas de liseuse étanche. Je lis sous la pluie. Aucun souci.

      • [^] # Re: Roohh ce troll

        Posté par . Évalué à 4.

        Je peux ne pas avoir de bout de papier sur moi quand je commence un bouquin.

        ben, il suffit de déchirer un bout de page ! Pour quelqu'un qui n'hésite pas à surligner et annoter un bouquin papier, ça ne doit pas trop le déranger ;)

        • [^] # Re: Roohh ce troll

          Posté par . Évalué à 2.

          Ou plutôt la plier avec un angle à 30 degré pour qu'elle dépasse.
          Pour le reste son argumentaire est percutant.

          • [^] # Re: Roohh ce troll

            Posté par . Évalué à 2.

            ah oui, je suis 100% d'accord avec tout ça, même avec l'histoire du marque page, paradoxalement je n'aime pas beaucoup les livres papiers, mais je n'ai jamais apprécié de les annoter, marquer, plier ou déchirer…

          • [^] # Re: Roohh ce troll

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Ou plutôt la plier avec un angle à 30 degré pour qu'elle dépasse.

            ou tout simplement se rappeler de la page, l'épaisseur aide, ça se retrouve assez facilement (30ème page, 100ème, 256ème :D).
            Il n'y a que Le Silmarillion de Tolkien qui m'a empêché d'aller jusque la fin du bouquin quand je me suis aperçu que c'était la 3ème fois que je lisais le même chapitre et ne m'en étais pas rappelé, en arrivant sur un chapitre dont je me rappelais (bon, il y a aussi les trucs de Nietzsche complètement incohérents). Je n'aime pas abîmer un livre : même l'écorner m'embête, ajouter des notes en marge ou surligner ne me viendrait pas non plus à l'esprit ; en bibli j'ai subi ce genre de choses et c'était très pénible, d'autant que ça révélait certaines des opinions/réflexions d'un lecteur précédent.

    • [^] # Re: Roohh ce troll

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      un bouquin ça a quand même autrement plus de classe et de charme qu'un énième écran en plus

      J'ai testé sur un bon paquet de gamins (qui sont la future génération), ils ont absolument rien à foutre d'un livre posé (c'est fait pour décorer, mais à part ça? ils n'ont jamais vu leurs parents prendre ces livres d'ailleurs, ça prend juste la poussière) mais me posent toujours plein de questions sur mes "2 PC" (qui sont 1 PC avec 2 écrans), et je peux te dire que ça fait un effet "la classe" quand j'explique.

      Passé l’anecdote, j'avoue ne pas comprendre "ça fait classe" pour quelques feuilles en papier assemblées posées dans un coin que tu ne touches jamais ni en quoi tu as besoin de "faire classe" avec des livres que tu ne lis pas tous les jours/mois/ans/décennies, perso ça fait plutôt "je fais le frimeur et bon OK 90% des livres la je ne les ais pas encore ouverts".

      fini les conversations autour d'un bouquin (« ah tu lis ça aussi »). Bon je veux bien que vos invités regarde la liste des fichiers dans votre liseuse quand il viennent boire un coup, mais ça me semble moins évident que de voir les livre dans la bibliothèque

      Pourquoi? c'est un classique de chez classique en même temps que regarder ta liste de musiques (répertoire d'à côté sur le PC, sur l'équipement à côté si tu sépares liseuse et lecteur de musique), question de avec qui tu es sans doute (certes, quand tu as 30 personnes chez toi tu planques la liseuse… donc pas de discute dessus, mais bon à 30 personnes chez toi tu as aussi un risque de perdre ta bibliothèque).

      disparition du monde de l'occasion. Je sais pas vous, mais moi je serai vraiment très très triste le jour où les bouquinistes auront disparu.

      Tant qu'il y aura de la demande ils seront la, si ils disparaissent (et ils disparaitront) ça voudra dire qu'il n'y a plus de besoin. en pratique ça fera comme les vendeurs de vinyles, il en restera quelques uns pour ceux qui veulent "faire classe".
      Pour l'occasion : bah… ca s'envoie les ePub, c'est même plus facile (photocopier un livre c'est chiant, copier un ePub c'est un clic), alors bon l'occasion existe mais en s'en foutra un peu car dans quelques temps les vendeurs comprendront que pour vendre ils doivent faire un prix correct pour qu'on ne s’embête pas à chercher un vente d'occasion (ou autre).

      Bref, tu cherches vraiment à troller, car tu associes ta façon de voir à ce que d'autres devraient faire aussi car tu as la seule méthode.
      Le livre physique et numérique cohabiteront pendant longtemps, et l'un mourra ou pas en fonction de la demande : si l'un meure, ça voudra dire que toutes des critiques sont finalement pas réelles car tout le monde (sauf toi peut-être, mais il faudra peut-être soit investir pour que ça reste puisque tu le veux soit te demander si tu n'as pas tort) s'en foutera.

      A noter que ce genre de discussion était quasi pareil, avec des arguments et contre-arguments "voir c'est quand même plus classe et ça permet d'ouvrir des discussions", à propos des collections de CD-Audio, et qu'en 2016 ceux qui défendaient le CD-Audio 10 ans avant font profil bas car ils ont en fait balancé leur "superbe collection" de CD-Audio et qu'ils ont eux-même enterrés leurs propres arguments sur le fait que c'était "pas possible de passer au MP3 parce que xxx yyy zzz".
      Question de temps donc.

    • [^] # Re: Roohh ce troll

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Bon pas que j'ai que ça à faire, mais là c'est quand même du grand n'importe quoi (je parle du troll liseuse/livre, pas de Wallabag)

      Les utilisations de liseuses et de livres sont très différentes – si on met de côté leur fonction principale de support de lecture – et il faut arrêter de les opposer l'un à l'autre systématiquement pour essayer de prouver que l'un est absolument meilleur que l'autre comme les gourou du progrès qui annoncent en tonitruant la disparition du livre et qui n'ont pas d'autre objectif que de passer pour des visionnaires, qualité qui vraisemblablement doit leur être nécessaire à gagner leur croûte.

      Je n'ai jamais eu de liseuse en main, mais ça ne m'est pas difficile d'imaginer qu'il y a un tas de métiers techniques pour lesquels cela peut être utile pour avoir un tas de référence sous la main, mais aussi les métiers de l'édition ou les profs de littérature. Au delà de ça on peut aussi comprendre que des vacanciers ou des utilisateurs de transport en commun aiment bien utiliser la liseuse pour voyager plus léger. Ceci dit la liste d'avantages prétendus de la liseuse sur le livre à laquelle tu réponds point par point est assez ténue.

      Un livre permet surtout de vivre d'autres choses, on peut l'offrir, on peut le retrouver après des années d'oubli, on peut se laisser séduire par l'arrangement foutraque dans une petite librairie, on peut y cacher des messages, y faire des dessins, des dédicaces, on peut l'offrir à quelqu'un quand on a fini, par exemple à cet ami que l'on attend au café ou cet inconnu désœuvré qui louche sur nos pages comme à la recherche de secrets rares, on peut l'offrir au hasard en l'abandonnant dans un train.

      En somme, il faut arrêter de prendre les gens pour des gamins mal dégrossis en leur expliquant que ceci est tip-top-trop-bien et étiqueté du mot “futur“ écrit en grosses lettres ou qu'au contraire cela ne sert à rien car ce qu'on a déjà remplit son office convenablement. Il y a plus de supports de lecture, les gens peuvent choisir et c'est chouette. Et si la cassette audio est tombée dans l'oubli depuis l'apparition des supports numériques, ce n'est pas le cas du vinyle: le livre vivra probablement encore longtemps.

      • [^] # Re: Roohh ce troll

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        on peut y cacher des messages, y faire des dessins, des dédicaces,

        ainsi qu'un trèfle à 4 feuilles, un billet de 50… et bien d'autres choses (pour les magazines de Playboy/Lui/Penthouse qui traînent chez vous, je ne veux pas savoir /o\)

        Il y a plus de supports de lecture, les gens peuvent choisir et c'est chouette.

        Tu as aussi les boîtes à lire, te permettant de redistribuer des livres dont tu n'as plus envie ou d'y trouver des livres auxquels tu n'aurais pas pensé (j'y ai trouvé des manuels d'enseignement du breton, par exemple, à Saint-Brieuc qui n'est ni bretonnant, ni gallo…)
        Ça ressemble à cela : http://www.courrierdelouest.fr/actualite/angers-insolite-des-armoires-a-livres-dans-la-ville-12-07-2015-227727

    • [^] # Re: Roohh ce troll

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      une liseuse c'est nettement mieux qu'une tablette ou un ordi, mais on est loin, très loin d'un livre, faut pas déconner.

      Ça dépend des livres, entre ceux avec des pages trop blanches qui obligent à avoir des lunettes de soleil pour ne pas être ébloui, ceux avec trop peu de contraste (page sombre, encre assez claire) pour lire avec des lunettes de soleil et ceux avec des pages trop transparentes. Il vaut mieux adapter ses goûts de lecture en fonction des conditions climatiques.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

      • [^] # Re: Roohh ce troll

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        ceux avec des pages trop transparentes

        bah, la Pléïade c'est trop cher pour le niveau de qualité (et écrit trop petit sur des pages trop fragiles).

        Les SAS ou les San Antonio au moins c'est sur du durable qui ne coûte pas trop cher.

    • [^] # Re: Roohh ce troll

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      très loin d'un livre, faut pas déconner.

      Un livre lorsque la lumière est faible faut une lampe, donc une prise. Liseuse non, bien plus confortable pour mes yeux.

      parce que vous ne pouvez pas utiliser lampe sur un livre ?

      une lampe faut la recharger ou la brancher. En transport ça te fait un accessoire de blus. Non désolé ça tiens pas plus.

      je trouve ça franchement triste de pas avoir de livres dans une bibliothèque.

      Aucun intéret à entasser des livres qui ne seront jamais relu.

      c'est tellement difficile de mettre n'importe quel bout de papier ou autre dans un livre ?

      Si c'est ça l'avantage lu livre….

      que d'en demander un à notre libraire préféré, qui peut nous conseiller au passage. Bon évidemment j'ai 2 jambes et je m'en sers parfois, c'est peut-être pas le cas de tout le monde.

      Mon libraire dort la nuit, moi c'est pas obligé. Mon libraire n'est pas partout avec moi, sauf mon libraire en ligne.

      mais quand même, vous voulez comparer l'autonomie d'une liseuse et celle d'un bouquin ?

      Ok

      J'ai plutôt tendance à penser qu'un livre est bien plus agréable à tenir en main, question de goûts encore une fois sans doute.

      Choix perso, moi c'est l'inverse srtout si le livre est grand/gros etc…

      vous trouvez tellement difficile d'avoir un glossaire à la fin du volume ? De regarder en bas de la page pour les notes ? Vraiment ? Allez, accordons la recherche de mot dont je ne me suis jamais servi sur une liseuse, mais accordons.

      Currieusement je suis pas d'accord avec cet argument.

      le surlignage a bien été inventé avec les liseuses c'est clair, jamais vu un bouquin surligné, mais alors jamais !

      Moi si, sur des livres de la bibliothèques. C'est pas un argument juste un pb d'éducation/comportement.

      euh, sous la pluie ou un environnement très humide, je m’inquiéterais plus pour le matériel électronique que pour les livres à votre place (allez, faisons grâce des liseuses étanches mentionnées juste après)

      Ma fille à mis ma liseuse dans le lave linge. Elle a surveccu. Il s'agit d'une simple kobo glo.

      OK, maintenons parlons de ce qui a été mis sous le tapis (à part par les modos, merci):

      pollutions, recyclage
      terres rares, financement des conflits, conditions de travail, tout ça tout ça
      espionnage, ce que vous lisez, combien de temps, quels marque page etc. Même si on désactive ça (souvent mis par défaut),

      Recyclage : ok
      espionnage : wifi désactivé, pas de pb. Pas de synchro non plus. Et sur la kobo glo il y a un hack super simple pour ne pas s'enregistrer. C'est pas out of box mais bon…

      ça casse

      Un livre aussi

      ça peut boguer

      Pas eu de bug, mais j'en ferai pas une généralité

      obsolescence programmée

      Pas remarqué

      disparition du monde de l'occasion. Je sais pas vous, mais moi je serai vraiment très très triste le jour où les bouquinistes auront disparu.

      Moi non. Je n'achete pas de livre papier.

      un bouquin ça a quand même autrement plus de classe et de charme qu'un énième écran en plus

      un livre m'interresse pour son contenu pas pour le côté c'est cool en société, mais je comprends et te l'accorde

      fini les conversations autour d'un bouquin (« ah tu lis ça aussi »). Bon je veux bien que vos invités regarde la liste des fichiers dans votre liseuse quand il viennent boire un coup, mais ça me semble moins évident que de voir les livre dans la bibliothèque

      Pas vraiment. Je parle de mes lectures avec des prochhes. Pas besoins du support. C'est un faux pb.

      Question : est-cce qu'un enfant ira plus facilement aujourd'hui vers un livre papier ou un livre sur liseuse. J'suis pas sur de la réponse ;-)

      allez j'ai du boulot, bon troll

      Merci c'était riggolo ;-)

    • [^] # Re: Roohh ce troll

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Bon évidemment j'ai 2 jambes et je m'en sers parfois, c'est peut-être pas le cas de tout le monde.

      Ouais y a des gens qui ont pas 2 jambes ou qui peuvent pas trop s’en servir.

      je veux bien que tout le monde soit d'une maladresse au point de faire tomber tous ses livres toutes les 5 min dans la boue, mais perso ça ne m'est jamais arrivé que ça soit au point de rendre un livre totalement illisible.

      Ouais y a des gens qui sont maladroits (ex: dyspraxie).

      Du coup je pense que c’est quand même vachement pratique pour un certain nombre de handicaps.

      Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

    • [^] # Re: Roohh ce troll

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      je trouve ça franchement triste de pas avoir de livres dans une bibliothèque. Enfin question de goûts sans doute, y'en a sûrement de plus en plus qui préfèrent des écrans

      Hélas, avoir une bibliothèque dans son logement est parfois devenu un luxe dans certaines régions où l'immobilier est devenu très cher…

      • [^] # Re: Roohh ce troll

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        parfois devenu un luxe

        Ou est devenu un choix, par soucis de ne pas polluer plus que nécessaire (décroissance etc).
        Pourquoi associer "petit" à "luxe"? C'est si ancré dans les mentalité de vouloir toujours plus et n'être satisfait de rien? Est-il si bizarre de ne pas avoir les mêmes envie que "la référence" et d'être tout de suite catalogué "il est pauvre"?

        Perso, ne pas "pouvoir" avoir de bibliothèque chez moi est un choix de ma part (je mets mon argent ailleurs, certainement pas dans un espace dédié à de l'auto-promo à base de livres qui prennent la poussière), pas l'idée que ce soit un luxe que je ne peux pas me permettre.

        • [^] # Re: Roohh ce troll

          Posté par . Évalué à 6.

          On comprend pas trop à quoi tu réponds, ni ce que tu veux dire…

          Meku dit

          avoir une bibliothèque dans son logement est parfois devenu un luxe

          à quoi tu réponds

          ou un choix

          euh oui c'est souvent un choix d'avoir une bibliothèque… mais en quoi ça contredit que c'est parfois un luxe ?

          la suite est encore plus bizarre :

          Pourquoi associer "petit" à "luxe"?

          qui a associé "petit" à "luxe" ? à la rigueur on peut penser que Meku a associé "grand" (appartement) à luxe.

          puis ça dégénère encore

          C'est si ancré dans les mentalité de vouloir toujours plus et n'être satisfait de rien? Est-il si bizarre de ne pas avoir les mêmes envie que "la référence" et d'être tout de suite catalogué "il est pauvre"?

          Mais de quoi tu parles ? de quelle "référence" parles-tu ? qui a catalogué qui de "pauvre" ?

          Un peu confus tout ça…

  • # Prix des ebook (HS par rapport à Wallabag)

    Posté par . Évalué à 6.

    Je pense qu'en France un des problèmes au développement des ebooks est le prix. Je viens de revérifier, c'est souvent plus cher que d'acheter du papier…

    Un commentaire plus haut cite un blog avec des comparatifs de liseuse. Il plébiscite un modèle en marque blanche vendu entre autre chez Cultura. Je suis allé voir le site de Cultura et si par exemple on veut lire la trilogie du Seigneur des Anneaux, c'est 15€ par tome… (la VO sur amazon.com est environ moitié-prix)

    • [^] # Re: Prix des ebook (HS par rapport à Wallabag)

      Posté par . Évalué à 4.

      Je pense qu'en France un des problèmes au développement des ebooks est le prix. Je viens de revérifier, c'est souvent plus cher que d'acheter du papier…

      Ben c'est du même tonneau que de l'édition reliée originale chez les grands éditeurs genre Albin-Michel.
      Pour moi ça devrait être à peu près pareil qu'un poche, et encore…

      A priori, des questions de droits .. (il semblerait que le papier/distribution soit un coût marginal dans le prix de vente genre 10% du bouquin en dur)

      • [^] # Re: Prix des ebook (HS par rapport à Wallabag)

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        A priori, des questions de droits…

        pas de droit d'auteur en tout cas, peut-être les droits voisins : j'ai rencontré pleins d'auteurs de livres récriminant sur le fait de ne toucher que 1 € par livre vendu…
        En même temps imprimer un bouquin peut revenir à 5 € (encre, papier, employé imprimeur, amortissement du matériel d'impression…) selon le nombre d'impressions, le distributeur multiplie le prix par 2 soit 10 €, le libraire espère faire 2% de marge… t'arrives assez rapidement à 15 € :/

        Tout l'intérêt du numérique est de réduire le coût de la chaîne de production et de distribution (la reproduction ayant un coût marginal quasi nul).

  • # Espoir..

    Posté par . Évalué à 7.

    Salut,

    En relayant sur twitter ça pourrait marcher ;)

    Réponse Bookeen

    • [^] # Re: Espoir..

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Pour info, je suis en contact avec Bookeen (on s'était déjà croisé il y a deux ans mais y'avait pas eu de suite) et TEA Ebook.

      Maintenant, on verra ce que ça donne.

      • [^] # Re: Espoir..

        Posté par . Évalué à 3.

        Bon courage !

        Framasoft a aussi demandé à Bookeen l'intégration des Framabooks, wait & see.

        Framabook chez Bookeen

      • [^] # Re: Espoir..

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Il doit bien encore y avoir des gens qui lisent linuxfr chez tea, non ?

  • # [HS] Cherche liseuse pour mal-voyante

    Posté par . Évalué à 2.

    Je cherche une liseuse 8 pouces disposant de la possibilité "text to speech" + prise casque pour mal-voyante. J'ai trouvé celle ci qui sera bientôt disponible. En connaissez vous d'autres?
    http://www.pocketbook-int.com/us/products/pocketbook-inkpad-2#specifications

  • # Liseuse et manuel scolaire…

    Posté par . Évalué à 4.

    Bonjour,

    Avec l’arrivée en sixième, le sac des enfants grossi énormément en grande partie à cause des manuels scolaires. Certains manuels peuvent-ils se trouver en epub ?

  • # Un bon test des livres papier prouvant qu'ils n'ont rien à envier à leurs concurrents numériques

    Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 30/08/16 à 22:54.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.