Le rachat de Sun par Oracle : 18 mois plus tard la méfiance s'installe

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags : aucun
47
30
oct.
2010
Communauté
Au moment du rachat de Sun par Oracle, au début de l'année 2009, les partisans du logiciel libre avaient exprimé diverses inquiétudes. Avec des projets aussi connus que Java, OpenOffice.org, Lustre, MySQL ou encore OpenSolaris il est clair que la firme Sun était un élément important de l'écosystème du libre. Est-ce qu'Oracle allait continuer à financer les projets libres de Sun ? Est-ce que l'ouverture envers la communauté allait s'améliorer ou se détériorer ?

Dix-huit mois plus tard nous pouvons faire un premier point sur ces questions... et le bilan est inquiétant !

OpenSolaris

Le projet libre OpenSolaris (licence CDDL) avait été créé par Sun pour tenter de bâtir une communauté autour du système d'exploitation Solaris. Ian Murdock, le fondateur de Debian, avait même été recruté pour tenter de crédibiliser le projet et de susciter l'intérêt des utilisateurs éventuels. Les technologies ZFS et DTrace, fierté des ingénieurs de Sun, étaient mises en avant pour inciter les curieux à installer le système.

Après plusieurs versions successives (2008.05, 2008.11 puis 2009.06) et des distributions dérivées (comme Belenix ou Nexenta), le succès n'était pas vraiment au rendez-vous mais on peut penser qu'OpenSolaris constituait quand même pour Sun un banc d'essai intéressant pour le code devant entrer dans Solaris.

L'arrivée d'Oracle a introduit un fort élément d'incertitude dans cette mécanique et la communauté attendait de savoir quel allait être le sort réservé à OpenSolaris par Larry Ellison et son équipe de management.

L'information a "fuité" en août 2010 sous la forme d'un mémo interne publié par Steven Stallion. Même si la licence CDDL est conservée pour le code (mais pas tout le code puisqu'un répertoire /usr/closed existe), il a été décidé de stopper OpenSolaris. Plus aucune version ne sera publiée et, comme avant, le travail se fera entièrement en interne sur Solaris. Comme le dit le mémo : "Solaris is not something we outsource to others, it is not the assembly of someone else’s technology".

La communauté a lancé le projet illumos pour reprendre le flambeau d'OpenSolaris et continuer le développement d'une version qui accepte les contributions de tous. Le but est de remplacer le code fermé qui était encore présent dans OpenSolaris (la bibliothèque d'internationalisation libc-i18n, le lock manager de NFS, l'infrastructure de cryptographie, de nombreux pilotes, etc.) et de maintenir la compatibilité binaire avec Solaris.

Pour l'instant aucune version d'illumos n'a été rendue disponible et il faudra attendre pour savoir si ce projet parviendra à susciter l'intérêt de la communauté du libre.

Java

Après l'annonce du placement de Java sous licence GPL en 2006, puis la parution effective d'OpenJDK en 2007, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes libres. Deux évènements récents, liés à la reprise en main par Oracle, permettent néanmoins de s'interroger sur le degré réel d'ouverture et de volonté de coopération qui existe chez les décideurs de la firme américaine.

Le premier accroc est bien évidemment le procès intenté par Oracle à l'encontre de Google pour violation de sa propriété intellectuelle sur les technologies Java. Les nouvelles accusations, publiées cette semaine, parlent de copie pure et simple des API Java des packages ce qui semble grotesque. Il est clair que la poussière n'est pas encore retombée dans cette affaire et qu'il est difficile de se faire une idée sur les risques encourus par les deux parties. La seule certitude est que l'image d'Oracle est écornée dans le monde du libre et que ce procès ne va pas aider à la popularité de Java.

C'est d'autant plus vrai qu'une autre affaire vient d'éclater qui concerne cette fois le Java Community Process, l'instance qui coordonne l'évolution du langage et de toutes les technologies associées. Le JCP est formée d'entreprises, de fondations libres (Apache) et aussi de particuliers. Ces membres doivent élire un comité exécutif et l'élection de cette année est particulièrement mouvementée. Des membres du JCP ont accusé Oracle de pousser des candidats à sa botte afin de noyauter le comité exécutif et de reprendre le contrôle du processus décisionnel de Java. Stephen Colebourne, membre de la fondation Apache, a ainsi souligné que la firme Hologic qui est nommée au comité n'est qu'un sous-marin d'Oracle et qu'elle ne fera certainement pas preuve d'une quelconque indépendance. Doug Lea, ancien membre du comité exécutif, a annoncé qu'il ne se représentera à l'élection dans une lettre ouverte sévère envers Oracle. Selon lui le JCP a perdu toute crédibilité en tant qu'organe de décision communautaire : "the JCP can never again become more than an approval body for Oracle-backed initiatives (...) a Linux-style model for collaboratively developed common source is likely to be more effective in meeting upcoming challenges than is the JCP".

Que ce soit dans l'affaire du procès contre Google ou dans celle du Java Community Process on voit que le comportement d'Oracle est très différent de celui de Sun et que la méfiance du monde du libre semble justifiée.

OpenOffice.org

En ce qui concerne OpenOffice.org le problème est plus ancien que sur OpenSolaris ou Java. La communauté a toujours critiqué le comportement de Sun qui exigeait une attribution du copyright (ce qui implique un risque de changement de licence) et qui ne travaillait que fort médiocrement avec les développeurs extérieurs. Il faut bien reconnaître qu'OpenOffice.org est un projet pachydermique qui est mal aimé par le monde du libre. La meilleure preuve en est l'existence du fork Goo-OO se voulant plus réactif dans l'intégration des patchs, plus communautaire et sans attribution de copyright.

Le rachat de Sun par Oracle n'a donc fait que précipiter un mouvement de défiance qui était déjà bien amorcé. Le manque de visibilité sur les orientations futures d'Oracle a finalement provoqué la création d'un front commun d'organisations, d'entreprises et d'individus et une fondation a été créée en septembre dernier. Portant le nom de "Document Foundation" elle ambitionne de revigorer le processus de développement d'OpenOffice.org et a publié un remarquable "Next Decade Manifesto qui résume son credo. Comme le dit Sophie Gautier sur le site du projet : "it liberates the development of the code and the evolution of the project from the constraints represented by the commercial interests of a single company".

La porte a été laissée ouverte pour qu'Oracle puisse se joindre à ce mouvement et même, si possible, accepte que le fork LibreOffice puisse porter le nom plus connu d'OpenOffice.org. Hélas la firme américaine n'a rien voulu savoir et visiblement elle ne va rien changer à son mode de travail habituel. Les membres de la Document Foundation qui étaient aussi des membres du conseil d'OOo ont été fermement invités à prendre la porte.

Ce comportement autiste ne peut qu'irriter encore plus la communauté du libre et il est fort probable qu'une transition comparable à celle d'XFree86/Xorg va intervenir au sein de nos distributions.

Lustre

Lustre est un système de fichiers distribué sous licence GPL qui est principalement utilisé sur les superordinateurs et les grappes de calcul. Développé à l'origine par l'entreprise Cluster File Systems, il est passé dans le giron de Sun en 2007 lors d'un rachat d'actifs. Lustre jouit d'une très grande considération dans le monde du calcul haute performance et un bon nombre des ordinateurs du Top500 utilisent ce système. Après le rachat de Sun par Oracle, les utilisateurs de Lustre ont commencé à se poser des questions sur le rythme de développement du système. Après tout Sun avait un grand intérêt à financer Lustre car l'entreprise vendait des superordinateurs mais est-ce qu'Oracle allait continuer à investir dans cette branche de ses activités ?

Là encore Oracle a déçu les attentes puisque, outre les plans à long terme qui concernent en priorité Solaris par rapport à Linux, il a été décidé en avril dernier que le support de Lustre ne serait plus assuré que si le système est installé sur des machines Oracle (ex-Sun) ou sur les ordinateurs de ses partenaires commerciaux. C'est évidemment une tentative brutale pour coupler le paiement d'un contrat de support Lustre avec l'achat d'une machine Oracle.

La réaction des autres entreprises et laboratoires qui participent au développement de Lustre a été rapide. Puisque le focus sur Solaris est inacceptable pour ces entités qui utilisent Linux à haute dose et puisqu'un support doit être proposé sur tous les types de machines, une fondation indépendante à but non lucratif a été créée au début du mois d'octobre. Les fondateurs sont Cray, Data Direct Networks, le Lawrence Livermore National Laboratory et le Oak Ridge National Laboratory. Cette fondation porte le nom d'OpenSFS (Open Scalable File Systems) et elle compte attirer toutes les firmes ayant un intérêt à ce que Lustre échappe à la pesante tutelle d'Oracle.

Le modèle de développement qui a été choisi est assez innovant puisque la participation demandée aux membres (500 000 dollars par an) va permettre de financer le développement et la maintenance du code par des développeurs externes sous contrat. Ces patchs seront alors proposés pour inclusion dans la branche amont d'Oracle afin de ne pas fragmenter le projet et créer d'incompatibilités.

À ce stade OpenSFS n'a donc pas l'intention de forker Lustre mais nous devons attendre la réaction d'Oracle pour voir si ces patchs externes seront acceptés ou si une lutte va s'engager qui mènera inéluctablement à une séparation.

Un premier bilan

Au vu des différents cas exposés on comprend bien que le management d'Oracle n'a pas du tout la même vision stratégique que celui de Sun. La reprise en main est violente et la coopération avec le monde du libre n'est plus vraiment à l'ordre du jour. Certes, comme le résume pertinemment imr, "Sun avait fait du libre/communautaire pas vraiment libre et pas vraiment communautaire" et ça n'avait pas marché de manière extraordinaire. C'est ce qui explique, avec la culture propriétaire traditionnelle d'Oracle, ce changement de direction assez radical. Si on ajoute à ça les petites décisions symboliques comme le licenciement de Willie Walker qui s'occupait de l'accessibilité du bureau GNOME, on comprend que la communauté puisse ressentir une certaine exaspération à l'encontre d'Oracle.

Avec dix-huit mois de recul, il est maintenant quasi-certain que le rachat de Sun a été un coup porté au monde du Libre. Tout n'est pas noir (le travail sur le noyau Linux continue puisqu'il est dans l'intérêt d'Oracle) mais la méfiance s'est installée. On peut quand même espérer que les concurrents libres qui sont nés à la suite des décisions d'Oracle vont permettre, à long terme, une amélioration de la situation qui existait auparavant. Et puis, pour les adeptes de la rétorsion, il reste toujours l'antique maxime : Les ennemis de mes ennemis sont mes amis.
  • # Dure réalitée...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Il n'est pas rare de voir la communauté du libre exprimer ces craintes à propos d'une chose, d'une société ou d'une technologie... Pourtant cette fois oracle a presque fait tout ce qu'ils pouvaient pour que ça ne marche pas.

    J'espère de tout coeur que les nouvelles fondations (au propre comme au figuré) seront soutenue et prendrons le pas sur celles d'oracle.
    SI c'est le cas, Oracle aura finalement permis au libre de faire une belle avancée :)
    • [^] # Re: Dure réalitée...

      Posté par . Évalué à 8.

      Le plus inquiétant dans tout ça, c'est sans doute le cas de Java. Parce que là, on pourra forker le code mais le nom du langage reste la propriété d'Oracle, ce qui est très problématique. Sans parler de toutes les technologies brevetées. Je pense que c'est là qu'Oracle peut faire le plus chier. Pour les autres projets, les fondations alternatives vont prendre le dessus sans aucun problème à mon avis.
      • [^] # Re: Dure réalitée...

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        J'ai plein de noms en tête s'il faut; Java++, Java#, ...

        (Parfois il ne faut pas réfléchir et poster ... pour être le premier)
      • [^] # Re: Dure réalitée...

        Posté par . Évalué à -1.

        Ce dont on parle moins, c'est que Sun avait la propriété de la marque commerciale (Trademark) de "Javascript". Maintenant c'est Oracle Corporation qui "possède" ce nom.
  • # Sparc

    Posté par . Évalué à 6.

    Et quid des roadmap concernant les Sparc ?

    parce que ibm se prive pas pour mettre à fond en avant ses power et fait des offres agressives et souvent bon marché (blade).

    et c'est toujours sain quand y a de la concurrence...
    • [^] # Re: Sparc

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      En ce qui concerne le jeu d'instructions, il est ouvert : http://www.sparc.com/specificationsDownload.html
      En ce qui concerne le design, il est libre (GPL) : http://www.opensparc.net/
      J'ai même réussi à synthétiser un cœur du T1 sur un FPGA.

      Par contre, pour les processeurs "en dur", je n'ai aucune idée de la roadmap d'Oracle ...
      Pourvu que ce ne soit pas comme HP avec les Alpha et les PA-Risc !
      • [^] # Re: Sparc

        Posté par . Évalué à 3.

        Les processeurs SPARC sont très loin derrière les autres en termes de performances. Il est probable qu'Oracle cesse de les développer et se rabatte sur des processeurs Intel ou AMD.
        • [^] # Re: Sparc

          Posté par . Évalué à 2.

          Ils ont d'ailleurs annoncé récemment leur souhait de racheter un fabriquant de processeurs. Donc AMD, ARM ou Intel. Et plus probablement le 1er.
          Mais si ça se fait, d'après vous que se passera t'il sur le marché du processeur? Réduction de la concurrence avec Intel & fin de la politique d'ouverture des pilotes vidéo?
      • [^] # Re: Sparc

        Posté par . Évalué à 1.

        Sur un FPGA, OK à part que c'est super lent. Les ASIC, il y aura d'autres pour fabriquer des OpenSparc.

        Si je ne me trompe pas ça fait un certain temps que la section microelectronique de Sun souffrait de problèmes financier. Je ne serais pas étonné que le developpement s'arrête :(. Oracle ne va probablement pas continuer là ou Sun avait deja du mal...
  • # Et MySQL ?

    Posté par . Évalué à 6.

    Merci beaucoup pour ce retour 18 mois après, c'est très très instructif.
    Plus de précisions concernant MySQL ?
    • [^] # Et VirtualBox ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Plus de précisions concernant VirtualBox ?
    • [^] # Re: Et MySQL ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      pour MySQL http://linuxfr.org/2009/12/21/26278.html « MariaDB et Drizzle : Pour repartir sur de bonnes bases ! » ou http://linuxfr.org/2010/01/04/26310.html « Sauvons MySQL ! »
      si quelqu'un est motivé pour recenser les distributions intégrant les forks ce serait intéressant :) (ou les logiciels ayant choisi en supplément PostgreSQL ou MaxDB :D)
      • [^] # Re: Et MySQL ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        Le fait que MySQL soit dans la gène à cause d'Oracle est une excellente nouvelle pour les fan de PostgreSQL (comme votre serviteur). MySQL est assez bugué et souffre de problèmes de regressions assez génant à chaque version.

        Postgre est un SGBD un peu trop déprécié à mon goût et pas assez populaire au vu de sa stabilité, de ces nombreuses fonctionnalités que sont loin de posséder MySQL.

        Si au moins le gros nuage noir qu'est Oracle impliquait cela, sur le domaine des SGBD, ça serait pas une si mauvaise nouvelle que ça..

        « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens » - Jean-Claude Junker

        • [^] # Re: Et MySQL ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Postgre est un SGBD un peu trop déprécié à mon goût et pas assez populaire au vu de sa stabilité, de ces nombreuses fonctionnalités que sont loin de posséder MySQL.

          Le problème pour pgsql, à mon avis, c'est le support qui n'est pas forcément évident à trouver et le nombre d'outils moins important qui donne une plus faible visibilité et attractivité.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Et MySQL ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          >>> Postgre est un SGBD un peu trop déprécié à mon goût et pas assez populaire

          D'où le dernier hyperlien de la dépêche.
    • [^] # Re: Et MySQL ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      On se demande par exemple ce qu'il va se passer au niveau des hébergeurs (et là on ni la main ni le choix).

      Pour l'instant, chez OVH, j'ai droit à MySQL ou Solaris Beta quelque chose ... mais pas postgreSQL.
  • # monde de merde

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    comme disait Georges Abitbol: "Monde de merde" !
    • [^] # Re: monde de merde

      Posté par (page perso) . Évalué à 7.

      Java, ce sont les Class américaines ?
    • [^] # Re: monde de merde

      Posté par . Évalué à 3.

      Et comme disait CATS:
      All your bases are belongs to us.
      You have no chance to survive make your time.
    • [^] # Re: monde de merde

      Posté par . Évalué à 2.

      Il faut en finir avec les fanachismes !

      "Gentoo" is an ancient african word, meaning "Read the F*ckin' Manual". "Gentoo" also means "I am what I am because you all are freaky n3rdz"

  • # Article à charge et la participation d'Oracle au libre ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Oracle comme grosse société ne sait pas ce que fait l'autre main (non pas ça) et participe aussi au libre bien avant son rachat de Sun, par exemple btrfs (bon ok c'est opportuniste par rapport à la licence pourrie de ZFS choisie par Sun empêchant de l'intégrer au noyau Linux)...

    hum, ah, la liste est un peu courte :/ d'autres initiatives ?
    (oui j'ai trouvé http://oss.oracle.com/ mais entre InnoDB dont l'achat semblait aggressif à l'époque ou Unbreakable Linux sans plus-value pour le libre par rapport à CentOS je ne connais pas trop les autres projets... hormis NetBeans mais cela vient de Sun aussi).

    donc bon Oracle et le libre, ça existe ?
  • # illumos

    Posté par . Évalué à 2.

    >Pour l'instant aucune version d'illumos n'a été rendue disponible

    je ne sais pas si illumos a pour vocation de sortir des iso, en revanche des projets annexes, et il y en a qui gravitent autour (illumos a été initié entre autres par des gens de chez Nexenta), risquent de s'occuper de cela. Il y a une distribution (Schillix) qui a déjà sorti quelque chose :
    http://www.illumos.org/boards/1/topics/437

    Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

    • [^] # Re: illumos

      Posté par . Évalué à 2.

      illumos n'est pas un système d'exploitation. Il développe les bases pour un OS (noyau et drivers entre autres). Un autre OS que Schillix utilisant Illumos est OpenIndiana. Il me semble avoir lu dans une des mailing list d'Illumos qu'en effet, il n'y aurait pas d'ISO mais je ne retrouve plus le mail en question. De toute façon, ça n'aurait aucun intérêt d'avoir juste un noyau.
  • # Quid de Netbeans et de GlassFish ?

    Posté par . Évalué à 5.

    J'utilise Netbeans depuis de nombreuses années.
    Je trouve que cet outil a fait de nombreux progrès par rapport a Eclipse.

    J'ai remplacé mon vieux Tomcat par GlassFish.

    J'ai l'impression que Netbeans 7, ne sera plus comme avant ?
    Idem pour GlassFish qui rentre en concurrence avec Weblogic.

    Je pense que la société Oracle est en train de perdre la richesse et les idées de l'open source.
  • # Membres du conseil d'Ooo

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Bonjour,

    J'ai en effet lu que les membres de la Document Foundation qui étaient aussi des membres du conseil d'OOo avaient été invités à prendre la porte.
    Néanmoins, il me semblait qu'ils étaient censés donner leur réponse à Oracle avant mardi dernier, c'est à dire rester chez Oracle et abandonner LibreOffice ou le contraire.

    Qu'en est-il ?
    Qu'ont-ils décidés ?
  • # Java

    Posté par . Évalué à 7.

    Pour le conflit Google<->Oracle sur Java, peut être que de voir Google faire une communication officieuse sur Java sur Android, en supprimant toutes référence à Java sur ses sites officiels et en ne gardant que Dalvik pour à nouveau mentionner Java, a un peu irriter Sun puis Oracle (le conflit devait exister avant, Oracle a probablement récupéré le bébé).

    La marque a, et est toujours protégé, pour garder le concept du write once run anywhere, toute implémentation Java doit implémenter un paquet d'apis et pas un sous-ensemble :

    "Android includes a set of core libraries that provides most of the functionality available in the core libraries of the Java programming language."

    Ce qui reste cohérent avec le passé de Sun et la JVM 1.3 de Microsoft (qui a donné un accord à plusieurs milliard).

    Google a tendance à aller au culot et en appeler à la vindicte populaire quand la loi ne l'arrange pas (opt out pour le scan des livres, et dernièrement Oracle)

    Il ne faut pas oublier que Java pour mobile existe déjà, n'a rien à voir avec Dalvik, et surtout n'est pas libre et payé pour chaque téléphone dans le monde.

    C'est une grosse source de revenu, et Google surfe sur la réputation de Java sans en payer le prix.
  • # Et VirtualBox ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    VirtualBox est également tombé dans les poches d'Oracle. Pour le moment, le projet continue dans la mesure où des mises à jour nouvelles sont proposées. Mais jusqu'à quand ? Qu'apporte un tel projet à une boite comme Oracle ? Je crains là aussi une rupture en espérant un fork.
    • [^] # Re: Et VirtualBox ?

      Posté par . Évalué à 1.

      J'espère aussi un fork, d'autant plus que j'utilise la version non-free pour pouvoir utiliser l'usb.
      D'ailleurs quelqu'un sait pourquoi cette version (qui ajoute donc le support de l'usb mais aussi le RDP) n'est pas en open-source ?
      • [^] # Re: Et VirtualBox ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        D'ailleurs quelqu'un sait pourquoi cette version (qui ajoute donc le support de l'usb mais aussi le RDP) n'est pas en open-source ?

        Au pire, pour se faire de l'argent ?


        ... non ils n'oseraient pas ! Raaah les bougres !

        Alexandre COLLIGNON

        • [^] # Re: Et VirtualBox ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          La version citée est gratuite (non libre, mais gratuite)
          Tu peux recommencer avec une autre tentative d'explication.
          • [^] # Re: Et VirtualBox ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Attention, elle est gratuite, mais pour une utilisation "personnelle". Tu peux aussi l'utiliser gratuitement au boulot pour un serveur individuel, mais certainement pas pour :
            - plusieurs serveurs personnels
            - pour un serveur partagé.
        • [^] # Re: Et VirtualBox ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          À mon avis, c'est plutôt parce qu'ils ont sous-traiter le code et qu'il ne leur appartient pas.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # Archéologie

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    moi ce qui m'inquiète, c'est l'avenir du projet Looking Glass

    hop hop ----------------> [https://lg3d.dev.java.net/]


    --
    illwieckz, générateur de coups de vieux !

    ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

    • [^] # Re: Archéologie

      Posté par . Évalué à 1.

      J'ai suivi ton jeu de piste :-)

      A partir de ton lien (projet inactif depuis 2006) de plateforme de développement d'applications 3D et facilitation d'intégration d'appli X11 dans le monde 3D, on arrive à :
      https://wonderland.dev.java.net/index.html fondé par des "core members" du précédent.

      Mais parce que Sun Labs ne fournit plus d'assistance active pour le développement de Project Wonderland sur java.net, l'activité continue notamment avec le "Open Wonderland project" qui a été établit comme un fork de la communauté :
      http://openwonderland.org/
      ...où l'on peut lire notamment (je traduis) :
      << Utilisez Open Wonderland pour construire votre monde virtuel ! Créez des environnements d'enseignement dynamique, des applications métier collaboratives, ou des simulations interactives multi-utilisateurs. Démarrez de rien ou modifiez un monde existant. Les utilisateurs finaux et artistes 3D peuvent participer à la création de ces mondes, mais ce toolkit est pensé d'abord pour les développeurs familiers avec le Java. Vous pouvez étendre le système et ajouter des fonctionnalités en créant des modules >>

      Merci pour la découverte :-)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.