Licence Art Libre 1.2

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags : aucun
0
29
oct.
2003
GNU
Nouvelle version pour la Licence Art Libre.

Créée à l'initiative de Copyleft Attitude, un regroupement d'artistes, de juristes et d'informaticiens, la Licence Art Libre est une licence qui s'inspire de la General Public License pour en appliquer les principes essentiels à la création artistique.
Liberté de copier, diffuser et transformer les oeuvres sous conditions de garantir ces mêmes libertés. La Licence Art Libre convient à tous types de créations (images, musiques, textes, hors-art, etc.) et offre ainsi l'avantage d'être réellement multi-médias. Elle concerne les professionels de l'art mais aussi les amateurs et plus généralement toute personne qui veut créer et mettre à disposition ses créations et/ou avoir accès librement à celles d'autrui.

La version 1.1 a été rédigée début 2000.
Cette nouvelle version 1.2 permet l'intégration d'élèments libres dans un ensemble non libre, mais aussi de conserver aux oeuvres libres leur caractère « contaminant ». voilà en ligne la version 1.2 de la Licence Art Libre :

Ce qui change :

À (At) 9:42 +0200 14/10/03, Mélanie Clément écrivait peut-être (may be wrote) :
A la place de l'article 3 actuel :
"Tous les éléments de cette oeuvre doivent demeurer libres,
c'est pourquoi il ne vous est pas permis d'intégrer les originaux
dans une autre oeuvre qui ne serait pas soumise à cette licence".

Je propose :
"Tous les éléments de cette oeuvre doivent demeurer libres,
c'est pourquoi il ne vous est pas permis d'intégrer les originaux
(originels et conséquents) dans une autre oeuvre qui ne serait pas
soumise à cette licence".

Ainsi on garde la même formule retenue dans l'article 2.3 :
"Vous avez la liberté de modifier les copies des originaux
(originels et conséquents), (...)"

Cela veut dire que les copies serviles sur lesquelles il n'est pas
possible de revendiquer des droits d'auteur peuvent être intégrées à
un ensemble non soumis à la LAL.
Elle ne doit pas être modifiée au sens du droit d'auteur (sachant
que le droit d'auteur est plus restrictif que l'appréciation
artistique dans la reconnaissance d'un acte créatif).
La forme négative de la clause montre que la volonté première est de
limiter toute emprise non libre des oeuvres. L'ouverture est donc
l'exception.

&

À (At) 12:37 +0200 15/10/03, Romain d'Alverny écrivait peut-être (may
be wrote) :

>Cela veut dire que les copies serviles sur lesquelles il n'est pas
>possible de revendiquer des droits d'auteur peuvent être intégrées à
>un ensemble non soumis à la LAL.

Juste une précision ; c'est sur l'acte de copie servile qu'il n'est
pas possible de revendiquer de droit d'auteur, ou ai-je mal compris ?


--> Oui oui c'est bien ça. Peuvent pas être protégées par le droit
d'auteur parce qu'il n'y a pas d'"originalité", d'invention.

&

À (At) 10:34 +0200 15/10/03, e-troubadour marco écrivait peut-être
(may be wrote) :
concrètement, est-ce que ça veut dire qu'un morceau de musique LAL
peut-être intégré dans un vidéoclip qui ne l'est pas ?

--> Oui, cette précision concise dans l'art 3 permet de conserver aux
éléments LAL leur caractère contaminant mais, grâce aux copies
serviles (= à l'identique, sans "originalité") il est possible
d'intégrer ces mêmes éléments LAL dans un ensemble non LAL.
  • # Re: Licence Art Libre 1.2

    Posté par . Évalué à  -9 .

    preum parcequ il est minuit passé

    (les modéros ne dorment jamais ou quoi ? )

    bonne nuite tout le monde a demain
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par (page perso) . Évalué à  -8 .

      Merde raté ;-)

      ok ----->[]
      • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        "Cette nouvelle version 1.2 permet l'intégration d'élèments libres dans un ensemble non libre, mais aussi de conserver aux oeuvres libres leur caractère contaminant."

        Excusez moi, mais c'est quand meme gros de laisser passer des trucs pareil, on se croirait sur le site de Microsoft, ou l'Open source definition 1.8 ...
        • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

          Posté par . Évalué à  1 .

          Attention, il ne s'agit pas d'une liberté d'utilisation de l'oeuvre genre BSD.

          Il faut lire, et comprendre la licence ; ce n'est pas facile, je ne dis pas ça de façon péjorative, c'est très délicat, et les explications qui sont attachées à cette news sont déjà très nettes.

          La clause modifiée faisant la version 1.2 est là pour permettre, et clarifier des usages qui, s'ils n'étaient pas possible, mènerait à une situation ubuesque quant à l'existence et la publication des oeuvres sous LAL (il ne s'agit pas ici d'outils informatiques, mais d'oeuvres d'art ; le contexte est sensiblement différent, mais le copyleft reste).
          • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

            Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

            J'ai rien contre la licence, je l'utilise moi meme, et suis reférencé sur le site de LAL.

            C'est la tournure de phrase que je trouve déplacée. Quand on utilise le terme "contaminant", c'est pour parler de virus. En informatique, on peut parler d'héritage par exemple, si on fait référence à la programmation objet.
            • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

              Posté par . Évalué à  1 .

              Quand on utilise le terme "contaminant", c'est pour parler de virus.

              Pas forcément.
              Il y a des choses contaminantes qui ne sont pas forcément un virus ; et ce qui est contaminant n'est pas forcément mauvais.
  • # Re: Licence Art Libre 1.2

    Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

    Ça, ça tombe hyper bien.

    J'ai un pote qui me demandait pas plus tard que samedi si on pouvait faire la même chose avec sa musique qu'avec mes logiciels.

    Je savais qu'il existait une LAL en sommeil.

    Ce reveil me convient très bien.

    A propos d'art en général (et de musique en particulier) j'ai croisé une ref dans les journaux à un soft ( http://ardour.sourceforge.net(...) ) sous GPL, qui permettrait de remplacer Cubase piratés chez tous nos potes zycos donc il n'y a plus à hésiter :

    évangélisons (ardour + LAL)

    my 2 ¢
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      sauf quand t'as une carte son semi-pro qui n'a pas de driver linux.
      • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        Effectivement, il faut bien choisir sa carte. Il est de bon ton d'aller voir ce qui se passe du côté de la liste ALSA car configurer les systèmes sonores complexes n'est pas une sinécure.
        Agnula est aussi un projet à suivre : http://agnula.org/(...)
        Tous ces projets avancent et la musique professionnelle (Synthétiseurs, numérisation 24 bits multcanaux, mixage sur 32 bits) est maintenant accessible sous Linux.
        La seule difficulté est de configurer sa machine, ensuite, il y a tout ce qu'il faut pour faire de la musique libre avec des logiciels libres.
        • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

          Posté par . Évalué à  4 .

          Effectivement les choses bougent, mais force est de reconnaître que l'on est bien loin de ce qui se fait sous windows. Les instruments virtuels présents sous Linux font vraiment figure de jouets comparés à ce qui se fait sous win. Pour les séquenceur il y a moyen de s'en sortir, mais il faut s'accrocher (voir mon post précédent).

          Après vous me direz : "oui mais c'est libre, avec tous les avantages qui s'en suivent". Il faut savoir que les musiciens ont l'habitude de devoir se saigner à blanc pour acheter du matériel. Ainsi, pour beaucoup, payer une licence 2000F pour un synthé équivalent à un synthé matériel bien plus cher n'est pas un problème. Ils y voient plus une économie par rapport à ce qu'ils doivent débourser habituellement. Ce n'est pas l'aspect libre mais l'ergonomie, mais surtout la qualité sonore et les possibilités créatives qui attirerons les musiciens. Pour eux l'informatique n'est qu'un outil. Il nous faut l'équivalent de ce qu'est un gimp pour le dessin pour la musique.

          Julien
          • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

            Posté par . Évalué à  1 .

            Exactement, je suis un fervent supporter des LL et pourtant, musicien a mes heures perdue, je suis pratiquement obliger de travailler sous Windows (honte à moi) car je n'ai pas encore trouve de logiciels libres qui aient le 10e (au niveau sonore et possibilites) de ce que peut faire un REASON. De meme, des synthes virtuels comme Virtual Guitarist, Plex ou Cube ... n'ont aucun equivalent libre.

            Il existe des solutions interessant comme arts qui pourraient presque pretendre a une veritable utilisation en home studio mais, si on les compare aux solutions commerciale sous windows, elles ne font pas le poids.

            Ce qu'il manque, ce sont des equivalent de reason, fruity loops, reaktor, acid, ... pour que les musiciens s'interessent vraiment aux LL.
            • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

              Posté par . Évalué à  1 .

              Il faudrait lancer un projet de rapprochement des artistes et des développeurs. Car on le sait tous il y a BEAUCOUP de développeurs qui s'intéressent à Linux et malheureusement peu (en rapport) d'artistes s'y intéressant...

              Je pense même que les résultats pourraient être bien meilleurs que ceux déjà existant en propriétaire (ce sont les utilisateurs finaux eux-mêmes qui donnent les instructions).

              Je crois que c'est ce que tente de faire LinuxGraphic en mettant en relation des gens qui demander des chartes graphiques et des graphistes... bon c'est à une échelle toute petite mais c'est déjà ça...

              * http://linuxgraphic.org/(...)
              • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

                Posté par . Évalué à  1 .

                Oui, ce serait intéressant.

                Comme tu le dis beaucoup de développeur s'intéressent à linux. D'ailleurs ça se sent bien lorsque l'on veux configurer alsa. C'est sûr ça à l'air puissant ce que l'on peut faire avec le ficheir ".asoundrc". Par contre, pour quelqu'un de non technique c'est du chinois. Un exemple : j'ai deux cartes supportées par alsa, une pour le midi et une pour l'audio. La carte midi est initialisée en premier du coup les appli tentes de l'utiliser par défaut => pas de son. Il va falloir bricoler les fichiers de conf pour changer l'ordre des cartes. Perso, je préfererais une jolie boite de dialogue ou je choisis quelle carte utiliser dans telle situaltion.

                Pour résumer, selon moi il faudrait déjà simplifier grandement l'installation des cartes son et divers soft satelites pour attirer des musiciens. Car même si on leur pond des jolis synthés virtuels qui déchirent, comment ils les testent s'ils restent bloqués à l'étape carte son. Croyer moi, je fréquente un site de musique lorsque le sujet est linux beaucoup sont intéressés (stabilité, gratuité...), mais souvent on entend : "moi j'ai pas de son...". Alors pour le test d'ardour, on en est loin.

                Julien
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par . Évalué à  8 .

      Pour être abonné à la mailing-liste, je n'ai pas l'impression que la LAL soit en sommeil, ou l'ait été.
      Il y a plein de gens qui réfléchissent là-dessus, et même certains l'utilisent !
      Tout ça m'a l'air assez vivant.
      Bien sûr, le mouvement est plus jeune que celui du logiciel libre et il a moins d'ampleur, mais il en prend je pense.
      En tout cas il le mérite, et je félicite et remercie toutes les personnes qui font avancer la théorie et la pratique.
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Point de sommeil pour la licence... les utilisateurs de cette licence produisent sans cesse, de même les initiateurs et faiseurs de cette licence sont très actifs de manière continue... (le site web est en refonte, de même pour le repertoire des oeuvres)

      Les oeuvres :
      http://artlibre.org/oeuvres.php/?categorie=La+liste+complete(...)

      Les listes de discussion :
      http://artlibre.org/copyleft.php/list.html(...)
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par . Évalué à  3 .

      Ardour est très prometteur mais encore très loin de cubase sx. D'ailleurs, il n'intègre pas le midi, il faufrait donc plutôt le rapprocher de nuendo ou pro-tools.

      Il faut également voir que pour un musicien pas trop informaticien, c'est le parcours du combatant l'installation d'alsa=> jack [=> ladspa] => ardour. C'est pas top évident. Rien que la lecture de la doc d'alsa sur le fichier .asoundrc a de quoi faire fuire les plus courageux. Si je prends mon exemple, je vais devoir bidouiller, pardon configurer juste pour arriver à bien faire marcher ma carte son et mon interface midi qui sont toutes les deux parfaitement supportées par alsa viendront ensuite les autres étapes. Je devrais y arriver mais je suis informaticien à la base.

      Julien
      • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        il y a une doc sur le mandrake club à ce sujet (qui doit être accessible même aux non-abonnés). En gros tous les paquets nécessaires sont dans la Mandrake.
  • # Re: Licence Art Libre 1.2

    Posté par . Évalué à  3 .

    Bon, jettez-moi des briques si je me trompes, mais si je comprends bien, ça se rapproche de LGPL, par la possibilité d'intégrer un truc sous LAL dans un tout proprio, mais si on modifie le truc sous LAL il garde sa licence. J'ai bon ?
    ça peut être une bonne chose "tactiquement parlant" si ça permet une plus grande utilisation, donc publicité (au sens noble du terme) de la licence, c'est (peut-être) une mauvaise chose dans la mesure où ça fait perdre un peu de l'aspect viral.
    J'avoue que je sais pas trop quoi en penser...
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      c'est (peut-être) une mauvaise chose dans la mesure où ça fait perdre un peu de l'aspect viral

      Tiens j'ai pas compris ça comme ça.

      J'ai compris que le matériel sous LAL peut être intégré dans une œuvre non LAL sans que son auteur n'en perde le copyright, et en conservant sous LAL le morceau d'art repris.
      Dans cette acception, je la vois, au contraire avec un aspect viral extrèmement virulent.

      Je m'explique :
      Contrairement à une licence BSD-like, et conformément à l'esprit de la LGPL du matériel artistique libéré peux traverser une œuvre d'art non-libre tout en restant libre et en pouvant être repris par quelqu'un qui est touché par l'œuvre non-libre.
      Dans ce cas, le non-libre devient vecteur de propagation du libre, c'est pas mal, non ?

      ou alors j'ai rien pigé, de toutes façons, comme dit plus bas, rien ne vaut la DMDZZ licence :)
      • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

        Posté par . Évalué à  1 .

        Je m'explique :
        Contrairement à une licence BSD-like, et conformément à l'esprit de la LGPL du matériel artistique libéré peux traverser une œuvre d'art non-libre tout en restant libre et en pouvant être repris par quelqu'un qui est touché par l'œuvre non-libre.
        Dans ce cas, le non-libre devient vecteur de propagation du libre, c'est pas mal, non ?


        C'est exactement ça.
        La version 1.2 ne permet d'incorporer dans une oeuvre non LAL qu'une copie exacte d'une oeuvre sous LAL. Si cette oeuvre doit être modifiée pour être incorporée, cette modification doit d'abord être sous LAL.
        Si l'oeuvre non LAL est récupérée, le statut LAL de l'oeuvre intégrée subsiste.

        L'oeuvre sous LAL incorporée reste également sous LAL, et à ce titre, doit être disponible séparément, et mentionnée comme telle dans le descriptif de l'oeuvre (descriptif obligatoire d'après la LAL).

        Cela peut effectivement sembler, comme le relèvent quelques commentaires, comme une tendance vers le style BSD, mais ce n'est pas tout à fait ça : c'est permettre aux oeuvres non LAL d'intégrer des oeuvres dont la source est sous LAL. L'expression "le non-libre devient vecteur de propagation" est très bien trouvée.
  • # Re: Licence Art Libre 1.2

    Posté par . Évalué à  0 .

    Quelqu'un peut-il m'éclairer? Je me perds dans la jungle des licences. Est-ce qu'il existe une licence qui donne le droit de modifier le source etc. mais à la condition sine qua non que ce qui soit créé ne puisse pas être inclus dans une oeuvre commerciale. Je suis en train de faire un prog. et je ne voudrais pas voir ça vendu sous un autre nom...
    Bref, si qqun a le nom d'une licence et non vers un lien qui en référence 150 différentes ;o)
    Merci d'avance
  • # Existe-t-il une version L.

    Posté par . Évalué à  1 .

    En effet, sans la LGPL, GNU, Linux et autres projets libres n'aurais jamais pu démarrer aussi vite.
    Pour l'art, le problème me semble différent.
    Comment puis-je insérer dans une publication classique (soumise au copyright) un article sur une oeuvre sous LAL et , encore mieux, l'illustrer par une photo ou un extrait ?
    Comment un groupe de musique libre, aussi bon soit-il, pourait-il passer dans une émission de télé, soumise à des droits de retransmission et autres contraintes ?
    La seule solution consiste à autoriser des insertions libre clairement définies, délimitées et librement copiables dans les oeuvres soumise au copyrigth et réciproquement, rendre possible l'insertion de documents propriétaires dans les oeuvres libres.
    Bref, la solution ne me parait pas encore complète ...
    • [^] # Re: Existe-t-il une version L.

      Posté par . Évalué à  2 .

      > «Comment puis-je insérer dans une publication classique (soumise au copyright) un article sur une oeuvre sous LAL et , encore mieux, l'illustrer par une photo ou un extrait ?»

      Je ne vois pas le problème, c'est justement ce qui est dit dans cette niouze. Tu peux voir l'extrait comme une oeuvre dérivée, intégrée à un ensemble propriétaire, qui est la publication classique.

      > «Comment un groupe de musique libre, aussi bon soit-il, pourait-il passer dans une émission de télé, soumise à des droits de retransmission et autres contraintes ?»

      Même si l'intégration à du propriétaire n'était pas possible, ce que tu demandes le serait quand même. Là, c'est un peu comme si tu disais qu'on ne pouvait pas mettre un programme sous GPL sur un CD où on trouve des programmes propriétaires...

      > « La seule solution consiste à autoriser des insertions libre clairement définies, délimitées et librement copiables dans les oeuvres soumise au copyrigth et réciproquement, rendre possible l'insertion de documents propriétaires dans les oeuvres libres.»

      Tout, d'abords, il faut arrêter avec copyright=propriétaire, un logiciel GPL est soumis au copyright !

      Dans le sens direct, c'est exactement ce qui est dit dans la niouze. Dans l'autre sens, c'est bien sûr possible si le propriétaire de l'oeuvre propriétaire l'autorise.

      Bref, rien de neuf sous le soleil et je me demande si tu as vraiment lu la niouze.
    • [^] # Re: Existe-t-il une version L.

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      « En effet, sans la LGPL, GNU, Linux et autres projets libres n'aurais jamais pu démarrer aussi vite »

      GNU n'a pas démarré si vite et Linux n'est pas en LGPL mais en GPL.
  • # questions

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    Je soutiens à fond l'art libre (dont Wikipedia est un grand succès) mais je n'ai pas tout compris dans cet article:

    Dans la licence je lis:
    L'auteur de l'original pourra, s'il le souhaite, vous autoriser à diffuser l'original dans les mêmes conditions que les copies.
    Pourquoi y-a-t-il une différence entre diffuser un original et diffuser une copie ?

    Dans la suite je lis la notion de copie servile
    Qu'est-ce donc ?
    • [^] # Re: questions

      Posté par . Évalué à  2 .

      Wikipedia est sous GFDL il me semble, pas LAL. Pas sûr qu'une encyclopédie puisse être qualifiée d'oeuvre d'art, d'ailleurs, mais pourquoi pas. (Mais non, je ne veux pas lancer de troll sur la FDL...)
    • [^] # Re: questions

      Posté par . Évalué à  1 .

      Pourquoi y-a-t-il une différence entre diffuser un original et diffuser une copie ?

      La Licence Art Libre a été écrite pour pouvoir s'appliquer tant aux oeuvres matérielles qu'immatérielles. La distinction original/copie est donc importante, dans le cas particulier des oeuvres matérielles.
      Dans le cas des oeuvres immatérielles (ou dématérialisables), la définition d'un original est plus souple, et dépend très largement du domaine artistique choisi et des pratiques de celui-ci.

      Dans la suite je lis la notion de copie servile

      Il s'agit d'un acte dans lequel aucun processus créatif original ne peut être reconnu, au regard du droit d'auteur. Juste une bête copie, quoi.
  • # Re: Licence Art Libre 1.2

    Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

    Un site dans le contenu est sous licence art libre

    le mien ;-)

    http://www.rootsaka.com/gallery/(...)
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par . Évalué à  2 .

      Ben voyons on a le droit de faire de la pub maintenant ? Je m'y met aussi !

      http://mm.lsdp.net(...)

      Par contre je n'aime plus trop cette licence... l'idée que l'on puisse intégrer ce que je fais dans un contenu non plus me déplait énormément... Qu'est-ce que tu en penses toi ?
      • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

        Posté par . Évalué à  1 .

        Venez en discuter sur la liste : elle est faite pour cela.
        • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

          Posté par . Évalué à  3 .

          J'ajouterais que la version 1.2 ne disqualifie pas la 1.1 ; cependant, la 1.2 clarifie les choses, et prends en compte la nécessite de pouvoir communiquer (sur) des oeuvres sous LAL dans des cadres non LAL (un journal, un reportage, un film, etc.).
        • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

          Posté par . Évalué à  1 .

          À ce sujet, la veille de la dépêche j'ai voulu consulter les archives de la liste (etrange coincidence) et je ne les ai pas trouvées. Or je me rappelle bien qu'il y en avait à une époque. Sont-elles toujours accessibles quelque part ?
      • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

        Posté par . Évalué à  1 .

        Rien ne t'empêche de spécifier la version de la LAL sous laquelle ton oeuvre est placée.
      • [^] # pas en cas de diffusion/représentation

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        je ne comprends pas où est ton problème:
        en cas de diffusion/représentation de ton oeuvre, l'article 2.2 s'applique et on est donc obligé de diffuser/représenter ton oeuvre sous licence libre et en indiquant l'auteur

        Par contre je reconnais que l'article 3 reste très flou sur la possibilité d'incorporer une copie d'une oeuvre libre à une oeuvre non libre

        Mais les lois en vigueur disent que ce qui n'est pas expréssément permis par l'auteur est interdit, donc je pense que cette incorporation est interdite sans autorisation spéciale de l'auteur.
        • [^] # Re: pas en cas de diffusion/représentation

          Posté par . Évalué à  2 .

          Ce qui me gène c'est que j'ai l'impression que l'on ne va pas aider à se développer l'art libre... C'est à dire qu'on va avoir des gens qui ne vont pas vouloir mettre leur contenu sous LAL puisqu'ils ont la possibilité de garder le leur avec un copyright classique... et d'intégrer quand même des oeuvres dites libres.

          On peut donc avoir un grand nombre de profiteurs se créant et profitant de l'Art Libre puisqu'il reste libre, certes, mais qui n'évolura pas.
          • [^] # où est-ce marqué qu'on autorise intégration à une oeuvre non libre ?

            Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

            justement, avec les lois en vigueur et la licence LAL 1.2, je ne vois pas où il est écrit qu'on a le droit d'intégrer une oeuvre sous LAL à une oeuvre qui ne serait pas sous LAL

            En France, le droit moral de l'auteur fait qu'il a le droit de s'opposer à ceci sauf s'il en a donné expréssément l'accord.
          • [^] # Re: pas en cas de diffusion/représentation

            Posté par . Évalué à  2 .

            On peut en effet avoir cette impression, mais elle est discutable : il est très certainement probable que lorsqu'un auteur voudra utiliser une oeuvre sous LAL, il aura besoin de l'altérer d'une façon ou d'une autre ; cette altération devra être sous LAL. Il aura peut être besoin, du coup, des services du ou des auteurs de l'oeuvre sous LAL.

            Si l'oeuvre intégrante n'est pas sous LAL ceux-ci peuvent tout à fait conditionner leur participation (cela offre une source de revenu potentielle supplémentaire aux auteurs).

            Si l'oeuvre intégrante est sous LAL, l'enrichissement d'un fond d'oeuvre commune augmente.

            Cela n'empêchera pas les parasites, mais il y en a forcément, et en l'occurence, les parasites profitent de toutes façons aux oeuvres sous LAL en les diffusant un peu plus.
          • [^] # Re: pas en cas de diffusion/représentation

            Posté par . Évalué à  1 .

            L'art Libre qu'est-ce que c'est ? Comment se développe-t-il ? La LAL est un outil juridique qui légitimise certaines libertés essentielles qui témoignent de la vivacité d'une culture : copier, diffuser, transformer les oeuvres. Et garantir ces mêmes libertés. Les Muses du Musée doivent s'amuser.
            Maintenant, on ne peut forcer ni à la liberté ni à la joie, St Just perdit la boule quand il hurla : "pas de liberté aux ennemis de la liberté !" La création libre c'est sûrement une affaire de confiance et aussi dans l'inconnu, ce qui se découvre et s'invente.
            Et l'art qu'est-ce que c'est ? Peut-être ça : Linus Torvalds primé (catégorie net) lors du Festival d'art électronique "Electronica" à Linz en 1999 pour son oeuvre : Linux. Du grand art ! Et d'admirables oeuvres et artistes en conséquence, des logiciels (considérés du point de vue de la propriété intellectuelle comme des oeuvres littéraires) et des bidouilleurs "géniaux". http://www.aec.at/en/archives/prix_archive/prix_projekt.asp?iProjec(...)
            Et sûrement aussi autre chose qui n'est peut-être pas même en ligne et dont on n'a pas idée.
  • # Re: Licence Art Libre 1.2

    Posté par . Évalué à  1 .

    (5) Le fait de copier, de diffuser, ou de modifier l'oeuvre constitue une acception tacite (de cette licence).

    Ca va à l'encontre de la copie privée qui indique que les copies sont autonomes une fois que l'oeuvre a été divulguée. De deux choses l'une :
    soit l'auteur est parti dans une politique où il ne divulguera jamais son oeuvre ;
    soit il est parti dans une politique de "l'exception des copies des oeuvres d'art destinées à être utilisées pour des fins identiques à celles pour lesquelles l'oeuvre originale a été créée".
    Ce qui veut dire que la copie privée n'est plus "de droit". Et le domaine public non plus.

    Dans les deux cas c'est dommage d'imposer ces restrictions.


    (3) il ne vous est pas permis d'intégrer les originaux (originels et conséquents) dans une autre oeuvre qui ne serait pas soumise à cette licence

    La LAL 1.2 est incompatible avec les versions précédentes et ultérieures. Je me trompe ?


    (1) Cette licence a pour objet de définir les conditions selon lesquelles vous pouvez jouir librement de cette oeuvre.

    Selon que je suis producteur, amateur, interprète, musicien, scénariste, cinéaste, acteur, j'ai des manières différentes de jouir de l'art. Il conviendrait d'en tenir compte. La LAL en voulant gérer tous ces cas est confuse. Creative Commons est plus simple.

    Le public se moque de modifier une oeuvre, par exemple. Le public n'accepte pas qu'on lui fasse signer des licences pour chanter sous la douche. A tort ou à raison, il trouve ca pervers.


    Cette nouvelle version 1.2 permet l'intégration d'élèments libres dans un ensemble non libre

    Je n'apprécie pas la dénomination "non-libre" qui parait pourtant si évidente une fois qu'on a découpé le monde en deux entités binaires. Je n'ai pas le sentiment de m'être fait exploiter sauvagement par l'art jusqu'ici.
    Il est vrai que lorsque je rentre dans une salle de ciné, dans un musée, dans une expo, dans un concert, je me plie à une discipline. Quand je sors, je me sens libre. L'essentiel c'est d'en sortir.
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par . Évalué à  3 .

      Ca va à l'encontre de la copie privée qui indique que les copies sont autonomes une fois que l'oeuvre a été divulguée.

      D'une part, concernant les oeuvres immatérielles, les copies à titre privé ou non, ne sont en rien autonomes ; en outre, en quoi cela donnerait à la copie un statut légal différent de l'original ? Rien à voir.

      soit l'auteur est parti dans une politique où il ne divulguera jamais son oeuvre ;

      Ce qui n'aurait pas beaucoup de sens, mais bon.

      soit il est parti dans une politique de "l'exception des copies des oeuvres d'art destinées à être utilisées pour des fins identiques à celles pour lesquelles l'oeuvre originale a été créée".

      Ce qui veut dire que la copie privée n'est plus "de droit".

      Bien sûr que si. La LAL ne s'exerce qu'à partir du moment où l'usage de l'oeuvre est public. Ce qui est se passe dans le cadre privé ne regarde personne dans ce cas précis.

      Et le domaine public non plus.

      Rien à voir. Lorsque les droits d'un auteur chûtent (70 ans après son décès actuellement), tout contrat reposant sur ces droits chûte également.

      Dans les deux cas c'est dommage d'imposer ces restrictions.

      Quelles restrictions ? Accepter les termes de la LAL ? C'est une blague?

      La LAL 1.2 est incompatible avec les versions précédentes et ultérieures. Je me trompe ?

      En effet. La LAL 1.1 et 1.2 sont compatibles.
      En outre, dire que la 1.2 est incompatible avec les versions ultérieures, ça ne fait pas très sérieux.

      Selon que je suis producteur, amateur, interprète, musicien, scénariste, cinéaste, acteur, j'ai des manières différentes de jouir de l'art. Il conviendrait d'en tenir compte. La LAL en voulant gérer tous ces cas est confuse. Creative Commons est plus simple.

      C'est une blague, ou un troll ?
      CC n'est pas plus simple, CC est autre chose : un ensemble de licences, non pas adaptées à différents types d'oeuvres, mais à différentes pratiques. La LAL est une licence qui revendique un seul type de ces pratiques, grossièrement la CC ByAttribution ShareAlike.

      Le public se moque de modifier une oeuvre, par exemple. [...]

      Le problème n'est pas là. La LAL est une proposition. Elle n'empiète pas sur ce qui est déjà autorisé par la loi.
      Utilisent la LAL ceux qui la trouve utile.

      Trolleur, va.
      • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

        Posté par . Évalué à  2 .

        > Trolleur, va.

        On va essayer de dérouler un débat de qualité, hein ? constructif et tout et tout. Je suis certain que les gens apprécieront le spectacle.


        dire que la 1.2 est incompatible avec les versions ultérieures, ça ne fait pas très sérieux.

        La GPL a un mécanisme pour gérer les versions ultérieures.
        Je me demandais pourquoi celui ci n'avait pas été retenu.


        Pour ce qui concerne la discussion droit d'auteur / copyright, mon analyse est que lorsqu'il est question du copyright, je vois surtout des oeuvres qui s'entremèlent et des contrats qui régissent le mélange, alors que dans le droit d'auteur je vois des personnes et des métiers. La GPL vient du copyright et je retrouve dans la LAL qui en dérive cette conception centrée sur l'oeuvre et non sur les gens.

        Ca a des implications.

        La divulgation est une étape importante dans laquelle l'auteur met l'oeuvre à disposition du public. A ce moment là elle lui échappe des mains. J'aimerai avoir une précision. Est ce que tu considères que l'oeuvre t'échappe des mains :
        - Quand moi j'accepte la licence ;
        - Quand toi tu choisis de publier sous cette licence ?
        Pour moi c'est la deuxième option.

        Quelle finalité ? Le principe de multiplier des licences par copyleft n'est pas une fin en soi. J'aimerai avoir des éclaircissements sur ce que vous entendez par finalité. D'abord en ce qui concerne l'exception de copie privée.

        Art. L. 122-5. Lorsque l'oeuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire :
        2° Les copies ou reproductions
        - strictement réservées à l'usage privé du copiste et
        - non destinées à une utilisation collective,
        - à l'exception
        (a) des copies des oeuvres d'art destinées à être utilisées pour des fins identiques à celles pour lesquelles l'oeuvre originale a été créée
        (b) et des copies d'un logiciel autres que la copie de sauvegarde
        (c) ainsi que des copies ou reproductions d'une base de données électronique ;

        Est ce que les oeuvres d'art LAL rentrent dans la catégorie (a) ? [oui / non / la LAL ne se prononce pas ]

        Si tu répond OUI, je n'ai plus droit à la copie privée. J'ai droit à ce que m'accorde la LAL. Pour moi c'est différent : je suis dépendant mais pas des mêmes personnes.

        Ca m'aiderait à comprendre la finalité de la LAL si on répondait à cette question : La LAL considère que les oeuvres sont créer par plusieurs personnes. Ce qui se rapproche le plus de la philosophie Art Libre, c'est quoi ?

        Article L113-2

        * Est dite de collaboration l'oeuvre à la création de laquelle ont concouru plusieurs personnes physiques.

        * Est dite composite l'oeuvre nouvelle à laquelle est incorporée une oeuvre préexistante sans la collaboration de l'auteur de cette dernière.

        * Est dite collective l'oeuvre créée sur l'initiative d'une personne physique ou morale qui l'édite, la publie et la divulgue sous sa direction et son nom et dans laquelle la contribution personnelle des divers auteurs participant à son élaboration se fond dans l'ensemble en vue duquel elle est conçue, sans qu'il soit possible d'attribuer à chacun d'eux un droit distinct sur l'ensemble réalisé.
        • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

          Posté par . Évalué à  1 .

          On va essayer de dérouler un débat de qualité, hein ? constructif et tout et tout.

          Je ne demande pas mieux, mais lors de tes précédentes manifestations, ça tournait à rien. Quand à parler de "constructif", merci bien, mais à part poser des questions, sur un ton délibérément cassant, tu ne fais pas grand chose.
          Alors, pour le constructif, tu repasseras.

          La GPL a un mécanisme pour gérer les versions ultérieures.
          Je me demandais pourquoi celui ci n'avait pas été retenu.


          Cf. 6. LES DIFFÉRENTES VERSIONS DE LA LICENCE qui n'est certes pas aussi complet, mais ça fera très certainement l'objet d'une révision dans ce sens. Bonne remarque.

          J'aimerai avoir une précision. Est ce que tu considères que l'oeuvre t'échappe des mains :
          - Quand moi j'accepte la licence ;
          - Quand toi tu choisis de publier sous cette licence ?
          Pour moi c'est la deuxième option.


          Dès qu'une personne (la première) prend connaissance de l'oeuvre, de la licence, et accepte cette dernière. Entretemps, si l'oeuvre ne s'est pas diffusé, j'ai tout le loisir de la retirer sans être redevable de rien à personne.
          Mais bien évidemment, dans ma tête, c'est lorsque je publie l'oeuvre.

          Quelle finalité ? Le principe de multiplier des licences par copyleft n'est pas une fin en soi. J'aimerai avoir des éclaircissements sur ce que vous entendez par finalité.

          Franchement, exprime-toi clairement : ton "Quelle finalité ?", d'où sort-il ? Il faut que je devine ton raisonnement ?
          Multiplier les licences copyleft n'est pas une fin. La LAL existe depuis 2000, parce qu'à cette époque, il n'existait rien qui puisse permettre d'utiliser un copyleft dans l'expression artistique en général ; et jusqu'à maintenant, personne ne voit encore de raison de la jeter aux zzzzoubliettes.

          D'abord en ce qui concerne l'exception de copie privée. [...] Est ce que les oeuvres d'art LAL rentrent dans la catégorie (a) ?

          C'est une fausse question. Toutes les oeuvres rentrent dans la catégorie (a).

          Si tu répond OUI, je n'ai plus droit à la copie privée.

          1. Cela dépend de l'usage que tu fais de l'oeuvre.
          2. Le droit de copier est explicite dans la LAL, donc l'exception de l'article de loi est annulée par la licence elle-même.

          Où est le problème ? Ne pas dépendre des mêmes personnes ? La belle affaire. Qu'est-ce que cela change dans ta liberté de copier ?

          La LAL considère que les oeuvres sont créer par plusieurs personnes. Ce qui se rapproche le plus de la philosophie Art Libre, c'est quoi ?

          Philosophie Art Libre => à la poubelle, ça ne veut rien dire. A la limite Copyleft Attitude.
          Il n'y a pas un type d'oeuvre qui s'en rapproche le plus ; ce peut être n'importe lequel de ces trois types. D'expérience, ce qu'on voit le plus souvent, ce sont des oeuvres composites, puis des oeuvres de collaboration. Il y a également eu des oeuvres collectives.

          Et après ? Le régime de droit d'auteur des ces trois types d'oeuvres serait en contradiction avec la LAL ? Même pas.
  • # Re: Licence Art Libre 1.2

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    bonjour,

    J'aimerais passer mes films sous license at libre, mais je me pose des questions :

    1) Je fais un logiciel libre. Celui-ci est utilisé à des fins terroristes. Si jamais je l'apprend, je trouverai ça dommage, mais cela ne regarde que moi.

    si je fais un film libre. Que celui-ci est transformé pour devenir, par exemple, une publicité vantant la xénophobie et le racisme afin de promouvoir un parti d'extrème droite aux élections.
    Je trouverai ça dommage. Cependant, si cette publicité a beaucoup de succès, l'acteur de mon film aura subbit un dommage moral considérable ! Il sera en effet associé à cette publicité et donc à l'extrémisme ! Ce qui est vraiment inconvenant !

    Quelles protections possède l'auteur original ?

    2) Je fais un film libre : qu'est-ce qui empèche qqn de supprimer le générique pour gagner de la place ? Or je considère que le générique doit rester car c'est mon copyleft ! Quelles sont mes protections ?

    3) avez-vous des exemples de situations vécues ou la license Art Libre a été un gros avantage/inconvénient ?

    4) Tous le matériel du film doit-il être entièrement sous Art Libre ? Le compositeur par exemple doit-il placer sa musique sous art Libre ? Ou peut-il y avoir des contraintes disant que l'association "image-musique" est libre, mais pas la musique seule ?

    Sinon, désolé de décevoir certains, mais beaucoup de mes films ne seront jamais sous LAL : j'utilise des musiques sans en avoir le droit !
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par . Évalué à  1 .

      > Quelles protections possède l'auteur ?

      La première des protections, c'est que tu décides si tu veux publier ou pas. Tu peux faire des films et les ranger sur tes étagères. Personne ne pourra t'en dessaisir.
      A partir du moment où tu joues le jeu social en divulguant, tu auras des bénefs mais aussi des désagréments. N'est ce pas logique ?

      C'est la première question à se poser : pour quoi divulguer ?

      La deuxième des protections, c'est le droit moral. La LAL s'inspire du copyright américain et n'en parle pas. Le droit moral te permet d'avoir un contrôle sur l'oeuvre divulguée. Mais n'allez pas en abuser. Il faut laisser une marge de manoeuvre à la société pour évoluer. C'est un juste retour des choses, sachant que vos créations s'appuient sur un héritage énorme.
      • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

        Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

        > La LAL s'inspire du copyright américain et n'en parle pas.

        C'est FAUX ! Et tu le sais très bien monsieur cornofulgur, encore toi pour flinguer le libre... à coups de FUD, mensonges et contre-vérités...

        La LAL est basée sur le droit français et plus particulièrement sur le droit d'auteur.

        Je conseille à tous la (re)lecture de la FAQ : http://artlibre.org/faq(...)

        Notamment ces questions-réponses :
        * Qu’est-ce que le droit d’auteur ?
        * Qu’est-ce que le copyright ?
        * Qu’est-ce que le domaine public ?

        * Quelle est la différence entre le droit d’auteur et le copyright ?
        * Quelle est la différence entre le domaine public et le copyleft ?
        • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

          Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

          Cette license semble me convenir particulièrement bien.

          http://www.videontv.org/licence/(...)

          Par contre, je la comprend pas trop en ce qui concerne la modification ou la reprise d'un extrait : visiblement, les modifications sont soumis à certaines règles (si c'est une oeuvre complète) et plus de modifications nécessitent l'accord écrit de l'auteur.

          Me trompe-je ?

          En tout cas, je l'aime beaucoup cette license
          • [^] # Re: Licence videontv

            Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

            En tout ca ce n'est pas une licence copyleft puisqu'elle autorise l'intégration d'une oeuvre libre dans une oeuvre non libre !
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Réponses trrrrès rapides...

      1) la loi passe avant la licence (la licence se base sur la loi)

      2) Si c'est le générique pour les noms, ce n'est pas retirable puisqu'auteur de l'aoeuvre. Si le générique est partie intégrante de l'oeuvre (partie de l'histoire, par exemple) alors le droit de modifs donné par le ou les auteur(s) est possible grâce à la licence (c'est que tu n'es pas prêt à laisser modifier tes oeuvres ?).

      3) Oui, mon court : la musique est faite par un musicien LAL. La SACEM est un handicap LOURD.

      4) J'ai réglé ces problèmes comme suit : le scénar (de moi) est libre, les notes de prod, plannings, etc. sont libres, les plans sont libres un à un, la zic est libre, les acteurs comme l'équipe technique sont auteurs du film.

      > Sinon : ton film sans la bande son peut être sous LAL...
    • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

      Posté par . Évalué à  2 .

      si je fais un film libre. Que celui-ci est transformé pour devenir [...] l'acteur de mon film aura subbit un dommage moral considérable ! Il sera en effet associé à cette publicité et donc à l'extrémisme ! Ce qui est vraiment inconvenant !

      Quelles protections possède l'auteur original ?


      L'auteur, aucune, sauf son droit moral à l'intégrité ; idem pour l'acteur qui peut directement porter plainte s'il estime que son droit à l'image a été bafoué dans tel ou tel cadre.
      Les oeuvres figuratives de personnes sont de toutes façons déjà très complexes au niveau du droit. La LAL n'empiète pas sur le droit moral de l'auteur (contraitement à ce qu'insinue cornofulgur), puisque celui-ci lui préexiste.
      C'est néanmoins un point à creuser (à part des questions ou des critiques, peu ont avancé un cas pratique réel - pas fantasmé - d'étude pour en parler).

      2) Je fais un film libre : qu'est-ce qui empèche qqn de supprimer le générique pour gagner de la place ? Or je considère que le générique doit rester car c'est mon copyleft ! Quelles sont mes protections ?

      La LAL elle-même, car elle oblige la mention des oeuvres et auteurs (du générique) utilisées. Ne pas publier le générique, ou ne pas publier de mention de droit, serait alors un cas de contrefaçon : les recours sont alors les suivants : entente à l'amiable, plainte, procès.

      3) avez-vous des exemples de situations vécues ou la license Art Libre a été un gros avantage/inconvénient ?

      Je laisserais les autres répondre, à ma connaissance, non.

      4) Tous le matériel du film doit-il être entièrement sous Art Libre ? Le compositeur par exemple doit-il placer sa musique sous art Libre ? Ou peut-il y avoir des contraintes disant que l'association "image-musique" est libre, mais pas la musique seule ?

      Si le film lui-même est sous LAL, l'ensemble de ses composants sont sous LAL, ou sous une licence compatible (même obligations, même droits), ou dans le domaine public.
      Sinon, la possibilité est d'avoir les images sous LAL, la musique non, et d'avoir du coup une oeuvre composée. Mais je ne sais pas si cela a déjà été tenté.
      Sinon... la LAL n'est pas faite pour cela.

      Sinon, désolé de décevoir certains, mais beaucoup de mes films ne seront jamais sous LAL : j'utilise des musiques sans en avoir le droit !

      Alors le problème n'en est même pas là : tu ne pourras pas les publier du tout.
      • [^] # Re: Licence Art Libre 1.2

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        Alors le problème n'en est même pas là : tu ne pourras pas les publier du tout.

        si, dans le cadre de la famille (au sens large). C'est d'ailleurs le principe de mon site web.

        Mais j'aimerais justement travailler avec des compositeurs pour mes prochains films, afin de pouvoir faire du tout libre.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.