Mageia, des débuts magiques !

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
36
12
oct.
2010
Mageia
Lancé le 18 septembre 2010, Mageia (un fork de la distribution Mandriva Linux qui a déja été présenté sur ce site) a rassemblé un élan de la communauté au-delà de tout ce qui pouvait être espéré d'un tel projet technique. Il y a aujourd'hui deux voies de continuation de la distribution préférée de certains et un modèle de développement suscité par Mageia, rassemblant les contributeurs, qu'ils soient utilisateurs, développeurs, packageurs, traducteurs, promoteurs du libre... Pas moins de 300 personnes se sont déclarées prêtes à s'investir, dans une ambiance d'auto-organisation qui commence à porter ses fruits :
  • La page principale de Mageia et de don se sont vues rapidement traduites dans plus de 14 langues ;
  • Les listes de diffusion ont été submergées de plus de 2000 mails dès la première semaine, rappelant à certains l'activité de la liste cooker lorsqu'elle recevait les rapports du bugzilla :)
  • Les équipes de traduction se sont montées dans la foulée pour traduire le blog en six langues ;
  • L'infrastructure est en cours de mise en place pour proposer une structure pérenne aux forums, build-system, wiki grâce à un don de serveurs et un hébergement gracieusement fourni à l'association (en cours de constitution) soutenant la distribution Mageia pour en faire une réalité de la communauté ;
  • L'association des utilisateurs francophones (AUFML) a accepté d'héberger la page http://donation.mageia.org et de recueillir en toute transparence les dons pour le lancement, cela étant permis dans ses statuts au titre de soutien à des projets libres. Plus de 5000 euros récoltés en deux semaines ! (préférentiellement par virements qui n'occasionnent pas de frais comme PayPal...).

Les étapes à venir :
  • La priorité actuelle est à la mise en place de l'infrastructure permettant de sortir une distribution en version préliminaire pour novembre de cette année 2010, pour pouvoir entamer un cycle de développement de la version à venir pour 2011 au nom de Mageia ;
  • Une continuité pour les utilisateurs (conservation de urpmi, des rpms, des drakxtools...), la magie continue ! À chacun de s'impliquer au niveau qu'il le souhaite, Mageia est un projet ouvert à toutes les personnes motivées, l'entraide permettant à chacun de contribuer sur son sujet de prédilection ;
  • La mise en place des équipes parmi ceux inscrits sur le wiki, les réflexions initiales pouvant s'inscrire dans la gouvernance proposée pour discussion et élaboration commune (voir les infos sur le blog) ;
  • Et aussi la structuration de la communauté autour d'un projet dynamique, à l'image de ses membres, le logo et l'apparence graphique restant à choisir dans toutes les propositions, pour refléter l'effervescence palpable autour de ce projet naissant.

Que les magiciens se joignent à nous pour faire une distribution GNU/Linux correspondant aux attentes de ses utilisateurs ! Mageia dispose de nombreux atouts, notamment sa communauté qui s'est rassemblée, venant de tout pays autour d'un même objectif : faire perdurer et évoluer ce que nous connaissons bien et apprécions, avec la possibilité pour tout un chacun de s'impliquer à le construire.
L'organisation s'est mise en place autour d'un wiki temporaire qui s'est vite peuplé et propose une structure en fonction des choix de rôle à assumer par chacun : traducteur, communication, packageur, développeur, relations communauté et support utilisateur, documentation, modérateurs (forums, listes de diffusion...)... Nul besoin d'être développeur - en effet - il y a d'autres talents pour aider et tellement de choses à faire :-)

Si vous passez du côté de Lyon cette semaine (le 14 après-midi, 15 ou 16 octobre) vous pourrez rencontrer des passionnés de Mageia aux JDLL :)

Et la magie continue : les notes des réunions des fondateurs sont désormais publiques, le choix de la transparence permettant à chacun d'avancer à la même vitesse et s'impliquer - en fonction de ses aspirations - dans les priorités du moment et en discuter ouvertement. Une tentative de description graphique de ce qui est en place actuellement en terme de communication (principalement) est disponible pour aider à s'y retrouver, basé sur une carte heuristique générée avec la version libre de XMind, vos questions et suggestions pour mieux le présenter sont les bienvenues :-)

Note : des statistiques sur l'évolution de l'utilisation des réseaux sociaux sont disponibles, n'hésitez pas à booster la présence de identi.ca si vous en êtes un utilisateur convaincu.
  • # description

    Posté par . Évalué à 7.

    <mode= raleur>
    il faut qd mm aller jusque la dernière ligne pour se rendre compte que Mageia est une distrib...
    </ mode>
    • [^] # Re: description

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      il est vrai que rajouter, "fork de la distribution Mandriva" derrière la première occurrence de Mageia renforcerait la clarté de la dépêche :-)
      • [^] # Re: description

        Posté par . Évalué à 3.

        Personnellement, ce n'est qu'à la lecture de ce commentaire que j'ai compris de quoi il s'agissait.
    • [^] # Re: description

      Posté par . Évalué à 2.

      <mode=chipoteur>
      Sur la deuxième ligne :
      'Il y a aujourd'hui deux voies de continuation de la distribution préférée de certains'
      avec le logo de mandriva en début d'article... c'est loin d'être la dernière ligne!
      </ mode>

      Je suis d'accord que certaines dépêches/journaux parlent d'un sujet sans le remettre dans le contexte, mais dans le cas présent il me semble que le contexte mandriva/mageia est suffisamment d'actualité.
      • [^] # Re: description

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        <mode type="chipoteur,mesquin">
        Le logo n'est pas visible quand on lit la dépêche depuis les flux RSS et "distribution préférée de certains", vu le nombre de distributions et de potentiels fans de chacune, ça reste vague. Et puis bon, l'actualité mandriva/mageia... Pourquoi pas un futur, tant que tu y es!
        </mode>
        • [^] # Re: description

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Chez moi le lien vers Wikipédia Mageia dans le sujet de la première phrase (juste après le complément circonstanciel de temps¹ :-) fonctionne depuis le flux RSS... Un clic et je trouve tous les détails dans mon encyclopédie préférée !




          ¹ Tiens ? À la deuxième relecture je vois que ce n'est pas un CCT... Mais qu'est-ce que c'est ? J'ai perdu ma grammaire, moi...

          GNU's Not Unix / LINUX Is Not Unix Xernel

          • [^] # Re: description

            Posté par . Évalué à 4.

            Tu trouves normal de suivre un lien pour comprendre l'objet même de la dépêche ?
            • [^] # Re: description

              Posté par . Évalué à 10.

              C'est un nouveau jeu : il faut suivre les liens pour avoir des indices sur le sujet dont on parle.

              Un genre de dépêche dont vous êtes le héros :-)

              Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: description

        Posté par . Évalué à 2.

        ...il me semble que le contexte mandriva/mageia est suffisamment d'actualité. >

        Sauf pour certains qui vivent dans une grotte en Afrique du Sud.
    • [^] # Re: description

      Posté par . Évalué à 4.

      Je ne pense pas que DLFP et ses rédacteurs aient une quelconque raison de rougir des articles diffusés sur le site.
      Allez donc voir la presse, la vrai: elle veut se répandre sur le web pour alpaguer le lecteur or la plupart de leur news ne sont que de pâles copies de dépèches AFP, Belga ou autre sans valeur ajoutée (ou peut-être quelques fautes d'orthographe).

      Mageia et Mandriva ont fait parler d'elles il y a très peu de temps ici et si vous êtes des habitués, vous n'y avez pas échappé. De plus, il me semble que l'article annonçant la naissance de Mageia est resté quelques temps à la une de la première page.

      Dire que vous ne savez pas de quoi parle cet article est un flagrant délit de mauvaise foi caractérisée.
      Trouver la petite chose qui pourrait être améliorée relève parfois de l'enculage de mouche.
      • [^] # Re: description

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        c'est triste ton point de vue sur la sodomie de drosophile :)

        (entretemps Amaury< a édité et cité expressément la "distribution préférée de certains" dès le début de la dépêche :p )
        C'est ce que j'avais, malgré moi, et à l'insu de mon plein gré évité, il faut croire que je suis à 100% acquis à une distribution communautaire telle que je la connais avec ceux qui y contribuent en libre (précédemment accessoirement employés par la société Edge-it) ou simplement contributeurs à une distribution que nous appelons maintenant cauldron pour les développeurs,C'est sans doute plus facile quand nous les connaissons IRL et les côtoyons au jour le jour sur irc, tout le monde est le bienvenu à nous rejoindre :)
      • [^] # Re: description

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Je ne pense pas que DLFP et ses rédacteurs aient une quelconque raison de rougir des articles diffusés sur le site.
        Ouaip, c'est clair :-)
        A mon avis, mais je me trompe peut-être, les remarques à propos de tel ou tel manque d'une dépêche ou journal sont en général plutôt constructives. Il est rare qu'une remarque indique que l'article est mauvais. Et comme beaucoup d'entre-nous sont perfectionnistes, ben il y en a toujours un qui constate un défaut.

        Dire que vous ne savez pas de quoi parle cet article est un flagrant délit de mauvaise foi caractérisée.
        Si la plupart des personnes qui contribuent à ce site passent tous les jours ou presque, il y a des chances que beaucoup de visiteurs ne viennent qu'une fois de temps en temps.
        Pour donner un exemple: je suis allé hier soir sur des sites de constructeurs automobiles car je vais changer de véhicule. Je n'y trouve pas l'information que je cherche (en fait il n'y a aucune information, c'est juste de la communication leurs trucs). Je recherche alors des sites parlant d'automobile. Et là, patatra, des centaines d'articles sur tout et n'importe quoi, avec obligation de comprendre tout seul de quoi il s'agit. Pourtant les bagnoles, j'en conduis depuis quelques années. Il disent par exemple que tel modèle est très bien. Mais il n'est précisé nulle part si c'est une berline, une citadine, etc. Tu te démerdes. Donc celui qui comprend l'article n'a en fait pas besoin de le lire car il sait déjà parfaitement de quoi il en retourne.
  • # mageia fait la promo de facebook

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Dommage de voir un cadre facebook en page d'accueil de mageia :-( C'est vraiment une grosse publicité pour inciter les gens à dépendre et à adhérer à une entreprise qui a du mal avec la vie privée.

    Christophe - https://guides-serveur.ovh

    • [^] # Re: mageia fait la promo de facebook

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      et les gens sont libres d'avoir un compte facebook et libre de ne pas avoir un compte facebook. Ce n'est pas une nécessité pour aider le projet Mageia
    • [^] # Re: mageia fait la promo de facebook

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Oui, d'ailleurs, un partenariat de Mageia avec David_Fincher pour la sortie demain de son film The_Social_Network est même en cours de négociation ;-) (euh nan hein, 'fin je ne pense pas, tu me mets le doute là...).

      Tu remarqueras tout de même que ce que je préfère mettre en avant, c'est plutôt http://identi.ca/mageia : la communauté qui s'est formée et rassemblée est particulièrement variée, cela en fait une richesse àmha et il faut aussi savoir aller chercher les utilisateurs à venir là où ils sont.

      Bien sûr dès que Diaspora_(logiciel) trouvera un packageur motivé, je ferai sans partie de ceux pour le promouvoir au sein de Mageia.
      Concernant la messagerie instantanée, tu noteras que c'est IRC + Jabber ;-) (pas de jaloux).
  • # pas de noms

    Posté par . Évalué à 4.

    /*précison*/

    Sans citer de noms, il est remarquable -sens premier du terme- de constater un petit bilan social de Mageia :
    1) La quasi totalité des équipes récentes de contributeurs à Mandriva Linux a rejoint le projet Mageia.
    2) Et en plus, de grands noms historiques de Mandrake ont fait connaitre leur soutien, et certains ont aussi rejoint le projet Mageia.

    /*précision*/

    ps : à vous de jouer pour trouver les noms ;-) (et de lancer un troll qui arrive gros comme une maison si cela vous amuse)
    • [^] # Re: pas de noms

      Posté par . Évalué à 1.

      > de grands noms historiques de Mandrake ont fait connaitre leur soutien
      > ps : à vous de jouer pour trouver les noms


      Je tente le coup avec un super dino qui était là aux tous débuts de MDK : Bernhard Rosenkränzer ?
    • [^] # Re: pas de noms

      Posté par . Évalué à 2.

      Adam Williamson ?!
    • [^] # Re: pas de noms

      Posté par . Évalué à 6.

      Ce que je trouve remarquable, c'est que Mandriva (l'entreprise) n'ait pas réussi à faire tout ce que Mageia a accompli en quelques semaines (et c'est proprement hallucinant) alors que tous les gens étaient là et disponibles pour le faire... Donnez les entreprises à des financiers qu'ils disaient...
      • [^] # Re: pas de noms

        Posté par . Évalué à 2.

        > Ce que je trouve remarquable, c'est que Mandriva (l'entreprise) n'ait pas réussi à faire
        > tout ce que Mageia a accompli en quelques semaines (et c'est proprement hallucinant)
        >
        Tout ? C'est quoi tout ? Tu as des précisions ?

        nota :
        petite précision, je n'ai rien contre M*(a|e). Sur le portable ici présent j'ai un dual-boot Mandriva et Ubuntu. Les deux ont de nombreux points communs et des points forts particuliers.
        Leur faiblesse AMHA provient en grande partie des quelques lacunes que les environnements Desktops trainent comme un boulet, comme par exemple le manque d'homogéneité de leur appli (menus, gestionnaires de fichiers disparatres, etc), ou de la gestion déficiente/hératique de quelques péripéhriques comme ceux du son (ah, ces maudits constructeurs de harwares privatifs)...
        A ce demander si l'IHM ne montre pas les limites du Bazar.

        Pour le reste nul besoin de rappeler les points forts de Linux et de son écosystème face à ses concurrents. Ses licences n'en sont pas le moindre de ses atouts.

        Linux à travers Android, dès aujourd'hui mais peut-être aussi avec Bada, ChromeOs voire Meego demain, semble avoir posé son empreinte sur l'univers des téléphones mobiles en quelques années. Rien à voir avec les misérables 1% de présence sur les Desktops, certes entravés par la vente liée au bénéfice de la firme de Richmond. Mais pas que...
        Il semble que c'est un point (la faiblesses des environnements graphiques) dont Mark Shuttleworth ait saisi l'importance. Peut-être serait il temps que les distribs majeures s'unissent - financièrement parlant - afin de se donner les moyens de résoudre cette faiblesse récurrentes ?

        C'est pourquoi, pour moi, reste posée la question de l'avenir d'une distrib comme Mageia. Par contre si l'on admet une fois pour toute que seules les personnes converties aux LL sont susceptibles d'utiliser Linux sur leurs Desktop ou leur portable et passant outre de leurs quelques défauts, espérant que demain une partie du problème sera résolue, alors cette interrogation n'a plus lieu d'être. Au contraire la présence d'un écosystème diversifié (cad plusieurs distribs majeures) est certainement source de pérennité pour cet OS. Sans pour autant que ses points faibles - demandant d'énormes ressources - qui perdurent depuis l'origine soient dans un proche avenir résolus...
        • [^] # Re: pas de noms

          Posté par . Évalué à 7.

          Tu fais fausse route à mon avis. Réduire la question de la pérennité d'une distribution à des questions financières, c'est bien un raisonnement de financier, et c'est justement ça qui a conduit mandriva à sa perte. Là, on a une bande de joyeux lurons qui se foutent bien des aspects financiers puisque, comme ils le disent dans la page sur leurs valeurs, ils veulent s'amuser. Ils ne vendent rien, ils n'achètent rien. Ils ont juste besoin de quelques serveurs pour faire tourner leurs services mais c'est vraiment rien comparé au reste. Et le reste, le plus important, c'est la communauté, c'est les heures de temps libre consacré à ce projet, c'est l'envie, c'est la reconnaissance d'un travail bien fait, etc. Bref, tout ce que la société mandriva a oublié en cours de chemin.

          Les dev Mageia ne font pas cette distrib pour qu'elle remplace Ubuntu ou qu'elle soit installée sur tous les desktop, ils la font pour se faire plaisir et avoir un truc qu'ils aiment utiliser et perfectionner et comme ils ne sont pas seuls à aimer faire ça, qu'ils sont rejoints par beaucoup beaucoup de monde, ça va forcément marcher.

          Ne perdons pas de vue que Mageia devient (de mon point de vue) la deuxième (ou troisième pour ne froisser personne) distribution majeure purement communautaire, et qu'étant donné l'histoire de la grosse distribution purement communautaire, on peut penser que ça va durer un sacré moment.
          • [^] # Re: pas de noms

            Posté par . Évalué à 2.

            Ah bon !
            Donc si je te suis, des nanas et des mecs qui ont été ces dernières années salariés, ont un appartement, un frigidaire, une famille plus ou moins grande à entretenir vont désormais vivre d'amour (très beau programme par ailleurs) et d'eau fraîche... Whaaouuuuu !

            Et même si certains font leurs 35/45 heures par ailleurs j'ai comme un gros doute que tu vas lever je n'en doutes pas ? Parce que dans ce cas désolé, sauf à être recrutés par Google, l'investissement au quotidien n'est plus le même, et sur la durée c'est pas gagné d'avance.


            > Les dev Mageia ne font pas cette distrib pour qu'elle remplace Ubuntu ou qu'elle soit installée sur
            > tous les desktop, ils la font pour se faire plaisir et avoir un truc qu'ils aiment utiliser et perfectionner et
            > comme ils ne sont pas seuls à aimer faire ça, qu'ils sont rejoints par beaucoup beaucoup de monde,
            > ça va forcément marcher.
            >
            J'ai compris : c'est la distrib majeures des potes ex-professionels du domaine, genre je suis viré/parti de Mandriva et je suis en quelque sorte à la retraite (sujet on ne peut plus actuel) et je n'ai pas envie de quitter ce monde extra et comme au fil du temps j'ai acquis une sacré expérience ce serait du gâchis de passer à autre chose...

            C'est un peu comme avec le nouveau gouvernement anglais qui propose que les citoyens pratiquent des activités de service gratuitement alors qu'elles étaient jusqu'à présent rémunérés dans des secteurs comme la santé, l'enseignement, la poste et même la sécurité.
            • [^] # Re: pas de noms

              Posté par . Évalué à 1.

              D'amour et d'eau fraiche .... pffu c'est impossible. Tu as oublié un ingrédient :
              D'amour, d'eau fraiche, et de ricard.
              • [^] # Re: pas de noms

                Posté par (page perso) . Évalué à -2.

                >>> D'amour, d'eau fraiche, et de ricard.

                c'est quand tu baises une moche
            • [^] # Re: pas de noms

              Posté par . Évalué à 4.

              1) la majorité de cette communauté travaille déjà sur son temps libre, parce que, comme je le disais, il n'y a pas que les devs, il y a tout le reste autour et ça représente beaucoup de monde. Il suffit de voir les grandes listes de personnes qui s'inscrivent sur les tâches à faire. Toutes ne sont pas d'anciens employés de mandriva.
              2) les anciens employés de mandriva sont pour la plupart des ingénieurs d'un excellent niveau qui n'auront aucun mal à retrouver du travail, et même peut-être que certains seront embauchés pour justement continuer à travailler sur Mageia. En tout cas, moi, si j'étais recruteur, j'embaucherais direct.
              3) tu oublies que dans Debian, il n'y a aucun salarié direct et pourtant, ça fonctionne depuis plus de 10 ans. Mageia a adopté le même genre de fonctionnement, ils n'ont aucune raison d'échouer là où d'autres ont très bien réussi.
              • [^] # Re: pas de noms

                Posté par . Évalué à 2.

                Je n'oublie rien du tout.
                cf
                >> Comment ce projet entend il se faire une place au milieu de Red-Hat/Fedora,
                >> de Suse/OpenSuse, de Debian et de Canonnical/Ubuntu ?
                >>

                Sinon
                > Mageia a adopté le même genre de fonctionnement, ils n'ont aucune raison d'échouer
                > là où d'autres ont très bien réussi.
                >
                tu ne penses pas que tu t'avances un peu. Soyons clair je ne souhaite aucun mal au projet qui prend la succession de Mandriva (bien que celle-ci officiellement ne soit pas morte) ni à son équipe, bien au contraire. Si la sauce Mageia prend c'est très bon pour tout le monde.

                Maintenant il faudrait pas qu'une faune (ou du moins une partie) de groupies de la seule distrib d'origine française (y a pas que des froggies dans l'équipe) prennent les enfants du bon dieu pour des canards sauvages. Les utilisateurs de Mandriva aussi tante Janine qu'ils soient ne peuvent se contenter d'affirmations toutes plus ronflantes les unes que les autres.

                Il y a un grand projet communautaire qui est une vrai réussite, "alors pourquoi en faire un autre" n'est pas une question pour un troll a 2 balles...
                Le fait que les packages sont différents ? La présence des outils drake et du MCC ?
                Le portage de ces derniers sur une Debian-like ne permettrait elle pas de mutualiser certaines ressources afin de les rediriger vers d'autres developpements qui accentueraient la particularité de la future Mageia ?
                C'est juste une question que je [me] pose ? En fait j'aimerai que le plus de monde possible intéressé par Mageia se pose ce genre de question afin qu'elle soit une vrai réussite et non une chimère. Mageia devra innover aussi bien au niveau technique que services. Est ce à la portée d'un projet communautaire ? Là encore c'est juste une question.

                nota :
                je sais qu'un projet communautaire de quelque importance ne dépend pas que des devs... Toi croire moi abruti à ce point ?
                En attendant un projet dépend en premier de ses devs. Sans eux pas de projet. Et sans équipes de grande qualité pas de bon projet. Après il y a tout le reste jusqu'à ceux qui auront la gentillesse de faire remonter les bugs avant la sortie de version finale. Désolé je ne suis pas mongolien à ce point pour ignorer tout ceci alors que je suis un utilisateur de Mandrake depuis la quasi première heure (PP 5.2).

                Si j'ai en partie basculé sur Ubuntu c'est que depuis quelques temps j'avais des doutes sur la pérénité de Mdv, que je veux quelque chose de stable, de ne pas être limité question applications même si elles ne sont plus maintenues comme WindowMaker. Mandriva m'offrait cette opportunuité. Ubuntu aussi.

                Si Mageia est à même d'offrir les même services et la même diversité d'applications que Debian/Ubuntu/Fedora nul doute qu'elle aura quelques chances de faire son trou. Maintenant il faudra aussi innover pour ne pas être à la remorque d'Ubuntu et de ses One Service qui tentent de pas se faire larguer par ceux d'Apple.
                Nous sommes dans une époque de convergence numérique. Linux longtemps au coude à coude avec MacOS X vient de se faire larguer en toute beauté (15% en Suisse par exemple).

                Il me semble facile de se gausser d'Ubuntu et de son milliardaire spacial. Il est de bon ton de lui reprocher sa qualité de plus en plus incertaine qu'à titre personnel je n'ai pas ressenti mais petit à petit elle s'essaie dans de nouveaux domaines jusque là inexplorés dans le domaine des distrib Linux.

                Que le libre puisse tenir la dragé aussi haute que possible sur le Desktop face aux logiciels propriétaires serait une source de satisfaction - bien qu'à titre personnel je ne contribue pas (je fais juste des install chez ceux-qui ne me prennent pas pour un con : free/libre est bien différent de free/gratuit)...

                [humour]
                Si j'avais gagné au gros lot du dernier euromillion ce n'est pas simplement les ex de Mandriva que j'embaucherais. Y a tant à faire...
                [/humour]
                • [^] # Re: pas de noms

                  Posté par . Évalué à 4.

                  "mutualiser certaines ressources", "rediriger vers d'autres developpements", "innover aussi bien au niveau technique que services"

                  Je te parle de projet social, tu me parles de rationalisation économique. Tu raisonnes comme la société Mandriva, je raisonne comme le projet Debian. Je crois que le débat pourrait durer éternellement. Je comprends très bien ce que tu me dis, mais je continue à croire que tes arguments ne s'appliquent pas à un projet purement communautaire tel que Mageia.
                  • [^] # Re: pas de noms

                    Posté par . Évalué à 1.

                    > tes arguments ne s'appliquent pas à un projet purement communautaire tel que Mageia
                    >
                    Tu as raison sur ce point. Sauf qu'il n'y a pas de place pour un second projet de distrib Linux communautaire d'envergure... Tout simplement parce qu'il y en a déjà un ... remarquable.
                    • [^] # Re: pas de noms

                      Posté par . Évalué à 4.

                      Sauf si il y a plus de monde qui travaille sur des distrib linux maintenant qu'au début de Debian, et que le pool de gens suffisants pour faire vivre deux distribs communautaires (que je salue bien bas au passage) a augmenté.
                      • [^] # Re: pas de noms

                        Posté par . Évalué à 2.

                        J'espère que tu comprendras ma réponse :

                        1/ La nature a horreur du vide
                        2/ A l'ombre des géants ne pousse aucun arbre

                        Voilà pourquoi je doute. Debian est dans son domaine un géant reconnu pour sa qualité et de surcroit apprécié. Il est présent partout, sauf peut-être pour toutes les tantes Janine de la terre, mais pour ça il y a ses fillieules genre Ubuntu ou Mint pour prendre le relais.

                        Dans le domaine des distrib commerciales il y aussi un géant Red-Hat. Mais contrairement à Debian, RH a choisi de s'attaquer quasi exclusivement au domaine professionnel, ne croyant pas (du moins pas encore) à celui du desktop personnel. C'est un choix qui semble lui sourire.

                        Toutes les autres distrib sont des nains, Novell/Suse compris. D'ailleurs les dirigeants ou les actionnaires s'interrogent et des bruits de tentatives de vente circulent. Vrai ou faux peu importe. Chez Novell on ne semble pas armer de trop de certitude sur une future réussite dans le domaine des OS.

                        Je crois que des opportunuités en Europe, en Amérique du Sud voire dans le Sud-Est Asiatique dans le secteur des PME, de l'Education, des Services Publiques, des Collectivités Locales et du grand public il existe une place pour une distrib de qualité et attrayante.
                        Cela semble entre autre un des secteurs ciblés par Ubuntu/Cannonical. Même si cette dernière semble avoir pris une bonne longueur d'avance il est probable que rien n'est encore joué et vu la taille du marché - en tenant compte de la place prise par Windows - il y a de la place pour un ou deux acteurs. Simplement ils doivent apporter une plus value certaine par rapport à Ubuntu. Pas évident.

                        Sinon il y aura toujours, comme tu le dis, un nombre suffisant de contributeurs pour créer une autre distrib communautaire à côté de Fedora et d'OpenSuse en se basant sur les décombres de Mandriva.
                        Ca peut marcher. Cela marchera très certainement, mais on sera loin de la dynamique sur laquelle semble surfer Ubuntu. Maintenant je peux me tromper. Mais bon nos ex-franco-bresilien semblent partir de si loin...
                        • [^] # Re: pas de noms

                          Posté par . Évalué à 5.

                          Debian est une grosse distrib. et une grosse communauté, très précise sur la notion de liberté des logiciels. Mageia peut percer en affirmant sa différence par rapport à Debian, car, on est bien d’accord là-dessus, si elle se contente de reprendre la recette Debian elle va couler. Mais il y a certainement un créneau à prendre du côté utilisateur bureautique (Debian se veut un système universel, et de fait est pas mal utilisée pour des serveurs), peut-être un peu moins obtue sur la notion de liberté, et surtout avec une communauté à taille plus humaine.

                          Je pense qu’il y a un créneau à prendre parce que je suis un utilisateur Debian de longue date, après une petite infidélité à Gentoo j’y suis revenu en me disant « plus jamais ça », pourtant mageia me tente énormément et je vais suivre de près sa sortie… suis-je le seul ?
                          • [^] # Re: pas de noms

                            Posté par . Évalué à 3.

                            Oh non tu n'es pas le seul.

                            Sedullus dux et princeps Lemovicum occiditur

                          • [^] # Re: pas de noms

                            Posté par . Évalué à 1.

                            > Mais il y a certainement un créneau à prendre du côté utilisateur bureautique
                            >
                            Désolé il y a déjà du monde sur le créneau. Et puis Ubuntu avec ses One services a dépassé ce stade et ouvre de nouveaux horizons pour l'utilisateur final. Il suit le chemin d'Apple vers une intégration/convergence des services numériques sauf... qu'il n'a ni iPhone, ni iPad ni même Mac tout court. Ce qui est normal puisqu'avec Linux on est dans un système ouvert loin du propriétaire fermé captif. Mais bon aussi détestable soit la direction prise par la firme à la pomme sur ce sujet il est bon de ne pas occulter la réalité. Cette intégration des services numériques voulue par S.Jobs laisse loin derrière la seule ambition de s'imposer sur le seul domaine des suites bureautiques.
                            Suites Bureautiques qui par ailleurs pêchent par quelques faiblesses des environnements graphiques sous Linux.


                            > Je pense qu’il y a un créneau à prendre
                            >
                            Moi aussi. Sauf que je considère qu'un modèle économique cohérent pour que la descendance de Mandriva mène à autre chose qu'une distrib communautaire de plus.
                            Tout comme on n'a pas raté sa vie si l'on a pas une Rolex au poignet à 50 ans, ne pas arrivé à construire la distrib la plus célèbre ou la plus reconnue n'est pas un échec. Ce que je veux dire si j'intègre la composante économique celle-ci n'en reste pas à mes yeux le point central du projet. Mais je du mal à croire que l'équipe de Mandriva qui a pris la décision de tourner le dos à leurs dirigeants se sont engagés dans ce projet sans penser qu'ils pourraient enfin réussir économiquement. Pour eux cela doit les tarroder du matin jusqu'au soir d'avoir subit pendant des années pareilles incuries. Je suis certain que la réussite économique fait aussi partie de leur challenge.
                            Ils peuvent se dire qu'ils savent faire une distrib de qualité puisqu'ils l'on déjà fait. Donc le problème pour chacun d'entre eux n'est plus là.
                            C'est le faire à leur manière - et non selon les désidérata de leurs ex-dirigeants qui se succédaient à un rythme assez fou - avec à la clé une réussite économique. Ils sont convaincu de pouvoir le faire - c'est du moins ce que je crois - sinon une partie de l'équipe serait passée à autre chose et se serait recasé vu leur CV au mieux depuis quelques temps déjà. Les réalités quotidiennes intangibles aurait fait que malgré leur penchant pour Linux éclater l'équipe.
                            Certains auraient même pu rejoindre par exemple Adam Williamson chez Red-Hat.

                            Je reste persuadé qu'ils croient tous que Linux peut dépasser les misérables 1% sur le desktop. Et ce n'est pas en se regroupant pour faire une distrib communautaire de plus qu'ils y arriveront.
                            Si on évacue le problème de la vente liée - qui est un boulet énorme, incontournable à l'heure actuelle vu la défaillance des autorités économiques, judiciaires et politiques - ces misérables 1% ne sont peut-être pas sans raison. C'est que Linux pour tante Janine n'est peut-être pas encore prêt à s'introduire dans tous les foyers.
                            Bien que je ne partage pas ce point de vue l'expérience de mes proches et de leur attitude voire de leur passivité m'impose cette réalité.

                            Je reste persuadé que Linux partout est possible. La seule réussite de Linux quasi-propriétaires tel Android ou Bada sur le mobile n'est pas représentatif ni même un exemple. Il faudra suivre plutôt si Meego pour teléphones ou tablettes peut lui aussi faire son trou. Il faudra voir si au delà de Nokia elle réussira à séduire des partenaires ainsi qu'une communauté de développeur. Si oui alors il n'y a pas de raison que pour d'autres terminaux les logiciels libres ne puissent tenir la dragée haute aux systèmes propriétaires.
                            A eux alors de satisfaire les utilisateurs voire de les faire rêver.

                            > je vais suivre de près sa sortie
                            >
                            itou pour moi
                            • [^] # Re: pas de noms

                              Posté par . Évalué à 3.

                              Pour résumer, tu dis qu'un business-plan est nécessaire, et tu en dessines des lignes possibles ici.

                              Ce que tu fais contrairement aux autres est que tu dis qu'il est d'abord nécessaire d'avoir un business-plan.

                              Je ne pense pas que ça contredise vraiment les autres qui eux faisaient plutôt des pétitions d'optimisme sur la capacité de la distribution à trouver rapidement sa place, que ce soit au niveau des dévs ou de la clientèle.

                              Seulement, quand toi tu insistes sur le fait qu'il faut dès maintenant définir exactement les lignes directrices du marketing, les autres sont plutôt du style wait and see.

                              Enfin c'est ce que j'ai l'impression de voir.
                    • [^] # Re: pas de noms

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Pas de place ? Que cela veut il dire ?
                      Il n'y a plus de place sur aucun serveurs ni aucun miroirs ? Ha non.
                      Il n'y a plus de place pour les développeurs dans les communautés de logiciels ? Ha non.
                      Il n'y a pas de place pour des nouveaux utilisateurs ? Ha non.

                      Donc je crains que ton "pas de place" ne fasse référence à la possibilité d'avoir des utilisateurs lambdas en plus ou venus d'autres distros. C'est très réducteur comme vision, si tu me permet. Franchement qu'est ce qu'on s'en fout ? Les utilisateurs lambdas ne sont qu'une conséquence de la qualité de la distribution. La qualité est un but, pas le nombre d'utilisateurs (de nouveau, il s'agit d'un projet communautaire). Et j'ajouterai même que la distribution n'est qu'une conséquence du travail sur les logiciels libres en général.
                      • [^] # Re: pas de noms

                        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                        Il ne faut pas oublier que c'est vendredi :-)
                        Ce genre de raisonnement part de l'hypothèse (fausse) que tout le monde contribuerait à la même chose. Simplement, nous sommes humains, notre temps est limité et nous permet déjà de suivre plusieurs projets à la fois et de nous impliquer dans certains.
                        La force de Mageia est de rassembler des utilisateurs, des développeurs, des artistes, des contributeurs, des personnes de tout bord (les pro-rolling-release et ceux pour les stable-release, ceux qui préfèrent les forums et ceux qui aiment bien les listes de diffusion, ceux qui participent pour le fun et ceux qui s'impliquent pour le long terme avec fun, les utilisateurs débutant et ceux aguerris qui souhaitent une distro qui leur convienne, les pros du marketing et ceux qui juste veulent que ça marche... et j'en oublie). Il n'est pas question de raisonner à communauté en quantité limitée (ceux prêts à contribuer), mais bien d'explorer toutes les possibilités et savoir proposer à chacun de participer, même ceux qui n'y auraient pas pensé avant (j'en ai recruté quelques uns, c'est possible !).

                        Tout comme il n'y a pas que les utilisateurs, il y a aussi ceux qui veulent s'amuser, trifouiller, jouer, prendre du bon temps, ne pas se prendre la tête, certains qui s'attachent vraiment au libre (dans la musique, le graphisme, la 3D, le DIY, le développement même !). Tout cela n'est qu'une histoire de surfer sur les épaules de géants, dans la lignée d'un Newton (pour attirer les connaisseurs d'apple qui reconnaîtront la référence).
                        Sur 6 milliards de personnes il y a plus de non utilisateurs d'un système d'exploitation que de personnes qui n'en connaissent qu'un, quelque part ça fait beaucoup de monde à venir :)
                • [^] # Re: pas de noms

                  Posté par . Évalué à 0.

                  huhuhu...

                  Tu me fais bien rire !

                  Il y a un grand projet communautaire qui est une vrai réussite, "alors pourquoi en faire un autre" n'est pas une question pour un troll a 2 balles...

                  Dans un autre commentaire tu écris: Tu as raison sur ce point. Sauf qu'il n'y a pas de place pour un second projet de distrib Linux communautaire d'envergure... Tout simplement parce qu'il y en a déjà un ... remarquable.

                  Tout ça en parlant de quoi ? Debian ? non... OpenBSD ? ArchLinux ? Non... Slackware ? Non... Mais de quoi donc ? Ubuntu !!! Ouarf ! Ubuntu projet communautaire remarquable ??? Je rêve ou tu laisses ton objectivité dehors lors au passage du login de dlfp ?

                  Tu ne t'es jamais dit que justement des gens pensent qu'Ubuntu dysfonctionne, que la distrib' et de mauvaise qualité, que sa communauté n'est pas ce qu'ils cherchent et qu'ils souhaitent se tourner vers autre chose ? (à peu près ce que tu sembles penser de Mandriva/Mageia en fait...). Ben si, des gens pensent ça.

                  et... sisi, ça ressemble bien à un pauvre troll à deux balles.
                  • [^] # Re: pas de noms

                    Posté par . Évalué à -1.

                    > Ubuntu projet communautaire remarquable
                    >
                    Je vais être gentil, vraiment gentil... aussi je vais simplement te demander si tu as bu ou bien fumé toute la moquette de ton bureau ?

                    Je parlais bien entendu de Debian en tant que distrib communautaire.

                    Comme toute distrib Ubuntu s'appuie sur une communauté, mais comme tu pourras le remarquer très souvent j'emploie le terme d'Ubuntu/Canonical et que je sache cette dernière est une entreprise.

                    > et... sisi, ça ressemble bien à un pauvre troll à deux balles
                    >
                    :-))))
                    • [^] # Re: pas de noms

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      oui, la stabilité de Debian est légendaire et commence à traverser les âges (en temps informatique au moins), ce n'est pas tant la distribution que la stabilité de sa communauté qui est intéressante, même si ça ne bouge pas assez vite pour certains (l'épiphénonème ubuntu a permis d'avancer et renforcer certaines valeurs en explorant d'autres possibilités grâce à de nouveaux venus, et montrer que sid avance vite pour ceux qui ont suivi).
                      En France au moins (je parle de ce que je connais), les associations francophones ont su se trouver et travailler ensemble avec au coeur de leurs préoccupations l'utilisateur (je pense au http://premier-samedi.org par exemple) et la mise en contact avec les utilisateurs avancés en relais vers les développeurs (la triage team sur le bugzilla ou les supports trouvés tant sur irc que sur les forums de la plupart des distributions).
                      C'est àmha ce modèle qui peut être remis en cause pour passer sur des cycles courts (moins de 3 ans) : suggérer que les utilisateurs s'organisent pour participer selon leurs compétences, mettre en valeur les traductions (car si l'on ne trouve pas de communication dans sa langue natale, on va passer à autre chose pour beaucoup), la facilité d'utilisation que cela soit par la doc' ou le côté "intuitif" (moui ça spa gagné... ça reste de l'informatique) ou le côté accompagnement et savoir montrer ce qui existe (ce qui réclame une expertise certaine sans pour autant être technique : ce sont souvent des utilisateurs qui me montrent de nouvelles fonctionnalités ou qui par leurs questions me font découvrir que cela existe effectivement, sans que je n'y ai pensé auparavant...).
                      Le tout est de garder à l'esprit que l'informatique est un outil puissant et qu'il y a parfois autant d'utilisations que d'utilisateurs ;-)
                      • [^] # Re: pas de noms

                        Posté par . Évalué à 1.

                        > car si l'on ne trouve pas de communication dans sa langue natale, on va passer à autre chose pour beaucoup
                        >
                        5 étoiles
                  • [^] # Re: pas de noms

                    Posté par . Évalué à 1.

                    > Tu ne t'es jamais dit que justement des gens pensent qu'Ubuntu dysfonctionne, que la distrib' et de mauvaise qualité
                    >
                    Oh oh, je ne l'avais pas vu celle-là !

                    Je comprends désormais ton intervention. Tu es une sorte d'expert en travaux finis concernant l'univers des distribs Linux, et tu as Ubuntu dans la lunette de ton viseur...

                    Moi je me souviens d'une Mandrake 9x (je ne me souviens plus laquelle exactement) dont j'avais la boite PP (donc un minimum de hotline du team Mandrake) qui mettait plus de 10mn pour m'afficher un terminal et près de 30 mn pour m'offrir l'accès root. La personne au bout du fil a essayé en vain, a promis de me rappeler pour me sortir de la mouise (il ne la jamais fait et je ne lui en veux pas) ; tout ça pour dire que ça c'était une distrib qui dysfonctionnait. 6 mois après je leur ai acheté un autre PP et ainsi de suite jusqu'à ce qu'ils ne les vendent plus à la FNAC mais uniquement en ligne.

                    Comme les plateformes d'achats en ligne c'est pas mon truc - chacun ses points faibles - alors je suis passé à leur version Free. Je n'ai jamais fait parti du Club Mandrake mais j'ai toujours acheté leur boite afin de les soutenir et même lorsqu'il y avait des ratés je ne me suis jamais permis de dire que c'était de la merde. Si j'en parle aujourd'hui c'est parce qu'il y a je pense qu'il ya prescription et que de toute façon aujourd'hui on passe à autre chose avec Mageia.

                    En fait non seulement tu craches sur Ubuntu, sur ses contributeurs, leurs travaux et sa communauté mais aussi sur tous ceux qui l'utilisent quotidiennement (d'autant que pour plus d'une raison justifiée ou pas peu importe ils la plébiscitent devant toutes les autres) et qui de plus sont ravis d'avoir des forums et des sites communautaires. Si encore tu avais dit je préfère cette distrib jaune plutôt que la kaki pour telle ou telle raison ce serait plus facile à comprendre, mais là... cela ressemble plus à de la rancune non maitrisée.

                    Regarde les mecs de Mint. Ils sont passés d'Ubuntu à Debian. Ils ont simplement dit qu'ils ne s'y retrouvaient plus trop, que c'était difficile de passer derrière eux, que la communication était difficile, mais jamais qu'Ubuntu était une bouse infame ou quelque chose d'équivalent. Mais toi tu penses pouvoir te le permettre. Super
                    • [^] # Re: pas de noms

                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                      je crois que vous mettez mutuellement de l'huile sur feu :) pourquoi tout tirer à(sur?) ubuntu ?
                      Un objectif plus grand est de permettre aux utilisateurs de trouver ce qui *leur* convient. àmha, il n'y a pas d'opposition dans les distrib' GNU/Linux, simplement des approches différentes (et de nombreux trolls), nous travaillons dans la même direction pour faire connaître le libre à notre manière et nous accommodons plus ou moins des limites actuelles. Simplement, le discours est décliné différemment en fonction de chacun, il serait pourtant important d'être cohérent (même si ce n'est pas le plus important, autant être diversifié pour avoir autant d'interlocuteurs intéressés :p), tant que les objectifs convergent, ce qui sera inéluctablement le cas àmha :)

                      ah tiens, ce n'est plus trolldi :/
                      • [^] # Re: pas de noms

                        Posté par . Évalué à 1.

                        > Un objectif plus grand est de permettre aux utilisateurs de trouver ce qui *leur* convient. àmha,
                        >
                        C'est ce que l'on peut appeler la diversité d'un éco-système. Au vu du nombre de distrib différentes, il ne me semble pas que le problème ne vienne pas de là. Petite ou grande, de notoriété de premier plan à la quasi-inconnue toutes joue un rôle.


                        > il n'y a pas d'opposition dans les distrib' GNU/Linux, simplement des approches différentes (et de nombreux
                        > trolls), nous travaillons dans la même direction pour faire connaître le libre à notre manière
                        >
                        oui d'accord jusqu'à ce qu'on butte sur le partage des connaissances face à la puissance du monde propriétaire et d'un monde de plus en plus contrôlé à la fois par la puissance publique (outils de controle Hadopi, LEN, LCEN, Loppsi 1 et 3, etc) et les dictats de Steve Jobs sur quoi mettre sur ses iPad et autres iPhones. Et encore on n'en n'est qu'au début.
                        Avec une plus grande généralisations des outils numériques libres et en premier lieu des OS je ne suis pas certain que l'on arriverait à une accélération d'un monde sous contrôle de plus en plus sévère.

                        Outre les principes traditionnels du libre et ses 4 lois qui pariticipent à un partage plus équitable des connaissances et une certaine fraternité - même si des flammes peuvent brouiller le message bien qu'une bonne discussion fait toujours avancer les choses - leur généralisation entraverait voire ferait régresser une privatisation rampante des idées et par voie de conséquence de leur restriction.

                        C'est pourquoi je ne peux me satisfaire d'un Linux à 1% sur le Desktop. Et si Debian est un exemple à la fois en terme de collaboration que de qualité du produit distribué, Ubuntu lui essaie -
                        même si d'autres ont commencé bien avant lui comme Mandrake ou même Slack à ses débuts (se rappeler ce qu'il y avait avant) d'abattre certaines frontières qui cantonnaient de facto Linux aux seuls Geeks et leurs proches et à quelques aventureux.
                        On peut critiquer Ubuntu mais il faut lui reconnaître que son équipe a su faire du moins au niveau de la communication sortir Linux de l'univers du monde des informaticiens et des militants du libre. Maintenant au vu des statistiques on est encore loin de résultats satisfaisants.


                        > et nous accommodons plus ou moins des limites actuelles
                        >
                        ben justement non il ne faut pas s'en accommoder. Il faut temporairement les accepter, tout comme il faut accepter que rien n'est parfait. Mais il faut vraiment vouloir débarrasser Linux de tout ce qui peut le laisser à la marge des OS actuels.

                        AMHA ce qui limite en premier lieu Linux c'est
                        - les quelques problèmes avec les constructeurs de périphériques que l'on perçoit très facilement avec les cartes vidéo, le son, etc
                        - l'IHM et l'ergonomie imparfaites de la plupart des appli quelque soit l'environnement choisi. Dans ce domaine on est bien loin de la rigueur et de la finitions du monde Mac
                        - la vente liée et la frilosité pour ne pas dire plus des constructeurs à s'engager en faveur de Linux (les exemples ne manquent pas). Et lorsqu'ils l'on fait c'était soit à reculons soit pour de mauvaise raison (chantage à MS pour le coût des licences). Maintenant je pense que pour ce qui de la vente liée au profit de Windows l'émergence de Chrome OS mais plus encore de l'adoption par les administrations, des services publiques et des collectivités locales d'un nombre de plus en plus grands d'outils issus des LL vont faire d'une manière ou l'autre casser ce monopole. La crise et les restrictions budgétaires - des collectivités locales entre autre - vont accélérer je pense le mouvement
                    • [^] # Re: pas de noms

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Je comprends désormais ton intervention. Tu es une sorte d'expert en travaux finis concernant l'univers des distribs Linux, et tu as Ubuntu dans la lunette de ton viseur... etc.

                      Comme tu m'as fort mal lu, je me cite: des gens pensent qu'Ubuntu dysfonctionne, que la distrib' est de mauvaise qualité, que sa communauté n'est pas ce qu'ils cherchent et qu'ils souhaitent se tourner vers autre chose

                      Donc, comme tu peux le lire je ne crache sur rien du tout (à part sur tes commentaires desquelles suppure l'idée qu'Ubuntu est une distro communautaire remarquable... Mais tu nous as expliqué que je t'ai mal compris, bien sûr c'est de Debian dont tu parles sans la citer... alors que tu ne cites qu'Ubuntu...)

                      Sinon, oserais-tu prétendre que tout le monde aime Ubuntu et que tout le monde trouve cette distrib' formidable ? Si tu l'oses, alors tu devrais plus souvent venir lire les trolls ici bas. Non... tout le monde n'apprécie pas Ubuntu et parmi ceux-là il y en a (oui, je t'assure) qui ont apprécié Mandriva et qui souhaitent l'arrivée de Mageia.

                      Bref, je disais exactement ce que Baud te répond dans son commentaire: http://linuxfr.org/comments/1171963.html#1171963
                      • [^] # Re: pas de noms

                        Posté par . Évalué à 2.

                        > à part sur tes commentaires desquelles suppure l'idée qu'Ubuntu est une distro communautaire remarquable
                        >
                        Je ne suppute rien du tout :-))) C'est toi qui suppute que j'eusse dit quelque chose de la sorte.
                        Sauf à me traiter de menteur ou de dissimulateur, ce que tu fais malgré mes dénégations, quand je parle d'une distrib communautaire remarquable - en tant que projet comme en terme de qualité - c'est de Debian et non d'Ubuntu que je parle.

                        D'autre part je suis un utilisateur de la première heure de Mandrake/Mandriva et que cette dernière partage toujours (mais jusqu'à quand zatiszequestion et au profit de qui ?) en double boot la machine sur laquelle je suis présentement.

                        Quoique l'on puisse penser d'Ubuntu celle-ci à tenter d'insuffler un souffle nouveau dans le domaine du Desktop sous Linux. Y a t'elle réussi ? Si l'on considère les 1% comme mesure étalon c'est pas folichon. Néanmoins quoique tu en dises Ubuntu a pris le pas dans le domaine du Desktop Linux pour Mr et Mme Toutlemonde. Pendant des années ce fût Mandrake. Demain ce sera peut-être une autre. Qui sait ?

                        A titre perso je n'en ai rien à faire des querelles de clocher. Je veux juste une distrib fiable, avec le plus de packages susceptibles d'être installés, avec la meilleure reconnaissance du matériel possible - dans la mesure du possible voir ci-avant - et une doc/forum francophone du meilleur niveau. Je ne sais là encore s'il existe une distrib qui puisse répondre à tous ces désidérata mais je tâche de m'accommoder avec ce que les contributeurs et développeurs ont bien voulu mettre à notre disposition.


                        > Sinon, oserais-tu prétendre que tout le monde aime Ubuntu
                        >
                        Je n'ai jamais dit "Tout le monde". Je dis qu'elle suscite le plus d'intérêt ou qu'elle est celle qui suscite la préférence du plus grand nombre d'utilisateurs.
                        Et surtout sans m'amuser à me relire je suis quasi-certain de ne pas l'avoir qualifier de formidable. Là encore je crois que tu extrapoles...
                        Maintenant si dans la catégorie des experts ou des manitous de Linux il est probable qu'elle arrive derrière Debian, Gento, Fedora ou autre Slackware.
                        Des Linux il y en a pour tous les goûts et toutes les compétences. Depuis l'époque Mandrake - si l'on s'en réfère à Distrowatch juste à titre indicatif sans en faire plus de cas que nécessaire - la distrib la plus téléchargée est une distrib qui vise un public pas obligatoirement plus averti que ça des choses de l'informatique et de Linux en particulier. Ce qui d'une certaine manière est réconfortant, Linux ne restant pas cantonné à un public de geek.


                        >> il n'y a pas d'opposition dans les distrib' GNU/Linux, simplement des approches différentes
                        >> (et de nombreux trolls), nous travaillons dans la même direction pour faire connaître le libre
                        >> à notre manière et nous accommodons plus ou moins des limites actuelles
                        >>
                        Contrairement à Baud dont j'ai parfaitement compris le message et auquel j'adhère tu laisses transparaître ta haine envers Ubuntu et par delà à tous ceux qui oseraient lui reconnaître quelques qualités. Tellement aveuglé tu leur prêtes même des propos qu'ils n'ont pas tenu.
                        Ce qui est bizarre c'est quand Baud m'interpelle je ne me sens pas agressé par des propos que je n'aurais pas tenu vu qu'il ne les prête pas, contrairement à toi. C'est pourquoi je n'ai aucune retenu à te répondre de cette manière.
                        >
                        Concernant les trolls tu devrais relire nombres d'anciens post datant de l'époque de Mandrake autour (avant, pendant, après) ses premiers soucis financiers pour constater qu'elle se faisait encore plus massacrer qu'Ubuntu aujourd'hui. D'ailleurs je trouve depuis quelques mois que c'était devenu un peu plus calme. Un peu trop calme. Mais on le sait tous ce genre de chose ne dure jamais longtemps.

                        De toute façon les points faibles les plus importants ne se trouvent pas dans les distrib en elles même - la qualité et la diversité ne manquant pas - mais dans quelques points inhérent à son environnement.
                        >>
                        >> et nous accommodons plus ou moins des limites actuelles
                        >>
                        > ben justement non il ne faut pas s'en accommoder. Il faut temporairement les accepter,
                        > tout comme il faut accepter que rien n'est parfait. Mais il faut vraiment vouloir débarrasser
                        > Linux de tout ce qui peut le laisser à la marge des OS actuels.
                        >
                        cf
                        http://linuxfr.org/comments/1171986,1.html
  • # Franchement

    Posté par . Évalué à 2.

    ça me donne envie de participer, j'ai été un fervent de MDV dans le temps...
    • [^] # Re: Franchement

      Posté par . Évalué à 6.

      tous ces "c'est magique !" ici et là, ça aurait plutot tendance à me faire fuir.
      • [^] # Re: Franchement

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        C'est de la communication : tu crées un ambiance en utilisant des mots clés. Ubuntu, c'était "pour l'humanité". J'aime bien qu'on assume son nom, c'est le cas de cette dépêche.

        ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.online.fr

        • [^] # Re: Franchement

          Posté par . Évalué à 10.

          C'est aussi le cas de Linus Torvalds pour Git.
      • [^] # Re: Franchement

        Posté par . Évalué à 3.

        Ne fuit pas, c'est tout à fait normal, lorsqu'on lit par exemple cette phrase :
        (conservation (...) des drakxtools...), la magie continue !
        C'est certain qu'il vaut mieux beaucoup de magie pour que ça fonctionne.

        ça, c'est fait. :p
    • [^] # Re: Franchement

      Posté par . Évalué à -4.

      De quelle manière et sur quel projet Mageia va t'elle se différencier de Mandrake/Mandriva afin d'éviter semblable naufrage, du point de vue économique s'entend ?

      Comment ce projet entend il se faire une place au milieu de Red-Hat/Fedora, de Suse/OpenSuse, de Debian et de Canonnical/Ubuntu ?

      Mageia se veut elle une alternative à Ubuntu sur le créneau du Desktop - packages .rpm en lieu et place des .deb comme première différenciation (ok il y a d'autres critères qui peuvent y prétendre) - tout en sachant que c'est pas gagné d'avance (1% du marché depuis des années) tant que la vente liée ne sera pas remise en cause dans les faits ?

      Bien que l'équipe de dev ayant une culture RPM (à titre perso je n'en ai rien à faire de la guerre .rpm/.deb, vu qu'à mon niveau je n'ai rien à reprocher ni à l'un ni à l'autre) n'aurait il pas été judiscieux - ou du moins d'étudier la possibilité/faisabilité - de s'appuyer sur Ubuntu/Debian afin tout à la fois de créer une meilleure Ubuntu et aussi de surfer sur sa popularité ?
      • [^] # Re: Franchement

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        On fait pas une distro pour faire de la part de marché, mais pour tomber les filles...

        Ça sert à rien de faire une autre ubuntu, ça existe déjà, les filles sont déjà tombées ailleurs.
        • [^] # Re: Franchement

          Posté par . Évalué à 4.

          sauf que mandriva était la bien avant ubuntu

          quand à mageia, elle peut etre vu comme une évolution de mandriva qui elle meme était en fait une évolution de mandrake.
  • # l'anglicisme du jour

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Le mot anglais donation se traduit en français par don. Le mot français donation existe, c'est une notion de droit : voir par exemple la donation au dernier vivant dans un mariage. Comme le verbe correspondant en anglais est donate, je suppose qu'on nous invitera bientôt à donater.
    • [^] # Re: l'anglicisme du jour

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      La page s'appelle http://donation.mageia.org parce qu'elle est en anglais, justement...
      • [^] # Re: l'anglicisme du jour

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        pour moi la notion de don ou de donation va au-delà du simple "numéraire", en euro, c'est aussi mesurable par son implication dans le libre, savoir donner de son temps (que ce soit en support, en communication, en empaquetage, en adhésion au libre, ou simplement dire "J'aime", d'où mon appel à ceux qui sont sur identi.ca et y croient pour adhérer à notre projet, histoire d'obtenir un soutien significatif de ceux qui adhèrent au libre, vi il va falloir convaincre vos amis et amis d'amis).

        Quelque part, solliciter les réseaux sociaux, c'est aussi indiquer à ceux qui souhaiteraient s'impliquer que cela sera possible, même s'il ne sont pas sur ces réseaux (je n'y suis pas, par exemple, ça ne m'empêche pas de m'impliquer), c'est un moyen àmha d'accueillir d'autant plus de monde, de leur présenter le libre, de les y faire adhérer s'ils le souhaitent, en tout cas une opportunité commune de proposer ce qui est disponible et pourrait marcher pour beaucoup de monde ;-)
      • [^] # Re: l'anglicisme du jour

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Je parlais du texte du journal (« page de donations »). Il a d'ailleurs été corrigé.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.